Catégorie : Poussons un coup de gueule!

Les raisons de la colère du cycliste

Deutsche Technic

Plus cher qu’un pneu de voiture! Pour être sûr de ne pas avoir la berlue, j’ai pris une photo dans ce magasin de Mulhouse spécialisé dans le sport

Oui je suis d’accord, c’est marqué sur la boite Deutsche Technic. Et je roule avec ces pneus de route depuis bientôt vingt ans. En raison de la fiabilité et de la durabilité du produit.

Mais quand même faut pas prendre les cyclistes pour des gogos prêts à tout gober.

59 euros un pneu Conti Grand Prix 700/23, moi je ne marche pas. Inutile de faire l’effort d’aller dans le commerce local et achetons sur Amazon. Même avec le port, ça restera encore moins cher! (port gratuit pour 2 pneus)

J’ai voulu en avoir le cœur net: chez Alltricks, ce pneu est vendu …32.99 euros!

Je n’en dirai pas plus mais on a vraiment des commerçants qui se foutent du monde…et en plus c’est une franchisé porteur d’une marque nationale…

Publicités

Mépris de classe

le vélo électrique moins encouragé que la bagnole électrique

Jusqu’où va se loger le mépris de classe de l’État?

Jusque dans l’affectation de la prime à l’achat d’un véhicule électrique.

Si vous êtes candidat à l’achat d’une voiture électrique, l’État vous offre jusqu’à 6000 euros. Sans conditions de ressources, c’est à dire que les riches en profitent vu que la bagnole en question coûte dans les 30.000 euros.

Si vous êtes candidat à l’achat d’une vélo électrique, alors là c’est le parcours du combattant et vous n’êtes même pas sûr d’obtenir les 200 euros de la prime.

On vous le dit, pour Bercy, le cycliste est un pouilleux.

On le savait déjà.

à lire dans Carfree

Ces images qu’il faut voir

Fiorina, une jeune étudiante picarde éborgnée lors des manifestations à Paris le 8 décembre

« Au pays des droits de l’homme, les lanceurs de balle de défense, les grenades de désencerclement et lacrymogènes doivent être interdits. » Laurent Thines, professeur et chef de service au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Besançon

pétition en ligne pour un Moratoire sur l’utilisation des armes sub-létales

Quand Bloctel débloque

Le fameux Bloctel n’est plus qu’un lointain souvenir.

Bloctel nous a délivré du mal. Jamais un gouvernement n’avait autant pris conscience de l’intérêt qu’il y avait à interdire les appels téléphoniques indésirables.

C’était en 2014.

Depuis nous déchantons.

Le fameux Bloctel n’est plus qu’un lointain souvenir.

Sous les tropiques, un nouveau sous-prolétariat est né, la génération du clic ou encore le digital labor, auxiliaire de l’intelligence artificielle censé suppléer provisoirement à la venue du grand remplacement technologique. Il suffit d’un doigt et d’un casque sur les oreilles pour rendre dingue les trois-quarts de la planète.

Dans les années 80, on a tenté d’installer des centres d’appels téléphoniques en France dans les zones en voie de désertification. Peine perdue, le personnel a vite compris qu’on avait réinventé un nouvel esclavage.

Chaque jour, le démarchage téléphonique reprend à l’heure des repas, l’heure où l’on a le plus de chance de trouver un interlocuteur chez lui.

Je me suis fait une raison.

Une grave anomalie a été détectée sur mon isolation thermique, ma consommation téléphonique, de gaz, d’électricité…je ne sais plus.

J’abandonne, je me rends.

J’avais tenté au début de savoir si le temps était beau à Madagascar, histoire de passer un bon moment avec ma télé enquêtrice. Puis j’en ai eu marre. Je suis carrément devenu méchant, j’ai joué les inspecteurs de police, nom, prénom, adresse, date de naissance, profession du père, de la mère, nationalité,…il était devenu impossible à mon enquêteur d’enquêter, j’avais pris l’ascendant sur cette nouvelle génération du clic qui débitait son télé-scénario devant une console d’ordinateur.

La nana de Tananarive

Je connais la chanson.

Chaque oui, chaque non prononcé amène le télé-prospecteur au graal: il obtient de vous enfin une promesse de rendez-vous pour remplir tout votre grenier d’une épaisse couche de laine de verre.

Finalement, j’ai débranché mon téléphone fixe pensant me mettre à l’abri définitivement des appels émanant de l’océan indien. Peine perdue, maintenant on m’appelle sur mon smartphone.

Vous aimerez peut-être aussi…

...et aussi

Dettinger/Jouanno

le boxeur Dettinger a perdu son sang-froid

Figurez-vous que notre Chantal Jouanno va toucher 176.000 euros pour organiser le dialogue avec les Gilets jaunes.

Une somme rondelette pour discuter avec des gens qui émargent pour la plupart à 800 euros.

De l’autre coté, Christophe Dettinger qui a oublié qu’il n’était plus boxeur face aux gendarmes samedi à Paris.


La fédération de boxe, elle, est plus sévère. Elle fustige « le comportement inacceptable et honteux » de Christophe Dettinger dans un communiqué, quand son dernier entraîneur en date, Laurent Boucher, le traite de « con » sur France Inter. « En boxe anglaise, on apprend à ne pas taper un homme au sol. Jamais. Et lui, il l’a fait », regrette le coach.

Celui-là risque d’écoper de la peine max. Peut-être cinq ans.

Sa cagnotte solidaire atteint actuellement 118.252 euros.

En deux jours.

Je vais faire en sorte, comme d’autres, que Christophe Dettinger face mieux que Chantal Jouanno pour subvenir à ses frais de procès et à sa famille.

https://www.leetchi.com/c/soutient-un-boxeur-gilet-jaune

Borne à tout faire…

sans commentaire

Ces bornes anti-intrusion sont en principe destinées à empêcher le passage d’un véhicule à quatre roues, ou plus…on en trouve parfois remplacées par des rochers. Ce qui ne rebute par les agriculteurs de les déplacer avec leurs tracteurs tout en salopant les chemins.

En même temps (comme dirait qui vous savez), ces obstacles en pleine voie sont aussi des dangers pour les usagers cyclistes. Surtout à la nuit tombante. Sans parler de la nuit tout court! Une bonne âme l’a peinte en jaune fluo. Comme les gilets!

Il est everybody, le gilet jaune

En notre absence, la revendication continue! Il reste les stigmates ça et là d’une crise dont les acteurs ont déserté la place. Sur les ronds-points, depuis que les Gj sont partis, on assure la permanence du mouvement avec des slogans plus ou moins convaincants inscrits sur les murs. Il est non seulement le peuple notre gilet jaune, il est tout le monde! Je me souviens d’une époque déjà lointaine où l’on inscrivait sur les cabines de transformation de l’EDF dans les campagnes « Poujade avait raison ». De quoi avait-il raison Pierre Poujade? plus personne n’en sait rien. On peut dès lors s’attendre pendant de années à voir sur ce rond-point de Saint-Amarin « Je suis les Gilets jaunes » bien au-delà de notre souvenir de ce mouvement protestaire, une génération du « like » que tous les contempteurs de l’intelligentsia médiatique s’arrachent et tentent de maintenir en vie sous perfusion. Juste de quoi occuper la vacuité de notre espace politique décérébré.