Catégorie : Humour

Franchouillard le vélo?

On pourrait dire aujourd’hui ringard. Cette image du vélo nous colle à la peau, à nous les cyclistes à sacoches, les cyclistes à remorque, les cyclistes boudinés dans leur cuissard à élasthanne au bord de la rupture.

Jean Carmet et Michel Audiard l’avaient tout de suite vu: ringardiser le coureur cycliste ferait marrer la France.

Cinquante ans après on ne se marre plus, on rame. On rame pour faire revenir le vélo au rang qu’il mérite dans les mobilités urbaines.

Carmet et Audiard, vous nous avez joué un sale tour.

La République exemplaire

le successeur du char Leclerc?

Le 14 juillet approche. Le président Macron échaudé par les fastes de son ministre de l’écologie de Rugy du temps où il était président de l’assemblée a décidé de frapper un grand coup lors des festivités de la fête nationale.

Le GIGN est aussi appelé à défiler le 14 juillet et risque de griller la vedette au Tour de France. Son équipe cycliste parfaitement camouflée au sein du peloton sera à même de déjouer toutes les tentatives terroristes

Dimanche à la place des chars Leclerc, mon petit doigt me dit qu’on peut s’attendre à voir défiler des pelotons cyclistes moins gourmands en énergie et tout à fait adaptés à la rigueur budgétaire imposée aux armées.

Meuf moche à vélo

Le machisme n’est pas mort.

Mieux vaut être femme moche à vélo si vous ne voulez pas être importunée sur la route, Mesdames. L’article du Journal des Femmes tend à accréditer cette thèse.

A bicyclette aussi, elles subissent quotidiennement, leur lot de phrases déplacées et regards insistants.

La vie en société est pour beaucoup devenue trash peu sensible au fair-play et encore moins à la galanterie. Il est vrai que les compliments flatteurs sont souvent perçus de nos jours comme une flagornerie de mauvais aloi.

Notre arsenal de lois contre le harcèlement sexuel est là pour réfréner les ardeurs des matamores aux biscotos tatoués qui font les yeux doux aux cyclotes depuis leurs camionnettes.

Mais les types à vélo ne sont pas en reste. Il est vrai que pousser une cyclote en détresse dans une côte est aujourd’hui très mal vu. Personnellement, je ne m’y hasarderais pas…surtout si le mari suit en voiture!

Cela dit faire du vélo pour une femme véhicule toutes de sortes de clichés sexistes plus ou moins de bon goût.

articles en relation…

https://velomaxou.com/2012/11/10/ils-ou-elles-font-du-velo/

https://velomaxou.com/2016/09/24/liran-interdit-le-velo-aux-femmes/

https://velomaxou.com/2017/01/05/le-dimorphisme-sexuel-a-velo/

https://velomaxou.com/2011/01/06/bicyclette-et-organes-genitaux/

Le Tour sans détour

Je suis allé voir le Tour dont on parle tant.

Installé à Bitschwiller, j’ai attendu devant la rue déserte. Une gendarme interdisait de traverser à quiconque tandis que son talkie crachotait « Soultz ouvert ». Pourtant la rue était déserte, les quidams engueulés ne comprenaient pas.

Puis un caravane est arrivée. Une caravane publicitaire. Haribo, le Gaulois, X-tra, Amora, FDJ, …non tout cela me laissait de marbre, même si j’ai manqué de recevoir dans l’œil un berlingot de moutarde, je suis resté zen.

Non, ce que j’attendais, c’était la 2CV Cochonou. Lorsqu’elle est arrivée à ma hauteur, j’ai compris que la France profonde pouvait rentrer chez elle rassurée.

Dans le cochon, chacun le sait, tout est bon.

Alors que les badauds vidaient les trottoirs les poches gonflées d’Haribo et d’échantillons X-Tra, une bande de coureurs cyclistes bariolés s’est engouffrée dans la montée du Hundsruck dans l’indifférence générale.

Pour le reste, je vous renvoie vers les gazettes spécialisées.

Décroissance

le feu est passé au vert et notre homme, le mollet saillant, s’échappait déjà en quatrième vitesse en direction de Leimbach.

Je suis au feu rouge de l’Intermarché sur mon VTT.

L’autre confrère routier arrive au feu presque irrité de devoir marquer le pas. Salut amical. Je sens qu’il est pressé d’en découdre avec lui-même.

moi: ça y est, c’est parti pour un grand tour de Rammersmatt?…

lui: oui, Rammersmatt, Bourbach, Hundsruck, Vieil Armand, Amic, Grand Ballon, Markstein! Je pense éviter l’orage.

Heureusement, je n’ai pas entendu la suite des son périple dominical qui m’aurait gâché la matinée car le feu est passé au vert et notre homme, le mollet saillant, s’échappait déjà en quatrième vitesse en direction de Leimbach.

Je ne sais pas comment ces cyclistes, celui-là dans la force de l’âge, vont aborder fatalement un jour leur décroissance d’exploits.

Moi, j’ai déjà commencé à rouler en mode sauvegarde…pour ne pas dire secours. Ma décroissance est lente et je la commence tôt.