Étiquette : Grand Ballon

Jour de montagne déconfinée

Le Treh

La montagne était confinée, toute seule. Elle a retrouvé ses touristes aujourd’hui. Le public habituel, motards en nombre, quelques coureurs automobiles aux turbos rugissants et des marcheurs à chiens le long de la crête.

Quand j’aborde le col Amic par Goldbach. J’ai trois options pour continuer. Soit Wuenheim, soit Uffholtz, soit le Grand Ballon.

Je l’aurai fait au moins une fois dans l’année écourtée par le confinement. Pas mal pour une reprise.C’est du vélo de ouf comme je n’en ferai plus, un jour.

En fonction de ma forme, de ma motivation, jusqu’au dernier moment j’hésiterai.

Il y avait deux cyclistes à la pause du col Amic, le déclic s’est produit: j’ai fait le kéké qui tourne à gauche en saluant de la main droite sans m’arrêter.

Montée à Goldbach

Voila, vous savez tout de l’ego du cycliste qui décide son parcours sur un coup de dé.

Montée au Grand Ballon

C’est vrai qu’après, je l’ai regretté, car j’avais pris l’option la plus difficile…et les deux types m’ont emboité la roue.

Je les entendais discuter derrière moi quand l’un d’eux s’est mis à tousser « comme une bête » (je ne sais d’ailleurs pas quelle bête tousse ainsi?).

Alors je me suis écarté car je craignais qu’il soit atteint du corona…prétexte fallacieux qui m’a permis de « lever le pied ».

Ensuite, comme vous le devinez, j’ai raclé « les fonds de tiroir » pour finir la grimpée. Surtout après l’auberge de la famille Bronner où la pente reste soutenue et où on se fait « rafaler ».

Rien à boire pour les motards, tout est fermé.

Toutes les enseignes sont fermées au Grand Ballon, les étals de Riche sont vides. Mais les randonneurs sont là, en voitures, en motos et…trois cyclistes avec moi.

Riche est toujours fermé
Entre Haag et Markstein
Vallée de la Thur
Le Treh

J’ai pris le Markstein, en grelottant. Même que le guidon tremblait tout seul!

Le Treh

Les 17 km de descente à Kruth m’ont achevé. Je suis allé voir le petit lac rempli à raz bord. On ne peut accéder à la digue en travaux, tous les accès sont fermés. Impossible de faire le tour.

Kruth en eau
Le petit barrage de Kruth est en service

Retour à Thann, un peu groggy en mode hibernation. Il n’y avait que les gros 40 tonnes pour me réveiller.

Parcours enregistré le 23 mai 2019… (voir mon parcours identique du 23 mai 2019)

https://www.openrunner.com/r/999913https://www.openrunner.com/r/99991322

Mes vitesses de tortue
3h20 de travail cardiaque. Un peu long pour moi après le confinement limité à une heure par jour de jogging

Grand Ballon à VTT

En général pas de beaucoup de vélos traînent par là, d’autant qu’ils sont interdits hors chemin.

C’est un beau parcours qui permet de monter sur le toit des Vosges à 1424m et d’admirer le paysage. Penser à prendre ses jambes avant de partir. Je pars de Thann à 9 heures et je suis au Grand-Ballon à 13 heures.

Je prends la direction de Geishouse et je grimpe par la route.

Monter à Geishouse n’est pas le plus difficile

Après Geishouse, la montée est toujours éprouvante. D’autant que la route est dans un état déplorable. Je croise cependant deux motards qui descendent au pas et un vététiste. Puis un Anglais et son camping-car qui monte. C’est tout. Pas de quoi me distraire.

on peut considérer que la route du Haag est morte

Cette montée là m’épuise surtout après le hibou sur son totem. Je ne triche pas avec moi-même, je fais des sets à pied…tant et si bien qu’un marcheur aguerri me rattrape et me met quelques centaines de mètres dans la vue.

je fais deux fois le tour du hibou pour prendre mon élan

Au Haag, je consulte mon vélo. Il s’en fout.

Devant la ferme, j’hésite…Est-ce que je casse-croûte là ou plus haut? J’entame le GR5 rectangle rouge avec les marcheurs. Des jeunes et des moins jeunes. Les jeunes ont mis la radio et du rap pour s’encourager, j’imagine.

Finalement je quitte le Haag en poussant. Mon vélo respire.

Un groupe de locaux mangent au soleil le long du sentier. Vous ne vous êtes pas trompé d’itinéraire? Non! Ce dédale de cailloux me rappelle le Mercantour, je porte souvent pour franchir les murs d’escalier.

Ce genre de sport intéresse peu de vététistes. Je suis un marcheur à vélo.

Puis je m’installe confortablement face à la vallée, au soleil. Et je sors mes casse-croûtes. Saucisson, jambon, fromage. Il ne reste rien pour atteindre le monument des Diables Bleus.

la route du Grand Ballon et la plaine d’Alsace au loin
un homme volant au-dessus du Grand-Ballon

Je pousse jusqu’au radar de navigation aérienne qui ne sert plus, dit-on. Mais un véhicule 4×4 de l’EuroAirport est là. Je parcours le belvédère en gravissant les escaliers. Et je m’en vais. Riche a fait un super-établissement avec porte-vélos et salon de thé. Toilettes publiques gratuites. Il va faire son miel.

voici le radar du Grand-Ballon que j’appelle le Gros Miko
les marches majestueuses
insouciance
Vue sur la plaine d’Alsace
J’attache mon cheval devant les fleurs chez Riche
L’établissement a de la gueule

Je descends par les pistes vers l’Auberge du Ballon. Les vaches se baladent sur la route.Les Bronner sont fermés. J’appelle jusqu’au poulailler, personne, mais les poules rappliquent dare-dare derrière moi ! Les chiens roupillent au soleil et manifestement je ne les intéresse pas.

Les Vosgiennes de la ferme Bronner
je slalome un peu, j’ai perdu la trace
arrivée à la ferme auberge du Ballon
le parcours fait 45km et 1400m

Je descends par les pistes vers l’Auberge du Ballon. Les vaches se baladent sur la route.Les Bronner sont fermés. J’appelle jusqu’au poulailler, personne, mais les poules rappliquent dare-dare derrière moi ! Les chiens roupillent au soleil et manifestement je ne les intéresse pas.

Au Firstacker, je traverse la route avec prudence
…et je prends Goldenmatt

Une fois au col du Firstacker, je traverse la route et je prends Goldenmatt. Le site de Goldenmatt est en cours de réhabilitation et on peut suivre les travaux sur www.goldenmatt.fr. Dans les parages, ne pas se tromper, bien suivre le tracé GPS, il faut aboutir à Goldbach et pas à Altenbach.

Goldenmatt est en travaux. Une belle terrasse a été ajoutée
la petite mare à coté est poissonneuse

A Goldbach, on descend en direction de Freundstein, légère remontée et là-aussi se tenir au tracé pour aboutir à Willer-sur-Thur au pont du Wissbach.

Goldbach est en vue et Freundstein en face

Retour par piste cyclable à Thann.

Rando de 45km et 1400m. Il faut du peps pour un parcours comme ça…et faire gaffe dans la descente, cailloux, rigoles traversières, portillons, escalier bois, barbelés, clôture électrique chez Bronner et une bonne prune qui réveille!

Sur le plan cardiaque, c’est yo-yo tout le temps
au revoir Goldbach, je descends à Willer

https://www.openrunner.com/r/10493740

Le Grand Ballon par Goldbach

Montée au Grand Ballon, vue sur les Vosges depuis le Sudel

On a plusieurs possibilités pour grimper au Grand Ballon aussi appelé Ballon de Guebwiller. Le sommet du massif vosgien culmine à 1424 mètres, mais seulement 1325 mètres par la route au panneau (sur la carte IGN c’est 1343). Pour grimper au monument des Diables Bleus ou au radar en forme de …ballon, il reste donc une centaine de mètres par les sentiers piétons qui y mènent.

Je le précise, le Grand Ballon n’est pas un col…et aucun édile en quête de publicité n’a encore réussi à y planter un panneau « col » comme au Petit Ballon, son petit frère au-dessus de Wasserbourg.

Les amateurs de cols à pied ou à vélo pourront toujours trouver ici tous les cols qui voisinent avec le Grand Ballon.

On accède au Grand Ballon soit depuis Willer-sur-Thur, soit depuis Uffholtz, soit depuis Soultz. Dans ces trois cas on rejoint d’abord le col Amic avant de grimper les 7km restants.

Ensuite, on peut accéder depuis Moosch ou Saint-Amarin et ensuite Geishouse, ou depuis le Markstein.

Aujourd’hui je grimpe depuis Willer-sur-Thur. Soit 16 km et 970 mètres de dénivelé positif comme disent les marcheurs.Ce qui fait une pente moyenne de 6%.

En fait ceux qui montent par Willer-sur-Thur voient la pente varier entre 7, 8, et 9% jusqu’au sommet.

On quitte Willer par cette longue ligne droite en direction de Goldbach. Vous avez vu la faute sur le panneau?…

1/ Monter à Goldbach: la grande ligne droite à la sortie de Willer-sur-Thur impressionne. Ceux qui montent comme moi avec de faibles ressources ne doivent pas s’emballer et caler leur cardio. Après le moulin on aborde les lacets moins difficiles et un relatif replat nous amène à Goldbach.

A hauteur du moulin, vous abordez les virages avant Goldbach et en ligne de mire le Grand Ballon apparait sur la gauche

2/ Goldbach s’étire en longueur avec son écart du Blanschen. De la cote 565 à Goldbach, on passe à 828 m une fois au col Amic. Il ne faut donc pas se laisser abuser par le profil qui parait plat.

Au col Amic, en cas de manque de ressource, on peut toujours continuer par la descente de la route forestière qui mène à Soultz ou monter au Hartmannswillerkopf pas très difficile depuis le col Amic

3/ Au col Amic, il n’est pas interdit de reprendre ses forces pour achever la montée restante de 7 km. 7 km et 515m de dénivelé. Pente moyenne 7.3% D’abord passer les deux tronçons pavés vous amène au col du Sudel avec un beau point de vue à gauche sur la vallée. On entend parfois les randonneurs pédestres qui longent la route dans la forêt. Mais souvent ce sont les motos qui viennent troubler ce cadre bucolique. Quand vous sortez du bois, vous avez de la lecture avec les panneaux publicitaires annonçant le restaurant « Vue des Alpes » et l’auberge du ballon de la famille Brunner. Quand vient le chaume de la ferme-auberge, vous allez soit vous faire rafaler par le vent de sud-est soit le vent frais du nord. La pente est sévère et le grand parking vous sert de refuge pour pédaler. Une fois devant la ferme-auberge du Ballon, il ne vous reste plus que 3 kilomètres. Je vous recommande la tarte aux myrtilles si vous avez un coup de mou

Après le col Amic, des panneaux informent les grimpeurs (un peu flou, dommage)

4/ Ramassez vous dernières forces et n’en oubliez pas en route, vous êtes à découvert. Le paysage est grandiose. Vous avez des méandres qui vous sauvent la mise avec quelques répits de pentes et les petits panonceaux qui font le point de votre avancée tous les kilomètres. Ne vous laissez pas impressionner par le sommet, vous allez avoir une remise de peine en virant sur la droite, on passe au nord du sommet. Au dernier kilomètre, vous allez dépasser le petit parking des promeneurs qui montent au monument et la dernière ligne droite est devant vous. Vous allez apercevoir le panneau devant lequel tant de cyclos font une photo-souvenir.

Vue sur la vallée de la Thur et la plaine d’Alsace au loin

Au sommet l’apiculteur Riche, un hôtel et le restaurant de la Vue des Alpes.

Le selfie-souvenir, essayez de ne pas faire la gueule… »cheeezzz »

Le reste est à l’avenant. L’hiver les locaux redescendent par le même chemin ou on peut poursuivre sur la route des Crêtes jusqu’au col de la Schlucht et plus si affinités.

Je rentre par Kruth. Ici Oderen en contrebas depuis le Treh
Le lac de Kruth-Wildenstein attend ses touristes

Voir le parcours https://www.openrunner.com/r/9999132

La boucle depuis Thann avec retour par le lac de Kruth fait 70 km.

Objectif photos

DSCN0224
Aspach-le-Haut-Michelbach

Aujourd’hui, je me suis fixé un objectif.

Photos avec mon bridge.

Un peu de soleil au départ mais la froidure a eu tôt fait de se rappeler à l’ordre.

Alors j’ai mis les pouces sous la paume pour les protéger.

Les chemins sont très boueux et glissants.

Mieux vaut rouler sur du dur.

J’ai croisé trois routiers en tout.

Des inconditionnels certainement, comme moi.

Il faut quand même une dose de courage avec seulement quatre degrés pour s’engager à pédaler. Le premier cycliste croisé était un grand gars sec qui entamait la montée de Rammersmatt en danseuse, comme pour se donner de l’élan…et de la confiance.

Ensuite un couple emmitouflé, plus prudent, qui entamait Michelbach, caché derrière de généreux passe-montagnes. C’est vrai que le passe-montagne, ça doit bigrement aider à les franchir, les montagnes. Faudra que je m’en fasse offrir un à Noël.

En chemin, j’ai rencontré aussi un photographe animalier.

Il m’a montré ses prises de vues dont un pic épeiche magnifique.

On a échangé sur le matériel.

Ce qui m’inquiète un peu, c’est qu’il faut souvent se dissimuler pendant des heures sous une toile de camouflage avant de saisir dans l’objectif l’animal sauvage.

C’est un peu le contraire du vélo où il faut bouger.

Faut-il franchir le pas et se doter de matériel?

La question mérite réflexion car un boitier réflex et un objectif de 600mm coûtent autour de …..

Ouille!

Voici mes images pêle-mêle du jour. Vous saurez sans doute les reconnaître.

 

Article en relation

https://velomaxou.com/2018/01/21/glouglou-et-gla-gla/

https://velomaxou.com/2018/12/11/flamboyant/

Le Grand Ballon avec les bras

img_8270
En haut du Grand Ballon, il s’est lâché d’une main en signe de victoire et m’a dit « dur, dur ».  Je pense qu’il a grimpé plus vite que moi. Chapeau l’artiste!

Aujourd’hui, c’était mon jour de courage.

A Uffholtz, j’ai pris la direction du Vieil Armand.

Tout penaud parce que c’est un exercice difficile pour moi.

J’ai l’œil rivé sur le cardio et je gère comme je peux.

Une fois aux ruines du Herrenfluh, j’ai gagné mon pari et je m’offre une belle image de la plaine.

img_8264
Cernay depuis les ruines du Herrenfluh

Quand j’arrive au Vieil Armand, mon attention est attirée par les panneaux.

D’un coté, c’est la commune de Wattwiller, de l’autre c’est celle de Soultz.

 

Et puis je tente ensuite le Grand Ballon, la tête pleine de calculs.

Je suis un besogneux, je sais qu’il faut grimper encore 7km avec une pente variable de 7 à 8%.

On a coutume de dire qu’à l’auberge du Ballon, c’est gagné!

Voire!

Je trouve encore le temps long après.

C’est dans la dernière ligne droite que je suis rassuré.

img_8269
La maison de la nature au Grand Ballon prend tournure au-dessus de l’apiculteur Riche

Je « psychote » toujours autant vingt ans après.

J’avais quatre couches pour descendre.

Malgré tout je suis arrivé chez moi avec les doigts blancs, incapables d’ôter mes chaussures.

Je le confesse, je ne suis qu’un petit cyclo.

 

Camping-cars au Grand Ballon

Les camping-caristes ont des droits mais aussi des devoirs

Cette année, une aire de camping-cars est née au Grand Ballon, le sommet des Vosges.

Cette aire est-elle légale?

Je ne le crois pas.

Pourtant j’ai compté jusqu’à une douzaine de camping-caristes installés derrière le restaurant de la Vue des Alpes.

Aucun point de ravitaillement, ni d’évacuation, est-il normal qu’au cœur du Parc Naturel Régional des Ballons on tolère ce type d’installation sans que personne ne réagisse?

 

Les balles du Ballon

img_7014
Les balles de foin de la ferme-auberge du Ballon

En descendant le Grand Ballon, j’imaginais qu’une balle de foin pouvait traverser la route.

Gagné!

Il y a en a une qui a abouti de l’autre coté.

Mieux vaut ne pas être là.

img_7004
Kruth en montant la route du Markstein

Alain, rencontré au Grand Ballon, me l’a dit: monter le Markstein par Kruth, c’est long.

Quinze kilomètres et 600 mètres de dénivelée…et une heure vingt de 14h35 à 15h55.

Pas de quoi pavoiser!

img_7008
Ferme du Treh. Ne boudons pas notre plaisir.

C’est difficile au début et à la fin vers le Treh mais entre les deux, je traîne.

C’est parfois désespérant.

img_7012
Au Grand Ballon, la plaine d’Alsace

img_7013
Freundstein depuis la ferme du Ballon

Le Grand Ballon

 

dsc02276
12 juin 2007

Le Grand Ballon (1424m) plus haut sommet du massif vosgien est aussi appelé ballon de Guebwiller.

On l’aperçoit de loin depuis la plaine d’Alsace grâce à son radar aérien en forme de boule (1997) et à son monument des Diables Bleus (1927).

La route des Crêtes passe un peu au-dessous de ce sommet.

On y accède à vélo depuis le col Amic ou depuis le col du Haag.

On y trouve :

  • le chalet-hôtel du Grand Ballon qui date de 1923
  • le restaurant panoramique « Vue des Alpes »
  • une remontée mécanique de téléski (1949)
  • un commerce de spécialités régionales

sc05400_f8b
25 juin 2008

sc09143_f8z
7 juillet 2009 anciens locaux DDE

 

p1060620
3 avril 2011

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
19 mai 2013

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
5 juin 2015

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
7 novembre 2015 l’apiculteur Riche

10 aout 2016

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
25 mai 2017

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
17 aout 2017

17 aout 2017

img_67221
1 juin 2018. L’architecture de cette nouvelle construction me convient. On pourra discuter du bien-fondé de ce commerce de bouche au sommet des Vosges qui est devenu sédentaire après avoir été ambulant. C’est un autre débat.

 

 

 

 

Hauteur de vue

img_6722
Riche va inaugurer sa supérette toute neuve au Grand Ballon

Où sont les caddies?

L’homme au chapeau de paille hésite…

Dans sa nouvelle supérette toute neuve, l’apiculteur Riche donne les dernières instructions.

Son commerce de détail a pris de la taille.

L’architecture des garages du Conseil Départemental n’est plus qu’un souvenir.

La remorque foraine aussi.

Cette fois le Grand Ballon va permettre à Riche de faire son miel à grande échelle.

Tandis que les motards se groupent pour la photo souvenir, je me penche pour voir le Haag.

img_6723
Les vététistes m’ont doublé à grande vitesse dans la montée. Ils n’ont plus qu’à redescendre.

La table d’orientation toute neuve est une réussite.

img_6724
Le Grand Ballon s’embellit

Puis je redescends.

img_6719
Monter le Grand Ballon avec un sac à dos, un exercice difficile

 

Cols régionaux, l’inflation

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le col du Petit Ballon, une appellation purement touristique

J’avais épinglé dans le passé les offices de tourisme qui baptisent du nom de col des côtes présentant un intérêt pour la clientèle cycliste.

Faire venir des cyclistes chez soi pour les vacances mérite quelques écarts avec les toponymes.

Par exemple dans les Vosges est apparu dernièrement le col du Petit Ballon.

Certes se faire photographier devant le panneau du Petit Ballon avec son vélo, ça a de la gueule.

Pourtant le Petit Ballon n’est pas un col au sens géographique du terme.

Mais passons!

Le Tour de France, qui n’est pas à une approximation près, baptise bien du nom le col du Grand Ballon dans ses publications.

Aujourd’hui, c’est au tour des promoteurs du Morvan.

Mon confrère blogueur Dominique Arnaud ne se prive pas de crier victoire Comment quelques panneaux de signalisation peuvent-ils mettre en joie un cycliste blogueur ? Je vais vous le dire en quelques mots. En 2016, me baladant dans la région d’Autun et dans le proche Morvan, m’intéressant à la topographie, aux paysages, au relief de ces petites montagnes souvent granitiques, et aussi à l’effort que nécessite leur ascension, j’avais remarqué que de nombreuses côtes et souvent cols géographiques n’étaient pas répertoriés. à lire ici

Voici qu’une rafale de cols viennent de sortir des cartons pour épater la galerie.

  • le col de la Croix de Messire Jean
  • le col de la Croix Vermont
  • le col des Blanchots
  • le col de la Porolle

J’ai regardé dans le catalogue de mon club Cent Cols, je ne les ai pas trouvés…

Peut-être seront-ils reconnus et ajoutés un jour par notre comité des sages!…

Les Cent Cols ont le jugement sévère: les cols refusés par les gardiens de la règle sont au nombre de 600 environ rien qu’en France…et dernièrement vient d’être retiré le col du Breitfirst pourtant accepté comme tel dans le passé.

En revanche deux nouveaux cols viennent d’être agréés dans le Haut-Rhin du coté du col du Schirm

  • le col du Sickertbach (68-0647)
  • le col de Luttersberg ( 68-0717).

Ils seront découverts lors de la journée régionale des Cent Cols le 16 juin prochain.

Rdv à 9h30 à Sentheim avec vos VTT devant l’église.

à lire aussi:

le col du Marksteim

les cols vosgiens

 

Je viens de Boussanchge

Le Grand Ballon, c’est par là?

Il est là, affalé sur le minuscule muret qui borde la Vue des Alpes.

Son vélo lui importe peu.

Délaissé derrière lui sur le parking, il attend le retour de son maître. Poursuivre la lecture de « Je viens de Boussanchge »

Salle 1860

Dig-dong, les vaches de Freundstein accueillent le touriste

Je pars au Florival à Guebwiller avec mon vélo de route gonflé à bloc.

Moi aussi!

Par sympathie j’y vais, car les grandes messes ne m’attirent plus…et je préfère le terroir moins emprunté.

Je commence par chercher en vain le départ… Poursuivre la lecture de « Salle 1860 »

On attend la neige

C’est toujours un vrai bonheur de parcourir la forêt en automne.

Je prends une nouvelle fois la route du col Amic qui est si tranquille.

Aujourd’hui pourtant une voiture montait en klaxonnant à chaque approche de virages. Poursuivre la lecture de « On attend la neige »

Un beau voyage vosgien

La plaine d’Alsace vue depuis le Grand Ballon des Vosges. S’il fait 27° dans la plaine, il ne fait que 17° en haut.

C’est le triptyque connu de ceux qui aiment la montagne vosgienne à vélo.

Petit-Ballon, Platzerwasel, Grand-Ballon. Poursuivre la lecture de « Un beau voyage vosgien »

Ballon au pied pour les cyclos les 25 et 26 juin

La cyclomontagnarde des Vosges. Parfois de grands moments de solitude. Qui sera perspicace au point de reconnaître ce lacet pentu?

C’est ce week-end, 25 et 26 juin 2016, que les cyclos vosgiens vont affronter les Trois Ballons.

Celui d’Alsace, celui de Guebwiller et le Petit Ballon au-dessus de Munster.

Trois ballons à la fois! Poursuivre la lecture de « Ballon au pied pour les cyclos les 25 et 26 juin »

Ma balade du jour

Des paquets de nuages déferlent sur l’Alsace (vue depuis la route des Crêtes)

J’ai bien conscience que cette année sera compliquée pour les cyclo-randonneurs.

Du mauvais temps à profusion et en plus pour moi cinq semaines d’interruption pour une grippe et une luxation. Poursuivre la lecture de « Ma balade du jour »

Toutes au Grand Ballon

Cascade de la Lauch

Je vais jusqu’à Linthal.

Je croise un cyclo qui descend…je l’interpelle…

  • C’est comment là-haut?…
  • C’est dans le brouillard…

Alors je monte. Poursuivre la lecture de « Toutes au Grand Ballon »

C’est du nougat

La gouaille de l’apiculteur Riche. Je me laisse tenter par une plaque de nougat.

C’est pour l’Alsace?…

Non, c’est pour Vélomaxou

Riche est flatté, sans nul doute.

La récompense sera du nougat avec un rabais de 10 centimes.

Je me suis arrêté chez Riche et j’ai déambulé dans les rayons, histoire de l’écouter. Poursuivre la lecture de « C’est du nougat »

Mon jour de labeur

L’inconvénient du Grand Ballon, c’est qu’on peut obliquer avant: tourner au col Amic vers le Vieil Armand ou plus simplement redescendre vers Thann.

Mentalement, le cyclo « limite » comme moi est tenté de contourner l’obstacle.

C’est pourquoi je félicite mon mental du jour qui a su suppléer à ma carence physique. Poursuivre la lecture de « Mon jour de labeur »

Le Grand Ballon par temps caniculaire

Victoire pour Patrick qui s’était préparé mentalement à affronter le sommet vosgien; on imagine sa satisfaction

Comment rendre compte d’une journée caniculaire où les organismes des cyclistes sont soumis à rude épreuve?

On avait justement choisi ce jour là pour grimper le Grand Ballon par Wuenheim puis le col Amic. Poursuivre la lecture de « Le Grand Ballon par temps caniculaire »

Dernières neiges au Haag

Montée de Freundstein, le Grand Ballon en arrière plan

Temps magnifique, grand ciel bleu, le thermomètre flirte avec les 22°C.

Vignoble du Rangen à Thann

La route du Grand Ballon au Markstein est toujours fermée, même si la neige a disparu.

On montera par Geishouse où la route est ouverte jusqu’au Haag. Poursuivre la lecture de « Dernières neiges au Haag »

Concours de sommets

Temps gris sur la plaine. Seul Cernay est ensoleillé.

Ce cycliste amateur ne nous laisse pas indifférent tellement ses exploits font rêver.

Déjà 220.000 mètres de dénivelée pour lui et 20.000 km de vélo.

Imagine t-on grimper 200 fois le Grand Ballon pour en arriver là? Poursuivre la lecture de « Concours de sommets »

Le Grand Ballon, c’est par là…

On n’avait pas prévu un temps aussi mauvais au col du Haag.

Jusqu’au totem après Geishouse, le temps était plutôt ensoleillé, mais on ne voyait pas le Grand Ballon perdu dans les nuages. Poursuivre la lecture de « Le Grand Ballon, c’est par là… »

SOS Massif des Vosges

Le Grand Ballon (vélomaxou)

SOS Massif des Vosges organise une manifestation dimanche 25 mai.

Il s’agit pour l’association « de défendre la naturalité du massif ».

En cause bien entendu, le trafic routier sur la route des Crêtes, celui des autos, des bus et des motos. Poursuivre la lecture de « SOS Massif des Vosges »