Catégorie : Ma balade du jour

Images et chroniques de balades.
Vosges, Alsace et Forêt Noire… et parfois ailleurs

Se mettre au green

comment sortir d’un bunker

Les quatre compères se sont mis au green de bonne heure. Par malchance, la balle de l’un d ‘eux s’est plantée dans un bunker. Le golfeur se positionne, puis simule un shoot plusieurs fois pour bien ajuster son tir.

Enfin, l’heure est venue de déloger l’intruse. Dans un geste auguste, il plante le golf dans le bunker, un énorme geyser de sable s’élève vers le ciel. Mais la balle est restée sur place.

le fleuriste n’ouvre qu’à 10h15. je n’ai pas voulu attendre de savoir s’il avait prévu pour la canicule des pébroc, c’est à dire des brocs équipés de parasols

J’ai repris ma route, amusé, profitant de l’ombre de la forêt.

les jours de canicule, je vous recommande les sous-bois

A Dannemarie, j’ai bombardé jusqu’à Zillisheim.

Le canal de Dannemarie est en pleine eutrophisation due au manque de trafic. L’eau stagne.

Puis après Lutterbach, j’ai pris Reiningue. Je ne sais pas pourquoi je manquais subitement de watts avec mes jambes en coton alors je devais relancer en danseuse à la moindre pente.

Hôtel à antennes en tous genres, le dernier étage est encore libre
les portes du pénitencier vont bientôt se refermer et notre piste cyclable attendra
les types qu’on croise sur un vélo n’en mènent pas large, les braquets se font légers

A Schweighouse, le cimetière me dépanne en flotte. J’ai louvoyé comme j’ai pu vers le cimetière à chiens d’Aspach, histoire d’ôter de ma vue les grandes lignes droites que je prenais pour des mirages.

j’ai commencé par arpenter le cimetière avant de trouver le lavabo contre le mur de l’église. Ah qu’il est beau le lavabo! (Schweighouse)

Pas de doute, la canicule a du chien.

La promo du vélo à Schweighouse porte-elle ses fruits les jours de canicule? je n’en suis pas sûr

Voir le parcours

https://www.openrunner.com/r/10150434

C’est l’été, c’est VTT

Vélo des villes, vélo des champs, le VTT décontracté

Le VTT a cette faculté de pouvoir vous satisfaire sans trop en faire. Ce qui n’est pas le cas de la route qui est synonyme de circuit consistant. Un pratiquant routier qui ne fait pas ses cinquante bornes le dimanche matin n’est pas entièrement satisfait.

En revanche si vous ne disposez que d’un créneau horaire réduit de moins de deux heures, le VTT est là, dans les champs autour de chez vous, avec des raccourcis nombreux si par malheur on vous rappelle de rentrer au plus vite pour allumer le barbecue.

Meroux

Meroux, l’ouvrage est classé, il est fermé aux visites et il est mal entretenu. Voila qui est dit!

C’est insolite comme nom, Meroux. A ne pas confondre avec le gros poisson. Je n’étais encore pas allé par là. C’est le hasard de la balade de ce matin qui m’y a conduit.

C’est un fort et pourtant on l’appelle ouvrage, l’Ouvrage de Meroux. Étonnant bâtiment militaire construit avant 1914 pour fortifier la Place de Belfort face à un envahisseur en devenir.

J’ai compris que c’est le plus abouti de la série; il est tout en béton armé et pouvait contenir 425 hommes de garnison. Il y avait l’électricité fournie par deux moteurs Peugeot de 15 HP. Au total 13 kW en 110 Volts. On peut se référer à ce site pour en savoir plus.Visiter un site militaire le jour anniversaire de l’appel du 18 juin, je ne l’ai pas fait exprès.

Une descente agréable à Gildwiller

Avant cela, j’avais pris l’Eurovéloroute 6 sans autre ambition que de rouler.

Dannemarie, le charme de la plaisance
Pont canal en traversée de la Largue
Restez groupés les enfants, le monsieur fait la photo…

Puis vint le moment où je décidais à Froidefontaine de faire demi-tour. J’étais au km 43. Je me fie à mon instinct et je commence à naviguer « au pif »… je tombe sur la francovélosuisse, « boucle des trois voies vertes »…c’est agréable.

Allons sur la francovélosuisse!
la traversée forestière est confortable

La grande gare TGV de Belfort-Montbéliard apparait, baptisée Axion, c’est la première fois que je la découvre. Je la traverse…

gare TGV Jonxion 1, un truc futuriste, je présume vu le faible trafic…

Ensuite je bénéficie encore d’un bel itinéraire cyclable qui me conduit à Meroux puis à Bessoncourt.

J’ai hésité à prendre la direction du fort Ordener après Meroux, dommage!
Jusqu’à Chèvremont, l’itinéraire cyclable est parfait, on est tout seul

A partir de Bessoncourt, ça se complique, je traverse le grand échangeur autoroutier jusqu’à la D83.

Je me fais tout petit le long de cette route D83 jusqu’à la sortie de Lachapelle-sous- Rougemont.

Je quitte la D83 pour prendre Soppe. Ouf!

Dommage que je n’ai pas su éviter ce tronçon routier éprouvant de la D83. trace GPS

Marcher à Bouzey

Barrage réservoir de Bouzey (Vosges)

Marche à Bouzey. C’est ma seule activité de ce dimanche.

J’ai déjà parlé de Bouzey dans le passé, ce barrage réservoir situé à huit kilomètres d’Epinal (Vosges). Bouzey c’est d’abord une immense catastrophe survenue le 27 avril 1895. Le barrage mis en eau en 1880 cède. Sa vague de choc fera 87 victimes.

la stèle rappelant le drame de Bouzey

Pourquoi Bouzey?

Bouzey repose à l’époque sur un besoin: permettre la navigation entre la Moselle et la Saône. A cette époque la France ne dispose pas du Rhin, l’Alsace étant allemande depuis 1870. On construit donc le Canal des Vosges entre Dognéville (Vosges) et Corre (Haute-Saône).

Ce matin le loueur de la Maison du Vélo n’a loué que deux vélos .

Le réservoir de Bouzey est desservi par une rigole de 42km de long qui prélève son eau dans la Moselle à Saint-Etienne-lès-Remiremont.

Bouzey est à présent un lieu de villégiature et de loisirs.

On fait aisément le tour du lac à pied. Sept kilomètres. En revanche à vélo, c’est plus délicat car certains tronçons piétons parallèles à la route sont interdits aux vélos.

Bouzey, havre de paix pour les marcheurs

Les conflits d’usage sont permanents puisque j’ai constaté que de nombreux cyclistes empruntent la partie réservée aux piétons; ça rappelle un peu ce qu’on connait sur certains sentiers du massif avec le Club Vosgien.

Cela dit, les immenses bois alentour sont propices au VTT et l’on trouve de nombreux tracés sur Openrunner autour de Bouzey.

https://www.openrunner.com/r/10112161

Tour de vis

Cette vue là, on l’adore (Bitschwiller-lès-Thann)

Pourquoi tour de vis? parce que je voulais lutter contre ma flemme, alors je me suis infligé des pentes.

Les pentes, pour moi, c’est un exercice difficile; il me faut transporter ma personne et son vélo là-haut. J’admire ces jeunes hommes qui sprintent en grimpant. Je n’ai jamais su le faire, ni pu le faire. Heureusement le spectre du vélo est large, il y a de la place pour tout le monde.

Donc aujourd’hui, Amic puis Hundsrück, Schirm et Rammersmatt pour finir.

https://www.openrunner.com/r/10094153

Au milieu, le petit dernier

Transhumance

Train Thur-Doller à la manoeuvre à Saint-André

Eloignez-vous de la bordure du quai!

C’est en rentrant que j’ai entendu siffler le train. C’est inhabituel d’entendre un train siffler. Aujourd’hui c’est la trompe du TER ou le ding du tram-train.

On bascule l’aiguillage

On n’est pas moderne, me dit l’aiguilleur, puis il pose son cadenas la manœuvre terminée
Une vache de manif
Roderen est pro-vélo. La petite plaque à coté mérite un peu de polish

Si vous voulez savoir qui cette plaque commémore, c’est là…

Quatre jours de voyages (4/4)

Soulaures. Je mets parfois une image « coup de cœur » en tête de récit. Encore faut-il en avoir une! je trouve celle-ci pas trop mal foutue. Il faut avoir l’ombre au bon endroit en fonction de l’heure de passage, un avant-plan sympa avec du végétal coloré, une architecture homogène bien cadrée. Bref savoir se décerner des fleurs! J’ai de la chance, y’a pas de bagnoles pour gâcher le paysage.

Voici mon séjour à Monpazier (Dordogne) qui se termine.

81km et 900 mètres

Pour me rendre à Aigueparse, mon voisin du camping me dit passe donc par Soulaures, c’est moins difficile.

Je lui fait confiance.

Mais à Soulaures je m’embarque sur la mauvaise route ne trouvant pas une intersection que j’imagine, rétrospectivement, cachée derrière l’église. En conséquence de quoi, j’ai fait dix bornes de plus pour atteindre le premier site à voir.

J’arrive enfin à Aigueparse après moult circonvolutions dans le landerneau et une rafale de bosses
Je suis tellement excité par l’Occitan que ma photo est pourrie. J’ai même pas un type de l’Equipement sur place pour démonter le panneau le temps de photographier. Le bled a perdu sa qualité de commune, il est rattaché à Mazeyrolles. L’histoire des lieux raconte qu’on a de la bonne eau partout. Effectivement, j’ai vu un type remplir des bouteilles de Volvic vides au bord de la route.

L’église romane d’Aigueparse possède un clocher-mur et un clocher tour fortifié en forme de donjon ; un chœur avec corniche à modillons sculptés ; abside voûtée en cul-de-four. Vivre dans le donjon de l’église avec pour seules fenêtres des meurtrières, très peu pour moi.Quand tu es attaqué, tu peux toujours faire sonner les cloches, personne ne viendra te délivrer, surtout si la guerre doit durer cent ans. Depuis que la route est goudronnée, on peut se barrer vite fait. A vélo.

La cabane du type qui habite là est belle. Mais tout est fermé.
Me voila sur la grand route. Un commerce de bois du pays

A Fonsalade, le riverain m’a dit de prendre la nationale jusqu’à la Gare, ce sera moins dur pour rejoindre Loubejac. Oui m’sieur, j’y cours tout de suite. Les chiens aboient de rage de voir un cyclo oser s’adresser au proprio. Je pars dans un concertino de chiens fous.

Au grand rond-point, pas de gilets jaunes…mais je suis quand même le bienvenu. je vais faire 10 bornes pour atteindre Loubéjac
Me voici à Loubéjac. On voit l’église de loin. Elle est classée, comme il va de soi.

Il y aurait 269 habitants à Loubéjac. Je n’y ai vu que deux ou trois maisons. Étrange… Ou bien tout le monde est éparpillé dans les hameaux…bon l’église est belle, mais je commence à avoir ma dose d’églises. J’en profite pour éventrer mon sac de chips et j’arpente la butte. Je ne vois pas le proxi non plus

C’est du solide, y’a pas à dire. Plus solide que Notre-Dame au moins!

Bon alors les châtaigniers, où ki son?

ça y est, j’en ai trouvé des châtaigniers. Même qu’ils en plantent des vergers comme chez nous les pommiers!

Qu’est-ce qu’on fait avec le châtaignier?

Tout est expliqué ici

Je n’ai vu que deux abris ronds comme celui-ci. Très beau entièrement en pierre.
Me voici à Villefranche-du-Périgord. Les Gilets jaunes m’accueillent à bras ouverts. Je leur explique comment j’ai réussi à échapper à la hausse de l’essence en voyageant à vélo. Ils semblent dubitatifs sur ma trouvaille. Alors je vais prendre un café au commerçant ambulant devant…l’église.
Notre ami Henri Bosc arrive. Il se réfugie tout de suite à l’ombre des arcades sous les regards admiratifs des autochtones
ici au moins on ne risque pas les coups de soleil
Le clocher-mur de Villefranche et ses deux tourelles.
C’est jour de marché à Villefranche

Comme je n’ai pas l’intention de m’éterniser à Villefranche, je reprends ma trace et je vais à Besse. Besse 156 habitants. Et devinez quoi?…je vais voir l’église! Non!…..si!……..

L’Eglise de Besse est mastoque. Dieu au Moyen-Age était un sacré donneur d’ordre. Il n’y avait pas chômage, au moins.C’est vrai qu’on n’avait pas de vélo à l’époque, on pouvait donc prier tout le temps.
En ce temps là les moines faisaient un briefing tous les matins dans la salle capitulaire…
Le contremaitre distribuait les tâches: toi Jojo tu arrosseras les salades, Firmin tu iras au pain, Benoît corvée de patates, Augustin tu trairas les chèvres
A Besse, les boites à lettres sont en pierre de taille
koi, koi, koi,koi.Dès que j’apparais au détour du virage, le troupeau d’oies sonnent l’alerte.
Prats en Périgord. C’est ma dernière église, je vous le promets. Il est midi, personne dans la rue.
Je fais le tour du village et je m’en vais

https://www.openrunner.com/route/10048383/embed/fr/686d7a4a6d6a53794e6a467041356d43726961416a526b6c665158675579315437344d4d436842427546453d3a3a3a099f4d7e592fbda7a561f94a6b57e3