Le Tour sans détour


Je suis allé voir le Tour dont on parle tant.

Installé à Bitschwiller, j’ai attendu devant la rue déserte. Une gendarme interdisait de traverser à quiconque tandis que son talkie crachotait « Soultz ouvert ». Pourtant la rue était déserte, les quidams engueulés ne comprenaient pas.

Puis un caravane est arrivée. Une caravane publicitaire. Haribo, le Gaulois, X-tra, Amora, FDJ, …non tout cela me laissait de marbre, même si j’ai manqué de recevoir dans l’œil un berlingot de moutarde, je suis resté zen.

Non, ce que j’attendais, c’était la 2CV Cochonou. Lorsqu’elle est arrivée à ma hauteur, j’ai compris que la France profonde pouvait rentrer chez elle rassurée.

Dans le cochon, chacun le sait, tout est bon.

Alors que les badauds vidaient les trottoirs les poches gonflées d’Haribo et d’échantillons X-Tra, une bande de coureurs cyclistes bariolés s’est engouffrée dans la montée du Hundsruck dans l’indifférence générale.

Pour le reste, je vous renvoie vers les gazettes spécialisées.

4 réponses sur « Le Tour sans détour »

  1. c’est plutôt bien que la « France Profonde » ait ce genre de dérivatif; peu importe en effet que 175 coursiers (dont 170 qu’elle ne connait pas) se défoncent sur un vélo pour grimper Sewen ou le Hunsdruck sans jamais rejoindre la 2CV Cochonou… L’essentiel c’est que durant trois semaines, ce grand déballage itinérant captive et fasse penser à autre chose.
    Que veut le peuple ? Du pain (et du Cochonou) et (de la Française) des Jeux
    La futilité a du bon !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s