Catégorie : Hors catégorie

Les potins du lundi

La Région Grand Est, un territoire de destinations - Marketing Territorial
Le Grand Est, un puzzle qui peine à convaincre

Je vous parle de choses qui passionnent peu: les élections régionales.

En dépit du buzz que font les médias sur la tambouille politique entre les états-majors, les atermoiements de LR en PACA avec le faux ralliement de son poulain à LREM, les mouvements de menton de Xavier Bertrand et de l’avocat-ministre Dupont-Moretti dans les Hauts-de-France, la campagne n’imprime pas.

Pourquoi?

Jean Rottner

Tout simplement parce que les régions françaises contrairement aux lands allemands n’ont pas de pouvoir politique: elles n’ont ni armée, ni police et ne peuvent pas lever l’impôt et ni édicter des lois. Ce sont des nains politiques dont on n’attend rien. Et ce n’est pas le bricolage territorial de François Hollande qui a arrangé les choses.

La messe est dite. Il est inutile de se focaliser sur les élections régionales.

D’ailleurs en Alsace, la région Grand Est reste étrangère aux Alsaciens et les escarmouches qui se préparent entre Jean Rottner et Brigitte Klinkert (deux Alsaciens!) risquent plutôt d’avantager le RN Laurent Jacobelli parachuté par son parti.

Passons à autre chose!

Nos yeux

Le monsieur arrive vers moi. Il longe consciencieusement le trottoir. Son chien le guide. La conversation va durer.

Vous avez un GPS pour vous guider, moi c’est mon chien. Je lui dis « Hundsrück!… » et il m’emmène au Hundsrück devant l’auberge de la Fourmi.

Mais il ne connait qu’un itinéraire pour m’y conduire bien qu’il en existât plusieurs.

Au bout de la rue du chemin de fer, avant d’atteindre la rue des Libérateurs de Willer-sur-Thur, quand je vais voir mon frère, mon chien contourne toutes les flaques d’eau du chemin pour ne pas mouiller mes pieds.

Voilà onze ans que la cécité l’a frappé et les épisodes dépressifs ont été nombreux. Mais son chien lui a fait reprendre goût à la vie.

Trash

Heavy metal, l’ambiance trash

On peut difficilement fermer les yeux sur la société trash. Celle du mauvais goût, de la provocation, de l’agressivité. Je dois y participer moi-même sans toujours m’en rendre compte. Mais enfin tous nos déboires, nos déconvenues sociétales s’accumulent. On dit que les violences font la loi pas seulement dans les « quartiers » mais partout ailleurs. Pour tout et n’importe quoi. L’âge venant, j’en deviens las.

Notre perte de valeurs est patente. Elle est la conjonction, à mon avis, d’un laisser-faire qui dure depuis bien longtemps en matière d’éducation et aussi de mouvements de population qu’on peine à intégrer et qui font société à part.

Bref, tout cela ne sent pas bon du tout.

Électrique

Je ne sais pas vous, mais moi ça commence à m’agacer toutes ces pubs de bagnoles électriques. Je me demande comment nos congénères font pour avaler cette supercherie qui tend à nous faire croire que demain on va rouler propre parce que c’est électrique. Alors qu’on ne fait que cacher la poussière nucléaire sous le tapis. Sans parler du reste: perpétuer les dégâts environnementaux voire en les aggravant et encourager le pillage de la planète. N’eût-il pas été plus simple d’inventer des voitures vertueuses légères en complément des mobilités douces? non! à la place on invente des mastodontes remplis de batteries. Où est le progrès?

Sous la pression des états, les constructeurs s’empressent de mettre sur le marché du tout électrique, sabrant dans le vif des effectifs de ses fonderies d’aluminium. Les fabricants de pompes à injection (700 licenciements chez Bosch à Rodez d’ici 2025) sont aussi dans le marasme et la grande fonderie Renault du Poitou ultra-moderne va mettre un bon millier de types à la rue.

Je vais finir mon vieux diesel turbo-compressé en douce. Il tiendra bien jusqu’à la fin de mes jours et j’éviterai d’aller là où on me l’interdira comme Strasbourg l’envisage. D’ailleurs rouler en ville en bagnole est un non-sens qu’il est temps d’abandonner.

En attendant, vu les prix délirants des bagnoles électriques, je serai capable de m’en passer.

Maintenant voyons comment l’énergéticien EDF va construire ses tarifs de recharge…tout en y intégrant les taxes que l’État, fatalement, va devoir instaurer en remplacement des taxes sur les carburants fossiles qui constituent 60% du prix du litre. Ne nous trompons pas: la tarification par usages existe et un abonnement domestique n’a rien à voir avec l’énergie automobile combien même votre voiture serait garée à l’intérieur de votre garage à proximité d’une prise de courant. Les usagers de voitures électriques risquent d’avoir des réveils douloureux quand l’électrique va devenir juteux pour l’Etat.

Une diagonale difficile

Peut être une image de vélo, route et texte qui dit ’50 LA COURTINE OvE’

Strasbourg-Hendaye à vélo. Ce matin Pascal bride a accompli les trois-quarts de sa diagonale Strasbourg-Hendaye (1170km en 99 heures). Beaucoup de vent de face et de pluie. En fait les 99 heures comprennent aussi les arrêts ravitaillement et le sommeil. Il reste donc tout juste le temps de pédaler 12 à 14 heures par jour.

334 km (13h) le premier jour jusqu’à Digoin Saône et Loire (2893m)

308 km (13h30) le deuxième jusqu’à La Courtine Creuse (3272m)

272 km(12h) hier jusqu’à Issigeac Dordogne (2770m)

Il lui reste à parcourir théoriquement aujourd’hui 256 km pour rejoindre Hendaye.

Un beau défi qui va être gagné ce soir à n’en pas douter!

Wingsurf à Aspach-le-Haut

C’est le nouveau sport de glisse tendance.

Une « Wing » est une aile que vous tenez via un wishbone ou des poignées alors que vous vous trouvez sur une planche de foil.

Aujourd’hui aux gravières de la Thur face à Wantz, un wingsurfiste s’entraîne. Le vent est carrément debout et il peine à rester en équilibre sur son foil.

Votez pour le meilleur dialogue

L’heure de voter est arrivée. Cinq candidats sont en lice. N’hésitez pas à impliquer vos amis pour vous faire gagner cette aquarelle de Maxou.

  • 1 j’en ai marre de pédaler, j’achète un VAE…allez, déconne pas (Pierre via Facebook)
  • 2 passe devant, y a une bagnole qui arrive…T’inquiète, y’a assez de place (Charles)
  • 3 ça caille…je dirais même plus, ça caille (Pascale)
  • 4 t’es à combien de watts?…ta g….., pédale! (Lomoberet)
  • 5 qu’as-tu mis dans ton bidon, aujourd’hui?…du gel hydroalcoolique (Laurent)

Fin du vote lundi 3 mai à 8 heures.

Les potins du lundi

Liège-Bastogne-Liège. C’est beau la Belgique

C’était un fou de vélo monsieur le juge, dira l’assassin, fou d’Allah.

Un type arrive en face de moi dans le petit single qui conduit du chalet du Hochburg au chalet du Weierlé.

C’est assez étroit, alors je profite d’un dégagement pour le laisser passer.

L’homme me salue à peine et baisse la tête.

Soudain dès qu’il arrive à ma hauteur, il sort une énorme feuille de boucher et tente de m’en donner un grand coup sur le casque. J’esquive et je me barre profitant de la pente.

A la lumière d’un nouveau faits-divers sanglant, nous sommes tous fondés à nous demander si notre assassinat n’est pas déjà programmé là où on ne l’attend pas. De la part de gens comme vous et moi apparemment inoffensifs.

C’est une fiction, bien sûr. Je ne suis pas un symbole de la République. Pas encore! On pourra m’objecter que je joue un mauvais film, que non, la France n’est pas au bord du gouffre. Pourtant si je regarde la montée des incivilités, ce que l’on nomme pudiquement par exemple les conflits d’usage, je vois la montée des égoïsmes, préambule des intégrismes? des irréductibles de leur bon droit qui veulent en découdre tout de suite et se rendre justice eux-mêmes.

Selon le Littré, assassin provient de l’arabe haschischin, signifiant buveurs de haschisch.

Ces fous de dieu comme on les nomme ont décidé de nous faire la peau. Ils ne nous aiment pas. Moi non plus. Mais ils ont l’outrecuidance en plus de venir profiter de notre hospitalité pendant de longues années avant de commettre leurs forfaits. Voici donc des fous qui risquent de pousser notre Pays vers le repli sur soi. Phénomène naturel lorsqu’on est attaqué et sans réponse adaptée.

La France a encore beaucoup à apprendre sur sa sécurité intérieure…et j’avoue tomber des nues quand j’apprends que même des corps spécialisés comme la police sont incapables de tirer les enseignements de leurs manquements comme ceux de l’attentat du 3 octobre 2019 à la préfecture de police de Paris où l’un des leurs a assassiné quatre policiers.

La culture de la sécurité, cela s’apprend. Dans tous les métiers et dans tous les registres de la vie courante, y compris en faisant son vélo.

La période pandémique devrait nous y aider mais je crains que dès que les vannes seront ouvertes, nous allons retrouver tous nos travers.

C’était un fou de vélo monsieur le juge, dira l’assassin, fou d’Allah.

Envolées Belles en Champagne

Chatillon sur Broué

Il ne fallait pas rater cette envolée belle samedi soir sur la Cinq. Une belle présentation de la Champagne et de son vin, ses caves et son immense richesse capitalistique. Et puis aussi ce formidable lac du Der encore peu connu où le village de Nuisement-aux-Bois y a été englouti. En trait-d’union, le vélo. Du vélo partout. Dans le vignoble rémois où en 1977, j’ai le souvenir d’avoir été « à la ramasse » toute la journée à parcourir la montagne rémoise et son vignoble en long et en large pendant 160 km. Et du vélo aussi autour du lac. Autour du lac, au moins, c’est plat. Et aussi le musée du vélo à Trois-Fontaines-l’Abbaye. Tout un programme pour celui qui aime le vélo!

Trois-Fontaines- l’Abbaye

Thannerhubel à VTT

Lorsqu’on voit le chalet du ski-club du Rossberg, on a partie gagnée
Brave VTT, qu’est-ce qu’il supporte!
https://www.openrunner.com/r/12921993

J’ai tout monté sur le vélo jusqu’au km 14. A partir de là, la dernière grimpée au Rossberg dépasse les 15%, je pousse…et puis je pousse aussi pour atteindre la table d’orientation.

Gaffe dans la descente!

Il y a des passages périlleux en descendant à Martisplatz.

Et puis je m’offre en plus la vue Zuber. Là aussi avant le Wéierlé, c’est casse-gueule.

Redescendre sans se laisser griser

Au vaccinodrome

Mon vélo voulait rentrer dans le vaccinodrome. Rien à faire! J’ai du me résoudre à l’attacher à la barrière. Avec deux antivols pour ne pas qu’il s’échappe et sous l’œil bienveillant du service d’ordre.

En zone d’attente post-vaccinale, 15 minutes
24.07 km à l’aller
25.14 km au retour

Les potins du lundi

VAE Canyon Spectral 5200 euros. Le vélo de demain sera électrique ou ne sera pas.

En faire un drame!

Le gouvernement a le pistolet sur la tempe. Il ne pourra pas échapper à la mise en demeure de toutes ces professions sinistrées qui veulent retrouver leurs libertés. A commencer par la liberté de commercer. Et aussi la liberté tout court de travailler.

Oui ce sera un drame, si le 15 mai prochain, les métiers interdits ne peuvent pas se remettre en marche. Coûte que coûte!

Sinon, oui un drame, des drames se produiront avec comme on le suppute déjà des « hors-la-loi » qui commercent en douce derrière les rideaux de fer, derrière les comptoirs, dans les arrière-boutiques. On ne pourra pas éviter l’affrontement de toute une population mise sous contrôle depuis des mois.

Du coté du grand public, les « vous et moi », on commence aussi à trouver le temps long. En l’absence de perspectives, on ne sait pas si l’été sera celui de la liberté retrouvée ou s’il faudra encore relever d’une administration tatillonne qui va vous enfermer dans un univers conditionnel.

Tu viens à Saint-Romans (38) du 13 au 16 mai à la rencontre des Randonneurs? me demande Christian

Je ne sais pas répondre. On ne sait pas répondre. Dans un mois on ne sait pas si la France sera déverrouillée. Ce statut devient scandaleux.

La situation est d’autant plus préoccupante que la maladie planétaire est appelée, selon les experts, à devenir endémique avec une vaccination périodique. J’ai une petite fille qui ne connait que ses grands-parents masqués. Qu’est-ce qui se passe dans le cerveau d’un enfant si petit? quelle image lui donne t-on de nous? C’est dramatique. Ça l’est d’autant plus qu’il semble que nous ne connaîtrons plus que cette distanciation jusqu’au bout, vaccinés ou pas, nous les générations anciennes.

Concrètement, on aura donc droit au passeport sanitaire redouté par beaucoup. Pas seulement pour prendre l’avion mais aussi pour notre quotidien, aller au restaurant, à une rencontre sportive, à un spectacle. Je le ressens comme tel en espérant me tromper.

Ne pas en faire un drame!

marché du VAE

C’est presque un sujet devenu dérisoire que d’évoquer l’irruption du vélo électrique dans notre monde cyclistes. Ce machin là nous colle à la peau. Il n’y a que notre sport ainsi concurrencé de l’intérieur par cet artifice de l’électrification. Je cherche un équivalent, je n’en trouve pas. Le marcheur marche sans exosquelette électrique, le coureur court avec ses jambes, le sauteur à la perche n’utilise pas de tremplin motorisé, le lanceur de poids …,…

La globalisation du marché du vélo fait dire que le vélo progresse. Tant mieux! En revanche lorsqu’on y regarde de près, c’est le vélo électrique qui tire les ventes vers le haut. Et alors?

Il faut se rendre à l’évidence, le vélo de demain sera électrique. Comme pour les voitures dont les constructeurs sont contraints par la réglementation d’abandonner le moteur thermique.

La différence cependant avec les voitures, c’est que le vélo existe depuis toujours dans sa version « écolo ». Avec des pédales. Le vélo écolo n’attire plus, il a perdu la partie. Hier encore à la sortie dominicale VTT, 3/8 de VAE soit près de 40%! Évidemment cela nuit à la cohésion même si chacun y met du sien…d’autant que les nouveaux pédalants ont vite fait de comprendre qu’avec le VAE aucun entraînement n’est nécessaire. Encore quelques mois et la fuite vers le VAE sera totale.

Les VAE en mobilité urbaine ne me dérangent pas s’ils contribuent à améliorer les encombrements, à user de moyens plus écolos. La France n’a pas de culture vélo hormis peut-être une sorte de fétichisme béât pour les types qui grimpent en diagonale l’écran de la télé. Il est donc normal que le VAE puisse séduire ceux qui n’ont pas cette culture du vélo comme peut l’avoir les Pays-Bas. Si les militants du vélo en ville ont du mal à avaler la pilule ils profitent pourtant de cet avantage inespéré du VAE qui met le vélo en « pôle position » des mobilités urbaines.

Amsterdam, la gare. Je n’y ai pas vu de VAE en ville, mais des scooters électriques que la ville a banni

A chaque fois qu’on évoque le sujet, la passion nous enflamme. Je veux reparler du phénomène VAE. Moi je m’en accommode de rencontrer des cyclos électriques en haut des cimes. J’en ai pris mon parti tout en considérant que c’est une autre discipline, plus soft que la mienne où je dois faire des efforts copieux pour me hisser là-haut. Je ne demande pas à un possesseur de VAE de porter un maillot marqué VAE tout en observant qu’ils sont nombreux à être plus jeunes et qu’ils renoncent à consentir les mêmes efforts que moi. Cet investissement physique est comme une récompense, comme celle du marcheur. Le VAEiste s’envoie en l’air à bon compte mais il ne peut y avoir entre-nous de duplicité. Il est ce qu’il est et moi je suis moi. Point!

Charles, mon ami suisse de Delémont, s’est résolu à doper son vélo

Eh ben voilà c’est fait… Mis de côté mon amour-propre et accepté la réalité pour faire autre chose que du plat il me faut maintenant un peu d’aide écrit-il sur Cyclos-Cyclotes le site du regretté Jean-Claude Allonneau.

Charles a 85 ans. Vous le voyez, le VAE est aussi un gage d’espoir pour nous qui aimons nos bécanes.

Ecolo à gogo

Je ne perds plus une occasion de me faire les écolos. Le champ est vaste et c’est facile. Il font beaucoup parler d’eux et c’est un plaisir pour LaRem de les dézinguer comme au tir aux pigeons tellement ils sont nuls. Si l’écologie repose souvent sur de bonnes idées comme par exemple celle d’être moins dispendieux avec la planète, en revanche elle débouche sur des applications complètement loufoques. Les écolos qui ont réussi à convaincre les électeurs de grandes communes en sont l’exemple même. Vouloir couper les ailes aux aéro-clubs qui vivent parfois de faibles ressources est une mauvaise traduction de ce que pourrait être l’écologie moderne. Refuser de Couper un sapin à Noël pour l’illuminer sur la place publique est aussi une belle connerie des écologistes. Des arbres morts, il y en plein dans les Vosges et que font les écolos? Quelque part ils rejoignent ces extrémistes de la pensée qui veulent bannir les crèches de l’espace public et je précise que je ne suis pas particulièrement croyant.

Je m’interroge toujours pour savoir si l’on ne fait pas fausse route à gauche avec les écologistes dès lors qu’une fois aux affaires ils deviennent tous des petits ayatollahs en puissance capables d’effaroucher le bon peuple.

Reste posée la question de la décroissance. Avec ou sans les écologistes puisque une partie de ces gens là sont aussi capables des pires aménagements avec les forces de droite alliées au mondialisme économique qui, comme chacun le sait, se contrefoutent de nos valeurs.

Vive le duc!

La France est d’essence royaliste depuis des lustres. Elle n’a jamais digéré qu’on porte à l’échafaud son dernier roi. Alors à chaque épisode de la royauté voisine, gazettes et lucarnes pixelisées font preuve d’amabilité.

Vingt-quatre heures non stop pour les obsèques du duc d’Edimbourg. De quoi nous faire pardonner cette république médiocre, si médiocre qu’elle en a rejoint tous les canons royalistes, gouvernance sans partage, parlement godillot et contrôle tatillon des citoyens n’appartenant pas à la haute caste.

Vive le roi!

Souvenirs 2008/2009

https://photos.app.goo.gl/fFWhx8rpwQVfRhzAA

Femmes irakiennes à vélo

La vie Covid qu’on vit

La vie c’est comme le vélo (Cadeau d’anniversaire qui trône dans mon bureau)

C’est terminé. Les binaires peuvent aller se rhabiller. Dans le match anti-covid, il y avait deux camps. Les anti et les pro-vaccins.

Parmi les anti: toute une cohorte de refuznik de la vaccination au nom de je ne sais quel complot d’empoisonnement massif, d’injection de nano-particules prenant le contrôle de notre quant-à-soi et tous les autres doutant de l’efficacité d’un machin sorti d’un prototype encore mal dégrossi.

Parmi les pro-vaccins, ceux qui croient que tout est arrivé et qu’on va enfin pouvoir retourner au bistrot…et se pavaner l’été prochain sur les plages de Copacabana.

La fin du binaire

Le binaire, c’est fastoche: on est pour ou on est contre le vaccin. Pour le Covid, ça se complique et il va falloir arrêter de compter en base deux.

Pour s’en convaincre il faut se rendre sur les réseaux sociaux et constater le magma diffus de vérités et de contre-vérités qui s’entre-choquent dans les deux camps.

D’abord votre vaccin n’empêche pas les gestes-barrières et ni d’être contaminé.

Ensuite rien ne dit qu’il ne faudra pas de rappels comme les bagnoles qui ont un défaut.

Et puis si un nouveau variant sévère se pointe genre brésilien Bolsonaro dans un vol Air France, on est repartis comme en 14 avec la grippe espagnole.

Boris a été obligé de rouvrir ses pubs because on n’arrêtait pas de vider les fûts dans la Tamise et les harengs à la bière ça faisait désordre dans les fish and chips.

Vous l’avez compris, ce qui gène dans le Covid, ce n’est pas les 300 morts quotidiens, c’est qu’on ne peut pas picoler.

Les cols de mon rond

Les cols 10km autour de Thann

Dix cols à droite de la vallée de la Thur (et même onze avec le col de Rimbach sur la ligne à coté de Masevaux) et douze à gauche dans le sens descendant de la rivière. De quoi faite pâlir les cencolistes de la plaine!

Ce genre de confinement « relâché » ne me déplaît pas dans le sens où il est moins strict que celui du kilomètre de l’année passée.

On arriverait presque à se satisfaire de cet enfermement relatif. Cela dit est-ce efficace pour freiner l’épidémie? je n’en ai aucune certitude car la contamination doit résulter de la façon de vivre des gens et de leurs habitudes de rencontres.

Comme sur cette vidéo…où la société jeune et urbaine piaffe d’impatience. On peut les comprendre.

Mais ce n’est qu’une supposition.

Cela dit, je reste persuadé qu’on est partis pour traîner cette pandémie pendant des années à plus ou moins bas bruit. Des vaccins controversés, des variants qui relancent l’épidémie…et pour clore le chapitre une part de la société qui doute de la vaccination et qui préfère « attendre » ou jeûner ou prendre des douches froides ou consommer de l’équinacée ou du sureau.

On n’est pas tirés d’affaire!

vélomaxou est membre du Club des Cent Cols (ccc6785)

Les potins du lundi de Pâques

Les planeurs ont aussi besoin d’une force mécanique pour décoller, même s’ils se débrouillent seuls ensuite. (1967)

Non je ne parlerai pas du Tour des Flandres. Mais les Flandres sont belles. Tous ces paysages « construits » me font penser que la France avec ses routes rapiécées, biscornues, ondulées, truffées de trous en formation devraient s’inspirer de ce que font nos voisins. Notre corps des Ponts et Chaussées devrait rougir de honte. Encore une administration qui laisse à désirer. La faute à qui?

Non je ne parlerai pas non plus de l’islamo-gauchiste.

Non je ne parlerai pas non plus des réunions en non-mixité de l’UNEF.

Des sujets trop scabreux pour moi.

Non je ne parlerai pas non plus de la subvention de Strasbourg à la mosquée. Un peu quand même…Des musulmans, j’en ai tout autour de moi avec qui je m’entends. Mais leurs prosélytes enragés et parachutés d’on ne sait où mériteraient tout simplement qu’on les foutent à la porte et qu’ils aillent faire leur mosquée ailleurs.

Quant à financer le clergé en Alsace avec mes propres deniers, je dis non.

Saint Ex, au secours!

Inhabituel dans cette rubrique, me voici dans l’obligation de pousser encore un coup de gueule tout de suite. La maire de Poitiers vient de retirer sa subvention à un aéro-club au motif que le sport motorisé ne doit plus faire rêver les jeunes générations.

Même les petits clubs d’aéromodélisme seraient interdits aux subventions municipales. Un vrai délire de vert.

C’est mon nouveau ronron, ma pâtée pour fermer ma gueule

A nouveau enfermés dans un rond!

A partir de demain, nous voici à nouveau inscrits dans un cercle de 10 km. Pour tracer ce cercle depuis votre domicile, il existe ce site

Allo! allo!…on me dit que le confinement a commencé samedi 3 avril à 19 heures. J’en connais qui ont eu tout faux.

Ce nouveau bazar est toutefois moins contraignant. Mais il faut avoir avec soi un justificatif de domicile. C’est aussi le moment d’en profiter pour vendre sa voiture ou pour ne pas en racheter une puisqu’on nous interdit de rouler. Pour faire 10 bornes un vélo suffira.

Nous les cyclistes avons cette fois l’avantage. Celui de pouvoir jouir d’une liberté, certes encadrée, mais tout à fait supérieure à celle de l’automobiliste ou même du marcheur qui sont l’un et l’autre contingentés dans des périmètres inhabituels. L’auto, oui c’est bien mais on ne va pas loin avec et la marche si on n’a pas d’auto pour changer de coin, on en est réduit à un périmètre exigu. Ou alors il faut être tantôt automobiliste et tantôt marcheur pour se projeter dans des théâtres de verdure différents.

C’était tout juste il y a un an.

le rond de confinement de 1km en 2020

J’écrivais « on peut faire du vélo autour de chez soi pour peu qu’on ne dépasse pas le rayon de un kilomètre. Si on habite la ville, on peut profiter du trafic réduit qui nous laisse beaucoup de place dans les rues. »

Depuis notre liberté d’aller est à nouveau entravée non plus sur 1 km mais sur 10 km.

Et maintenant?

Un an après, l’étau s’est desserré.

L’épidémie ne cesse de désorganiser notre vie publique. On ne sait pas combien de temps encore durera cette grave crise qui nous place entre les mains d’un pouvoir sanitaire qui ne dit pas son nom.

On pourrait parler d’une dictature sanitaire puisque nous n’avons ni choisi, ni élu cette troïka dont on nous cache les noms et les visages. Notre libre arbitre est sous-tendu au nombre de lits de réanimation dont dispose la nation et manifestement le pouvoir n’a rien fait pour renforcer nos besoins depuis un an.

Depuis un an, les choses n’ont pas bougé; le pouvoir politique n’a pas pris les bonnes mesures: pas de formation accélérée pour les personnels hospitaliers, pas de lits en nombre suffisant, pas d’identification des vecteurs de l’épidémie. On ne sait pas, on ne sait plus s’il faut rester chez nous ou rester dehors. Et pire! on est incapables d’organiser un plan de vaccination à la hauteur de l’enjeu, pas plus que d’approvisionner les vaccins.

J’ai tenté le rendez-vous en ligne sur Doctolib… et ça a marché

Pour voir, j’ai tenté le rendez-vous en ligne sur Doctolib… et ça a marché . Bonne occasion d’aller jusqu’à Mulhouse à vélo!…avec mon sandwich dans la poche

L’Europe qu’on disait grande a failli.

Ce revers de fortune va laisser un goût amer à ceux qui ont cru qu’à plusieurs, nos potentialités seraient plus grandes. Or l’on constate que de petits pays ont bien davantage de forces de manœuvre que nous.

Les « enfermistes », les « rassuristes » et les béats

C’est le procureur Philippe Bilger sur son blog qui tente de qualifier les attitudes des uns et des autres vis à vis de la pandémie. Les « enfermistes » seraient les partisans d’enfermer tout le monde pour arrêter la circulation du virus. Une utopie. les « rassuristes » seraient les plus optimistes, on va s’en sortir…et les « béats » représentent ceux qui restent dans la sidération depuis le début face à un défi inimaginable. Je suis toujours en difficulté face aux réflexes de mes semblables, je ne les comprends toujours pas. D’autant moins que comme moi ils ne verbalisent pas leur ressenti vis à vis de cette crise autrement que par des silences. Des silences accusateurs? des silences réprobateurs? ou des silences d’acquiescement?

On ne le sait pas.

Oui, il y a ceux qui ont rejoint depuis le début le camp de la conspiration: tout ceci est inventé de A à Z et pour eux il est clair que nous sommes victimes d’un complot international. Dans quel but? par qui? ceux-là sont bien en peine d’apporter une quelconque preuve de ce qu’ils avancent autrement que par des montages intellectuels farfelus.

Il y a ceux qui ne disent mot. Tout en consentant, en se taisant. Ceux-là tentent un exercice de rationalité sur la base de leur propre savoir et s’aident au besoin de la littérature abondante.

Qui n’a pas eu encore son Covid?

Et il y a les autres. Ceux qui font preuve d’un détachement à l’égard d’un sujet qui pourtant mobilise toute la planète. Ne pas se sentir concerné, c’est leur attitude. Ils veulent faire comme avant. Ils font donc comme si et tentent de contourner les obstacles. Lorsqu’on nous confine, vite barrons-nous pour ne pas se retrouver pris dans la nasse. Ou allons au resto en douce!

Et qu’est ce qui dit, le cycliste?

Malade, moi? mais non, le Covid est une plaisanterie. La preuve, je suis encore capable de faire du vélo avec mon Covid. Le plaisir de respirer enfin l’air pur dans une tranquillité tellement belle… loin de tous les bêtises actuelles de notre société.(C’est un credo lu sur Facebook de la part d’un cycliste.)

Les bêtises de notre société!

Potins décousus, j’en conviens.

Circuit pascal à VTT

Les éoliennes de Francis Willmè à Bourbach-le Bas
https://www.openrunner.com/r/12801275

Vous aimerez peut-être aussi https://velomaxou.com/2017/11/23/francis-willme-et-son-fiat-18bl/

et aussi https://velomaxou.com/2013/08/16/francis-willme-multicollectionneur/ et aussi https://velomaxou.com/2019/04/19/francis-willme-laerien/

Mes cols

Mon vélo commence à être suranné. Comme moi. Par la force des choses, j’ai du accepter qu’on appelle col le Petit Ballon. Mais je n’en suis toujours pas convaincu.

C’est vrai qu’écrire « mes cols » est présomptueux, un col ne nous appartient pas, il est à tout le monde. Cet abus de langage traduit cependant un besoin sentimental: on a fait corps un jour avec la nature de ce col. Plus ou moins long, plus ou moins haut, peu importe, le col nous a transporté d’un coté à l’autre de la pente, mon vélo et moi.

Liste de mes cols franchis…

Lister ses cols, une comptabilité notariale. Je dois en être à 1119 cols. Mais je ne m’attends plus à en franchir autant!
En fait dans la base de données du Club des Cent Cols (la référence) j’en ai très exactement franchis 1290 dont 99 à plus de 2000m

Les potins du lundi

Le retraité donne dans l’associatif, le sport, la lecture, la peinture, les voyages…tout ce qui l’occupe est bienvenu. Je plains les désœuvrés

Faut pas croire ce qu’on dit, le retraité ne fait pas rien.

Comme beaucoup j’ai un emploi. Un emploi du temps à rallonge. Je suis tombé dans le domaine des inactifs actifs il y a déjà quelques années. De crainte que l’inaction ne gagne tout mon corps et mon esprit, j’ai mis les bouchées doubles. J’ai aussi donné dans l’associatif. Donné est le bon terme, car dans l’associatif le travail est gratuit, même si parfois il coûte. L’associatif est à l’arrêt quasi total avec les restrictions. Quand la reprise arrivera, si elle revient, il faudra retrouver ses repères.

Car la vie, on aime ça. Et parfois on en redemande. En même temps je pense à tous mes congénères qui n’ont pas ma chance, qui vivent péniblement sans moyens et parfois avec une maladie invalidante. Je suis donc parmi les « chanceux », il faut en être conscient pour mesurer la difficulté des autres qui le sont moins.

Tenez, prenons ces nouveaux malades dits du « Covid long » et qui dans la force de l’âge peinent encore un an après à retrouver leur corps et leur esprit. Monter sur un vélo? invraisemblable, leurs poumons ne suivraient pas! On aurait tord de croire que le vaccin va tout simplifier et les les épidémiologistes tirent déjà sur le frein de nos ardeurs car il va falloir continuer de se méfier de l’autre. L’autre, cette étrange relation avec l’autre qui demande de la distance.

Chez moi un grand complexe cinématographique est en construction à Cernay

Un grand complexe de loisir en préparation (Croisière Cernay). La Croisière Cernay fait son cinéma (parking assuré!). Il y a une erreur de casting manifeste puisqu’il faudra aller au cinéma en bagnole. Encore une fois rien de structurant pour amener le changement de mobilités. La commission qui a acté le projet a t-elle une aussi courte vue pour oublier le tram-train et le vélo? Encore une fois ce sont les générations à venir qui vont récupérer le dilemme. Oui mais c’est vrai d’ici là le cinéma aura déjà fait faillite.

A la Croisière, la croisière des chemins fera que les autos pourront converger en masse le soir pour aller au cinéma. Figurez-vous que j’habite à l’entrée d’une vallée alsacienne, la plus peuplée des vallées du haut-Rhin. On imagine donc les nouvelles allées et venues que ce complexe de l’entertainment va entraîner. En même temps les petits centres culturels de Thann et de Cernay font la gueule: leurs salles vont perdre de l’intérêt et leurs finances en prendre un coup vu que les Collectivités préfèrent mettre au pot du grand complexe en construction. Résultat: une pétition circule « non au financement par le public d’intérêts privés! »

Des financements publics en direction du privé, la France en regorge. A commencer par toutes ces usines dont les patrons ont mis la clé sous la porte une fois les subventions encaissées. Remarquez, qui ne tente rien n’a rien en matière de créations d’emplois.

Mais pour un complexe de cinéma? j’ai de sérieux doutes sur l’avenir de telles salles.Le devenir de la production audio-visuelle est en effet en pleine mutation et remplir des salles suppose que l’industrie du cinéma ne soit pas happée par Netflix et Cie.

Ps: j’attends toujours que nos élus locaux dans leur grande bonté décide de créer une piste cyclable pour aller au cinéma de Cernay, ça fera au moins une bagnole en moins le jour où me viendra l’idée d’y aller

Match Amazon/Alibaba

Vinted, c’est le Bon Coin mais version Geek. C’est le palais des pleurs, les acheteurs chinent en direct sur la toile pour gagner kat’sous au point qu’il faudra in fine leur donner l’objet vendu. J’y ai trouvé des godasses de VTT d’occasion encore bonnes à bon prix, des Gran Canion à présent difficiles à trouver. Ce sera ma troisième paire.

Oui, mais j’ai du acheter des cales SPD compatibles avec le système Shimano. Sur le marché, Shimano nous voit venir. Sous blister blindé ce genre de produits coûte bonbon.

Vendues 8.95 euros chez Alltricks…et 12 euros chez Décathlon

Et chez Amazon?

14.24 euros chez Amazon!!! (port gratuit)

Amazon m’a habitué à mieux au niveau prix.

Et où croyez-vous que je les ai trouvées mes cales SPD? Chez Alibaba, le grand magasin chinois

3.05 euros chez Alibaba!!! (port en sus 3.03€)

Jach Ma, l’ex pdg d’Alibaba a construit un empire financier au pays du soleil levant. Mao Tsé Tung souffre énormément dans son mausolée car Jack Ma est aussi membre du parti communiste chinois. Comme quoi on peut être petit par la taille et savoir aussi faire le grand écart.
cales SPD Shimano vendues 12 euros chez Décathlon

Moderne

acrylique sur toile 40×50

On m’a dit « faut du moderne! »

Alors je tente le moderne

image-86

Moderne

acrylique sur toile 40×50 de Max Tissot (port en sus)

40,00 €

Waouh! waouh! vive la Covid!

Je ne sais pas vous mais moi si.

Vous le savez certainement, le cycliste que je suis est aussi expert « es chien » par la force des choses. Le comportement de ces braves toutous m’est familier sur la route. Il y a les toutous « tout-fou » qui vont d’un coté à l’autre de la piste sans crier gare, les « vicieux » qui longent la piste et qui brutalement traversent, les « petits roquets craintifs », les molosses qui par principe sont chargés d’en découdre avec tout ce qui bouge, qui vous sautent dessus sous l’effet de la surprise,…et le pire sont les chiens de garde. Le chiens de garde sont sur leur territoire et sont là pour le défendre. Dans les parcs, inutile de finasser, si vous êtes repérés à VTT, ils vont vous foncer dessus. Il faut le savoir à l’avance et connaître la stratégie à adopter. Dans une cour de ferme: le chien va vous poursuivre dès que vous aurez dépassé la porte. Donc méfiance! Le pire étant le chien de ferme qui par principe poursuit également tout cycliste qui passe devant chez lui. Ce chien là peut paraître parfaitement inoffensif, mais il va commencer sa course aussitôt après votre passage et pourra vous précipiter dans un platane de l’autre coté de la route.

Sur piste, connaître le comportement de l’animal ne suffit pas, il faut aussi connaître celui du maître à l’approche du couple chien/maître surtout si le propriétaire est empêtré avec trois laisses et trois animaux à la fois . Car certains maîtres ignorent les règles élémentaires de maîtrise de l’animal préférant le laisser divaguer comme bon leur semble. Si par malheur vous chutez par la faute d’un animal, j’ai déjà vu des propriétaires se précipiter pour voir de quoi souffrait leur animal. Le monde à l’envers!

Je soupçonnais que le succès du chien était peut-être lié à la crise Covid. Je n’avais pas tort. J’en veux pour preuve différents signaux qui attestent que la recrudescence de chiens sur le domaine public est bien liée à l’épidémie. Tout simplement parce que les maîtres y ont trouvé une bonne occasion de tromper l’ennui de la solitude. Face au chômage, au confinement et au couvre-feu, le chien est devenu une valeur sûre. Alors on le sort plutôt trois fois qu’une chaque jour et nuit. Le marché des nouveaux propriétaires est donc florissant.

Sortent aussi de nouveaux chiens habituellement confinés dans leur cour puisqu’il faut bien que les maîtres en vadrouille justifient leurs déplacements. Par exemple lors du couvre-feu, après 18 heures, les seuls piétons encore visibles sont accompagnés au minimum d’un chien. C’est pratique le chien pour la balade digestive après le film du soir à la télé.

De nouveaux chiens pas toujours bien dressés et souvent livrés à eux-mêmes sur le domaine public.

Les bagarres entre chiens ne sont pas rares… «Mon chien s’est fait attaquer alors que nous étions en balade. L’animal lui a foncé dessus et l’a mordu. Après ça, il a verrouillé et ne voulait plus lâcher prise. J’ai dû l’étrangler pour le forcer à ouvrir la gueule» explique Anne Chardonnens dans Vingt Minutes Genève.

Et d’ajouter « Adoptés durant la crise par des personnes sans connaissances, ils n’ont pas été dressés.» Elle relève d’ailleurs que le choix des nouveaux maîtres se porte souvent «sur des races à la mode, comme le staffie et le malinois. Des chiens qui ont pourtant d’importants besoins physiques et cognitifs, que le futur détenteur ignore souvent. »

Je me suis penché sur les chiffres car les réseaux regorgent d’anecdotes de gens mécontents de voir la population de canidés enfler avec la crise sanitaire.

7 millions de chiens!

Les chiffres parlent seuls: 7 millions de chiens en France! (sources) Rapporté à ma ville de 8000 habitants cela fait un peu moins de 850 chiens. Rapporté à la France, les chiffres sont tenaces: un français sur dix possède un chien!

Multiplié par 80kg de crottes ça fait 68 tonnes par an à évacuer d’une manière ou d’une autre pour 850 chiens! On comprend aussi que le phénomène chien est lié à une certaine aisance de la société.

Nourrir et soigner un chien a un coût.

La nourriture pour animaux domestiques (Pet-food) représentait 4,3 milliards d’euros en 2019.

Un linéaire de supermarché consacré à la nourriture pour chiens, en face souvent le linéaire pour chats

Pourquoi pas une taxe?

La taxe sur les chiens a existé en France, au XIXe siècle. Créée en 1855, elle a été supprimée à la fin des années 1970. Elle existe dans de nombreux pays comme la Suisse et l’Allemagne.(source)

Jusqu’en 1959 il existait une taxe annuelle sur les vélos ? Une loi d’avril 1893 imposait aux possesseurs d’un « vélocipède ou appareil analogue » de se faire enregistrer en mairie et d’appliquer une plaque sur le cadre des vélos.

A partir de 1943, la plaque a été remplacée par un timbre fiscal et l’impôt a finalement été supprimé en 1959. Le coût était de 10 francs par an. (voir article sur les taxes vélos)

En cas de chute à cause d’un chien

Les potins du lundi

C’est pas parce qu’on n’a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule.

Ce sont mes deux cent vingt quatrième potins. Depuis que je m’y suis mis, je n’arrive plus à m’arrêter. Cette excroissance de mes chroniques cyclistes m’est apparue un jour sans prévenir. J’imagine qu’alors le champ de mon domaine s’est senti trop exigu pour devoir en sortir. Comme si le cycliste moyen devait se cantonner à un devoir de réserve naturel excluant par principe tous les sujets qu’il rencontre au gré de ses pérégrinations. Comme si le cycliste était un citoyen de seconde zone où seule subsisterait l’amour de la pédale, une sorte de pédale et tais-toi!

Après tout ce plaidoyer n’est pas nécessaire, il est un juste une façon de m’échauffer dans l’exercice du jour. Je me rappelle qu’à l’école élémentaire, le maître disait « prenez le cahier du jour! », puis commençait le travail difficile pendant que les neurones étaient encore en éveil. Oui, se tenir en éveil, ce devrait être le lot de chacun de nous, surtout dans ces jours troubles où l’exécutif gouvernemental a pris l’habitude de se comporter en régime de dictature, d’urgence sanitaire, quoiqu’il s’en défende, un régime qui consiste à obtenir des sujets un blanc-seing pour maintenir l’épidémie en-dessous du seuil critique de réanimations. Car nous sommes depuis une année sans solutions et au surplus dépendant du bon vouloir de sociétés pharmaceutiques dont la philanthropie n’est pas leur credo.

Il est à présent manifeste que cette pandémie occupera une large page de notre histoire contemporaine. Ceux qui comme moi sont nés après guerre n’auront connu que la pandémie comme marqueur d’un phénomène cataclysmique pour le genre humain. Et encore! ne rien exagérer: les moyens sanitaires et les mesures de protection sont bien supérieurs à ceux de la grippe espagnole de 1919.

Les questions qui se posent à présent sont quand allons-nous en sortir pour le court terme et allons-nous changer de modèle politique, économique et planétaire pour les prochaines décennies?

Pour le court terme, on sait que la recherche va nous permettre avec le vaccin de passer au travers de l’orage épidémique. Même si les turbulences sont fortes au niveau des États, on arrivera à éradiquer le virus. On peut hélas regretter de voir notre Europe économique reléguée pour incompétence crasse et se faire doubler dans la course aux vaccins. C’est un constat qui pourrait peser lourd dans la balance lorsqu’on viendra nous dire qu’à vingt-six nous sommes plus forts que tout seul. Ne parlons pas de la France qui a démontré une fois encore qu’elle était devenue une nation d’arrière plan comme elle l’est déjà pour son école, sa justice, sa police, ses hôpitaux, sa recherche,…son industrie pharmaceutique et même pour sa démocratie jugée « défaillante » par The Economist.

Il est vrai que notre système politique n’est plus vraiment au goût du jour. La défiance du peuple à l’égard de sa classe politique a conduit à confier notre exécutif à une troïka brinquebalante (composante de droite, du centre et de gauche) et à générer une représentation de députés godillots sans expérience. Pour l’heure nous en sommes là. Jusqu’à quand?

Samedi, 14 heures, rond-point de la Croisière à Cernay

Samedi, 14 heures, rond-point de la Croisière à Cernay, des agents de ville font la circulation. En cause la gestion des bouchons du centre commercial tout proche. Ne me contredisez-pas: une grande partie de nos congénères n’ont rien compris à la propagation de l’épidémie. L’épidémie?… où ça ?… Ce qui revient à constater que loin de régler les flux de population, le couvre-feu à 18h a au contraire aggravé la situation. Le consumérisme dans nos sociétés modernes a pris le pouvoir, rien ne peut l’arrêter. Normal, puisqu’on a fermé toutes les autres attractions sportives et culturelles, le bon peuple se rabat vers ce qui reste: les centres Leclerc encore ouverts et ses appendices.

Demain, notre modèle de développement, sauf cataclysme ravageur sur l’humain, va engendrer une successions de déconvenues comme l’apparition des virus et des pandémies, le tout agrémenté des effets extraordinaires du changement climatiques dont on voit déjà les prémisses. Des tempêtes de vent, des inondations catastrophiques, des hivers raccourcis, des canicules à répétition qui mettent à bas l’équilibre forestier de nos régions septentrionales comme celles qui frappent le massif vosgien.

Il est déjà trop tard, mais on ne le dit pas assez car le moteur de la croissance débridée est le seul moteur qui nous parle à nous les terriens d’en bas.

2020, novembre-décembre

Le 3 novembre, Openrunner se met au rond Covid

Le trois novembre, les hébergeurs de parcours se mettent au « rond Covid ».

Le confinement est érigé en dogme anti-liberté, anti-mouvement

Quel est le meilleur K?

11 novembre: la chasse reconnue activité essentielle

Le click and collect, au secours des sorties vélo

L’ivresse du vélo confiné

L’ophtalmo à VTT tous les moyens sont bons pour faire du vélo

Le garrot sera desserré le 28 novembre. 20 km et 3 heures. Inédit dans notre République!

J’espère voir trébucher cette équipe d’incapables.

Est-on devenu fou?

Un K fouillage en ce 28 novembre

Décembre 2020

Des aquarelles, il m’en reste pour qui n’en veut

Pouvoir s’échapper à vélo, un vrai délice

Diebold à VTT

Le Black Friday aura t-il lieu?

Le triporteur à l’honneur

Waldkapelle à VTT

17 décembre, du VTT coté allemand

Du vélo coûte que coûte comme dit l’autre

24 décembre, faut-il encore y croire?

Confinement = surpoids

L’homme confiné court un risque de surpoids

Le confinement est-il favorable au surpoids? J’en suis victime puisque immanquablement l’aiguille de la balance penche vers le haut.

Certes je n’ai pas repris les 8,600 kg perdus avec mon régime Yazio. Mais il faut que je rectifie le tir, à savoir éviter de reprendre mes mauvaise habitudes compulsives: l’abondance de nourriture à table, le grignotage pour compenser la sensation de faim.

Le confinement est un facteur de stress indéniable qui explique en partie que certaines personnes « compensent » chacune à leur manière. Je le sais, je triche avec le sport, à savoir que je m’impose du jogging et du vélo afin ainsi de disposer d’un capital calorique supplémentaire.

En 6 mois, près de deux kilos!

Normalement je suis réglé sur un quotidien calorique de 1850 calories, mais faire 16000 pas comme dimanche dernier m’octroie 750 calories supplémentaires. Alors j’en profite.

Il faut que j’arrête ce jeu d’autant que la fin de l’année qui se profile n’est pas en ma faveur.

Les potins du lundi

Tabouret 2014

Cyclos, la fin de l’épreuve 2020 approche

Je sais que l’activité vélo est en sommeil pour nombre d’entre nous. Ceux qui sont en clubs notamment. Lorsque arrive la fin de saison vers mi-octobre, on s’arrête de pédaler. Mais cette année a été semée de soubresauts avec toutes sortes de restrictions, du nombre de participants, de distance, de durée. Tant et si bien que notre saison est devenue une progression en dents de scie avec des hauts et des bas.

Les plus tenaces se sont rabattus sur l’après confinement pour « refaire leur retard ». Au total il faudra admettre que la saison cyclo 2020 a été ternie. Ternie par nos faibles records de compétiteurs, ternie dans les clubs qui ont du abandonner leur calendrier de rencontres. Seuls les habitués du home-trainer dans le garage pourront arguer d’un palmarès honorable.

Le home-trainer, je ne l’ai jamais essayé, il ne m’attire pas. Je lui préfère ma campagne, ses odeurs de pins, ses creux et ses bosses.

Moi qui suis plutôt geek, je continue d’aligner des carnets de voyages à spirales. Vtt 64 sorties, Route 46, Jogging 81 (!) 81 sorties dues à l’effet Covid qui est passé par là.

C’est une marotte, je collectionne mes carnets de sorties à vélos (et à pied depuis peu). C’est un fétichisme qui dure depuis 40 ans. J’aurais du faire indic!

J’ai une nouvelle inconnue en 2021. Non pas celle de savoir s’il faudra encore affronter des restrictions épidémiques, mais celle de l’évolution de mon arthrose généralisée. C’est un mal chronique qui s’installe et qui me fait souffrir même la nuit, surtout la nuit. Je sais comment ça commence puisque je l’affronte depuis plusieurs mois, mais je ne sais pas comment ça se termine…

J’ai étrenné hier mes nouvelles pompes à pied. Pour les enfiler j’ai cassé le chausse-pied. Les lacets sont décoratifs, pour entrer il faut avoir la pointe du pied étroite. Une fois à l’intérieur, on se sent mieux.Je vous l’accorde, c’est du bas de gamme en fin de série.

Vous avez dit Covid?

Le Père Noël va nous apporter un somptueux cadeau. Pourtant beaucoup s’apprêtent à le bouder.

Je fais la queue chez mon boulanger, un type bedonnant entre et franchissant les marques au sol s’approche tout près de moi comme si nous étions de vieux amis: « bonjour! ». Franchement il n’a cure de la distanciation physique. Manifestement on ne vit pas dans le même monde.

A la grande ville samedi, la zone commerciale du Kaligone bat son plein. Inutile de chercher à se garer, les parkings sont bondés. J’avais à retirer un « click and collect ». On me reçoit le long du magasin par une porte blindée où je dois sonner. Il manque un article. Pour vous faire rembourser, allez la caisse, me dit l’employée…Deux caisses et des queues qui rejoignent les rayons. Le « click and collect » à la française n’est pas encore au point partout.

Mais il faut aller en ville pour comprendre le comportement mercantile de nos semblables et pourquoi janvier risque d’être une nouvelle catastrophe épidémique.

France Info identifie trois raisons pour expliquer ce plateau de contaminations qui ne baissent plus

  • le froid dans l’est
  • l’allégement du confinement qui favorise les déplacements
  • les comportements qui se relâchent

Avec ma femme, nous notons nos sorties. Encore une marotte! Si le virus nous gagne, nous pourrons dire « cinq jours avant, nous avons été contaminé ici par le mec qui poussait dans la queue ou par la joggeuse qui gueulait après son chien « . C’est pourquoi au vu du relâchement général, nous évitons de nous fondre dans la masse de ce consumérisme effréné.

Que les artistes du spectacle vivant et les cinémas se plaignent de leurs interdiction d’ouvrir, on les comprend. On s’explique mal pourquoi ils continuent d’être sacrifiés, crucifiés (?) sur l’autel du confinement alors que les commerces sont tous déverrouillés.

Le Père Noël va donc nous apporter un somptueux cadeau. Pourtant beaucoup s’apprêtent à le bouder. Il est trop, le vaccin. Trop beau, trop rapide, trop efficace pour ne pas en douter. Et puis, nous les semi-vieux, on se dit qu’on vit très bien confinés: on ne voit personne, on claque moins de pognon, on ne fait plus le plein de gasoil qu’une fois par mois, on peut picoler à la maison sans risquer l’alcotest, alors à quoi bon se faire vacciner par un truc qui va peut être nous donner la vérole!

L’état d’urgence climatique

Le secrétaire général de l’ONU appelle à « réduire les émissions mondiales (de CO2) de 45% d’ici à 2030 par rapport aux niveaux de 2010 ».

Il paraît presque ridicule le secrétaire Guterrez avec son appel en pleine crise sanitaire mondiale. La Chine et l’Inde font acte d’engagements pour tenir l’objectif mais en seront-elles capables? Reste à voir comment Biden va corriger le mauvais exemple donné par Trump…

A mes heures perdues

Il m’en reste un peu. Je me suis plongé dans la lecture des « Mémoires d’outre-tombe » de François-René de Chteaubriand (1768-1848). Ce sont les mémoires de sa vie en Bretagne, aux Etats-Unis, en Angleterre, à Paris,en Orient publiées après sa mort.

Moi qui suis nul en histoire, je suis conquis par la limpidité du propos. Entre Louis XVI, la Révolution, Napoléon, je commence à piger. Ce brave Chateaubriand originaire de Saint-Malo a tout vécu. Sauf la guillotine!

Tous les soirs, je m’installe dans la fin du XVIIIeme siècle et je lis la prose de Chateaubriand. J’ai acheté ces mémoires numériques 99 centimes les…3000 pages. C’est un régal. Mais en même temps, comme dirait l’autre, j’ai des lectures qui prennent du retard.

S’il me reste du temps:

Atala (1801) René (1802) Génie du christianisme (1802)

Waldkapelle à VTT

A l’Haïda Platzala, un repos picnic tout neuf

Après être arrivé à Waldkapelle, je continue vers le col de l’Amselkopf, puis je desncds vers Steinbach

Chapelle Sainte-Thérèse

Les chapelles vieillissent vite dans les bois. Surtout celles en bois. Il faut les entretenir plus souvent que celles en pierre.

La chapelle Sainte-Thérèse dispose d’une grande Vierge en fort bon état cependant. Elle est toute immaculée, la Vierge.

J’ai descendu l’étroit sentier couvert de feuilles glissantes et très casse-gueule pour tout dire. Priez pour moi! Après le site de Silberthal, un panneau « chasse en cours » me dissuade de prendre à droite. Dans Steinbach, je trouverai le moyen de grimper jusqu’à Iffis dans un chemin creux boueux et longeant le vignoble.

Ne tentons pas le diable, je veux dire les chasseurs! je renonce

A Vieux-Thann, je m’offrirai les hauteurs du Rangen. 17km et 420m

C’est beau une usine chimique qui fume. Tronox, le deuxième plus grand producteur au monde de dioxyde de titane. Le TiO2 est un pigment blanc utilisé pour la blancheur, l’éclat, l’opacité et la durabilité dans la peinture et revêtements, les plastiques, le papier et les élastomères.
https://www.openrunner.com/r/12343118

Lampe SHENKEY, l’essai

Pas de problème, on voit clairement qu’il y a un mur face à nous.

J’ai déjà fait la présentation de cette lampe SHENKEY ici.

Une lampe parmi d’autres qui m’a semblé digne d’intérêt pour un usage occasionnel en vélo de route/loisir. N’attendons donc pas de cette lampe plus qu’elle ne mérite: pouvoir rentrer le soir en s’éclairant et en se signalant.

Je l’ai essayée ce soir en dehors de l’éclairage urbain pour me rendre compte de son efficacité.

Bilan positif. Plutôt qu’un long discours, je vous rapporte des photos non améliorées le long de la piste de la Thur entre Wittelsheim et Cernay.

La densité d’éclairement est bien entendu fonction de l’angle porté sur la chaussée. J’adopte un angle qui me donne une densité moyenne à 10 mètres tout en envoyant le halo assez loin. De telle sorte que vous repérez assez tôt ceux qui se baladent sans lumière sur la piste: les cyclistes, les promeneurs, les chiens…les sangliers…

La passerelle de Wittelsheim

Puissance normale
Puissance réduite

La piste cyclable de la Thur

piste sans lumière
avec puissance normale

Sous le pont en traversée de la D83

sous la D83 sans lumière
sous la D83 avec lumière

Des aquarelles à Noël

aquarelles 25×25 de Vélomaxou

Noël approche.

Offrez-vous une aquarelle de Vélomaxou. Toutes mes aquarelles sont authentiques et signées.

Livraison à vélo gratuite dans un rayon de 20 km ou envoi postal.

Format 24×32 (sauf exception 25×25) , vendue sans cadre et sans passe-partout. Prévoir un passe-partout 30×40 de dimensions intérieures 20×30 pour encadrement

contact: mailto: velomaxouleclub@gmail.com

  • répertoire national des entreprises SIREN 487 983 793 
  • membre de la Maison des Artistes T275222.
  • TVA non applicable, article 293B du CGI

Prix unique: 10 euros l’aquarelle

Paiement chèque ou Paypal ou espèces

Aquarelles Vélomaxou

Aquarelle véritable 24×32 sur papier 300gr/m2, unique et signée (indiquer le numéro de l’aquarelle choisie) ajouter 4 euros pour envoi une ou deux aquarelles

10,00 €

Envoi tous pays ajouter 4 euros pour frais de port (1 à 2 aquarelles) – frais de port gratuit à partir de trois aquarelles

Aquarelles 2020

Aquarelles 2019

Années antérieures à 2019

Samedi, 20 km

C’est donc samedi que certaines catégories de Français vont bénéficier d’une remise de peine.

L’Etat nous protège comme il peut avec des mesures pifométrèes au doigt mouillé puisqu’il est avéré que personne n’a trouvé le moyen d’endiguer l’épidémie autrement qu’en enfermant les vieux chez eux.

Moi je vous le dis, je suis déglingué par ce régime. Même si ça ne se voit pas.

Aux grands maux les grands remèdes, dit l’expression. Le Gouvernement a donc frappé fort pour contenir la deuxième vague de l’épidémie…en attendant la suivante après le rush dans les commerces de jouets.

Samedi l’étreinte doit se desserrer pour quelques métiers et commerces et pour une partie de la population sans raison sociale autre que celle d’inactif. Je parle des retraités qu’on oblige à tourner depuis un mois dans un rond d’un kilomètre les privant de facto de leurs occupations bénévoles, sportives ou associatives.

Qu’ils se taisent, ces emmerdeurs qu’on paie à ne rien faire!

C’est un peu comme ça que j’ai ressenti ce mépris de classe à l’égard de nous.

Donc samedi vélo dans un rayon de 20 km. Évidemment ceux d’en haut ne connaissent rien à la chose cycliste; ils ne savent pas par exemple que le samedi certains parmi nous bouclent jusqu’à 100, voire 200 km dans la journée. Pas tous, c’est vrai!

Disons qu’à 20 bornes de chez soi, on va faire les bordures pour emprunter un jargon cycliste.

Heureusement qu’on a fait des pétitions, sinon nous n’aurions rien obtenu du tout.

Les rurbains sauront trouver chaussures à leur pied, les urbains des grandes métropoles devront davantage finasser.

Tout ça au nom du virus.

Le balisage du Club Vosgien

Ce labyrinthe coloré ressemble à un fil d’Ariane. Vous le prenez à une extrémité et sans changer de couleur vous le suivez pour arriver à destination.

C’est le fameux balisage du Club Vosgien, une fédération de marcheurs datant de 1860.

Les sentiers balisés représentent 20.000 km!

« Le balisage, c’est notre image »

Le CV peut être fier de son balisage, c’est son patrimoine.

C’est évidemment un travail titanesque que d’entretenir autant d’ouvrages grâce au concours de bénévoles.

On peut trouver les cartes du Club Vosgien sur le site du Conseil Départemental 68

…et aussi acheter les cartes IGN au 1/25000 dans le commerce

Les randonnées sont cotées en fonction de leurs difficultés et de l’aptitude des marcheurs
la précision des tracés est parfaite

Parmi les 123 associations, cinq proposent également du vélo en plus de la marche

Une signalisation abondante qui parfois laisse perplexe

Les vététistes ont aussi leur balisage parfois ajouté conjointement à celui du Club Vosgien

Aller sur le site du Club Vosgien

A signaler également le blog LDT Rando 68 de mon confrère Pierre Brunner qui présente de nombreux parcours illustrés et commentés répartis sur les vallées de la Doller, de la Thur et de la Lauch

GPS, afficher les 20km

Avec un GPS sur son vélo, comment s’assurer qu’on ne sort pas du rond de 20km?

A/ Enregistrer un parcours circulaire de 20 km de rayon sur Openrunner.

Pour obtenir la trace à enregistrer sur Op c’est ici

Je vous montre…

a/ sur GoogleMap obtenez votre adresse longitude/latitude

Ci-dessus par exemple la géolocalisation de Guennani Khalid est obtenue avec clic droit: 47.79719, 7.11622

b/ sur KLM Circle générator entrer la distance souhaitée et les coordonnées fournies par GoogleMap au point a/ et cliquer sur generate circle

entrer 20 km, les coordonnées et cliquer sur generate circle

c/ sur Openrunner, cliquer enregistrer nouveau parcours…une boite de dialogue s’ouvre pour saisir votre fichier KLM qui doit se trouver dans le répertoire « fichiers temporaires » là où vous l’avez enregistré…

Openrunner crée automatiquement votre rond de 20 km et vous l’enregistrez comme un parcours que vous nommez « 20 km »

Votre trace enregistrée nommée « 20 km » est à télécharger ensuite sur votre GPS

B/ ensuite enregistrer votre parcours sur votre GPS et chaque fois que vous partez à vélo, affichez ce parcours de telle sorte que le rond apparaîtra et vous indiquera la limite de 20 km

Dans « find » chercher la trace 20 km
Afficher votre trace 20km

20 km / 3 heures

Le garrot se desserre. A partir de samedi, on pourra donc en France se déplacer pour ses loisirs jusqu’à 20 km autour de chez soi et pendant 3 heures.

Certains font déjà des calculs. Les marcheurs pensent s’aider de la voiture pour aller « sur site » comme par exemple monter jusqu’à la route des Crêtes vosgiennes et marcher ensuite avant de redescendre.

Les cyclistes aimeraient bien pouvoir s’éclipser en Allemagne, ceux qui sont à moins de 20 km de la frontière…mais il faudra ruser car la butée des trois heures sera là…

En ce qui me concerne, les 20 km vont au-delà de mes espérances puisque je pourrai bâtir des parcours routiers à ma convenance, c’est à dire « faire » un peu de montagne et boucler 60 km sans être astreint à repasser plusieurs fois au même endroit.

J’ai déjà tracé mon nouveau rond.

20 km, c’est mieux que 1 km

Coté montagne le Markstein, le Grand Ballon, le Grand Langenberg, le Hundsruck,…

Coté vallées la Doller, la Thur, la Lauch et coté plaine Ensisheim, Mulhouse, Dannemarie

Autant de possibilités qui en période de froid restent hypothéquées par la météo.

Cela dit, restera la désagréable sensation d’être en liberté surveillée et sous peine d’une redevance de 135 euros si l’on dépasse les limites. Je n’ai pas souvenir d’avoir vu les Français sous un contrôle de leurs libertés aussi tatillon. Tous nos grands démocrates déclareront que c’est pour notre bien.

calculer sa zone de confinement

L’ophtalmo à VTT

Ce matin évasion à VTT en K3 (consultations et soins) muni de ma convoc. Doctolib
Il est un peu phallique mon parcours du jour

J’ai changé d’ophtalmo, le mien s’arrête. Le prochain sera installé à Montbéliard. On ne sait jamais, si par mégarde le confinement doit durer, si un autre virus est déterré, j’aurais un bon motif pour aller jusque là-bas avec mon vélo.

Un bol de nature sur la piste de la Thur

Ce matin, j’ai réfléchi. Comment aller à Mulhouse à vélo chez mon ophtalmo?

Mon problème n’est pas l’itinéraire, mon problème est de savoir où garer son vélo pour le retrouver entier à la sortie.

J’arrive dans la capitale

Le vélo de ville n’est vraiment pas pratique pour la route, les dérailleurs ne marchent pas et il est peu véloce.

les berges de l’Ill sont en travaux

Le vélo de route? en ville ce n’est pas top car en ville on se fait secouer.

J’ai donc pris le VTT. Gros avantage pour les sauts de trottoirs et les passages en broussaille pour le retour.

Mon cheval fait la gueule avec ses trois antivols, il ne peut plus bouger. Même pas un peu de gringue aux cyclotes de passage.

Sac à dos chargé: trois antivols!

Un pour la roue avant, un pour la selle, un gros U pour le cadre et la roue arrière que j’attache à un ancrage à coté du Diaconat.

A l’arrivée à Mulhouse, j’étais un peu repeint en kaki vu que j’ai eu la bonne idée de passer par la route de la déchetterie d’Aspach et la route derrière Brico-Leclerc Cernay envahie de camions de terrassements.

Pas fier dans l’ascenseur…

Après avoir joué un quart d’heure à la Gam Boy du champ visuel « touché-coulé », j’ai eu ma permission de sortie. J’avais les yeux comme le type à moto qui tire sur les citrouilles.

Comme je suis arrivé par Richwiller et le pont de Bourtzwiller, je repars par le pont de Lutterbach.

Je repars par Lutterbach. Finalement ça ne roule pas mal avec tous ces aménagements vélocovid…
après le viaduc, attention de ne pas se faire « cisailler » par ceux qui prennent l’autoroute!
J’aperçois le Grand Ballon avec ses premières neiges
à l’entrée de Lutterbach, le feu vélo de l’embranchement Cotonnerie reste toujours au rouge (!), après un cycle perdu je passe avec les voitures. C’est « craignos ».

Et après?

Après j’ai la flemme de prendre Reiningue. Alors je prends la Cité de l’Habitat et je prie pour trouver une sortie avant la quatre voies. Je tourne à droite…wouh-wouh-wouh…le camp de manouches.

Ce chemin après la cité de l’habitat m’évitera de prendre la 2×2 voies Mulhouse-Thann

Finalement, avant la station Total, je trouve un PN jusqu’alors inconnu qui me permet de longer la voie ferrée.

Je termine dans les broussailles. Seul salut, traverser la voie pour arriver jusqu’au bowling de Graffenwald.

A Graffenwald, je prends à nouveau le long de la voie jusqu’au ball-trapp…non sans avoir fait un roulé boulé sur un changement de trace pour prendre le single; je ramasse mon bidon qui se fait la malle, et je repars. Les deux dames « K6 » derrière moi devaient bien se marrer.

Dans ce single derrière le ball-trapp, ne pas se manger la borne! J’ai croisé un vététiste qui devait j’imagine se rendre chez son dentiste en K3 lui aussi. On s’est fait un clin d’œil.

Trace GPS https://www.openrunner.com/r/12279621

Vous aimerez peut-être aussi

Lectures contagieuses

Adaptation au cinéma du masque de la Mort rouge de Roger Corman

Les romans évoquant des épidémies sont plutôt prisés actuellement.

Si vous avez la pétoche, ne les lisez-pas!, sinon vous risqueriez de mal dormir

Ma dernière lecture est le Masque de la Mort rouge d’Edgar Allan Poe.

An dedans, il y avait toutes ces belles choses et la sécurité. Au dehors, la Mort rouge.

Un mur épais et haut lui faisait une ceinture. Ce mur avait des portes de fer. Les courtisans, une fois entrés, se servirent de fourneaux et de solides marteaux pour souder les verrous.

Le prince Prospero a réuni un millier d’amis pour s’enfermer dans son château à l’abri du fléau épidémique.

Il organise un bal masqué.

Une courte nouvelle, le Masque de la Mort rouge, qui se lit en une demi-heure d’Edgar Allan Poe (1842)

D’autres lectures sur le même sujet: