190 watts au test d’effort


l’effort du cycliste, un risque calculé à ne pas dépasser

Inquiétante déclaration du médecin fédéral de la Fédération de
Cyclotourisme, François le Van en janvier 2011: « Avec l’âge et la surcharge
pondérale…le cyclotouriste est plus exposé que le sédentaire car
il s’entraîne constamment, et le jour où survient l’accident, les
conduits sont bouchés à 90% et il fait un infarctus massif »

(Cyclotourisme N°598 janvier 2011).

Cette déclaration aussi pertinente et éclairée soit-t-elle a dû décourager plus d’un cycliste et certains ont préféré le canapé devant la télé au vélo.

Cela dit faire des efforts à vélo sans surveillance médicale périodique est à déconseiller. Chaque année je vois un cardiologue et nous sommes nombreux à le faire. C’est d’autant plus nécessaire qu’habitant une zone montagneuse, la grimpée des cols est éprouvante pour le système cardio-vasculaire.

Un coureur cycliste dans le Ventoux développe jusqu’à 400 watts. Au-delà de ces 400 watts, les experts de la chose considèrent qu’il y a un doute…

Un cyclotouriste sur le plat n’a besoin que de 70 watts pour se déplacer. On est donc loin de consommer l’équivalent du moindre moyen motorisé puisqu’un VAE appelle 250 watts à pleine puissance. On peut donc très bien se déplacer avec 4 fois moins de watts et juste avec sa force musculaire.

Ce petit préambule étant posé, il faut rester zen, je ne suis pas un superman du vélo et je ne l’ai jamais été.

Habituel test d’effort cardiaque sur un vélo d’hôpital ce matin.

D’année en année, ma performance décroît. En 2007, j’atteignais 235 watts au pédalage. A présent seulement 190 watts.

190 watts, c’est un quart de cheval-vapeur pour ceux qui s’interrogent. C’est la puissance que je peux encore développer en plein effort. Pas longtemps!

Bien entendu, en prenant de l’âge, la capacité cardiaque décroît aussi. Aujourd’hui, à force de charger la puissance appelée palier par palier sur la machine, à 146 pulsations j’ai décroché au 6eme palier. Il faut admettre que pédaler sur un engin qui n’est pas confortable ne permet pas d’exprimer son potentiel optimal. Je cherchais une meilleure position de pédalage mais c’est impossible, on est assis debout. Tout est inconfortable, même la selle. On a l’impression d’être sur un vélo hollandais. Je ne cherche pas d’excuses mais je sais sur mon vélo, je saurais faire mieux.

Le Groupe Hospitalier (GHRSHR) de Mulhouse est une vaste structure à malades

Appelé « Moenchsberg », rien que pour y accéder sur les hauteurs du Rebberg, il faut affronter les embouteillages de la ville, puis se livrer à un jeu de piste dans l’immense hall d’entrée. Cette année le plateau technique avait déménagé au second étage et j’ai dû chercher avant de revenir au point de départ et me renseigner. La lecture des panneaux de signalisation, urologie, cardiologie, chirurgie viscérale, thoracique, oncologie suffit à vous plonger dans un univers irréel et dramatique où l’on côtoie les habitués impassibles que sont les employés et les ambulanciers et de pauvres hères hagards trainant leur chariot d’oxygène ou de perfusion. L’un d’eux m’interpelle « ausgang? » en me montrant l’ascenseur…« ya, ausgang! »

Entré avec un tension de 15/9 à force de déambuler dans les couloirs et de chercher le plateau technique de cardio, j’ai cru manquer l’heure de rdv. Puis une fois en place, j’ai dû attendre mon tour pendant 25 minutes.

Bref j’ai démarré avec un handicap de tension haute. Par la suite, les praticiens discutaient entre eux et ça ma déconcentré.

Je ne sais pas si j’y retournerai dans deux ans.

Comme je m’y attendais, mon cardiologue a été plutôt surpris de ma décision de faire de la course à pied, sans toutefois me l’interdire. Il a pointé l’arthrose possible…je lui ai répondu que le mal était déjà fait.

7 réflexions sur « 190 watts au test d’effort »

  1. Mon dernier test d’effort :
    J’arrive dans la salle sans attendre, je règle ma hauteur de selle habituelle avec mon mètre ruban.
    L’assistante du cardiologue arrive, baisse la selle de 10 cm pour m’obliger à pédaler comme un canard sur une corde à linge, me connecte à des électrodes et me laisse seul non sans avoir précisé : « surtout ne pédalez pas tout de suite ! »
    J’avais oublié de lui dire que j’étais venu à vélo en pédalant fort.

    J’aime

      1. Je pense surtout qu’elle règle la selle à l’estime après un coup d’œil à la personne sans savoir que le patient cycliste que je suis connait sa hauteur de selle optimale.
        D’ailleurs, lequel d’entre vous est capable de régler la selle d’un vélo autre que le sien à coup sur avec un mètre ?

        J’aime

  2. Bof… je n’ai jamais fait de test d’effort et ne prévois pas d’en faire.
    Sur le vélo, je ne risque pas d’en faire trop… suis trop faignant pour ça 🙂
    Bon wekend
    Charles

    J’aime

  3. Rassure toi Max, la France décline, nous aussi, pour ma part : 335 W en 1997, 240 en 2012, 200 en 2019 et aujourd’hui, ça a encore baissé, la vitesse de mon vélo me le dit. Ainsi va la vie ! ! ! Bonne santé pour cette fin d’année !

    J’aime

    1. Je ne sais pas à quelle vitesse je roule maintenant, ni à quelle vitesse je roulais jadis, car je n’ai jamais voulu de compteur sur aucun de mes vélos.
      Je sais tout au plus combien de temps j’ai roulé (à plus ou moins une heure) car j’ai toujours une montre au poignet.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :