Mois : octobre 2021

Arrêté à VTT par un tourlourou

Les vignes du Rangen
sur les hauteurs de Vieux-Thann
Après Wattwiller, chemin barré

Le monsieur en rouge s’est avancé vers moi, fusil en bandoulière.

  • Vous n’avez pas vu le panneau « chasse en cours »?
Willy Schraen, président de la FNC

J’étais dévié pour la seconde fois ce matin. Impossible d’aller plus au nord de Wattwiller; en cause les chasses. Remarquez moi je m’en fous des chasses, il faut bien qu’elles s’exercent puisqu’on ne cesse de dénoncer le gibier qui prolifère. Je ne suis pas comme Jadot qui veut interdire la chasse le dimanche. Et après? qu’est-ce qu’on fera de tous ces chasseurs désœuvrés dans leurs cabanes de chasse jusqu’à tard le soir? hein, qu’est-ce qu’on en fera?…

Ce matin balade automnale. Le temps s’est couvert de nuages peu à peu, puis le soleil est revenu.

A Wattwiller,temps gris
étang de pêche chemin de Soultz à Wattwiller
moto-cross de Cernay. on ne joue pas dans la même cour

Faut-il louer son VTT?

ALL MOUNTAIN AM 100S 29″ de Décathlon 1600 euros

Entretenir son VTT coûte un bras m’a dit l’autre.

J’avais calculé en 2018 qu’au bout de cinq ans, l’entretien coûtait le prix du vélo.

Ce n’est donc pas rien.

Mon exemple

  • achat du VTT: 2400 euros
  • entretien: 480 euros par an!
  • voir détail de mon calcul en 2018

Au bout de cinq ans, le vélociste tente de vous avoir au moral devant les factures qui s’allongent.

Mieux vaut en changer!… me dit-il

Zesty AM 4.9 de Lapierre 2400 euros

A quoi l’on peut répondre que bien entretenu, le vélo peut encore rouler. Le hic, c’est que le vieillissement commence à la fin par atteindre le cœur du réacteur.

Ça commence par les roues, que je viens de changer car moyeux irréparables (300 euros), puis viennent la cinématique du cadre tout suspendu et les vérins des amortisseurs.

C’est du lourd sur la facture!

Ne tergiversons pas: acheter un vélo neuf équivalent coûtera le même prix avec en moins le double plateau et avec en plus des roues de 29 pouces, une cassette gigantesque et une selle télescopique.

Globalement, c’est la même chose et ça coûte chez Décathlon 1600 euros (ALL MOUNTAIN AM 100S 29″) ou chez Lapierre le Zesty AM4.9 à 2400 euros.

Bien tenir compte que si vous achetez Décathlon, vous serez prisonnier de la marque et que votre vélociste local vous enverra paître si vous devez changer en urgence des plaquettes ou une chaîne le samedi soir…et que Décathlon vous immobilisera votre vélo un certain temps…

Il faut donc bien réfléchir avant d’acheter ce genre de matériel où les interventions sont fréquentes dès lors que vous êtes un usager intensif.

Vous avez le temps de réfléchir encore pendant un an: des VTT y’en a pas. Le marché s’est arrêté par faute de pièces avec le Covid. Le marché asiatique nous tient par la barbichette comme pour les bagnoles.

chez Décathlon, pas de vélos depuis le Covid

Faut-il louer?

Louer ne changera rien au manque de vélos. En attendant voyons si louer un VTT est une alternative intéressante puisque Décathlon le propose…

Par exemple le VTT ALL MOUNTAIN AM 100S de Décathlon est loué 48 euros pendant 36 mois. Mais à la fin il faut le rendre et payer les dégâts, s’il y en a. Pour éviter ce genre de déconvenue, Décathlon vous encourage en plus à souscrire une assurance (tous risques vol et casse)…mais les pièces d’usure et la main d’œuvre restent à votre charge.

Donc quel est le bilan locatif?

  • 36 mois à 48 euros 1728 euros (vendu neuf 1600 euros)
  • assurance tous risques casse +vol 3 ans 375 euros (estimé)
  • entretien 1440 euros (sur la base de mon expérience)
  • cout total location 3543 euros

Donc au final quand vous rendez le vélo, vous n’avez plus rien…et vous avez tout payé. Bon prince, Décathlon pourra vous le vendre au prix de l’occasion s’il y consent.

Je vous laisse méditer…

Alfeld, le barrage

Il est un peu bas, l’Alfeld (1888).

Temps magnifique alors je m’offre l’Alfeld en aller-retour.

La piste de la Doller est autrement plus confortable que celle de la Thur.

C’est tout pour aujourd’hui.

Elle tient dans la main

Idéal pour loger dans la poche…et pour l’oublier avant de partir!

Douarnenez

Aquarelle 40×30

Nucléaire, y voir clair

Fessenheim pas morte?

Les questions énergétiques reviennent d’actualité avec la pré-campagne présidentielle.

Le nucléaire est à nouveau en pôle position parmi les solutions possibles pour nous épargner les écrans noirs sur nos ordis.

Dit comme ça, c’est puéril, j’en conviens.

Pourtant il faut se rendre à l’évidence, nos sociétés libérales n’ont pas d’autres choix que de revenir au nucléaire pour passer « l’hiver énergétique » qui s’annonce avec la fin du tout pétrole et des combustibles fossiles.

Je ne vais pas finasser comme tentent de le faire les écolos en nous recommandant de porter des pulls à la maison les jours de grands froids. Non, chacun sait bien que le fameux mix énergétique sera constitué d’ici les trente prochaines années d’énergies renouvelables sous forme d’éolien et de solaire et pour la base de nucléaire.

Dans les champs éoliens, certaines tournent, d’autres pas…

Tout le reste n’est que foutaise, ne nous embarrassons pas à tergiverser. D’autant que le virage de la bagnole électrique nous attend au tournant!

J’ai toujours été partisan d’une économie administrée pour les industries vitales à la nation. L’Europe quant à elle veut faire la peau à tous nos monopoles au nom du sacro-saint libéralisme concurrentiel. C’était tout le contraire qu’il fallait faire en terme énergétique: construire une Europe de l’énergie.

les six scénarii possibles selon RTE d’ici 2050

Un p’tit coup de pompe?

Lezyne Mini Pompe vélo/VTT Pocket Drive Adulte Unisexe, Lite Grey Hi-Gloss, 141mm

Je crève moins. C’est un constat. Même si je me crève plus dans les montées. Le cycliste s’identifie tellement à sa machine qu’il personnifie toutes les réactions de son vélo.

Donc mon vélo crève moins que par le passé. Peut-être tout simplement parce que je roule moins et que la probabilité d’une crevaison diminue. Peut-être aussi parce que le matériel est meilleur. J’utilise toujours des pneus Conti depuis au moins vingt ans. Bien meilleurs que ne l’ont été les Michelin d’alors.

Il me faudra donc une crevaison pour constater que ma mini-pompe antédiluvienne ne pompe rien. Le mini c’est bien beau du point de vue encombrement mais c’est loin d’équivaloir la grande Zéfal qu’on attachait sous le tube horizontal.

Donc je viens de m’acheter à nouveau une pompe (la Lezyne ci-dessus), une mini dont on dit du bien sur le net. On verra…

Le raccord flexible redevient une évidence pour nous les cyclos. On a tellement galéré avec ces pompes sans embout qui se connectaient mal, tellement tordu de valves et manqué d’appui pour pouvoir monter en pression confortablement que le flexible vissé est indispensable. J’en avais emporté un dans ma sacoche de selle et ça faisait rire les copains lorsque je le sortais pour dépanner l’un ou l’autre.

Défense de rire!

Les mômes s’amusent avec ça parce que ça les fait rire. Nous non! La cartouche de CO2 est bienvenue aussi pour nous soulager lorsque l’air vient à manquer dans les pneus. J’en ai toujours une avec moi. Il ne faut pas la rater en l’appliquant sur la valve. Avec 16 grammes, on a assez pour rentrer sans recours à la pompe. A moins de crever une seconde fois!…mais ça coûte deux balles à chaque fois en plus de la chambre à air.

Avec 16 gr de CO2, vous avez assez pour monter jusqu’à 9 bars sur un 700/23 et 2 bars sur un VTT de 29 pouces

Je ne m’aventure pas dans la bombe d’étanchéité car je n’en ai aucune expérience en route. Je doute que ce soit la solution universelle…En revanche je l’utilise sur le VTT en tubeless sans difficulté.

Media 0

Roulez!

Chèque carburant 2021 : conditions, date de versement, montant - Mag Eco.

Le chèque redevient tendance

Avec son chèque inflation de 100 euros, Macron donne un sacré coup de pied à l’écologie. En même temps qui peut croire qu’on va nous réconcilier avec le dogme d’un libéralisme fou qui se cherche dès que le marché énergétique s’enflamme?

Je me marre. En douce. Car encore une fois Macron tire son épingle du jeu en puisant dans la caisse à pognon. Ce dernier coup est un coup de maître: il satisfait à la fois les Gilets jaunes qui piaffent d’impatience de réoccuper les ronds-points et il mécontente la gauche écolo qui ne va pas manquer de s’offusquer devant cet encouragement à polluer au volant de sa bagnole.

Je cherche

Je cherche dans les méandres du cheminement de la pensée libérale comment nos grands décideurs vont contourner l’obstacle majeur de l’épuisement énergétique de la planète. En attendant l’électrique total, on bricole nos bagnoles. Ça rappelle les gazos pendant la guerre. Un peu de colza mélangé fera l’affaire. Et de l’hybride pour faire passer la pilule de l’essence chère.

La France a cet handicap que n’ont pas les pays nordiques, elle a une population urbaine ET périphérique. Les urbains et les rurbains. Les uns et les autres n’ont pas les mêmes préoccupations pour se déplacer. Le Haut-Marnais du Grand Est s’en fout que les TGV soient en grève, ce qu’il veut le Haut-Marnais, c’est sa bagnole. Il n’a besoin de rien d’autre.

Va t-on rouvrir Fessenheim?

Comme il est désormais avéré que l’électrique est notre lendemain, quid du nucléaire? Va t-on rouvrir Fessenheim? C’est notre prochain enjeu le nucléaire. Les Allemands se mordent les doigts de l’avoir abandonné. Nous, on l’a encore. Mais l’Europe fait tout pour nous décourager en enfonçant la tête sous l’eau de notre fleuron EDF. Vente forcée de l’énergie nucléaire à prix coûtant à la concurrence, subvention de l’éolien en puisant sur nos factures EDF, démantèlement du service public de l’énergie.

Vous allez voir comment l’Europe de Bruxelles nous envoie dans le mur au nom du dogme libéral.

Y’en a marre des lotissements!

Emmanuelle Wargon, obscure ministre de Macron, a réussi le buzz pendant quelques heures la semaine dernière avant de retirer ses propos…

L’écologie politique même lorsqu’elle s’exprime dans les rangs de Macron a bien du mal à se faire entendre comme on vient de le voir avec Emmanuelle Wargon.

Marcel Gauchet qui publie Macron, les leçons d’un échec n’est pas tendre avec l’écologie. Sa façon de la ringardiser continue d’instiller le doute sur la véritable trajectoire d’un mouvement qui cherche à convaincre au-delà de ses thuriféraires. Car l’écologie est une religion.

extraits…

Télécharger Macron, les leçons d'un échec • Comprendre le malheur français  II • Marcel Gauchet, Eric Conan, François Azouvi (2021)_ePub - Yggtorrent

Par un phénomène aussi remarquable que facile à comprendre, c’est dans les métropoles que le souci écologique est le plus vif, à la mesure du découplage vertigineux avec la nature qui s’y opère, mais en toute inconscience de la contradiction qui l’habite. Vouloir rendre écologiques les métropoles, c’est vouloir rendre écologique un objet intrinsèquement anti-écologique ! Il ne s’agit plus d’installer les villes à la campagne, selon la célèbre boutade, mais d’installer les campagnes à la ville! On est devant une irrationalité collective radicale. (Marcel Gauchet, Macron les leçons d’un échec les Essais, Stock)

Oelenberg, l’abbaye à VTT

Etoile 78 Vieux-Thann

Sortie en groupe ce matin. Deux à trois degrés seulement au départ.

Une sortie vivifiante et sympathique.

Le tour du samedi

La première pente à la sortie de Willer est intimidante

Lorsque je grimpe le col Amic de ce coté, je sais à quoi m’attendre. J’ai besoin de mobiliser mes forces. Un peu plus chaque année qui passe.

Avant Goldbach, je connais le passage à 8-9% avant le moulin. Puis viennent les lacets avant d’atteindre le village. On est un peu à mi-chemin de cette pente qui fait…8,8km jusqu’au col Amic.

Après Goldbach, on a encore un passage à 8-9% au niveau de la rue du Ruisseau à la sortie du village.

Bien sûr que je rame avec mon cardio qui flirte le 150! Je ne me permets donc aucune fantaisie du genre passage en danseuse.

  1. à Willer km8 (376m)
  2. à Golbach km 14
  3. au col Amic km16.8 (828m)
A Kohlschlag, la forêt revêt sa tenue d’automne

Dans la descente de l’Amic, prudence! J’ai mis ma lampe à flash dans la pénombre pour bien me signaler des voitures qui montent.

Descente de l’Amic coté Soultz

A l’entrée de Bollwiller, un plat! Un plat rapide qui indique un pincement sur un raccord de voirie en traversant la 4 voies. Je ne trouverai les deux trous caractéristiques du pincement qu’à la maison en gonflant avec ma pompe à pied. Je jette la chambre comme toujours car je suis incapable de réparer ces caoutchoucs.

Jungholtz et son vignoble

Crever rarement réserve des surprises: par exemple impossible de gonfler avec la vieille pompe. Heureusement j’ai une recharge de CO2 16gr qui va marcher impeccablement. Faut juste savoir s’en servir. J’ai déjà vidé des cartouches sans rien gonfler du tout et j’ai parfois eu affaire à des cartouches vides!

C’est donc une question de méthode: s’assurer que la vanne de perçage est ouverte avant de visser la cartouche, c’est préférable et installer l’embout correctement sur la valve avant toute chose. Le gonflage est instantané. A Staff, je m’arrête pour tâter le pneu…toujours autant de pression. Quelle chance j’ai eu aujourd’hui!

Bichrome

acrylique sur carton 40×30

Ma matinale

Vieux-Thann et les brumes sur le massif

C’est une course de quartier pour se mettre en action.

Cette semaine, j’ai snobé mes vélos alors il est normal que je me rattrape avec un jogging.

À trottinette

5 km/30 mn, la trottinette assure le complément de voyage une fois descendu du tram ou du train

Yves Montant la chanterait-elle? à la place de la bicyclette ? Les habitudes changent. La trottinette va t-elle supplanter le vélo en ville. J’ai encore essayé aujourd’hui. En multimodal, la trottinette a ses atouts. Elle sait se faire discrète dans le tram, elle est pliante, légère et passe inaperçue dans les commerces. Je porte la mienne en bandoulière et je la loge facilement dans une petite voiture.

Dans le tram la trottinette se fait toute petite

Le hic, c’est l’autonomie et la vitesse. Au delà de cinq kilomètres mieux vaut le vélo. La vitesse? Je l’ai mesurée à 10 ou 12 km/h. La charge transportée ? Un crochet modeste au guidon, le mieux est le sac à dos.

Pour en savoir plus https://velomaxou.com/2019/08/08/trottinette-un-outil-urbain/

La lettre d’un mardi

Cycles Cadence (29 pouces,pneus 2.8, freins hydrauliques,pédalier 30 dents, bagages Marion et Quentin) source 200 n°30

Lorsqu’on rentre à la maison, le travail de dépouillement commence.

Les courriers, les journaux, les traces GPS.

200 est arrivé

Il est toujours branché junkie du Gravel, 200. Mais dans le concours de machines (image ci-dessus), j’ai comme l’impression que le vainqueur se rapproche du VTT.

Finalement je reste scotché devant ce vélo avant de reprendre mon écriture.Mon VTT rend l’âme doucement. Son séjour dans l’Hérault a révélé ses failles. Un bruit de ferraille qui reprend dans la transmission, un amorto arrière qui s’effondre. J’avoue que je me lasse. Investir…, investir dans les mises à niveau commence à me coûter bonbon. Je viens de remettre 300 euros dans un jeu de roues. Je pense m’en défaire. Mais je veux trouver quelqu’un qui saura lui redonner une seconde jeunesse et ne pas faire un marché de dupe. Si je le brade 200 euros, il faudra mettre au bout pour réviser l’amortisseur.

Bon après ça, quoi prendre?

Évidemment je ne pourrai pas échapper au mono-plateau et au 27.5 ou 29 pouces. Il me faudrait aussi une selle télescopique et peut-être abandonner les pédales SPD (?) avec lesquelles je ne suis plus assez alerte…

On pense au Gravel avant de changer. Moi aussi, j’y pense. A une seule condition: arrêter les sentiers casse-gueule!

L’AG de mon club Etoile 78 est terminée

Le trésorier Gérard Hauck a pris sa retraite bien méritée après 25 ans de service. Faire 25 ans dans un club, c’est un beau score. Trésorier, c’est un job fait de discrétion et de rigueur, sans décourager les entrepreneurs. Vaste dilemme! L’AG de club est devenu un truc convenu où ne viennent que les inactifs, les anciennes forces, les réservistes. Quarante membres, vingt participants! Parfois des habitués de l’AG que je découvre pour la première fois qui doivent rarement prendre leur vélo, même pour venir à l’AG. Les jeunes, ceux qui se défoncent le dimanche matin sur le vélo s’en foutent de l’AG. C’est la déroute du monde associatif qui se poursuit. Quand je sors de l’AG, j’ai l’impression d’avoir assisté à des obsèques.

Vacances

Sillonner le massif de la Gardiole à VTT, un bon passe-temps. Toujours étonnant de revoir son parcours erratique…

J’ai emporté l’ordi avec moi. Pour charger des parcours locaux sympas, il me fallait l’ordi. Seul hic! Garmin n’accepte que Window pour charger Base Camp, l’interface ordi/GPS. Et comme je suis en Linux (Ubuntu), je n’ai rien pu charger du tout.

J’ai donc improvisé. Comme ci-dessus avec la Gardiole. Ou comme ci-dessous dans le triangle Lattes/Palavas/Carnon…

Trouver des parcours en bord de mer dans les zones peuplées devient délicat (Lattes/Palavas/Carnon)

Match vélo/trottinette, vainqueur trottinette

X-Tron X10 10 pouces 2400W 52V 23.4Ah Scooter électrique à double moteur 65Km/h Vitesse Max 60-80Km Gamme 150Kg Charge Max Distinguer une vraie d’une fausse trottinette n’est pas facile

Il faut l’accepter: le vélo en ville a perdu le match de la mobilité douce.

J’avais eu un premier signe du « phénomène trottinette » à Metz. Larges trottoirs, pourquoi s’encombrer d’un vélo qui une fois rendu devient embarrassant et vulnérable et qui au surplus est astreint au Code de la Route.

A Montpellier, la trottinette est devenue reine, le vélo a perdu la partie. On les appelle EDPM (engin de déplacement personnel motorisé). La trottinette est l’un de ces engins roublards: elle se faufile partout passe du trottoir à la route, ignore superbement toutes règles routières puisqu’elle passe alternativement du statut de véhicule à celui de piéton (à roulettes). Pourtant les règles existent…

Je ne sais pas comment les pouvoirs publics vont pouvoir sortir de cet imbroglio qui place l’usage sauvage de la trottinette au premier rang des engins les plus rapides pour aller de A à Z en ville, concurrençant voiture, taxi, autobus, tramway et…vélo.

En on t-il seulement le pouvoir et les moyens?

Certes, on peut s’attendre à des accidents en nombre. Même de jeunes mères de famille vont chercher les enfants à l’école avec la trottinette!…et reviennent avec l’enfant à bord!

Montferrier-sur-Lez

Le monsieur baisse sa vitre devant l’église et observe mon vélo. Vous êtes montés sans électrique ? Oui!…La grimpée par le sens interdit est redoutable. On a choisi de rentrer par l’autre coté du Lez.

Pour tout dire parcours complètement improbable consistant à remonter le Lez depuis Montpellier. Au final, on aura plus de routes ingrates que de pistes. Mais enfin, j’observe que l’agglomération fait des efforts pour les déplacements doux.

Retour à Montpellier

Lez majesté

Je prends mes jambes à mon cou. C’est pas facile. Heureusement je peux me mettre en pause le temps d’avoir le feu piéton. Faut pas croire, aller au Lez ne coule pas de source. Le Lez se noie dans la ville et passe sous les autoroutes en douce. Mon jogging est automatique. Je veux dire que je me déplace en ville comme un automate. Je crains pas de perdre mes jambes en route: elles se débrouillent seules. De temps en temps j’envoie un coup de klaxon, aux jambes. Elles déconnent souvent aux feux. Elles ne savent plus arrêter alors je freine, brutalement. Les mecs au volant applaudissent. Puis le long du Lez je pense à Frêche qui voulait faire voguer des voiliers comme Robert Dhéry et son Petit Baigneur sur la Seine.Je l’aimais bien Frêche. Il avait l’envergure de Mitterrand pour tromper le petit peuple.

Trompe l’œil sur l’immeuble. C’est pour de faux, bien sûr

La vie citadine est une belle escroquerie. Il suffit d’y croire. Je vais encore y croire. Une fois.

Vic la Gardiole

Graphe du à Honk

Je me suis échappé de la métropole de l’Herault. Au col de la Tortue je suis dans mon élément. J’avais chargé un parcours sur Openrunner qui s’est avéré difficile pour moi. Des singles étroits parsemés de relances dans la roche à vif, du schiste affûté comme des couteaux qui ne pardonne pas si on chute. Je suis sorti pour me contenter des grandes pistes prévues pour la DFCI, La Défense des Forêts Contre l’Incendie. Belle vue sur la mer et sur Sète. Des réservoirs peints par des grapheurs , une piste de brousse pour avion et une tour de Guêt. Un bon bol d’air frais par grand beau temps.

Belle signalétique

Saint-Quay-Portrieux

acrylique sur toile 40×50

Le camping de St-Quay est géant. Il domine la mer. J’ai attendu que la brume se lève. Mer calme.

Le Croisic

Presqu’île du Croisic

aquarelle 24X32

Point de vue

Bitschwiller-lès-Thann

Je commence par le plus dur, grimper au Hundsrück. Je redoute toujours ce coté là car c’est une épreuve physique millimétrée où chaque pourcent de pente, chaque pulsation compte dans le bilan final, à savoir parvenir en haut. Et après? après vogue la galère! on se laisse filer dans le vent.

Je rentre à point nommé: la pluie est revenue.

Le travail cardiaque dure pendant les 50 premières minutes
le profil du Hundsruck coté Bitschwiller, puis le Schirm

La Russie d’alors

J’ai mis quatre mois à venir à bout de ce bouquin. Près de 934 pages à parcourir cette saga de la bourgeoisie russe du XIXeme siècle. L’idiot, c’est le prince Muichkine. Mais on ne sait pas si réellement il l’est, idiot, après son passage sanitaire en Suisse. Curieusement la Suisse du siècle passé abrite les malades et les sanas. Question d’altitude! (La montagne magique de Thomas Mann)

Bref, pour moi cela a été compliqué de suivre les méandres de l’histoire rien qu’avec les patronymes russes où Muichkine est projeté dans un monde cupide, arriviste et passionnel. On y trouve des méchancetés, des compromissions…et d’impossibles noces.

Vingt ans de travaux forcés en Sibérie à la fin pour le sanglant Rogojine. Je tombe des nues, je croyais que c’était Staline qui avait instauré la déportation de ses sujets. Fiodor l’a devancé.

Cette fois je vais m’accorder une lecture plus légère.

B’cloo, le vélo breton

Ils ont des vélos ronds, vive les Bretons!

C’est dans une vitrine de Perros-Guirec que j’ai vu cette bécane. Elle est bretonne. La firme dit de son vélo que c’est le Fat-Bike électrique et fracassant. Le prix aussi à 2799€.

Quoi qu’il en coûte, comme dirait l’autre, l’adopter c’est lâcheté.

Je vous laisse méditer sur ce calembour foireux un matin pluvieux.

Allez plutôt voir le site de B’cloo, le biennommé…

Dire les choses

https://lh3.googleusercontent.com/6U8Pxewi_UZsnewCqqp_q8-PCl0KjsNFIXlVHMf78re2m8FMtp-6gszowbQdr0Em_VlSso6_ggqEBLJPhleE5TPRsHfS62kFsMG_XJa5SYcwn3rAvv4x_BORfFO3J5rHAsYJ6XuGgdIziBs9fsVUf6e-RX_rBbUCPO2idGsWEdYr1_udMpOx46hXGcmREdDbOH1I1EHdXtPI0ePqG29zoHvGF7AZF8zdaYzxi8bj3i8WI7Y0Q3y7RxyekvnHA8iaDRr55_P_9AAqCPSQJHl0v9BGcE6SG1TqqvEle0reJyXKKowYKjlXop_QdlS9Ogt3W_nCpF8Y0rEOWdsiAoxRaczW612P3NKP3M3khiteNZZ02ugXmqChZuoAP79NiNiEw7pn5JX8IsbwhGP3b1KSWbvwBgvKcK7rDSt-NmYDcqx9VvJufPtw35Q29OnRjeQYkDvwkLkafY2hHNWLm-BQpw0ROox64x4CfeINbD7qniH50Eag_vmgPrfhFuFZJl60tYAs_UqsdszyVNaTHRRN6X4AeKE4J6eJelhjTgE8fLNpJV7zVMfdkUBKCNiOEhS8zJdNUy_sVtyixXNocLaqC396OqTGzlavw5a5JGMdS9nahxX9t02M6-zMIqQQpPbg_JavNhaFzJ7ekxpEQrwMRkkAbXJb6ysKeGXMrkUOvAgfpcZoy5TCyN7SFndyVguLLziupORg4lXpYlp3c47964Ci=w1116-h836-no?authuser=0
Que fait cette Decauville à l’Ile Napoléon? je ne sais pas. Mais un lecteur perspicace va nous l’apprendre…peut-être servait-elle au halage le long du canal?

Je n’ai pas abandonné mon blog. Non! J’y éprouve toujours de l’intérêt, celui de pouvoir écrire et dire les choses.

J’en ai quelques-unes à dire depuis la fin de mes Potins du lundi.

D’abord le vélo.

J’ai apporté tout récemment ma participation aux Amis du Randonneur, une association qui vit grâce à ses membres et qui promeut une certaine façon de voyager à vélo en marge de toute férocité cycliste.

Deux jours autour de Guebwiller, c’était mon projet. J’ai été plutôt déçu: trois participant(e)s dont l’une s’est désistée dès le premier kilomètre. Je ne suis donc pas prêt de renouveler l’opération pour laquelle je m’étais investi en étudiant des cartes et des parcours présentant de l’intérêt.

Ensuite, maudite météo, j’avais ambitionné d’aller faire hier du VTT aux Chanoinesses de Remiremont. Patatras! on nous annonce un déluge. Je sursois donc. Que nenni, il n’a plus que l’après-midi.

Une pluie assez soutenue toutefois pour transformer Paris-Roubaix en enfer boueux et les grognards repeints en kaki à la télé.

Sinon, j’aurais très bien pu me rendre à Rixheim pour les Randos de la Commanderie

Du rififi au CV?

Je ne sais pas si l’opération « Itinéraires partagés » engagée à Uffholtz entre le Club Vosgien et les vététistes est du goût de tous les marcheurs. J’entends des voix discordantes à lire dans l’Est Républicain. « Comment comprendre que la principale association de randonnée pédestre du massif ouvre ses sentiers les plus précieux à la fréquentation des deux-roues avides de vitesse et garants de dégradations multiples ? […] Comment comprendre que soit méconnu le danger qui résulte de la cohabitation entre montagnards paisibles et descendeurs ? […] Comment comprendre le soutien à ce laisser-aller du Parc qui se veut le défenseur de la tranquillité ? » (Dominique Humbert, président de SOS Massif des Vosges)

Joseph Peter, initiateur du projet des itinéraires partagés répond «  Méconnaissance des réalités du terrain ». Le nouveau président du CV68, lui-même un temps bête noire des vététistes, rappelle que les pratiques sportives et sociétales ont évolué depuis 30 ans« 

Il est vrai que Joseph Peter a mis de l’eau dans son vin lui qui déclarait « le VTT étant un véhicule sur le plan juridique, le vététiste doit pratiquer en dehors de nos sentiers étroits, inférieurs à un mètre. » 

Je ne vais alimenter cette polémique car j’observe que sur le terrain les choses s’arrangent dans l’intérêt de tous. J’observe aussi que ce combat anti-VTT est plutôt perdu d’avance si l’on considère l’avènement du VTT électrique qui prospère à grande vitesse avec des pilotes pas toujours rompus aux règles de bienséance à l’égard des autres. Il faudra donc faire avec!

Pour ma part, j’ai perdu toute fougue ravageuse à VTT et je me contente souvent de grimper à pied.

Encore une chute!

Ça devient problématique, je chute de plus en plus souvent. Ce matin encore en grimpant le Rangen.

Deux alertes cyclos me dépassent sur leur VTTAE. C’est fou ce que ça pulse le VTTAE dans les cailloux. Moi je tombe quasiment à l’arrêt. Un passage caillouteux pentu, la roue arrière s’emballe et boum! je suis à terre et pas le temps de décaler.

je tombe là à la montée

Évidemment ça fait mal, la hanche, puis le coude, puis le casque et pour finir le genou, hibou, chou, caillou. Heureusement je n’ai pas cassé le col du fémur! Je suis comme la tortue sur le dos pour me remettre debout. L’arthrose m’empêche de me lever facilement, je dois me remettre à quatre pattes avant de pouvoir me relever. Quelle misère!

Je ne me désespère pas. En première intention, je peux passer aux pédales sans cales.

encore le genou!
anti sanglier dans le Rangen. je doute de l’efficacité
au-dessus du Rangen
Asics Gel-fujitrabuco 8 Directoire Blue/white Directoire Blue/whit - homme - 42
Asics

Pour finir, j’arrive à Waldkapelle. Le joggeur arrive, il attend sa copine. « On va jusqu’à Turenne » me dit-il. Bonne route! Même à vélo je n’arrive pas à suivre. Il m’a dit que je devais éviter de courir sur l’asphalte et que ses Asics sont meilleures que mes Hoka