Catégorie : Uncategorized

Uhufels à pied

IMG_0306
Gare de Kruth, salle d’attente

Pourquoi grimper à Uhufels au-dessus de Kruth?

Tout simplement parce que j’ai aperçu depuis la route une balustrade à l’aplomb d’une barre rocheuse. Je ne sais pas encore que c’est Uhufels.

Je pars de la gare de Kruth à 14h50.

Sans carte. Erreur!

Je traverse la route en face de la gare.

Deux chemins

Je grimpe à gauche.

Est-ce le bon chemin?

IMG_0283
Je quitte Kruth

Ah, justement un randonneur descend avec son chien.

Il m’explique que ça grimpe fort, ne pas prendre le premier sentier à droite mais le second.

Ok!

Je grimpe…Oui, ça grimpe fort.

IMG_0281

Je passe un chemin, puis deux…je grimpe encore en me disant que je dominerai mieux la situation. Quand je vois la direction Le Treh, j’hésite à continuer.

Tous les trente pas, je m’arrête.

IMG_0285
A force de grimper, je prends un chemin à droite bien à plat

Heureusement que je ne dois pas pousser en plus le vélo!

Direction Gommkopf, je commence à douter.

IMG_0287
ici fin du chemin, que faire? je descends en zigzag

Finalement je tourne à droite et j’aborde un grand champ. En bas sur ma gauche une ferme que j’identifie comme étant Tschar une fois à la maison.

IMG_0288
Je continue la descente, à ma gauche une ferme, devant une cime, est-ce que Uhufels est derrière?

Je trouve un triangle bleu qui me mène enfin à Uhufels.

IMG_0291
Je touche au but

Je ne suis pas déçu, la vue sur la vallée est superbe, tandis que le soleil couchant achève de descendre sur le Frenz en face.

IMG_0294.JPG
voici les fameuses balustrades vues depuis la route

 

IMG_0300

IMG_0301
Tiens, une casquette oubliée…peut-être à Pierre?

J’ai honte de parler de ma descente pas très académique.

Je tente un tout droit, aidé d’un bâton.

Peine perdue: je me trouve à l’aplomb d’un précipice.

Aucune trace, aucun chemin, je longe la pente en tâtonnant.

IMG_0302
après une bonne demi-heure de descente à pic, je tiens le bon bout

Je saute sur un chemin en contrebas en provoquant un éboulis de cailloux.

IMG_0305

Mon TER m’attend.

Décidément, je ne suis pas un pro de la marche.

 

 

Publicités

Cycler à Malmö

Jeanne à vélo, mon confrère d’Orléans, nous rapporte de belles images de Malmö (Suède).

La vie cycliste y est fort développée.

30% des trajets domicile-travail se font à vélo!

On admirera la qualité des infrastructures cyclables, les garages à vélo luxueux et la quiétude de la circulation urbaine.

J’ai vraiment envie d’aller jusque là-bas.

malmo02
Je suis arrivé en Suède depuis Copenhague en train par ce pont. Photo de Olle Evenäs.

Je vous recommande l’article de Jeanne à vélo

Zoubeida apprend le vélo

velo-tunisie-1.jpg
image Marie-Claire

A Mulhouse, on a tenté quelques temps cet apprentissage du vélo en direction d’adultes.

Le CADRes mettait ses vélos à disposition.

Puis l’on a abandonné faute de moyens, l’association qui fédérait les bonnes volontés à Drouot s’est retirée du jeu.

La population féminine originaire du Maghreb est particulièrement rétive au vélo à cause de freins culturels qui empêchent les femmes de pratiquer.

Apprendre le vélo lorsqu’on est adulte est plus difficile.

On tombe de plus haut et ça fait plus mal.

D’ailleurs les moniteurs ne se pressent pas pour éduquer les adultes au vélo car ils craignent d’être tenus responsables en cas d’accidents.

Il y a des personnes qui trouvent tout de suite leur équilibre sur une draisienne, et d’autres pas.

C’est comme ça.

Puis viennent ensuite les pédales.

Les deviner sans les regarder, savoir tourner dans le bon sens, et contrôler sa direction.

Ce qui est étrange, c’est que l’appui des jambes sur les pédales neutralisent parfois la rotation!

Mes lecteurs doivent rigoler.

Mais c’est pourtant ça apprendre le vélo à un adulte.

Lire l’article dans Marie-Claire où des femmes tunisiennes apprennent le vélo

« Moi, mes parents avaient peur que je déchire mon hymen en faisant du vélo, et que je ne sois plus « vierge » pour le mariage », confie discrètement une jeune femme, sans vouloir dévoiler son nom.

Rouler. Un peu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un havre de paix au bord de l’échangeur routier

J’écris un mot pour faire mon titre.

C’est déjà le début de ma thérapie cognitive.

Thérapie, c’est beaucoup dire; je ne suis pas dépressif. Juste sensible aux choses de ce bas monde.

C’est à dire que dès mon retour de balade à vélo, j’éprouve le besoin de traduire mes pensées, mes émotions. Et si possible je m’applique « à faire beau », à respecter mes lecteurs et à trouver un cheminement, une cohérence parmi l’incertitude de mon itinéraire.

La sortie à vélo n’est parfois qu’un alibi pour raconter une histoire…et parfois éprouver le besoin d’en savoir plus.

Je suis roublard, je sais tout de suite dans la lande que le vent est de nord-est, c’est à dire froid.

Alors j’avance en longeant les haies protectrices, celles qui restent.

Puis je me cale dans la forêt.

Les étangs de Cernay sont un havre de paix comme un petit port bien abrité.

Je n’y ai rencontré qu’un cycliste avec un bonnet rouge tandis que je portais mon gilet j…

J’en fais le tour, puis je m’en vais.

Je butte toujours sur cette zone industrielle de Cernay et ses bâtiments sans âme.

Je longe des grillages à la recherche d’un improbable sentier bucolique.

Je franchis des ronciers…puis je fais demi-tour une fois coincé au bord de la voie rapide.

Je reviens sur mon titre.

Il change parfois car la tonalité de mes propos n’est plus en relation.

Aujourd’hui je garde mon verbe du premier groupe.

J’ai déjà posé mon point après rouler.

Alors j’ajouterai un peu, car mon voyage était facile aujourd’hui.

Liberté, égalité, fraternité

48266291_1075132769337632_371560618664132608_oLiberté, égalité, fraternité.

C’est la devise de notre République.

On s’en pare parfois comme pour mieux revendiquer notre vivre-ensemble.

Un vivre-ensemble chaque jour un peu plus malmené.

Ma liberté, dit-on, s’arrête là où commence celle des autres.

Vaste sujet bien difficile à démontrer lorsqu’on ampute un à un nos droits individuels comme par exemple quand le pouvoir vous défie de manifester ou vous prive de cette liberté d’aller et venir là où bon vous semble. Je pense en particulier à cette razzia opérée samedi dernier sur les Champs en contradiction avec le droit.

L’égalité est aussi chaque jour menacée puisque nos contentieux ne cessent d’invoquer ce manque de justice entre les puissants et les pauvres comme cette fameuse ISF qui focalise les rancœurs sur les ronds-points.

Enfin la fraternité.

Celle que nous avons rêvé est malheureusement mise à mal par cette société de plus en plus fractionnée et peuplée de gens devenus hermétiques à toute générosité humaine. Des indésirables « fabriqués » justement par notre République!

Vous avez dit « vivre-ensemble »?

Flamboyant

img_0266

Je n’avais pas de grandes ambitions.

Juste une promenade nature, comme d’hab.

Sur la digue, je m’arrête contempler l’étendue d’eau.

img_0246
Il a neigé la nuit dernière sur le Thannerhubel

La dame observe les oiseaux avec sa longue-vue.

J’en profite pour me renseigner sur le matériel.

Pas de doute, l’investissement est du même ordre qu’un beau vélo.

Il ne faut donc pas se tromper et se documenter avant l’achat.

img_0245

Compter 3000 euros avec le pied!

Puis je pars au bout du déversoir qui se jette dans la Doller…

img_0251

Déversoir de la retenue de Michelbach

Après mon passage chez les Gj…je file à Aspach-le-Bas.

Matthias est emmitouflé dans son sac de couchage, il mange les maquereaux à la sauce tomate que je lui ai apporté dimanche.

Sa situation n’évolue pas.

Avec les gelées, dormir dans la voiture devient problèmatique.

Je pense que son cas relève de la puissance publique.

En 2008, il a été accepté sur un terrain communal d’Aspach-le-Haut pendant six mois et il me montre la lettre où la municipalité lui demande de partir. Il n’ose donc pas renouveler sa demande qui s’assimile à celle d’un SDF.

Les communes semblent être réticentes à l’accueillir.

Pendant qu’il couche sur le papier des adresses d’amis à contacter, j’assiste au coucher de soleil.

Je les appellerai demain.

.

Gilets jaunes, jusqu’où aller?

img_0252
L’apprentissage de la lutte

Après les propositions du président de la République hier soir, je suis retourné voir les gilets jaunes à Pont d’Aspach.

Rien ne filtre.

Les femmes s’appliquent à confectionner des panneaux revendicatifs.

Sans fautes.

Une mini société s’est installée autour du grand giratoire avec ses codes.

IMG_0253

Faut démonter le campement coté Belfort demain, la gendarmerie nous a prévenu du passage d’un convoi exceptionnel…et libérer la place centrale où sont stockés les fourgons roumains et polonais.

La rigueur de la filtration des véhicules est toujours présente.

Les campements sont consolidés après la bourrasque de vent.

Les cheminements piétons sont améliorés à l’aide de moquettes et les pentes reçoivent des escaliers de bois.

J’ai des nouvelles du syndicat dit l’un qui s’engouffre au fond d’une tente…

L’équipe qui contrôle les arrivées de l’A36 venant de Mulhouse fait ranger les camions sur la file de droite. Ils sont bloqués à l’aide de poutres de bois.

Les voitures sur la file de gauche.

On ne rigole pas.

Il n’y a pas de chef ici me dit un retraité particulièrement vindicatif.

Les routiers et les paysans sont des pourris, on devrait bloquer les camions plus longtemps.

En face, on déverse un camion de palettes destinées à alimenter les braseros.img_0257

Il ne faut pas aller à Paris. A Paris ils nous coincent. Ici on est chez nous. Personne ne peut nous déloger.

Les sapins de Noël sont déjà plantés.

Manifestement, on ne sait pas sortir du conflit. C’est le statu quo.

L’acte V est déjà dans toutes les têtes.

Je repars sur mon vélo.

Dubitatif.