Étiquette : tour de france

Le Haag, réfection en vue

Le Haag, une épreuve pour ceux qui aime grimper à vélo

Ce matin dans la Presse locale (DNA 9 juin 2020), il y est question du Haag. Cette route qui relie Geishouse au col du Haag, non loin du Grand Ballon.

Le Tour de France 2021 y est envisagé et fatalement il faudra refaire cette route forestière en piteux état.

Les cyclistes locaux en seront ravis puisque les nids de poules nombreux les dissuadent d’emprunter ce parcours réputé pour être à l’abri des flux de circulation et en même temps très physique par sa pente.

la route du Haag en septembre 2019 lorsque je l’ai montée à VTT

En outre, la montée du Tour par Meerbachel pourrait voir aussi ce tronçon amélioré. L’inconnue reste le financement qui devrait être partagé entre Amaury-Sports et le Conseil Départemental du Haut-Rhin.

Gardons-nous de tout triomphalisme, dès qu’une route est refaite, elle attire un nouveau public, les motards et les automobilistes, puisqu’il n’est pas question d’en réserver l’usage aux mobilités douces et aux forestiers . Se croiser dans le Haag sera donc « sportif ».

On se souvient que c’est grâce au Rallye de France automobile que les pouvoirs locaux avaient renouvelé le revêtement de la montée au Col Amic en 2010.

Il faut donc admettre que la qualité de nos routes se détermine d’abord en fonction d’évènements sportifs nationaux avant même le besoin des usagers locaux.

Dans la même veine, on a eu droit en 2019 à la réfection de la route Joffre entre Bitschwiller-lès-Thann et Masevaux pour le Tour de France

Le Tour de France aura t-il lieu?

Je n’ai aucun avis sur la question. Mais j’entends ce qui se dit. Les élus qui ont investi beaucoup dans la grande boucle sont dubitatifs. Comment déplacer une caravane de milliers de personnes alors que la pandémie est toujours là? et qu’on sait que derrière la caravane, il y a des retombées touristiques qui déplacent les foules?

L’organisation du Tour Amaury Sports est une grosse machine économique qui draine des enjeux colossaux et les sponsors risquent d’abandonner la partie.

On imagine mal que le Tour puisse se tenir alors que la plupart des rencontres sportives de l’été sont annulées les unes après les autres et qu’on envisage de confiner une partie de la population jusqu’à la fin de l’année.

Cela dit, j’aime bien Kraftwerk. C’est affaire de goût.

A l’eau le Tour?…

Le Canard Enchaîné du 24 juillet

Alaphilippe a battu de manière stupéfiante son record de puissance de 6 % dans des montées qu’on pensait trop longues pour lui et où il craquait, d’ordinaire.

Ce n’est pas moi qui le dit, je suis trop ignare pour émettre un tel avis sur le maillot jaune du Tour. Il s’agit d’Antoine Weyer, ancien coureur 1ère catégorie, ancien entraîneur de l’équipe Festina,

De son coté, Alaphilippe déclare dans l’Equipe « Je sais le travail que j’ai fait pour en arriver là, j’en suis le premier étonné. Si cela crée de la suspicion, c’est comme ça. Quand on réussit, ça fait forcément parler, ça crée de la suspicion.« 

Suspicion n’est pas preuve pour autant. Mais comme disent les chroniqueurs, Alaphilippe déjoue tous les pronostics.

En attendant les contrôleurs de la brigade anti-dopage ont rendu visite aux équipes Jumbo-Visma, Deceuninck-Quick-Step et Ineos, jeudi juste avant le départ de la 18e étape du Tour de France. Steven Kruijswijk, troisième du classement général, George Bennett et Laurens De Plus, ses deux principaux soutiens en montagne au sein de la formation Jumbo-Visma, ont même subi un contrôle sanguin dans l’autobus, à seulement une grosse heure du départ. (source RTL be)

Ces infos là ne filtrent pas sur les chaines télé partenaires (France 2 et 3) du Tour qui sont là justement pour faire de l’audience et donner une image idyllique de la Grande Boucle qui sillonne notre hexagone en long et en large.

Je ne suis pas compétiteur, mais je sais néanmoins faire du vélo. Pas seulement pour faire mes courses en ville. Quand je vois grimper ces coureurs dans le Tourmalet, je suis bluffé. Comment peut-on produire trois semaines durant autant d’efforts surhumains? je m’interroge toujours chaque année. Du coté des spécialistes de la chose, on parle cette fois de cétone.

Les esthers de cétones seraient à la mode sur le Tour…

L’équipe d’Alaphilippe utilise des flacons de 25 grammes coûtant moins de 30 euros. Leur fournisseur est en rupture de stock.

Le Tour sans détour

Je suis allé voir le Tour dont on parle tant.

Installé à Bitschwiller, j’ai attendu devant la rue déserte. Une gendarme interdisait de traverser à quiconque tandis que son talkie crachotait « Soultz ouvert ». Pourtant la rue était déserte, les quidams engueulés ne comprenaient pas.

Puis un caravane est arrivée. Une caravane publicitaire. Haribo, le Gaulois, X-tra, Amora, FDJ, …non tout cela me laissait de marbre, même si j’ai manqué de recevoir dans l’œil un berlingot de moutarde, je suis resté zen.

Non, ce que j’attendais, c’était la 2CV Cochonou. Lorsqu’elle est arrivée à ma hauteur, j’ai compris que la France profonde pouvait rentrer chez elle rassurée.

Dans le cochon, chacun le sait, tout est bon.

Alors que les badauds vidaient les trottoirs les poches gonflées d’Haribo et d’échantillons X-Tra, une bande de coureurs cyclistes bariolés s’est engouffrée dans la montée du Hundsruck dans l’indifférence générale.

Pour le reste, je vous renvoie vers les gazettes spécialisées.

Les potins du lundi

Le Tour de France continue de perpétuer chez nos voisins des clichés bien franchouillards

C’est une semaine fantastique qui s’annonce pour les adorateurs de course cycliste alsaciens avec la venue du Tour de France. Mercredi l’étape Saint-Dié-Colmar et Jeudi l’étape Mulhouse-La Planche-des-Belles-Filles.

Je comprends toute cette génération qui suit la Grande Boucle depuis des temps immémoriaux. Pour une fois les footeux seront dépassés à l’applaudimètre. Tous les acteurs économiques seront aux premières loges. Colmar, ville d’arrivée, va consacrer 300.000 euros de ses finances publiques pour accueillir le Tour! Un investissement qui rapporte: le maire dit que la ville retrouvera 15 à 20 fois sa mise avec l’hôtellerie-restauration.

La compétition cycliste est le miroir, l’exemple, de tous ces cyclistes en herbe qui le dimanche matin s’époumonent le long de nos départementales. J’en ai même été modestement un des acteurs dans une catégorie beaucoup moins exposée qu’on appelait « cyclotourisme »…voire « cyclo-sportif » pour les plus aguerris.

Tout cela pour moi est du passé. Le cyclotourisme d’antan a vécu et chacun vogue désormais vers un vélo plus solitaire, plus athlétique ou plus bucolique selon ses goûts.

C’est dire que le champ des pratiques a enfin réussi à se sortir du dogme de « la tête dans le guidon » et du « 52×14 ».

Enfin le spectre du vélo s’est élargi à la ville. Les cyclistes urbains pour qui le vélo est avant tout un instrument quotidien de déplacement vont se tenir à l’écart de cette envahissante caravane publicitaire suivie d’athlètes bodybuildés bariolés dans laquelle peu se reconnaissent.

Laissons passer le Tour et faisons notre vélo comme on l’aime.

Cette nouvelle adoration pour la Petite Reine en ville reste en tous cas marginale. La maire de Paris, Anne Hidalgo, en fait pourtant son cheval de bataille pour les prochaines échéances. « Nous sommes passés entre 2015 et 2019 de la 17e à la 8e place, derrière Copenhague, Amsterdam et Utrecht, dans le baromètre mondial des villes les plus favorables au vélo » (Le Point.fr du 7 juillet) …et pourtant nombreux sont ceux à lui reprocher d’avoir fait de Paris un vaste chantier où tout est bloqué. Il faut se méfier des déclarations hâtives à la veille des élections. Paris à la 8eme place mondiale: mon œil!

Amsterdam est à 40% de part modale pour le vélo et Paris…3%! (FUB) Faire un bond de 34% sur la part modale de Paris comme s’en enorgueillit Anne Hidalgo revient à passer Paris à 4% soit 10 fois moins qu’Amsterdam.

Les cyclistes mulhousiens du CADRes savent combien il est difficile de modifier les habitudes des automobilistes. Les restrictions nouvelles liées à la pollution vont peut-être enfin changer la donne.

Jeudi 11 juillet: courage, fuyons!

Sortie TDF du 11 juillet D188210

La Communauté d’agglomération du Ventoux Comtat Venaissin avait déclaré en 2012, avoir traité 20 tonnes de déchets, dont plus de 20.000 canettes et 30.000 bouteilles en plastique ramassés sur les pentes du Mont Ventoux après le passage du Tour (source)

Combien de tonnes d’ordures dans les Vosges sur le bord des routes et dans les chemins adjacents en 2019 ?

En 2016, j’avais recensé les ordures de la Cyclosportive des Trois Ballons dans le Hundsrück. Edifiant! (voir ici)

Certes le groupe Amaury ramasse ses ordures, mais les autres? celles laissées par le public qui s’amassent autour de la Grande Boucle parfois plusieurs heures avant, quand ce n’est pas la veille?…

c’est ce genre d’emballage qu’on trouve dans la montagne après le passage d’une course cycliste

Je ne suis pas adepte de cette grande foire au vélo qu’est le Tour de France. Je m’y sens même étranger. Je ne vais pas expliquer pourquoi pour la nième fois.

J’ai donc hésité sur mon titre. J’avais écrit « fuyons le Tour! » et puis j’ai renoncé face à la bronca prévisible de mes lecteurs admirateurs et inconditionnels du Tour. J’ai donc écrit « courage, fuyons! » ce qui laisse un peu de place à celui qui choisira d’aller faire du vélo rien que pour lui-même ailleurs que dans les parages du Tour.

Je prends soin de mes abattis car je sais que la Tourmania est omniprésente chez les compétiteurs du dimanche. Pas seulement: chez les ceusses de mes amis retraités qui font du vélo tous les jours particulièrement dans les cols vosgiens. Ce qui les bluffent complètement mes amis cyclos, c’est de voir des types bodybuildés grimper le Hundsrück en 52×14 à 30 à l’heure.

Donc le 11 juillet vous aurez le choix:

  • aller à la pêche et si vous n’êtes pas pêcheur…
  • …vous expatrier loin des miasmes de ce barnum: ses pollutions de bagnoles, de camping-cars, de décibels et du dégueulis de Cochonou en boite.
  • regarder le Tour à la télé en sirotant une bière si vous ne pouvez résister
moi aussi, j’veux mon Cochonou (vélomaxou 2009)

Bon allez, je vous file un tuyau. Si vous voulez voir les coureurs monter le Hundsrück comme s’ils étaient sur le plat, prendre le sentier de randonnée qui y monte depuis le Weierlé et arrêtez-vous au point de vue en aplomb de la barre rocheuse. Mais les places vont être chères…

La Planche des Belles Filles à VTT

Je pars de Lepuix et je grimpe le long de la Savoureuse en direction du Ballon d’Alsace.

Je passe devant la Roche du Cerf, je traverse les gouttes du Lys, Boileau, des Oeillets sans même être mouillé!

Il faut croire que c’est vrai. Qu’est-ce qu’on n’invente pas comme conneries. On peut aussi la boire?

Après 6.5km sur la RD 485, je quitte à gauche pour prendre le Rummel. Et je poursuis jusqu’à l’Etang des Roseaux à la cote 863.

Le Pont du Rummel est bardé de panneaux

Il reste encore un peu à grimper jusqu’au Refuge de la Grande Goutte à l’altitude 1020. Ensuite je me maintiens sur la crête en contournant la Tête des Fougères. Je suis sur le GR533.

L’étang des Roseaux et son ile rocheuse
Au refuge de la Grande Goutte, j’ai mis les grandes chaussettes pour éviter les tiques
Le refuge de la Grande Goutte
le ménage est à faire
La signalétique « Planche des Belles Filles » est mise en œuvre à l’approche
J’ai manqué cette direction alors je suis revenu sur mes pas car le chemin en-dessous descend trop bas par rapport à la Planche
GR533, pourquoi tricolore?
je débouche au niveau du téléski, il me reste la dernière rampe à escalader, celle qu’on verra dans le Tour de France 2019
le zigzag salvateur pour les coureurs en manque de braquets
pose des barrières en cours pour une course qui a lieu demain
La Planche des Belles Filles

J’aboutis au téléski du Chalet. Face à moi le raidard qui affole les coureurs du Tour de France. Une fois en haut, je me faufile dans un single rond rouge jusqu’à la Roche Fendue. Puis je dégringole le Querty.

Je quitte la Planche par le sentier Rond Rouge, FFI: c’est un chemin de mémoire qui conduit à la stèle des FFI
http://www.cancoillotte.net/spip.php?article1013
Vue sur le Ballon d’Alsace en face
Vue sur la plaine depuis le Querty

Je prends le chemin forestier losange vert qui traverse la Goutte Guillaume et je me laisse descendre par le Pré Colin et le Pré Montendon jusquà Chauveroche le long du ruisseau des Belles Filles.

la scierie communale de Lepuix-Gy date de 1878. La commune devait face à la disparition des scieries du lieu qui entraînait la dépréciation des bois.
la roue à augets de la scierie, une conduite d’amenée de l’eau en bois arrive en haut de la roue

J’arrive à Lepuix par la scierie municipale. 27km/800m

https://www.openrunner.com/r/10069766

Vous aimerez peut-être aussi mes six cols à VTT depuis Giromagny

https://www.openrunner.com/route/10069766/embed/fr/63796e6c41515a337276324f4c416a6c66766c37795a586163467465536f762f6b4a2f724a51794f7968493d3a3a78684345ee118749d2664db8afb27259

Hundsrück coté sud

comme un sou neuf

Le col du Hundsrück est revêtu à neuf coté sud, c’est à dire dans la descente vers Bourbach.

Pourtant, c’était encore en bon état. Un riverain me dit pourquoi…parce que le Tour de France passe par là cet été. J’en profite pour gagner 1km/h de mieux dans la grimpée!

Coté nord, la descente de Bitschwiller a été renouvelée en juillet 2018.

Des équipes s’affairent sur le macadam entre Bourbach et Masevaux toujours pour la même raison. Il faut donner une bonne image de la France profonde quand le Tour passe par là. Cela rappelle le Rallye de France qui avait entraîné la réfection de la montée de Soultz au col Amic. Depuis certains appellent cette route forestière la route Loeb. Loeb n’a bien sûr rien payé, il s’est juste contenté de faire des ornières dans les virages avec sa Citroën survitaminée.

Tour de France

 

france
Mon Tour de France sans quitter l’Alsace

Aujourd’hui j’ai fait le Tour de France à vélo.

En un peu plus de deux heures.

C’est dire la performance!

J’ai évité les Hauts de France (trop plats) et la Savoie (trop pentue), mais en Bretagne je me suis appliqué à suivre la côte.

Les embruns du coté de Douarnenez m’ont donné l’impression de flotter dans une brume cotonneuse.

Pas de bonnets rouges rencontrés.

Images…

img_0019
A vous de trouver…

img_0020
Calme plat dans ce petit port qui sent le varech

img_0026
Nantes, les emballages de Christo

img_0088
La Rance à marée basse

 

Gonflés à l’hélium

BRA 2015

Ils sont gonflés à l’hélium ou quoi? ces types qui grimpent à toute vitesse dans un déluge de klaxons et de vociférations sans regarder le paysage.

Nous, avec Jean, on a pris notre temps…et on en a presque manqué!

Le quadruple vainqueur britannique de la Grande Boucle a été pris à partie et poussé par un spectateur dans les derniers kilomètres de la montée de l’Alpe d’Huez.(Ouest-France)

S’en prendre physiquement aux coureurs cyclistes, ça ne se fait pas.

Combien Quand bien même ils seraient dopés! (J’assume mes fautes, comme dirait Philippe)

De même que les sbires de Macron n’ont pas à boxer les manifestants le 1er mai.

Je les ai vus les types de la Sky hier grimper les lacets de Montvernier, la Croix de Fer et l’Alpe d’Huez.

Deux heures de canapé à transpirer avec les commentaires insipides et chevrotants de speakers.

Je me suis dit que parmi les adorateurs montés là-haut avec leur vélo, il y avait un certain nombre d’abrutis. Des mecs complètement dingues, comme dirait l’autre, venus là pour courir à coté du peloton, culs nus ou drapeau sur la tête. C’est étonnant, on ne voit pas beaucoup de chutes, juste quelques mouvements d’énervements des compétiteurs importunés dans leur ascension.

C’est la rançon du succès du Tour de France.

J’ai donc ma dose de TDF jusqu’à l’année prochaine.

Deux heures par an me suffisent à me faire une opinion.

Ça ne mérite pas plus.

Dommage pour la montagne, elle doit subir tous ces outrages du peuple en liesse au moins une fois l’an.

Maintenant si la montagne vous gagne, prenez votre vélo et montez ces pentes à votre allure; vous allez vous régaler.

 

Les potins du lundi

sc09516_taz

Cochonou en tête, Carrefour Market en difficulté (TDF2009) cliché Vélomaxou Firstplan

Tour de France (1re étape) : un fuyard repris, les deux autres résistent

La métaphore s’est emparée du jargon journalistique pour exprimer ce qui recommence chaque année dans la torpeur estivale: le grand cirque du Tour de France.

La caravane du Tour passe, les chiens aboient.

Moi aussi je sais user de la métaphore.

Comme vous l’imaginez, je ne vais pas me priver de baver sur le Tour. Sinon je ne serais pas fidèle à mes principes là où d’autres s’assoient dessus.

Exit les grèves SNCF, la hausse de la CSG, exit les nuages annonciateurs de la fin de la réversion des pensions, tout le monde s’en fout, l’essentiel c’est d’avoir le Tour de France.

Le Pays peut sombrer en arrière-plan des nations puisque le Tour dessine ses contours sur toute la planète. Comme en Russie où Poutine force l’admiration avec son Mondial du football pendant que son peuple périclite.

Allez ne soyons pas bégueule, le Tour de France est populaire comme jamais!

Alors va pour le Tour de France et ses flonflons qui font chavirer le Pays et la France profonde en congés payés.

Tout est dit et je l’ai déjà dit maintes fois.

Puisqu’il faut l’ivresse, buvons le nectar empoisonné jusqu’à la lie!

Au diable, l’affaire Festina! Les pisse-froids n’ont qu’à se taire.

Les Français ont la mémoire courte. Ils n’ont même plus de mémoire du tout lorsqu’il s’agit de communier en cœur à la gloire du Tour ou encore du foot.

Alors?

Alors pourquoi raviver cette plaie du dopage dans le Tour et empêcher la ferveur de s’exprimer devant les efforts surhumains de types à vélo qui chaque jour forcent l’admiration?

Pensez-donc, disait cette femme à la TV, mon petit-fils de 23 ans est sur le Tour et j’en suis fière…

Et Laurent Bodin dans l’Alsace de préciser: « Tout est clair » a […] tranché l’Agence mondiale antidopage. Un bataillon d’experts scientifiques et d’avocats a peut-être sauvé la réputation, voire la carrière, de l’asthmatique Christopher Froome, mais il ne l’a pas réhabilité, ni parmi ses pairs, ni dans le grand public. 

Ni dans le grand public? j’en doute.

Réhabiliter Froome, le grand public s’en fout. Ce qu’il veut le grand public, c’est des jeux comme dans les arènes romaines où il fallait du sang. Contaminé ou non, le sang.

On est loin, très loin de la Petite Reine et des avantages qu’elle pourrait procurer à la planète si au lendemain du Tour, tous ceux qui s’aventurent en tong le long des routes décidaient au retour d’abandonner leurs bagnoles et leurs camping-cars au profit du vélo.

sc09496_itm
Même le diable prend ses vacances en tong

Il n’y a même pas dans le Tour l’ombre d’une morale capable de l’absoudre de tous ses péchés.

Mais le Tour est une religion et son pèlerinage immuable doit s’accomplir.

 

 

Romain Bardet

Le rêve de tout cycliste, écrabouiller le Crédit Lyonnais avec son vélo

Romain Bardet, Romain Bardet, Romain Bardet, Ro…

Finalement ma femme et moi on coupe la télé pour ne plus entendre ces speakers fous prononcer Romain Bardet.

On ne sait pas pourquoi cette année le Tour ne jure que par Romain Bardet. Poursuivre la lecture de « Romain Bardet »

La Planche à repasser

Oui, j’ai vu ce coureur italien, dont je ne retiens pas le nom, gravir la Planche en moins de deux.

Deux minutes.

De quoi écœurer tous ceux qui font du vélo et qui savent combien cette pente est difficile. Poursuivre la lecture de « La Planche à repasser »

Les petits potins du lundi

Ça y est, c’est plus fort que lui.

Maxou va encore cracher sa bile sur le Tour de France.

Vous l’avez vue l’équipe de croque-morts toute de noir vêtue monter le Tourmalet? Poursuivre la lecture de « Les petits potins du lundi »

Le Tour, une comédie tragique

Tour de France, j’attendais les croquettes sous la pluie

Je pensais être un infâme clown triste avec ce Tour de France qui vient de se terminer.

Déguisé dans ma tenue en lycra, mon casque fluo sur les oreilles, je tente d’éviter les quolibets des gamins en abordant les pentes vosgiennes.

Rien à faire! Poursuivre la lecture de « Le Tour, une comédie tragique »

Le dopage technologique

La marque Vivax est connue pour produire des vélos à assistance électrique discrète: on ne voit pas l’équipement électrique.

On parle alors plutôt de dopage technologique chez ceux qui ne veulent pas montrer qu’ils ont un petit remontant camouflé dans le vélo pour se hisser en haut des cols. Poursuivre la lecture de « Le dopage technologique »

La course cycliste et ses dégâts collatéraux

Caravane du Tour. Dans le cochon, tout est bon

ASO, pour ceux qui ne le savent pas, c’est l’organisateur du Tour de France.

Pas seulement.

Amaury Sport Organisation (ASO) est aussi une grande entreprise de merchandising qui organise et contrôle les plus grandes courses internationales avec la vente de 2 millions de produits dérivés grâce aux boutiques événementielles. Poursuivre la lecture de « La course cycliste et ses dégâts collatéraux »

Armstrong est revenu

Avec Christopher Froome, le Tour de France va t-il renouer avec ses démons?

L’aisance du coureur, son pédalage mécanique, son absence de rictus douloureux dans l’effort, tout démontre qu’on a trouvé un nouvel Armstrong pour relancer une épreuve mythique qui ne sait pas se départir de ses cotés sulfureux.

Déjà les gazettes s’en donnent à cœur-joie. Poursuivre la lecture de « Armstrong est revenu »

Le Tour de France à vélo, une vague idée de voyage

Le tour de France à vélo pourrait devenir un projet, parmi d’autres.

On en parlait hier avec Jean.

L’U.S. Métro. Transports réglemente une forme de Tour de France à vélo qui épouse tous les contours de l’hexagone. Poursuivre la lecture de « Le Tour de France à vélo, une vague idée de voyage »

Comment va le vélo de Cantador?

L’épisode du vélo en carbone de Cantador cassé en deux dans la descente du Petit-Ballon (10eme étape du Tour de France) fait encore parler de lui. Poursuivre la lecture de « Comment va le vélo de Cantador? »

Le Tour est-il « propre »?

Nibali (image Le Monde)

La question revient chaque été.

Le Tour de France est-il devenu « propre », c’est à dire sans dopage?

Ceux qui posent la question sont souvent les admirateurs de la compétition cycliste en même temps qu’ils s’offusquent qu’on pointe le doigt vers leur sport favori.

Les autres, comme moi, sont persuadés que le Tour « propre » n’existe pas et ne se posent plus la question. Poursuivre la lecture de « Le Tour est-il « propre »? »

Le camping-car, c’est leur dada

Ils viennent d’Ille-et-Vilaine pour suivre le Tour en direct. Patriote, oui! mais ils ne regardent pas à sponsoriser les mastodontes de la consommation que sont Carrefour, Vittel et Banette. Des alliés de poids pour la caravane publicitaire du Tour.

 

Ils veulent voir du pays

C’est un atavisme qui nous revient, une fois l’âge de la retraite atteint.

Le Français se fait nomade, comme ses ancêtres paysans habitués aux transhumances.

Le marché du camping-car se porte mal.

En baisse de 20% au cours de ces trois dernières années, il est directement impacté par la crise.

Il se vend encore cependant 9000 camping-cars neufs chaque année. Des véhicules qui coûtent cher à l’achat et dont la revente est aléatoire. Poursuivre la lecture de « Le camping-car, c’est leur dada »

Le Tour comme si vous y étiez…

Méfions-nous de ce gars là! C’est le diable en personne

C’est peut-être forcé et contraint qu’on va devoir suivre nos coureurs à vélo du Tour devant notre télé.

En effet, ce matin, il tombe encore des draches et sous mon Vélux, l’effet de déluge est garanti.

Hier encore, je me suis astreint pour la première fois à passer du temps  à briquer mes vélos, puis je me suis installé devant la lucarne électronique pour voir le spectacle de types qui se bagarrent pour arriver les premiers au casse-croûte. Poursuivre la lecture de « Le Tour comme si vous y étiez… »