Étiquette : cycle

18 sur 20

Un éclairage accessible, inamovible et sans fil comme Reelight pourrait répondre à la problèmatique des cycles mal équipés

C’est le triste constat effectué par la gendarmerie de Thann.

Contrôlés à l’arrivée au lycée ou au collège hier matin, 18 jeunes cyclistes sur 20 étaient en infraction par absence ou défaut de lumière. Poursuivre la lecture de « 18 sur 20 »

Schlumpf

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Schlumpf

vélomaxou

Objectif Schlumpf.

Atteint!

La vallée de la Doller est verdoyante et la piste cyclable
confortable à l’abri de la circulation.

A Dolleren, on oblique vers l’auberge du
Schlumpf
, seule difficulté de la journée avec 3 km d’ascension
pour rejoindre la petite station de
sports d’hiver
.

A 670 mètres d’altitude, on a déjà un beau point de vue sur
Rimbach et la tête du Rouge Gazon en face de nous.

Retour par les jolis lacets de Guewenheim et Michelbach.

94km.

L’ozone de ma zone

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, L'ozone de ma zone

Ozone Vosges document
aspa

Ce graphique ne nous apprend rien sans sa légende.

Je vous la donne.

Il s’agit de l’ozone en micro gramme par mètre cube mesuré hier,
19 avril… dans les Vosges, heure par heure.Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, L'ozone de ma zone

L’ozone (O3) est un polluant atmosphérique lorsqu’il est présent
dans les basses couches, alors qu’il est protecteur de la planète à
haute altitude.

Au ras du sol, il agresse le système
respiratoire et peut brûler les végétaux les plus sensibles. Cet
oxydant énergique agresse les cellules vivantes et peut être
responsable de phénomènes de corrosion accélérée de polymères »
(Wikipédia).

Croire que les cyclistes sont à l’abri de la pollution en
altitude est donc une erreur: l’ozone est aussi concentré dans les
Vosges, poussé par les vents, voire supérieur à celui de la plaine
d’Alsace comme ci-dessous à « Mulhouse est » où le pic est comparable
à celui des Vosges.

Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, L'ozone de ma zone

Ozone Mulhouse,
document aspa

A qui la faute?

« Principalement produit par la réaction des
hydrocarbures imbrûlés et des oxydes d’azote des gaz d’échappement
des véhicules avec l’oxygène de l’air sous l’influence de la
lumière solaire », l’ozone « est perçu par l’odorat humain ; son
odeur caractéristique rappelle l’eau de Javel ».

Conclusion, quand il fait soleil, on est assurés de rencontrer
de l’ozone.

A moins d’arrêter la circulation automobile!

Mais comme le seuil d’alerte est fixé à 240 micro grammes par
mètre cube, on a encore de la marge.

On peut donc continuer à polluer.

 

Grand Ballon

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Grand Ballon

vélomaxou

Le Grand Ballon, ici, en Alsace, a la faveur des cyclistes.
C’est notre sommet vosgien (1424 mètres au monument des Diables
Bleus).

Alors, on le regarde noblement, de loin, comme un fruit défendu
tant que la saison cycliste n’est pas bien entamée.

Pourtant, on s’est quand même lancés aujourd’hui à la faveur du
beau temps.

Les journées précédentes avaient laissé quelques traces dans les
mollets. Après le col Amic, on cherchait en vain un pignon de
plus…mais la manette du dérailleur était déjà en bout de course
dès le col Amic franchi.

On a donc puisé dans nos réserves, physiques et
mentales,
pour parcourir les sept derniers kilomètres et
parvenir au sommet à 1325 mètres.

En récompense, la descente!

Jusqu’à Thann.

Non sans avoir au passage dégusté la traditionnelle tarte aux
myrtilles de la famille Bronner à l’Auberge du Ballon.

93km-1200 mètre

Blanc

Jusqu’à -13° cette nuit, nous dit le journal « l’Alsace »!…

L’ami « Météo Mulhouse » a enregistré  « seulement »- 8,1°
à Chalampé.

Bref! il fait froid.

On en profitera pour ravitailler les canards et les poules
d’eau.

 

Le Pic Saint-Loup, la Rammersmatt montpelliéraine

Si les mulhousiens ont leur montagne « dominicale » avec « la
Rammersmatt », les montpelliérains ont leur Pic Saint-Loup.

C’est la bosse préférée de ceux qui profitent de leur loisir
favori le dimanche matin pour s’oxygéner au nord de la grande
métropole de l’Hérault.

Le plus dur étant de quitter la ville sur son vélo.

On ne s’offusquera pas ici de vous voir rouler sans casque; le
port du casque est encore perçu comme un accessoire emprunt
d’inutilité propre au tempérament méridional.

Paradoxalement, plus l’on est rapide sur son vélo, plus le port
du casque semble désuet et tous cas contraire à l’image
sportive.

( Il faut dire que dans l’Hérault et
autour de Montpellier, les pistes cyclables sont rares et que les
voiries hors grands axes sont étroites et souvent sans
accotement.

L’automobile y est reine et le cycliste peu
respecté
.

Intra-muros, il est déconseillé d’utiliser
son vélo dans la ville.

Et si l’on songe parfois aux vélos dans les
infrastructures nouvelles, c’est souvent pour « le
décor ».

Exemple, avec cette nouvelle voie de tram en
construction aux Près d’Arènes où la piste vélo est en
zigzag… »C’est pour les faire freiner! » me dit mon ami
Pierre-Yves, à l’humour inoxydable et célèbre montpelliérain très
au fait de la circulation urbaine.

Bref! cette voie des Près d’Arènes qui
devrait permettre de rejoindre la route des plages n’est pas tout à
fait le genre d’ouvrage qui va faciliter la vie aux
cyclistes.

Il demeure que se hasarder sur le pont de la
« Languedocienne » en direction de Palavas reste un tour de
force!
)

Mais dès que le pied du massif du Pic Saint-Loup est atteint,
alors les cyclos peuvent se lâcher et se lancer le défi d’arriver
en haut le premier.

En haut de quoi?

En haut d’une petite bosse sympathique qui « culmine » à 244
mètres!

L’arrière pays montpelliérain vaut le déplacement avec ses
villages qui, en dépit de l’urbanisme débridé, ont su préserver
leur caractère typique en leur centre.

Grabels, Saint-Gély du Fesc, les Matelles, Saint-Mathieu de
Tréviers, le Mas de Londres, Viols le Fort, Murles,…autant de
lieux ensoleillés au coeur des chênes verts et du vignoble.