Mer du lundi

Acrylique 25×25 sur carton de pizza

Comment redémarrer la semaine?

Pour un retraité naturellement marginalisé de la vie active d’antan, il faut s’inventer des rythmes. On a la marche, le vélo, la cuisine, la lecture, la musique…et aussi la peinture. Ce matin, j’ai saisi l’occasion au dos d’un carton de pizza et j’ai peint cette côte rocheuse, histoire de tenter l’écume. Elle est un peu trop pâteuse, mon écume. Il fallait que je tartine pour masquer les inscriptions du carton à pizza. Je ne laisse rien perdre, soucieux de préserver la planète.

J’ai ensuite filé chez mon ophtalmo. L’ophtalomologie hospitalière est un poème. Un chef d’œuvre de bureaucratie. Je n’en dirai pas plus. En ces temps de pandémie, mieux vaut se taire.

Reprenant mon vélo, je suis passé devant la file d’attente du labo. Des candidats au test PCR.

L’écolo de service

L’écolo Hulot tombe de son piédestal. Lâché par ses amis il ne trouve plus auprès de qui se raccrocher.

Imaginer qu’un pouvoir En Marche l’ait consacré ministre de l’écologie, a postériori, ça fait désordre après le vacarme de ses frasques sexuelles.

Il possède une BMW qui se trouve en Bretagne, où il habite, un scooter BMW  qui se trouve à Paris, détaille-t-il.

Un van « pour les vacances en famille ».

Son 4×4 Land Rover, âgé de 20 ans, se trouve en Corse, où il possède une maison « à 1 000 mètres d’altitude ».

Sa « 2CV de 30 ans », achetée récemment, est conduite par sa fille, son van Volkswagen lui sert « pour les vacances en famille ».

Il y a aussi la voiture personnelle de sa femme et une camionnette utilisée par celle-ci pour transporter des chevaux jusqu’en Bretagne, ainsi qu’une moto BMW et « un petit bateau à moteur » (source Le JDD)

Après avoir quitté le gouvernement en 2018, il quitte à présent la vie publique, dit-il.

Quant aux Verts, je m’en souviens: en 2011 Nicolas Hulot était pressenti pour devenir présidentiable, devancé largement par Eva Joly (heureusement). Pourtant Sandra Regol d’EELV a la mémoire courte, elle rétorque que Nicolas Hulot « n’a pas travaillé avec les écologistes, il n’a jamais été membre du parti. »

Nakamura, le E-Crossover

Pour mille balles, un Crossover en vente chez Intersport.

Elle est pas belle la vie?

Lapierre s’investit dans l’urbain électrique

Bientôt des vélos partout, partout en ville!

On ne pourra pas dire que je ne fais pas de place à l’électro.

De quoi emmerder les bagnoleux, et c’est tant mieux!

Je suis un adepte du vélo en ville (pour ceux qui ne le savent pas). Ce matin avec le verglas fallait éviter les courbes et être désaoulé de la veille au soir. Les mecs qui cherchent à se garer devant le boulanger et qui nous empestent, ça m’énerve. Vous ne pouvez pas savoir.

Decathlon opte pour le Longtail

Je ne vais pas m’éterniser sur le Longtail de Décathlon.

Le vélo-cargo devient tendance pour les déplacements urbains et c’est tant mieux.

Pour l’heure je ne le trouve pas à la vente sur le site Decathlon. (2700 euros)

voir plus ici

Noko 14,8kg

C’est la marque Noko qui commercialise ce vélo tout chemin. Moteur électrique 250W, courroie de transmission, boite 11 vitesses.

La concurrence doit bien se tenir.

Si le moteur est là? on se le demande…

Modèle Forza 3990 euros

autonomie 100km

source

existe aussi en modèle route Volcano…à 4350 euros

Volcano

site net Noko

VTT neige

Le monsieur a baissé sa vitre en arrivant vers moi et il m’a dit « ce n’est pas la peine, c’est bloqué en haut!… »

J’étais en pleine ascension dans la côte du Steinby à Thann. Fidèle à mon habitude j’ai continué de grimper. Pour voir.

Pour tout dire le VTT dans la neige, c’est périlleux.

Quand vous avez une trace de pneu dans la neige, il faut rester à l’intérieur. Dès que vous sortez de cette trace, c’est foutu, il faut s’arrêter, puis tenter de redémarrer.

Je suis finalement arrivé tout en pédalant jusqu’au plan Diebold.

Après, j’ai alterné tantôt à pied, tantôt en pédalant jusqu’au col du Hundsrück. Une vingtaine de voitures garées à la Fourmi, vraisemblablement des marcheurs partis jusqu’au Thanner…

Puis je suis monté au monument à pied en poussant mon vélo.

Ensuite j’ai tenté la descente vers Rammersmatt. Une neige épaisse et un étroit passage de marcheurs.

Je le prends quand je peux. Sinon quand c’est trop pentu, le vélo est incontrôlable, alors je descends.

J’ai imaginé qu’après le chalet du Hochburg, ça irait mieux, mais non. Toujours autant de neige.

Finalement j’ai atteint Rammersmatt sans tomber une seule fois. Quelle gloire!

Je rentre par la route dans un froid glacial.

https://photos.app.goo.gl/zseQjLaNXAZGbjKU7

Récap de mes cols 2021

Comptabiliser ses cols à vélo, un exercice pas toujours facile

L’année n ‘est pas encore terminée et pourtant je viens d’envoyer ma liste à mon Club des Cent Cols.

C’est la règle du jeu de ce club: lister les nouveaux cols franchis avec son vélo.

Malgré les restrictions sanitaires, j’ai quand même réussi 32 cols nouveaux tout en m’interdisant d’aller dans les réunions du club où la promiscuité ne me convient pas.

J’ai voulu déclarer mes cols avec l’outil informatique du club tout nouveau. Mal m’en a pris, l’année 2020 était confondue avec l’année 2021. J’ai du rechercher tous mes cols 2021 un à un…et pourtant je ne suis pas un bleu de la saisie en ligne!

Quelques cols suisses, dans l’Hérault, un peu dans le Jura, en Moselle, dans le Haut-Rhin et dans les Vosges.

CH-BL-0730Chremer Pass730
CH-BL-0820Blauepass820
CH-VD-1228Col de la Givrine1228
CH-VD-1557Col de Porte1557
FR-01-1390aCol de Combe Blanche1390
FR-34-0082Col de la Tortue82
FR-34-0210Cap de la Crous210
FR-34-0244Col de Fambetou244
FR-34-0318Pas de Londres318
FR-34-0375Pas de la Peyre375
FR-34-0492Cap de la Pousterle486
FR-34-0565Col de la Croix de Fer565
FR-39-1160aLa Goulette1180
FR-39-1374Le Goulet1374
FR-57-0306Col de Lessy306
FR-67-0534Col de Steige537
FR-67-0560Col du Blanc Noyer560
FR-67-0602Col d’Urbeis602
FR-67-0761Col du Mont761
FR-88-0428Col des Jumeaux434
FR-88-0435Col de Fouchevouille436
FR-88-0450Col d’Anozel450
FR-88-0469Col du Haut du Bois469
FR-88-0514Col de Mont Repos514
FR-88-0516Col de Climont516
FR-88-0520Col de la Malpierre520
FR-88-0559Col des Roches St Martin559
FR-88-0577Col de Thonon579
FR-88-0596Col des Quatre Chemins596
FR-88-0685Col de la Ronde Tête697
FR-88-0690Col du Kiosque670
FR-88-0730Col Sans Nom730
mes cols 2021

mes cols depuis l’origine…voir ici


Emmitouflé

Il est venu spontanément vers moi comme si j’avais quelque chose à lui donner, ou une histoire à lui raconter…mais je n’avais rien. Il semblait déçu. La vie de cheval est une vraie vie de chien.

Emmitouflé, oui je l’étais. Avec pour la première fois la cagoule. Pas facile à porter avec les lunettes qui se couvrent de buée.

Aujourd’hui on a eu zéro degré toute la journée. Sans vent, c’est soutenable si l’on s’engouffre en forêt. J’ai les lampes pour les tronçons routiers car le brume est tenace.

Finalement, je me suis régalé jusqu’à l’étang de Reiningue. Retour par le ball-trap de Cernay.

https://www.openrunner.com/r/13977874

Imaginaire pictural (3)

Imaginaire pictural (2)

Faut pas croire!

C’est pas mal, chez moi

Faut pas croire! Le VTT est une discipline exigeante dès lors qu’on ne se contente pas du parcours ordinaire.

Par ordinaire, je veux parler de ces balades lentes, bucoliques où l’on admire le paysage et où un doux zéphyr vous berce..

le travail cardiaque en 1h40 de VTT

Chez moi, dès que je quitte le logis, me voila au cœur d’une succession de grimpées. A soixante-dix ans, je l’avoue, c’est plus difficile qu’avant.

La pente bitumée du lotissement, je l’aborde à froid. Normal, elle derrière chez moi et je n’ai aucun échauffement…le cardio grimpe déjà à 140. Pourtant j’ai presque tout mis, il ne me reste que deux ou trois dents sur la dernière couronne…je monte « décalé » et je frôle le fourgon de Suez qui m’oblige à quitter la trajectoire. Je sais qu’avec aussi peu de vitesse et donc d’équilibre, je risque la chute aisément en cas d’obstacle inopiné.

Bon maintenant je reprends mon souffle dans la prairie, le long de la vigne. Je biaise…je cherche la moindre pente pour rejoindre la route. Après Leimbach, je longe le bel étang au Niederes Eichholz et je grimpe à nouveau pour rejoindre Burgerwald au-dessus de Roderen. Les derniers vingt mètres: à pinces! Je ne veux pas tomber sur un sol mou couvert de feuilles mortes.

Le rue des Près ne me fait rien gagner. Je dois prendre le Hohacker par la route, ce n’est pas facile mais j’ai le vent qui m’aide. Je traverse le bois jusqu’à Stockacker à l’entrée de Michelbach. C’est couvert de feuilles dans la descente et donc piégeux car en-dessous il y a les ornières. Mais que ce parcours est beau!

Normalement le tour du lac est facile. Mais j’ai un vent de nord-est glacial qui me freine le long de la forêt.

Ensuite je longe le cimetière des animaux à Aspach. Un couple se recueille devant une sépulture fleurie, je retire quelques branches qui barrent le chemin.

La piste de Leimbach termine de m’épuiser. A travers mes gants, l’arthrose me brûle les doigts.

Faut pas croire: le VTT est une discipline exigeante.

https://www.openrunner.com/r/13970753

Imaginaire pictural (1)

Imaginaire pictural

aquarelles 16×12

Je les peins par quatre.

Tout n’est pas imaginé comme par exemple en bas à gauche qui ressemble un peu à un paysage connu des Thannois.

Si vous voulez une planche hivernale, faites moi signe!…

Route

C’est indicible, je n’ai pas envie de VTT actuellement. Une paresse inexplicable. Pourtant la route n’est pas à mon avantage, il me faut pédaler longtemps pour avoir un tour qui me contente.

La petite grimpée avant Wuenheim fait jusqu’à 7%. Je ne l’aime pas. A Soultz, je pousse jusqu’à Readersheim, puis Ungersheim, Ensisheim, les fermes avant Battenheim. Un itinéraire fait des dizaines de fois lorsque j’étais Mulhousien.

Puis je vais rechercher la piste de la Thur à l’Ecomusée pour rentrer chez moi.

Une surprise: la piste est interrompue à l’Ecomusée, un pont absent. Néanmoins on peut passer à pied. Plus je me rapproche de Thann, plus j’ai froid (je n’avais emporté que deux épaisseurs), la température avoisine 2 degrés.

Fuir le monde?

Dis comme ça c’est abrupt et faire preuve de peu d’humanisme.

Je paraphrase Ahmet Altan qui de sa prison écrivait en signe de désespoir son livre « Je ne reverrai plus le monde ». Moi je n’écris pas de livre, je n’en ai pas l’intelligence. Je m’insurge cependant, préférant me murer dans le silence.

La pandémie qui redémarre nous incite à la prudence à l’égard de tous ces amusements publics qui se préparent d’ici la fin de l’année. Je veux parler des fêtes et aussi de tout ce consumérisme insensé qui veut qu’on arpente en long et en large les commerces et galeries à la recherche de cadeaux.

Je ne parlerai pas d’un monde qui m’est étranger: celui des soirées festives du samedi soir qui plaisent aux jeunes générations, celui du spectacle vivant…et en même temps je me dis qu’il faut bien que les commerces et les artistes puissent vivre.

Vacciné avec trois doses depuis peu, je vois encore placardés dans ma ville des affichettes qui instillent la peur du vaccin. Dans cette partie de bras de fer entre pro et opposants à la vaccination, on ne sait pas qui va gagner, sinon la maladie.

Je ne sais plus où va le monde sinon à sa perte.

Alors faut-il fuir le monde?

Il y a des gens apeurés pour qui la résurgence virale semble incompréhensible après tous les efforts que nous avons déployés…et il en existe d’autres qui n’ont en rien à cirer.

Cruel dilemme et lendemains incertains!

Tour ensoleillé

La médecine fait des merveilles

le scan, nouveau sésame du monde moderne

Qui n’est pas un jour dans sa vie confronté à l’hôpital!

J’ai encore cette chance d’y être peu allé. Ce matin, examen visuel dans le grand hôpital mulhousien, le GHRMSA. Tout y est parfaitement rodé. Comme à l’accoutumée je ne peux m’empêcher de relater cette expérience. L’hôpital de Mulhouse, comme tous les autres hôpitaux, est confronté nous dit-on à un manque de personnels et de moyens. Je suis incapable d’en juger. Pourtant je suis sûr que ses agents font des miracles, y compris parfois avec des cas graves et désespérés.

Parking payant pour consultant. J’ai commencé par aller fureter du coté des urgences, près de l’hélico du SAMU, croyant échapper à la grande entrée. Non, ce n’était pas bon, à coté des urgences, il n’y avait que la chambre mortuaire.

Devant la grande entrée, la cohorte d’ambulances et l’inévitable zone fumeurs avec les malades amputés sur leur fauteuil venus en griller une.

Une fois dans le sas, un vigile me surveille attentivement car je cherche mon masque… tout neuf en tissu immaculé et plissé, élastiques réglables et pince-nez ajustable. J’ai une femme merveilleuse qui pense à tout.

Scan du passe sanitaire. OK, c’est bon.

La liste des services se dresse face à moi dans la salle des pas perdus. C’est un grand catalogue abscons. Finalement j’avise une dame de service qui pousse son chariot.

  • L’ophtalmo?…c’est le grand couloir tout de suite à droite

Ce sera ma seule relation humaine teintée de compréhension.

Comme pour faire la queue au rayon fromage d’Auchan, prendre son ticket et attendre que votre numéro s’affiche…

Pendant qu’on me prend en charge sans aménité, derrière une vitre blindée (aménité: nom féminin signifiant amabilité), je débite au pas de charge nom, prénom, adresse, number phone. Ce faisant, j’observe un lecteur scanner derrière la vitre blindée dotée à cet endroit d’une petite fente…c’est pour valider votre ticket de parking qui vous permettra de sortir gratuitement. Sinon, c’est 1.60 euro l’heure. C’est vraiment sympa. Je ne remercierai jamais assez ce geste d’une machine me rendant la vie moins chère.

Une première mesure, votre pression intra-oculaire.

Notez bien que jamais on ne m’indiquera à quoi sert cet examen, ni d’ailleurs son résultat. En fait je le sais, votre globe oculaire est pourvu d’une humeur liquide dont la pression ne doit dépasser un certain seuil, sinon vous allez abimer votre nerf optique, risquer un glaucome et engendrer plein de choses désagréables pour votre vue notamment si le petit conduit de décharge de l’humeur est bouché.

Passage au tonomètre à air pulsé: c’est désagréable mais non douloureux et votre œil qui est malin se ferme quand on lui souffle dessus…la machine recommence mais l’opératrice s’impatiente car elle n’a pas que vous à s’occuper

  • Vous habitez à quelle adresse? ne tentez pas de lui répondre et vous? c’est juste pour voir à l’ordi si elle a le bon client.Personnellement, pour éviter ces erreurs, je préconise un bracelet avec code-barre au moment d’entrer.
  • Ne fermez pas l’œil, allons!
  • Retournez dans la salle d’attente, dans le couloir à gauche…

Bien sûr, je me trompe et j’entends appeler mon nom au bout du couloir.

Je manque de renverser le totem de gel hydroalcoolique qui trône au milieu de l’allée

  • On va vous faire un champ visuel, alors retirez vos lunettes et baissez le masque, je vais vous boucher un œil
  • N’appuyez pas sur le bouton n’importe quand sinon vous allez fausser les résultats!…

Au bout de cinq minutes, j’ai eu envie de balancer la Game-Boy. Je ne sais jamais si j’ai coulé le destroyer en haut dans le coin droit ou le périscope qui émerge insidieusement en bas au milieu. Mais j’ai l’œil, je suis capable de combattre cinq ou six attaques simultanées.

  • je vous sens bien fatigué…
  • est-ce que je peux changer de main?
  • pour quoi faire?
  • parce que j’ai la main qui fatigue…et peut-être qu’étant gaucher les ordres iront plus vite jusqu’à mon cerveau…

Manifestement la manipulatrice n’a pas apprécié ma remarque pourtant de bon sens.

Au bout de vingt minutes, j’étais dehors.

Résultats au prochain rendez-vous.

On en pensera ce qu’on veut, mais la médecine moderne est devenue très performante et d’une efficacité redoutable. On aurait tort de l’accuser de ne pas faire des efforts surhumains de productivité. Je viens d’en avoir la preuve en live.

J’ai repris ma voiture et, dernier miracle de la technologie, mon ticket de parking a déclenché le lever de la barrière me permettant de fuir ce monde aseptisé et mécanisé.

Je postule un emploi de facteur à vélo

Facteur à vélo.

Voila un métier fort demandé dans les agences d’intérim. Pourquoi? je ne sais pas. A chaque fois que je vois un poste de facteur à vélo sur Facebook, je vais postuler. Histoire de me faire un peu de tunes. En plus sur Facebook, c’est facile il suffit de cliquer.

10,48 euros, l’heure de vélo électrique, j’accepte.

Comme ça en faisant le trottoir, je vais rencontrer madame Michut qui promène son chien et monsieur Robert qui va prendre l’apéro. Oui, je sais, il y a les boites dans les communs. C’est ingrat les communs. Mettre les factures de l’EDF, distribuer les menaces avant saisie, ce n’est pas facile.

J’ai prévu de porter le casque en cas de représailles.

Il est vrai que le métier se privatise. Sans le dire. Le management dans les centres de tri doit avoir le profil du parfait garde-chiourme pour gérer des types qui fuient en courant au bout de la première journée ou qui oublient de revenir.

La Poste a encore son monopole du pli mais ça ne paie plus. A un euro la lettre, je préfère la porter moi-même. Et surtout pas de chèque: l’indice de confiance est au plus bas. Alors si vous réservez des places sur CroisiEurope pour Noël un conseil: portez le chèque vous-même.

Avec une image comme celle-là, je pense que la Poste a toutes ses chances de faire appel à moi pour redorer son blason.

Peut-être même que je vais monter rapidement en grade et accéder à la conduite d’un triporteur Staby

Si par mégarde du recruteur, je suis invité à faire valoir mes états de service auprès de la Poste, soyez sympa, ne me caftez pas. Il y va de mon avenir cycliste.

Mes amis préposés de la Poste peuvent s’attendre au pire.

La maman des poissons pas contente

Vauthiermont

Temps médiocre avec seulement 4°C mais sans vent ni précipitations.

J’oscille entre du moyen court et du moyen long. Je suis un centriste du vélo. En partant à 13h30, il ne faut pas s’attarder au-delà de 17h car la nuit tombe vite. Bien sûr j’ai mes lampes, ma veste rétro, fluo mais à certains endroits comme la route d’Altkirch à Burnhaupt le trafic est chargé et à 16h on est déjà moins visible

Quatre cyclos tristes sur la piste. Ils pédalent avec opiniâtreté. Ils s’appliquent, même. Ils ne sont pas là pour rire manifestement. On a l’impression qu’ils vont à l’enterrement ou qu’ils en reviennent. Le leader devant, silence dans les rangs. Je les aborde. « Vélo » annonce celui qui est derrière. « Je ne suis pas pressé, bonjour!… »

J’ose « vous rentrez à Mulhouse? »…histoire de ne pas passer comme un sauvage…d’autant qu’ils ont un bon train de 20-22

La dame me dit « à Burnhaupt ».

Je passe car manifestement je suis de trop.

Plus tard je sors à Saint-Bernard et je ne les vois plus derrière moi. Ils ont du quitter la voie verte plus tôt.

A l’entrée de Burnhaupt-le-Bas, je les retrouve. Je m’arrête au feu pédagogique. Ils passent en maugréant.

La sortie de ce groupe ne ressemblait pas à une partie de plaisir. Finalement, je me dis que tout seul, c’est bien aussi le vélo.

Travaux à l’écluse d’Hagenbach.
Les poissons manifestent

Airbag Cirrus

On trouve la prévente sur Facebook de cette veste airbag pour cycliste. Elle ressemble à ce qui existe déjà pour les motards et elle se déclenche en cas de choc comme un airbag de voiture.

C’est certainement un bon produit mais à ce prix (511 euros) saura t-elle séduire?

Ce système existe aussi pour les casques

Relief

acrylique sur toile 46×55

Véloscopie

Miroir du cyclisme:je ne suis jamais reconnu dans le miroir

Faites comme moi: écrivez un titre et débrouillez-vous ensuite.

J’ai déjà fait le premier pas, le titre. Je ne sais pas comment il m’est venu à l’idée d’écrire Véloscopie. Je ne sais même pas si il existe ce mot, tant pis je l’ai écrit. C’est un peu dans le genre rétroscopie. Je cherche ce que je pourrais dire autour de ce mot. Des histoires de vélo? ça coule de source. Je me souviens que dans le passé il y avait « Miroir du cyclisme ». C’était un peu une façon de nous faire miroiter un avenir de champion cycliste. Prenez un prolo allant à l’usine gagner sa pitance, il se voyait en Bernard Hinault rien qu’en passant devant le kiosque à journaux et sa journée durant sur sa fraiseuse, il croyait fraiser des jantes de vélo.

Finalement le contremaître lui mettait un coup de botte dans le train pour lui rappeler qu’il était à l’usine. Pas dans le Tourmalet.

Les masses populaires, comme disait Marchais, n’avaient qu’a bien s’tenir.

Bon mon intro est faite. Et maintenant qu’est-ce que je vais raconter?

Dans le prolongement de mon histoire championnesque, il faut rester sur terre. Le vélo c’est pas seulement celui-là, celui de Bernard Hinault, le pauvre. Le vélo c’est celui de tous les jours. J’en fais presque tous les jours, je pourrais donc être titulaire d’un brevet non pas de grimpeur avec un maillot à pois mais d’un brevet de fidélité à un mode de mobilité qu’on dit douce. Douce est vite dit, c’est sur le papier, dans les ministères; mais sur le terrain, faut pas croire, le vélo c’est dur. Comme des noyaux de pêche. De quoi décourager tous les postulants habitués aux fauteuils Pullman de leur bagnole.

Alors le vélo, faut que je vous dise, il a perdu la partie. La partie?… Oui la partie d’échecs. Au début on espérait que la Petite Reine deviendrait grande, qu’elle était promise à un grand avenir et pourtant elle a perdu, bêtement, sous les coups de boutoirs de la transition écologique. Remarquez des princesses qui abdiquent avant même d’être reines, c’est déjà arrivé.

Dacia Spring, le bond en avant de la voiture électrique bon marché

A force de polluer avec nos bagnoles, on s’était dit prenons le vélo et on n’en parlera plus. Les villes vont redevenir potables. C’était sans compter sur la fainéantise du genre humain et la rouerie de l’industrie. Depuis l’avènement de la bagnole électrique à marche forcée, tout va redevenir comme avant. Les rocades, les Speddy sur le bord de la rocade, derrière l’Intermarché, les parkings géants, les stationnements sur trottoirs, les drive Mac Do, Leclerc,…tout va redevenir comme avant avec l’électrique. L’électrique ne polluera plus en ville. En plus les écolos auraient tort de se plaindre, le nucléaire nécessaire est déjà tout prêt chez nous et donc plus d’effet de serre.

En plus la bagnole électrique est loin d’avoir des défauts; outre qu’elle est silencieuse, qu’elle ne pollue pas, elle bénéficie d’un excellent rendement de ses moteurs, bien supérieur à celui des moteurs thermiques et en dépit du poids des batteries.

Ma véloscopie tourne à l’autoscopie

Je dois avoir une petite voiture derrière la tête. Est-ce que la voiture me rendrait fou, par hasard? Je devrais me faire psychanalyser. On se trompe, je ne suis qu’un Français ordinaire, comme beaucoup de mes semblables, qui observe le tohu-bohu médiatique autour de lui. Ne pas se laisser attendrir par le cri des sirènes!

Ne pas se laisser attendrir! Pas facile.Miss Sirène 2019, Julie Peugeot (!) native de Pont de Roide.

Potabilité

En parlant de villes potables, la mienne est au régime sec. Un malencontreux accident forestier d’hydrocarbures infiltrés dans le sous-sol a pollué notre réseau d’eau (15000 hab). Évidemment grand ramdam des autorités: ne plus boire l’eau ni faire la cuisine avec cette eau. Mercredi, ça fera une semaine. Les services compétents ont vidangé les bassins et balancé des milliers de litres à la rivière pour tenter de se débarrasser des quelques molécules scélérates. On dit que ma ville est branchée sur le bassin aquifère de la Hardt en attendant de retrouver l’eau des Vosges…L’eau de la Hardt plombée à l’atrazine des maïsiculteurs?

Entre-nous, je me demande quelle est l’ampleur du phénomène bactériologique et si quelques traces de gasoil dans l’eau est de nature à créer tant de dérangements. Dans ce cas à quoi servent nos périmètres de protection des captages s’ils peuvent être attaqués aussi facilement?

Je vous laisse imaginer la suite de ce monologue bien improbable…

Grisaille

Notre Dame du Chêne. dans la grisaille, ces bougies annonçaient un peu la féérie de Noël. Le monsieur a glissé une pièce dans la fente, puis il a allumé deux bougies qu’il a placées à gauche. Ça équilibre lui ai-je dit, puis, acquiesçant, il a fait un signe de croix et s’est recueilli.J’ai regretté cette observation trop rationnelle dans cet univers de foi.

Je suis parti dans la grisaille. Un truc qui vous remplit d’humidité sans vous mouiller vraiment. Parfois ça gicle sur les surchaussures. Méfiance avec les feuilles mortes, toujours les aborder en ligne droite. C’est le long des collines que le brouillard a eu du mal à se dissiper.

J’ai toujours imaginé que cet édifice religieux préfigurait nos fusées à étages de Kourou en Guyane. (Burnhaupt le nieder)

Finalement, parti avec un corsaire un peu fin pour la saison, au bout de 50km tout rond, j’étais content de rentrer.

Cherchez l’erreur typographique

Cent cols: Enrico Alberini nouveau président

Ça vient de sortir à l’AG des Cent Cols à Saint-Maxime: Enrico Alberini est le nouveau président du Club des Cent Cols. Il succède à Bernard Giraudeau avec qui j’avais eu le plaisir d’accomplir le tour du Haut-Rhin à VTT.

Enrico, comme son nom l’indique, est italien et membre 5065 de la Confrérie. Il totalise à son actif 3467 cols à vélo.

Un tour de Thur

Pour faire mon jogging « décentralisé », je prends mon vélo et je l’attache en lieu sûr devant le centre de tri de la Poste à Vieux-Thann. En lieu sûr? finalement je n’en sais rien.

C’est un samedi pluvieux qui s’annonce. Alors je prends mes pompes à mon cou et je fais un tour de Thur à pinces. C’est la première fois que je fais ce tour à pied. Chemin à l’aller, piste pour le retour. Un circuit qui fait juste 5 km et qui me convient.

Je n’ai pas l’expérience du terrain mou; je redoute les ornières.

J’aborde une dame dans le bois. Elle sursaute, elle a eu peur. Le chien m’emboite le pas, il est tout content de courir avec moi. La propriétaire l’appelle, mais non, le chien court toujours. Il me saute dessus, tout en joie. La dame sort son sifflet pour rappeler son chien…il avise un joggeuse qui me suit et se met à courir avec elle. J’ai entendu longtemps le sifflet.

Il y a vraiment des gens incapables de contrôler leurs bêtes. Mais celui-là était gentil, heureusement.

Le phénomène « chien », c’en est un, ne cesse de me surprendre. On ne trouve plus beaucoup de promeneurs sans chien(s). Dès lors je m’interroge, le chien a t-il suscité la promenade de gens habituellement sédentaires? Si oui tant mieux.

Dans mon enfance j’ai eu des chiens, les animaux ne me gênent pas dès lors que leurs maîtres savent se faire obéir en prenant soin des autres usagers. Ce n’est pas toujours le cas. A vélo une chute par la faute d’un animal peut être dramatique. Les propriétaires en sont-ils conscients?

Cela dit, détrompons-nous: en dix ans le nombre de chiens a reculé en France de 1 million selon le quotidien Ouest-France. Il n’y en aurait plus que 7 millions!

Enfance

acrylique sur toile 46×38

J’y retourne une fois l’an. C’est le pays de mon enfance. Les lieux se sont policés, le chemin rectifié, goudronné, les plantations renouvelées, l’éclairage urbain installé. Pourtant le village se meurt doucement, la population s’étiole. En 1846, on comptait 346 habitants, aujourd’hui 95.

Pire, l’église est à vendre.

11 novembre

Vaccins covid + grippe?

Ce billet ne s’adresse pas aux antivax

Je vais essayer de comprendre la rationalité de la position des antivax…ou justement comment expliquer son absence. Le raisonnement humain doit être à géométrie variable. Ça m’intéresse bougrement d’autant que ma pharmacienne, supposée rationaliste, m’a tout de go déclaré qu’on n’avait pas beaucoup de recul avec le vaccin covid. Subitement ce manque de recul m’a rappelé un argument tenu depuis des mois par les antivax. Mon ouvrage de référence sera donc « Rationalité » de Steven Pinker.

Sur la foi de la position de la Haute Autorité de Santé (HAS), je me suis rendu chez mon pharmacien pour me faire vacciner à la fois contre la grippe et contre le covid (rappel 3eme dose).

Pas question! Le pharmacien s’y oppose.

Deux explications me sont fournies:

  • d’une part le risque que mon organisme ne supporte pas les deux vaccins
  • d’autre part l’incapacité à se fournir les doses covid dans un délai raisonnable et à organiser les rendez-vous conjoints de plusieurs patients.

Donc ce matin j’ai reçu mon vaccin anti-grippe comme chaque année.

Pour le rappel covid après 6 mois, je me suis inscrit dans un centre de vaccination via Doctolib

La HAS rappelle que la réalisation concomitante des vaccins contre la grippe et la Covid-19 est possible afin d’éviter tout délai dans l’administration de l’une ou l’autre de ces injections. Concrètement, les deux injections peuvent être pratiquées le même jour, mais sur deux sites de vaccination distincts – un vaccin dans chaque bras (source)

Le conflit d’usage se porte bien

La montée des intégrismes modaux ne cesse de faire des émules.

Actuellement le lobby voiture se paie les piétons. Les piétons seraient trop peu prudents lorsqu’ils traversent la rue le nez sur leur smartphone. Alors fatalement, les automobilistes qui paient plein pot s’ils renversent un piéton sont légitimement fondés à se plaindre du laxisme de la maréchaussée.

Cette rébellion anti-piétons des automobilistes, les cyclistes la connaissent, eux qui sont souvent la cible d’attaques en tous genres.

Mais voila qu’on s’attaque aussi à la réglementation. Selon les automobilistes, la vie devient impossible en ville avec les zones 20 ou zone de rencontre qui donnent trop de droits aux piétons.

Il est vrai que les maires édictent souvent des arrêtés favorables aux mobilités douces avec des zones 30 généralisées et des dos d’ânes scélérats partout.

Longtemps les piétons se sont plaints d’être en insécurité sur les trottoirs, un domaine qu’ils pensaient détenir pour déambuler en toute quiétude. Non! les deux roues en ont pris possession pour s’exonérer des bouchons et des feux ainsi que des sens interdits.

Quelle pagaille!

Concrètement, moi qui habite la campagne, je ne suis pas mieux loti.

Rien qu’aujourd’hui sur la Voie Verte V33 (vallée de la Thur en Alsace):

  • deux dames qui dissertent au milieu de la voie, je sonne trois fois…j’avais une bande étroite pour passer à droite. Que fait la dame de droite? elle s’écarte brusquement à droite et je passe sur l’accotement.
  • une minute plus tard, une cycliste arrive en face de moi. Je serre ma droite alors qu’elle dévie sur sa gauche. Au dernier moment je sens la collision arriver, je crie. La jeune fille regardait son smartphone et semble tout étonnée de me voir là.
  • ce couple se promène avec son chien en liberté. Je sonne…les personnes s’écartent, le chien traverse devant ma roue. Je m’arrête en urgence, le chien passe à 20 cm de ma roue, puis je repars. Le chien m’accompagne en tentant de me mordre tandis que le couple appelle son chien.

C’est désespérant.

%d blogueurs aiment cette page :