Catégorie : Holala, c’est dangereux

Les raisons de la colère du cycliste

VTT, les pieds dans le plat

la collaboration marcheurs-vététistes sera t-elle entravée par les antis? (Molkenrain MBF/CV 09/21)

Après l’accident d’un vététiste de Wegscheid victime d’une planche cloutée sur son parcours (article des DNA), force est de constater que l’escalade anti-VTT continue de monter.

Je reste prudent: attendons de voir les développements de l’enquête avant d’accuser quiconque. Cependant il est clair que les détracteurs du VTT se sentent pointés du doigt.

Depuis Alsace Nature, SOS Massif Vosges…jusqu’à certaines sections locales du Club Vosgien qui sous couvert d’édiles complaisants érigent des interdits là où il n’y a pas lieu d’être.

J’en veux pour preuve les berges de la Doller entre Sentheim et Guewenheim où sur les deux rives fleurissent les fameux panneaux « interdit aux VTT »… jusqu’à Roderen ou autour du lac de Michelbach où l’on s’ingénie à dresser des chicanes infranchissables.

La fameuse loi Lalonde (avec un seul l) ne s’adresse qu’aux véhicules à moteur

Même Joseph Peter, délégué protection nature, patrimoine et paysage au CV 68 se prenait les pieds dans le tapis lorsqu’il déclarait en 2018

Nous nous inscrivons dans un cadre réglementaire. Le code forestier (art.163-6) interdit la circulation de véhicules sur les chemins de moins de deux mètres de large.

puis il poursuit

Le VTT étant un véhicule sur le plan juridique, le vététiste doit pratiquer en dehors de nos sentiers étroits, inférieurs à un mètre. 

Or le fameux article 163-6 du code forestier en question ne dit rien de cela.

Aujourd’hui ceux qui posent des interdits feraient bien d’y réfléchir à deux fois car ils portent en germe le terrain de la discorde alors même que le VTT devient une pratique de plus en plus populaire et porteuse d’enjeux sur le plan touristique.

Vous qui aimez le VTT, vous trouverez ici la plupart de mes parcours dans mes Vosges à VTT

Respectez les marcheurs, ne cisaillez pas les sentiers, soyez aimables!

Presse française, le client en otage

EBRA, un groupe de presse qui oublie ses clients

Il serait grandement temps que les DNA (appartenant au groupe de presse EBRA-Crédit Mutuel) se souviennent que les lecteurs sont leur raison d’être…et que sans clients la presse ne peut pas vivre. Sauf à être en permanence sous perfusion à coups de subventions.

La façon dont une entreprise traite ses clients reflète plus ou moins sa santé économique.

J’en suis le témoin ce matin avec la presse écrite régionale. Lire mon témoignage ci-dessous.

S’agissant de la presse régionale, il faut s’armer de courage pour ne pas se désabonner à la première incartade. Être client des DNA (Dernières Nouvelles d’Alsace) devient un vrai jeu de piste dès lors qu’on a une réclamation à formuler.

A l’armée on disait « l’intendance ne suit pas ». Aux DNA c’est pareil, on est confronté à un circuit relationnel où l’on trébuche à chaque étape, victime d’une implacable machine à refouler qui vous dissuade de poser la moindre revendication clientèle.

Mon exaspération passe mal. J’ai cette chance de pouvoir exprimer mon ressenti. Si seulement les DNA pouvaient se ressaisir au lieu de désespérer son lectorat!

Bonjour,
Comment un grand média régional comme DNA peut-il avoir une aussi mauvaise relation client?
Je m’explique.
Lors de ma précédente suspension temporaire, j’ai trouvé une pile de journaux dans ma boite à mon retour de vacances. Explication des DNA « on n’a pas trouvé trace de votre demande en ligne ».

Circulez!


Cette fois pour mes congés de septembre je recommence ma demande en ligne et j’obtiens la mention: « La session utilisateur ne correspond pas à l’action demandée ».
J’appelle le Centre Relation Clients [qui se tient à votre disposition] par téléphone au 03 88 21 56 78″ à 9 heures et je me fais renvoyer sur une messagerie.
J’appelle DNA Thann au 03 89 37 69 90…pas de réponse. Je me déplace (avec mon vélo 4 km AR)…le bureau de Thann est en congés jusqu’au 5 septembre et le téléphone n’est même pas renvoyé.
Je trouve sur la porte de DNA Thann un numéro 03 88 21 55 00 où enfin une personne aimable prend en charge ma demande. Admettez que ça fait beaucoup pour un media professionnel de la communication. J’ai été à deux doigts de résilier tellement on est mal traité.
Avec mes salutations.
Max Tissot

Il va de soi que cette entreprise pilote sa relation clientèle en mode dégradé de façon permanente sans norme de qualité affichée. Des téléphones en mode dissuasion, des décrochés qui ne se font pas, des permanences physiques non assurées, un outil de dialogue informatique complètement obsolète…

Y’a rien à dire

Je me demande si je ne vais pas devoir remonter le klaxon Airzound sur mon vélo

Y’a rien à dire: qu’on sonne ou pas, certains promeneurs prennent toute la voie.

Dissertant avec lui-même, ce cycliste torse nu ne semble pas jouir de toutes ses facultés. Deux coups de sonnette n’y feront rien. Tant est si bien qu’arrivé à sa hauteur, il me contraint à sortir de la bande goudronnée, j’atterris en pestant sur l’accotement, manquant de l’accrocher. Il me dévisage ahuri, comme s’il sortait d’un songe.

Et moi je lance un p’tain rageur car j’ai manqué m’affaler.

Trois minutes après, les deux dames devisent entre-elles. Deux sonneries n’y feront rien non plus. Je frôle. J’imagine que le choc émotionnel peut-être difficile pour celle la plus proche de moi.

Mais je ne peux quand même pas m’arrêter tout le temps ou m’armer d’une corne de brume. Déjà avec les chiens c’est galère puisqu’il est convenu qu’ils sont libres d’aller et venir comme bon leur semble autour du maître.

Le vélo, c’est pas une vie.

Vacciné et après?

L’application AntiCovid mentionne à présent ma vaccination sur mon Iphone.

Il y avait de l’effervescence au centre de vaccination de Mulhouse cet après-midi. On pourrait dire une ferveur toute en retenue.

Je suis donc vacciné. Et après?

Après, je ne sais pas. La jeune interne m’a dit « continuez à respecter les gestes-barrières! » De ce coté là, je ne gagne rien. Je dois toujours avoir avec moi cet ustensile, un pour le jogging si je vais chez mon boulanger, un sur chacun des vélos, un dans la voiture,…

A quoi sert donc le vaccin?

On a tendance à oublier à quoi sert le vaccin: en principe à éviter de développer une forme grave de la maladie, surtout si l’on est âgé comme je commence à l’être. Mais le fameux sésame ne nous délivre pas nécessairement du mal: on peut encore contracter la maladie même en étant vacciné et ne pas être protégé des futurs variants. Et pire, il semble que l’inoculation vaccinale vous met en situation de fragilité pendant plusieurs jours du fait que nos défenses immunitaires sont affaiblies. Voila qui va ravir tous ceux qui s’opposent au dispositif vaccinal qui vise à atteindre une certaine immunité collective.

Quelle immunité?

Sur ce plan là, celui de l’immunité collective, ne rêvons pas! les Américains rament pour convaincre les réfractaires purs et durs dont beaucoup de pro-Trump.

En France, c’est assuré, nous n’atteindrons jamais l’immunité collective et on va plafonner d’ici l’été vers 55 ou 65%.

En conclusion, nous n’allons être qu’à moitié-protégés et le machin Covid va continuer à se disséminer à bas-bruit pendant encore longtemps.

Pas question d’imposer la vaccination ni d’instituer un passeport sanitaire, la démocratie et nos libertés seraient en danger. Donc le bazar va durer longtemps…et on n’a pas fini de trainer ce boulet dans notre quotidien.

Elle tombe, un PV

En Suisse, c’est comme ça. Si vous tombez de vélo, c’est un défaut de maîtrise. Et un défaut de maîtrise, c’est un PV.

Comme quoi le vélo est dangereux pour la santé et pour le porte-monnaie, na!

à lire dans Vingt Minutes.ch

C’est bien fait. Quand on ne sait pas faire de vélo, on reste chez soi ou on prend sa bagnole.

Je, tu, il ou elle ramasse

Le Maine libre

Est-ce générationnel? ce monsieur de 69 ans rapporte les déchets trouvés au bord des routes de la Sarthe lors de ses randos à vélo.

Il faut être cycliste pour comprendre. Les bords de nos routes sont jonchés d’ordures. Et comment arrivent-elles là ces ordures?

Je vous le demande.

les cyclistes ne sont pas innocents…lire ici

En Alsace nous ne sommes pas exempts du phénomène. J’ai participé à plusieurs opérations Haut-Rhin propre puis j’ai abandonné estimant qu’on profitait de nous pendant que d’autres continuent d’alimenter les fossés sans être inquiétés.

Dans nos forêts c’est encore plus spectaculaire …

La « 1664 » est en pôle position. La « Kro »
arrive en seconde place. Mais le « Red Bull » tient bien la
corde et revient très fort sur la tête du peloton depuis qu’on sait
qu’il procure des sensations fortes.

voir mon article de 2011 où j’avais dénombré 38 canettes sur un kilomètre le long d’une route de la Hardt

La Hardt

Si l’on veut créer un corps de cyclistes éboueurs, je suis candidat. A condition d’être rémunéré par le produit de amendes…

rémunéré avec le produit des amendes

article en relation

Les cols de mon rond

Les cols 10km autour de Thann

Dix cols à droite de la vallée de la Thur (et même onze avec le col de Rimbach sur la ligne à coté de Masevaux) et douze à gauche dans le sens descendant de la rivière. De quoi faite pâlir les cencolistes de la plaine!

Ce genre de confinement « relâché » ne me déplaît pas dans le sens où il est moins strict que celui du kilomètre de l’année passée.

On arriverait presque à se satisfaire de cet enfermement relatif. Cela dit est-ce efficace pour freiner l’épidémie? je n’en ai aucune certitude car la contamination doit résulter de la façon de vivre des gens et de leurs habitudes de rencontres.

Comme sur cette vidéo…où la société jeune et urbaine piaffe d’impatience. On peut les comprendre.

Mais ce n’est qu’une supposition.

Cela dit, je reste persuadé qu’on est partis pour traîner cette pandémie pendant des années à plus ou moins bas bruit. Des vaccins controversés, des variants qui relancent l’épidémie…et pour clore le chapitre une part de la société qui doute de la vaccination et qui préfère « attendre » ou jeûner ou prendre des douches froides ou consommer de l’équinacée ou du sureau.

On n’est pas tirés d’affaire!

vélomaxou est membre du Club des Cent Cols (ccc6785)

Voyage en ophtalmie

Aujourd’hui, jour de mon anniversaire, ophtalmo. Eh oui! on ne choisit pas sa date, l’offre de soins est tellement rare…

Ce qui devrait être un simple examen de routine se transforme pour moi en découverte d’un monde hospitalier qui se barre en quenouille. Exactement comme on le voit chaque jour sur BFM ou LCI avec le Covid.

Avec mon vélo, j’arrive devant l’accueil du centre hospitalier. Un grand panneau « consultations ophtalmologie » m’invite à tourner à gauche. Je gare mon vélo.

Au fond d’un couloir étroit, j’entends papoter et un bruit de vaisselle. Salle d’attente 1: trois personnes. Je prends la salle d’attente 2, mon masque sur le nez. Et j’attends. Je n’ai pas vu le flacon de gel hydro-alcoolique. Peut-être existait-il, je ne sais pas.

Au bout de quelques minutes la porte du secrétariat s’ouvre et le public défile, nom, prénom, âge, adresse, pathologies,…

Et vous aussi madame, vous avez du diabète?…

En terme de confidentialité, ce n’est pas top, d’autant que la porte reste grande ouverte.

Je suis interpellé: « vous avez rendez-vous? »

Je regarde autour de moi…oui c’est bien à moi qu’on s’adresse.

Je m’installe…

nom, prénom, adresse, date de naissance,médecin traitant

vous n’avez pas de médecin traitant? alors ça va être plus cher!

Je suis confus.

Installez-vous dans l’autre fauteuil!

Je ne sais pas non plus si le fauteuil a été nettoyé, si celui que je quitte le sera, et si l’appareil sur lequel on appose son front et son menton l’a été lui aussi.

La secrétaire met la machine en marche et run!…

fixez bien la maison au fond de l’écran…et attendez le pschitt!…

pendant ce temps là le patient suivant s’installe à coté de moi (à moins d’un mètre et en plein confinement) et le questionnaire d’identité se remet à défiler…

puis on m’abandonne dans un bureau, assis sur un fauteuil les pieds en l’air à 10 cm du sol et j’attends….

j’ai de la lecture, l’écran de l’ordi à ma gauche affiche la liste des patients

  • mr X, appeler maman
  • mme Y, neuro+++
  • mr Z, angio

La jeune ophtalmo arrive. Elle monte le thermostat du radiateur électrique. Moi je n’ai pas froid engoncé dans mon parka. Elle doit penser en plus que je suis sourd, car elle me gueule dessus parce que je ne dois pas glisser mes doigts ENTRE mes lunettes et l’œil pour le test de lecture mais SUR la lunette.

Je n’arrive pas à lire correctement la petite ligne de l’œil gauche, est- ce un G ou un O? je fais observer que j’ai de la buée sur mes lunettes du fait du masque. Trop tard!

vous avez 8/10e, vous voulez changer de lunettes?

non merci

Puis je suis à nouveau dirigé vers le secrétariat qui va vous donner deux rendez-vous prochains (sic)

  • le 12 novembre à M…..
  • le 4 décembre à T…..

J’ai le choix?

non! c’est les deux ou rien

maintenant, vous allez ressortir et allez payer bureau de droite à coté de l’accueil

je fais le parcours fléché Covid du couloir, et j’aboutis… dehors. Au deuxième tour, j’ai eu bon.

Neuf euros!

Ah non , nous n’avons pas le sans contact

En une demi-heure, la machine administrative a réussi à produire

  • une ordonnance
  • une quittance de 9 euros dont le coût de production compte au moins pour moitié
  • deux rendez-vous format A4

Mon Dieu, faites que je ne sois pas admis en réa! me dis-je

J’ai peur de cet univers carcéral et déshumanisé avec ses automates qui brassent nos comorbidités par dizaines.

J’ai sauté sur mon vélo qui s’inquiétait et j’ai fui au plus vite à travers les rues de la ville.

Notez bien que je n’ai rien contre ce personnel qui pense bien faire puisqu’on ne lui a pas appris sa véritable raison d’être et ce que sont les termes discrétion, confidentialité, amabilité, empathie, compréhension, attention,…et peut-être encore moins les gestes-barrières en période Covid et les risques auxquels ils exposent leurs patients et eux-mêmes.

Bref on a droit au service minimum et si avec ça vous n’êtes pas content, allez vous faire foutre.

J’ai en souvenir cette anecdote: mon père mourant devant lui-même se hisser sur la table de radiologie et qui était tombé. Je n’en suis pas encore là mais je m’interroge pour savoir où commence la maltraitance en ces temps où l’on reparle de droit à mourir dans la dignité.

Vieux-Thann, rue de la Thur

Rue de la Thur, un no mans land oublié pour cyclistes et piétons

Puisque personne ne s’y intéresse, je m’y colle. Le bout de la rue de la Thur à Vieux-Thann est dans un état lamentable. Il s’agit d’un passage piétons et vélos qui permet la jonction entre la ville et la ZI. Très pratique pour aller à l’arrêt de tram et pour permettre aux travailleurs de rejoindre la ZI à vélo, cet itinéraire est aussi le moyen pour les cyclistes d’éviter en partie la route de Cernay.

Alors je me suis fendu d’un mot gentil sur la page Facebook de Vieux-Thann en espérant que nous serons entendus.

Seuls ceux qui passent là savent de quoi je parle: une barrière au niveau du poste gaz dont un seul coté est accessible, de la tôle ondulée en guise de revêtement, un dépôt de branches de sapins de la dernière tempête et pas de lumière à la nuit tombante. Bref un no mans land oublié de la commune!

Cernay, la voie verte reconnectée

Ceux qui passent par là ont pu le constater, l’aménagement de la voirie menant au bike-park et à la nouvelle piscine de Cernay a privé les cyclistes du revêtement conduisant à la passerelle de la Thur pendant…trois mois.

Il n’y avait aucune raison objective de supprimer le revêtement de la Voie Verte. Aujourd’hui le macadam a été rétabli. Les bordurettes posées laissent à penser que la Voie Verte n’est plus qu’une intersection secondaire. Le disjointement prévisible dans une courbe sera potentiellement un risque à l’avenir. Ne nous battons pas là-dessus, ça ne le mérite pas. On sait que Cernay fait très peu de cas de cette voie. Il serait intéressant de savoir qui du département ou de la ville à une compétence de travaux sur cette voie.

Mais en revanche ce qu’on ne sait pas, c’est combien de cyclistes ont pu chuter durant ces trois mois du fait de l’absence de signalisation pendant les travaux…

Rêvons un peu:

Après l’instauration d’une Direction Nationale des Infrastructures Cyclables (DNIC), il faudrait aussi doter les départements d’une autorité compétente qui valide préalablement tout projet de chantier impactant la circulation des cycles comme on sait le faire en matière de travaux à proximité des sites classés.

Lutzelhouse pose des interdits au VTT

J’étais passé par là en 2013 lors de la traversée du Massif Vosgien à VTT. Lutzelhouse, commune non loin du massif du Donon vient d’interdire à la demande du Club Vosgien le passage des vététistes sur certains sentiers.

Nous rappelons (…) que la pratique du VTT et de la Cavalerie a été interdite sur trois sentiers (en accord avec le Club Vosgien) qui sont fragiles et sujet à éboulements est-il écrit sur le site de la commune tout en constatant que les panneaux posés dans cette intention ont été arrachés. (voir le site communal)

On appréciera l’écoute complaisante de la commune à l’égard du Club Vosgien qui est considéré comme un prescripteur de ce que les maires doivent faire ou ne pas faire à l’égard des autres usagers du massif vosgien sans même leur demander leur avis.

Inconduite sur verglas

Même en faisant un détour par les grands axes, rouler à vélo est hautement périlleux

J’emprunte les grands axes de la ville avec mon vélo. Ce sont les seuls où la neige a disparu. Mais mon inconduite reste notoire. Moralement, je ne montre pas le bon exemple. Le bon exemple, c’est prendre sa voiture ou rester chez soi. On n’imagine pas le nombre de congénères gênés par les congères. Je pense à tous ces petits vieux qui ne peuvent plus sortir faire leurs courses à pied.

Maintenant on s’est mis d’accord sur le groupe Facebook local; c’était en 2006 qu’on a eu à connaître un tel épisode neigeux en ville.

« Attention y’a du verglas! » me lance la dame qui marche sur la route vers moi.

Le piéton n’a pas d’autre choix que de marcher sur la chaussée. Parfois un geste citoyen du riverain a dégagé le trottoir mais le long des collectifs, plus personne ne se sent concerné par cette règle de civisme.

Gaston n’est plus au telefon pour nous dire où se trouve la borne à sable.

Je l’ai vu. Le verglas brille au soleil levant. La neige fondue la veille, repoussée le long des artères, s’est répandue sur la chaussée et a formé un verglas tenace. La ville ne passe plus. Existe t-elle encore, la ville? celle des services régaliens de la circulation publique? j’en doute. Il est vrai qu’avec un cas de neige comme celui-là tous les quinze ans, les managers de la pelle et du balai ont perdu la main. Le conducteur de travaux manuels est devenu conducteur d’engin. On ne peut donc plus attendre de services au cas par cas et personnalisés. Gaston n’est plus au telefon pour nous dire où se trouve la borne à sable.

Il y a manifestement une incapacité à maîtriser la situation. Plus de bataillons de manœuvres dotés de pelles et de balais, le métier a disparu, plus de cohortes zélées pour saler le matin les traversées de piétons. Quelques engins high-tech qui se dispersent on ne sait où. Pas devant la Poste en tous cas. Poster une lettre, retirer sa pension sont des exercices périlleux. Aucun traitement préventif aux abords, même pas un peu de sable!

Rue de la Poste justement, je dois sauter du vélo avant la chute.

La dame que je croise se tient au parapet du ru.

Avant d’aborder le dos d’âne, le bien-nommé, je me rends compte que ça va coincer. Je n’aurai pas la force suffisante, ni l’influx nerveux pour enjamber cette bosse pleine de glace. J’ai les manchons au guidon qui m’handicaperont pour sortir les mains en urgence et je n’ai pas le casque qui m’évitera de taper directement latéralement avec la tête. La dame que je croise se tient au parapet du ru. Je pousse mon vélo en attendant mieux.

L’ambulance va arriver, me dit la vieille dame

La vieille dame est assise par terre sur la glace au milieu du parking. Elle vient de tomber en tentant de rejoindre la supérette. Une autre dame prend soin d’elle. Une automobiliste s’arrête et l’entoure d’une couverture. L’immense parking de la ville est abandonné à son triste sort, un vaste réseau de bourrelets de glace s’est formé au fil des jours comme ces racines qui émergent le long de nos chemins.

J’entends le pin-pon qui approche.

Voie Verte non essentielle

Contournement d’Aspach par le haras. La trace tracteur n’est pas facile à tenir

Je vais classer cette sortie dans ma rubrique « Holala, c’est dangereux ». Pour me marrer, tant je sais que mes coups de gueule ne font peur à personne.

On n’a pas une grande expérience de la neige ici dans le Grand Est. Beaucoup de cyclistes renoncent à sortir. A VTT l’expérience est énergisante. Ou plutôt énergivore.

Ben oui, quoi, on n’a pas idée de vouloir faire du vélo l’hiver. On n’en est plus au Front Populaire. On a des bagnoles, des 4×4, des SUV qui font très bien l’affaire.

Il faut savoir s’adapter à tous les sols neigeux ou en tous cas les anticiper. Pour chaque terrain neigeux, il y a une attitude à prendre.

  • Neige fraiche et immaculée, ça passe mais on consomme beaucoup au cent. Au cent mètres!
  • Neige piétinée encore fraîche, ça passe aussi si le fond n’est pas trop profond!
  • Neige glacée et piétinée: particulièrement « casse-gueule ». Surtout ne pas mettre les cales car on peut vite sortir de la trace glacée et planter
  • Enfin l’ornière de tracteur. Si elle semble intéressante, l’ornière de tracteur ressemble à une circulation sur tôle ondulée et il faut cramponner le guidon pour rester au centre.

On ne fait pas des kilomètres dans ces conditions. Dès que la terre ferme s’offre à nous, on la prend.

La voie verte est blanche pour un bon bout de temps. Très casse-gueule à vélo, je vous la déconseille
idem pour la passerelle, même à pied c’est hautement dangereux pour les promeneurs. La France comme chacun sait est d’abord un pays de bagnoles, je ne vous apprends rien. Une voie verte n’est qu’un ouvrage d’agrément non essentiel comme on dit maintenant

Holala c’est dangereux

Une chaine quasi invisible au bord du lac

L’exploitant du barrage de Michelbach n’expose pas les cyclistes au danger. Les accès au tour du lac sont bien équipés de chicanes. Mais au parking du haut coté Guewenheim, une erreur a été commise: la pose d’une chaine invisible en travers du chemin.

Vite, intervenons avant l’accident! Ce serait dommage car je l’avais dit avant.

Holala, le vélo c’est dangereux

Ceux qui ne me croient pas, je vous le dis, le vélo est dangereux et je vous le démontre avec cette vidéo.

Elle n’a rien d’extraordinaire, elle est le lot quotidien de tous ceux qui font du vélo notamment en ville.

Et pas que! sur la route aussi on a des frôleurs professionnels. Ce matin à Aspach-le-Haut au retour de ma balade, une voiture me double lentement route de Thann, puis elle tourne à droite aussitôt devant moi impasse du Calvaire. Je freine, je m’écarte de justesse, le type s’arrête et me regarde en souriant. Manifestement pour lui c’était un jeu.

Sortons du rond!

Un rond d’un kilomètre de rayon, une mesure punitive absurde

Depuis le 29 octobre dernier, nos sorties sont limitées à une heure et dans un rayon de un kilomètre.

Cette disposition visant à confiner la population face à la pandémie virale n’a aucune raison d’être.

Une privation de liberté au pays des Droits de l’Homme qui passe mal

Comment expliquer qu’interdire nos déplacements au-delà d’un périmètre donné et dans un temps imparti puisse éviter les contaminations? alors même que nous sommes libres d’aller et venir pour faire des courses? se déplacer pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables et précaires ou la garde d’enfants?

Cette disposition prive les personnes de leurs activités habituelles telles que la marche, le vélo, le running qui exposent peu au virus.

Des pétitions sont signées, de articles de presse revendiquent la fin de cette disposition absurde.

Nous demandons à en sortir. Sans délai.

article des DNA 20 oct 20

Vélo: le confinement en question

L’effet confinement a des implications sur le vélo loisir. J’ai voulu l’imager par l’enregistrement de traces GPS

L’effet confinement sur le vélo « loisir » en bleu

Exemple ci-dessus:

  • en rouge vélo « utilitaire » autorisé pour faire ses courses, retirer ses commandes
  • en bleu vélo « loisir » autorisé dans un rond de un kilomètre de rayon

Je me garderai d’en tirer un quelconque enseignement, je me contente de respecter les mesures sanitaires.

Le cirque du vélo confiné

https://velomaxou.com/2020/11/17/click-and-collect-a-vtt/

Masque ou mascarade?

Le masque n’est pas notre meilleure protection contre le virus selon Thierry Crouzet.

Il place le lavage de mains et la distanciation parmi les actions préventives les plus efficaces contre la contamination.

  1. L’hygiène des mains.
  2. La distanciation physique.
  3. Le port du masque quand la distanciation physique est impossible.

Mais pourtant le masque semble être privilégié dans les écoles, les collèges et les lycées. On soupçonne à présent les institutions scolaires d’être des vecteurs importants de l’épidémie….jusqu’à envisager de fermer à nouveaux les établissements

Mais nos chères têtes blondes ont-elles compris à quoi sert l’usage du masque?

Je passe quotidiennement là et je ne peux que constater que les masques jonchent le sol à la sortie du collège. Des images filmées ce matin, peu après l’heure de la rentrée en classe

Potentiellement contaminants, j’imagine que la leçon n’a pas été comprise ou plus simplement que la leçon n’a pas encore été dispensée.

Si le masque est là, jeté à terre, alors le virus peut y être aussi…ou alors je ne comprends rien aux mesures prophylactiques.

Covid+pollution en Alsace

Aujourd’hui 10 novembre, alerte rouge pour la pollution de l’air en Alsace.

Le Covid et la pollution semblent faire bon ménage. Signe que le confinement 2.0 n’entrave pas l’économie.

De Colmar à Strasbourg, l’indice de pollution est à 9 sur une échelle de 10!

La France a été condamnée à 10 millions d’euros par semestre pour son inaction

…et encore récemment par la Cour de Justice Européenne

Manifestement cela ne la dérange pas.

La pollution de l’air en Europe en temps réel

Holala, c’est dangereux

Vieux-Thann, route de Cernay, itinéraire cyclable de la Thur

Ben oui, projeter un cycliste du trottoir à la route, c’est mettre sa vie en danger.

Oui, faire du vélo à Vieux-Thann, holala c’est dangereux! Qui pourrait dire le contraire?

Moi à présent, je m’interdis de prendre des jeunes en « apprentissage » vélo. Trop dangereux.

Holala, c’est dangereux

Ben oui! vous ne le saviez pas? En France, même attaché, votre vélo court de grands risques (Cernay)

Holala, c’est dangereux

Thann. Les cyclistes sont invités à se casser la gueule

J’inaugure ma nouvelle rubrique « Holala, c’est dangereux » comme je l’avais annoncé dans ma précédente chronique.

Une rubrique comme celle-là, c’est très facile à alimenter. Juste une image, une photo et le tour est joué. Je vous invite à m’envoyer tous vos clichés afin qu’on puisse faire un musée des horreurs de « Holala, c’est dangereux »

Il suffit de m’adresser vos clichés à mailto:velomaxouleclub@gmail.com

L’heure n’est plus à la concertation: pour se concerter, il faut être plusieurs et être entendus. Or le monde du vélo n’est pas entendu. On nous dit « oui, oui! » et dès qu’on a repris son vélo, tout est comme avant.

Les municipalités se servent des cyclistes d’abord pour s’acheter une forme de paix civile et pour se « verdir ». Mais sur le fond, rien ne change.

Pire sont celles qui se servent de nous pour réduire la vitesse des flux de véhicules. Par exemple avec des rétrécissements, des dos d’ânes.

Passage du canal du Rhin à Chalampé

Holala, c’est dangereux!

Je serai donc un de ceux qui dénoncent les incohérences des décideurs publics puisqu’il est avéré que le cycliste est un citoyen fusible sur lequel on peut compter.

Holala, c’est dangereux

J’entends déjà les thuriféraires du vélo me traiter de haut avec dédain « dites donc, jeune homme, vous êtes devenu fou ou quoi? » Ceux-là osent croire que j’ai la pétoche. Mais non, j’en ai vu d’autres. L’intimidation ne marche pas. Je n’appartiens à aucune chapelle.

Comme mon billet « le vélo est-il dangereux? » a eu beaucoup de succès et qu’il continue d’en avoir, je vais pouvoir animer une nouvelle rubrique.

Elle s’appellera « Holala, c’est dangereux ».

En effet il est trop facile pour les cyclistes, pour les élus de tous poils, de dire faites du vélo, et de ne pas voir qu’on envoie au casse-pipe sur la route des milliers de gens.

La Petite Reine a bon dos pensent-ils.

Franchement, ni la route, ni la ville ne sont adaptés au vélo, reconnaissons-le!

Oui, il existe quelques fous de vélo qui s’y risquent, mais n’exagérons rien, le vélo ne sera jamais le mode préféré des Français sur de courtes distances. L’avenir sera peut-être la trottinette, la marche, la mini voiture électrique, mais pas le vélo.

Le vélo est intrinsèquement un truc mal foutu, on devrait dire empirique. Et en plus c’est moche et salissant. Une fois posé, on ne sait plus quoi en faire. Donc non, le vélo n’aura pas d’avenir même si de doux élus se mettent à y croire en cassant la tirelire Covid.

A chaque ouvrage siglé « vélo », les professionnels de la chose vélo le savent mais n’osent pas trop le dire: c’est raté. Qui peut se prévaloir d’avoir vu un vrai ouvrage vélo réussi de A à Z en France?

Moi pas!

C’est pourquoi mon nouveau parti sera de dire à chaque fois que j’en aurai l’occasion « houlala, c’est dangereux ».

Je passe quand même

C’est un geste de désobéissance civile nécessaire.

C’est à Burnhaupt (Haut-Rhin) qu’on trouve ce genre de feu rouge dit pédagogique ou punitif si vous préférez. On en trouve aussi à Heimsbrunn.

Destiné avant tout aux voitures qui roulent trop vite ces feux passent au rouge pour un oui pour un non et c’est nous les cyclistes qui en faisons les frais. Les cyclistes? oui ces ombres furtives inconnues des corps publics qui hantent nos rues sur deux roues graciles.

Les maires des communes rurales, chez nous en Alsace, ils s’en foutent des cyclistes. Il leur dédient des chaussées rapiécées, des tranchées effondrées, des bas-cotés dentelés et des panneaux de chantiers habilement disposés pour qu’on se casse la gueule, à coup sûr. C’est l’entreprise, c’est pas moi dira le maire au juge. On connait la chanson, c’est pas de ma faute, c’est l’autre. Les maires aimeraient qu’on puisse leur ficher la paix alors qu’ils sont souvent incompétents dans leur fonction. Dans ma ruelle devenue coupe-gorge, deux lampes de rue sur quatre sont en panne. N’existe t-il pas au service de la ville un carnet d’entretien de l’éclairage public? Je commence à douter de nos contemporains après 35 ans de services loyaux à la collectivité.

Freiner subitement sans raison pour s’arrêter alors qu’il n’y a ni intersection ni piétons, puis redémarrer. Y’en a marre.

A Burnhaupt, hier j’ai eu de la chance, les deux premiers feux sont restés au vert à mon approche. Au troisième feu subitement le rouge! Que faire? je passe!

Vraisemblablement une voiture derrière moi trop pressée a fait virer le vert au rouge.

La solution toute bête, c’est un panneau sous le feu « tourne à droite »

D’habitude je regarde derrière si la gendarmerie ne suit pas avant de passer. Hier je n’ai pas eu le temps de regarder. Je suis passé quand même tellement ces feux nous agacent en tant que cyclistes. Heureusement ce n’était pas les gendarmes. Seraient-ils fondés à verbaliser? oui bien sûr. 135€ minoré à 90€. Et aller expliquer mes arguties aux gendarmes, ils n’en auront cure.

On voudrait imposer aux cyclistes des règles qui sont faites pour les automobilistes. Bêtement. Comme téléphoner ou avoir un casque sur les oreilles serait interdit à vélo.

En quoi téléphoner peut-il être dangereux dès lors qu’on sait faire du vélo? donc je téléphone et je tiens même mon guidon d’une main alors que je peux m’en passer, hormis pour freiner.

Savoir faire du vélo? Oui savoir faire du vélo c’est aussi savoir décrocher son téléphone, répondre tout en sachant mesurer les risques. Si vous vous gamellez, c’est pour votre pomme, il est rare qu’un cycliste qui tombe tue quelqu’un d’autre en même temps, ce serait un manque de chance. En revanche si vous voulez faire défiler Facebook en roulant, c’est un autre problème. Avec la 5G ce sera pire puisqu’on pourra regarder un film en pédalant!…

En quoi porter un casque walkman est dangereux? un automobiliste dans sa voiture qui écoute France Info entend-il mieux que nous le chant des oiseaux?

Et les trottoirs? pourquoi nous interdire les trottoirs? dès lors que les municipalités choisissent de nous y envoyer quand bon leur semble? bien sûr qu’on prend le trottoir en cas de bouchon puisqu’il est interdit de remonter une file jusqu’au sas feu rouge…on fait même mieux, on traverse avec les piétons. Comme en Allemagne.

Les pièges à vélo

On pourrait en rire tellement c’est incroyable

Et pourtant si, c’est vrai, c’est le genre de choses qu’on rencontre fréquemment sur la route pour peu qu’on soit un cycliste attentif aux anomalies qui nous mettent en danger.

Il n’y a donc pas que le trafic routier, il y a aussi toutes ces petits pièges qui nous rendent la vie compliquée voire dangereuse si l’on n’y prend pas garde.

En l’occurrence chacun sait que ces potelets en travers de nos pistes sont mortifères. On les craint comme la peste. Encore faut-il les voir! Ici ce potelet destiné à éviter qu’un véhicule ne s’engouffre sur la voie devient dangereux pour nous les cyclistes. C’est le paradoxe.

La solution, c’est d’abord de les rendre visibles, de jour comme de nuit.

J’ai attiré l’attention de la municipalité.Elle va réagir.

Tant mieux.

A ce jour nous disposons de meilleurs moyens pour signaler des anomalies.

A Mulhouse, il existe le site Allo Proximité

A Thann, la page Facebook de la ville permet d’envoyer un message (avec Messenger) et éventuellement une photo pour mieux expliquer le problème. La réponse est très bien prise en compte même si ce n’est parfois qu’un message d’attente…en attendant l’engagement de modifications qui ne sont pas toujours possibles immédiatement.

Obtenir une écoute, c’est déjà réconfortant.

Florilèges d’ouvrages dangereux

Ici à la limite de Vieux-Thann et Cernay, les deux municipalités sont incapables de s’accorder. Après la bande cyclable sur trottoir (Vieux-Thann) il faut reprendre la route (Cernay) sans aucune protection.
Pulversheim
Chalampé
Kembs
Baldersheim
Kingersheim
Chalampé

les pires réalisations cyclables

Hara-kiri chez les Cent Cols?

En 2014 déjà, le VAE était toléré pour raisons médicales. Pourquoi aller au-delà?

J’ai arrêté de prendre part au débat. Je l’ai abordé du bout des lèvres sur le groupe Facebook du club et on m’a clairement fait comprendre que je dérangeais.

Mais ici sur Vélomaxou, je suis chez moi et j’ai tout le loisir de faire valoir mon opinion sans que personne ne vienne me contredire.

Oui, faire rentrer le vélo électrique au club sera dévoyer le club. Son objet fondateur qui est de gravir des cols à la seule force musculaire sera dénué de tout sens puisque chacun sait bien que, quoi qu’il arrive, on arrivera en haut du col grâce à l’artifice du vélo électrique.

Certains membres tentent sournoisement avec une enquête orientée, hors de tout contrôle déontologique, d’intégrer le vélo électrique au sein du Club des Cent Cols. L’entreprise risque de réussir si l’administration du club se laisse influencer plutôt que de clairement poser une question de fond:

êtes-vous pour ou contre l’acceptation du vélo électrique au sein de la Confrérie?

Oui, l’entreprise de déstabilisation risque de réussir. Pourquoi? tout simplement parce que le club vieillit comme dans la plupart des clubs de cyclotourisme et la moyenne d’âge y avoisine 65 ans, voire plus.

En cause notre modèle cycliste, on le sait. Conçu sur la base de l’effort physique, de l’opiniâtreté, ce cyclisme des années 70 déplait de plus en plus à ceux qui veulent instiller la facilité pour mieux vendre leur produit miracle, le vélo électrique.

Dans le passé, on avait inventé le Vélosolex, maintenant on a le vélo électrique.

Comme une bénédiction, le Vélo à Assistance Electrique (VAE) va donc permettre d’ajouter une petite rallonge à l’obsolescence programmée du Club des Cent Cols, permettre de continuer à gravir des cols autrement qu’en pédalant ou en poussant son vélo.

Alors laissons la fatalité briser le rêve. Oui demain quand le VAE sera intégré aux statuts on pourra voir une kyrielle de nouveaux jeunes pratiquants aux guidons de machines rutilantes et motorisées investir le Club des Cent Cols. C’est dans la logique des choses puisque le mercantilisme et l’avilissement de nos valeurs sont capables de dévorer tout cru le monde des loisirs.

Les Cent Cols seront alors devenu une légende.

France: l’écologie en marche

2012, la France de Sarkozy
2020, la France de Macron

Effectivement, nous avons fait un grand pas pour l’environnement depuis 2012.

Cherchez l’erreur!

Finalement Sarko redevient sympathique

Piste d’Aspach, des dégradations causées par le monde agricole

Agriculteurs et cyclistes, une cohabitation pas évidente

De plus en plus souvent en Alsace, les agriculteurs se chargent d’implanter sous les chemins ruraux des canalisations pour irriguer leurs champs.

Des travaux dont on peut se demander s’ils ont exécutés légalement…ou avec les autorisations nécessaires telles que la Déclaration d’Intention de Commencement de Travaux (DICT) pourtant obligatoire sur domaine public. J’ai des doutes car souvent les cyclistes sont mis devant le fait accompli sans affichage préalable des travaux, sans panneaux et en une journée le tour est joué.

C’est le cas sur la piste cyclable de Leimbach à Aspach encore dénommée rue du Traineau, la seule piste d’Aspach, empruntée par les cyclistes qui se rendent vers le massif et qui évite ainsi la D103 très fréquentée et peu large.

Des graviers envahissent la route à hauteur de la ferme, les virages sont défoncés par les engins agricoles et les traversées souterraines héritent de revêtements bâclés en béton.

La dernière tranchée réalisée sur la piste a été rebouchée grossièrement avec du béton. (Travaux peu professionnels). Si on peut admettre un béton maigre en matériaux de rebouchage, la couche de surface doit être remplacée à l’identique.

Pour qu’un riverain puisse effectuer des travaux sur une voirie publique, il faut y avoir été préalablement autorisé par l’autorité responsable. C’est ce qu’on appelle une autorisation d’occuper le domaine public. A moins qu’il s’agisse d’un chemin de l’association foncière…ce qui n’est pas mentionné dans le PLU de la commune.

Dans l’affirmative, ces travaux doivent respecter une certain nombre d’obligations dont celle d’être réalisée en conformité avec les règles de l’art et les prescriptions réglementaires, avant, pendant et après les travaux.

Or que constatons-nous?

1/ les travaux sont exécutés sans préavis et sans mise en place de déviation pour les usagers que sont les cyclistes

29 mars 2018, la piste transformée en bourbier

2/ les travaux sont le plus souvent exécutés à la hâte sans toujours respecter les régles du métier.

3/ les rebouchages, les compactages, et les revêtements sont systématiquement réalisés sommairement sans remise en état à l’identique.

Corrélativement, ce sont les usagers cyclistes qui sont les premiers impactés par ces imperfections: des revêtements disjoints, des rives rongées par les engins et des gravillons qui vont perdurer pendant des années et qui mettent en danger la sécurité.

Que dit le Plan Local d’Urbanisme d’Aspach/Michelbach?

La commune est traversée par le seul itinéraire cyclable départemental «Aspach-le-Bas-Thann-Kruth». Cet itinéraire, en provenance de Leimbach, traverse la commune d’Aspach-le-Haut par la rue du Traineau et la RD34. Aucun aménagement n’a été réalisé dans la commune. Il ne s’agit que d’un itinéraire fléché et non tracé au sol. Aucun itinéraire cyclable ne passe ni à Michelbach, ni à Aspach-le-Haut-gare.

(ADAUHR181P.L.U. d’ASPACH-MICHELBACH Mai 2018 Etudes préalables 6.1.2.Pistes cyclables)

Comme la tranchée d’Aspach est récente, je vais écrire au maire d’Aspach-Michelbach pour lui faire part de la situation…et recueillir son avis

Affaire à suivre…

voir toutes les images

VanMoof, la pub interdite

Cette pub pour le vélo de marque VanMoof a été interdite en France par l’Autorité de la Régulation Professionnelle de la Publicité (ARPP).

Pourquoi?…parce qu’elle «créerait un climat d’anxiété»…

Anxiété? comment ça?

En fait si cette pub pour le vélo a été interdite c’est tout simplement parce qu’elle déplait au monde de la bagnole et alors même que le gouvernement inonde les fabricants de subventions par milliards pour faire repartir le marché de l’automobile.

Allez sur le site de cycles VanMoof

VanMoof S3

Le chat noir

Je déambule dans la rue des Vignerons. Les façades sont crados, rongées par la pollution ambiante. On voit que Turkheim ne respire pas la santé. Aucun touriste ne vient se hasarder par là en ce 14 juillet, jour de fête nationale.

Voila trois fois que l’affiche A4 collée sur les poteaux de la ville attire mon regard. Un chat noir perdu le 2 juillet.

Justement, j’entreprends de redescendre la Grand’rue. Déserte. Un chat noir le long d’un mur qui semble craintif et qui se réfugie sous une voiture à l’arrêt dès que je m’approche de lui. Je le prends en photo et je retourne à l’affiche la plus proche.

J’envoie un SMS au numéro indiqué avec la photo du chat…

Des chats noirs avec des yeux jaunes, il en existe des milliers, mais sait-on jamais? Aucune réponse, aucun remerciement.

A Guebwiller, la ville est à l’arrêt. Les terrasses sont peuplées de quelques riverains venus là en observateurs. C’est le marasme. Les poubelles urbaines débordent le long des rives de la Lauch qu’on aimerait agréables et paisibles. Manifestement, nous n’avons pas les moyens ou la volonté d’organiser un service de ramassage adapté de tous ces déchets. Toutes ces villes de nos vallées vosgiennes sont en déshérence touristique. L’effet Covid est-il passé par là? Pas seulement! l’état catastrophique de notre patrimoine foncier est à faire fuir. Au fond de nous, on se rend compte de notre pauvreté chronique et de notre incapacité à entretenir ces architectures qui sombrent sous la crasse de notre civilisation.

Je vais vous faire une confidence tout à fait insignifiante et personnelle. Mon ophtalmo prend sa retraite. Oui, quoi de plus banal! Le problème est qu’il lâche dans la nature ses patients, aucun repreneur ne veut de son cabinet, pas assez grand? trop cher? je ne sais pas. C’est donc le fameux « demerden-sie sich » auxquels nous sommes conviés. Je serais tenté de laisser tomber ces gouttes quotidiennes dans l’œil qui protègent mon nerf optique du glaucome. C’est ce que feront immanquablement tous ceux qui n’ont pas les moyens de chercher un successeur à leur ophtalmo.

Au bout du quatorzième coup de fil, j’ai abandonné la tournée des ophtalmos de la place mulhousienne.

C’est le quinzième ophtalmo qui m’a trouvé un créneau inespéré en avril 2021, une place s’étant libérée (un patient décédé sans doute?).

Donc en 2021, mon ophtalmo sera belfortain.

Sur le même thème, la chasse au chirurgien-dentiste n’est pas mieux. A Thann tout est verrouillé. D’abord un répondeur impersonnel, puis envoyer un mail et prière de ne pas se déplacer pour prendre rendez-vous. Vous l’avez compris, le système dissuade en priorité les plus démunis.

Écrire un mail dicté au téléphone ainsi libellé: cabinetdentaire.sillonheinrich@orange.fr ne garantit pas que vous réussissiez du premier coup…mais la réponse est instananée

Bonjour, Nous sommes malheureusement contraints de vous dire que nous ne pouvons plus accepter de nouveaux patients. Merci de vous retourner vers un confrère.

Encore de nos jours, voir un chat noir est considéré par certains comme un mauvais présage. Cette croyance, bien qu’anecdotique au vingt-et-unième siècle, repose sur une longue histoire de superstition qui remonte à d’anciens temps et particulièrement au Moyen Age, époque de la « chasse aux sorcières ». (source)

Et alors?

Alors, ces signes démontrent l’incroyable déclin de cette France dont on nous vante encore la place de super-puissance.