Mois : août 2018

Six EPR en projet

Centrale de Fessenheim

Vu depuis l’Allemagne, le nucléaire en France c’est d’abord Fessenheim.

Deux gros faitouts en béton qui bouillonnent de l’autre coté du Rhin.

Fermer Fessenheim, c’est déjà toute une histoire.

Mais abandonner 25% ou 30% du nucléaire français, c’est tout autre chose.

C’est notre culture nucléocrate héritée de De Gaulle qui subitement se révolte et proteste.

Ce qui fait dire à Benjamin Grivaux, le porte-parole du Gouvernement, qu’on n’efface pas cinquante ans de politique nucléaire en cinq ans. « Les gouvernements précédents ont inscrits des objectifs qui n’étaient pas tenables »

Mieux: EDF réclame 6 nouveau EPR pour conforter sa place mondiale d’énergéticiens expert du domaine…et concourir à moins de CO2 sur la planète.

Les Voisins allemands peuvent s’empresser de réimprimer des autocollants « Nuclear, nein danke » pour venir protester sur les bords du Rhin.

Hulot s’est barré à temps.

Il n’y a finalement que les anti-nucléaires pour croire qu’on démantèle des réacteurs d’un coup de baguette magique et qu’on prive le Pays d’un quart de ses besoins électriques sans difficultés.

Les Allemands ont essayé, ils s’en mordent les doigts.

Le facteur ne sonnera plus

Mon facteur ne sonne plus depuis longtemps.

Sauf pour le calendrier.

Mais il passe toujours dans la rue.

A grande vitesse.

Le 33, le 47, le 22 de l’impasse.

Les plis volent et virevoltent.

Avec sa gouaille habituelle, le quartier se réveille.

« Comme par hasard, le 22 est au bout de l’impasse » dit-elle comme pour regretter ce supplément d’hectomètre.

Elle connait par cœur ceux qui lui fournissent encore du travail.

Le métier n’est plus ce qu’il était.

Pourtant elle continue de courir, ma factrice sur son coursier.

Des clients, il n’y en a plus.

A part les mauvais payeurs et les contrevenants de la route qui sont avisés.

Pourtant si, je maintiens deux abonnements magazine, celui du volatile le mercredi et celui de Marianne le vendredi, par sympathie à l’égard de cette presse impécunieuse.

Le facteur ne sonnera bientôt plus du tout puisqu’en dix ans, le courrier s’est effondré de moitié.

Alors?

Faut-il se dépêcher de vieillir pour prendre un contrat « vieux » auprès de la Poste et recevoir la visite attentionnée de ma factrice?

Non, la solution découle de source: ne plus passer qu’un jour sur deux comme pour les poubelles ou alors aller chercher son courrier au bout du quartier.

Faire un grand barouf médiatique pour nous dire que La Poste est sauvée avec le pognon de la CNP, est-ce bien raisonnable?

vous aimerez peut-être mes autres articles plus anciens sur La Poste…

https://velomaxou.com/2018/05/02/la-poste-boomerang/

https://velomaxou.com/2013/10/02/la-poste-conviviale/

https://velomaxou.com/2012/03/14/avis-mortuaire-a-la-poste/

https://velomaxou.com/2017/11/29/calendrier-du-facteur-un-succes/

 

 

 

Eiffel d’optique

img_7445

C’est pas Eiffel, c’est Maurice Koechlin qui a conçu la Tour Eiffel.

Un scoop?

Non, pas vraiment.

C’est dans la commune de Buhl qu’on apprend que Maurice qui travaillait au bureau d’études de la société Eiffel a dessiné la tour.

Pas celle sur la photo située au giratoire de Buhl, celle de Paris.

Celle de Buhl est une pâle réduction en fer à béton.

Défense de grimper sur la tour dit le panneau communal.

Comment faire autrement, vu qu’il n’y a pas d’ascenseur?

img_7431

L’éclairage public sur piste cyclable, un must.

C’est à Cernay que la piste du canal va devenir une féérie nocturne.

Cette zone boisée serait-elle devenue anxiogène pour les promeneurs?

img_7435

Camping sauvage le long de la Thur.

Belle voiture mais tente un peu artisanale.

img_7440

Orschwihr entretient ses abords viticoles mieux qu’en ville.

img_7441
Ouvrez les grilles pour trinquer ensemble!
img_7452
Une devinette pour  la fin: où se trouve cette jolie demeure? admirez la tour vitrée dans la toiture.

Pas bézef

img_7427
Au pied du gros tilleul de Rammersmatt, une bouteille de vodka abandonnée. Vide bien sûr. L’œuvre d’un marcheur échappé du sentier botanique, sans doute…

Je savais que le temps n’incitait pas à la balade.

Je suis donc parti avec l’espoir secret que le temps allait tourner au vinaigre à la pluie.

Gagné!

Au bout de quinze kilomètres, la pluie s’invite.

Ô pas une grosse pluie, juste quelques gouttes éparses.

Pour mesurer le taux de pluie, je compte les gouttes sur le compteur qui fait 16 cm2.

Toutes les dix secondes.

Ça occupe.

Puis j’efface lestement du revers de la main.

Quand je n’arrive plus à compter les gouttes, demi-tour!

Je grimpe à Rammersmatt en quatrième vitesse, puis sous le gros tilleul j’enfile l’imper.

J’ai accompli ma plus courte balade de l’année sur route: 25 kilomètres.

C’est pas bézef comme aurait dit Khalîl Ibn Ahmad Al Farâhîdî.

Barda

IMG_0063.JPG
image Gérald C.

C’est toujours une période fébrile pour moi.

La préparation d’un voyage est d’abord une accumulation d’effets de d’objets où il faut arbitrer.

Ce que j’emporte et ce que je laisse.

Bien sûr, on peut partir la fleur au fusil.

Mais là, pas question.

img_7423
la préparation d’un voyage à vélo conduit à un amoncellement d’objets et d’effets qui me mettent dans l’embarras

Je me prépare à une razzia de cols transalpins à VTT au départ de Tende.

Sept ou huit jours en refuges itinérants.

préparer son itinéraire, c’est indispensable dès lors qu’on sort des sentiers battus

L’inconnue, c’est le temps qui est de plus en plus facétieux puisqu’il a neigé dans les Dolomites il y a deux jours.

Pas question de solliciter les secours à la moindre alerte comme c’est la mode aujourd’hui.

Il faut être équipé et pouvoir faire face aux aléas.

Nous serons une vingtaine mais je ne compte pas sur l’autre, c’est ma nature.

 

Hulot s’en va

Nicolas_Hulot_2015_(cropped)Le ministre de l’écologie Hulot déclare quitter le gouvernement ce matin sur France Inter.

Ouf!

Il tire les conclusions de cet invraisemblable attelage qu’il constituait avec des gens comme Stéphane Travers, ministre de l’agriculture, complètement en opposition avec les principes de l’écologie.

Finalement, Nicolas Hulot n’a jamais été meilleur que dans l’entertainment avec Ushuaia.

Qu’il y retourne!

Les potins du lundi

img_7407

La gare de Sentheim nous plonge hors du temps.

Revient-on cent ans en arrière?

Possible.

Il suffit d’attendre le train paisiblement pour comprendre comme le monde d’aujourd’hui a changé.

Les locaux ont été conservés avec soin comme si une mise en scène était imminente avec son chef de gare, ses contrôleurs de billets et bien sûr des voyageurs qui se rendent à la ville.

Le bureau du chef de gare est cosy, dirait-on.

On imagine Courteline.

img_7403

Rideaux à la fenêtre, horloge dont le tic-tac doit rythmer le temps qui passe, immuable, plumier, tampon encreur, machine à écrire et sous-main.

Je ne garantis pas l’authenticité de l’ensemble mais l’ambiance y est.

Et moi je voyagerais volontiers dans ce temps là.

img_7404

La salle d’attente sent bon l’encaustique et les peintures acryliques de Nadine Nette me ramènent soudain à la réalité.

Inaugurée le 30 juin 1869, la ligne de Cernay à Sentheim dessert la haute vallée de la Doller ; elle se poursuivait à l’origine jusqu’à Sewen. Après avoir eu à subir les conséquences des guerres de 1914-1918 et 1939-1945, sa fréquentation décline jusqu’à l’arrêt du trafic voyageur en 1967, elle est déclassée en 1973.(Wiki)

Aujourd’hui, la ligne de chemin de fer revit de Cernay à Sentheim grâce à l’association touristique Train Thur Doller

A mes lecteurs: lundi 3 septembre, pas de Potins du lundi, je serai en voyage.

 

 

Enfin!

img_7393
Et Dieu fit qu’il plût sur les Vosges

C’est plus fort que moi, dès qu’il pleut je suis content.

C’est comme une vengeance méritée sur le beau temps.

Sans aucun doute, je suis du nord et même du nord-est.

Cette saloperie de canicule va enfin nous quitter pour de bon, je l’espère.

Bon, ce matin j’ai pris la route avec 14°C.

14°C, c’est le nom de code de mon copain, celui avec qui je m’entends bien.

Dès le Soultzbach franchi, la flotte.

Excellent occasion de ressortir l’imper.

Il était tout fripé l’imper dans sa boite à outils et content de revoir le jour.

Quand les godasses ont commencé à faire glou-glou, j’ai pris la direction du retour, la goutte au nez.

Alanis

Tard dans la soirée, j’ai redescendu les Buissonnets.

J’ai encore l’air en tête ce matin de Head Over Feet.

Morissette, Morissette…ça me rappelle un peu les sandwichs alsaciens.

Mon fils, qui s’y connait pas qu’un peu, me l’a dit: « papa, Alanis Morissette, c’est une femme »

Quelle bourde!

Bon, je ne suis pas déçu du déplacement à la ferme-auberge des Buissonnets puisque j’y ai découvert un Tribute Band qui reprend des airs d’Alanis Morissette avec talent.

Ceux qui ne se sont pas déplacés pourront les revoir dans la région.

Ma culture musicale est à refaire.

Barbelé

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Qui s’y frotte s’y pique

En France on a d’abord utilisé le robinier faux-acacia le long des voies ferrées.

Louis Jannin en France en 1865  a déposé un brevet pour fabriquer un barbelé métallique.(wiki)

Je vous recommande l’histoire du barbelé dans Wikipédia.

Puis les Américains dans la conquête de l’ouest ont piqué le brevet pour contrôler leurs troupeaux.

On connait la suite.

Utilisé lors des conflits mondiaux, c’est un nouveau type de bétail qu’on encercle avec le barbelé: des êtres humains.

Pour freiner les migrations comme au Maroc ou plis récemment en Hongrie.

Avec les Mexicains, ça marche moins bien alors Trump aimerait un mur.

A VTT, se prendre un barbelé fait des dégâts.

Mieux vaut les éviter.

Je suis parti sous la chape de chaleur dans une méforme relative.

J’ai quand même grimpé sur les hauts de Leimbach en direction de Roderen.

A Roderen, j’ai pris la direction de la chapelle, puis j’ai poussé dans un sentier remblayé avec de la brique perforée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
de la brique perforée en remblai
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Hauts de Roderen, orageux sur la Forêt Noire

Descente à Bourbach.

Puis je grimpe en direction de Sentheim.

Je pousse, pas de guibolles.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
les hauts de Bourbach, vue sur Guevenheim

Enfin les hauts de Sentheim et son chemin de Croix.

La Vierge Marie m’accueille et me délivre gracieusement de l’ombre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Statue à la Vierge sur les hauts de Sentheim

Les enfants s’ébattent dans la Doller.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Sentheim

Après Sentheim, je gagne la chapelle des Bouleaux puis en traversant Guevenheim, je prends le camping de la Doller et je grimpe au barrage-réservoir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ma dernière grimpée, je débouche sur le barrage-réservoir dont le niveau est fort entamé

Retour à Thann.

trace GPS

Des poubelles dans le Ventoux

unnamed.jpg

Ils sont des milliers chaque été à gravir la route qui conduit au sommet du Mont Ventoux. Hélas, tous ne sont pas respectueux de cet environnement fragile. Aussi, 5 conteneurs spécialement conçus pour les cyclistes ont été installés sur le parcours.(France Bleu)

Personnellement, je trouve ça honteux qu’on installe des poubelles dans le Ventoux rien que pour des cyclistes.

8000 mille euros pour cinq poubelles.

Je suis de ceux qui ramènent leurs déchets à la maison.

A lire sur France Bleu

Le VAE entre dans la danse

flyer-10.jpg

Comme on pouvait s’y attendre, voici des VTT électriques invités à se joindre aux randonnées ouvertes au public.

C’est le cas de la Trans-Vosges Saônoises organisée le 2 septembre à Champagney.

Il est précisé en petites lettres sur le flyer « les 4 parcours sont ouverts aux VAE ».

C’est clair, on ouvre l’accès au vélo électrique pour ratisser un plus large public.

Moi ça me dérange qu’on propose un grand parcours de 67km et 1500 de dénivelé aux deux types de vélos confondus.

Imaginons une rampe où vous crapahutez avec votre vélo dans du terrain glaiseux et deux, trois, quatre VAE (voire plus) qui vous filent le train et trouvent que vous n’allez pas assez vite pour dégager le terrain!

Je sais comment ça se passe. Des vététistes à l’électricité, il y en a désormais plein le massif vosgien qui font des raids de 60 à 80 bornes sans difficultés.

Bon vent à la Trans-Vosges Saônoises.

Sans moi.

Pour sûr!

 

 

Prendre le train à cheval

image.jpg

En France, prendre le train avec son vélo est compliqué…et pas toujours bien apprécié.

En revanche en Autriche, emporter son cheval avec soi c’est possible.

Mais c’est une exception, parait-il.

Attention à la fermeture des portières!

Si le cheval est bien inspiré, il vous laissera peut-être un peu de crottin pour le jardin.

source

Les potins du lundi

EUR_200_reverse_(2002_issue)
Le pont Morandi, symbole de l’euro?

Je colle à l’actualité.

C’est une facilité pour notre source d’inspiration.

Les sujets ne manquent pas.

Ainsi un viaduc autoroutier, le viaduc Morandi, contre toute attente dit-on officiellement, s’est effondré avec ses voyageurs au-dessus de la ville de Gênes causant plus de 40 morts.

Stupeur et tremblements dirait-on dans un mauvais jeu de mots

Vous verrez, quand les juges vont détricoter les responsabilités hiérarchiques des uns et des autres, on aboutira à un lampiste. Relisez Amélie Notomb!

L’Italie, la dolce vita, les plages de rêve, la mozarella, la pizza, les pastas, son cinéma far-west spaghetti, son cinéma d’avant-garde, Vittorio De Sicca, comment ne pas aimer un pays qui parle avec ses mains!

Les accidents technologiques, puisqu’on les nomme ainsi, sont fréquents dans nos sociétés développées.

On serait presque blasés de ces drames à répétition et tentés de dire « c’est la faute à pas de chance ».

Ceux qui vont accréditer cette thèse seront tous les mis en cause qui vont défiler un à un devant les micros et les tribunaux.

Pour dire que tout était prévu et qu’ils ne pouvaient prévoir l’imprévisible.

201051.jpg
A vélo, on ne craint rien

A force on s’habitue

Pourtant ces drames humains qu’on nomme défaillances avec euphémisme sont en fait le résultat de compromissions où se mélangent habilement incompétence, cupidité et laisser-aller.

Un juge mettra des années à démêler le vrai du faux.

N’accablons pas l’Italie: on est capable en France de faire aussi mal.

DSC05159.JPG

Par exemple avec nos déraillements de trains, par exemple avec nos autoroutes dont la chaussée s’effondre sans prévenir…prions pour qu’une centrale n’explose pas!

DSC020301

Ni les lois, ni les normes, ni les règles, rien n’a pu éviter qu’un modèle capitaliste qui se goinfre avec nos péages conduise à cette catastrophe.

Les économies administrées et autocratiques ne font pas mieux, direz-vous.

Je pense à Tchernobyl en URSS…aux catastrophes ferroviaires chinoises, sans pouvoir citer toutes celles que l’on nous cache.

Dommage! car on ne peut pas trouver un modèle politique supérieur sur le plan de la fiabilité.

Des simples nids de poule, notre État impécunieux ne peut les reboucher. Alors des ponts, n’y songez-pas!

Sept pour cent de nos ponts seraient dangereux et trente pour cent en mauvais état.

Il suffit de ne pas y passer.

On pourrait suggérer que l’État invente un nouveau panneau routier pour les ponts intitulé « à vos risques et périls ».

La semaine fédérale sans fard d’Isabelle

DCIM100MEDIADJI_0142.JPG
Le cyclotourisme de masse tel qu’il se pratique à la FFCT (Epinal 2018). On dit qu’un ULM forcené a réussi à se poser sur le terrain d’aviation

Moi je n’y étais pas.

Isabelle, si!

Isabelle peut donc se prévaloir de refléter fidèlement la façon dont elle a perçu cette semaine fédérale de cyclotourisme qui vient de se tenir à Epinal.

Je vous le dis comme je le pense: je suis très content de n’y être pas allé.

Lisez Isabelle et le vélo!

PS: vélomaxou n’est plus membre de la FFCT

Thann-Reiningue-Roderen à VTT

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
passe à poissons sur la Doller

En mars 2018, j’avais déjà réalisé ce parcours à VTT qui consiste à rejoindre Reiningue au départ de Thann par le sentier des pélerins, puis à remonter les rives de la Doller jusqu’à Michelbach en empruntant le sentier des bunkers à Burnhaupt.

On peut relire ce récit ici et accéder à la carte ici.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
je commence par Lutzelhof
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Lutzelhof
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Quand le Club Vosgien n’a plus de haie pour soutenir son fléchage, il installe une pointe de diamant dans le sol
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
chapelle de Deckwiller sur site ancien village

J’ai consacré un billet aux villages disparus ici

Aujourd’hui je récidive avec une variante qui consiste à remonter la rive gauche de la Doller depuis Reiningue.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
je prends la rive gauche à Reiningue

On passe derrière l’abbaye de l’Oelenberg, on traverse le Klostermuehlenbaechlein et sa passe à poissons toute neuve.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
elle a de la gueule notre abbaye de l’Oelenberg

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
les vestiges de 14-18 sont enfouis dans la verdure
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
on traverse le Klostermuehlenbaechlein ici

Puis on longe comme on peut le cours d’eau dans une forêt de Renouée du Japon.(à propos des plantes invasives)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
dans la jungle de Renouée du Japon

On côtoie plusieurs bunkers de 14-18 puis il faut se rendre à l’évidence: impossible de progresser plus loin au lieu-dit Hauserwald là où la Doller fait un angle droit au km 19 de mon parcours.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
vestige imposant de la guerre 14-18, front allemand face au Territoire de Belfort

Pourtant cette falaise de la Doller, je l’ai parcourue ici en 2017 en longeant la butte du Hauserwald. Y aller avec précaution!

Je reviens sur mes pas et je traverse Schweighouse.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
sans le triangle rouge, le câble est quasi invisible
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
gué sur la Doller
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
traverser Schweighouse

Je monte au relais hertzien et je rejoins le barrage réservoir de Michelbach.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Michelbach

Je termine par la grimpée du Hohacker et à Roderen, je rentre à Thann.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Bodenmatten à Roderen. L’arboretum se visite à pied en une heure.

Assez pour aujourd’hui.

trace GPS

Non à la ComCom!

img_7368
Guevenatten dit non à la ComCom. Pourquoi?

Je pars à 8h30 ce samedi.

Une façon pour moi de libérer mon après-midi en m’accordant par exemple une sieste.

C’est toujours mes premiers kilomètres qui sont problématiques; c’est parait-il là qu’on nous compare au diesel ou à la locomotive à vapeur qui prennent du temps à chauffer.

img_7366
Quand l’auberge apparaît

Pour forcer le mouvement, je m’offre le petit raidart de Roderen à Rammersmatt.

C’est une façon de resquiller la grimpée de Rammersmatt par Leimbach.

A Lauw, je prends la Seigneurie, puis Petitefontaine et Lachapelle.

Bellemagny, Saint-Cosmes, Bréchaumont, Traubach-le-Haut, demi-tour.

La flemme d’aller jusqu’à Dannemarie.

img_7367
En haut de Traubach, Guevenatten; l’image me plait sur fond vosgien

A Guevenatten, je veux savoir.

img_7369
ici on vend des belles mirabelles

Je veux savoir pourquoi cette chouannerie s’empare des habitants.

Le monsieur qui vend ses mirabelles me dit tout.

Intégrés à la communauté de communes de Dannemarie, la taxe d’assainissement devrait bondir de 300%.

Pourquoi?

Parce qu’il faut construire des stations d’épuration partout où il n’y en a pas…alors que Guevenatten a financé elle-même sa station roselière. Elle ne veut pas payer pour les autres.

img_7371
les mécaniciens poussent les feux de la locomotive à Aspach

TriRhena, ils sont arrivés

39306733_2186186048306554_295024636456861696_n.jpg
Image CCK

Les deux premiers participants au raid TriRhena 1000 sont arrivés à Mulhouse.

Christophe Wolf et Régis Krust.

Ils ont bouclé les 1000 kilomètres de l’épreuve en 53 heures.

Partis le 15 août à 7 heures, ils sont arrivés le 17 à 12 heures.

Un exploit, sans aucun doute.

TriRhena 2018, abandons massifs

39077885_493810421080087_2896533881521963008_o
repos au contrôle de Châtenois km 602 (image Gilles Esselin)

On compte déjà 21 abandons à l’issue de cette deuxième journée consacrée à ce TriRhena 2018 organisé par le Cyclo Club Kingersheim.

Il faut dire que ce raid à vélo est vraiment difficile puisqu’il comporte 1000 kilomètres et 18000 mètres de dénivelé.

A Châtenois au kilomètre 602, les premiers engagés sont passés à partir de 13h18 avec Christophe Wolf dossard n°50

Sur les 68 participants ayant pris le départ, il ne reste donc plus au contrôle de Châtenois (Haut-Rhin) que 47 concurrents…où tous ne sont pas encore arrivés …

L’organisateur de l’épreuve, Pascal Bride, a annoncé sur Facebook qu’il renonçait sur ennui mécanique et suite à un début de tendinite au bout de 500 kilomètres.

J ai voulu y croire mais, même si mes jambes étaient pas trop mal sur ces 24 premières heures, j étais total épuisé sur le sommeil et la concentration….Mon corps n a pas mis longtemps pour me rappeler que je n étais pas en bonne condition générale et j’ ai dû anormalement faire des pauses sommeil à peine après 16h de vélo,ce qui n est pas logique au vu de mon passé Ultra (Pascal Bride qui a du abandonner)

…et incident mécanique sur une jante carbone « Pour faire simple ,je me suis retrouvé sans freins avant dans la descente du Schauinsland ce matin vers 9h…et ma jante carbone quasi ouverte si j avais donné un seul coup de patin de plus…!!!« 

Balade de 15 août à VTT

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
chapelle Sainte-Thérèse Steinbach

Aujourd’hui, jour de 15 août, tour de chapelles à VTT.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Je quitte Thann de bonne heure et de bonne humeur. Les canards accourent, je suis reconnu. 

Je commence par monter à Waldkapelle.

C’est le plus dur.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Waldkapelle, carrefour de randonneurs bien connu

Puis je redescends à Silberthal.

Je m’arrête en passant à une cabane de chasse fort bien dotée au plan cuisine.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
cabane de chasse Silberthal

Au Silberthal, j’observe les trois randonnées minières à faire à pied.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Trois randonnées dans le vallon minier de Steinbach

Puis je grimpe à la chapelle Sainte-Thérèse construite par de jeunes gars en souvnir de leurs copains incorporés de force. Le texte dit qu’ils l’ont construite en douce avant que le clergé la baptise…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
J’ai poussé le vélo jusqu’à la chapelle Ste-Thérèse

Je redescends à Silberthal.

Puis je contourne Steinbach et je file à Uffholtz.

Parallèle à la route du Vieil Armand, la chapelle Saint-Antoine.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
chapelle Saint-Antoine Uffholtz

Je remonte dans le vignoble de Cernay et je contourne la chapelle Saint-Morand.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
chapelle Saint-Morand Cernay ou Steinbach

Enfin, pour finir, je passe devant la chapelle Notre-Dame de Birlingen.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
chapelle Notre Dame de Birlingen

C’est tout pour aujourd’hui?

Non y’a encore la chapelle des Eaux de Cernay

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
chapelle des Eaux de Cernay (gag)

Je rentre par le sentier de la Thur sauvage.

trace GPS

Où est la place du vélo en ville?

Le vélo en ville. Jusqu’où?

Ce billet reprend la plupart des thèmes de l’émission de France Inter

Le débat de midi

Le vélo, petite reine ou dictateur du milieu urbain ?

Interlocuteurs en présence:

Isabelle Lesens, cyclologue

Olivier Schneider, secrétaire de la FUB

Mathieu Flonneau, maître de conférences en histoire contemporaine

Le vélo en ville est-il la petite reine tant attendue ou le méchant dictateur de nos mobilités?

A force de tourner en rond, on commence à se poser la question.

Quand je dis « on », je pense aux élus, aux décideurs et aux militants de la cause du vélo en ville…et aussi bien évidemment aux usagers du vélo eux-mêmes.

Du coté national, la cause semble entendue: on ne peut rien attendre d’un Plan Vélo vide de sens.

Isabelle Lesens dit regretter l’absence de rupture avec le passé tout en constatant des mesures floues d’accompagnement loin de conduire le vélo à une part modale de 15 à 20% en ville.

Il est vrai que la France patine depuis vingt ans au moins avec 3% de part modale dans la plupart de ses grandes villes, à l’exception de Strasbourg.

Du coté de la Fédération des Usagers (FUB) on continue d’espérer…et de vouloir accompagner les Collectivités pour la création de réseaux cohérents de pistes cyclables, en dotant les villes de moyens contre le vol de vélo, et en systématisant l’apprentissage du vélo dans les écoles.

Mais le nerf de la guerre des politiques publiques, c’est l’argent.

Bercy freine des quatre fers pour déverrouiller par exemple l’Indemnité Kilométrique Vélo (IKV) à ceux qui souhaitent aller au boulot à vélo plutôt qu’en voiture.

Pour Mathieu Flonneau, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, si le vélo joue un rôle dans le bouquet des mobilités, il ne faut pas en attendre la panacée. Selon lui, la pédagogie repose depuis vingt ans sur un échec très large en France du report modal des mobilités en faveur du vélo.

Devant ce mur écologique, cette transition « mobilitaire », des tensions très larges apparaissent autour de ce bouquet de mobilités: la culture vélo a des limites qu’il ne faut pas nier.

Il y a des tensions, des inerties, des chemins de dépendances qui font que Strasbourg aura de la peine à atteindre 15% de part modale ajoute t-il.

Pour Olivier Schneider de la FUB, l’interrogation reste sans réponse: pourquoi, dit-il, 80% des gens veulent plus de pistes cyclables alors même que seulement 3% des usagers utilisent le vélo en ville? l’inconfort des ouvrages?… la dangerosité de l’environnement?…

La FUB revendique des efforts dans le domaine des comportements (?) et sur les infrastructures….comme par exemple imposer l’effort physique.

Agir sur les comportements n’est pas simple dès lors que l’automobile omniprésente n’a jamais autant eu le vent en poupe d’un point de vue culturel et que les démocraties libérales n’ont nullement l’intention de peser sur les choix économiques

L’automobile a t’elle été une intruse dans la ville? s’interroge Mathieu Flonneau

Non!

Au contraire, il y a eu co-construction de l’espace urbain en facilitant des trajets domicile-travail plus longs éloignant les populations des villes et transformant les modes de vie.

Ce qui parasite le débat, c’est que beaucoup de centre-ville ont changé d’affectation en devenant touristique. De ce fait les mobilités pour le vélo deviennent plus légitimes dans l’hyper-centre.

Mais le vélo perd rapidement sa légitimité dès lors que les agglomérations s’allongent.

La piste cyclable deviendrait alors plus utile dans les périphéries non conçues sur le mode « revanchard » de l’automobiliste.

Il ne faut donc pas essentialiser les comportements et nier l’intermodalité conclut-il.

Comme on le voit, les théoriciens du « tout-vélo » en ville sont loin de convaincre.

Les décisionnaires urbains sont aussi imprégnés de doutes.

On les comprend dès lors que la conception des inter-modalités est devenu un casse-tête insoluble où les enjeux divergents parasitent le débat.

 

 

TriRhena, du vélo hors norme à Mulhouse

Le Cyclo Club Kingersheim renoue cette année encore avec son raid TriRhena 1000 km  lors du grand week-end du 15 août.

Un raid hors norme comme se plait à le rappeler son promoteur Pascal Bride.

Doté de 1000 kilomètres et 18.000 mètres de dénivelé, ce parcours exigeant qui chevauche France, Suisse et Allemagne autour du Rhin supérieur réunira cette année 74 participants dont 3 femmes.

Ce n’est pas une course, mais des délais sont imposés.

Pascal Bride se lancera lui-même dans ce défi comme les années précédentes.

Parallèlement, il existera simultanément un Trirhena « light » comportant aussi 1000 kilomètres avec « seulement » 12.000 m de dénivelé.

Parmi les régionaux, Jean-Marie Landherr de Wattwiller déjà finaliste en 2017.

Pour tout savoir sur Trirhena 2018

Page Facebook

565 VAE à Mulhouse

Mulhouse a choisi les vélos Arcade fabriqués en Vendée pour équiper sa flotte de vélos à assistance électrique (VAE)

L’agglomération mulhousienne (M2A) a choisi de proposer à la location 565 vélos à assistance électrique à ses habitants.

Le journal local l’Alsace y consacre une pleine page ce matin (14 aout 2018)

Mulhouse dispose déjà de son propre réseau de vélos en libre service Vélocité

Elle complète son offre avec des vélos à assistance électrique louables chaque mois au prix de 37 euros.

Cette offre est destinée particulièrement au trajet domicile-travail des personnes n’ayant que cinq à dix kilomètres à parcourir. Les retraités semblent aussi intéressés par ce nouveau mode de déplacement.

Les vélos sont fabriqués par la société Arcade Cycles basée en Vendée.

Pour louer, il faut s’adresser à Médiacycles, gare SNCF de Mulhouse (0389452598).

Caution de 800 euros.

Il reste à ce jour 126 VAE disponibles.

Les potins du lundi

img_7334
Découvrir un chemin à vélo

Je m’étais égaré sur un chemin de liaison entre deux villages.

Un chemin, allez comprendre pourquoi, qui manquait de goudronnage à mi-parcours…comme si ces deux cents mètres de linéaire vicinal n’appartenait à personne.

Allez comprendre pourquoi!

Ce sont les hasards de mes pérégrinations qui me font découvrir des itinéraires jusqu’alors inconnus de moi.

La France est parait-il championne en chemins et routes.

Un million de kilomètres!

Et beaucoup de nids de poule depuis que la France des champs coute trop cher à nos princes.

Le tracteur vient vers moi tandis que les génisses dans le pré se mettent à presser le pas à l’annonce de l’arrivée du patron.

D’un geste adroit le paysan déverse quelques centaines de kilos d’ensilage de maïs à ses bêtes qui n’ont plus d’herbe depuis trois semaines.

Puis il arrête son moteur et l’on bavarde.

M’arrêter et échanger avec d’autres; mon vélo est un trait d’union entre ceux qui ne se parlent plus beaucoup tant les occasions manquent.

Ceux dont on dit souvent du mal, qu’on accuse de polluer la planète.

Ce paysan là va s’arrêter et prendre sa retraite.

Le lait?

Inutile de s’entêter! dit-il

D’autres font beaucoup mieux dans l’est de l’Europe ou en Nouvelle-Zélande.

En plein mois d’août, il commence déjà à entamer ses réserves de l’hiver, alors…

Alors, me dit-il, on ne fera plus de lait…et à la place on sèmera des céréales, celles avec lesquelles on nous accuse de polluer!

Sinistre perspective.

Cent soixante neuf

img_7348
Houppach

C’est quand je donne un rapide coup d’œil au cardio que je prends conscience de mon inconscience.

Stop!

Deux cyclos devant moi qui grimpaient le Schirm.

C’est dans mes gènes, je m’accroche derrière.

Au dernier kilomètre, j’ai levé le pied.

Trop fort pour moi.

Bon, je me tâte de partout, je suis toujours en vie.

C’est la peur rétrospective.

Je rétrograde. Je me suis toujours demandé comment ça fait, l’accident cardiaque.

On doit tomber part terre brutalement dans un sourd cliquetis de ferraille.

J’y pense et puis j’oublie.

Le col est là et je me laisse descendre à Bourbach.

Des cohortes de cyclos font la pause au carrefour.

Je grimpe le Hundsruck en douceur.

J’emprunte le beau tapis neuf jusqu’à Bitschwiller.

Pas de marquage.

Pour un peu, on se laisserait entraîner par dessus  la rambarde dans les virages serrés faute de ligne blanche annonciatrice de la courbure.

Je stoppe tout net avant d’atteindre la vallée.

La dame prend son compagnon en photo sur fond de coteau, chacun de part et d’autre de la chaussée.

Ils sont confus de cet excès de zèle.

Mais c’est tellement beau de voir des cyclos amoureux de la montagne.

Aujourd’hui, ils étaient nombreux à découvrir le beau bitume neuf.

169 pulsations, c’est évidemment trop pour moi.

Je déraisonne.

C’est pour ça que je porte ma ceinture, pour faire stop avant.

C’est quand y’en a trop….

dsc09347
Défilé cycliste, c’est quand y’en a beaucoup que l’automobiliste devient fou

Pour une fois, je me contenterai de recopier Facebook.

Ce réseau social est un excellent reflet de l’opinion des gens et des automobilistes en particulier vis à vis des cyclistes.

Sans filtre.

La Semaine Fédérale de Cyclotourisme qui se déroule à Epinal permet aux automobilistes de se défouler et de dire leur ressenti à la suite de l’envahissement de leurs routes par plus dix mille cyclistes.

En temps normal, les Vosges comptent à peine plus que quelques centaines de cyclistes et le principe de déplacement dans cette région rurale, c’est le tout voiture.

C’est quand y’en a trop que ça dérange comme disait un ancien ministre de Sarkozy.

Extraits de réactions parues dans Facebook le 10 août 2018…

C’est normal, ils ont en moyenne plus de 65 ans, et on eut le permis à une époque où certaines règles passaient par dessus leur tête… Bref, digne d’un permis dans un paquet de Bonux… Aujourd’hui, ce sont ceux que l’on retrouve à 70km/h sur les routes avec une limitation à 80 !!!

Honteux!!!! Ils font n importe quoi…. pk les faire venir en centre ville??????

Intolérance quand tu nous tiens! 😂 franchement dur à lire vos commentaires ! Même s’il y a des infractions au code de la route je trouve ça génial de pouvoir voir autant de personnes, surtout de cet âge, prendre le vélo pour aller découvrir nos superbes paysages vosgiens… c’est une belle vitrine pour le département… mais bon.. il faut voir un peu plus loin que le bout de votre nez…enfin de votre capot!

Oui une vrai plaie ces cyclotourristes… on en bouffe tous les jours en peripherie d epinal..

Il nous font chier et ne pense pas à ceux qui travaille il s arrête en plein milieu des rond point et il se croit seul sur la route
les lois de circulation sont les mêmes pour tous sauf pour eux trottoirs rond point rien à faire !!
Remiremont ,Gérardmer , Bruyères,Épinal et Vittel le bazar partout et ,on nous dit que les Vosgiens ne sont pas acceuillants
Toujours en train de se plaindre ces Vittelois, après on dit que ça ne bouge pas à Vittel
Jsuis d’accord mais j’ai roulé toute l’aprem et ils me doublaient par la droite c’est un peu dangereux quand même ^^’
Mais traverser de Golbey jusqu’au Decathlon d’Épinal derrière eux là ça fout la haine mdrr
Il paraît que les cyclistes mangent les enfants,pillent les tombes et violent les femmes aussi….
vivement qu’ils partent !!!!!!!!!!!!!!!!
Que les Vosgiens se rassurent, la Semaine Fédérale ne revient en moyenne dans une même région que tous les vingt ans!

Epinal: des cyclos pas réglos?

Epinal, une semaine cyclotouriste controversée

La semaine fédérale de cyclotourisme qui se déroule actuellement à Epinal ne fait pas que des heureux.

La population semble découvrir un mouvement cycliste envahissant sans en comprendre forcément le sens.

Lu sur Facebook…

Que font-ils là?

A quoi ça sert?

Pourquoi ici?

Ils vont rester combien de temps?

D’autres plus perfides interrogent…

« comment des octogénaires osent-ils venir faire du vélo en pleine canicule? »

Bref, le grand raout de la Fédé de Cyclotouriste (FFVélo, ex FFCT) censé valoriser le cyclotourisme de masse semble rater son rendez-vous annuel dans les Vosges.

Mais la semaine n’est pas terminée…

Il n’y a pas de quoi se réjouir de telles réactions car le cycliste de loisir a au contraire besoin de valoriser son image.

Déjà les années passées on sentait que la grande messe des fervents de la petite reine dérangeait dans les bourgades et les chefs lieux de canton.

En cause la trop grande masse de cyclistes – 12000 dit-on – concentrée en un seul point.

Contrairement à l’Ardéchoise, l’autre rassemblement cyclo-sportif, qui a lieu chaque année en Ardèche, la FFVélo ne bénéficie pas de ce capital sympathie qui associe toute une population au vélo avec des relais puissants sur le terrain au niveau des communes et des associations.

La Semaine Fédérale doit à chaque fois roder ses équipes puisqu’elle se tient à chaque fois dans un lieu différent.

En 2019, ce sera Cognac.

On avait déjà vu dans les réseaux sociaux depuis le début de la semaine un certain mécontentement s’exprimer dès le lundi quand les automobilistes se rendant au boulot ont du faire face à des encombrements inhabituels dans les rues d’Épinal, préfecture des Vosges.

Cette fois, c’est le journal Vosges Matin (8 août) qui dans un article intitulé

Des cyclotouristes pas très respectueux des règles

constate le comportement de cette population à deux-roues venue de tout l’hexagone et de quelques pays voisins…

Sens interdits empruntés par les deux-roues, feux rouges grillés, non respect des cédez-le-passage et stops ou bien circulation sur les trottoirs ne sont qu’un petit florilège des règles bafouées par certains adeptes du vélo.

…et d’ajouter:

Mais la palme revient à quelques cyclotouristes qui, peut-être par mégarde, ont été surpris en train de circuler sur la RN 57 !

Encore une fois la FFVélo va devoir se poser la question du devenir de sa formule qui consiste à rassembler autant de cyclistes au même endroit sans mesurer tous les inconvénients qui en résultent.

Si l’argument économique satisfait le commerce local et les institutions – on parle de 5 millions d’euros de retombées – du coté de l’acceptation de la population, ça coince sérieusement.

article en relation

 

Le lavage vélo selon Karcher

600x600-136311_14961307342964

150 euros, contient 4 litres d’eau et se branche sur l’allume-cigare pour recharger la batterie lithium.

Je ne dirai rien mais je n’en pense pas moins.

voir ce qu’en pense Top Vélo ici

Fritz, le fou du cirque

dsc00276
on débarque Fritz

En 1902, le cirque Barnum s’apprête à donner une représentation à Tours.

Les animaux voyagent sur la Loire.

dsc00274
il est majestueux Fritz

Fritz devient subitement fou.

dsc00272
Fritz sur son lit de torture

Il finira étranglé.

(collection sur plaques de verre)

Au revoir le vélo! bonjour le VAE!

xff52659bb95377f3967fb03b696601649206455b.jpeg.pagespeed.ic.hZ0QBRUBvK
VAE Ikéa. Va t-on acheter un vélo avec ses meubles?

Vélomaxou vous l’annonce en exclusivité: la mort du vélo est pour bientôt.

Tant mieux!

Non, je ne plaisante pas.

Ne pleurons pas, mes amis, adeptes de la route, de la montagne et des chemins.

Non, je ne suis pas victime d’un coup de chaleur.

Oui, bientôt nous parlerons du vélo au passé.

Pourquoi pas!

On se réunira le soir à la veillée pour évoquer le bon vieux temps.

Celui de nos épopées célestes parmi les ballons vosgiens ou même nos tribulations le long de la plaine du Rhin.

Le Tour de France sera enfin devenu une ringardise, rangé au rayon des antiquités, visité par les tour-opérators avec le Mont-Saint-Michel, la Tour Eiffel, le saucisson, le béret basque et la baquette.

Le Tour de France a fait beaucoup de mal à l’image démocratique du vélo. Son élitisme a privé des générations entières d’un moyen de locomotion simple, économique, non polluant et bon pour la santé. Contrairement aux Pays Nordiques où le vélo est plébiscité dans les grands centres urbains.

Ne me dites pas que vous n’avez rien vu venir…

Mais si, on en voit partout.

Ce matin France Inter en faisait sa une.

Des types grimpaient le Galibier, comme ça, pour la frime, sans l’once d’une appétence quelconque pour le vélo.

« Oui, on a vu ça dans un magasin au pied de la montagne » disait le monsieur

« …c’était 50 euros la journée, alors ma femme et moi on n’a pas hésité. »

Le Vélo à Assistance Électrique (VAE) représentera un vélo sur deux vendus en…2025.

2025, c’est demain.

Il ne faut pas se voiler la face: en 2005, il se vendait 3900 VAE, en 2016…102000, et en 2017…255000!

Bon ne chipotons pas, si vous voyez venir en face de vous un ou une cycliste qui pédale un peu « carré » (qui ne soigne pas le passage des points morts (en bas et en haut du cycle de rotation) avec un vélo qui file à bonne allure, c’est un VAE.

Il ne faut pas s’en offusquer: si vous êtes rattrapés par trois compères un peu enveloppés qui sortent de l’auberge du Grand Ballon, à coup sûr ils chevauchent des VAE et vont faire tous les troquets de la route des Crêtes jusqu’à la Schlucht avant de redescendre frais comme des gardons au camping de Xonrupt.

Un p’tit coup de Molkenrain en passant?

Ne pleurez pas mes frères, l’heure des compétiteurs à vélo se termine.

Le vélo musculaire va mourir de mort lente.

Ne pleurez pas mes frères, nous y viendrons tous un jour

Ceux qui vont pouvoir enfin souffler, ce sont tous les militants du vélo en ville qui s’escriment depuis des décennies pour négocier des plans vélo, des double sens cyclables, des tourne à droite au feux, des sas aux intersections et qui manifestent à chaque nouvelle place de parking construite.

Du coté des vélocistes, ça regimbe un peu. Certains trainent les pieds. Pourtant le vélo haut de gamme se vend moins bien qu’un vélo électrique, et pour cause: l’acheteur n’y connait souvent rien!

A l’instar de Décathlon qui vend ses VAE comme des petits pains.

Les cycles Mannheim de Vieux-Thann en profitent pour exposer à la Semaine Fédérale de Cyclotourisme (Epinal) des VAE; il est vrai que la FFCT va jouer son va-tout si elle veut conserver encore un peu ses plus vieux adhérents.

Serge Mannheim sent le vent du vélo de course tourner. Il a conçu ce VAE avec discrétion au point qu’on pourrait s’y méprendre. (voir mon essai)

Avec la montée en puissance du VAE en ville, le match est gagné.

Le VAE, c’est d’abord le vélo utilitaire, de voyage, de balade…puis celui du VTT.

Les chiffres sont là pour en témoigner: Plus de 255 000 VAE ont été vendus en 2017, ce qui correspond à un volume de ventes doublé par rapport à 2016. Les ventes de VTT à Assistance Électriques atteignent 35 340 unités. (source Volto Vélo)

Enfin une nouvelle sociologie du vélo va naître.

Exit les coureurs du dimanche, exit les cyclo bodybuildés du dimanche, exit la FFCT ringardisée.

Il faut l’admettre, l’image du vélo de compétition va voir son étoile se ternir et c’est tant mieux.

Nos sinistres ministres vont être dépassés par le phénomène sociétal alors qu’ils sont incapables de boucher les nids de poule des chaussées et de concevoir un plan vélo.

Même Decaux a perdu la bataille avec ses Vélibs!

Ceux qui à partir d’aujourd’hui se mettent au vélo sont majoritairement des adeptes de VAE. Ils vont peu à peu peupler nos villes et nos campagnes.

Vous pouvez me croire, j’en vois chaque jour.

A VTT, et aussi en ville.

Cette nouvelle population cycliste semble complètement ignorante de nos pratiques, elle s’en défie même. Nul besoin de cycliste en lycra ou de maillot bariolé.

La tenue est civile et banale…presque de mise.

Un nouveau genre de vélo est en train de naître.

Pourra t-on encore parler de cyclisme?