Étiquette : Rammersmatt

Thann-Rammersmatt à VTT

J’ai déjà du faire ce parcours plusieurs fois. Avec quelques variantes. Aujourd’hui fort vent d’est froid. Je me protège en forêt. Dans la plaine, même les parcours vent de travers sont pénibles.

Les sapins au-dessus de Roderen ont été coupés. Reste juste de quoi baliser le chemin

Ce que j’apprécie dans ce parcours , c’est d’avoir de beaux points de vue depuis Rammersmatt et surtout qu’après avoir atteint ce point haut, il n’y a plus que de la descente.

Le bois est là, transformé en buchettes

https://www.openrunner.com/r/10529950

Tour républicain

La croix républicaine de Thann.J’y accède par l’ancien cimetière israélite. Le chemin est bétonné mais sacrément difficile jusqu’au relais hertzien.

Je savais qu’il allait pleuvoir. J’ai donc pris un chemin pas trop éloigné avec le VTT.

C’est sympa comme parcours, le plus dur est en premier. Grimper à la Croix de la Résistance Républicaine qui surplombe Thann.

Thann, j’ai forcé sur le piment vert pour exciter les pixels. Ils ont réagi comme il se doit.

Une fois là, se laisser guider jusqu’au carrefour du Roi de Rome et rejoindre le Plan Diebold.

le bûcheron qui empile aussi haut prend des sacrés risques si un môme grimpe la-dessus

Un peu de goudron jusqu’au Hundsruck et rejoindre le monument du Premier Bataillon de Choc.

je sais que Pierre Brunner déteste qu’on salope les panneaux. Beaucoup d’anglo-saxons. Normal, chez eux, y’a pas de cols

C’est tout. Il n’y a plus qu’à se laisser descendre au refuge du Hochburg, puis à Rammersmatt.

Transhumance pullman sur deux étages
Patou à fait content, le maître lui retire ses moutons
Pas toucher à la Vierge, c’est aux bûcherons
La Vierge est effarouchée d’apprendre la nouvelle
Le haut du bourg s’est fait refaire le panneau
Mary a oublié la gamelle du chien (made in Holland)
C’est bon, le ménage a été fait

Prendre le sentier botanique coté Bourbach et rejoindre l’oratoire au Eichwald.

La flotte arrive de Belfort sans prendre de raccourcis
Avis aux connaisseurs!
J’en ai compté vingt. Combien de sans papiers? que fait la police!

Pour finir en douceur, le tour du lac de Michelbach.

Elles se méfient de l’intrus sur son vélo

28km et 550m

https://www.openrunner.com/r/10101720

Tour de vis

Cette vue là, on l’adore (Bitschwiller-lès-Thann)

Pourquoi tour de vis? parce que je voulais lutter contre ma flemme, alors je me suis infligé des pentes.

Les pentes, pour moi, c’est un exercice difficile; il me faut transporter ma personne et son vélo là-haut. J’admire ces jeunes hommes qui sprintent en grimpant. Je n’ai jamais su le faire, ni pu le faire. Heureusement le spectre du vélo est large, il y a de la place pour tout le monde.

Donc aujourd’hui, Amic puis Hundsrück, Schirm et Rammersmatt pour finir.

https://www.openrunner.com/r/10094153

Au milieu, le petit dernier

Sous la pluie à VTT

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Même sous la pluie, la campagne est belle (Roderen, Rammersmatt en haut)

C’était une pluie fine.

Elle n’interdit pas le vélo de loisir.

J’ai pris le VTT car avec lui si le temps est trop menaçant, on est vite rentré à la maison.

J’ai tout de même tenté au km4 un itinéraire hasardeux: le chemin n’existe plus.

km4
Au km 4 quand le chemin disparait je tente de grimper à l’estime vélo sur l’épaule. Sur cette photo d’il y a 50 ans, on voit le tracé du chemin (en rouge l’enregistrement GPS de mon cheminement)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Au km4 des fleurs. Comme pour me récompenser d’être venu par là pour finalement faire demi-tour

Je voulais grimper à Kurrenburg non loin de la vue Zuber, hélas après avoir porté le vélo sur mon dos un petit quart d’heure, j’ai préféré renoncer en faisant demi-tour.

rammersm
Mon parcours du jour 23km 400m

Une fois sur la route de Rammersmatt, je me suis offert le sentier de Mulhberg qui est un délice et qui conduit à Roderen.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
un sentier délicieux

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au réservoir j’ai longé le Rueslochbaechle.

A Rammersmatt, j’ai pris le sentier botanique là où la pluie s’est mise à traverser le blouson.

Abrité sous un gros chêne pédonculé j’ai enfilé mon imperméable.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
il est temps de mettre l’imper

C’est sensationnel, toute la vapeur d’eau enfermée vous procure une chaleur douce.

Mieux qu’Engie!

A Michelbach, j’ai pris Aspach-le-Haut puis le sentier qui conduit aux étangs de Bodenmatten à Roderen.

Ce parcours est sympa.

Y compris sous la pluie.

Je vous le recommande.

trace GPS

Train-train habituel

img_7943

Ce matin, j’ai manqué le train.

J’ai aperçu un panache de fumée au bout du chemin, je me suis précipité, il était trop tard.

Impossible de se positionner au bon endroit pour la bonne perspective.

Je n’ai eu droit qu’aux wagons…et au bout du train.

img_7933
Le train Thur-Doller fait sa pub. J’ai un peu ripoliné le ciel pour gommer le pylône haute-tension juste derrière.

Quand je suis monté à Rammersmatt, l’accueil de la rando de Richwiller attendait ses participants sous le marronnier.

Vous venez de Richwiller?

Non!…

Alors vous êtes un promeneur…

Le saucisson commençait déjà à transpirer à grosses gouttes.

L’organisateur en chef peinait à faire chauffer l’eau sur le réchaud.

L’effet de l’altitude, dira t-il

Puis je suis parti sur le fléchage du retour.

Dépassé par de gros mollets avides de rentrer au plus tôt à la capitale, j’ai bifurqué.

Sans réfléchir.

Les poursuivants s’arrêtèrent, pris d’un doute…

on doit tourner là?…

Puis j’ai poursuivi mon chemin à travers les prairies et les bois comme un papillon qui titube de fleurs en fleurs.

img_7930
Le veau regardait passer le train de vététistes, dubitatif devant cette curieuse agitation de la campagne.

Sur les hauts de Roderen, l’arbre mort retrouvait une vie

img_7931

Puis vient un nouveau train, un train mielleux qui ne manquait pas de voyageuses

img_7944
les voyageuses allaient et venaient sans se tromper de wagon

img_7947
Le conducteur du train d’abeilles a peint ses voitures pour que les abeilles retrouvent plus facilement leur chemin. Le contrôleur vérifie les billets avant de laisser entrer les butineuses

Un gros bourdon m’a poursuivi jusqu’à la route, je l’entendais vrombir près de mon casque.

 

 

Pas bézef

img_7427
Au pied du gros tilleul de Rammersmatt, une bouteille de vodka abandonnée. Vide bien sûr. L’œuvre d’un marcheur échappé du sentier botanique, sans doute…

Je savais que le temps n’incitait pas à la balade.

Je suis donc parti avec l’espoir secret que le temps allait tourner au vinaigre à la pluie.

Gagné!

Au bout de quinze kilomètres, la pluie s’invite.

Ô pas une grosse pluie, juste quelques gouttes éparses.

Pour mesurer le taux de pluie, je compte les gouttes sur le compteur qui fait 16 cm2.

Toutes les dix secondes.

Ça occupe.

Puis j’efface lestement du revers de la main.

Quand je n’arrive plus à compter les gouttes, demi-tour!

Je grimpe à Rammersmatt en quatrième vitesse, puis sous le gros tilleul j’enfile l’imper.

J’ai accompli ma plus courte balade de l’année sur route: 25 kilomètres.

C’est pas bézef comme aurait dit Khalîl Ibn Ahmad Al Farâhîdî.