Auteur : velomaxou

Rouler. Un peu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un havre de paix au bord de l’échangeur routier

J’écris un mot pour faire mon titre.

C’est déjà le début de ma thérapie cognitive.

Thérapie, c’est beaucoup dire; je ne suis pas dépressif. Juste sensible aux choses de ce bas monde.

C’est à dire que dès mon retour de balade à vélo, j’éprouve le besoin de traduire mes pensées, mes émotions. Et si possible je m’applique « à faire beau », à respecter mes lecteurs et à trouver un cheminement, une cohérence parmi l’incertitude de mon itinéraire.

La sortie à vélo n’est parfois qu’un alibi pour raconter une histoire…et parfois éprouver le besoin d’en savoir plus.

Je suis roublard, je sais tout de suite dans la lande que le vent est de nord-est, c’est à dire froid.

Alors j’avance en longeant les haies protectrices, celles qui restent.

Puis je me cale dans la forêt.

Les étangs de Cernay sont un havre de paix comme un petit port bien abrité.

Je n’y ai rencontré qu’un cycliste avec un bonnet rouge tandis que je portais mon gilet j…

J’en fais le tour, puis je m’en vais.

Je butte toujours sur cette zone industrielle de Cernay et ses bâtiments sans âme.

Je longe des grillages à la recherche d’un improbable sentier bucolique.

Je franchis des ronciers…puis je fais demi-tour une fois coincé au bord de la voie rapide.

Je reviens sur mon titre.

Il change parfois car la tonalité de mes propos n’est plus en relation.

Aujourd’hui je garde mon verbe du premier groupe.

J’ai déjà posé mon point après rouler.

Alors j’ajouterai un peu, car mon voyage était facile aujourd’hui.

Publicités

Liberté, égalité, fraternité

48266291_1075132769337632_371560618664132608_oLiberté, égalité, fraternité.

C’est la devise de notre République.

On s’en pare parfois comme pour mieux revendiquer notre vivre-ensemble.

Un vivre-ensemble chaque jour un peu plus malmené.

Ma liberté, dit-on, s’arrête là où commence celle des autres.

Vaste sujet bien difficile à démontrer lorsqu’on ampute un à un nos droits individuels comme par exemple quand le pouvoir vous défie de manifester ou vous prive de cette liberté d’aller et venir là où bon vous semble. Je pense en particulier à cette razzia opérée samedi dernier sur les Champs en contradiction avec le droit.

L’égalité est aussi chaque jour menacée puisque nos contentieux ne cessent d’invoquer ce manque de justice entre les puissants et les pauvres comme cette fameuse ISF qui focalise les rancœurs sur les ronds-points.

Enfin la fraternité.

Celle que nous avons rêvé est malheureusement mise à mal par cette société de plus en plus fractionnée et peuplée de gens devenus hermétiques à toute générosité humaine. Des indésirables « fabriqués » justement par notre République!

Vous avez dit « vivre-ensemble »?

Flamboyant

img_0266

Je n’avais pas de grandes ambitions.

Juste une promenade nature, comme d’hab.

Sur la digue, je m’arrête contempler l’étendue d’eau.

img_0246
Il a neigé la nuit dernière sur le Thannerhubel

La dame observe les oiseaux avec sa longue-vue.

J’en profite pour me renseigner sur le matériel.

Pas de doute, l’investissement est du même ordre qu’un beau vélo.

Il ne faut donc pas se tromper et se documenter avant l’achat.

img_0245

Compter 3000 euros avec le pied!

Puis je pars au bout du déversoir qui se jette dans la Doller…

img_0251

Déversoir de la retenue de Michelbach

Après mon passage chez les Gj…je file à Aspach-le-Bas.

Matthias est emmitouflé dans son sac de couchage, il mange les maquereaux à la sauce tomate que je lui ai apporté dimanche.

Sa situation n’évolue pas.

Avec les gelées, dormir dans la voiture devient problèmatique.

Je pense que son cas relève de la puissance publique.

En 2008, il a été accepté sur un terrain communal d’Aspach-le-Haut pendant six mois et il me montre la lettre où la municipalité lui demande de partir. Il n’ose donc pas renouveler sa demande qui s’assimile à celle d’un SDF.

Les communes semblent être réticentes à l’accueillir.

Pendant qu’il couche sur le papier des adresses d’amis à contacter, j’assiste au coucher de soleil.

Je les appellerai demain.

.

Gilets jaunes, jusqu’où aller?

img_0252
L’apprentissage de la lutte

Après les propositions du président de la République hier soir, je suis retourné voir les gilets jaunes à Pont d’Aspach.

Rien ne filtre.

Les femmes s’appliquent à confectionner des panneaux revendicatifs.

Sans fautes.

Une mini société s’est installée autour du grand giratoire avec ses codes.

IMG_0253

Faut démonter le campement coté Belfort demain, la gendarmerie nous a prévenu du passage d’un convoi exceptionnel…et libérer la place centrale où sont stockés les fourgons roumains et polonais.

La rigueur de la filtration des véhicules est toujours présente.

Les campements sont consolidés après la bourrasque de vent.

Les cheminements piétons sont améliorés à l’aide de moquettes et les pentes reçoivent des escaliers de bois.

J’ai des nouvelles du syndicat dit l’un qui s’engouffre au fond d’une tente…

L’équipe qui contrôle les arrivées de l’A36 venant de Mulhouse fait ranger les camions sur la file de droite. Ils sont bloqués à l’aide de poutres de bois.

Les voitures sur la file de gauche.

On ne rigole pas.

Il n’y a pas de chef ici me dit un retraité particulièrement vindicatif.

Les routiers et les paysans sont des pourris, on devrait bloquer les camions plus longtemps.

En face, on déverse un camion de palettes destinées à alimenter les braseros.img_0257

Il ne faut pas aller à Paris. A Paris ils nous coincent. Ici on est chez nous. Personne ne peut nous déloger.

Les sapins de Noël sont déjà plantés.

Manifestement, on ne sait pas sortir du conflit. C’est le statu quo.

L’acte V est déjà dans toutes les têtes.

Je repars sur mon vélo.

Dubitatif.

Les potins du lundi

logoffv.jpg
Le nouveau logo

La FFVélo a tenu son AG annuelle les 1 et 2 décembre derniers.

Ses conclusions filtrent doucement dans les régions…et ici

Après les soubresauts internes entraînés par la divulgation subite de son changement de nom, la FFCT a réglé ses comptes en famille car beaucoup d’adhérents n’ont pas compris pourquoi il fallait changer FFCT en FFVélo.

Pour ne pas fâcher les anciens attachés à la tradition, on leur a dit que la FFCT reste comme avant mais que le sigle FFVélo c’est pour attirer du monde. Ce double langage n’est pas de très bon aloi. Comment expliquer cette duplicité aux nouveaux venus?

Les explications filtrent une à une dans les régions car le site de la fédé affiche toujours être en maintenance

L’intranet est fermé pour maintenance jusqu’à courant décembre.

Merci de votre compréhension.

Pour le COREG Centre-Val de Loire, l’information a été perçue comme une révolution: le séisme de l’annonce de la FFvélo. Il faut dire que la communication au niveau fédéral a surtout été mal maîtrisée (restons gentils).

En attendant on aura droit à un compte-rendu « soft » de l’AG dans Cyclomag…

On s’attendait à des débats sur les sujets « chauds » : nouvelle identité visuelle, numérisation… Ils ont eu lieu. On attendait des nouveautés, des propositions. On les a eues, avec en particulier le projet en direction des jeunes visant à faire évoluer le modèle existant, pour le rendre plus lisible à l’extérieur et susciter l’envie et le besoin de venir dans un club « FFVélo ».

Le gravel fait son apparition parmi nos activités avec les brevets « Graveline ». Le souci d’accueillir la jeune génération, les familles, les femmes qui ne demandent qu’à nous rejoindre mais n’osent pas se lancer, a été présent tout au long du week-end.
La participation de deux jeunes présidents de clubs venus nous faire partager leur expérience a été « une bouffée rafraîchissante » selon les mots d’un congressiste.

Bref la FFVélo tente de reconquérir un jeune public en s’ouvrant davantage sur le monde du vélo.

N’est-il pas déjà trop tard?

Mulhouse territoire vélo

Mulhouse nouveau bassin Hector- Renato Montanaro

On apprend dans Cyclomag que Mulhouse vient de renouveler son label avec la FFVélo.

Mulhouse est une des villes clés de ce territoire, au croisement de plusieurs Eurovéloroutes. Elle a d’ailleurs été labellisée « Ville Vélotouristique » pour la première fois en 2012. Renouvelée au niveau de l’intercommunalité en 2015, Mulhouse Alsace Agglomération redemande ce label en cette fin d’année 2018 !

J’avais consacré un billet en 2012 quand Mulhouse avait adhéré au label de la FFCT.

Je vous laisse découvrir tous les atouts qui valorisent Mulhouse et le vélo dans Cyclomag.

Les cyclistes locaux apprécieront.

Visite d’ouvrages

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
A la Croisière de Cernay, je ne m’attarde pas car un grain menaçant approche

Ce matin, je profite d’une accalmie du temps pour sortir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je rends visite aux gilets jaunes.

A la Croisière de Cernay, leur campement de fortune s’est doté de confort.

Des abris ont été construits à l’aide de bâches et de palettes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Quelques stères de bois pour tenir si le froid s’installe. Au tableau d’affichage, les consignes à observer quand on change d’équipe.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je pars à Burnhaupt.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
En chemin encore une décharge sauvage. Cette fois c’est l’œuvre d’un chauffagiste qui s’est débarrassé d’une vieille chaudière murale et de ses tuyaux.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Matthias a déménagé avec sa voiture. Il est à présent au bout de la rue de la Libération à Aspach-le-Bas. Son radiateur livré n’est pas le bon et son moteur ne démarre plus. Il a faim.

 

Matthias voudrait du pain, du fromage, du poisson en boites, des chips, de la salade et du chocolat. Je me propose de l’aider en le ravitaillant, si quelqu’un veut se joindre à moi, me faire signe.

 

Il me demande de joindre l’association Robin des Toits.

On peut lire l’histoire de Matthias Moser ici.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Quand j’arrive à Pont d’Aspach, c’est l’heure de « libérer » les caboteurs des pays de l’est parqués au centre du giratoire. Ces types sont exploités par leurs patrons (ils travaillent en France avec les conditions de leurs pays) et faussent la concurrence. C’est un des mauvais coté de l’Europe.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
A Aspach, du bois pour l’hiver et deux immenses remorques pour s’abriter .

La télévision a été installée dans l’une des remorques.

Les équipes se relaient jour et nuit.

Tout va dépendre de la façon dont le pouvoir va s’exprimer, me dit-on…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La Doller a repris de la vigueur avec les dernières précipitations
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La grande passerelle recouverte de planches est très glissante, je longe à pied en me tenant à la main courante

 

 

Mi-temps

img_0232

Je suis à mi-temps.

Au milieu de deux temps.

Est-ce cela que l’on appelle l’intermittence?

En attendant un nouveau set, après le reset, je barbouille sur un carton.

Je ne gâche pas mon temps malgré cette pluie diluvienne.

Je ne gâche que de la peinture.

Premier temps, un ciel voilé

deuxième temps, la montagne enneigée

troisième temps, la chute d’eau

quatrième temps, des pommiers en fleurs.