Étiquette : Hundsruck

Etoile 78, reprise VTT

Trois cyclistes avec votre serviteur ce matin pour la sortie VTT au départ de Vieux-Thann

Le club Etoile 78 de Vieux-Thann a repris officieusement ses sorties 2020 à la faveur du temps hivernal clément. Les sorties officielles du club n’interviendront que le samedi 21 mars à 14 heures avec « une mise en jambes » familiale. (voir le programme des sorties sous ce lien)

Parcours audacieux pour cette reprise avec montée à la Napoleonplatz (place du Roi de Rome), puis après le Plan Diebold, le Hundsruck et retour par Rammersmatt. Soit 22 km et 500 mètres.

On commence par monter à la Croix Républicaine. Un vrai challenge exigeant pour nous trois.
La dernière tempête a fait des dégâts
Thann vu d’en-haut, ciel bas et gris
Qui c’est qu’a fauché la plaque translucide de la Croix Républicaine?
Des arbres à terre par dizaines
Dans la montée au col, les glissières ont cédé.
dernière grimpée du jour, c’est promis
La Vierge des Bûcherons veille aussi sur le VTT, elle me l’a dit
En traversant le Rueslochbaechle

https://www.openrunner.com/r/11046856

Vue des Alpes

Du haut de Rammersmatt, les Alpes apparaissaient ensoleillées
Mon parcours du jour à VTT

Je grimpe au Hundsrück par le Steinby. Plus qu’une formalité pour moi. Je renâcle jusqu’à la première courbe en quittant Thann où c’est du 8-10%, puis il faudra encore grimper cette pente en forme de toboggan après le Plan Diebold.

ça passe sans difficulté
la grisaille approche

Pour moi un travail cardiaque soutenu dans la montée du Hundsruck

Après le monument, je descends par le chalet du Hochburg jusqu’à Rammersmatt, puis je rejoins le lac de Michelbach

Dommage, je n’ai pas de téléobjectif

https://www.openrunner.com/r/10949935

Steinby-Schirm

Avec ce ciel clair-obscur, la lumière est magique

Je commence par la punition. Je sors de chez moi et je grimpe le Hundsrück par le Steinby. Faut pas croire, je rame. Même en connaissant la particularité des lieux, je peine à monter ma carcasse en haut. D’abord atteindre la première courbe. La pente croît jusqu’à 10%. Je surveille le cardio comme le lait sur le feu. Pas plus de 160 puls. Avec mon 33/32 je gère comme je peux.

D’abord atteindre la première courbe.

Puis quand les courbes arrivent, je me repose, si on peut dire…et j’attends la cabane du Plan Diebold…

Rebelote avec le dernière rampe vicieuse car elle est comme un tremplin de ski en courbure croissante.

C’est quand on aperçoit la Fourmi qu’on est sauvé. Pas sauvé des eaux car je me prends un bon grain sur la tronche en arrivant.

Pas sauvé des eaux car je me prends un bon grain sur la tronche en arrivant.

Le Schirm? oui je l’ajoute pour ne pas être trop court sur le retour surtout qu’un coin de ciel bleu se dérobe à l’horizon.

Une accalmie sur Masevaux au loin
La cascade du Grundbaechle avant Bourbach-le-Haut
50 minutes pour accoucher à Mulhouse. Sans embouteillage!
On refait la passerelle. Les cyclistes dehors. Aucune protection. Pourtant un clignotant orange serait indiqué.

A Aspach, j’allonge jusqu’à Cernay.

Le parcours du jour
Le profil du jour

https://www.openrunner.com/r/10685135

Le dos du chien à VTT…

J’ai attendu que le nuage de pluie passe au-dessus de la montagne. J’ai fait un tour de plat dans la plaine puis je suis revenu au pied de Leimbach
A Rammersmatt, j’ai calé dans la rue Bellevue
J’ai fait des efforts pour rester sur le vélo Mais en vain, trop dur pour moi (13% dit Openrunner, j’ai un doute)
A Spannplatz, ça redevient difficile
Le Kohlhuttenweg est beau avec son tapis de feuilles, mais il se poursuit par un dédale de cailloux à 15%, alors je pousse.
J’hallucine, le champignon a opportunément choisi de pousser le long du piquetage topographique
Au Hochburg, pas d’aubergiste. La bière attendra.
Au monument du bataillon de choc, je m’offre une vue du paysage. Le drapeau flotte fièrement.
A Bitschwiller-lès-Thann, le monsieur me dit ne pas connaître l’origine de cette jolie tour. Elle est entre les mains d’un particulier qui l’entretient. Peut-être les vestiges d’un ancien site industriel.
Rutilante Mustang (Thann autos)
Un beau pickup Chevrolet que j’estime être du début des années 50. Moteur 6 cyclindres qui devrait pouvoir grimper le Hundsrück en quatrième vitesse (valeur estimée 30.000 euros). Genre Petite Maison dans la Prairie
J’aime moins ce Ford, ça fait un peu cow-boy parvenu

Et si vous voulez voir mon parcours semi-poussé, semi roulé, c’est là…

https://www.openrunner.com/r/10624373

Tour républicain

La croix républicaine de Thann.J’y accède par l’ancien cimetière israélite. Le chemin est bétonné mais sacrément difficile jusqu’au relais hertzien.

Je savais qu’il allait pleuvoir. J’ai donc pris un chemin pas trop éloigné avec le VTT.

C’est sympa comme parcours, le plus dur est en premier. Grimper à la Croix de la Résistance Républicaine qui surplombe Thann.

Thann, j’ai forcé sur le piment vert pour exciter les pixels. Ils ont réagi comme il se doit.

Une fois là, se laisser guider jusqu’au carrefour du Roi de Rome et rejoindre le Plan Diebold.

le bûcheron qui empile aussi haut prend des sacrés risques si un môme grimpe la-dessus

Un peu de goudron jusqu’au Hundsruck et rejoindre le monument du Premier Bataillon de Choc.

je sais que Pierre Brunner déteste qu’on salope les panneaux. Beaucoup d’anglo-saxons. Normal, chez eux, y’a pas de cols

C’est tout. Il n’y a plus qu’à se laisser descendre au refuge du Hochburg, puis à Rammersmatt.

Transhumance pullman sur deux étages
Patou à fait content, le maître lui retire ses moutons
Pas toucher à la Vierge, c’est aux bûcherons
La Vierge est effarouchée d’apprendre la nouvelle
Le haut du bourg s’est fait refaire le panneau
Mary a oublié la gamelle du chien (made in Holland)
C’est bon, le ménage a été fait

Prendre le sentier botanique coté Bourbach et rejoindre l’oratoire au Eichwald.

La flotte arrive de Belfort sans prendre de raccourcis
Avis aux connaisseurs!
J’en ai compté vingt. Combien de sans papiers? que fait la police!

Pour finir en douceur, le tour du lac de Michelbach.

Elles se méfient de l’intrus sur son vélo

28km et 550m

https://www.openrunner.com/r/10101720

Tour de vis

Cette vue là, on l’adore (Bitschwiller-lès-Thann)

Pourquoi tour de vis? parce que je voulais lutter contre ma flemme, alors je me suis infligé des pentes.

Les pentes, pour moi, c’est un exercice difficile; il me faut transporter ma personne et son vélo là-haut. J’admire ces jeunes hommes qui sprintent en grimpant. Je n’ai jamais su le faire, ni pu le faire. Heureusement le spectre du vélo est large, il y a de la place pour tout le monde.

Donc aujourd’hui, Amic puis Hundsrück, Schirm et Rammersmatt pour finir.

https://www.openrunner.com/r/10094153

Au milieu, le petit dernier

Hundsrück coté sud

comme un sou neuf

Le col du Hundsrück est revêtu à neuf coté sud, c’est à dire dans la descente vers Bourbach.

Pourtant, c’était encore en bon état. Un riverain me dit pourquoi…parce que le Tour de France passe par là cet été. J’en profite pour gagner 1km/h de mieux dans la grimpée!

Coté nord, la descente de Bitschwiller a été renouvelée en juillet 2018.

Des équipes s’affairent sur le macadam entre Bourbach et Masevaux toujours pour la même raison. Il faut donner une bonne image de la France profonde quand le Tour passe par là. Cela rappelle le Rallye de France qui avait entraîné la réfection de la montée de Soultz au col Amic. Depuis certains appellent cette route forestière la route Loeb. Loeb n’a bien sûr rien payé, il s’est juste contenté de faire des ornières dans les virages avec sa Citroën survitaminée.

Faut-il tutoyer la montagne?

Mon parcours du jour

Depuis que je suis au pied des Vosges, on imagine que la montagne m’est devenue familière. Je vous rassure, je ne bénéficie d’aucune clémence quand j’aborde la pente près de chez moi. Elle ne me sera jamais assez familière pour que je la tutoie, au contraire, elle ne m’inspire pas confiance: face à elle, je suis toujours dans le doute. C’est certainement psychanalytique, mais la montagne reste pour moi un mystère, je ne l’explique pas, elle semble difficile et facile à la fois, je la prends avec conscience comme un défi qui met en jeu à la fois le mental et le physique.

C’est Maxou?…Oui!..Je suis connu et reconnu; ça me fait plaisir quand un cycliste sympa avec un beau vélo au guidon gainé de cuir m’aborde. On discute vélo, itinéraire,…bref de tout ce qui nous rend complice.

Le col est ouvert dans les deux sens, plus aucune trace de la neige.

Puis je reprends ma route, Bitschwiller-le Hundsruck. Je trouve cette grimpée là très physique avec un « pentomètre » qui passe à 14% avant le Plan Diebold-Scherrer. Je ne m’insurge pas car la montagne est insensible en dépit du revêtement tout neuf. J’arrive finalement en vue de la Fourmi en ayant utilisé toutes mes ressources. Je ne vais pas me mentir, c’est toujours aussi dur que l’année d’avant.

Le Schirm est une formalité; je croise des ACTF en nombre qui s’attendent en haut. Puis j’aborde la Seigneurie qui file vite avec le puissant vent d’est.

A Eteimbes, j’arbitre pour sauter d’une vallée à l’autre. Je zigue et je zague à l’estime jusqu’à Diefmatten. A Aspach-le-Bas, je ne trouve plus Matthias dans sa voiture. Il a du déménager une nouvelle fois.

https://www.openrunner.com/r/9735893

Voyage en grande pompe

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce matin, j’ai sorti mes grandes pompes.

Des bottes de sept lieues que je ne sors que dans les grandes occasions.

Je les ai depuis au moins vingt ans.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Au retour, mes pompes semblent fatiguées

C’était pour tenter de parcourir à pied (avec mes pompes à pied, donc) la randonnée terrestre et pédestre de mon confrère Pierre Brunner que j’ai piquée sur son blog LTD Rando 68 et qu’on peut voir ici ici ici.

Pierre nous a prévenus: il sera préférable de prévoir la journée entière ; une bonne condition physique semble nécessaire.

C’est vrai que la grimpée au Thanner Hubel fait dans les 800 mètres depuis la vallée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
pas de doute, c’est par là

J’ai donc tracé le parcours sur mon GPS avant de partir, pour ne pas me tromper avec tous ces sigles du Club Vosgien et je suis parti.

Pour changer un peu la donne, j’ai pris le parcours en sens contraire.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
un pas devant l’autre

On part de Bitschwiller-lès-Thann, on grimpe à l’abri Vogesapfad Hislà, puis à la ferme-auberge du Thannerhubel et ensuite on fait le tour du massif en passant par Waldmatt, puis l’on redescend au Hundsrück et au plan Diebold et le sentier rouge-blanc-rouge jusqu’à Bitschwiller.

tour-du-thanner
ma trace enregistrée

Fastoche!

Sur le papier.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
ça semble facile, mais à force ça use

J’ai emporté avec moi mon sac à dos de VTT avec un litre d’eau (mais le tuyau a gelé rapidement vu qu’il faisait déjà moins un degré au départ)…et aussi un paquet de chips et quatre tranches de pain d’épices.

Et je suis parti…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
la vallée de Thann

Dans la grimpée jusqu’à la cote 1108m, il y a huit passages à plus de 15% et le reste est aussi soutenu, même si le sentier est correct.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
abri Vogesapfad Hislà

Un effondrement à un endroit et une bifurcation due à des arbres.

Quand arrive l’abri Vogesapfad Hislà, à coté de la place Zundel, une pause.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
intérieur cosy

Je resserre mes lacets, je mange une tranche de pain d’épices et je repars.

Arrive la ferme-auberge du Thannerhuebel et sa pente sévère.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le brouillard fait qu’on ne voit qu’à une centaine de mètres.

J’entends des pas cadencés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
J’entends des pas cadencés.

Une femme qui fait son footing et qui contourne la ferme sans s’arrêter, ni même dire bonjour.

Je pénètre dans le bois.

De belles images.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je sors du bois et dans la grande lande, on peine à distinguer le sentier.

Je m’assure avec mon GPS d’être sur la trace.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pan! une ornière et me voila par terre.

Je me relève vite fait.

Personne en vue qui puisse se gondoler de rire.

Mon honneur est sauf.

Moi aussi!

Je repars avec un peu de neige dans les trous de nez.

J’achève ma grande courbe à la Waldmatt.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Personne au refuge du ski-club, mais un groupe qui s’avance dans la brume.

Nos routes se croisent.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La descente commence.

C’est douloureux, la descente, pour les jambes.

Je sors mon bâton télescopique pour m’aider.

Je croise un couple qui monte à bon train.

Et pan! à nouveau par terre. Sur le genou.

Je n’ai pas prêté attention à la couche de glace sous les feuilles.

Je poursuis à pas de loup…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Finalement à midi, je mange mon quatre heures, mes trois tranches de pain d’épices.

Rasséréné, j’entame la prairie de Martiplatz.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
En face de moi le monument du Hundsruck (point blanc)

Pas facile sur la fin, je vois la Fourmi au Hundsrück, mais la pente est si raide que je me demande si je ne vais pas rouler en bas comme une barrique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La descente à Bitsch qui ne devrait être qu’une formalité s’avère compliquée jusqu’au Plan Diebolt. Caillouteuse, rocheuse avec même une ligne de survie en câble d’acier.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après le Plan Diebolt, j’ai les jambes en compote.

Je me laisse descendre dans le chemin creux…en priant que la fin vienne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ouf, les faubourgs

Résultat des courses:

  • selon Openrunner 14.8km 787m
  • selon GPS Garmin 14.3km 936m
  • temps de marche 3h43 temps d’arrêt 34mn
  • voir la trace GPS

Buchberg-Kohlberg à VTT

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Lesc ouleurs d’automne nous attendent encore un peu (Buchberg)

Aujourd’hui je vais successivement parcourir le Buchberg et le Kohlberg à l’ouest de Thann.

Un parcours de 26km et 750m.

poilu
parcours à l’ouest de Thann de 26 km, on rejoint Bourbach–le Bas par la route

 

J’ai un peu « ramé » sur la deuxième moitié.

Temps frais au départ par la route jusqu’à Bourbach-le-Bas.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Roderen, le Rueslochbaechle est à sec. C’est triste à voir

Je monte à Knappehütte mais j’oblique à droite avant.

Les marcheurs connaissent, c’est le rectangle rouge/blanc/rouge. et je me dirige vers le Rocher du Poilu dans le massif du Buchberg.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Au carrefour, je pends à droite

Le Rocher du Poilu culmine à 700m et permettait aux troupes françaises d’observer la plaine d’Alsace en 14-18.

Aujourd’hui je n’ai rien vu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Brume et soleil de face.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Aucun mouvement de troupes assaillantes sur l’horizon

L’accès au rocher est un peu à droite du chemin, faut pousser.

Puis je descends à Bourbach-le-Haut par le col du Schirm.

Attention à la descente juste après le rocher: c’est vertigineux, ne pas se laisser embarquer, sinon vous allez décoller et passer par dessus le guidon…

Je ne prends pas la route, trop simple, je prends le chemin qui entre dans Bourbach au niveau de l’école maternelle…et j’ai droit au magnifique chalet tout neuf de l’espace pédagogique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Depuis le verger pédagaogique et son chalet, j’ai une vue sur le Kohlberg

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
le piton du Kohlberg est face à moi.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le charbon de bois dans la région et la datation au carbone 14

A Bourbach, je prends la direction du piton de Kohlberg.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le jeune damoiseau prend la pose à ma venue. Repos!

C’est pentu à partir de l’Hundsbaechle qui est à sec et je pousse.

Veiller à bien fermer le parc des vaches.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un coup de clarine pour prévenir de l’approche d’un intrus. Le Hundsbaechle est aussi à sec

Je pousse longtemps sur les 200 m de dénivelé à reprendre pour atteindre le Kohlberg.

Au petit portillon, j’hésite…il faut entrer dans le parc et grimper jusqu’au monument.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Bourbach-le-Haut est en bas

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les deux signaleurs tracent le parcours de Caritas de dimanche prochain, un seau de plâtre à la main. C’est bien par là Bourbach? me demande l’un, quand l’autre s’inquiète de savoir s’il n’y a pas deux Kohlberg, le haut et le bas!…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Kohlberg. J’entre ou j’entre pas? J’entre pas. Perdu! il fallait entrer

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Maison familiale de Baeselbach au Hundsruck

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
C’est dommage, je manque de puissance pour grimper là-haut

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Hundsrück, monument du 1er bataillon de choc

Après, on entame la descente par le single du Weierlé.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
chemin de Rammermatt chalet du Hochburg, j’oblique à gauche peu après

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
descente au Weierlé, priorité aux marcheurs

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
chalet Baumann, on a du bois pour l’hiver (lol)

Au chalet Baumann, c’est déjà l’heure du pique-nique.

Je dégringole jusqu’à Thann.

voir la trace GPS

 

 

 

Cent soixante neuf

img_7348
Houppach

C’est quand je donne un rapide coup d’œil au cardio que je prends conscience de mon inconscience.

Stop!

Deux cyclos devant moi qui grimpaient le Schirm.

C’est dans mes gènes, je m’accroche derrière.

Au dernier kilomètre, j’ai levé le pied.

Trop fort pour moi.

Bon, je me tâte de partout, je suis toujours en vie.

C’est la peur rétrospective.

Je rétrograde. Je me suis toujours demandé comment ça fait, l’accident cardiaque.

On doit tomber part terre brutalement dans un sourd cliquetis de ferraille.

J’y pense et puis j’oublie.

Le col est là et je me laisse descendre à Bourbach.

Des cohortes de cyclos font la pause au carrefour.

Je grimpe le Hundsruck en douceur.

J’emprunte le beau tapis neuf jusqu’à Bitschwiller.

Pas de marquage.

Pour un peu, on se laisserait entraîner par dessus  la rambarde dans les virages serrés faute de ligne blanche annonciatrice de la courbure.

Je stoppe tout net avant d’atteindre la vallée.

La dame prend son compagnon en photo sur fond de coteau, chacun de part et d’autre de la chaussée.

Ils sont confus de cet excès de zèle.

Mais c’est tellement beau de voir des cyclos amoureux de la montagne.

Aujourd’hui, ils étaient nombreux à découvrir le beau bitume neuf.

169 pulsations, c’est évidemment trop pour moi.

Je déraisonne.

C’est pour ça que je porte ma ceinture, pour faire stop avant.

Roi de Rome-Zuber à VTT

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le chalet Baumann, un refuge 4 étoiles!

Y’a un peu plus, j’vous l’mets quand même?

C’est un parcours local qui tient en deux heures…et plus si affinités!

Un bon format pour éviter les heures chaudes de la journée.

Départ de Thann par une pente sérieuse et caillouteuse à partir de l’arrêt de tram Saint-Jacques.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
On quitte Thann au niveau de l’arrêt de tram-train St-Jacques

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Au départ la route forestière est inquiétante par sa pente, puis après ça se stabilise

On monte à la place du Roi de Rome par la route forestière du Stauffen.

La place du Roi de Rome (alt.550) a été instituée en 1840 en l’honneur de la naissance de l’Aiglon, fils de Napoléon 1er. Il n’a pas eu de chance le petit roi mort à 21 ans. Entre mon berceau et ma tombe, il y a un grand zéro aurait-il déclaré sur son lit de mort; bref, un mec de rien aurait dit Macron.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
place du Roi de Rome

Après, on rejoint en douceur le Plan Diebold par un large chemin forestier.

Un kilomètre de route goudronnée pour rejoindre le col du Hundsruck.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Une montée au Hundsruck toute neuve. L’équipement a réussi à obtenir de l’enrobé bitumineux en dépit de la pénurie

Au monument du col, on prend la direction du Weierlé et du chalet Baumann.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Je ne savais pas que l’ONF était en liquidation

Attention, c’est étroit et de nombreuses racines.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Non mais sans blague, tout ce bois pour le barbecue Baumann?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
chalet Baumann, le luxe

Après le chalet Baumann, direction le col du Teufelsgrund par un sentier étroit mais roulant à la descente, priorité aux marcheurs.

Au Teufelsgrund, suivre ma trace jusqu’à la vue Zuber et profiter du point de vue.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
vue sur le Rossberg depuis la vue Zuber

Descente rapide vers Leimbach et Thann.

17 km et 500m

trace GPS

 

 

La vie en Vosges

img_7030
Kohlschlag s’est refait une jeunesse

Les Vosges disposent d’un capital sympathie dès que les beaux jours reviennent.

Je parle des touristes qui reviennent chaque année.

Les Vosgiens d’ici la pratiquent par tous temps.

Ce sont les inconditionnels de la montagne ballonnée.

J’étais depuis hier soir à la recherche de je ne sais quel parcours tortueux à faire aujourd’hui en route ou en VTT.

Puis je suis parti me coucher sans savoir où j’irai.

Ce matin, pas de temps à perdre car je souhaite éviter l’après-midi qui s’annonce chaude.

J’ai donc fait simple.

img_7031
Les chèvres de Kohlschlag se baladent le long de la route

Amic-Hundsrück.

On pourrait dire un format classique qui tient en trois heures.

Des dizaines de cyclos, certains venus de l’extérieur.

Le signe qui ne trompe pas, c’est le petit sac à dos qui témoigne qu’ils sont en voyage.

Des adeptes de la montagne déterminés pas fâchés d’en découdre avec les pentes vosgiennes.

img_7032
Les Vosges à Goldbach

Christian est déjà là à l’espace repos du col Amic.

Un rencontre fortuite.

Échange de nouvelles, évocation des belles années, on se quitte.

Deux cyclotes LRV qui abordent la montée de Goldbach.

Bon courage!

Quelques bucoliques qui daignent s’arrêter pour photographier Bitschwiller et son écrin de verdure.

Un autre qui déclare forfait peu avant la fourmi et s’assoit sur la glissière.

  • J’en peux plusc’est encore loin le sommet?
  • Trois cents mètres…

J’ai un peu minoré pour l’encourager à remonter en selle.

La jeune gazelle qui me dépasse est polie, elle me dit bonjour et enroule un bon braquet sans souffle court. Elle, au moins, n’a pas besoin de savoir si le sommet est encore loin, elle file rejoindre ses copains déjà en haut.

Bon, j’ai accompli mon exercice du jour sans raté.

img_70331
Ces deux-là descendront le Hundsrück en quatrième vitesse. Des pros, à n’en pas douter.

En descendant le Bourbach, un couple devant qui mouline fort.

Impossible de s’en approcher.

Je croise les Audax qui montent.

Les cyclos sont une grande famille.

Sentheim, Guewenheim, Michelbach.

J’en ai assez.

Il fait déjà 31° au compteur.

 

Spannplatz à VTT

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le VTT, après tout, c’est un sport idéal pour faire semblant.

Faire semblant de faire du vélo.

Je pars furtivement en rasant le trottoir, puis je fais les bordures. Poursuivre la lecture de « Spannplatz à VTT »

Montagne

img_6779
Des panneaux pour cyclistes comme au Grand Ballon

La dame passe en tirant un braquet énorme.

Sans un mot.

Le sexe faible se distingue sans difficulté vis à vis de Maxou qui renâcle dans la pente. Poursuivre la lecture de « Montagne »

Entre deux orages

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La brume a encore du mal à se détacher du massif (Bourbach le Haut)

Entre deux orages, je saute sur le vélo.

Avec le VTT, on se contente souvent de peu.

Une fois au Hundsrück, je redescends par les sentiers à Rammersmatt, puis à Roderen.

C’est tout pour aujourd’hui.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Cet abri du Steinby n’est plus entretenu. Il est vrai qu’aux portes de la ville, il ne présente plus d’intérêt vu que les randonneurs montent en voiture jusque là.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Au monument du Hundsrück, un campement alors que l’accès aux véhicules est interdit…Ils sont encore à peine réveillés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La vue est toujours belle depuis le Hochburg, y compris avec de la brume

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Rammersmatt

At Schlumpf!

P4030004.jpg
La vallée de la Doller depuis le Schlumpf

Mon dernier Schlumpf remonte à 2014.

J’avais pas envie de faire du vélo.

J’ai filé jusqu’à Aspach avec l’intention de buller.

Puis j’ai remonté la Doller à la recherche d’une excuse… Poursuivre la lecture de « At Schlumpf! »

Coup de froid

PB060011.jpg
Malgré mon parcours écourté, j’ai quand même réussi à prendres quelques photos. Ici le col du Hundsruck et le petit toit rouge de l’auberge de la fourmi au milieu. Le petit point blanc, c’est le monument des Troupes de Choc.

Le cycliste redoute le froid plus que le marcheur ou le coureur à pied car sa vitesse provoque un vent relatif qui accroit la sensation de froid.

Le phénomène est bien connu, surtout dans les descentes où l’on est parfois obligé de freiner pour limiter les effets de la température. Poursuivre la lecture de « Coup de froid »

Place Zundel à VTT

P9100016.jpg

Arrivé au col du Hundsrück, des dizaines de bagnoles stationnées.

Je suis vraiment surpris d’un tel accueil d’autant que je n’avais pas prévenu.

Ni ma fête, ni mon anniversaire… Poursuivre la lecture de « Place Zundel à VTT »

Col de Rimbach-col du Hundsrück à VTT

C’est peut-être un classique du genre.

Mi-route, mi-chemin, ce parcours permet de tutoyer les cimes vosgiennes.

Situé dans le massif du Rossberg, les amateurs de grands espaces seront comblés. Poursuivre la lecture de « Col de Rimbach-col du Hundsrück à VTT »

Je suis désolé

Étrange amoncellement de vroum-vroum anciens à Bourbach

Je suis désolé de devoir vous le dire.

Quoi?

Je décide de prendre la route et je monte tout de suite ce que les locaux nomment le chemin du Steinby.

Bref, le Hundsrück, si vous préférez en prenant la route clandestine qui y monte depuis Thann. Poursuivre la lecture de « Je suis désolé »

Tentation électrique

Ce matin grisaille sur Michelbach

Ce matin la grisaille s’étend sur l’Alsace et les Vosges.

Une averse drue vers huit heures.

Puis à neuf heures, une relative éclaircie, j’en profite pour sauter sur mon destrier. Poursuivre la lecture de « Tentation électrique »

Hundsrück, Staufen à VTT

Croix érigée par la Résistance Alsacienne, inaugurée le 10 juillet 1949

Je retourne à la place du Roi de Rome en contrebas du Plan Diebolt.

J’y étais passé en 2011 avec mon vélo de route…

Auparavant, je monte au col du Hundsrück en passant par le chemin du Diebtal. Poursuivre la lecture de « Hundsrück, Staufen à VTT »