Courir avec un diesel


J’ai un regret, c’est de ne pas avoir de chaussures de jogging imperméables. J’évite donc les jours de pluie. Aujourd’hui on l’attendait mais elle n’est pas venue. J’ai donc mis en marche mon diesel à pinces. C’est une aventure, il fume pas longtemps, juste le temps de déboucher les injecteurs. Je pars pour un run pépére….lisez ici, ça me convient bien.

Mais je ne me sépare pas de mes instruments de base; je veux toujours avoir des références, comme avec le vélo.

Se décider au jogging à la fin de la journée demande un certain courage. Il faut le vouloir. L’exercice est court et les préparatifs ne sont pas aussi longs qu’avec le vélo. Au bout de cinq kimomètres, j’en ai assez. Je suis donc rentré plus vite à la maison. Faut quand même faire attention aux carrefours et aux traversées de rue en biais.

Je suis toujours ébahi de voir mon rythme cardiaque au retour du jogging. La montée dans les tours est instantanée. J’ai deux pauses cardiaques à la traversée de la RN66, l’une après le km 2 et l’autre après le km 4.

Il est vrai que sur cette distance, je tente un peu d’allonger la foulée. J’arrive à descendre le kilomètre à 6 minutes 45 au lieu de 7’30 ». Mais la contrepartie c’est la hausse du rythme cardiaque. Tout est affaire de compromis.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s