Holala, c’est dangereux


J’entends déjà les thuriféraires du vélo me traiter de haut avec dédain « dites donc, jeune homme, vous êtes devenu fou ou quoi? » Ceux-là osent croire que j’ai la pétoche. Mais non, j’en ai vu d’autres. L’intimidation ne marche pas. Je n’appartiens à aucune chapelle.

Comme mon billet « le vélo est-il dangereux? » a eu beaucoup de succès et qu’il continue d’en avoir, je vais pouvoir animer une nouvelle rubrique.

Elle s’appellera « Holala, c’est dangereux ».

En effet il est trop facile pour les cyclistes, pour les élus de tous poils, de dire faites du vélo, et de ne pas voir qu’on envoie au casse-pipe sur la route des milliers de gens.

La Petite Reine a bon dos pensent-ils.

Franchement, ni la route, ni la ville ne sont adaptés au vélo, reconnaissons-le!

Oui, il existe quelques fous de vélo qui s’y risquent, mais n’exagérons rien, le vélo ne sera jamais le mode préféré des Français sur de courtes distances. L’avenir sera peut-être la trottinette, la marche, la mini voiture électrique, mais pas le vélo.

Le vélo est intrinsèquement un truc mal foutu, on devrait dire empirique. Et en plus c’est moche et salissant. Une fois posé, on ne sait plus quoi en faire. Donc non, le vélo n’aura pas d’avenir même si de doux élus se mettent à y croire en cassant la tirelire Covid.

A chaque ouvrage siglé « vélo », les professionnels de la chose vélo le savent mais n’osent pas trop le dire: c’est raté. Qui peut se prévaloir d’avoir vu un vrai ouvrage vélo réussi de A à Z en France?

Moi pas!

C’est pourquoi mon nouveau parti sera de dire à chaque fois que j’en aurai l’occasion « houlala, c’est dangereux ».

4 réponses sur « Holala, c’est dangereux »

  1. Bof, chacun a droit à ses positions et il faut les respecter, ce sont également les bases de la tolérance. Pour autant, souvent tout n’est pas si simple, on peut jouer sur la forme et le fond. Ce n’est pas le vélo, le mode de déplacement (« l’outil »)qui est dangereux mais l’usage dans certains contextes. Je pense que quand tu te promènes sur des chemins, hors circulation auto et moi sur des véloroutes comme celle du canal (EV6) ou le long du Danube, sur certaines parties loin de toute civilisation, il demeure le plaisir. Car c’est également cela le vélo, le vélo plaisir.
    Après effecticement sur les routes, en ville, nous sommes au même niveau que les piétons c’est-à-dire bien peu pris en considération !
    Les choses évoluent, le monde évolue, à Vienne, ce ne sont pas les autos qui m’ont « fait peur » mais les autres vélos – VAE ….. ceux-ci sont presque majoritaires et circulent bien plus vite que des vélos classiques……

  2. Donc si on dit (chiffres à l’appui) que le vélo n’est pas dangereux, si sur cette base objective on promeut le vélo, on envoie au casse pipe « des milliers de gens » ? On devient l’objet de ridicule (par l’exagération) ? C’est bien d’avoir de l’indépendance de l’esprit mais là ce n’est pas très constructif.

    Ce qui est intéressant c’est que le vélo n’est pas dangereux *malgré* la circulation motorisé débridée, *malgré* les installations cyclables toujours mal foutues. Je ne dis pas que ceux-ci ne le rendent pas régulièrement plus dangereux qu’il n’a besoin de l’être. Imaginons alors ce que ça pourrait être si nous construisions de vrais installations ! En fait, il n’y a même pas besoin de l’imaginer, il suffit de regarder les Pays-Bas. Imaginons encore plus loin, que nous réduisions la circulation motorisée à la portion congrue. ! Ça, même les Hollandais n’y parviennent pas.

    Comme vous dites, on n’est pas près de voir cela en France, ni l’un et encore moins l’autre. Mais effrayer les gens sans fondement ne va pas faire avancer le schmilblick non plus.

    P.S.: Absolument pas d’accord non plus avec le fait de dire que le vélo est un « truc mal foutu », tout le contraire. Il sera facile de me provoquer sur ce plan-là aussi.

  3. « Franchement, ni la route, ni la ville ne sont adaptés au vélo » écrit Maxou. Cela n’a pas toujours été le cas si je me réfère au tour de France qu’a effectué Laurence d’Arabie en 1908. https://www.babelio.com/livres/Penaud-Le-Tour-de-France-de-Lawrence-dArabie/647031. A l’époque la RN7 entre autres était une belle piste cyclable et Laurence d’Arabie n’était pas obligé de rouler sur des « réserves cyclables ». Il est urgent d’inventer les « pistes bagnolables » et confiner les enclumes ce qui n’est pas gagné car d’ici peu je suspecterai la société d’être capable d’inventer la version « Drive  » pour … les cimetières!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s