Eh ben, j’sors quand même…


A Wittelsheim, les nuages se déchirent sur les Vosges

La pluie a cessé à 13 heures.

Les nuages sont toujours menaçants.

Je prends le VTT.

Le terril Théodore qui dort

A Ruelisheim, je sors du bois, je contourne le terril Théodore qui dort et le long du Thurbaechlein, j’atteins Schoenensteinbach avec son bout de piste tout neuf qui ne sert pas à grand chose.

Le Moosgraben est sorti de son lit. Il s’est répandu sur la piste cyclable tant et si bien que deux canards s’y sont installés…

Le Moosgraben s’est répandu sur la piste cyclable

Oui, j’ai présumé de la hauteur de l’eau: mes pieds baignent à chaque tour, défense d’arrêter de pédaler avant la sortie!

Enfin à Sahel Vert, j’opte pour Wittelsheim.

Wittelsheim approche…

Wittelsheim, cité paisible. Des habitants pas contents et qui le font savoir.

Je vais chercher la passerelle de la piste de la Thur et je rentre avec un vent frais venu de l’est.

La Thur à Staff n’est pas contente et elle le fait savoir

25 km me suffiront à prendre l’air.

voir la trace

 

Publicités

Une réflexion sur “Eh ben, j’sors quand même…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s