Chargeur de batterie

Pour le cycliste

Pour le vélo

Faire pipi à vélo

Pompes en vente

chaussures Lake CX403. La tige en cuir de kangourou est, parait-il, très confortable.

Pascal Bride s’est trompé de taille. Alors il vend ses godasses sur mesure après 1000 km de souffrances (en deux sorties seulement!).

Modèle de base à 469 euros. Vendues à moitié prix. C’est donné.

Plus de détails sur ces chaussures mirifiques

On peut joindre Pascal Bride sur sa page FB.

Je classe en rubriques « matériel », « humour » …et aussi « coup de gueule » si ça déplaît.

Péter ou faire du vélo

C’est à vous de choisir. Péter ou faire du vélo revient à soulager l’intestin.

C’est ce qu’on peut lire dans le Midi Libre :

pour mieux se libérer des gaz d’échappement..

il est recommandé d’une part, de « les faire passer lors de chaque acte de miction ». Et d’autre part, de faire du vélo pour soulager les ballonnements.

Une fois soulagé, vous allez pouvoir attaquer le Grand Ballon sans difficulté.

L’assistance vélo

1 mai 2011

Au théâtre demain soir

dossier cyclisme http://www.eps68.site.ac-strasbourg.fr/

Des tombereaux d’eau se sont abattus sur l’Alsace

Je suis resté coi derrière ma fenêtre et j’ai dû malgré tout me rendre sur mon VTT à cet examen de passage de « l’agrément vélo » proposé par l’Education Nationale.

Une modeste revue de capacités pour accompagner des sorties scolaires autour de l’école. Tourner autour de plots en plastique sous le préau, lever le bras en l’air « poing fermé » pour signaler qu’on s’arrête, attraper un anneau et le redéposer plus loin, sans mettre pied à terre.

Il reste à attendre le verdict du Fijais, le fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles et violentes avant d’obtenir l’agrément vélo valable 5 ans.

Je me méfie par principe de ces sorties scolaires car j’en connais déjà les embûches.

D’ailleurs les concepteurs du dossier cyclisme à l’école du CREPS l’ont parfaitement résumé en préambule

UNE ACTIVITE DE DEPLACEMENT,
donc de pilotage, ce qui suppose la maîtrise d’un engin dans un
environnement pouvant être chargé d’incertitude.

UNE ACTIVITE A FORTE COLORATION EMOTIONNELLE,
 où l’on prend des risques moteurs par rapport à soi même (on peut
tomber…) par rapport à l’environnement (on doit respecter autrui et
assurer sa sécurité personnelle en essayant au maximum de prévenir
les actions d’autrui…)
 où l’on éprouve des sensations agréables : la vitesse est à la fois
source de peur et de joie.

Et donc ne pas s’étonner si un enfant à vélo fait subitement un geste incontrôlé entraînant tout le groupe par terre.

Il y a par principe une dimension émotionnelle chez un enfant qui ne maîtrise pas le vélo alors que ses petits copains seront ravis de sauter les trottoirs comme ils le font chaque soir autour de chez eux.

J’ai donc parcouru le préau de l’école en long, en large, en travers, en zigzag avec mes camarades postulants, puis j’ai mis les boosters autour des piliers en béton ce qui n’a pas eu l’heur de plaire au conseiller pédagogique.

Au théâtre demain soir

demain soir spectacle poilant sur TF1

Ma défunte voisine à l’avènement de la télévision noir et blanc revêtait son bel habit de la messe du matin pour regarder le journal du dimanche soir à la TV.

Sabbagh, Darget ou Zitrone impressionnaient dans les chaumières au point même qu’on les soupçonnait de voir toute la France à travers le tube cathodique. Il faillait donc éviter une tenue débraillée.

Demain soir, ce sera une pièce de théâtre qui se joue tous les cinq ans dans les lucarnes. Celle de la France institutionnelle en laquelle plus personne ne croît. On le sait tous, notre avenir ne se joue plus là, car bon an mal an les carottes sont cuites et recuites et rien d’autre qu’une guerre comme en Ukraine ne saurait influer le cours des choses dès lors que ça plombe le plein d’essence.

Les Français ont pris leurs affaires en main depuis longtemps. Ils n’obéissent plus qu’aux stimuli du marché mondial. Tout le reste n’est que bobard et s’il fallait les écouter, on annexerait la Russie à l’Europe pour disposer de ses champs de pétrole et de gaz. Comme le fait Poutine avec l’Ukraine au mépris du droit international.

Au théâtre ce soir, nous allons donc assister à un remake d’un vieux nanar dont on connait déjà les petites phrases assassines et l’issue. Des marchandages de second tour obscènes, des vaincus cocus, et des qualifiés avec 20% des votants.

La puissance de l’action publique est devenue une impuissance et les Français ont compris que le droit de voter n’était pas forcément un devoir ni une obligation vu le peu de changement attendu en retour.

Préférant s’investir ailleurs dans la vie publique, le citoyen a tourné le dos aux professionnels politiciens. Ils se contenteront donc encore une fois d’un mauvais film.

A moins que l’on préfère se réfugier sur les Visiteurs de TF1

En 1123, victime d’hallucinations à cause d’un sort jeté par une sorcière, le comte Godefroy de Montmirail tue le père de sa promise, Frénégonde.

Je classe en humour. Noir.

Comment va voter mon vélo?

Mon vélo cagneux, à l’image de l’électorat

J’ai voulu en avoir le cœur net

En ma qualité de membre du Parti du Vélo, j’ai interviewé mon vélo. Lui seul sera capable de me dire comment voter.

Il a commencé par ruminer, comme s’il avait mal digéré les mauvais coups de Macron.

Le coup de Macron est désormais bien connu des cyclistes, il consiste à les obliger à tourner dans un rond d’un kilomètre pendant une heure. Un truc de ouf dont ma bécane se souvient encore.

Elle a du mal à s’en remettre.

Les Gilets jaunes aussi tournaient en rond mais ils pouvaient changer de rond-point chaque samedi. Les cyclistes non, la gestion sanitaire avait pris une tournure chinoise.

Après un tel bilan, il est clair que pour un vélo, reconduire Macron est quasi impossible sans craindre d’attraper la danse de Saint-Guy célèbre en Alsace depuis le XVIe siècle. Macron a réussi un coup de maître sur nos valeurs. Il a tout mélangé, puis il a secoué. Et maintenant on trie. Nos jeunes générations sont d’une infantilité crasse en matière de politique. Tous les dogmes ont été jetés par-dessus bord, alors fatalement on ne croit plus en rien. Sauf à son pognon. L’Ukraine? bof! mais l’essence à deux euros, alors là voila qui pourrait faire trébucher les élites au pouvoir. Alors on subventionne…avec notre pognon qu’on n’a pas.

Alors mon vélo s’interroge, comme moi

La campagne, on la cherche. Existe t-elle seulement? Chez nous c’est Fabien Roussel qui s’est collé en premier sur le panneau électoral à la place 2. Fabien Roussel est sympa, il revendique la France des jours heureux, il cache tout sous le tapis. Mais n’est-ce pas un vœu pieux ou un vieux pneu, comme dit mon vélo qui en a marre des nids de poule partout.

De mon coté, je suis d’accord avec mon VTT, je ne peux plus écouter tous ces postulants complètement en dehors de la plaque et qui pédalent dans le vide.

La campagne n’a pas de prise, elle m’imprime pas. Mon vélo me le dit « je ne crois plus en rien, même ton programme vélo est désespérant; on ne sait pas où on ira une semaine à l’avance et tes sacoches commencent à sentir le moisi dans l’armoire« 

Avec le routier, le soir dans le garage, ils se parlent. « Le patron n’a pas l’air en forme en ce moment. On ne sait pas quelle est sa politique, il vote, il vote pas, il ne sait plus où il en est.« 

Il faut bien reconnaître qu’à force de nous confisquer le pouvoir, on se sent tous anesthésiés, vélos et cyclistes.

J’irai donc voter au premier tour comme je peux en risquant une contamination. Et j’attendrai sans trop douter de la suite.

Je voterai avec la procuration de mes vélos. Comme un pied.

Mon rêve de garde-boue

Oui, le garde-boue va reprendre toute son utilité. Il pleut pour de bon.

Ce matin, je me lève en vitesse. Je ne veux pas perdre mon rêve en route. Hier j’ai reçu par la Poste mon colis Décathlon. Décathlon livre à présent, plus la peine de se déplacer comme pendant la Covid où je trouvais le bon K pour sortir de mon rond et pousser jusqu’à Wittenhein à la grande enseigne internationale russo-ukrainienne.

Donc j’ai reçu mon garde-boue tout neuf dans un magnifique carton qui aurait pu en contenir au moins dix.

J’ai presque regretté de gâcher une si belle boite, d’autant que le Colissimo était gratuit. A ce prix là, 12 euros, le gain pour Décathlon doit être bigrement amputé.

Donc cette nuit j’ai rêvé.

Je descendais une côte. Très longue. En bas un hameau et une échoppe. Mon attention est attirée par des gamins autour d’une collection de garde-boues allongés à terre. Je manque de rouler dessus en m’arrêtant.

Justement, j’en repère un qui me conviendrait. Le même modèle que celui que j’ai commandé par la suite à Décathlon. Mon garde-boue que j’aimais tant est mort dans un single de Pont de Roide, bride cassée. En guise d’obsèques, je l’ai pendu à une branche, religieusement, comme Jésus sur sa croix. Peut-être ressuscitera t-il? On m’a vu; même que la dame qui m’a vue le pendre à l’arbre m’a dit « je crois que c’est à un monsieur qui vient de passer… ».Le monsieur, c’était moi et j’ai senti tout de suite que mon geste une fois accompli allait contribuer à polluer la forêt et à jeter le discrédit sur la population des vététistes.

Vététistes= pollueurs!

J’imaginais déjà les banderoles des marcheurs du Club Vosgien.

Celui que je convoite en bas de la côte a une articulation réglable pour bien épouser la roue.

J’achète!

C’est un matériel de contrebande, sans aucun doute. La fine équipe vit de rapines, des miettes ramassées sur des vélos de vététistes qui trainent dans les bistrots, sans doute.

trois euros, m’sieur! me dit le plus jeune

faut aller voir la dame, me dit le plus grand, en me désignant l’échoppe à coté

Je me dirige vers l’échoppe, porte-monnaie en main et entre dans ce qui ressemble à un bouge mal tenu. La tenancière est une grosse femme boudinée toute vêtue d’oripeaux chamarrés et dont l’allure ne laisse pas de place au doute.

C’est alors qu’entre en scène un homme fort connu de la scène internationale, Trump, l’ex-président des States.

Que fait Trump ici, en bas de cette descente isolée qui pourrait être Lamadeleine-Val-des-Anges ?

Trump fait tout de suite son effet. La tenancière m’a déjà oublié; elle invite Trump à le rejoindre dans son arrière-boutique et je reste là, planté, mon porte-monnaie à la main, tandis que Trump glousse déjà dans son affreux accent amerloque.

Je reprends ma route, peiné pour Melania.

Finalement, après mon réveil en sursaut, je me replonge dans la lecture du quatrième tome d’Elena Ferrante « L’enfant perdue ». Je suis sidéré par l’imbroglio conjugal dans lequel surnage Lèna avec ses deux filles.

J’achève mon habillage. Mes chaussettes sont siglées « l’homme parfait ». Est-ce un signe psychanalytique?

Ceci est une fiction sans rapport avec la réalité. Ou presque pas. Je classe à Humour

La dérision à l’honneur

J’avais le N° 539 à la Rudy Mountain. Au moins 500 participants?

Cette plaque aussi insignifiante soit-elle aura sa valeur sentimentale. Elle est marquée 2020. Or en 2020 il y a eu la Covid…et en 2021 aussi, privant de fait les organisations de rencontres sportives.

Elle entrera dans mes souvenirs. Une simple victoire sur moi-même puisque ce n’était pas une vraie compétition avec un classement.

J’en aurais été bien incapable.

Je ne sais pas pourquoi les Rudipontains ont affublé leur radical Rudi (qui veut dire roide) d’un y…je ne sais pas non plus si Décathlon Montbéliard m’offre toujours 10€ pour 50€ d’achat. Depuis la guerre d’Ukraine, le groupe Mulliez est dans la tempête, il ne pourra peut-être plus tenir sa promesse de 2020. Mais c’est une autre histoire.

Tout le monde aux abris!

Je ne sais pas vous, mais moi cette guerre à nos portes me fout la frousse.

Je lisais que les Suisses sont capables de protéger 8 millions de résidents avec leurs abris anti-atomiques, voire!… Mais nous? combien en a t-on? à part les dessous de l’escalier et le vide sanitaire, je ne vois pas bien où me calfeutrer si le Poutine dans son for intérieur se met à envoyer ses cosaques de l’Oural à Biarritz.

guérite allemande en béton armé encore visible à Mulhouse

Du coté de nos chefs de guerre, pas de panique, ils ont tous une villégiature du coté de Brégançon où ils pourront attendre que l’orage passe, attendre que Poutine arrive un bouquet de roses à la main.

Mais nous en Alsace, on n’a rien de tout ça. On n’a que les bunkers laissés par les Teutons. Sans confort, ni eau courante, ni parabole internet. Pas d’eau, d’accord, on pourra toujours puiser dans le lavoir du Dich, mais pas de jus pour nos portables, non alors!

Ce qui frappe dans cette guerre poutinesque, c’est l’admirable réaction du peuple ukrainien et la veulerie de l’Europe occidentale qui peine à montrer sa force supposée face au dictateur.

reprendre ma MAT 49 et m’entraîner dans le jardin?

J’en arrive à me demander si nos canons sont bien prêts à nous défendre, si nos avions sont en état de voler, si à soixante-dix ans passés, je ne vais pas devoir reprendre ma MAT 49 de troubad et m’entraîner dans le jardin.

Mon premier vélo

J’ai d’abord essayé le cheval avant de me raviser…

et je finirais peut-être avec ce modèle…

Mise en scène

Histoire sans paroles

Maître Cossi Zola

Je reçois de temps en temps un mail de mon hébergeur WordPress qui m’informe qu’un nouveau lecteur suit dorénavant mon blog. Autrement dit mes élucubrations. J’en suis très flatté.

Aujourd’hui c’est Maître Cossi Zola. Il est sympa Maître Cossi Zola. J’ai lu avec intérêt tout ce qu’il propose dans le cadre de la marabouterie, ou de la verroterie de nos esprits. Sans aucun doute, le boomer masculin sera intéressé par « le grossissement de pénis ». J’espère que l’onguent mirifique va faire fureur sur notre membre viril auprès des dames.

Mais je reçois aussi parfois des commentaires désagréables. Le dernier en date est celui d’un antivax dénommé Petitpois

Merci Maxou, j’ai eu 2 orgasmes en lisant ton billet. Tu arrives à me rends folle malgré mes 88 printemps avec tes photos d’athlète. Alors vivement le prochain. Ta louloute adorée qui t’aime

Petitpois n’en est pas à son premier coup d’essai. Sous le pseudonyme Le concombre vacciné il avait commenté mon billet Savoir et croyance

Article palpitant mais il serait encore mieux si tu publiais ton pass comme en juillet.

Ne jamais publier son pass sur les réseaux sociaux!

Ne pas se casser la gueule

Tomber de vélo, septuagénaire voire plus, un accident très mal vu par ces temps de disette sanitaire

En 2022, tu ne te casseras pas la gueule!

Je vous laisse écrire les autres préceptes du cycliste en 2022.

Voila ce que Macron aura pu nous dire lors de ses vœux s’il veut avoir des électeurs pour le réélire en 2022. Surtout que c’est les vieux qui votent le plus!

Ben oui quoi: si on va tous à l’hosto, on ne sera pas en forme pour voter Macron. Donc ne tombons pas de vélo!

En plus si on tombe de vélo alors qu’on est vieux, on en conclura que les vieux n’ont qu’à rester devant leur télé plutôt qu’encombrer les urgences. Le senior par les temps qui courent est très mal vu, c’est lui qui fait chier avec le covid et qui bouffe tout l’oxygène de la planète. Salauds de vieux!

Je rigole.

A force de nous le dire, on va le croire. L’hosto se casse la gueule aussi. Tout seul? pas vraiment, car on l’aide un peu. On, ce sont les politiques qui rognent sans cesse sur les moyens, la médecine libérale qui n’en fait qu’à sa guise et qui concourt à embouteiller les urgences et aussi un peu les patients impatients d’être remis sur pied à la moindre alerte.

Je ne parle pas des antivax. Ils savent qu’au nom de leur liberté chérie ils se débarrassent de la fraternité sans rien demander aux autres. Juste l’assurance d’être pris en charge.

Mais sans rire (jaune) il est légitime de se demander si une fois de plus un dogme régalien de la France ne s’effondre pas en direct lorsqu’on voit l’épuisement des soignants qui n’en peuvent plus, l’état de délabrement des petits hôpitaux de province et la désertion de médecins qui abandonnent du jour au lendemain leurs vacations sans crier gare.

Sans parler de l’épouvantail qu’agitent les pontes menaçant de trier les malades à l’entrée des urgences!…

C’est le dogme d’une santé protectrice qui fout le camp.

le logo de la Sécu est-il encore pertinent?

On pourrait tout aussi interpeller l’État, sur ce qu’il a fait de notre école qui produit en masse cancres et illettrés, sur le délabrement de nos armées, de notre justice, de notre police. L’idée la plus con qui circule sur la toile est qui fait chic c’est d’affirmer qu’on n’est pas anti-vaccin mais anti-Macron pour ne pas se faire vacciner.

Mais le pire qui se profile à l’horizon d’avril, c’est que rien n’est appelé à changer vu la pléthore de bras cassés qui s’aligne sur la ligne.

Élections, pièges à cons.

L’année des deux

pour les descendeurs

pour le professeur des écoles

Il vous reste à écrire la bulle, je ne l’ai pas trouvée…

Des expressions contenant deux comme deux et deux font quatre, à deux pas d’ici, mes lecteurs me manqueront pas d’en trouver une bonne dizaine

Je postule un emploi de facteur à vélo

Facteur à vélo.

Voila un métier fort demandé dans les agences d’intérim. Pourquoi? je ne sais pas. A chaque fois que je vois un poste de facteur à vélo sur Facebook, je vais postuler. Histoire de me faire un peu de tunes. En plus sur Facebook, c’est facile il suffit de cliquer.

10,48 euros, l’heure de vélo électrique, j’accepte.

Comme ça en faisant le trottoir, je vais rencontrer madame Michut qui promène son chien et monsieur Robert qui va prendre l’apéro. Oui, je sais, il y a les boites dans les communs. C’est ingrat les communs. Mettre les factures de l’EDF, distribuer les menaces avant saisie, ce n’est pas facile.

J’ai prévu de porter le casque en cas de représailles.

Il est vrai que le métier se privatise. Sans le dire. Le management dans les centres de tri doit avoir le profil du parfait garde-chiourme pour gérer des types qui fuient en courant au bout de la première journée ou qui oublient de revenir.

La Poste a encore son monopole du pli mais ça ne paie plus. A un euro la lettre, je préfère la porter moi-même. Et surtout pas de chèque: l’indice de confiance est au plus bas. Alors si vous réservez des places sur CroisiEurope pour Noël un conseil: portez le chèque vous-même.

Avec une image comme celle-là, je pense que la Poste a toutes ses chances de faire appel à moi pour redorer son blason.

Peut-être même que je vais monter rapidement en grade et accéder à la conduite d’un triporteur Staby

Si par mégarde du recruteur, je suis invité à faire valoir mes états de service auprès de la Poste, soyez sympa, ne me caftez pas. Il y va de mon avenir cycliste.

Mes amis préposés de la Poste peuvent s’attendre au pire.

Lez majesté

Je prends mes jambes à mon cou. C’est pas facile. Heureusement je peux me mettre en pause le temps d’avoir le feu piéton. Faut pas croire, aller au Lez ne coule pas de source. Le Lez se noie dans la ville et passe sous les autoroutes en douce. Mon jogging est automatique. Je veux dire que je me déplace en ville comme un automate. Je crains pas de perdre mes jambes en route: elles se débrouillent seules. De temps en temps j’envoie un coup de klaxon, aux jambes. Elles déconnent souvent aux feux. Elles ne savent plus arrêter alors je freine, brutalement. Les mecs au volant applaudissent. Puis le long du Lez je pense à Frêche qui voulait faire voguer des voiliers comme Robert Dhéry et son Petit Baigneur sur la Seine.Je l’aimais bien Frêche. Il avait l’envergure de Mitterrand pour tromper le petit peuple.

Trompe l’œil sur l’immeuble. C’est pour de faux, bien sûr

La vie citadine est une belle escroquerie. Il suffit d’y croire. Je vais encore y croire. Une fois.

P4

A La Turballe, j’ai déambulé le long du port.

Le bouquiniste Etienne Anclin m’en a demandé trois euros et j’ai traversé la rue jusqu’au quai m’assoir sur la banquette au soleil.

Pas de vélo dans l’histoire, juste un cabo-chef qui rentre tous les soirs chez lui (un planqué, quoi!) de la caserne sur sa mobylette à guidon chromé et niveau d’huile apparent.

C’est l’histoire d’un mec qui veut se faire passer P4, ce bouquin de Perec.

Eux, c’était encore l’Algérie en 62, nous le Tchad à la 72/8.

C’est pour les ceusses qui ont connu l’armée, le ch’uis d’semaine, les chambrées, les guêtres, le pèrecent, les combienktupètesaujus?, les troubads, les faireletrou, les faire’lgrillage, les perm 36 et les 72 et les ASM le lundi (absent sans motif).

Temps de lecture 1 heure en regardant les mouettes.

Août en Alsace

Trois août. Après les pluies de juillet, voici venu août.

Une légère amélioration du mauvais temps: pluie et froid avec 14 degrés ce matin.

Du coup on n’a plus qu’à se réfugier au bistrot. Avec son passe-montagne.

Le train Thur-Doller abandonne la vapeur

Le train à pédale au départ de la gare de Cernay Saint-André

En attendant le TGV à pédale, le train Thur-Doller expérimente une nouvelle forme de voyage le vélo-train ou le train-vélo si vous préférez.

Encore une grande conquête de verdissement de la planète!

Je ne voudrais pas paraitre rabat-joie, mais j’entends dire que le voyage en train n’est pas si vertueux en terme de CO2 qu’on veut bien l’entendre.

prière de respecter une distance de sécurité de 50m!

TDF: c’est parti

TDF 2021 AVEC PAPERCLIP TROMBONE et MARQUE PAGE MAGNETIQUE pour le vélo balai

Pente et vitesse

Je veux en avoir le cœur net, mon GPS indique t-il des vitesses fausses?

Quand je monte en sous-bois, j’ai l’impression qu’il indique moins que la vérité. S’il indiquait plus, ma fierté en serait récompensée.

Mais il indique moins et mon estime en prend un coup.

Alors je le surveille du coin de l’œil dès que je sors du bois…

Et hop! 2km/h de gagnés dès que le ciel bleu réapparait. 2km/h ce n’est pas rien lorsqu’on grimpe à 8 ou 10.

Oui, je sais, les jeunes vont se marrer. A cette vitesse là, mieux vaut courir à pied à coté du vélo!

Bref, je ne sais pas comment le GPS se débrouille, mais il corrige évidemment l’absence de signal en sous-bois, puisqu’à la fin il doit donner un compte juste.

Le zinzin Garmin se débrouille comme il veut, il doit restituer une vitesse juste dans la base de temps

Calcul:

Sachant que le col Amic fait 11 km en partant (à jeun) de la cave viticole et que le cycliste moyen met 55 minutes pour l’atteindre,

1/à quelle vitesse roule t-il?

2/ sachant que le col est à 826 mètres et la cave viticole à 293 mètres, quelle est la dénivelée positive?

3/ quelle est la pente moyenne?

Réponses:

1/ 12 km/h

2/ 533m

3/ 4.84%

Mes performances en grimpée ressemblent un peu à ça. Autant dire que j’ai de quoi admirer le paysage!

Peoplemania

Aguigui Mouna

Moi aussi je sais faire people avec mon vélo. Il suffit pour cela que je me départisse de mon look-cyclo pour descendre au niveau de la rue. Un béret, un vélo crados bardé de décalcomanies avec une cagette sur le porte-bagage et des tendeurs partout, me voila devenu people-cyclo. Effet garanti!

Traverser la rue du collège suffira à vérifier que j’ai le look-coco: il suffira d’écouter les quolibets et d’observer les mains qui s’agitent en signe de reconnaissance. Je suis le prolo-cyclo.

Mais pour la classe politique, il en va tout autrement. On ne se déguise pas aussi facilement en politique-people. Notre cher président vient d’en faire les frais. Serrer les louches tout l’été, c’était son challenge. Aller au-devant de la France d’en bas n’est pas aussi facile que l’on croit.

Se prendre une tarte enfarinée comme notre gentil régional Rottner ou une tarte tout court lorsqu’on s’appelle Macron devrait suffire à rappeler qu’on ne s’improvise prolo du jour au lendemain. Il existe des prérequis. Chirac en avait saisi toutes les exigences. Macron pas encore!

Nos politiques feraient bien de se méfier de cette France chauffée à blanc qui sort péniblement de l’épreuve « gilets jaunes », de l’épisode retraites et du pensum Covid, car des effets rebonds sont toujours possibles.

Grimper dans les tours

le tour du Haut-Rhin à VTT

La nouvelle mode à vélo, c’est de grimper dans les tours.

Vous montez sur votre vélo et vous faites un tour. Le tour du patelin quand c’est le rond du kilomètre, le tour du canton quand c’est le rond du dix kilomètres et le tour du département lorsque le confinement s’aligne sur la limite territoriale.

Dans les grandes occasions, on a droit à cent kilomètres.

L’Etat fait alors preuve de grand cœur avec les cyclistes. Il est notre bon prince. Comme il vous plaira Monseigneur!

En 2020, j’ai organisé le tour du Haut-Rhin à VTT en cinq étapes

revoir ici l’histoire du Tour du Haut-Rhin à VTT

voir les images

Malheureusement nous avons du l’interrompre suite à une chute à Chalampé au cours de la quatrième étape. La fin de ce tour est dans les tuyaux cette année si tout se passe bien

C’est ainsi que le cycliste s’adapte, au gré du vent épidémique. Il va falloir vivre avec. Pour le variant indien qui s’annonce, venu de l’orient, je vais donc m’abriter derrière le massif vosgien. Un tour du département vosgien pourrait convenir.

Comme il faut toujours avoir un tour d’avance avec le virus, j’avais imaginé ce tour des Vosges en juillet 2020

peut-être aurais-je le courage de mettre ce tour des Vosges en action en 2021!…ou alors en 20200

Mon confrère Thierry Crouzet qui habite l’Hérault livre aujourd’hui son témoignage du tour de l’Hérault à VTT effectué en juillet 2020 avec cett belle vidéo…

Vélo à voile

Voilà l’avion rêvé par la maire de Poitiers

La vie Covid qu’on vit

La vie c’est comme le vélo (Cadeau d’anniversaire qui trône dans mon bureau)

C’est terminé. Les binaires peuvent aller se rhabiller. Dans le match anti-covid, il y avait deux camps. Les anti et les pro-vaccins.

Parmi les anti: toute une cohorte de refuznik de la vaccination au nom de je ne sais quel complot d’empoisonnement massif, d’injection de nano-particules prenant le contrôle de notre quant-à-soi et tous les autres doutant de l’efficacité d’un machin sorti d’un prototype encore mal dégrossi.

Parmi les pro-vaccins, ceux qui croient que tout est arrivé et qu’on va enfin pouvoir retourner au bistrot…et se pavaner l’été prochain sur les plages de Copacabana.

La fin du binaire

Le binaire, c’est fastoche: on est pour ou on est contre le vaccin. Pour le Covid, ça se complique et il va falloir arrêter de compter en base deux.

Pour s’en convaincre il faut se rendre sur les réseaux sociaux et constater le magma diffus de vérités et de contre-vérités qui s’entre-choquent dans les deux camps.

D’abord votre vaccin n’empêche pas les gestes-barrières et ni d’être contaminé.

Ensuite rien ne dit qu’il ne faudra pas de rappels comme les bagnoles qui ont un défaut.

Et puis si un nouveau variant sévère se pointe genre brésilien Bolsonaro dans un vol Air France, on est repartis comme en 14 avec la grippe espagnole.

Boris a été obligé de rouvrir ses pubs because on n’arrêtait pas de vider les fûts dans la Tamise et les harengs à la bière ça faisait désordre dans les fish and chips.

Vous l’avez compris, ce qui gène dans le Covid, ce n’est pas les 300 morts quotidiens, c’est qu’on ne peut pas picoler.

Ce genre de mec me rend fou

J’étais au km 2…et par zéro degré, je commençais à être chaud derrière ma burqa

Par chance la RN est au rouge.

Je traverse l’avenue au bonhomme vert en courant. Le bonhomme passe au rouge avant que j’atteigne l’autre coté.

Un type pressé démarre, me klaxonne et me montre du doigt le signal lumineux qui est passé au rouge..

Ça m’a gâché le retour car je me mets à « psychoter » tout le long du chemin. Je me fais un film, je rejoue la scène.

Je bloque la bagnole et je lui dis « si tu descends, je te pète la gueule ». C’est mon coté voyou qui prend le dessus, c’est irrésistible. Peut-être un effet de restant de testostérone? Une fois à la maison, je redeviens civilisé. Ma femme l’a échappé belle.

Vendredi, j’ai manqué deux fois l’accident.

Une fois en traversant le passage piéton, l’automobiliste a été surprise par la célérité du vieux joggeur et de sa parade, coup de frein brutal dans mes pompes et barre à gauche tout le long de la carrosserie. Ouf!

Et une autre fois sur le trottoir, la portière de la Kangoo qui s’ouvre sans crier gare. J’ai frotté la porte tout du long en la retenant de la main.

Le jogging, réflexion faite, est aussi dangereux que le vélo.

Je classe en « humour », mais n’y revenez pas!

Vélo volant

Confiné sur mon île

Je suis parti de nuit pour ne pas être repéré, ni vilipendé par la doxa sanitaire. Sur le rivage, une barque m’attendait. J’ai pris les rames et tout doucement je me suis éloigné du rivage.

Mon vélo installé à l’avant n’en menait pas large. Il redoutait un naufrage où un suicide. Jeter son vélo à la mer, c’est une mort atroce, pour un vélo aussi.

Puis en accostant, le petit jour est venu. J’ai déposé mon sac, mon vélo. Puis j’ai commencé à tracer ma piste.

Vingt mètres de long, c’était mon mini-confinement. Mon virus m’accompagnait. Quand il a vu la mer, il s’est baigné. Puis a disparu.

Cycle épique

%d blogueurs aiment cette page :