Catégorie : Hors catégorie

Recycler l’air rapporte gros

Eolienne de Schönwald en Forêt Noire (vélomaxou)

Recycler l’air, des petits malins savent faire. J’ai vu cette semaine des champs éoliens à perte de vue qui se dressaient dans la plaine céréalière de la Marne entre Chalons et Sézanne. Plus près de nous, il existe ceux du Barrois entre Void et Ligny-en-Barrois.

On est loin des vertueuses solutions de nos écolos verts lorsqu’on apprend que tous ces énormes mâts qui surgissent dans nos campagnes ne sont que le fait de financiers étrangers venus pomper la manne des subventions accordées par l’Etat à ces aimables investisseurs.

En fait si les éoliennes se répandent ça et là, c’est tout simplement parce que le gâteau vient d’EDF qui ponctionnent ses abonnés sur les factures d’énergie…pour le redonner ensuite aux fonds de pension qui émargent dans les sociétés de l’éolien.

A propos du gâteau d’EDF, il est temps d’en profiter car cette boite née en 46 est en quasi-faillite comme beaucoup d’autres fleurons français. Bruxelles est passé par là car dézinguer une boite publique qui produit du courant peu cher, ça arrange la concurrence.

C’est ce qu’on entend dire.

Du coté des communes et des agriculteurs, l’intéressement n’est pas moindre. On parle ainsi de 30.000 euros de loyer par an pour un seule éolienne! Pour une paysannerie en jachère, le calcul est vite fait, à la place des veaux, mieux vaut élever des éoliennes.

Reste un hic: au bout de vingt ans l’éolienne est morte et le démantèlement reste à charge du propriétaire des lieux… sans parler des 200 tonnes de béton enfouis dans le sous-sol et de tous les câbles souterrains destinés à évacuer l’énergie.

Ces aimables joujoux qui produisent un mégawatt les jours de vent (20% du temps) n’ont rien à voir avec les deux tranches nucléaires de Fessenheim (1800 mégawatts/80% du temps, la moitié de la production alsacienne) qu’EDF vient d’abandonner sous les hourras écolos (500 millions de manque à gagner que l’Etat (donc nous) s’engage à verser à EDF)

Si j’ai faux dans ce minuscule billet, les verts pourront me corriger et j’en serai rouge de honte.

Musique maestro!

Je commence comme ça ce matin. Je ne dérange personne. Pas de bureau partagé dans mon home, pas d’Openspace. De la musique à volonté.

Et puis après, je me pose. Qu’est-ce que je pourrais bien entreprendre de constructif avec moi-même?

Participant : moi-même

Moi-même, c’est mon ego ou mon autre. Mais je ne suis pas toujours d’accord avec lui. Des crispations, des mésententes surviennent sur la marche à suivre. La marche à suivre? Mon confrère et ami Pierre Brunner me surprend toujours lorsqu’une fois de retour de sa marche, il raconte sa balade avec lui-même sur son blog LTD RANDO 68.

Participant: lui-même, écrit-il. Comme pour se prouver qu’il était là et que ce n’était pas son double qui a accompli ce périple souvent exigeant. En somme, une sorte de confirmation s’il venait à douter en découvrant ses belles images du jour. Non, ce n’était pas un rêve, il était bien là.

Alors, aujourd’hui?

J’ai ce vague projet d’organiser une rencontre régionale à destination de Amis du Randonneur ( des gens à vélo). J’ai du temps devant moi car il faudra au préalable passer sous les fourches caudines de l’administration du Randonneur pour caser une date.

Alors voila, je vais tenter de construire un parcours n’excédant pas quatre-vingt kilomètres de vélo entre Masevaux et Belfort au pied de nos collines sous-vosgiennes.

la vallée de Saint-Nicolas

Au menu touristique, il y aurait donc Masevaux, Rougemont, ses arrosoirs, Saint-Nicolas, Lamadeleine-Val-des-Anges, puis une incursion dans cette zone des étangs autour d’Eloie, le fort de Roppe au cœur de la forêt, la Seigneurie, la gare de Sentheim, le train Thur-Doller,…

Autour d’Eloie

Le Randonneur dans le désert

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est le-randonneur-001-e1568964789856.jpg

Le Randonneur N°71 de septembre 2019 est là.

Je ne sais pas pourquoi ce mois ci, le rédac. chef s’ingénie à nous mettre une couverture de Une avec un type qui pédale dans le désert, des chameaux d’Arabie face à lui.

Est-ce une façon de préfigurer l’Europe qui nous attend avec le réchauffement climatique?

Alors oui, je distingue au fond dans la brume matinale les contreforts des collines sous-vosgiennes, puis plus loin nos ballons ronds. Le chemin caillouteux? Oui, je l’imagine aussi. La nationale 66 Mulhouse-Epinal, une fois débarrassée de ses encombrements routiers, faute de pétrole est revenue à l’état de piste romaine puisque l’enrobé bitumineux ne sera plus qu’un souvenir.

Trêve de plaisanterie, je ne m’imagine pas visiter à vélo des contrées exotiques . Le Randonneur cherche toujours des rédacteurs pour sa rubrique « le p’tit coin méconnu ». J’en connais des p’tit coins, mais ils sont connus par la plupart d’entre-nous, alors j’évite l’exercice. Surtout que le comité de lecture ne rassure pas les postulants en « s’attardant sur chaque mot ». S’attarder sur mes mots? jamais! Maxou reste Maxou et je refuse de me plier à un censeur. Je reste chez moi avec ma prose vérolée.

Cela dit j’invite les cyclistes-cycliques, c’est à dire ceux qui prennent le temps de descendre du vélo de temps à autre à lire le Randonneur. Lire, c’est notre gymnastique du cerveau chaque matin. Ne le décevons-pas!

En plus le Randonneur vient de comprendre, un peu tard, que payer avec la monétique Paypal son abonnement à 24 euros c’est moins chiant que de faire un chèque qui reste sur le frigo pendant des semaines.

Une bonne nouvelle: les nouveaux abonnés appartiennent plus souvent à la tranche 30/39 ans.

Le site du Randonneur est là

Fin mai 2019, les randonneurs se sont retrouvés à Montpazier (Dordogne). J’y étais.

https://velomaxou.com/2019/06/03/quatre-jours-de-voyages-1-4/

https://velomaxou.com/2019/06/04/quatre-jours-de-voyages-2-4/

https://velomaxou.com/2019/06/05/quatre-jours-de-voyages-3-4/

https://velomaxou.com/2019/06/06/quatre-jours-de-voyages-4-4/

J’ai parcouru tous les itinéraires. Force est de constater qu’un certain nombre parmi nous n’ont plus la force due à l’âge de les réaliser en entier. Il conviendrait de tracer des parcours plus adaptés.

L’eau, l’énergie, allons-nous vers un conflit mondial?

Colline du Bollenberg. Préfiguration du climat méditerranéen étendu à toute l’Alsace?

Doit-on s’inquiéter des pénuries à venir? la pénurie d’eau? la pénurie d’essence?…et corrélativement la pénurie de courant électrique d’origine nucléaire, hydraulique et…solaire (car le solaire a ce défaut d’être moins bon en période de canicule).

Pour l’heure, on fait comme si. Comme si la canicule n’était que passagère. Or voici plusieurs années que le phénomène se reproduit: une baisse de la pluviométrie, un asséchement des cours d’eau, une baisse des nappes phréatiques.

Combine te temps encore le monde agricole va t-il pouvoir disposer d’eau à profusion pour la compétitivité de ses cultures?

Ne plaisantons pas! les conséquences sont là: des communes ravitaillées en eau, des centrales nucléaires qui doivent réduire leur production à cause du réchauffement de l’eau, des bétails qui manquent de pâtures, la faune piscicole qui meurt, les cultures agricoles qui pompent de l’eau là où elles peuvent et notamment dans des rivières déjà exsangues…la forêt vosgienne qui dépérit (100.000 m3 de sapins morts dans le sud vosgien).

Dès lors, que faut-il attendre de ces pénuries?

  • des restrictions tous azimuts
  • des rationnements
  • des coûts de marchés qui vont exploser

Est-ce un scénario catastrophe? je ne le crois pas. Le problème, c’est que les pouvoirs tardent à prendre des mesures de crainte d’affoler les populations…on le voit notamment avec le laxisme lié à la pollution automobile aux abords des agglomérations.

Nos anciens savent ce que veut dire rationnement. Pendant et après la guerre, il y avait les tickets de rationnement. Aujourd’hui sommes-nous prêts à être rationnés? avoir de l’eau ou du courant quelques heures par jour?

Vingt litres de gas-oil par semaine. Et débrouillez-vous avec ça.

Le scénario du pire aurait de graves retentissements sur l’humain, des conflits possibles sur les droits d’usage et aussi des pathologies cognitives probables chez les individus incapables de s’adapter. Nos congénères habitués à la profusion de tout seront-ils capables d’accepter cette nouvelle donne en lien avec le réchauffement de la planète? Il est vraisemblable qu’aucun État démocratique ne sera en mesure de prendre les mesures qui s’imposent pour inverser la tendance. D’ailleurs, seul, quel État pourrait entraîner le reste de la planète et les climatosceptiques comme Trump ou Bolsonaro?

On peut donc s’attendre à un conflit mondial généralisé entre les impérialismes qui vont s’entre-choquer pour conserver leur leadership face aux enjeux climatiques.

C’est pessimiste, je sais. Mais avons-nous des raisons de croire que la tendance du monde peut s’inverser?

Les potins du lundi

Réforme des retraites, enterrement ou enfumage?

Qui perd gagne!

On ne sait pas encore qui du Gouvernement ou qui du retraité va perdre ou gagner cette bataille qui s’engage autour de la réforme des retraites.

Certes les jeunes générations sont devenues individualistes et imaginer une convergence des luttes est illusoire. Le syndicalisme a perdu son aura et il aura beaucoup de mal à mobiliser. Mais un mouvement populaire est toujours possible, solidaire et incontrôlable comme celui des Gilets jaunes. Ce qui serait pire pour le Gouvernement…et attendu par les mouvements anarchistes.

Il faut reconnaître que le gouvernement est habile à présenter des pertes de droits en avancée sociale.

Réforme: changement de caractère profond, radical apporté à quelque chose, en particulier à une institution, et visant à améliorer son fonctionnement (dictionnaire Larousse)

S’agissant de la réforme des retraites, le Gouvernement joue gros car il a contre son projet un certain nombre de professions. Je pense aux avocats, aux agents EDF, aux fonctionnaires qui disposent d’un pouvoir d’influence pour les uns et d’un pouvoir de nuisance pour les autres. Et si demain la France était plongée dans le noir par manque de courant électrique?…(un sujet hautement risqué et prévisible que se gardent d’aborder les commentateurs) et les contrôleurs aériens?… imagine t-on les remplacer par des contrôleurs militaires comme en mars 1973 où deux avions se sont percutés?

Dans un régime par points, le montant des retraites n’est pas garanti (comme il l’est actuellement) puisqu’il varie en fonction de la « valeur du point » Ainsi, en Suède, les actifs peuvent partir dès 61 ans mais l’âge moyen auquel ils prennent leur retraite était de plus de 65 ans en 2014, contre moins de 60 ans en France, selon l’OCDE.

Plus juste! Vraiment?

Plus de justice nous dit-on. Certains comprennent que derrière le plus de justice , il y a surtout plus de pauvreté. Le niveau des retraites n’est plus garanti a priori : si la situation économique s’améliore, le niveau des pensions augmente ; si la situation, au contraire, se dégrade, le niveau des pensions baisse. Mais dans la situation actuelle beaucoup ont à perdre. Par exemple les professions libérales, comme les avocats, risquent de voir doubler leurs cotisations retraite (de 14 à 28%) alors même que leur caisse est autonome et ne coûte rien à l’État. Les avocats manifesteront lundi 16 septembre…et d’autres professions, après la RATP cette semaine passée, vont suivre.

On comprend jour après jour que cette réforme conduit à beaucoup d’interrogations comme le recul de l’âge de la retraite, la valeur du point et la remise en cause unilatérale des acquis sociaux.

In fine, ne soyons pas dupes, derrière cette réforme se cache en fait la volonté des États de réduire la part des pensions dans leur PIB pour mieux affronter la capitalisme mondial.

Étiquettes…

est-ce encore du pain?

Vous allez rire. Je l’espère.

De nos jours, on est à cheval sur les normes. Alors on étiquette tout.

Le pain du Leclerc où l’on s’aperçoit qu’on mange en fait beaucoup d’autres choses que de la farine et du levain…et les étiquettes de nos t-shirts.

Des étiquettes pas agréables à porter

Pour les t-shirts, c’est une torture. Je ne les supporte pas sur le coté gauche du ventre. J’ai tout essayé. Les couper? c’est pire, le moignon d’étiquette est devenu une épingle. Alors la solution, c’est de les découdre! Oui mais ensuite il faut recoudre et je n’ai pas ce talent de refaire une couture aussi nette. Alors? je vous avoue tout: je mets mon t-shirt à l’envers.

Je plains les dames…

Je suis passée à la boutique Petit Bateau, même leur coton bio a des étiquettes, et la vendeuse ne semblait pas très à l’écoute de mes pb de gratouille. J’ai quand même pris deux culottes en test, car je rencontre en + un pb avec les élastiques des culottes qui irritent et là c’est plus compliqué  

Je n’ai pas encore essayé le Découvite : (nom masculin!) invention très utile pour les couturières permettant de défaire rapidement une couture.

La Bonette à l’index

Inutile de chercher à frimer dans le Hundsrück avec ce maillot de la Bonette acheté à Intersport Jausiers en 2012. Il est cousu avec un fil de nylon qui vous perfore les flancs mieux qu’une aiguille. Je ne suis quand même pas un cheval

Pédale et tais-toi!

Je sais, pour en rencontrer de temps à autre, que certains de mes lecteurs n’apprécient pas cette chronique du lundi. Pour eux le vélo se suffit à lui-même. Nul besoin d’y ajouter des considérations d’ordre politique, sociétal ou économique. Le vélo serait donc un attribut désincarné de la personne, notre prolongement minéral disait Jarry, et rien d’autre. Nul besoin d’en faire plus. Ce n’est pas ma conception du vélo militant…et je suis triste à l’idée qu’on pourrait pédaler uniquement pour son plaisir personnel, par goût et non pas aussi avec le regard que l’on porte à la société et l’image qu’on lui donne pour contribuer à un monde meilleur.

Bâle, le SlowUp fait le plein

Bienvenue au départ de Huningue
Le SlowUp de Bâle, trois boucles inter-frontalières et le long du Rhin

Je ne sais pas combien nous étions. Trente mille?…quarante mille?…Seuls les organisateurs pourraient le dire. Chapeau à ces centaines de bénévoles présents aux intersections pour garantir la sécurité et le succès du SlowUp de Bâle 2019.

on passe en Suisse sans montrer patte blanche exceptionnellement

Nous avions donc au choix trois boucles à parcourir autour de Bâle.

31 km : Bâle – Riehen – Lörrach – Weil am Rhein – Huningue – Saint-Louis – Bâle

21 km : Bâle – Birsfelden – Muttenz – Pratteln – Augst – Wyhlen – Grenzach – Bâle

18 km : Augst – Wyhlen – Herten – Rheinfelden – Kaiseraugst – Augst.

les faubourgs de Bâle sont occupés par l’industrie

On partait d’où l’on voulait et on parcourait une, deux ou trois boucles. Une seule obligation: tourner tous dans le même sens. Pourtant on a croisé quelques cyclistes dans l’autre sens qui prenaient de grands risques de collision.

baisse de pression dans portique pneumatique
Attention au tram!
dès qu’un ralentissement intervient, de gros bataillons de cyclistes se forment
il fait déjà chaud dès 10 heures ce matin
idéal pour les familles d’être mis à l’abri du trafic
bonjour Madame

Ce qui est bien dans le SlowUp, c’est que la route est à nous. Tous les accès sont neutralisés et le balisage est parfait. Heureusement car les itinéraires sont compliqués. Passer d’un grand axe à quatre voies à une simple piste génère automatiquement des bouchons.

nous voici sur les bords du Rhin
à vélo et faire des photos
peu de tandems, mais beaucoup de VTT et VAE
transport familial
Une petite bosse pour quitter le rivage

Le voyage nous fait découvrir Bâle et aussi ses extérieurs bucoliques le long du Rhin.

Une moitié d’avenue rien que pour les cyclistes, c’est abusé…
silhouette étonnante animée
promotion de produits suisses. Miam!
la vache Swissmilk monte sur ses grands chevaux

Il faut cependant être vigilant: tout le monde ne roule pas de façon disciplinée à droite, non. Beaucoup tiennent la gauche et empêchent les dépassements. Les cyclotouristes « patentés » piaffent parfois d’impatience derrière. Mais en venant au SlowUp, on sait que c’est d’abord une fête, alors restons tolérants!

pour petits et grands
je présume que c’est du bio…
on retraverse le Rhin
tour Roche
transport combiné
vous avez votre vignette?
Bâle
Comme au Tour de France
Une connaissance amicale

On n’échappera pas aux immenses « ravitos » qui jalonnent le parcours, dotés de jeux pour les petits et de restaurations généreuses.

C’est où déjà?
un des innombrables bouchons
je confirme, il y a de la verdure autour de Bâle
usine électrique
j’ai pas encore essayé, mais ça me semble pas facile
il n’est pas très content
police à vélo
Pub pour Skoda, j’ai gagné combien?
qu’est-ce que c’est que tout ce monde?
arrêt obligatoire
A l’Ardéchoise aussi ça bouchonne?
ambulant déambulant
ce cyclo s’est échappé et je lui ai filé le train un bon moment
cherchez l’erreur…

Amusant de voir ces petits enfants à vélo et ces parents tractant la remorque des tous-petits. Respect à toutes ces familles qui ont choisi de promouvoir la nature, à pied, à vélo, à roller.

y’a pas plus petit?
des échappés
un échappé
Huningue, la passerelle

https://www.openrunner.com/r/10513432