Mois : novembre 2019

Reprise

Wattwiller, demi-tour

Mon doigt s’est dégonflé. J’ai repris le vélo. J’espère être quitte avec cette crise d’arthrose au moins provisoirement. Aujourd’hui nous avions un vent froid de nord sur la plaine d’Alsace qui tournait ensuite vers l’ouest après la trouée Belfort. Je me réfugie en forêt et je ne ressens pas le froid.

L’avantage à VTT, c’est qu’on tourne court ou qu’on rallonge comme on veut. Enfin si je dis ça, c’est juste parce que chez moi les collines sous-vosgiennes offrent des terrains d’opportunité.

A Steinbach, je prends Iffis

Regardez!…je vous ai fait un extrait de plan du parcours. Quand ça défile devant moi sur le GPS, j’ai une option de trace toutes les cinq minutes. A gauche, à droite, tout droit.

Ce qui est bien aussi, c’est de pouvoir tester votre forme et votre motivation. Je garde toujours une échappatoire si je vois que la pente est trop raide

Je garde toujours une échappatoire si je vois que la pente est trop raide dans cette jungle de sentiers
A droite ou à gauche?

Quand j’atteins vingt kilomètres, je rends les armes. Direction la route du retour.

Un grand boulevard pour moi tout seul. Les sols sont détrempés, méfiance sous le feuillage
Cette petite rampe est bétonnée, on a donc moins de mal à la grimper
J’arrive à Wattwiller par le vignoble
Wattwiller, je rentre

https://www.openrunner.com/r/10757493

Le VTT est-il tout terrain?

En 2014, encore jeune sexagénaire, je testais mes aptitudes au vélo tout terrain, ce qu’on nomme aussi le VTT. Bien sûr nul exploit et sauts majestueux comme sait le faire la jeune génération. Le but du jeu était juste de ne pas se planter le bout du nez dans la gadoue.

En fait le vélo dispose d’aptitudes naturelles. Ce qu’il faut c’est savoir maîtriser le pilotage avec dextérité.

Article en relation Visite à Sainte Appoline

Rouler sous la pluie est-il fréquent?

Un étude vient modérer une idée reçue: rouler sous la pluie est un frein au développement du vélo en ville.

Dans cette étude, Alexandre Trajan de la Direction inter-régionale Nord-Est, Météo-France, Strasbourg entend démontrer qu’à vélo, il est possible de simuler des trajets matin et soir, et de compter le nombre de fois où un cycliste se fait mouiller en allant ou en rentrant de son travail et constater que rouler sous la pluie est moins fréquent qu’on l’imagine

savoir qu’il pleut 115 jours par an à Strasbourg ne permet pas de dire que l’on est mouillé à vélo un jour sur trois

Selon lui, les cyclistes quotidiens affirment qu’il n’est pas si fréquent de se faire mouiller lors d’un déplacement à vélo.

S’arrêter sous un pont est parfois salutaire

Je suis aussi de cet avis pour mes déplacements quotidiens en ville, le nombre de fois où je roule sous la pluie se compte sur les doigts de la main (y compris ceux qui ont de l’arthrose!)

Dire qu’on ne prend pas son vélo par crainte de la pluie serait donc une fausse excuse.

De façon scientifique, l’étude permet de savoir combien de fois il pleut réellement lors d’un trajet domicile-travail selon le temps passé sur le vélo matin et soir.

Ainsi à Strasbourg, pour un trajet de 5km, la pluie ne surviendra que 16 fois dans l’année

Nombre annuel de trajets à vélo mouillés (axe des ordonnées) dans 16 villes de France pour des trajets d’une durée allant de 60 à 6 minutes.

Accéder à l’étude d’Alexandre Trajan

Quand l’arthrose survient

On m’a dit c’est de l’arthrose. Qui est on? mon médecin.

L’arthrose est une maladie du cartilage.

Tout de suite. on a peur; on se voit déjà revendre ses vélos sur le Bon Coin.

J’ai des amis cyclistes qui ont souffert d’arthrose de la hanche et qui ont du recourir à une prothèse. Ils re-pédalent tous. Quand on est sportif, on est surpris d’être atteint par ce type d’affection. Comme n’importe quel quidam, on se sent puni injustement par le sort. Toute affection retentit fatalement sur le moral du sportif.

prothèse de hanche

L’articulation est délimitée par la membrane synoviale qui secrète un liquide (le liquide synovial) qui lubrifie l’articulation. Autour de l’articulation se trouvent les ligaments et les muscles amarrés sur les os grâce aux tendons. (voir ce site de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris qui répond à 100 questions sur l’arthrose)

Sans même s’y intéresser, mes douleurs dans les genoux, les chevilles, les phalanges lui ont suffi au diagnostic.

Vous avez quel âge? 68 ans. Alors c’est normal. L’arthrose touche près de 10% des hommes et 18% des femmes de plus de 60 ans selon le site Doctissimo.

Pourtant on peut lire ailleurs…

Le cartilage est un tissu vivant qui se renouvelle perpétuellement (même chez les personnes très âgées). La cause principale de l’arthrose n’est certainement pas l’âge.

Vous ressortez de chez le pharmacien avec une boite de chondroïtine sulfate sodique (non remboursé). Et c’est tout. La chondroïtine est efficace d’après la littérature du net (je parle du littérature du net car sur le net on trouve de tout, du vrai et du faux, ce qui rend le corps médical furieux), mais ne répond pas aux poussées inflammatoires.

Je ne prends pas d’automédication, je consulte pour avoir un avis de sachant.

Mais il est vrai que la médecine de ville est de moins en moins accessible. Idem dans les Urgences…

Le problème dans une arthrose diffuse, c’est le handicap car on a mal partout à la fois. Quand je marche, quand je pédale et avoir un seul doigt gonflé sous l’effet de l’inflammation vous prive de vos gestes quotidiens. Il faut ruser, serrer le pain ou la tasse avec les autres doigts…et donc leur infliger des efforts anormaux.

Une poussée congestive qui vous réveille en sursaut en pleine nuit. Quand c’est gonflé, mieux vaut laisser le membre au repos

Enfiler un gant, oui. Mais pour le retirer, la souffrance est là.

Mais le pire n’est pas atteint. Le pire c’est quand vous êtes réveillé en pleine nuit avec une douleur aiguë dans le doigt. C’est comme des coups d’épingles permanents. Aucune position de la main n’est satisfaisante. Impossible de se rendormir.

J’enduis mon doigt gonflé de Voltarène…rien ne se passe. Je prends du paracétamol et au bout de deux heures, j’arrive à me recoucher et à m’endormir. A propos du paracématol, la littérature du net dit qu’il n’est pas efficace…

Le médicament le plus efficace contre les douleurs liées à l’arthrose s’est avéré être l’anti-inflammatoire diclofenac (Voltarène, commercialisé par Novartis et génériques) à une dose de 150mg/jour, devant d’autres anti-inflammatoires tels que l’ ibuprofène, le naproxène ou le celecoxib. (doctissimo)

Inutile de dire qu’au petit matin on est déjà fatigué.

L’arthrose semble encore bénéficier d’une prise en charge hésitante…et le patient se demande si son cartilage ne va pas être bouffé définitivement.

Il reste à connaître les causes et les facteurs aggravants. L’hérédité est évoquée, le surpoids pour les genoux, l’alimentation « trop grasse, trop salée, trop sucrée » évoquée dans plein d’autres maladies.

Pour ma part je ne crois pas à l’homéopathie face à ce type d’affection. En revanche je crois aux anti-inflammatoires tout en ayant conscience de leurs toxicités.

100 questions sur l’arthrose

Chatillon-sur-Broué

J’arrive à Chatillon-sur-Broué. Clic-clac, l’église en face de moi

Chatillon-sur-Broué est un village situé aux confins de l’Aube, de la Haute-Marne et de la Marne.

Caractéristique de l’habitat, les maisons à pans de bois. Quelques églises sont également construites en bois comme celle de Chatillon-sur-Broué.

Je vais faire du vélo parfois par là comme en août dernier.

La proximité du lac du Der redonne à ces villages isolés un regain d’intérêt touristique. C’est tant mieux.

Les potins du lundi

Les élections municipales approchent. N’attendons-pas pour parler vélo.

On fait comme avant

Les Municipales approchent à petits pas. A Thann, deux listes sont en d’ores et déjà en présence; celle du maire sortant Romain Lutringer intitulée Thann, Nouveaux Horizons et celle du premier adjoint sortant, Gilbert Stoeckel, accompagné de la plupart des membres de l’ancienne équipe municipale Thann demain avec vous.

Pourquoi changer une recette gagnante alors que 70% des votants renouvellent les sortants? C’est un peu ce que se disent ceux qui votent et qui se penchent rarement sur les affaires de la commune, c’est à dire notre bien commun. C’est un peu le vote par procuration qui délègue les décisions à d’autres tous les quatre ou cinq ans. Dommage, car regarder les comptes de la commune et comparer avec les voisins est souvent source d’étonnement. Les comptes sont le révélateur d’une politique et permettent de voir comment la commune consomme ses ressources. Fait-on volontiers un rond-point plutôt qu’une crèche? investit-on dans des caméras de surveillance plutôt que dans des infrastructures cyclables?

Querelles de chef en vue aux Municipales.

Soyons clair, il n’existe aucune raison de se faire des illusions sur le résultat des élections municipales. Tout restera comme avant car tout est verrouillé d’avance et les successeurs découvrent parfois l’ampleur de la dette cachée sous les tapis. La caractéristique des électeurs, c’est à dire ceux qui votent, c’est qu’ils se contentent très bien du quand-à-soi.

La réserve et la distance. C’est ce qui définit l’électeur type aujourd’hui. C’est ce qu’on pourrait nommer le conservatisme. Ces forces là ne sont pas des forces vives, ce ne sont pas celles qui défilent dans les rues contre ceci, contre cela; non, ce sont des forces inertes. Des poids morts.

Dès lors à quoi bon se faire suer le burnous à changer quoi que ce soit à notre mode de vie puisque la majorité ne veut rien, ne demande rien d’autre que le statu quo. Que rien ne bouge!

Mon maire est-il un nul?

On a tendance aujourd’hui à tout rejeter sur le maire. Si la délinquance croît c’est la faute à mon maire, si ma rue n’est pas balayée à l’automne, c’est la faute du maire, si les commerces périclitent, c’est la faute du…Ce qui décourage nombre de maires de petites communes qui ne veulent plus se représenter.

Alors oui, à quoi bon changer d’équipe municipale, puisque rien ne changera se disent les électeurs. C’est un peu ce que pensent ceux qui se désintéressent de la vie communale et qui considèrent parfois leur ville comme une cité-dortoir. Et rien d’autre.

Le tram-train à Thann. Trop peu utilisé

En vue des élections de 2020, ce à quoi nous assistons à Thann ou à Mulhouse par exemple, c’est à la dissidence des équipes en place pour mieux occuper tout le spectre représentatif de la majorité silencieuse, celle qui ne s’oppose pas mais qui vote. En gros on a la moitié du corps électoral qui votent et le reste…qui ne vote pas. On comprend donc que les postulants n’ont pas intérêt à présenter des programmes pour ceux qui ne votent pas. C’est une évidence.

Alors laissons ces maires qui dit-on sont de plus en plus vilipendés, découragés, achever leurs querelles picrocholines.

Intéressons-nous néanmoins à nos communes!

Le recueil de circuits VTT autour de la commune date de …2002! Thann est clairement en perte de vitesse par rapport à ses voisines comme Saint-Amarin qui assure la promo du VAE.

A quoi pourrait ressembler un programme utopique? un programme qui n’a donc aucune chance d’être mis en œuvre dans la cité? Alors mieux vaut regarder d’abord les chiffres en face. Dans les villes de moins de 10.000 habitants, on a tendance à gérer les crises les unes après les autres…et à subir les contre-coups du national qui taille dans les dotations.

La suppression de la taxe d’habitation par Macron est un très mauvais coup donné aux maires car rien ne permet de savoir comment s’opérera dans le temps la compensation promise. Pour les retraites, le système par point pourrait ne rien augurer de bon non plus pour les futurs retraités.

Une fermeture de maternité, une fermeture des urgences, une fermeture de classe, une trésorerie en moins, un tribunal d’instance, une poste en suspens un marasme endémique du commerce local, des contraintes environnementales insurmontables sur le plan routier, une population qui s’appauvrit. On se demande ce que vont devenir les chefs-lieux de canton.

Avoir une ambition pour sa ville

Thann. La ville a des atouts mais elle peine à les mettre en valeur. Le trafic pendulaire dans la vallée la pénalise beaucoup et son tram-train est boudé car trop cher.
Il a suffi d’un coup de vent. Où sont les vélos? et les ancrages?

Pas facile de se faire une opinion à partir d’un ressenti lorsqu’on est simple citoyen. Moi qui suis cycliste et adepte du vélo en ville, je me rends compte que la ville ne fait rien (ou si peu pour le vélo) alors que les dispositifs pro-vélos ne sont pas les plus chers à produire. Mais il faut contrer certaines habitudes, fermer des parkings, « rétrécir » des rues pour limiter le trafic et la vitesse, rendre certaines artères aux piétons,…autant de choix auxquels nos élus ne sont pas prêts, faute de conviction et de courage politique.

Des atouts touristiques trop peu mis en valeur

La vie de la cité c’est d’abord celle qui prend le parti de faire des choix audacieux. Sur le plan économique, social et culturel. Mais avant de se lancer dans un programme féérique et illusoire, consulter les finances de votre commune…http://www.proxiti.info/infocommune.php?o=68334&n=Thann

Comment ça marche les finances communales?

Cliquer sur cette vidéo. En 2019, la taxe d’habitation n’est plus payée que par les habitants les plus riches

Thann, 8000 habitants-8 millions de dettes!

Thann a 8 millions de dettes! soit la totalité ou presque de ses revenus de fonctionnement. C’est difficile à croire mais c’est comme ça. Avec un tel endettement, on comprend que la ville a des semelles de plomb en terme d’entretien de son patrimoine et d’investissement. Le désendettement est en cours, mais il reste du chemin…et des rues qui vont continuer pendant longtemps à se dégrader. On peut donc s’attendre à voir nos nids de poule perdurer pendant encore 25 ans.

Dette de Thann. Un pognon de dingue dirait Macron; où est passé notre pognon dirait Jacline Mouraud

Si Thann est dans la moyenne des villes comparables en terme d’endettement, en revanche son annuité d’intérêt croît en fléche…

La palme de l’endettement à Rammersmatt 3300 euros par habitant!

Depuis 2014, les résultats ont changé
qu’est-ce qui vaut à Rammersmatt un tel endettement? sa nouvelle mairie-école?

Vous l’avez compris, Vélomaxou est un cyclo-citoyen. Je pédale avec mes pieds et je vote avec ma tête.

article en relation

Juste un tour

J’ai commencé à grimper le Rangen. Après l’avoir longé et surplombé la ville, j’ai fait demi-tour.

Ensuite le sentier de la Thur sauvage jusqu’au haras.

Thann Rangen
Derrière Leclerc, une piste d’aviation est en préparation
J’ai viré à Erbenheim

C’est un parcours d’hiver ou presque sans aller trop loin de chez soi. Je suis sorti avec 4 épaisseurs pour tenir compte des trois degrés. Mais l’effet de froid en l’absence de vent est supportable. https://www.openrunner.com/r/10737057

Emportiérage à Fleury

Ce qui ferait peut-être deux lignes chez nous dans la Presse en fait beaucoup plus dans la Presse canadienne.

Pour éviter ce genre de mésaventure, je remonte les files en stationnement en prenant de la marge. et au besoin en sortant de la bande cyclable le long des voitures.

On ne devrait mettre des portières que sur la droite des voitures.

A lire dans Journal des Voisins d’Ahuntsic-Cartierville

Erbenheim, le village manquant

Réalisée par la famille de cartographes Cassini entre 1756 et 1815, la Carte générale de la France  est la première carte générale et particulière du royaume de France. On distingue sur cette carte Erbenheim à 1.64 km au nord d’Aspach.

Erbenheim n’est pas à proprement parlé manquant, mais il a disparu.

C’est en lisant Braudel « L’identité de la France, espace et histoire » (Flammarion) que je découvre un passage consacré à Thann au Moyen-Age et à sa zone d’affluence.

Braudel y cite les villages du chef-lieu de la seigneurie au XIVeme siècle.

  • Vieux-Thann
  • Aspach-le-Bas, le-Haut
  • Cernay
  • Lutterbach

…et aussi trois villages dont les noms ne me disent rien:

  • Erbenheim
  • Otzenwiller
  • Ernwiller

S’agissant d’Erbenheim, ce village a disparu lors de la guerre de Trente Ans (1618-1648). Erbenheim était situé entre Aspach-le-Bas et Aspach-le-Haut. Le ban de ce village est resté longtemps indivis entre les communes d’Aspach-le-Bas et d’Aspach-le-Haut  précise le site iSundgau des villages disparus. Mais on trouve d’autres indications ici sur le même site avec cette précision différente de la précédente Erbsheim ou Erbenheim : entre Cernay et Aspach-le-Haut. Schoepflin dit qu’il en reste une ferme et une chapelle (18e siècle). Les habitants ont dû se transplanter à Thann, vers 1544.
Erbsheim est nommé Arabacshaim, dans un titre de 784. Un autre titre de 1187 écrit ce nom Herbheim. …
Il existe une rue d’Erbenheim à Aspach-le-Haut peut-être en souvenir de ce village disparu…

Étonnamment si je trace une ligne passant par la rue d’Erbenheim à Aspach partant de l’église, au bout de 1640m, j’aboutis au calvaire devant le parc d’activités du Pays de Thann

Otzenwiller…je n’ai rien trouvé. Normal: je n’ai pas cherché.

Ernwiller était localisé entre Burnhaupt et Guewenheim ou entre Burnhaupt et Aspach selon les sources.

Je vais mettre à jour mon article générique sur les villages disparus du Haut-Rhin

Bollwiller

Etang Saint-Pierre à Bollwiller

Parcours bof. Juste pour dire que j’ai mis le nez dehors. A Staff, j’ai trouvé le moyen de me trouver piégé au km 15 le long de la voie ferrée. La longer sur au moins un kilomètre avec des buissons d’épines énormes. Bref j’avais tout faux. Je ne mets pas le lien Openrunner.

Bollwiller et son clocher byzantin

J’ai quand même fait 37 km mi goudron, mi chemin.

A Balmacker, je prends le Thannerweg
Deux clochers en ligne de mire

Affaire de pont

Le pont de la Cerise enjambant l’Estéron

Faire le pont, on sait. Défaire le pont, c’est plus difficile. Un convoi exceptionnel vient d’essayer à Mirepoix-sur-Tarn. Il a réussi du premier coup. A son corps défendant, le pauvre chauffeur ne s’en est pas remis. Ni ceux qui l’ont suivi dans sa chute.

Le pont d’Aspach et ses garde-corps d’anges bienheureux avant sa réfection

Nos ponts sont en mauvais état d’après les experts. Voila de quoi faire rougir nos célèbres « Ponts et Chaussées » pour qui la sécurité est chose primordiale. En revanche franchir un pont limité à 19 tonnes avec un engin de 50 tonnes ne relève pas de la malfaçon. N’accusons donc pas aveuglément ceux qui entretiennent les ouvrages!

le pont du Rhin à Chalampé

A vélo on passe sans trop de crainte sur des ouvrages douteux comme les passerelles métalliques. Le grand pont de fer de Chalampé (image ci-dessus) n’est pas de la première jeunesse. C’est à EDF qu’il appartient et personne ne se précipite pour l’améliorer.

Vidéo de la reconstruction du pont de Chalampé en 1946 date de la nationalisation d’EDF…

https://www.ina.fr/video/I00012020/reconstruction-du-pont-de-chalampe-video.html

la petite passerelle construite entre Bantzenheim et Chalampé en novembre 2007 n’est pas une réussite sur le plan sonore.
En 2006, le pont de fer de Richwiller (SNCF) a reçu un petit complément de macadam pour combler le décrochement sur la bande cyclable. Il a fallu attendre des années pour régler le problème
Pont inauguré le 20 mai 2006 par Jacques Chirac à Fessenheim. Les cyclistes ont droit à deux sens de circulation, les voitures n’ont qu’un passage alterné. C’est bien fait!

La pub vélo d’antan

Le vélo ne fait plus rêver. Imagine t-on des écrans publicitaires à la télé vantant telle ou telle marque de vélo? Non, bien sûr!

Aujourd’hui seule l’automobile se dispute les plages de pub.

Au début du siècle dernier, les affiches publicitaires étaient de véritables œuvres d’art capables d’introduire du rêve dans les scènes de la vie quotidienne.

Vous aimerez peut-être parcourir ce site de belles affiches

Article en relationet cet autre

Le piéton, un drôle d’animal

Les Beatles, des Animals?

Tout conducteur est «tenu de céder le passage, au besoin en s’arrêtant, au piéton s’engageant régulièrement dans la traversée d’une chaussée ou manifestant clairement l’intention de le faire » (article R. 411–15 du code de la route).

Un article dans le journal du jour me fait réagir. Il s’intitule Traversée des piétons au feu rouge : un comportement animal ?

Figurez-vous que deux chercheurs ( Les éthologues strasbourgeois Cédric Sueur et Marie Pelé ) ont démontré que plus le feu rouge piéton est long, plus il est transgressé. Remarquez que j’aurais très bien pu, vous comme moi, faire le même constat.

Plus étonnant, ces chercheurs ont observé que le premier piéton transgressif entraîne derrière lui tous les indécis, ceux qui hésitent…et ceux qui lisent Facebook en traversant mus par un mimétisme de groupe comme les moutons de Panurge. Amusant, les chercheurs nous comparent à des singes. Paraitrait qu’eux aussi, les singes, traversent aux feux sans regarder si le singe lumineux est au rouge!

Finalement il ne reste sur le bord du trottoir que les stoïciens qui résistent à cet implacable mal qu’est le feu rouge piéton qui entame notre droit d’aller et venir quand bon nous semble dans la cité.

Les Allemands sont orfèvres en respect du code de la route. Il attendent autant de temps qu’il faudra. Ce qui n’est pas le cas en France.

J’ai une théorie toute personnelle qu’il ne faut surtout pas divulguer. Pour moi, les feux piétons ne sont là que pour satisfaire la gent automobile qui supporte très mal que des intrus sur un trottoir aient l’idée saugrenue de traverser sur l’autre trottoir en face. Alors oui, je suis pour une mesure radicale, la suppression des carrefours à feux rien que pour ralentir encore un peu plus le trafic routier en ville et foutre un grand bazar aux carrefours.

Remarquez qu’avec mon vélo, nul besoin de feu tricolore, lorsque je traverse une bande piétonne, tout va très bien, je passe derrière la personne qui traverse et je n’ai jamais projeté un piéton sur mon guidon.

Arrêtons de plaisanter. Nos doctes concepteurs de carrefours à feux n’ont nullement l’intention de supprimer les feux. Au contraire ils veulent davantage intimider le « traverseur » frauduleux avec des « yeux » qui lui indiquent le risque pris. Vous voyez où l’on va arriver: transformez les feux en radar « piétons » et y ajouter une reconnaissance faciale pour vous envoyer une prune automatiquement au domicile fixe. Il ne resterait plus qu’à devenir SDF.

Bien qu’il existe très peu de sources historiques sur les signaux routiers, il semblerait que ce soit à Londres, au coin de Bridge Street et de Palace Yard, le 10décembre1868, qu’un feu de signalisation pour les trains, mis au point par l’ingénieur spécialiste de la signalisation ferroviaire J. P. Knight(en), ait été utilisé pour la première fois, sous la forme d’une lanterne à gaz pivotante aux couleurs complémentaires rouge et verte nécessitant la présence d’un agent de police pour le manœuvrer (ce dernier sera grièvement blessé le 2janvier1869)1. (Wiki)

T’as voulu voir Zuber…

Thann

Je ne sais trop où aller. Je grimpe derrière chez moi jusqu’au parcours VITA. Je ne sais pas pourquoi le parcours VITA s’appelle VITA. Je vais pomper sur Wiki…

Un parcours de santé, parcours sportif ou parcours vita est une promenade sportive rythmée par un ensemble d’activités, généralement dans un cadre naturel ou un parc urbain. En France, les parcours de santé sont aussi appelés parcours sportifs, ou encore CRAPA (circuits rustiques d’activités physiques aménagés1, plus rarement circuits rustiques d’activités de plein air2). Il en existe 1958 qui ont au moins un atelier3 répartis en France métropolitaine et les DOM TOM ; ils sont gérés par les collectivités locales. La norme référence en France pour les parcours sportifs est la FD S 52-903 d’octobre 2009. Elle est disponible sur le site de l’AFNOR.

Bon avec ça je suis moins bête.

Au parcours VITA, soit on est versé sur Leimbach, soit sur le Steinby.

Alors je grimpe à la vue Zuber. Pour tout dire, vu mes forces, la grimpée Zuber, je la fais en poussant le vélo sur combien?…je regarde…un kilomètre. J’ai presque honte.

Et puis une fois à la maison je regarde le profil et je vois qu’après le parcours VITA, au km 5 toute la montée en marron sur le graphe est entre 15 et 19%. Or je ne sais pas monter une telle pente sur le vélo.
Je ne manque jamais dans la grimpée de m’arrêter pour regarder la plaine.La ligne blanche en-dessous de l’horizon, c’est le lac de Michelbach
Le chalet Zuber est désert
Une fois à la vue Zuber, j’ai ce paysage avec très peu d’horizon.

Je m’empresse de redescendre par le col de Teufelsgrund. Le mauvais temps menace. J’arrive à Thann un peu grelottant.

Quinze kilomètres me suffiront amplement aujourd’hui.

https://www.openrunner.com/r/10725827

Les potins du lundi

La France centralisatrice a montré l’exemple avec le rond-point des Champs-Elysées

J’ai le sommeil léger. Alors la nuit je songe. Qu’est-ce que je vais pouvoir raconter à mes lecteurs du lundi? Ma mémoire m’apporte les sujets qui s’entrechoquent les uns les autres dans un impossible récit qu’il me faut mettre en ordre le matin venu.

France: record du monde du nombre de ronds-points

La France détient le record du monde du nombre de ronds-points – six fois plus qu’en Allemagne ! On estime qu’il existe environ 30 000 ronds-points, et que 500 nouveaux sont inaugurés chaque année pour un coût, pas vraiment modique, de 200 000 à 1 million d’euros selon la complexité de l’ouvrage et le prix des parcelles à acheter. (source)

Dada est en tôle d’acier « cortène », son nom est « Bucéphale ». C’était le cheval que seul Alexandre le Grand a réussi à dompter.
Dans les vestiges romains d’Illzach apparaît une tête de cheval . A Illzach passait aussi une voie romaine. On peut également remarquer le fer à cheval dans l’emblème de la ville. Sur cette route à fort trafic certains voient l’emblème du C.V. Ferrari. (2012)

Vous savez ces choses qui emmerdent les vélos…

Jean Viard, le sociologue, sur une chaine d’infos nous expliquait comment les ronds-points sont nés; vous savez ces choses qui emmerdent les vélos… Jean Viard nous disait donc que les ronds-points sont là pour organiser le transit pendulaire qui nous conduit à la ville le matin et qui nous ramène le soir dans nos village périphériques.

Travailler à la ville, vivre à la campagne

Nos jeunes générations se serrent la vis chaque jour et ne voudraient pour rien au monde repeupler la ville. Elles se serrent la vis disait Jean Viard pour payer sept ares de terrain, pour rembourser le crédit-bail de deux bagnoles diesel nécessaires à parcourir les trente kilomètres quotidiens jusqu’à son lieu de travail. Rien à voir avec le « vivre et travailler au Pays » des années 70….et encore moins avec le paternalisme d’antan des maîtres de forge qui construisaient les logements derrière l’usine. Ce qu’on veut aujourd’hui, c’est fuir la ville et ne pas participer à la fameuse mixité sociale urbaine tant elle effraie par certains aspects.

giratoire voie verte Moselle/Moselotte à Dommartin les Remiremont . La frénésie de ronds-points s’est propagée aux pistes cyclables avec la signalétique des voitures, s’il vous plait! Un ingénieur TPE est passé par là, sans doute

Alors les maires ruraux font le forcing pour aménager des lotissements sur de bonnes terres agricoles…et les ronds-points qui vont avec. La noble cause, on la connait: lutter contre la désertification de nos campagnes, la fermeture de nos écoles, de nos maternités, de nos trésoreries, de nos tribunaux. Ce qui n’empêche pas le pouvoir central de fermer chaque année toujours plus de services publics dans les cantons! L’antidote à la désertification des maires ruraux serait donc inutile puisque le repeuplement de nos campagnes s’accompagnent de toujours plus de bagnoles facteur de pollution.

La France est condamnée à ses bagnoles

Zone commerciale et bagnoles, le couplé gagnant

Le constat est sans appel: la France est condamnée à ses bagnoles...et à ses ronds-points. Ce qui n’est pas le cas de l’Allemagne ou des pays nordiques qui nous entourent. Par exemple l’Allemagne est peuplée de 236 habitants au kilomètre carré quand la France n’en possède que 120. En Allemagne le transport collectif des banlieusards est donc possible alors qu’il est illusoire en France de mettre en marche des trains pendulaires, voire même des bus réguliers. Question de flux. Ne parlons pas de la Belgique avec 379 ha/km2…ni des Pays-Bas avec 500 ha/km2.

Le marché de la voiture en France a de l’avenir combien même serait-il à maturité sur le plan marketing. Les constructeurs s’ingénient à nous maintenir captifs avec toutes sortes de nouveautés technologiques comme l’hybride ou l’électrique. Ils n’ont pas de craintes à avoir: sans la voiture, point de salut pour les adeptes de la France profonde! En revanche, le matériel chinois risque fort de faire capoter les constructeurs locaux, car la Chine apprend vite. Quand Gifi et consorts vont vendre de la bagnole…

Redonnons leur humanité aux ronds-points

A Bourbach-le-Bas (Haut-Rhin), on ressort des cartons le projet de rond-point au carrefour de la D466 et de la D35. En cause la dangerosité au moment des pointes de trafic. Les usagers de la vallée sont évidemment contre le principe d’un nouveau rond-point qui les ralentirait au moment d’aller au boulot à Mulhouse ou de rentrer au plus vite pour la sortie des classes.

Les Gilets jaunes me réconciliait avec les ronds-points. L’écriture hésitante tenait lieu d’exercice

Avec les ronds-points, les maires ont oublié de construire une cabane pour les gilets jaunes, une cabane bien utile pour recréer du lien, où l’on pourrait boire un coup, histoire de faire connaissance. Le grand rond-point d’Aspach était vide de gilets jaunes samedi 16 novembre pour leur premier anniversaire. Dommage, j’avais pris l’habitude d’aller m’y chauffer au bord du feu de palettes et de tailler bavette avec les manifestants.

Les Super U, les Leclerc et les Carrefour (bien nommés) savent depuis longtemps que le rond-point est vital pour capter la clientèle abonnée au transport pendulaire.

Selon les DNA (25/09/2013), l’opération de Carrefour Mulhouse de l’Ile Napoléon – estimée à 2.1 millions d’euros HT – a été financée par la société immobilière Carrefour (1.1 M €), la société Sogemo (177 000 €) et le conseil général (458 000 €)

Les maires plutôt que d’y installer des décorations souvent douteuses et dispendieuses feraient mieux d’y promouvoir des buvettes (sans alcool), des boites à livres et des distributeurs de pain. Une façon de redonner un peu d’humanité à ces lieux de girations impétueuses qui font peur aux cyclistes.

Zigzags

Lorsque je découvre mon parcours sur la carte une fois de retour à la maison, je cherche une représentation géométrique. Aujourd’hui, j’ai fait beaucoup de zigzags. Des lignes brisées.

Le samedi route ou VTT? avantage VTT, sortie sans voitures

https://www.openrunner.com/r/10716561

Les temps courts

A l’entrée du chemin du Langholtz, j’entame le retour de la balade. Nulle âme en vue.

Nous entrons dans les temps courts. Ceux qui ne permettent pas de s’attarder en chemin avant la nuit tombée.

Alors je rôde autour de chez moi. C’est tout l’intérêt du VTT, pouvoir rôder. Errer. Les champs sont encore occupés. Il faut couper les maïs, extraire les betteraves. Et dans les bois, les engins s’affairent à sortir les grumes.

Les étangs des sablières sont au plus bas. Les oiseaux se réfugient sur les ilots.

Pas un souffle ne vient onduler la gravière.

https://www.openrunner.com/r/10711267

Boite Pinion

Les Allemands sont très investis dans le vélo.

Ils innovent beaucoup.

La boite Pinion (un nom très ressemblant à pignon!) n’est pas nouvelle, bien que discrète sur le marché. Directement dérivée du modèle de l’automobile, son constructeur en fait la présentation à Eurobikes 2019.

Cette boite a certainement des atouts pour le vélo urbain dès lors qu’elle vient à bout de cet archaïsme qu’est le dérailleur de chaine.

A quand une boite automatique?

article en relation

L’ABS vélo

L’ABS ( Antiblockiersystem ) a fait son entrée sur les vélos. Les vélos à assistance électrique. On peut donc s’attendre à voir le système s’étendre un jour au vélo « musculaire ».

Soyons fou: imaginons le jour où le vélo freinera tout seul à la survenance d’un obstacle…

Toutes ces aides à la conduite du vélo me laissent sans voix.

Cyclotourisme, la revue

n°695 novembre 2019

La revue « Cyclotourisme » de novembre est arrivée. C’est le magazine de la fédération française de cyclotourisme.

Avec ce numéro de novembre, la fédé nous délivre un mystérieux message dans son édito en constatant que « le niveau de nos abonnés, et par voie de conséquence de nos lecteurs, ne cesse de baisser » écrit Gérard Pliquet.

En clair le magazine est « malade »…mais « la maladie pourrait être éradiquée »… « les remèdes existent »… « si leur mise en œuvre, individuelle et collective, avait été efficiente, nous n’aurions pas y revenir. » « D’autres solutions seront prochainement proposées… »

Que la revue ne se vende pas bien, ce n’est pas nouveau. Cela fait des années que le lectorat s’étiole et que le journal doit être mis sous perfusion. Déjà en 2015 « Le lectorat de la revue est réduit à l’extrême: 17000 abonnés pour 120.000 licenciés alors qu’elle coûte 150.000 euros à produire (hors expédition). Soit 11% des licenciés seulement! »… (source)

Personne n’ose tenter une explication: les cyclotouristes ne lisent pas ou ne lisent plus, accrochés qu’ils sont à leur Facebook. Ils pédalent le temps restant. Certains ne savent peut-être même pas lire si je voulais être perfide quand je vois le niveau sur les réseaux sociaux.

Pourtant, si l’on parcourt la revue, elle est plutôt bien faite.

  • Des actualités qui sortent du cadre FFCT stricto sensu
  • Un portrait sur le handbike
  • Du VTT sous forme de raid inter-bases
  • Un reportage « jeunes »
  • Un voyage organisé à St Jacques de Compostelle
  • Une promo de la Haute-Saône
  • Des images d’Eurobikes (voir ci-dessous)

Et pourtant la revue se vend mal.

J’ai ma petite idée sur la question. Puisque la revue se vend mal, pourquoi tout simplement ne pas en tirer une version numérique que tout le monde pourra consulter à sa guise sans engager des frais d’impression et d’acheminement dispendieux?

La fédé a engagé sa transition numérique en élaborant une stratégie digitale. Gageons que dans les cartons des disques durs figure aussi le projet d’une revue numérique.

Des nouvelles d’Eurobikes…

détecteur de perte de pression pour VAE équipé d’ABS!
vélo en bois Qirubike.de
Karcassbikes.com cadre en tôle d’alu ajourée
Convercycle.com, la roue arrière se replie et l’ensemble devient un vélo normal

Vas-y Poupou!

La légende est orpheline.

Je n’ai aucune légitimité à délivrer, contrairement à d’autres, un hommage à Poulidor. Les professionnels du sport cycliste s’en chargeront ainsi que la pleureuse patentée du journal de treize heures.

Mais enfin, il faut le reconnaître, après les « va-y Bobet », Poulidor avait endossé le maillot de la raillerie aux bords des routes avec le « vas-y Poupou ». En souffrait-il? je ne le sais pas.

Le « vas-y Poupou » était resté dans l’imaginaire populaire au point que même un modeste cyclotouriste en latex bariolé se voyait parfois encouragé de la formule devenue quolibet du terroir.

Poulidor était devenu au fil du temps une légende. La légende du perdant. Il a su en faire sa victoire.

Marche au Thanner-Hubel

Le tour du Thanner-Hubel mesure 8km

Le Thanner-Hubel, c’est la montagne des Thannois comme son nom l’indique avec son sommet à 1104m. Je vois la neige tombée pendant la nuit depuis chez moi. Alors j’y grimpe, rien que pour voir la neige. Aujourd’hui, c’est dans la brume que je progresserai. Dommage.

400mètres de dénivelée, plutôt 500 selon moi
Nous étions trois au départ du Hundsruck. Les deux grands gaillards devant moi me montrent la voie. Je ne les reverrai plus ensuite.
30% de pente au départ, ça calme!
le sentier de droite devant l’auberge est condamné par les bûcherons
J’avais prévu le froid en haut car il ne faisait que deux degrés au col
A la ferme-auberge j’attaque la pente qui mène à la table d’orientation
le refuge du ski-club au pied des remontées, nulle âme
J’ai vaincu mon Annapurna
Vieux-Thann? c’est par là
Seuls les pas de mes deux marcheurs indiquent le passage
Après la fontaine, je distingue le ski-club du Rossberg dans la brume
aucun randonneur rencontré
J’ai posé les bâtons et le sac à la manière de Pierre Brunner
puis je suis redescendu sur le plancher des vaches
quand j’ai commencé à faire tinter mes bâtons, le petit veau est vite rentré chez lui de l’autre coté de la clôture
Là-bas Bourbach-le-Haut

Avant de partir

Cette rando là est celle d’un marcheur amateur qui marche seul. Donc vous devez compter sur vous. On peut se perdre dans les Vosges. Ce qui veut dire qu’il faut partir en sécurité en moyenne montagne quand le temps est dégradé. Sur la crête je me suis fait « rafalé » et c’est parfois inquiétant d’entendre le vent siffler et de se sentir bousculé. Il faut donc être correctement habillé, porter de bonnes chaussures, pas des baskets, des gants étanches, une capuche et une casquette ou un bonnet. Avoir au moins une carte et sa boussole, mieux un GPS qui dans le brouillard vous indique où vous êtes et un téléphone si vous tombez et si vous ne pouvez plus marcher. Avoir un en-cas même si votre rando n’excède pas trois heures et de l’eau.

Je vais te le planter le bâton, moi

C’est la première fois que j’utilisais mes bâtons. Un modèle d’entrée de gamme de chez Décathlon. Est-ce utile? Je n’en avais aucune expérience.

Alors oui, c’est utile, je peux le dire…mais cela demande de l’apprentissage.

D’abord régler la longueur. Plus court en montée (105cm) et plus long en descente (115cm), ça dépend de votre taille. Les bâtons vous aident à aborder la pente et les sols rocheux surtout lorsqu’ils sont glissants. Vous pouvez prendre appui dessus et éviter de déraper ou glisser et en plus vous répartissez l’effort musculaire entre les cuisses et les épaules.

Quand vous êtes sur le plat, naturellement, les bâtons vous accompagnent, pic droit, jambe gauche et pic gauche, jambe droite. Mettez les dragonnes autour du poignet comme pour un bâton de ski.

Dans les descentes prononcées, vous contrôlez votre vitesse en plantant d’avance devant vous tout en limitant la fatigue musculaire de la jambe.

Si vous marchez moyennement vite comme moi, vous ferez les 8km en deux heures.

Télécharger le parcours GPS

Les potins du lundi

courrier des lecteurs DNA 10 nov.2019

On remerciera ce lecteur de n’avoir rien contre les cyclistes mais on préfère qu’il passe au large.

Une tolérance? cet automobiliste parle d’une tolérance, mais laquelle? S’agit-il d’être autorisé à frôler le cycliste?…ou bien à franchir la ligne blanche?

Ce genre de remarque de la part d’un automobiliste sous-tend que plutôt que de franchir une ligne blanche et risquer…

  • Une perte de 3 points.
  • Une amende forfaitaire de 135€.
  • Une amende minorée de 90€.
  • Une amende majorée de 375€.

…mieux vaut frôler un vélo dont personne ne pourra dire qu’on est passé trop près…sauf si on le renverse. En effet qui est capable d’estimer un mètre cinquante, voire moins d’un mètre, sur la route entre deux mobiles en mouvement?

Rappelons tout de même que depuis le 4 juillet 2015, il est possible de chevaucher une ligne blanche continue sur les routes à double-sens limitées à 50km/h lorsque l’on double un vélo. Cette possibilité est uniquement offerte lorsque la visibilité le permet. Cette mesure découle directement de la nouvelle autorisation qu’ont les cyclistes de circuler à une distance suffisante des véhicules stationnés sur la droite.

Chaucidou à Altkirch?

Altkirch, le paradis des bagnoles au centre-ville

Je tombe des nues. J’apprends qu’un Chaucidou est à l’étude à Altkirch. Rappelons-le: Altkirch n’a aucune culture vélo. Ce n’est pas dans les gènes de la sous-préfecture du Sundgau. Alors apprendre que la ville envisage un tel aménagement, je dis chiche!

Un Chaucidou ressemble à ça…

Chaucidou hollandais

Chaucidou veut dire « chaussée pour les circulations douces » et n’a rien à voir avec le Cochonou du Tour de France.

Le principe consiste donc à n’affecter qu’une voie pour les autos et deux pour les vélos. Officiellement c’est une chaussée à voie centrale banalisée sans marquage axial.

Vous l’avez compris, un tel dispositif dans une ville est de nature à vous faire perdre les élections. Car le Chaucidou oblige les voitures « à se garer » pour se croiser ET sans renverser les cyclistes.

Si le principe est révolutionnaire en France et peu répandu du fait que le lobby automobile s’oppose à ce type d’infrastructures, il est largement utilisé chez nos voisins.

J’ai une très mauvaise opinion de la place faite aux vélos par la municipalité d’Altkirch. Si ce projet voit le jour, je déménage à Altkirch. Bon, je crois que finalement Altkirch va renoncer.