Étiquette : cyclotourisme

Cyclotourisme, la revue

n°695 novembre 2019

La revue « Cyclotourisme » de novembre est arrivée. C’est le magazine de la fédération française de cyclotourisme.

Avec ce numéro de novembre, la fédé nous délivre un mystérieux message dans son édito en constatant que « le niveau de nos abonnés, et par voie de conséquence de nos lecteurs, ne cesse de baisser » écrit Gérard Pliquet.

En clair le magazine est « malade »…mais « la maladie pourrait être éradiquée »… « les remèdes existent »… « si leur mise en œuvre, individuelle et collective, avait été efficiente, nous n’aurions pas y revenir. » « D’autres solutions seront prochainement proposées… »

Que la revue ne se vende pas bien, ce n’est pas nouveau. Cela fait des années que le lectorat s’étiole et que le journal doit être mis sous perfusion. Déjà en 2015 « Le lectorat de la revue est réduit à l’extrême: 17000 abonnés pour 120.000 licenciés alors qu’elle coûte 150.000 euros à produire (hors expédition). Soit 11% des licenciés seulement! »… (source)

Personne n’ose tenter une explication: les cyclotouristes ne lisent pas ou ne lisent plus, accrochés qu’ils sont à leur Facebook. Ils pédalent le temps restant. Certains ne savent peut-être même pas lire si je voulais être perfide quand je vois le niveau sur les réseaux sociaux.

Pourtant, si l’on parcourt la revue, elle est plutôt bien faite.

  • Des actualités qui sortent du cadre FFCT stricto sensu
  • Un portrait sur le handbike
  • Du VTT sous forme de raid inter-bases
  • Un reportage « jeunes »
  • Un voyage organisé à St Jacques de Compostelle
  • Une promo de la Haute-Saône
  • Des images d’Eurobikes (voir ci-dessous)

Et pourtant la revue se vend mal.

J’ai ma petite idée sur la question. Puisque la revue se vend mal, pourquoi tout simplement ne pas en tirer une version numérique que tout le monde pourra consulter à sa guise sans engager des frais d’impression et d’acheminement dispendieux?

La fédé a engagé sa transition numérique en élaborant une stratégie digitale. Gageons que dans les cartons des disques durs figure aussi le projet d’une revue numérique.

Des nouvelles d’Eurobikes…

détecteur de perte de pression pour VAE équipé d’ABS!
vélo en bois Qirubike.de
Karcassbikes.com cadre en tôle d’alu ajourée
Convercycle.com, la roue arrière se replie et l’ensemble devient un vélo normal
Publicités

La FFCT se met au courant

Dans son numéro 692 de juillet-août 2019, la FFCT se lance dans le vélo électrique. C’est une révolution, plus qu’une évolution.

Cela faisait déjà plusieurs années que ce thème du vélo électrique, plus exactement vélo à assistance électrique (VAE), était abordé du bout des lèvres par la fédération de cyclotourisme. Dans les clubs, on freinait sec des quatre fers. Pas question de vélo électrique dans les pelotons du dimanche matin!

Puis l’assouplissement est venu d’en haut: on vous accepte, oui! mais à deux conditions…

  • justifier d’une restriction médicale
  • rester derrière pour ne pas semer la zizanie devant.

Tout cela vient de voler en éclat dans ce numéro de Cyclotourisme. « Cyclotouristes, mes frères, ne rigolons pas, nous sommes également contaminés » écrit notamment Bernard Lescudé dans son Edito.

Une contamination? C’est bien ce à quoi on assiste dans les rangs des clubs avec des acteurs vieillissants pour qui quelques watts en plus sont les bienvenus pour durer.

Durer. C’est le nouveau challenge de la fédé avec des troupes qui peinent à se renouveler. Dans le dossier intitulé « Quelques watts de plus », on vous dit tout.

  • qu’est-ce qu’un VAE?
  • les principaux composants
  • l’assistance et la santé
  • vers un code de bonne conduite
  • le choix du VAE

Le virage n’est pas facile à négocier chez les inconditionnels du tout musculaire; il convient donc de convaincre en notant qu’il serait incompréhensible de continuer à rejeter le VAE.

le vélo à assistance électrique sait se faire discret comme ici avec ce cycle Mannheim qui ressemble fort à un vélo de course classique

L’argument santé est pour sûr un facilitateur pour aider à comprendre l’intérêt du vélo à assistance…en notant qu’il ne s’agit que d’un petit surplus de puissance de 10 à 30% dans les moments les plus redoutables pour le cardio.

Mais le cycliste a sa fierté pour lui; consentira t-il à passer au VAE aussi facilement?

Pour aider à la transition, les constructeurs rivalisent d’artifices en dissimulant les moteurs et les batteries du mieux qu’ils peuvent…comme certains tricheurs dans la compétition.

Dès lors à l’avenir le vélo musculaire est-il appelé à figurer au rang des reliques qu’on sort uniquement dans les grandes occasions, histoire de rappeler les temps héroïques?

Cyclotourisme, la revue

Cyclotourisme de mai 2019 vient de paraître.

Au programme, le VTT. La fédé a décidé de recoller à l’air du temps. La FFVélo a d’abord boudé ces nouveaux cyclistes capables de se rassembler, parfois par milliers, pour des manifestations organisées par nos adhérents, sans pour autant rejoindre notre Fédération. Gérard Pliquet dans son édito en fait le constat: la différence entre individualité et individualisme est ténue. Sachons y veiller.

A force de voir fuir les forces vives du vélo, il serait temps que la fédé reprenne les choses en main.

Idem pour le VAE. Après le routier électrique, le VTT à assistance électrique taille des croupières au VTT « sec » sur le marché. Cette nouvelle discipline ne va pas être facile à conquérir car ses adeptes sont souvent des électrons libres qui s’affranchissent du jeu collectif.

On trouvera aussi dans Cyclotourisme de ce mois un article intitulé « Et du coté du cœur ». Du coté du cœur, on déplore toujours des accidents. Les prévisibles de ceux qui se font des « pancartes »* (dixit le docteur David Le Saux interviewé par la revue Cyclotourisme) le dimanche matin et qui détachent une plaque d’athérome fatale (calcaire et cholestérol) dans les artères…et les imprévisibles de ceux « qui se suivent » médicalement et qui le lendemain du test d’effort font un malaise cardiaque sur le vélo. (* je ne connais pas le terme « pancarte », mais il s’agit de faire des exercices à puissance maximale aérobie lorsque la consommation d’oxygène atteint son maximum et se stabilise. C’est aussi appelé la VO2max et ça s’exprime en watts )

La mort subite est une loterie. Pour en retarder l’échéance, faisons le point régulièrement et évitons de « se mettre dans le rouge » par forfanterie.

Les potins du lundi

img_6066
Nouveau logo, nouvelle identité visuelle pour la FFCT

Mine de rien, le relooking de la FFCT est passé comme une lettre à la poste.

Personne n’a rien vu venir.

Même pas ses fidèles affidés.

Pourtant la FFCT s’interrogeait déjà sur son avenir lors de l’AG de Colmar en 2016. (lire mon billet d’alors) Poursuivre la lecture de « Les potins du lundi »

Les potins du lundi

Le facteur préfère aller à la pêche et garder les lettres dans sa sacoche (Maxime de Vélomaxou)

 

Les forums de clubs cyclos s’étiolent

On en fait tous le constat sans trop savoir pourquoi. Poursuivre la lecture de « Les potins du lundi »

Le certificat médical tous les trois ans à la FFCT

Le certificat médical obligatoire tous les trois ans à la FFCT. Une bonne méthode pour virer tous les vieux qui encombrent les départementales

Le bulletin fédéral 134bis accessible en ligne à tout licencié de la FFCT est intéressant à un plus d’un titre.

C’est celui qui est préparatoire à l’AG de Colmar les 10 et 11 décembre prochains.

Que peut-on y lire? Poursuivre la lecture de « Le certificat médical tous les trois ans à la FFCT »

La ligue d’Alsace FFCT se fait hara-kiri

A compter du 31/03/2017, l’association « Ligue Alsace de Cyclotourisme » n’a plus aucune mission au sein de la FFCT.
A compter du 31/03/2017, l’association « Ligue Alsace de Cyclotourisme » n’a plus aucune mission au sein de la FFCT et son site devrait disparaître.

COREG Grand-Est de Cyclotourisme

Quezaco?

C’est le nouveau nom pris par le Comité Régional de Cyclotourisme du Grand-Est suite à la loi sur la Réforme Territoriale. Poursuivre la lecture de « La ligue d’Alsace FFCT se fait hara-kiri »