Catégorie : Uncategorized

C’est l’été

Ne pas se laisser gagner par la morosité. Quand je n’ai pas envie de vélo, je stresse car au fond de moi-même, je crains de sombrer dans la paresse. La paresse physique. Il me faut donc un joker. Mon joker c’est le VTT. Je me dis si la motivation ne vient pas, tu rentreras au plus court. Finalement j’ai fait trente bornes comme un jour normal.

J’ai commencé par un escalier inconnu, celui qui mène au-dessus de Vieux-Thann. J’ai donc porté le vélo et ça m’a mis en température.

Je commence par les escaliers
Sympa le chemin au-dessus de Vieux-Thann avec les ombres portées
Je pars à Cernay en longeant la Thur jusqu’aux haras
Une chaleur incroyable en ce 16 février

Après: la routine.

Direction Schweighouse
parcours de santé de Schweighouse

J’ai fini par m’inviter chez les Gilets Jaunes à Burnhaupt. J’ai pris un siège, j’ai regardé les voitures passer. Puis j’ai repris la route.

Je me suis installé et j’ai taillé bavette avec les gilets jaunes. Puis j’ai repris la route.
J’ai grimpé dans la forêt et débouché à Aspach-le-Haut
Mon parcours du jour

https://www.openrunner.com/r/9582819

Publicités

Les potins du lundi

Tomi Ungerer a fait un tour de France à vélo en 1946. Il est mort le 9 février 2019

Le niveau zéro.

Nous cyclistes, on connait le niveau zéro. C’est celui du trottoir abaissé au niveau du fil d’eau qui permet de franchir les intersections sans tressauter. Un concept qu’aucun maître d’ouvrage ne sait réaliser correctement. En Allemagne, en Belgique, c’est automatique. En France, non. On ne sait pas pourquoi.


Les trottoirs partagés piétons-cyclistes à l’étranger

Pour la politique, le niveau zéro, c’est tout différent, c’est celui du caniveau aussi, mais celui où on touche aux affaires nauséabondes celles que les politologues sont à la limite d’y voir une affaire d’État comme l’affaire Benalla. Je ne m’étendrai donc pas sur cet abaissement du plus haut sommet de l’État qui fait de ses acteurs au mieux des bateleurs de gymnase en manche de chemise, et au pire des pieds nickelés qui désespèrent ceux qui croyaient encore aux Institutions de la République.

Passons!

Ni à l’école, ni à la maison, ni dans la rue, Linky Stop

Je regardais à la télévision ces millions d’hindous venus se baigner dans les eaux du Gange. Ils sont venus se laver de leur péchés. Des millions de pèlerins hindous étaient rassemblés, dimanche 10 février, sur les rives du Gange, lors de la journée jugée la plus propice de la Kumbh Mela, le plus grand festival religieux au monde qui se tient tous les douze ans à Allahabad, dans le nord de l’Inde. (France TV)

Cette croyance me fascine. Toutes les croyances me fascinent. Dans nos sociétés modernes, certaines ont franchi allègrement les siècles mais elles ne revêtent plus ces manifestations ostentatoires que les divinités hindoues continuent d’entretenir.

Sur le plan hygiènique quel européen serait capable de résister à un tel bain dans cet océan de bactéries véhiculées par le Gange? oui, un dieu hindou existe!

A Bourbach-le-Bas, la croyance au compteur Linky maléfique s’affiche sur toutes les façades. La persistance à croire à sa nocivité est supérieure à toute rationalité au point d’en devenir suspecte.

Ainsi, le département unique d’Alsace semble renaître en douce. Souvenons-nous que le referendum de 2013 avait poussé dehors l’idée de la collectivité unique et son usine à gaz institutionnelle. La collectivité unique revient par la fenêtre…un peu comme un remake du traité de Lisbonne qui a effacé le référendum sur le traité de Maastricht en 1992 .

Le 7 avril 2013, le referendum avait abouti à une structure pléthorique et finalement au Non à la Collectivité Unique. On nous ressert le même plat. Froid cette fois.

Embrassons-nous Folleville ! Bas-Rhinois et Haut-Rhinois filent à nouveau l’amour fou depuis que Hollande a inventé le Grand Est. C’est du Labiche, les deux conseils départementaux sont prêts au mariage. Avec quel assentiment populaire?… aucun!

Reste maintenant à savoir où vont élire domicile les jeunes mariés…Le Haut-Rhin risque de tomber bien bas. Voila un mariage arrangé que la famille Grand Est risque d’avoir en travers de la gorge pour longtemps.

Open-bar

Le tribunal cantonal de Rouffach impeccablement entretenu, anciennement couvent des Récollets. C’est sous administration allemande à partir de 1870 que ce bâtiment est devenu tribunal. C’est curieux au frontispice, il est écrit tribunal cantonal en français…un lecteur perspicace viendra nous donner l’explication…

Aujourd’hui c’était open-bar à Wattwiller.

On faisait la queue à la fontaine. C’était un jour sans badge.

J’étais parti avec le bidon à sec, pour peser moins lourd. Au retour, j’ai craqué à cinq kilomètres de l’arrivée. Les autochtones ont eu pitié et m’ont laissé passer devant. Un verre suffira!

Puis je suis reparti à Thann.

Rouffach

Beau temps et léger zéphyr favorable qui m’a poussé jusqu’à Rouffach. Des cyclos en nombre. Trois compères que je dépasse mollement à Readersheim sans esprit de conquête aucunement. A la sortie de Merxheim, j’étais suivi. Ils suçaient silencieusement. J’ai horreur de ça car ce sont des types pas du tout disposés à prendre des relais qui veulent juste profiter de l’appel d’air. Aussitôt, je m’écarte et j’arrête de pédaler. Très mauvais joueur le maxou. Ceux qui me connaissent le savent. Instant d’hésitation…Deux passent devant mais le troisième était dans les choux. Bien embêtant comme situation quand on est leader et qu’il faut attendre. Finalement ils se gareront.

Les hauts de Soultzmatt, joli point de vue sur le vignoble

A Rouffach, je prends Westhalten et je grimpe sur le chemin des vignes à Soultzmatt pour rejoindre Orschwihr.

La suite fut banale le long des collines jusqu’à Uffholtz.

https://www.openrunner.com/r/9543358

Moins trois

Le sport et le froid. Savoir se protéger

Ce matin temps sec mais froid.

Moins trois degrés.

La sortie vélo va être compromise d’autant que la météo ne prévoit pas de réchauffement. Avec tout juste deux degrés dans le meilleur de la journée, on pourra tenter un peu de VTT.

Le problème du vélo lorsqu’il fait froid, c’est le vent relatif qui accentue le ressenti. C’est ce qu’on appelle le refroidissement éolien très bien décrit ici.

Ainsi, par zéro degré si vous roulez à 20 km/h, le ressenti est de moins cinq degrés. Bien sûr, si vous affrontez un vent contraire, le refroidissement augmente.

Quand on prend de l’âge, il ne faut pas plaisanter avec ce supplément d’énergie que doit fournir le corps pour compenser le froid. Outre l’effort musculaire fourni, il faut aussi que le système cardio-vasculaire compense le froid qui resserre les vaisseaux. La pompe cardiaque est donc davantage sollicitée. Penser à bien se vêtir. Les cyclistes savent en général comment se protéger mains et pieds avec des équipements adaptés.

Il reste une solution: faire de la marche! En marchant d’un bon pas, le refroidissement ne sera plus que d’un degré et demi par zéro degré.