Catégorie : les potins du lundi

Editorial

Les potins du lundi

7794119528_le-petit-couac-de-la-patrouille-de-france-lors-du-defile-du-14-juillet-2018.jpg
14 juillet à Paris. Y’a comme un défaut. La Patrouille de France s’est mélangée les pinceaux. Peut-être une allusion au drapeau croate?

Qu’est-ce que je vais pouvoir raconter ce matin, lendemain de 14 juillet et de finale de Mondial de foot?

Pour le 14 juillet, c’est fait.

Dès le 13, certaines communes ont fait le bal et le feu d’artifice en même temps.

Fromage et dessert avant la disette.

J’ai été un peu réveillé vers minuit.

Puis j’ai entendu les pompiers qui devaient avoir à régler quelques débordements sur la voie publique.

Le 14 juillet tombant un samedi, pas question de fermer les magasins.

Sinon un gros chiffre d’affaires serait perdu.

Alors les Leclerc et consorts sont ouverts.

C’est vrai quoi, un samedi férié, ça fait désordre car on ne sait pas quoi faire à la place du shopping habituel.

Les commune dépensent un fric de dingues (les dingues, tout le monde le sait, sont dépensiers) pour nous illuminer avec le feu d’artifice, alors Macron a raison: il existe des marges d’économie à faire dans les communes.

Les bals.

L’accordéon n’a plus cours.

Il faut des décibels et donc des watts avec des infra-sons suffisants pour vous secouer la paillasse et les tympans.

Linky est justement là.

Heureusement Afflelou est là aussi: avec les lunettes Tchin-Tchin, il vous offre Tchin-Tchin audio, le sonotone pour oreilles déficientes, pour un euro de plus.

Reste une inconnue de taille avec le Mondial de foot.

Je ne prendrai pas parti.

img_7166
L’équipe de France est rentrée ce matin. Vélomaxou a surpris son train spécial à Aspach gare.

Il n’y pas beaucoup de serbo-croates dans mon quartier, alors si les klaxons retentissent, c’est que la France est devenue championne.

De quoi oublier tous nos tracas jusqu’à la fin des vacances.

Au moins.

D’après mes informateurs sensoriels (mes oreillettes Afflelou), la Coupe du Monde de Foot nous est acquise.

Même Trump l’a tweeté, alors c’est dire.

J’ai vu quelques belles scènes de camaraderie dans la lucarne sur les Champs. De quoi faire baver Mélenchon!

Macron qui étreint la présidente croate Kolinda Grabar-Kitarović sous la pluie à Moscou.

Comme pour la protéger dans son beau tee-shirt à damier.

Sous les yeux de Poutine, c’était d’un érotisme torride.

Gare à la scène avec Brigitte!

Macron pour une fois a pu tester son costume Arnys sous la pluie.

Comme Hollande et Fillon.

Poutine, prévoyant, avait prévu un pébroque, mais rien pour les autres.

Reste une chose à éclaircir: la France a t-elle gagné par tactique ou par coup de bol?

Car tous les chroniqueurs des matchs précédents s’accordaient pour dire que l’équipe française n’avait rien d’enthousiasmant.

Lloris, grand cœur, s’est laissé piquer la baballe en douceur comme si les choses étaient arrangées d’avance, histoire de réduire le score.

Et maintenant?

La joie devrait nous emporter.

On a gagné. On a gagné le droit d’être joyeux, une joie sur commande devrait nous envahir.

Tous ensemble! tous ensemble!

Ça c’est le slogan type d’un nationalisme imbécile.

L’équivalent carbone de cette bouffonnerie va peser lourd dans le réchauffement climatique, comme les milliards de vols touristiques des vacanciers qui se croiraient minables de passer des vacances à vélo en France plutôt qu’en Océanie. (paroles d’un lecteur saisies dans la Presse ce matin)

Certains chroniqueurs osent même parler de communion, cette joie serait donc de l’ordre du divin. C’est commode.

Pour moi tout ça est de la foutaise.

Heineken et Kronenbourg peuvent déjà nous mettre sur la voie: la joie de cette victoire se mesurera à la hausse du cours de la bière générée par ces hordes vociférantes.

 

Publicités

Les potins du lundi

sc09516_taz

Cochonou en tête, Carrefour Market en difficulté (TDF2009) cliché Vélomaxou Firstplan

Tour de France (1re étape) : un fuyard repris, les deux autres résistent

La métaphore s’est emparée du jargon journalistique pour exprimer ce qui recommence chaque année dans la torpeur estivale: le grand cirque du Tour de France.

La caravane du Tour passe, les chiens aboient.

Moi aussi je sais user de la métaphore.

Comme vous l’imaginez, je ne vais pas me priver de baver sur le Tour. Sinon je ne serais pas fidèle à mes principes là où d’autres s’assoient dessus.

Exit les grèves SNCF, la hausse de la CSG, exit les nuages annonciateurs de la fin de la réversion des pensions, tout le monde s’en fout, l’essentiel c’est d’avoir le Tour de France.

Le Pays peut sombrer en arrière-plan des nations puisque le Tour dessine ses contours sur toute la planète. Comme en Russie où Poutine force l’admiration avec son Mondial du football pendant que son peuple périclite.

Allez ne soyons pas bégueule, le Tour de France est populaire comme jamais!

Alors va pour le Tour de France et ses flonflons qui font chavirer le Pays et la France profonde en congés payés.

Tout est dit et je l’ai déjà dit maintes fois.

Puisqu’il faut l’ivresse, buvons le nectar empoisonné jusqu’à la lie!

Au diable, l’affaire Festina! Les pisse-froids n’ont qu’à se taire.

Les Français ont la mémoire courte. Ils n’ont même plus de mémoire du tout lorsqu’il s’agit de communier en cœur à la gloire du Tour ou encore du foot.

Alors?

Alors pourquoi raviver cette plaie du dopage dans le Tour et empêcher la ferveur de s’exprimer devant les efforts surhumains de types à vélo qui chaque jour forcent l’admiration?

Pensez-donc, disait cette femme à la TV, mon petit-fils de 23 ans est sur le Tour et j’en suis fière…

Et Laurent Bodin dans l’Alsace de préciser: « Tout est clair » a […] tranché l’Agence mondiale antidopage. Un bataillon d’experts scientifiques et d’avocats a peut-être sauvé la réputation, voire la carrière, de l’asthmatique Christopher Froome, mais il ne l’a pas réhabilité, ni parmi ses pairs, ni dans le grand public. 

Ni dans le grand public? j’en doute.

Réhabiliter Froome, le grand public s’en fout. Ce qu’il veut le grand public, c’est des jeux comme dans les arènes romaines où il fallait du sang. Contaminé ou non, le sang.

On est loin, très loin de la Petite Reine et des avantages qu’elle pourrait procurer à la planète si au lendemain du Tour, tous ceux qui s’aventurent en tong le long des routes décidaient au retour d’abandonner leurs bagnoles et leurs camping-cars au profit du vélo.

sc09496_itm
Même le diable prend ses vacances en tong

Il n’y a même pas dans le Tour l’ombre d’une morale capable de l’absoudre de tous ses péchés.

Mais le Tour est une religion et son pèlerinage immuable doit s’accomplir.

 

 

Les potins du lundi

ob_7db2a2_dessin-coco-retraite-femmes-1.jpgÇa avait bien commencé mais ça va mal finir.

En substance, nous parlons de Macron et de sa politique.

Je n’en fais pas une fixation car comme pour ses prédécesseurs, j’avais constaté leur incapacité à gouverner ce Pays.

Selon les experts, la France serait plus sensible que ses voisins aux questions socio-économiques. Par exemple, les Allemands se montreraient plus dociles aux phénomènes d’appauvrissement et aux boulots mal payés. Les lois Hartz IV sont passées par là. En France les lois El Khomri et la loi travail n’auraient pas encore fait toutes leurs preuves en terme de réussite. Alors la France ronchonne.

Pour Macron la dégringolade est encore plus rapide.  Le taux des mécontents de son action s’envole à 59% (+5) en juin.

Présenté comme un grand bourgeois formé aux belles lettres, il s’avère être en privé d’une vulgarité comparable à Sarkozy.

Sa dernière saillie sur le pognon de dingue dépensé pour les minimas sociaux en est l’illustration.

D’aucuns s’ingénient à espérer une victoire des Bleus au Mondial.

Comme quoi, pour nos contemporains, la politique c’est bien une foutaise. Comme si des footeux qui tapent dans un ballon allaient redonner du tonus au pays!

Il nous avait prévenu, la France d’avant c’est fini.

Vous allez voir ce que vous allez voir.

Effectivement on a vu.

La loi travail en premier, cette loi qui devait relancer le travail.

Pas l’ombre d’un frémissement de reprise.

Mais restons zen: l’emploi en France est rare depuis longtemps.

Depuis Giscard, c’est à dire depuis des temps immémoriaux pour la plupart d’entre-nous.

Exit la loi travail, passons à la SNCF.

Il fallait faire la peau aux cheminots, c’est fait.

Maintenant les trains vont pouvoir rouler et arriver à l’heure.

Attendons de voir!…

Pour l’heure, les grands gagnants sont les bus Macron, cette hérésie environnementale qui consiste à utiliser la route et des engins diesel à la place des trains.

Le 80 km/h.

Une mesure imbécile, je n’ai pas peur de le dire.

Quand le tabac fait 75000 morts, on tente d’en éviter 300 sur la route sans aucune preuve que la mesure sera bénéfique. Va t-on changer les comportements? non!

C’est sur le chapitre des retraites qu’on attend à présent Macron.

Un sujet explosif après la hausse de la CSG de 1.7%.

Sous prétexte d’harmoniser les régimes, le gouvernement se prépare en fait à amputer les acquis des retraités et des veuves qui bénéficient d’une pension de réversion.

Je ne souhaite qu’une chose à cette politique de gribouille, c’est qu’elle échoue le plus tôt possible et qu’on passe à autre chose.

Nuit d’effroi au beffroi

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Thann et sa Collégiale

En bon citoyen, je me suis rendu samedi soir à la Crémation des Trois Sapins de Thann.

Thann en allemand, c’est le sapin.

La crémation de ces sapins, c’est un peu comme les feux de la Saint Jean, mais je n’en connais pas toute l’histoire moyenâgeuse.

Je tente d’approcher le centre ville au milieu d’un amoncellement de bagnoles.

Puis, le contenu de mon vélo est inspecté au sas d’entrée.

Je le cadenasse et je tente de me frayer à pied un chemin parmi la foule.

Bières et merguez à gogo. Les familles s’impatientent.

La grand messe est diffusée sur écrans géants.

Les ados grimpent sur les parapets pour mieux voir.

Je baigne dans les vapeurs de saucisses pendant que le clergé officie.

Il y aura me dit-on des évocations historiques sur le parvis.

Je n’en vois rien.

A 23 heures, les pompiers testent leur dispositif anti-incendie.

On va mettre le feu aux sapins au pied de la Collégiale.

Pourvu qu’elle ne brûle pas!

Les trois sapins s’embrasent et dégagent une imposante volute de fumée.

Les escarbilles volent au-dessus des toits…tandis que les lances à incendie dessinent un rideau d’eau pour protéger la population agglutinée autour de la place.

J’en ai assez vu.

A 23h30, les détonations du feu d’artifice retentissent.

Je suis déjà à la maison.

 

Les potins du lundi

macron-reforme-sncf.jpgL’imprécation.

Nos décideurs publics donnent dans l’imprécation.

Comme ces professeurs Tournesol qui faute de solutions inventent des mesures spectaculaires dont on ne sait pas si elles seront efficaces.

Abracadabrandesque disait l’autre.

Examinons comment Macron résout quelques questions de société…

1/ La SNCF fait du déficit, les trains sont en retard, supprimons la SNCF!

C’est fait.

En plus faire la peau aux vaches sacrées du Front Populaire, c’est le rêve de tous nos jeunes technocrates, Macron le premier.

2/ Les minimas sociaux ne servent à rien puisque les pauvres n’arrivent toujours pas à s’enrichir.

Supprimons ce pognon de dingues et les pauvres disparaitront des écrans radar!

3/ La vague migratoire venue de l’Afrique déplaît beaucoup.

Les mâles blancs n’arrivent pas à dire que cette déferlante va impacter durablement notre mode de vie et notre sociologie pour de nombreuses générations. Pourtant la mondialisation n’est pas que financière, elle est aussi humaine.

En attendant, dirigeons l’Aquarius hors de nos eaux hexagonales!

4/ Pas de places pour tous nos jeunes dans les facs?

Rétablissons le service national!

5/ Trop de morts sur les routes?

Imposons le 80!

6/ Le peuple ne regarde plus la télé?

Imposons la redevance même à ceux qui n’ont pas de poste!

Notre gouvernement a trouvé la martingale qui va lui faire gagner à tous les coups la bataille de l’opinion.

Même avec les coups les plus tordus.

Finalement Macron n’a rien inventé. Il reprend les recettes du monde politique ancien qu’il entend dénoncer.

 

 

 

Les potins du lundi

img_6643
librairie Bisey Mulhouse

Balade à vélo.

Le libraire a réuni tous ses ouvrages de randonnées à vélo.

C’est une bonne initiative, les beaux jours arrivant, de suggérer qu’une balade à pied ou à vélo, c’est toujours mieux qu’en voiture.

Beaucoup s’arrêteront aux titres et à l’évocation qu’ils suscitent

  • L’Alsace à vélo
  • Bodensee
  • Bretagne, 40 belles balades
  • Schwarzwald

Combien de rêves inaccessibles pour tous ceux qui n’osent plus se remettre en selle, et même pour ceux qui n’imaginent pas voyager avec leur vélo au-delà de la sortie dominicale!

C’est que le vélo est un art de vivre qui se mérite: il est exigeant sur le plan des principes.

Des principes de vie hors des modes du temps présent, hors de la vitesse, hors du prêt à consommer.

Imaginer d’autres choix pour l’été, c’est encore possible.

Il suffit de prendre son vélo à deux mains de l’enfourcher et de s’entraîner à bien le dompter.

Les potins du lundi

sartorius-muscle-yoga-anatomy.pngC’est un grand cycliste de la place mulhousienne.

Nous en sommes tous convaincus.

Le voici fort démuni par un claquage musculaire de son sartorius survenu pendant qu’il dormait.

Une blessure rare, liée à des circonstances d’erreur qui sont survenues cette nuit dans mon sommeil….(sic)

Un claquage musculaire en dormant, ce n’est pas ordinaire.

Voila la saison cyclo bien compromise.

7278.jpg

Le journal en 4×4

Dans mon quartier pourtant fort doté en chaussées revêtues, le porteur de l’Alsace livre les journaux en 4×4.

Le gros turbo ronronne à merveille.

De porte en porte, l’engin s’arrête tous les vingts mètres moteur tournant.

Ce qui fait dire à son confrère à vélo qu’il consomme au moins tout ce qu’il gagne avec sa tournée.

Je suis Méghan de toi

Je ne sais pas si la jeune mariée est fière de son nouveau parti.

Du haut des tours de son duché, ne va t-elle pas regretter son anonymat?

Devenir people n’a pas que des avantages.

Foncier

Notre gouvernement est fort embarrassé.

Certaines promesses sont difficiles à tenir.

Comme celle de la suppression de la taxe d’habitation.

Plus de 25 milliards de manque à gagner pour les communes et les départements.

Alors on finaude.

On va se rattraper comme on peut.

Par exemple sur les résidences secondaires, puis sur la taxe foncière,…en attendant mieux.

Tabac

75.000 morts par an.

Au moins la hausse du tabac commence à faire son effet puisque les fumeurs battent en retraite.

Tant mieux.

Même si les recettes de poche de l’État s’en ressentent.

80

Finalement, on n’en est plus très sûr.

Les 80 sur les départementales commencent à dissoner jusque dans les rangs du gouvernement.

La mesure est si impopulaire dans l’autre France, celle des gens de rien, qu’il se pourrait qu’elle soit reportée…

Le premier ministre n’aura plus qu’à assumer.

Assumer, c’est son truc à Philippe.