Catégorie : Hors catégorie

Le libéralisme à l’épreuve du chaos

image Facebook

Le libéralisme économique marque le pas avec la canicule. Il semble incapable de faire face aux phénomènes climatiques qu’il a pourtant largement contribué à créer. La couche d’ozone déchirée, la fonte des glaciers, la pollution débridée, l’agriculture contaminée, les nappes phréatiques polluées, les mers envahies de plastique, les espèces animales et végétales anéanties, c’est le libéralisme.

Cette politique démontre ses limites mais elle garde ses adeptes parmi les élites mondiales. Le libéralisme, ne l’oublions-pas, c’est le capitalisme d’antan travesti sous une forme libertaire. Non pas le droit de tout de faire, un droit encadré par l’ordo-libéralisme avec ses règles imposées par le commerce international.

Mais le résultat est là et ceux qui comme La France Insoumise, les plus entendus, et les Economistes Atterrés et d’autres encore réclament un changement de modèle de développement ne risquent pas d’être entendus dans nos démocraties avides de progrès coûte que coûte. Vous avez dit décroissance? n’y comptez-pas!

Alors allons-y, continuons sur notre fuite en avant mais ne nous plaignons pas. Les remèdes libéraux, on les connait.

Pour la chaleur engendrée par le réchauffement de la planète: rien de plus simple, installons la clim partout, dans les EPHAD, les écoles, les mairies, les logements. Les nucléaristes se frottent les mains.

Pour les bagnoles polluantes, faisons de l’électrique massivement.

Les exemples sont nombreux de cette politique des petits pas, de ces faux-fuyants de nos démocraties aux abois face au dérèglement de la planète.

Finalement, on est amenés à se demander si la démocratie est encore capable de conduire les États ailleurs qu’au chaos.

Born To Ride 2019, un défi à vélo

Stéphanie et David ont accompli leur raid Montmédy-Ramatuelle

1127 km et 14000 de D+ de Montmédy à Ramatuelle.

Je vous recommande la lecture du raid à vélo effectué par Stéphanie et David. Prenez votre temps, c’est passionnant. Et vous allez les admirer tellement ils ont été courageux. J’en suis sûr.

Se mettre au green

comment sortir d’un bunker

Les quatre compères se sont mis au green de bonne heure. Par malchance, la balle de l’un d ‘eux s’est plantée dans un bunker. Le golfeur se positionne, puis simule un shoot plusieurs fois pour bien ajuster son tir.

Enfin, l’heure est venue de déloger l’intruse. Dans un geste auguste, il plante le golf dans le bunker, un énorme geyser de sable s’élève vers le ciel. Mais la balle est restée sur place.

le fleuriste n’ouvre qu’à 10h15. je n’ai pas voulu attendre de savoir s’il avait prévu pour la canicule des pébroc, c’est à dire des brocs équipés de parasols

J’ai repris ma route, amusé, profitant de l’ombre de la forêt.

les jours de canicule, je vous recommande les sous-bois

A Dannemarie, j’ai bombardé jusqu’à Zillisheim.

Le canal de Dannemarie est en pleine eutrophisation due au manque de trafic. L’eau stagne.

Puis après Lutterbach, j’ai pris Reiningue. Je ne sais pas pourquoi je manquais subitement de watts avec mes jambes en coton alors je devais relancer en danseuse à la moindre pente.

Hôtel à antennes en tous genres, le dernier étage est encore libre
les portes du pénitencier vont bientôt se refermer et notre piste cyclable attendra
les types qu’on croise sur un vélo n’en mènent pas large, les braquets se font légers

A Schweighouse, le cimetière me dépanne en flotte. J’ai louvoyé comme j’ai pu vers le cimetière à chiens d’Aspach, histoire d’ôter de ma vue les grandes lignes droites que je prenais pour des mirages.

j’ai commencé par arpenter le cimetière avant de trouver le lavabo contre le mur de l’église. Ah qu’il est beau le lavabo! (Schweighouse)

Pas de doute, la canicule a du chien.

La promo du vélo à Schweighouse porte-elle ses fruits les jours de canicule? je n’en suis pas sûr

Voir le parcours

https://www.openrunner.com/r/10150434

Le Gravel fait son chemin

L’exemple type du Gravel avec son barda genre baroudeur. C’est ce qui plait aujourd’hui

Ce n’est pas moi qui vais dire du mal du Gravel, ce vélo pour gravier, venu tout droit des US en 2016.

Au diable le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse dit le dicton! Derrière le Gravel ne se cache rien d’autre qu’un coup de com qui exploite le marché du vélo et qui tente d’installer une niche entre la route et le chemin.

Soit!

Image glanée sur le net; le Gravel vous autorise le sur-mesure en fonction de vos goûts

Le Gravel Bike France sur Facebook avec ses 9000 membres assure le SAV du bouche à oreille; il n’en faut pas plus pour un engouement pour ces nouvelles machines souvent haut de gamme et dont chacun cherche encore la justification pour se lancer à l’aventure.

Lorsqu’on est « routier » et « vététiste », a t-on besoin d’un Gravel? le vélo tout chemin VTC ne suffit-il pas à faire l’affaire? Ce sont les questions à se poser. Ne tournons pas autour du pot: il y a d’abord beaucoup de geeks parmi les inconditionnels du Gravel, des cyclistes venus de la route qui voudraient faire du chemin tout en conservant l’aristocratie, l’académisme de la route.

Un Gravel de base pour commencer

Je me souviens que les compétiteurs ont inventé le cyclo-cross; avec le Gravel, nous n’en sommes pas loin. Les Graveleux, appelons les ainsi, ne manquent pas d’humour entre eux. Lorsqu’ils se posent la question de savoir quelle est la différence entre Gravel et cyclo-cross, ils répondent « ça s’écrit pas pareil! ».

D’autres le définissent ainsi : le Gravel c’est la version cyclotourisme du cyclo-cross. Comme quoi on peut s’autoriser la définition qui plait sans trop se prendre la tête.

Le Gravel made in Orbéa

Mais pour le dire autrement, je dois reconnaitre que le Gravel est capable de séduire aussi ceux qui peu à peu souhaitent se « défaire » du routier sophistiqué incapable de quitter l’asphalte. Alors oui, c’est un Gravel qui conviendra dès qu’on abordera les chemins forestiers vosgiens sans ornières. Alors vous pourrez construire des itinéraires mixtes: des départs par la route et des sections forestières bucoliques et poétiques à l’abri des pots d’échappement.

Mais finalement, vous l’aurez compris, le Gravel c’est d’abord un état d’esprit qui vous éloignera des records tout en vous rapprochant du vélo-nature.

Alors chiche, essayez le Gravel!

Cyclistes, comptez-vous!

17 cyclistes d’un coup et aucun sur le trottoir. On sait pourquoi https://velomaxou.com/2019/03/26/quand-vieux-thann-bricole-pour-les-cyclistes/

Le fait cycliste existe. Il suffit de compter les vélos qui passent. Les associations comptent comment se répartissent les modes de transport, ce qu’on appelle la part modale.

Au fait combien de vélos passent à Vieux-Thann?

Beaucoup d’élus éludent la question ne sachant pas combien de cyclistes passent ici ou là. D’ailleurs c’est commode de ne pas savoir, on s’entend souvent répondre « des cyclistes, il n’y en a pas » lorsqu’il s’agit d’améliorer une piste ou une infrastructure. Les maires préfèrent plutôt employer le terme itinéraire cyclable plutôt que piste cyclable. Pourquoi? parce que l’itinéraire fait perdre toute priorité au vélo et qu’on peut confondre voiture, piéton et cycliste sans trop de risques en confondant tout le monde dans le méli-mélo.

Vieux-Thann, c’est la ville où le tronçon Voie Verte 331 de la Thur justement est manquant. Alors on envoie les vélos sur les trottoirs en dépit du bon sens. Pas grave, des vélos « y’en a peu! »nous dit-on…

Alors aujourd’hui, j’ai compté.

Entre 15 et 16 heures ce mercredi 19 juin.

Bilan 43 vélos

Ce n’est pas rien en pleine après-midi.

  • 9 VTT
  • 2VAE
  • 9 urbains
  • 23 routiers

On a parfois du mal à identifier la nature du cycliste; est-il vététiste ou urbain? question de flair. Je me fie aussi à l’allure et à l’équipement.

Flux et reflux

A cette heure de la journée 31 dans le sens montant de la vallée et 12 descendants.

Meroux

Meroux, l’ouvrage est classé, il est fermé aux visites et il est mal entretenu. Voila qui est dit!

C’est insolite comme nom, Meroux. A ne pas confondre avec le gros poisson. Je n’étais encore pas allé par là. C’est le hasard de la balade de ce matin qui m’y a conduit.

C’est un fort et pourtant on l’appelle ouvrage, l’Ouvrage de Meroux. Étonnant bâtiment militaire construit avant 1914 pour fortifier la Place de Belfort face à un envahisseur en devenir.

J’ai compris que c’est le plus abouti de la série; il est tout en béton armé et pouvait contenir 425 hommes de garnison. Il y avait l’électricité fournie par deux moteurs Peugeot de 15 HP. Au total 13 kW en 110 Volts. On peut se référer à ce site pour en savoir plus.Visiter un site militaire le jour anniversaire de l’appel du 18 juin, je ne l’ai pas fait exprès.

Une descente agréable à Gildwiller

Avant cela, j’avais pris l’Eurovéloroute 6 sans autre ambition que de rouler.

Dannemarie, le charme de la plaisance
Pont canal en traversée de la Largue
Restez groupés les enfants, le monsieur fait la photo…

Puis vint le moment où je décidais à Froidefontaine de faire demi-tour. J’étais au km 43. Je me fie à mon instinct et je commence à naviguer « au pif »… je tombe sur la francovélosuisse, « boucle des trois voies vertes »…c’est agréable.

Allons sur la francovélosuisse!
la traversée forestière est confortable

La grande gare TGV de Belfort-Montbéliard apparait, baptisée Axion, c’est la première fois que je la découvre. Je la traverse…

gare TGV Jonxion 1, un truc futuriste, je présume vu le faible trafic…

Ensuite je bénéficie encore d’un bel itinéraire cyclable qui me conduit à Meroux puis à Bessoncourt.

J’ai hésité à prendre la direction du fort Ordener après Meroux, dommage!
Jusqu’à Chèvremont, l’itinéraire cyclable est parfait, on est tout seul

A partir de Bessoncourt, ça se complique, je traverse le grand échangeur autoroutier jusqu’à la D83.

Je me fais tout petit le long de cette route D83 jusqu’à la sortie de Lachapelle-sous- Rougemont.

Je quitte la D83 pour prendre Soppe. Ouf!

Dommage que je n’ai pas su éviter ce tronçon routier éprouvant de la D83. trace GPS

Les potins du lundi

Je trouve qu’on était un peu vintage dans le col Amic en 2011. Les codes vestimentaires ne sont plus ceux-là. La route venait d’être refaite à neuf pour le passage du Rallye de France en 2010. C’est depuis cette année là qu’on l’appelle la route Loeb.

Relâchement. On n’est pas des esclaves du vélo, non. On a le droit de s’accorder du non-vélo l’espace d’un week-end. Alors c’est fait, j’ai bullé tout le week-end. Si le vélo est universel, il n’est pas encore partagé par toute la famille chez moi. Alors il faut bien faire une entorse à la règle de temps à autre. (voir mon billet d’hier)

Elles étaient combien?…quatre? cinq?…peut-être six fourgonnettes vendredi au col du Hundsrück. Des marcheurs? je ne sais pas. Mais ces fourgonnettes portaient toutes le sigle de divers organismes publics, Parc des Ballons, Conseil Départemental, et j’en oublie.

Pour ces gestionnaires de la montagne, pas de covoiturage, tout le monde monte avec sa bagnole.

La route Loeb, tous les cyclistes la connaissent. Sauf les élus du Conseil Départemental qui s’interdisaient d’admettre que c’est pour le Rallye de France qu’on avait goudronné la route forestière qui mène de Soultz au col Amic. La montée du Col Amic par Wuenheim (ou Soultz) est un vrai régal depuis que la chaussée a été refaite pour la venue de Sébastien Loeb en 2010. Auparavant cette route était jonchée de trous et personne parmi les élus n’auraient admis sa réfection prioritaire au nom des cyclistes du dimanche.

Aujourd’hui, Loeb n’est plus là et le rallye non plus. Tant mieux! C’est le Tour de France cycliste qui sert à présent de guide aux élus dans la réfection des routes. La preuve en est que l’itinéraire du 17 juillet prochain de Mulhouse à la Planche-des-Belles-Filles a été complètement relooké. Y compris là où la route était encore potable comme la descente de Bourbach-le-Haut. Il ne faudrait pas que le successeur de Froome vienne se casser un abattis dans la descente à cause d’un gravillon malvenu!

On pourrait rire de ces sursauts de bonne volonté de nos corps publics pour améliorer nos infrastructures qui, toute rigueur budgétaire cessante, trouvent de l’argent au profit d’œuvres privées. Car le Rallye de France et le Tour de France sont des entreprises privées qui bénéficient de deniers publics sans même que la Collectivité ne soit appelée à délibérer. Pourquoi par exemple ne pas organiser un referendum pour savoir s’il fallait ou non un revêtement neuf au col du Hundsrück? combien ça coûte au fait ces travaux de macadams menés sans concertation sous la pression d’un lobby? La démocratie représentative nous montre chaque jour un peu plus ses limites. Voter et nous nous chargeons du reste, c’est la politique dont on ne veut plus.

Faut-il interdire la pub pour les bagnoles? Je réponds oui, sans hésiter dès lors qu’on priorise dans ces réclames les SUV et les véhicules énergivores. Des députés suggèrent en effet d’interdire ces pubs qui ne visent qu’à encourager l’achat et l’usage de la voiture polluante. Des torrents de pub se déversent sur les antennes et dans les journaux (3 milliards d’euros, dit-on). Il est temps d’arrêter puisqu’enfin on sait que le monde automobile est voué à disparaître sous sa forme actuelle. La France est bien partie pour se trouver face à un nouveau marasme avec sa politique de petits pas vis à vis de la voiture. Il faut sans délai reconvertir toute cette industrie appelée à disparaître faute de quoi nous allons nous retrouver avec des millions de chômeurs en plus…et des importations chinoises massives de véhicules à batteries.