Mois : janvier 2021

Ollwiller à VTT

départ dans un froid humide et glacial

Sympa le parcours! Je présume que mon parcours a plu puisque tout le monde semblait content au retour. Même crottés jusqu’aux os!

Avec mon club Etoile 78 de Vieux-Thann que je vous encourage à rejoindre, nous avons parcouru un circuit d’hiver, c’est à dire pas trop pentu et pas trop boueux. Je l’avais déjà éprouvé en septembre 2020 ici.

A mi-parcours on une montée sur chemin pierreux

https://www.openrunner.com/r/12017745
Jeremy grimpeur né!
Sébastien en plein effort
A la fontaine, repos! on peut fumer
Des confrères CCK croisés en chemin

Pluie et vent

Pas d’amélioration du temps cet après-midi, même si un rayon de soleil m’a encouragé à quitter la maison. Dix minutes plus tard, la pluie est revenue du fond de la vallée.

J’ai remonté le cours d’eau pour regarder les flots charriant boues et bois. A Bitschwiller, j’ai pris le Plan Diebold. J’ai regardé les bûcherons venus de Bussang mécanisés lourdement. La grande trouée dans les sapins va offrir une vue plongeante sur le village pendant quelques années, le temps que la forêt reprenne sa place.

Au Plan Diebold (68/600), j’ai pris la descente par le Steinby. Tous les cent mètres, des arbres couchés en travers de la route. J’ai joué à saute-mouton.

Voir toutes les images

Capitale

Avec un vent de 33km/h SSW, je savais à quoi m’attendre pour le retour

Une fois arrivé au chevalement de Wittenheim, je n’ai plus qu’a contourner la capitale. J’ai la mémoire des itinéraires secrets, ceux qui évitent les pièges de la circulation. Sauf le grand rond-point du Kaligone qu’il faut savoir négocier avec tact et confiance. Dans ces grands trucs là soit on a la chance de s’insérer sans s’arrêter soit on ne l’a pas, la chance. Dans ce cas il faut souquer ferme pour redémarrer et ne pas se faire cisailler par un sortant. Tout un art consommé!

Neige du Sundgau

Hivernal

Une fois sur les hauteurs de Sentheim, je m’arrête Et je contemple ce beau paysage de neige.

Soppe-le-Haut
Il m’a manqué 2km pour faire un compte rond, alors j’ai fait un peu de rab en arrivant dans les rues de la ville . Complètement à la masse!
Un travail cardiaque habituel, mais je modère dans les côtes avec l’âge. Il faut garder de la mesure. Au bout de deux heures et demi, j’en ai assez

Température: 0/1°C

Bloup-bloup-bloup

C’est un Marathon Plus de chez Schwalbe. Une référence!

Ce matin, il faisait « bloup-bloup-bloup » comme si j’avais ramassé une merde de chien autocollante. Non, c’était le pneu qui a rendu l’âme. Il n’a pas explosé et je pense tenir quelques jours le temps d’en obtenir un neuf.

Curieusement, la bande de roulement est loin d’atteindre sa fin de vie. Mais je pardonne à Schwable: je n’ai jamais crevé avec ce pneu et il a au moins dix ans de bons et loyaux services. Je l’estime à 20.000 km!

Aspach-le-Haut (croquis)

Travailler la peinture « au rabais », c’est comme ça qu’on peut considérer le croquis. Si on rate, tant pis! On use du papier fin qui ne soutient pas beaucoup l’eau. Mais l’attraction sera la mise en page, le contraste des valeurs. Bref, on voit si l’image vaut le coup d’œil. Ce soir j’en resterai au croquis qui me donne juste un souvenir de mon passage à Aspach un jour de neige.

Pourtant des carnets de croquis, il en existe de merveilleux. S’assoir au bord de la mer ou dans un recoin de village et dessiner ce qu’on aime. Juste un témoignage.

Michelbach

Nous sommes nombreux à faire le tour de ce bassin artificiel de Michelbach. L’insertion dans le paysage est réussie et le village y est mis en valeur. Nul besoin d’être un grand marcheur, le tour du lac est facile et adapté à tous les âges. Avec la neige toute la nature s’enveloppe de mystère et de silence.

Je redémarre timidement l’année. Une de plus! Se remettre à la peinture, c’est aussi difficile que de remonter sur un vélo.

Les potins du lundi

Les voleurs de vélo seront-ils intimidés?

Coté vélo de ville, et pas que, l’immatriculation (pour le neuf) est donc devenue obligatoire depuis le 1er janvier. L’immatriculation n’est pas la bonne formulation mais elle a l’avantage de parler aux cyclistes. Indirectement, votre vélo sera attaché à un fichier administratif au moyen d’un marquage renvoyant à votre identité. Il est donc inutile de tourner autour du pot: le marquage vous identifie bien. Et pas seulement, il y a aura aussi votre adresse, le prix du vélo,…

Cela dit est-ce une bonne mesure pour éviter le vol de votre vélo? je n’en sais fichtre rien. Mais mon p’tit doigt me dit qu’un voleur ne sera pas plus dissuadé qu’avant. Isabelle et le vélo espère que le marché du vélo volé va s’éteindre sur les sites d’annonces « ainsi pourra-t-on détecter au premier coup d’œil les vélos volés en vente sur les sites spécialisés » écrit-elle sur son blog

rechercher mon vélo dans cette jungle n’est pas simple (gare Amsterdam)

Va t-on plus facilement retrouver votre vélo volé? je réfléchis…imaginez le nombre de types qui circulent en ville sur des vélos à la provenance douteuse…croyez-vous qu’une task-force va être dédiée au contrôle des Digicodes Bicycodes? pour avoir la réponse, il suffit de se poser la question avec les voitures volées et vous aurez la réponse.

Garage à vélo sur domaine public (Bruges)

Le phénomène du vol de vélo est d’abord celui des métropoles et de l’absence de dispositif pour sécuriser son vélo en ville pendant que vous stationnez. Le site Le Bon Coin est réputé pour le recyclage de vélo volé (la rédaction des annonces ne trompe pas sur les auteurs et l’origine des vélos mis en vente…et pourtant on apprend rarement qu’un réseau est démantelé). Pour qu’un vélo volé se négocie, il faut aussi des acheteurs peu regardants et le marquage les fera peut-être réfléchir avant d’acheter.

Pas de méprise, c’est la FUB qui a poussé à ce marquage des vélos car le problème est purement citadin. Les cyclos vont bosser à vélo, font leurs courses et ne retrouvent plus leurs bécanes en revenant. Du coté des cyclistes sportifs ou de loisir, le marquage n’était pas franchement attendu. Se faire piquer son vélo de course ou son VTT revient à faire une croix dessus, marqué ou pas. D’ailleurs nos bécanes sont surtout volées dans nos caves, pas lorsqu’on sort car on les surveille en permanence. Se faire piquer un vélo de plusieurs milliers d’euros relève d’un autre genre de crapule souvent elle-même un(e) cycliste qui a flairé la bonne affaire pendant que vous signez votre engagement à une cyclosportive. J’ai toujours imaginé que la meilleure parade lorsqu’on a un vélo de prix, c’est de ne pas le quitter des yeux et d’y installer un traceur discret puisqu’on ne se balade pas avec un antivol en U de trois kilos dans son sac à dos!

27.5 et des pouces

26, 27.5, 29 pouces

Sébastien me l’a demandé et je n’ai pas su répondre à ce qui semble être un coup de commerce. Quelle est la différence entre un 26 pouces et un 27.5?

Je ne sais pas lui dire autre chose que la roue est plus grande, donc plus lourde (y compris la fourche) et sur le plan cinétique moins maniable. N’importe quel mécanicien saurait dire cela mieux que moi.

Renouveler le stock de 26 pouces, c’est le but du jeu, on ne me fera pas changer d’avis.

Mais des vendeurs zélés vont vous démontrer par A plus B que tout ce que je dis est faux et que le 27.5 pouces, c’est le Graal, l’objet qu’on attendait tous.

Tous, vraiment? non! seulement une génération plus jeune et plus grande. Car la taille d’un vélo dépend de votre propre taille. Vouloir faire monter un type d’1,70m sur un vélo de 27.5 pouces revient à casser l’harmonie de l’ensemble. Je n’en démordrai pas jusqu’à ma mort puisqu’il est entendu qu’en vieillissant on rapetisse.

Il y a peut-être une façon de nous amener au 27.5, nous les tenants du 26: en construisant des vélos avec une roue de 27.5 à l’avant et de 26 à l’arrière! C’est vachement pratique lorsqu’on crève, il faut avoir deux chambres avec soi! (voir mon article de 2014)

Essai neige à VTT

Essai neige pour le tout nouveau VTT de Sébastien.

Avec moi, il faut se méfier. J’avais dit à Sébastien « on se limite à la piste cyclable » pour essayer le tout nouveau VTT.

Mais je ne sais pas pourquoi, j’ai eu l’envie de tenter une petite incursion sur les hauteurs de Willer-sur-Thur pour tromper la monotonie.

J’ai bien fait de contourner cette butte du Karsprung car on profite de belles images de neige sur l’autre coté de la vallée.

Monter jusqu’à la cote 530 puis redescendre https://www.openrunner.com/r/12466577

En revanche la descente au km 10 est un peu boueuse. Dommage, le beau VTT va subir son premier baptême!

Une fois la limite neige franchie, on songe à trouver un chemin de sortie vers la vallée (km10)
Inutile d’insister, grimper dans la neige est hors de nos forces

Retour au bercail…

Derrière Super U, le Kerlenbach crache des tonnes d’eau
Il faut être reconnaissant de la chose: la voie verte en amont de Thann a été nettoyée de tous les arbres tombés en travers

En mode survie

Une fonte brutale et la puissance de l’eau (Staffelfelden)
au bout de 8km, je me suis aperçu je n’avais pas mis le compteur en marche, j’étais aux sources de Wattwiller
Voie verte non essentielle
Rendons à César, voici le bout de trajet qui me revient depuis mon départ, 8km

Pourquoi en mode survie?

Tout simplement parce que notre quotidien est fait d’incertitudes face au lendemain. On ne sait pas justement de quoi sera fait demain. Donc on bricole chacun dans son coin, on tâtonne, on entretient son régime minimum, celui du cœur et de l’esprit, sans faire de projets.

Le mode survie pour moi, c’est assurer un minimum vital qui consiste à trouver des ressorts pour se maintenir en santé. Le Covid a déjà tué nombre d’entre-nous au propre et au figuré. Alors il faut garder ses forces du mieux qu’on peut: sport, marche, lecture, musique, vidéo.

Maxou, le petit procureur

Nos grands sachants sont devenus imprécateurs: après la consultation de la Pythie, Castelux et Veranimus vont décréter bientôt la taille du rond dans lequel nous allons être à nouveau enfermés, masquant ainsi l’immense désarroi de l’incompétence qui gouverne.

C’est fondamental pour moi. Quand je sors à vélo, je dois boucler un itinéraire acceptable. Acceptable, cela veut dire que je ne suis pas sorti pour rien. Pour la saison, si pas d’intempéries, il me faut 50 km au moins. Mon compteur est mon juge de paix, une paix intérieure quand je rentre à la maison. Après le retour je me sens tout mou, il m’a manqué ma sieste qui compense mes insomnies. Mais je suis bien « dans ma tête ».

Le fonctionnement de l’être est compliqué. L’être, c’est le corps et l’âme et les deux sont indissociables. C’est ma philosophie à deux balles qui en vaut bien d’autres.

On va une fois encore devoir s’armer de courage avec les restrictions qui vont tomber sous peu.

La désobéissance civile serait une réponse à l’infantilisation des mesures gouvernementales.

Le Covid m’a tué

Je m’sens tout mou ce matin

Je ne suis pas encore mort et pourtant je le suis.

C’est un paradoxe. A force de nous désocialiser, la pandémie nous tue à petit feu. Ce qui n’est pas mieux qu’une mort brutale puisqu’en plus on a droit à la torture.

Je ne vais pas faire la liste morbide des enterrements. Ceux qu’on fait à la sauvette chaque jour, masques sur le nez avec une famille réduite.

On sait que le compteur grimpe chaque jour en France de trois cents morts supplémentaires en moyenne. Mais ce qu’on ne sait pas encore mesurer pleinement c’est le coût économique de l’effondrement du modèle de développement de nos sociétés. Il sera terrible. On le subodore en voyant des pans entiers de nos activités à l’arrêt depuis des mois et sans perspective de reprise.

L’autre effondrement, il est moral. L’explosion des relations de l’être humain, du vivre ensemble est là. Concrètement on sait d’ores et déjà que le calendrier des rendez-vous 2021 des colloques, des spectacles, des associations est caduc. Rien n’est affiché, rien ne s’affichera. Et la prochaine étape à laquelle on nous prépare sera un nouveau confinement.

Le rond de l’internement sera t-il du kilomètre ou sera t-il circonscrit au domicile?

Peu importe, je suis déjà mort. On peut pester, se dire que c’est pas de notre faute ou se culpabiliser d’aller trop dans les magasins de bricolage pour meubler ses journées d’hiver, mais rien n’y fait. La pandémie avance et nous ronge petit à petit jusque dans nos retranchements. La perspective d’un retour à la normale s’éloigne jour après jour avec la survenue de nouveaux variants du virus tous aussi menaçants les uns que les autres. Si la maladie frappe le genre humain, j’ai compris qu’elle était directement liée à nos sociétés, ses métropoles, ses échanges mondiaux. Remettre en cause un tel modèle prendra plusieurs décennies, à n’en pas douter.

Inconduite sur verglas

Même en faisant un détour par les grands axes, rouler à vélo est hautement périlleux

J’emprunte les grands axes de la ville avec mon vélo. Ce sont les seuls où la neige a disparu. Mais mon inconduite reste notoire. Moralement, je ne montre pas le bon exemple. Le bon exemple, c’est prendre sa voiture ou rester chez soi. On n’imagine pas le nombre de congénères gênés par les congères. Je pense à tous ces petits vieux qui ne peuvent plus sortir faire leurs courses à pied.

Maintenant on s’est mis d’accord sur le groupe Facebook local; c’était en 2006 qu’on a eu à connaître un tel épisode neigeux en ville.

« Attention y’a du verglas! » me lance la dame qui marche sur la route vers moi.

Le piéton n’a pas d’autre choix que de marcher sur la chaussée. Parfois un geste citoyen du riverain a dégagé le trottoir mais le long des collectifs, plus personne ne se sent concerné par cette règle de civisme.

Gaston n’est plus au telefon pour nous dire où se trouve la borne à sable.

Je l’ai vu. Le verglas brille au soleil levant. La neige fondue la veille, repoussée le long des artères, s’est répandue sur la chaussée et a formé un verglas tenace. La ville ne passe plus. Existe t-elle encore, la ville? celle des services régaliens de la circulation publique? j’en doute. Il est vrai qu’avec un cas de neige comme celui-là tous les quinze ans, les managers de la pelle et du balai ont perdu la main. Le conducteur de travaux manuels est devenu conducteur d’engin. On ne peut donc plus attendre de services au cas par cas et personnalisés. Gaston n’est plus au telefon pour nous dire où se trouve la borne à sable.

Il y a manifestement une incapacité à maîtriser la situation. Plus de bataillons de manœuvres dotés de pelles et de balais, le métier a disparu, plus de cohortes zélées pour saler le matin les traversées de piétons. Quelques engins high-tech qui se dispersent on ne sait où. Pas devant la Poste en tous cas. Poster une lettre, retirer sa pension sont des exercices périlleux. Aucun traitement préventif aux abords, même pas un peu de sable!

Rue de la Poste justement, je dois sauter du vélo avant la chute.

La dame que je croise se tient au parapet du ru.

Avant d’aborder le dos d’âne, le bien-nommé, je me rends compte que ça va coincer. Je n’aurai pas la force suffisante, ni l’influx nerveux pour enjamber cette bosse pleine de glace. J’ai les manchons au guidon qui m’handicaperont pour sortir les mains en urgence et je n’ai pas le casque qui m’évitera de taper directement latéralement avec la tête. La dame que je croise se tient au parapet du ru. Je pousse mon vélo en attendant mieux.

L’ambulance va arriver, me dit la vieille dame

La vieille dame est assise par terre sur la glace au milieu du parking. Elle vient de tomber en tentant de rejoindre la supérette. Une autre dame prend soin d’elle. Une automobiliste s’arrête et l’entoure d’une couverture. L’immense parking de la ville est abandonné à son triste sort, un vaste réseau de bourrelets de glace s’est formé au fil des jours comme ces racines qui émergent le long de nos chemins.

J’entends le pin-pon qui approche.

Voie Verte non essentielle

Contournement d’Aspach par le haras. La trace tracteur n’est pas facile à tenir

Je vais classer cette sortie dans ma rubrique « Holala, c’est dangereux ». Pour me marrer, tant je sais que mes coups de gueule ne font peur à personne.

On n’a pas une grande expérience de la neige ici dans le Grand Est. Beaucoup de cyclistes renoncent à sortir. A VTT l’expérience est énergisante. Ou plutôt énergivore.

Ben oui, quoi, on n’a pas idée de vouloir faire du vélo l’hiver. On n’en est plus au Front Populaire. On a des bagnoles, des 4×4, des SUV qui font très bien l’affaire.

Il faut savoir s’adapter à tous les sols neigeux ou en tous cas les anticiper. Pour chaque terrain neigeux, il y a une attitude à prendre.

  • Neige fraiche et immaculée, ça passe mais on consomme beaucoup au cent. Au cent mètres!
  • Neige piétinée encore fraîche, ça passe aussi si le fond n’est pas trop profond!
  • Neige glacée et piétinée: particulièrement « casse-gueule ». Surtout ne pas mettre les cales car on peut vite sortir de la trace glacée et planter
  • Enfin l’ornière de tracteur. Si elle semble intéressante, l’ornière de tracteur ressemble à une circulation sur tôle ondulée et il faut cramponner le guidon pour rester au centre.

On ne fait pas des kilomètres dans ces conditions. Dès que la terre ferme s’offre à nous, on la prend.

La voie verte est blanche pour un bon bout de temps. Très casse-gueule à vélo, je vous la déconseille
idem pour la passerelle, même à pied c’est hautement dangereux pour les promeneurs. La France comme chacun sait est d’abord un pays de bagnoles, je ne vous apprends rien. Une voie verte n’est qu’un ouvrage d’agrément non essentiel comme on dit maintenant

Match électrique-mécanique en ville

Encore un match entre vélo mécanique ou électrique proposé cette fois dans le Parisien!

Il s’agit de vélo en ville sur des trajets de cinq kilomètres, le kilométrage moyen relevé statistiquement pour ce type d’usage. Tout est question d’appréciation. Un utilisateur régulier pourra être tenté par l’électrique s’il n’a pas l’âme d’un cycliste et qu’il ne veut pas sentir la transpiration à l’arrivée…ou s’il a des restrictions médicales.

Mais en faveur de l’électrique, il existe aussi des gens qui n’envisage pas le vélo autrement, y compris pour se balader occasionnellement.

Laissons donc ces cousins du vélo venir nous rejoindre!

Voir la petite vidéo sympa du Parisien

Attention, ce sujet n’a rien à voir avec les ogres électriques du VTT, ni du point de vue du prix d’achat, ni de l’usage et du coût d’exploitation.

Les potins du lundi

On avait déjà le virus. Et en plus la neige!

Et ton masque? tu as pensé à le prendre, ton masque?…

Ce matin les rues sont transformées en patinoire.

Toute la journée d’hier, les engins de déneigement se sont attelés à racler le plus gros de la couche. Sur les artères secondaires, en revanche, rien! Alors la neige a été tassée et transformée en glace. J’irai à pied jusque chez mon boulanger. Pour une fois je dérogerai à la règle en délaissant mon vélo.

Je vide mes poches…non, le masque noir n’est pas là. Pourtant je jurerais que je l’ai pris. Je rentre chez moi avec un pain congelé prélevé au distributeur extérieur.

Un Zorro à vélo

Vient alors l’inventaire. L’inventaire des masques. Le beau gris pour les cérémonies, le beau noir velouté…et le blanc, le blanc linceul.

masque pour sortir, l’été

Je n’en trouve aucun. Ni celui qui devait être dans ma poche, ni celui dans la pochette droite de mon sac de guidon, ni celui au pommeau du changement de vitesse de la voiture.

Les masques commencent à me faite tourner en bourrique.

Ma dernière petite-fille ne connait qu’un grand-père masqué. Elle est de l’année écoulée. Drôle de bobine que ce bonhomme masqué, un mec louche, qu’elle étudie à la loupe chaque fois que je m’en approche prête à se réfugier dans les bras de sa mère. Je suis le Zorro à vélo.

Le variant du virus

Ce machin Covid s’est installé durablement dans notre quotidien. A un point tel que les plus anciens, comorbides par définition, se disent qu’à défaut de l’attraper et d’en sombrer, ils vont vivre jusqu’à la fin de leurs jours avec le truc sur le nez.

C’est vrai qu’on nous amuse avec Germaine, Noémie, et Gertrude qui chaque jour ont les honneurs de la presse: elles ont reçu le vaccin! Hourra!

Mais au rythme où l’on nous vaccine, j’ai calculé qu’il faudra plusieurs années avant d’y avoir droit, au vaccin…et qu’un autre variant du virus sera déjà opérationnel entretemps. Un japonais, ou un ougandais, ou un absurdistanais!

Si les Etats n’y parviennent pas, il faudra se résoudre à laisser le marché diriger le monde aussi pour la seringue et son contenu. Eux ont réussi: les Israéliens ont vacciné à tour de bras. Assoiffé de vie et de cohésion, ce peuple se souvient en tous temps de son histoire.

Le virus du vélo

Un certain nombre d’entre-nous piaffent d’impatience: ils veulent retrouver le vélo d’antan, celui d’avant Covid, celui des grandes tablées et des apérobikes. Ce sont des trompe-la-mort pour la plupart, n’en doutons-pas! Alors face aux fans les clubs font le gros dos, ils temporisent. Et moi aussi.

Non, le séjour de 2020 reporté en 2021 n’est pas encore ouvert aux inscriptions. Et pour cause, les auberges n’ont pas le droit d’ouvrir.

Un repas en collectivité restera hautement pathogène si tout le monde n’est pas vacciné (CCC Corse 2016)

Dans cette ambiance morose , faire des projets ou simplement reprendre ceux de l’année dernière est certainement un bon moyen de garder le moral. Nous avons l’espoir, mais seulement l’espoir, de participer à quelques belles randonnées cette année, écrit le Président des Cent Cols

Non, je n’irai pas en séjour collectif en 2021 et le sujet est d’ores et déjà clos. Je l’ai dit, les risques de former un foyer épidémique seront grands si nous nous réunissons pendant huit jours durant à une table collective matin midi et soir.

Je n’irai pas et je le déconseille même.

Un restaurateur pourra t-il ouvrir à une association sans garanties que les pensionnaires sont indemnes de contagiosité? c’est la question qui va se poser quand la profession réussira à ouvrir ses portes et quand la vaccination aura pris son rythme industriel. Dès lors les pouvoirs publics n’auront qu’une solution: imposer que les participants soient tous vaccinés.

Pour l’heure, au vu des difficultés à posséder le vaccin, à le dispenser, on pourra attendre encore toute l’année 2021 en France avant d’envisager une reprise normale du cours des choses.

Sortie neige à VTT

Je n’ai pas l’expérience de la neige. Mais j’ai tenté l’aventure prêt à faire demi-tour si c’était trop difficile.

J’ai commencé par prendre la route dégagée puis j’ai tenté la piste cyclable de Leimbach.

Pas facile du tout! je n’ai que deux empreintes de roues de tracteur qui me font tressauter comme sur une tôle ondulée. Un joggeur arrive face à moi sur ma trace. Je m’arrête et je change de coté. Parfois je suis dévié dans la poudreuse épaisse. Je plonge mon pied dedans. Puis je repars. Il faut mouliner « petit ».

A la ferme d’Aspach, c’est dégagé et c’est plus facile.

Sur la route de Michelbach, aucune difficulté. Une fois dans le village, c’est plus sportif avec les congères.

Je vais tente le tour du lac. Un cheminement de marcheurs existe et aussi une trace de skis de fond. Je progresse comme je peux, cahin-caha car la direction n’est pas facile à tenir. Une fois sous le bois, j’ai moins de neige et je rattrape le fondeur. On enjambe ensemble l’arbre couché. Une fois arrivé au barrage, le chasse-neige est passé. Tout va bien.

Je rentre par la route dégagée à Thann.

Ne pas s’aventurer sans un peu d’expérience. Porter le casque! Contrôler sa vitesse et ne jamais freiner de l’avant!

Je n’ai qu’une trace de tracteur pour progresser comme sur de la tôle ondulée
Une fois arrivé à la ferme, la lame est passée, on progresse facilement
traversée d’Aspach-le-Haut
Montée à Michelbach
je tente le lac
le lac est magnifique
le petit lac
dès que je me fais éjecter de ma trace, la roue plante
de nombreux arbres n’ont pas résisté au poids de la neige
un joggeur au loin
une fois sur la digue, la voie est dégagée
je quitte le lac en direction de Michelbach

Traceur Invoxia? pourquoi pas!

Le traceur Invoxia Bike est contenu dans le feu rouge

Invoxia commercialise des traceurs. Autrement dit des GPS capables de suivre ce qui vous est cher si vous vous faites voler.

Au collier du chien, dans le sac à main de votre femme, dans votre voiture, sur votre moto…ou sur votre vélo.

Pour suivre votre enfant, votre papi désorienté ou vous-même quand vous partez à la montagne pour vous géolocaliser en cas de problème.

Quelle utilité à vélo?

Si on vous vole votre vélo tout carbone pendant que vous achetez un pain au chocolat, vous pourrez le retrouver à l’aide de votre smartphone et de l’application Invoxia. Même dans une cave ou une camionnette! En effet Invoxia utilise des réseaux basse consommation (protocole Lora) et peut envoyer un message contenant sa géolocalisation à une borne située à une distance d’environ 1 kilomètre en zone urbaine et à 20 kilomètres dans une zone rurale plane. (détails ici)

Concrètement le traceur est en veille permanente, il ne s’active que si vous commencez à le déplacer. Sa consommation est très réduite. On peut le garder trois mois sur son vélo sans le recharger. Sur son vélo, il faut le loger judicieusement. Dans le tube de selle, sous la selle, au fond de la sacoche de selle,…

Personnellement, j’utilise ce modèle Invoxia (moins cher (99€) que celui à feu rouge (149€)) pour mon vélo. Facile à dissimuler, il me convient parfaitement si je pars àvélo avec mes bagages.

Le GPS Tracker d’Invoxia n’a besoin ni de carte SIM ni d’abonnement mobile. Il utilise les réseaux basse consommation qui lui permettent d’être plus autonome et efficace que les autres trackers. Par ailleurs, le GPS Tracker d’Invoxia est vendu sans coût supplémentaire : un abonnement de 3 ans aux réseaux basse consommation est inclus dans le prix. Au-delà de 3 ans, l’accès au service coûte seulement 9,99 € par an, soit 0,83 € par mois (souscription depuis l’application).

Voici le cheminement du traceur tel qu’il se signale sur mon smartphone en temps réel sur un itinéraire rural. Dès que votre vélo bouge, vous recevez une notification

On peut toujours trouver des traceurs moins chers sur internet. Mais le plus d’Invoxia, c’est sa hotline française et l’aide qu’elle vous apportera en cas de problèmes en lien avec les services de police

voir le site Invoxia

Sharelock, le cadenas partagé

Avec cette vidéo, vous allez tout comprendre. Ce cadenas dit partagé est en fait un sacré fil à la patte puisqu’il vous oblige 1/ à trouver un emplacement muni d’un cadenas et pas encore occupé, 2/ à charger une application sur smartphone.

Je souhaite bon vent aux promoteurs. (lire aussi l’article du Parisien)

Pour ma part, dans ma ville, il n’existe pas (encore) ce genre de cadenas. Mon vélo dispose de deux antivols: un pour les temps courts et un pour les temps longs.

Comment je me prémunis contre le vol de mon vélo de ville

Après la neige

Les itinéraires secondaires une fois traités sont accessibles aux vélos

Aujourd’hui reconnaissance à pied dans le voisinage après les chutes de neige de la nuit.

Après la neige, les cyclistes scrutent l’évolution du réseau routier. Ici en Alsace, le réseau secondaire a été traité; on pourra donc envisager le VTT. Et avec des pneus fins? méfiance! Le VTT s’accommode de l’état de la route plus ou moins accessible mais le pneu fin supporte mal des restes de congères.

L’autre inconnue, ce sont les traversées de villages qui ne bénéficient pas du chasse-neige départemental sur les artères secondaires. On ne peut donc pas s’engager à la légère avec un vélo de route.

Ici à VTT ça passe à condition de bien rester sur la ligne déneigée
Ma ville de Thann ce matin était radieuse
Les moyens techniques en ville sont vite dépassés dès qu’il tombe 20 cm de neige. Se hasarder ici à vélo est acrobatique

Neige + courses à vélo, huit conseils

Préférer la neige fraîche et éviter les traces déjà compactées. J’arrête de filmer, j’entends une voiture arriver derrière moi, mieux vaut contrôler sa trajectoire des deux mains!

Il ne faut pas se mentir: faire du vélo sous la neige est hautement périlleux.

Cela dit, j’en fais quand même. En sachant que la chute si elle se produit est instantanée, brutale et douloureuse. Et qu’on risque une fracture du poignet ou de la hanche.

Une fois qu’on sait tout ça, étudions les différentes facettes de la course à vélo. Voici quelques leçons à retenir:

1/ On va au train de l’escargot, c’est à dire 10 km/h, soit quand même au moins deux fois plus vite qu’à pied. Casque et gants recommandés.

2/ On pédale à plat: tout votre itinéraire doit être constitué de segments de droite. Ne jamais se pencher

3/ On tient bien sa place au milieu de la demi-chaussée. Vous avez compris: pas question d’abandonner la neige fraîche et de vous pousser dans la bande de roulement des véhicules à droite.

4/ Pas de freinage! vous aller délibérément vous priver de frein et donc pas d’arrêt autrement qu’en roue libre. Si l’arrêt rapide est nécessaire, quitter votre assise et tout de suite les deux pieds en « patins » de chaque coté du vélo tout en contrôlant la verticalité de la machine en cramponnant le guidon

5/ Changement de direction: à un carrefour, faire un tournant « en table de bistrot », c’est à dire ligne droite, arrêt, 90 degrés, je repars. Si c’est à gauche, s’installer au milieu après avoir tendu le bras, positionner le vélo dans l’axe de l’itinéraire et préparer le départ…

6/ Se souvenir des rigoles, des bordures de votre itinéraire car sous la neige on ne les voit plus. Attention aux gendarmes couchés, bien prendre les pavés berlinois par le milieu ou alors aller dans la rigole en s’aidant du pied droit sur la bordure de trottoir.

7/Arrêt: on ne saute pas sur le trottoir, c’est le meilleur moyen de se « viander » devant tout le monde. On s’arrête sur la route, on prend le trottoir à pied

8/ Quand l’itinéraire devient compliqué, beaucoup de trafic, nombreuses congères, descendre du vélo et devenir piéton.

200, les bandits joyeux

Le numéro 27 de 200 vient de paraître.

Toujours un peu déjantés, les journalistes de 200 se font plaisir et nous font plaisir en même temps. Il est vrai que la tonalité de 200 dans le style baroudeurs est plutôt bienvenue avec une tendance marquée à promouvoir le bike-packing tous azimuts.

Dans ce numéro, ils ont essayé le bike-rafting sur l’Hérault. De la franche rigolade.

A la neige

A Rammersmatt, il restait à descendre prudemment à Bourbach
Monter jusqu’à Bourbach le Haut, oui! Mais je n’ai pas tenté le col du Hundsrück
Une fois au col du Schirm, j’ai descendu lentement jusqu’à Masevaux.
A Houppach, un ban de brume en face de moi
Rougemont
La Seigneurie est déserte
Soppe
La piste cyclable à Guewenheim. Un service de déneigement pour les cyclistes? on peut toujours rêver
https://www.openrunner.com/r/12431152

Le froid est là

Une partie du bassin de Reiningue est gelée

Il y a froid et froid.

Sans vent ou presque, la sensation de froid n’est augmentée que par l’effet de vent de son propre déplacement. Dans la dernière moitié du parcours, le capteur de température indiquait moins 4 degrés et mes gants commençaient à marquer leurs limites.

Bien habillé, on peut donc pédaler avec le seul handicap de la cagoule qui freine la respiration d’air frais à volonté…et qui peut masquer la visibilité latérale. Donc aborder les carrefours avec prudence et signaler ses changements de direction suffisamment tôt.

Route sèche donc pas de risque de verglas!

Arrivé à Diefmatten, je prends le chemin du retour.

Les potins du lundi

Tout, tout, tout, nous faisons tout pour le toutou

Un fois, de temps à autre, je me penche sur le cas « chien ». C’est l’ami de l’homme et j’observe dans notre pays un grand engouement pour cet animal domestique aux nombreuses caractéristiques. Petit ou gros, alerte ou enrobé…et j’ajouterai affectueux ou méchant selon les cas rencontrés. Les experts en chien s’offusqueront à juste titre de ce classement purement arbitraire et réducteur. Le chien est étroitement lié aussi et indirectement à notre activité cycliste puisque c’est là, le long des infrastructures cyclables, qu’on le rencontre le plus. Avec ou sans son maître qui a choisi de lui octroyer toute la liberté à laquelle il aspire. Évidemment l’approche est parfois compliquée par le fait que des maîtres s’abstiennent de tenir leur(s) chien(s) en laisse courte. Ce qui ne facilite pas notre passage à vélo. Alors je reste prudent et prévenant à l’approche. Je connais toutes les conjonctures, des plus favorables aux plus inattendues. Du chien dressé et bien sage, au « tout fou » qui va où bon lui semble de part et d’autre de nos itinéraires, au « vicelard » qui guette notre approche avant de tenter de nous ôter un morceau de mollet. Malheur à nous si l’on se blesse avec l’animal, le maître se précipitera. Non pas pour nous relever, mais pour constater les dégâts causés à leur animal.

Mais dans un tout autre registre, les groupes sociaux (Facebook notamment) évoquent de plus en plus fréquemment l’incivisme des « maîtres chiens » lorsqu’il s’agit des déjections sur nos trottoirs citadins. En France on aime le chien mais on revanche on glisse un peu sur le coté rebutant de la bête: il fait caca! On devrait inventer des chiens synthétiques dépourvus de système digestif ou qui mangent leurs propres déjections. C’est dégeu, je sais.

Personne n’apprécie qu’on fasse ce genre de cadeau nuitamment devant sa porte

Alors la ruelle, le trottoir, l’espace vert, le candélabre, le massif floral, le mur mitoyen, tout est un jour souillé par le chien. Si le geste citoyen consiste à ramasser la chose grâce aux efforts des municipalités qui délivrent les sacs aux endroits judicieux, force est de constater que d’autres oublient qu’ils vivent en collectivité. Personne en vue? alors on laisse en place la chose. La sortie nocturne est aussi favorable à l’oubli. Pas vu, pas pris!

Songeons que selon une enquête de 2014, on estime la population de chiens à 7,3 millions d’individus! (source)

Rapportée à une petite ville comme la mienne de 8000 habitants, on arrive à….1000 chiens qui doivent chaque jour effectuer leurs besoins. Sachant qu’un chien produit 70 kg d’excréments par an, on arrive tout simplement à un chiffre conséquent et d’ampleur sanitaire puisqu’il faut évacuer pas moins de 70 tonnes de crottes canines.

Ceci étant dit, je vais surprendre en précisant que j’aime les chiens et j’en ai eu plusieurs dans mon adolescence...et j’ajouterai que je possède un certain savoir sur la psychologie du chien comme mon lecteur peut le constater.

L’obligation vaccinale en ligne de mire

La pandémie continue à faire ses ravages sur la planète. A un point tel que les commentateurs s’essoufflent. On aimerait pouvoir passer à autre chose. Mais 2021 n’en prend pas le chemin. Alors on attend le vaccin en se protégeant plus ou moins bien et en regrettant l’indiscipline de concitoyens pour qui l’épidémie n’est pas majeure dans leur quotidien. Les gestes barrières, le lavage des mains, le port du masque, les concentrations dans des ambiances fermées, tout cela n’est pas respecté avec rigueur et même parfois ignoré! La population jeune a compris qu’elle peut s’exonérer de prudence puisque le risque de gravité pour elle est mineur. Comme nous n’avons pas à notre disposition un état policier comme celui des Chinois, alors fatalement notre gouvernement lance des interdits à la cantonade plus ou moins sévères (et plus ou moins respectés) en fonction des aléas épidémiques. Donc ce matin nous voila confrontés dans le Haut-Rhin, un département cité en exemple pour sa contagiosité, à un couvre-feu renforcé à partir de 18 heures le soir. Le couvre-feu c’est ni plus ni moins qu’un confinement temporel à la place du confinement spatial de l’année écoulée avec son fameux rond d’un kilomètre de rayon. Dans un cas comme dans l’autre, c’est une privation de liberté que d’aucuns vivent avec plus ou moins de renâclement et d’acceptation.

Face à la défiance du vaccin, un « passeport sanitaire » sera-t-il nécessaire pour aller au restaurant, au théâtre ou au travail ?

La catastrophe économique est là. Les métiers du tourisme, de bouche, du spectacle sont à présent sinistrés. Et viendra l’heure où l’on reprendra timidement le cours normal des choses quand nous serons assez nombreux à pouvoir montrer notre passeport vaccinal pour aller au restaurant, au spectacle, prendre un avion, participer à un voyage d’agrément ou professionnel. Ce sera une sorte de « laisser passer » capable de rassurer.

En ce qui me concerne, je vais attendre. Je vais attendre, non pas pour me faire vacciner, mais pour voir si les organisateurs de séjours cyclistes, comme mon Club des Cent Cols, imposeront une preuve de vaccination avant de réunir leurs membres…

Pour être inscrits à l’école, les enfants doivent ainsi être vaccinés contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. De même, la vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire pour se rendre ou pour vivre en Guyane. L’exercice de certaines professions médicales est également soumis à une obligation vaccinale pour l’hépatite B, la typhoïde, la diphtérie, le tétanos ou la poliomyélite. (source)

Le professeur Sicard, ancien président du Comité consultatif national d’éthique (1999 -2008) considère pour sa part que nous ne ferons pas faire l’économie de l’obligation vaccinale pour sortir de cette pandémie: « se vacciner, c’est un geste citoyen » déclarait-il la semaine dernière sur LCI…et il ajoutait qu’il fallait éloigner les soignants réfractaires au vaccin du fait qu’ils sont des vecteurs importants de la maladie pour les malades.

Des soignants réfractaires à la vaccination? oui, il en existe beaucoup dit-on des personnels qui refusent de se vacciner. Alors aller à l’hôpital ou en maison de retraite ne serait finalement pas sans risques.

Notre société a besoin d’éducation et aussi d’un ordre moral qui semble lui faire défaut de plus en plus.

L’obligation vaccinale s’imposera naturellement aux États dès lors que les opposants aux vaccins vont empêcher la fin de l’épidémie et la reprise normale de nos activités. Le projet de loi « instituant un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires », a été enregistré le 21 décembre à l’Assemblée nationale.

Mais cela va prendre du temps, beaucoup de temps. A raison d’un million de personnes par mois, il faudrait donc 30 mois pour vacciner la moitié du Pays…et attendre que l’autre moitié opposée au vaccin prenne le temps de changer d’avis. La reprise de notre vie sociale et économique est donc fortement corrélée à l’attitude de ceux qui refusent le principe même de la vaccination.

La fin des trumpitudes

En avons-nous terminé avec Trump et ses turpitudes de mauvais garçon? Mélania est à plaindre, elle qui est l’otage d’une famille. Peu importe, c’est de la romance. Il reste à peine deux semaines durant lesquelles le trublion Trump est encore capable du pire, comme déclencher une guerre nucléaire. Alors Nancy Pelosi a fait en sorte de lui confisquer les clés de la bombe. Ouf!

T’chao l’autiste

Des fascistes ont réussi à infiltrer le Sénat américain. On vient de le voir aux States où l’on a découvert comment une grande démocratie a réussi à se vautrer pendant quatre années avec Trump dans ce qui ressemble à une forme de dictature bananière. Des voyous de bas étages? Non des fascistes ont opéré au Capitole à Washington. Il faut nommer les choses par leur nom.

L’Amérique se révèle être loin du rêve qu’elle a incarné: divisée, inégalitaire, brutale, empêtrée dans son système électoral…et confrontée à une épidémie galopante qu’elle peine à contenir.

Ce qui reste à craindre à présent, ce sont les effets mimétiques de l’Amérique sur l’Europe.

Froid hivernal

Du froid en hiver, quoi de plus normal. Zéro degré ce matin.

Avec le froid vif renforcé par le vent du nord, on est contraint de se hâter pour maintenir une chaleur corporelle. Je me contente d’une heure de VTT et c’est bien ainsi. Le VTT se prête très bien aux sorties courtes. Au loin le paysage de neige est tentant mais il faut prendre la voiture.Sinon que faire de son vélo une fois sur place?

Je vais réfléchir…

Noyer le poisson

Brochet long 75cm, estimé à 10 livres

J’ai regardé d’où vient l’expression noyer le poisson. De la pêche tout simplement. Il s’agit d’épuiser le poisson pris à l’hameçon pour faciliter la prise. C’est cruel pour le poisson…et jouissif pour le pêcheur.

En politique, noyer le poisson, on sait le faire aussi; on a même des experts capables de vous noyer en deux temps, trois mouvements.

Pourtant la maman des poissons, elle est bien gentille dit Boby Lapointe.

Justement c’en est une, une maman. Le pêcheur qui me montre son brochet me dit que c’est une femelle. La femelle du brochet? c’est une brochette, j’imagine.

Bref il la remet à l’eau, et la maman brochette repart dans ses profondeurs jurant qu’on ne l’y prendrait plus.

A la ballastière d’Ensisheim, j’entame mon retour
Le Grand Ballon est dans la lumière
Essai de mon nouveau compteur GPS. Il y a des plus et des moins comme toujours. Je gagne la cartographie. Coté compteur j’ai un tableau à 8 paramètres sur une seule page.Mais j’ai perdu le % de pente la cadence pédalage. Tant pis, je m’en passerai. Erreur de ma part, on me signale que la pente est disponible.J’ai donc ajouté un neuvième champ sur ma page compteur avec la pente qui est définie par Garmin comme suit …Pente : calcul de la montée (altitude) sur la distance. Par exemple, si vous gravissez 10 pieds (3 m) à chaque fois que vous parcourez 200 pieds (60 m), la pente est de 5 % (je comprends que la précision se fait sur 60 mètres linéaires minimum)

Coté restitutions, Garmin Connect fournit un beau rapport avec

  • La carte du parcours liseré coloré selon vitesse ou cardio ou relief
  • Trois profils: altitude/vitesse/cardio

C’est bien suffisant pour moi. C’est même presque du luxe.

Le vélo people de Foir’fouille

Appuyé contre les cartons, le vélo MOOVWAY attend son prince.

Vélo électrique de ville – 20 à 35 km d’autonomie – Noir, gris – MOOVWAY

L’excellence MOOVWAY pour un vélo électrique de ville à toute épreuve ! Vitesse, stabilité, durabilité, autonomie : la route devient un bonheur !

Foire’fouille a décidé de casser les prix de ce vélo électrique.

Présenté à 599 euros, il est soldé à…(voir le site)

Je suis toujours bluffé par la camelote chinoise. Car qui d’autre peut afficher un vélo électrique à ce prix là? Songeons que l’acheteur de Foir’fouille a du encore tirer les prix beaucoup plus bas afin de conserver une marge!

N’épiloguons pas sur la qualité, elle n’est vraisemblablement pas au rendez-vous vu qu’à ce prix là on peine à trouver un bon vélo sans électricité.

Garmin Edge Touring Plus

Acheter avec carto IGN incluse sinon cela n’a pas d’intérêt

Dans la série des GPS vélo, le Garmin Edge Touring Plus n’est pas vraiment au top de la technologie moderne. Et pourtant ce petit GPS est toujours au catalogue Garmin. Sorti en 2014 et encore vendu 300 euros aujourd’hui, le Garmin Edge Touring Plus satisfait encore de nombreux utilisateurs qui n’ont pas besoin d’outils sophistiqués.

  • Pas de partenaire virtuel,
  • Pas de fonction d’entraînement,
  • Pas de Bluetooth,
  • Pas d’outil de communication ANT+ pour le EDGE TOURING.
  • Dans sa version Plus, possibilité de connecter un cardio, un radar, des feux et une fonction VAE.
L’écran calculateur est paramétrable à souhait

En fait c’est un compteur vélo avec en plus un GPS Et une cartographie.

Acheté sur le marché de seconde main, vous ferez une excellente affaire. Le Touring Plus se négocie actuellement entre 80 et 120 euros.

Le mien est un peu éraflé mais il marche à merveille.

Poids 95 grammes

Accepte les cartes mémoires : Carte microSD™

Calculateur d’itinéraire

Reste l’inconnue de la tenue de la batterie annoncée pour 7 heures…

Une présentation plus détaillée ici

En longeant le canal

Je fais juste un croquis.

Et ensuite je mets des couleurs pour donner l’illusion d’un paysage de neige.

La neige? elle se fait attendre en Alsace. Il faut monter dans le massif pour l’avoir ou la voir.