Mois : avril 2019

Vélo-bébé

C’est culturel. On n’y peut donc rien à court terme. En France, bébé voyage dans une voiture. En Hollande, le bébé dès un an voyage à vélo. En place avant, derrière un paravent transparent.En matière de tandem, on trouve des engins étudiés pour la famille avec place basse à l’avant.mais le pilote conserve l’usage du guidon à l’arrière.

Giethoorn

Giethoorn, cité lacustre hollandaise. Impossible d’y faire du vélo : normal on accède aux maisons par des canaux et les seuls accès non liquides sont pour les piétons. L’histoire est cruelle: Giethoorn a été attribuée à des colons italiens refusant le catholicisme. On leur a donné des terres spongieuses inhabitables. Ils y ont creusé des canaux pour assécher les terres et , miracle! Ils y ont extrait de la tourbe, engrais et combustible. Cette région est hors d’eau grâce à ces canaux creusés ça et là au fil du temps. Je prends mon VTC et je pars. L’étrangeté de la Hollande, c’est que les itinéraires cyclables sont une grosse toile d’araignée ou l’on ne sait par où aller. Plat, le pays est plat ; où que l’on se tourne, c’est plat. Le vent du nord me fouette le visage. Alors je pédale comme un dératé. Mon gps trace des segments et j’organise mon itinéraire qui rayonne autour de Giethoorn. De grands segments routiers sans âme. Heureusement je tombe sur un parcours de santé herbeux au milieu des tourbières. Je le parcours pendant 5km. Puis je rentre à Giethoorn au milieu des touristes qui filment, qui filment…et qui ne voient rien.

Le vélo hollandais d’antan

Il a gardé son architecture traditionnelle. Le vélo d’antan est exposé en maints endroits du musée d’Enkhuizen.Honneur aux dames, voici le vélo de 1915. Peu de changement aujourd’hui, il est d’abord pratique et la cycliste est haut perchée.Le vélo d’homme dispose d’un porte bagage généreux et d’un carter de chaîne et de rayons, la selle bien suspendue.A noter le levier de frein arrière situé devant la selle. Doté de cran, le levier permet d’immobiliser la machine.le vélo-cargo n’est pas une nouveauté. En ce triporteur est adapté aux métiers.Ici un baquet généreux. Pas d’assistance musculaire en ce temps là, ni dérailleur.Le triporteur de la Poste hollandaise prenait soin du courrier derrière un abri imperméable.

Vélos d’Hoorn

Jour du roi en Hollande. La population fait la fête avec grand bruit dans les rues de la ville. Manifestement la veille a été aussi festive car les rues d’habitude si propres sont jonchées de gobelets en plastique. Pas très écologique ! La fête c’est aussi l’occasion d’une foire aux puces bon enfant. On arrive avec son vélo chargé d’objets. Comme des torrents de décibels envahissent le centre historique, on se réfugie au vieux port avec ses gréements de légende.

Le pays du vélo

Ce matin, Delft. J’ai eu la chance de voir cette ferveur cycliste urbaine. Des vélos par centaines. Et puis ces ouvrages étonnants, les chaussées à une seule voie auto. Quand elle veulent se croiser, elles se garent derrière les cyclistes et attendent que la voie soit libre. Le vélo hollandais vous fait « homme debout », personne ne se penche sur son vélo, sauf moi sur mon VTC. Je dénote. Étonnamment le Hollandais tire un braquet d’enfer. Je ne sais pas pourquoi il s’escrime ainsi…Puis j’ai parcouru la campagne sablonneuse des Tulipes à Lisse. Trente bornes à slalomer parmi ces randonneuses hollandaises à cadre en col de cygne. Faut-il le dire: ici le cycliste dispose à part entière de ses propres infrastructures où tout est pensé et codifié. Attention à ne pas commettre d’erreurs aux carrefours !

Venise du nord

C’est Bruges que l’on appelle la Venise du nord.Aujourd’hui j’ai d’abord visité la ville. Magnifique ! Beaucoup de monde en ce lundi de Pâques et grand soleil. Puis après 10 km de marche, j’ai pris mon VTC.25 km autour de Bruges sur des itinéraires cyclables impeccablement fléchés dont certains pavés.

Les potins du lundi

cloche de Fessenheim

Lundi de Pâques. Je ne suis plus très sûr de la chose mais, enfant, j’ai le souvenir que les cloches devaient revenir…


On a dit longtemps aux enfants qu’elles revenaient chargées de friandises qu’elles déversaient dans les jardins et les prés, sur les balcons des appartements.
Dans l’est de la France, pour remplacer les cloches « parties à Rome » pendant la Semaine Sainte, les enfants faisaient sonner leurs crécelles dans les rues, pour annoncer les offices. La crécelle remplaçait la sonnette de l’autel dans les paroisses et les monastères. (source)

Cette fête religieuse de Pâques est cette année particulièrement inhabituelle puisque Notre Dame s’est enflammée mettant croyants et civils en émoi. Il est vrai que notre autorité suprême de la République a su y mettre les formes pour que la communauté se rabiboche le temps du week-end prolongé de Pâques.

Mais demain, on imagine que les hostilités vont reprendre de plus belle.

Les grands experts vont se pencher sur le sinistre de Notre Dame. Peut-on réparer en cinq ans la vieille dame d’au moins huit cents ans? Surtout pas! trop d’eau partout. Les pompiers ont fait des progrès face à la puissance du feu, ils ont la puissance de l’eau. L’eau éteint l’incendie mais achève le désastre. C’est paradoxal. Va t-on refaire la flèche à l’identique ou pas? va t-on construire une charpente en béton? en acier? en carbone?

La France se sent redevenue bâtisseuse. L’argent? aucun problème! S’il le faut on se servira dans les tonnes d’or de la Banque de France. Au diable l’avarice puisqu’il s’agit de faire plaisir à Dieu!

Francis Willmé, l’aérien

Son dernier mobile est fabuleux

On ne présente plus Francis Willmé. C’est un restaurateur et collectionneur reconnu de véhicules anciens installé à Bourbach-le-Bas, rue de l’école.

Francis Willmé est un insatiable constructeur de mobiles animés par le vent. Mais il est aussi un ingénieux concepteur de mécanismes étonnants qui redonnent vie à des objets oubliés ou de récupération. Il construit actuellement une horloge à l’aide de vieilles chignoles, de chaînes de vélo, le tout sera animé par des poids, lesquels poids seront remontés par le vent produit sur une éolienne. Tout un programme savamment pensé et dosé!

Thann, le challenge des 10 mairies

Soyons ludique! Je vous propose le challenge des dix mairies.Un parcours touristique de 60 km autour de Thann qui évite les grandes montées mais qui parcourt les collines sous-vosgiennes (dénivelée totale 560m); c’est donc un peu physique. Une occasion de découvrir nos villages.

Si vous êtes perspicace, vous allez découvrir qu’en fait de dix mairies, vous allez passer devant beaucoup plus de mairies qui ne sont décomptées…cherchez lesquelles et combien.

Commençons au départ du lycée de Thann, avenue de Gubbio.

A Bourbach-le-Bas, ne pas manquer Le Petit Jardin d’Eole de Francis Willmè rue de l’école

1/Thann-Bourbach-le-Bas en passant par Roderen. La montée au Taschel est un bon entraînement. Vous avez parcouru 9 km et 155m de dénivelée positive. Chercher la petite mairie près de l’église.

En traversant Sentheim, voir la petite gare de l’Association Train Thur-Doller

2/ Bourbach-le-Bas-Le Haut-Soultzbach. Le Haut-Soultzbach, c’est la nouvelle dénomination de la fusion de Soppe-le-Haut et Mortzwiller et pas de chance…il vous faut aller à la mairie la plus haute celle de Mortzwiller. Auparavant vous aurez traversé Sentheim où vous pourrez pousser jusqu’à sa mairie. Puis grimper à Haut-Soultzbach, deux routes au choix.km16/234m

3/Haut-Soultzbach-Burnhaupt-le-Haut. La descente de la vallée à vélo est agréable. C’est facile sauf qu’il faut quand même remonter à Guewenheim une fois arrivé à Soppe-le-Bas. S’arrêter à l’oratoire avec la vue sur le massif vosgien, puis prendre la piste cyclable de la Doller, vous verrez peut-être le petit train à vapeur.Traverser la D483 avec précaution au bout de la ZI. Aller jusqu’à la mairie près de l’église.km29/325m Vous êtes à mi-parcours.

4/Burnhaupt-le-Haut-Cernay. Impossible d’éviter le grand giratoire! Puis prendre la route de Schweighouse qui mène à Aspach-le-Bas…prendre ensuite l’itinéraire cyclable par le stade et sortir sur la D34, rejoindre l’institut Saint-André et passer sous la voie rapide en direction de Cernay. km41/368m

5/Cernay-Uffoltz. Uffholtz, la mairie est en haut du village, il faut grimper un peu et redescendre ensuite.km43/384m

L’usine des Grandes Sources de Wattwiller

6/Uffholtz-Wattwiller. Un effort important est à produire dans la montée d’Uffholtz, le long de la grande prairie. Cette pente vous donnera un avant-goût de la montée au camping une autre fois!km46/446m Pour l’heure demi-tour jusqu’à Uffholtz par les Grandes Sources.

7/Wattwiller-Steinbach. On n’est pas encore au bout de nos peines car il faut remonter en haut de Steinbach où se trouve la mairie toute neuve. Ne pas retourner à Cernay centre, prendre les jardins familiaux à la sortie d’Uffholtz.km51/508m

8/ Steinbach-Vieux-Thann. Enfin un peu de repos, plus de côtes! Attention à la traversée du pont de la Thur, c’est étroit et il faut quitter le trottoir avant. km56/533m

Vous voici arrivé à Thann.La mairie est à coté de la Collégiale

9/Vieux-Thann-Thann. Retour à Thann. Pour aller jusqu’à la mairie de Thann, mieux vaut prendre le pied des vignes du Rangen d’où l’on a un beau point de vue de la pente viticole.Une fois à la mairie rejoindre le lycée Scheurer-Kastner. km60/560m

parcours GPS

https://www.openrunner.com/r/9840464

Postier d’un jour

postier à vélo

Aujourd’hui dix lettres à poster. J’ai joué au postier d’un jour. Un challenge comme un autre qui m’a conduit à la boite à lettres de dix mairies pour y déposer le courrier de notre nouvelle association CADRES THUR-DOLLER. Pas de doute, le militantisme c’est aussi de la sueur.

10 lettres déposées, 60km et 10 timbres économisés soit 8,80€!

https://www.openrunner.com/r/9840464

Le ding-ding rend-il dingue?

J’en ai monté une ce matin sur le guidon. Discrète, elle ne rendra pas ringard ceux qui continuent de penser que cet objet (obligatoire) est superflu sur un vélo. Surtout sur les itinéraires cyclables peuplés de nos périphéries urbaines. A user avec modération car je sais que certains promeneurs se sentent importunés qu’on puisse oser les déranger chemin faisant.

J’avais déjà auparavant une sonnette plus conventionnelle dont la gâchette a rendu l’âme.

L’objet est pourvu d’un beau design qui explique son prix pas donné. Existe en deux tailles selon guidon.(vendu par Knog)

Fennematt à VTT

Je pars de Kirchberg

Je n’étais pas retourné par là depuis 2014. Comme le temps passe vite!

En ce temps là, je ratissais les cols avec mon VTT. Au col de Fennemat, j’avais obliqué vers le col du Chat. Aujourd’hui je vais rejoindre Fennematt et le Grand Langenberg. (Voir mon parcours de 2014 avec 4 cols au palmarès)

A Kirchberg, c’est facile, c’est tout droit, il suffit de grimper au lac de Lachtelweiher à 750 m d’altitude.

La montée au lac de Lachtelweiher. Beau goudron roulant. J’ai de la chance et je regarde derrière moi…je suis seul
Je m’offre un tour du lac, histoire de me délier les jambes

Puis je repars en direction de la ferme du Lochberg. Plus de goudron mais le large chemin est praticable

Après la ferme, un dédale de cailloux, seul tronçon à pied
Francis Dollfus n’a pas eu de chance
Me voici au col de Fennematt (946m), la source de la Doller est juste derrière, mais je ne la vois pas. J’en rage!
La ferme-auberge de Fennematt en reconstruction qui fait tant polémique actuellement. Manifestement ça va être le grand luxe.

Ce qui semble déplaire, ce sont ces rabotages en forme d’espaliers destinés à la permaculture
source de la Doller, je ne remonte pas. Tant pis!

Mais j’ai trouvé une vidéo de Télé-Doller qui fera l’affaire

Dernière grimpée au Grand Langenberg.
Je pique-niquerais bien là…mais non trop simple! Je poursuis…
Ferme-auberge du Grand Langenberg.Encore une fausse manœuvre, je voulais voir la station de ski, j’aurai du grimper derrière ce rideau d’arbres

Finalement je dévale la pente vers Sewen par la route
Une main mystérieuse prend appui sur le parapet
Finalement ça sera là, au lac d’Alfeld, que je mangerai mes trois sandwichs Monique Ranou
à la rosette et cornichons sur pain de mie complet classé ZeDiet 8/100

https://www.openrunner.com/r/9833124

30km/800m

Monpazier, préparation au voyage

Monpazier

Jour de pluie. J’en profite pour me plonger dans mes prochains séjours à vélo.

Avec Les Amis du Randonneur, ce sera la Rencontre Nationale du 30 mai au 2 juin à Monpazier en Dordogne. Je suis méthodique, je parcours l’invitation, les circuits proposés. Peu à peu je découvre par anticipation cette belle région, les bastides, Monflanquin, Limeuil, Villeréal, la Dordogne, la Vézère, …

Mon hébergement sera à Monpazier (image ci-dessus), ancienne bastide du XIIIe siècle. Avec Google Map, on peut déjà circuler dans les rues et se rendre compte de la beauté des lieux.

Le séjour comportera quatre parcours de découvertes

Aller sur le site du Randonneur

A pinces autour de Kiffis

Nos guides et leurs commentaires avisés seront appréciés.Ici au col de Neuneich (neuf chênes)

Sortie pédestre à Kiffis aux portes de la frontière suisse. Ce parcours fait l’objet d’un compte-rendu détaillé de mon confrère Pierre Brunner sur son blog LTD-Rando68

Au programme les cols de Blochmont, de Neuneich et quelques curiosités et ruines témoignages du passé, comme le Glaserberg, au cœur de cette belle région frontalière entre la Suisse et l’Alsace.

Notre abri pour le déjeuner, col de Neuneich.

Extraordinaire troupeau de lamas, des animaux qui semblent aussi surpris que nous.
Blockhaus de la ligne Maginot tourné vers la Suisse
L’escalade des ruines du château du Blochmont
Le parcours du jour faisait 13,8 km et 576 m de dénivelée

https://www.openrunner.com/r/9823776

Les potins du lundi

Carte grise, permis vélo,…il ne manquera que l’assurance…et pourquoi pas le contrôle technique vu l’état d’épave de certains vélos!

Avec l’obligation du Bicycode sur les vélos neufs, l’imposition du port du casque pour les moins de douze ans, voici venir le permis vélo.

Autrement dit comment faire d’une chose simple comme le vélo quelque chose de compliqué. La dernière invention du gouvernement consistera à délivrer un permis vélo aux enfants d’âge scolaire après une formation dont le coût n’excédera pas 50 euros.

Une formation destinée aux enfants de 6 à 11 ans, afin de leur apprendre à circuler à bicyclette. 1 200 clubs ou associations devraient être habilités à dispenser cette formation. Si elle rencontre le succès, les écoles primaires pourront l’inscrire définitivement à leur programme. (Le Parisien)

Est-ce que cette disposition sera de nature à faire aimer le vélo aux jeunes dans notre jungle citadine? Il est permis d’en douter. Si les parents rechignent à envoyer leurs enfants à l’école à vélo c’est d’abord pour une question d’insécurité des infrastructures.

Trottiner: marcher à petits pas et rapidement dit le dictionnaire. A Mulhouse, les trottinettes électriques s’installent. Pas sur les trottoirs, sur la route. Elles sont pilotées par de grands adultes « bon chic, bon genre ». Ce sont les nouveaux hipster de la trottinette, les geek du déplacement furtif. Ces engins là taillent la route sans qu’on les voit arriver. Un type qui survient à un carrefour sans marcher, sans pédaler, ça ne peut que surprendre l’usager en voiture. On va donc assister rapidement à des mesures radicales pour éviter un carnage. Déjà tous les corps constitués se raidissent face à ce déferlement urbain d’un genre nouveau.


…un million de trottinettes mécaniques et 232.749 trottinettes électrique se sont vendues en France en 2018. (Slate)

Le succès de la trottinette, je l’imagine, tient surtout au fait qu’elle n’est pas « meublante » comme peut l’être un vélo. Ce n’est même pas une chose puisqu’elle n’est pas identifiable au rayon des moyens de transport. Pas de cadre, des roues microscopiques, un semblant de guidon au bout d’un tube, rien qui puisse faire obstacle au déplacement multi-combiné de l’engin dans l’espace urbain, bus, train, escalator, ascenseur…et coffre de voiture.

Voici donc un nouveau venu parmi les usagers de la rue avec la trottinette. Les automobilistes commencent à grogner, les piétons aussi, les mairies…il ne reste plus que les cyclistes qui compatissent plus ou moins en attendant de voir quel statut va être affecté à la trottinette électrique. Il est suggéré qu’on l’assimile au vélo et donc qu’on la dirige vers les pistes cyclables déjà fortement encombrées par des usagers indus, piétons, rollers, chiens et autos-motos. Là où ça se corse, c’est que ces ETNI, Engins Terrestres Non Identifiés, ne sont tenus à rien et en particulier à aucun respect de vitesse. Ainsi on parle de trottinettes pouvant dépasser les 50 km/h!

Vieux-Thann, du vélo avec l’Etoile 78

L’Etoile 78, c’est le club cyclo de Vieux-Thann. Pourquoi Etoile? parce que dans les années 20, un club de coureurs cyclistes baptisé Etoile y était installé. Pourquoi 78? parce qu’en 1978, un club de cyclotouristes a relancé la discipline vélo.

Après quarante ans, le club Etoile 78 brille toujours de ses éclats et relance son activité 2019 en comptant bien rallier de nouveaux membres et notamment des jeunes intéressés par la discipline VTT. Vélomaxou est membre de l’Etoile 78 depuis ce matin.

La page Facebook de l’Etoile 78

Avouez Carlos Goshn!

Voici une prison représentative du traitement de Carlos Goshn.

Ce n’est pas vraiment l’idée que je me faisais du pays du Soleil Levant, avec ses pommiers en fleurs. Nul doute que notre capitaine d’industrie Carlos Goshn doit trouver le traitement sévère. Il est sûr qu’au delà des conditions carcérales de l’ex-président de Renault-Nissan, le Japon s’engage dans une campagne d’image mondiale désastreuse pour sa réputation. Il en a vraisemblablement conscience en mettant en scène le jeu de ses procédures judiciaires qui rappellent celles de l’Inquisition et du Moyen Age.

Le Japon est la troisième puissance économique mondiale mais c’est un nain militaire depuis que les US ont mis fin à son expansionnisme, à ses horreurs guerrières, après les attaques nucléaires de Hiroshima et Nagasaki. Autour de lui, le Japon n’a pas que des amis et sa gestion de la catastrophe de Fukushima a laissé des traces de son incompétence à gérer des situations de crise.

Le Japon, c’est aussi un pays qui sur le plan démographique est appelé à disparaître du fait de sa natalité en berne…comme l’Allemagne, à défaut d’une immigration forte.

Avant d’acheter une Nissan ou une Toyota (fabriquée à Denain) je vais y réfléchir à deux fois. Je regrette déjà l’achat il y a deux ans de ma tondeuse à gazon Honda.

Avouez Carlos Goshn! puisque vous êtes coupable avant même d’être jugé.

Haut-Koenigsbourg

Haut-Koenigsbourg

On me le demande parfois: peignez-vous le Haut-Koenigsbourg?

Je n’y suis jamais allé. Alors je me suis inspiré d’une image.Picturalement, c’est très tarabiscoté. Je plains les architectes de l’empereur Guillaume II. Il faut maîtriser toutes ces obliques qui fuient dans tous les sens et tenter de l’asseoir sur quelque chose de consistant.

J’ai tout « peigné » à l’eau à la fin, histoire de le flouter un peu.

Fait-on le poids?

91 kcal/24g de glucides/0.5g de protéines/0.3g de lipides

Heureux les maigres! C’est reparti. Me voila les yeux rivés sur la balance. De deux choses l’une: 1/vous êtes vigilant toute l’année 2/vous vous goinfrez et à la fin vous le payez cash sur la balance.

Pour moi, c’est la solution 2.

Sur un vélo, comme à pied, la loi de la gravité ne pardonne pas. Plus on est lourd, plus on souffre. Les articulations, le système cardio-vasculaire et aussi l’image de soi. On aimerait parfois être plume. Sauf dans les descentes! Je ne rentre pas dans un discours moraliste, on peut être naturellement en surcharge pondérale…sans le faire exprès et s’y trouver à l’aise.

Bon alors j’ai repris mon programme Yazio comme en mai 2018. Je n’ai aucune attache avec cette entreprise Yazio et j’ai presque honte de ne pas acheter sa version Premium à 22.49 €/an.

Sans programme Yazio, ça marche aussi: il suffit de manger moins tout simplement. Juste assez pour tenir les jours de dépenses physiques. Yazio est là pour tenir la comptabilité…et des conseils nutritionnels avec sa version payante.

Pour moi c’est 2000 kcal à dépenser chaque jour et à répartir.

Au début, j’exulte, puis après ça rame…normal, il y a des jours où je joue « relâche »

Bon, je suis à mi-chemin, ça valait le coup de faire le point pour prendre date.

Franchir l’interdit


680 000 conducteurs roulent aujourd’hui sans permis, alors qu’ils étaient 300 000 il y a 10 ans, affirme RTL ce lundi, d’après les informations de selon l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR). (L’Alsace du 9 avril 2019)

Le nombre surprend par l’ampleur. On ne sait d’ailleurs pas comment l’ONISR parvient à l’obtenir. L’approche doit être un peu « pifomètrée » et les contrevenants non identifiés. Sinon l’individu, comme dit la police, serait déjà arrêté. On arrête bien facilement un piéton qui déambule sur les Champs, mais un automobiliste…c’est plus difficile. Surtout que ceux-là se confondent facilement dans la masse de bagnoles.

J’imagine le mec au volant sans permis; il doit se tenir bien pénard dans les files sans se faire remarquer. Finalement c’est peut-être un type bien qui s’est vu retirer tous ses points au fil de l’eau, je veux dire au fil de la route. Il y a aussi les « p’tits jeunes » qu’ont pas de thunes pour le passer le permis. Alors ceux-là se croient tout permis, doubler par la droite, déboiter dans les files sans crier gare et changer de file au feu rouge pour passer plus vite. Avec ceux-là, ne pas chercher des noises sinon ils vont vous mettre et un grand coup de frein et vous en serez pour votre poche. Pas de permis donc pas d’assurance.

Dans une société qui se délite, franchir l’interdit est devenu une banalité puisque les codes ne veulent plus rien dire. Le code de la route et tous les autres. Prenez par exemple le code des impôts, combien de quidams s’assoient dessus? même des ministres!…et le code des marchés publics?…Ceux qui sont là pour faire la police seraient bien inspirés de commencer à balayer devant leur porte. Je ne sais plus qui a parlé un jour de République exemplaire.

Le boom du VAE

Du vélo pour tous

Les fabricants et marchands de bicyclettes se frottent les mains : le marché du deux-roues prend de la vitesse. En 2018, il s’est écoulé 2,7 millions de vélos, un boyau de moins qu’en 2017, mais ils rapportent gros, très gros…
…La raison: L’engouement pour le vélo à assistance électrique (VAE), un deux-roues cinq fois plus cher à l’achat (1 535 euros en moyenne) qu’un vélo standard. L’an dernier, la commercialisation de VAE a progressé de 21 %, avec 338 000 unités vendues. « Ce marché consolide sa croissance, représentant désormais 40 % du chiffre d’affaires des ventes totales de vélos », indiquedans le dossier de presse Jérôme Valentin, le directeur général de Cycleurope (Peugeot Cycles, Gitane, etc.) et coprésident de l’Union sport et cycle… la Manufacture française du cycle en Vendée, Decathlon à Mons-en-Barœul près de Lille ou Moustache Bikes dans les Vosges retrouvent de l’activité. (Le Monde.fr)

Tant mieux!

Hartmannswiller

Cimetière fortifié de Hartmannswiller

Les tours avec leurs meurtrières évoquent l’histoire tourmentée des villages au Moyen-Age. Ces fortifications (XVeme) devaient permettre aux villageois de se protéger des attaques. A Hartmannswiller, on protégeait aussi les morts du cimetière. Peu-être de crainte que l’attaquant ne détourne les âmes de l’au-delà?…je ne sais pas.