Catégorie : Matériel

Trottinons un peu!

Trottinette Kickbike de luxe 540 euros. Un peu cher pour moi

Ce matin, j’ai changé de monture. J’ai emprunté ma trottinette et mon coursier à pédales a fait la gueule.

J’avais entrepris ces jours passés de prendre en mains cet engin qu’on a tous au moins une fois utilisé dans notre jeunesse. Le grand luxe, c’était la trottinette à pédale avec roues à rayons et garde-boues en alu.

5km, la distance optimale pour un déplacement de quartier à trottinette

Aujourd’hui, la trottinette est passée entre les mains des adultes tandis que les plus jeunes préfèrent la planche roulettes, toute seule. Oui, je sais, on doit dire skateboard ; ça fait plus fun.

Donc revenons à ma trottinette. Est-ce un outil de mobilité intéressant?

Oui, sans aucun doute. Certes je dois affronter les regards des badauds dans leur jardin qui s’étonnent de voir passer un original à cette allure.

Le pharmacien: 12 minutes

Un léger sac à dos fera l’affaire. Je pars chez mon pharmacien. Tout juste deux kilomètres au rond-point de Vieux-Thann ZI. Certes les trottoirs sont parfois trop défoncés alors je dois prendre la chaussée, en douce. Ne pas me faire voler ma trottinette. Je la plie et je la dépose à l’intérieur de l’officine. Personne ne l’a aperçue.

Le boulanger:15 minutes

Je reprends ma route. Je veux dire mon trottoir. Remonter le long de la nationale 66 n’est pas très agréable, le flux de véhicules est envahissant. Je me faufile rue de Provence et je profite des quartiers au calme. Au lycée, je fatigue un peu car « le patinage » doit être presque permanent. Profiter de grands élans nécessite de l’énergie. Ma jambe droite vient en secours de la jambe gauche, le temps de la reposer.

Retour sur la plaque comme disent les cyclistes; ça descend tout le temps.

Bilan positif

Un peu plus de 5km parcourus. Cinq kilomètres me semble la distance optimale à parcourir en ville avec une trottinette sans s’embarrasser d’un vélo. D’autant qu’on redevient piéton très facilement dans les passages encombrés ou les carrefours. Mais c’est indéniablement plus dépensier sur le plan physique que le vélo…et les capacités d’emport sont réduites.

Par rapport à la marche, la trottinette est sans conteste supérieure en rapidité pour les petits déplacements urbains.

Trottinette, un outil urbain

Idéal pour les petites courses en ville ou la promenade de quartier. Penser à rentrer avec l’engin dans le magasin!

J’ai essayé la Trottinette OXELO TOWN 9EF de Décathlon. Ce modèle n’a pas de suspension arrière, ni de béquille. Dommage! Mais l’ensemble parait de bonne facture.

Bref, attraper l’engin dans son garage et partir est un jeu d’enfant. Pesant 6,250 kg et pliable, munie d’une sangle bandoulière, vous passez en mode piéton rapidement. En plus un crochet sous le guidon pour attacher un sac à provision.

Où aller?

Tiens, je vais chez mon boulanger et je prends mon trajet quotidien réalisé avec mon vélo…

Première chose, songer à prendre le trottoir et méfiance avec les bordures: vous n’avez que des roues de 200 mm en gomme bien raide et le modeste ressort avant n’est pas d’une grande efficacité.

La trottinette est un engin urbain, il faut de bons trottoirs. Idéal pour les petites courses de quartier.(2,400km-12 minutes- 12 km/h) à mi chemin entre la marche et le vélo.

A présent, il faut patiner. Moi, je suis pied gauche (personne n’en a jamais douté!). Avec trois grandes poussées, l’engin prend de la vitesse et on peut se reposer. Pas longtemps. La plate-forme permet de garer ses deux pieds sans qu’ils se montent dessus.

J’essaie l’autre pied…c’est moins « rentable », mais ça dépanne. Vous l’avez compris, l’inconvénient de la trottinette c’est que ça marche avec une seule jambe!

Attention carrefour!

Je descends du trottoir en faisant gaffe et je repars en face.

Me voici arrivé chez mon boulanger.

Un cliché et je repars…ça descend…la rue est déserte et j’en profite. La trottinette fait un raffut du diable, pas de doute on m’entend arriver. Attention dans les virages, aucun grip pour se retenir du dérapage. Lâchage d’une main: précaire, demande de l’entraînement. Des deux?…

Frein à main et à pied sur roue arrière, efficacité moyenne.

J’arrive…pas de doute, c’est physique. Plus rapide qu’à pied, c’est indéniable. Mais on est un peu perdu avec le statut mi-routier mi-trottoir de cet engin.

J’ai acheté cet engin sur Facebook Market. Le matériel vendu par Décathlon tient la cote à la revente. Ce modèle est prévu pour 100 kg. J’ai encore un peu de marge (TROTTINETTE OXELO ADULTE TOWN 9EF TITANE 15 OXELO)

L’engin peut constituer une alternative au vélo lors d’un voyage en train ou dans le coffre d’une voiture pour rejoindre un centre-ville ensuite…

Mes autres articles en relation

HP Velotechnik

C’est le Scorpion de HP Velotechnik prêt à être livré. Vitesse 45 km/h avec immatriculation
Un matériel soigné avec clignotant, phare puissant, freins hydrauliques
rétroviseurs, GPS, Bluetooth
deux batteries 36V, 636 Wh
détail suspension arrière
C’est de l’humour, car je ne suis nullement intéressé par cette machine qui coûte la bagatelle de…11000 euros

Gravel, réfléchissons avant!

Ces terrains que j’ai parcourus à VTT sont-ils propices au Gravel. Thierry Crouzet donne son avis

Faut-il s’équiper Gravel? C’est en forme de question que j’intitulais mon précédent billet concernant cette formule de vélo qu’on appelle Gravel, un cycle réunissant à la fois des qualités routières et tout chemin. On peut le relire ici

Mais voici que sur la toile s’annonce l’expérience de Thierry Crouzet, un Languedocien féru de vélo comme nous. Intitulé Où se situe la limite entre gravel et VTT ? il se pose la question que nous nous posons tous avant de franchir le pas et d’ajouter une bécane de plus dans notre garage.

Il se lance dans un circuit local du coté de Montpellier et de Sète qui mesure 77km spécialement conçu par le Gravel Bike Montpellier.

En 2013, j’ai parcouru le massif de la Guardiole à VTT. Le terrain peut-il se prêter au gravel?

Ses impressions sont parfaitement explicites…on peut les lire ici sur son blog de belle facture

Thierry Crouzet est aussi ingénieur en robotique, philosophe et auteur de nombreux ouvrages. Thierry Crouzet défend le revenu de base inconditionnel comme voie de sortie de la crise économique (wiki)

extraits: Pour moi, le gravel n’est pas un vélo d’aventure. C’est un vélo pour les itinéraires pensés pour lui, un peu comme le vélo de route d’ailleurs, à cela prêt que son terrain de jeu est plus vaste. Sur les itinéraires « homologués » pour lui, le gravel procure un immense plaisir, mais il suffit de quelques sections difficiles pour tout gâcher.

ce chemin de calcaire rougeâtre est typique du Languedoc, les chemins de barrière anti-feux sont nombreux dans la pinède.

Thierry Crouzet s’interroge Maintenant, quand je roule à VTT, je ne cesse de me dire « Là, c’est gravel, là, non. » On va sûrement tous se poser la question avant d’opter pour un Gravel…d’autant que je ne suis prêt à sacrifier mon confort de VTT tout suspendu à n’importe quel prix.

VTT à St Privat, une journée cuisante dont j’ai encore le souvenir. Le Gravel ne m’aurait pas facilité les choses

Si vous êtes un défricheur de cols en terres inconnues, prenez le VTT!

En conclusion, méfions-nous des terrains abordés! Par exemple si vous envisagez la Traversée des Vosges, mieux vaut un VTT

Mon triangle des Bermudes à St Privat

Faut-il s’équiper Gravel?

Le Génésis Vagabond a tout pour me plaire avec ses vitesses en bout de cintre et son cadre slooping 1230 euros.Un cadre slooping permet d’enfourcher plus facilement la machine dans un single étroit en surplomb. Je sais de quoi je parle…car de nombreuses fois je dois m’adosser à un arbre pour redémarrer

En posant la question, vous imaginez déjà ma réponse.

Friand de vélo route et VTT, vous êtes sûrement comme moi: ne peut-on pas trouver un juste milieu entre l’un et l’autre?

C’est à dire avoir un cheval roulant capable de faire le bourrin dans les sentiers vosgiens?

J’examine le marché et les avis des pratiquants sur la toile. On serait tenté de dire que le Gravel, puisqu’on le nomme ainsi, n’est rien d’autre qu’une mode de plus. Pourtant le Gravel n’invente rien, il n’est que le successeur du vélo de cross. Avec des aménagements de confort comme les freins à disques…plus quelques tours de main qui permettent la monte de différents pneus, de gardes-boues et de sacoches pour le cas où l’idée d’un raid vous viendrait à l’idée…

Actuellement les tenants du haut de pavé sont Koga et Génésis. Je suis sûr que vous allez en trouver d’autres vu que Décathlon et Go-Sport se lancent aussi avec des machines d’entrée de gamme.

Après avoir écrit ce billet, il reste à passer à l’action…c’est à dire imaginer des parcours mixtes « route+chemin ».

J’en bave d’impatience.

Articles en relation avec le Gravel…

https://velomaxou.com/2015/01/09/comment-se-preparer-au-voyage-a-velo/

https://velomaxou.com/2019/06/23/le-gravel-fait-son-chemin/

Le Gravel fait son chemin

L’exemple type du Gravel avec son barda genre baroudeur. C’est ce qui plait aujourd’hui

Ce n’est pas moi qui vais dire du mal du Gravel, ce vélo pour gravier, venu tout droit des US en 2016.

Au diable le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse dit le dicton! Derrière le Gravel ne se cache rien d’autre qu’un coup de com qui exploite le marché du vélo et qui tente d’installer une niche entre la route et le chemin.

Soit!

Image glanée sur le net; le Gravel vous autorise le sur-mesure en fonction de vos goûts

Le Gravel Bike France sur Facebook avec ses 9000 membres assure le SAV du bouche à oreille; il n’en faut pas plus pour un engouement pour ces nouvelles machines souvent haut de gamme et dont chacun cherche encore la justification pour se lancer à l’aventure.

Lorsqu’on est « routier » et « vététiste », a t-on besoin d’un Gravel? le vélo tout chemin VTC ne suffit-il pas à faire l’affaire? Ce sont les questions à se poser. Ne tournons pas autour du pot: il y a d’abord beaucoup de geeks parmi les inconditionnels du Gravel, des cyclistes venus de la route qui voudraient faire du chemin tout en conservant l’aristocratie, l’académisme de la route.

Un Gravel de base pour commencer

Je me souviens que les compétiteurs ont inventé le cyclo-cross; avec le Gravel, nous n’en sommes pas loin. Les Graveleux, appelons les ainsi, ne manquent pas d’humour entre eux. Lorsqu’ils se posent la question de savoir quelle est la différence entre Gravel et cyclo-cross, ils répondent « ça s’écrit pas pareil! ».

D’autres le définissent ainsi : le Gravel c’est la version cyclotourisme du cyclo-cross. Comme quoi on peut s’autoriser la définition qui plait sans trop se prendre la tête.

Le Gravel made in Orbéa

Mais pour le dire autrement, je dois reconnaitre que le Gravel est capable de séduire aussi ceux qui peu à peu souhaitent se « défaire » du routier sophistiqué incapable de quitter l’asphalte. Alors oui, c’est un Gravel qui conviendra dès qu’on abordera les chemins forestiers vosgiens sans ornières. Alors vous pourrez construire des itinéraires mixtes: des départs par la route et des sections forestières bucoliques et poétiques à l’abri des pots d’échappement.

Mais finalement, vous l’aurez compris, le Gravel c’est d’abord un état d’esprit qui vous éloignera des records tout en vous rapprochant du vélo-nature.

Alors chiche, essayez le Gravel!