Catégorie : Les parcours de Maxou

Voyage à la case prison

La prison de Mulhouse est en bonne voie

Après la case prison, je tente de m’évader le long de la RN66. Mais je suis vite rattrapé par les broussailles qui me font perdre un temps précieux. J’entends déjà les chiens aboyer derrière moi. Dans un ultime sursaut, je jette mon vélo devant moi pour aménager un passage dans le roncier. C’est gagné, je me hisse sur les berges de l’étang et je me transforme en humble cycliste parmi les promeneurs. La liberté retrouvée, ouf!

J’avance sous la ligne vers le mirador, puis j’oblique à droite vers l’étang de Reiningue
Me voici sur la rive de l’étang de Reiningue
le parcours du jour.km 18.8 après la prison, beaucoup de broussailles

Auparavant, j’ai fait une pause à l’étang de Cernay et j’assiste à une belle prise.

Elle s’est bien battue, elle aura la vie sauve. Elle disparait dans les profondeurs de la gravière, un peu stone…

https://www.openrunner.com/r/10536492

Thann-Rammersmatt à VTT

J’ai déjà du faire ce parcours plusieurs fois. Avec quelques variantes. Aujourd’hui fort vent d’est froid. Je me protège en forêt. Dans la plaine, même les parcours vent de travers sont pénibles.

Les sapins au-dessus de Roderen ont été coupés. Reste juste de quoi baliser le chemin

Ce que j’apprécie dans ce parcours , c’est d’avoir de beaux points de vue depuis Rammersmatt et surtout qu’après avoir atteint ce point haut, il n’y a plus que de la descente.

Le bois est là, transformé en buchettes

https://www.openrunner.com/r/10529950

Grand Ballon à VTT

En général pas de beaucoup de vélos traînent par là, d’autant qu’ils sont interdits hors chemin.

C’est un beau parcours qui permet de monter sur le toit des Vosges à 1424m et d’admirer le paysage. Penser à prendre ses jambes avant de partir. Je pars de Thann à 9 heures et je suis au Grand-Ballon à 13 heures.

Je prends la direction de Geishouse et je grimpe par la route.

Monter à Geishouse n’est pas le plus difficile

Après Geishouse, la montée est toujours éprouvante. D’autant que la route est dans un état déplorable. Je croise cependant deux motards qui descendent au pas et un vététiste. Puis un Anglais et son camping-car qui monte. C’est tout. Pas de quoi me distraire.

on peut considérer que la route du Haag est morte

Cette montée là m’épuise surtout après le hibou sur son totem. Je ne triche pas avec moi-même, je fais des sets à pied…tant et si bien qu’un marcheur aguerri me rattrape et me met quelques centaines de mètres dans la vue.

je fais deux fois le tour du hibou pour prendre mon élan

Au Haag, je consulte mon vélo. Il s’en fout.

Devant la ferme, j’hésite…Est-ce que je casse-croûte là ou plus haut? J’entame le GR5 rectangle rouge avec les marcheurs. Des jeunes et des moins jeunes. Les jeunes ont mis la radio et du rap pour s’encourager, j’imagine.

Finalement je quitte le Haag en poussant. Mon vélo respire.

Un groupe de locaux mangent au soleil le long du sentier. Vous ne vous êtes pas trompé d’itinéraire? Non! Ce dédale de cailloux me rappelle le Mercantour, je porte souvent pour franchir les murs d’escalier.

Ce genre de sport intéresse peu de vététistes. Je suis un marcheur à vélo.

Puis je m’installe confortablement face à la vallée, au soleil. Et je sors mes casse-croûtes. Saucisson, jambon, fromage. Il ne reste rien pour atteindre le monument des Diables Bleus.

la route du Grand Ballon et la plaine d’Alsace au loin
un homme volant au-dessus du Grand-Ballon

Je pousse jusqu’au radar de navigation aérienne qui ne sert plus, dit-on. Mais un véhicule 4×4 de l’EuroAirport est là. Je parcours le belvédère en gravissant les escaliers. Et je m’en vais. Riche a fait un super-établissement avec porte-vélos et salon de thé. Toilettes publiques gratuites. Il va faire son miel.

voici le radar du Grand-Ballon que j’appelle le Gros Miko
les marches majestueuses
insouciance
Vue sur la plaine d’Alsace
J’attache mon cheval devant les fleurs chez Riche
L’établissement a de la gueule

Je descends par les pistes vers l’Auberge du Ballon. Les vaches se baladent sur la route.Les Bronner sont fermés. J’appelle jusqu’au poulailler, personne, mais les poules rappliquent dare-dare derrière moi ! Les chiens roupillent au soleil et manifestement je ne les intéresse pas.

Les Vosgiennes de la ferme Bronner
je slalome un peu, j’ai perdu la trace
arrivée à la ferme auberge du Ballon
le parcours fait 45km et 1400m

Je descends par les pistes vers l’Auberge du Ballon. Les vaches se baladent sur la route.Les Bronner sont fermés. J’appelle jusqu’au poulailler, personne, mais les poules rappliquent dare-dare derrière moi ! Les chiens roupillent au soleil et manifestement je ne les intéresse pas.

Au Firstacker, je traverse la route avec prudence
…et je prends Goldenmatt

Une fois au col du Firstacker, je traverse la route et je prends Goldenmatt. Le site de Goldenmatt est en cours de réhabilitation et on peut suivre les travaux sur www.goldenmatt.fr. Dans les parages, ne pas se tromper, bien suivre le tracé GPS, il faut aboutir à Goldbach et pas à Altenbach.

Goldenmatt est en travaux. Une belle terrasse a été ajoutée
la petite mare à coté est poissonneuse

A Goldbach, on descend en direction de Freundstein, légère remontée et là-aussi se tenir au tracé pour aboutir à Willer-sur-Thur au pont du Wissbach.

Goldbach est en vue et Freundstein en face

Retour par piste cyclable à Thann.

Rando de 45km et 1400m. Il faut du peps pour un parcours comme ça…et faire gaffe dans la descente, cailloux, rigoles traversières, portillons, escalier bois, barbelés, clôture électrique chez Bronner et une bonne prune qui réveille!

Sur le plan cardiaque, c’est yo-yo tout le temps
au revoir Goldbach, je descends à Willer

https://www.openrunner.com/r/10493740

Bois d’Uffholtz: massacre à la tronçonneuse

Pastetenplatz va devenir une esplanade à camions et un vaste dépôt de bois. On n’arrête pas le progrès.Le SAMU pourra poser son hélico sans difficultés

Une autoroute en construction à 800m d’altitude dans le massif vosgien. C’est à Pastetenplatz. C’est assez honteux de voir les professionnels forestiers se lancer dans un tel défrichage. On aurait donc à notre insu des petits Bolsonaro. On préfère voir la paille dans l’œil du voisin…

Aujourd’hui, je n’avais rien prévu. A Cernay, j’ai tenté le vignoble où les vendanges se préparent. Puis j’ai longé la vallée du Steinbach en direction du Camp Turenne.

A Pastetenplatz, j’avais ma dose. L’exercice cardiaque n’est pas anodin quand on ne dispose pas d’assistance électrique.

Diagramme déclivité et rythme cardiaque de ma sortie. Ne pas présumer de ses forces avec l’âge!

Le Club Vosgien collabore avec nos petits Bolsonaro en déviant son public. Etonnant, non?

Le Club Vosgien de Cernay invite les randonneurs à prendre une déviation
Difficile de comprendre ces travaux alors que les chemins forestiers sont nombreux et de qualité. Peut-être pas assez larges pour les engins forestiers?
des pratiques respectueuses de l’environnement! on se fout du monde et pendant ce temps là la forêt crève de la chaleur causée par notre mode de développement.
il n’a pas demandé à mourir
casemate? non! rocher avec une grotte en haut
retour au bercail

La trace GPS ….https://www.openrunner.com/r/10465641

Oberkirch, des cols routiers

Rebstock Waldum Hôtel Kappelrodeck. J’adore cet habitat traditionnel de Forêt Noire

Oberkirch, c’est là-haut du coté d’Offenburg en Forêt Noire. On y va donc grimper un dizaine de cols à vélo proposés par le Club des Cent Cols.

Au retour, je compte et recompte, il manque trois cols à l’appel, la trace GPS enregistrée est formelle. C’est rageant.

907/756/621, trois cols qu’on a zappés sans s’en rendre compte

Cette chaude journée se soldera donc pas un parcours de 73 km, 1500m et 10 cols. La faute à qui? à moi qui n’ai pas vu que je manquais deux « aller et retour » sur la trace pourtant affichée sur le GPS. GPS vieillissant, soleil éblouissant et contre-jour sur l’écran.

Quel dommage! Surtout qu’on ne va pas là-bas tous les jours…

Cela dit, sur le plan physique, on était plutôt limite et la montée à la cote 998 nous a « tuer » comme disait l’autre. Le compteur thermique affichait jusqu’à 34° et il fallait économiser le bidon.

Le paysage en vallée est toujours aussi éblouissant, c’est un paysage à la Heïdi, façonné par des siècles de culture germanique. Ici l’agriculture est composée de vignes et de fruits. On secoue aujourd’hui les pruniers. Un câble attaché au tracteur muni d’un vibreuse et les fruits tombent par centaines sur la toile déployée au sol.

Les grosses pommes rouges font envie, mais ne sont-ce pas celles qu’on retrouve dans les supermarchés, farineuses et sans goût? je ne le sais pas.

Les cols grimpés….

  1. DE-BW-0307
    Tiergartner Höhe
  2. DE-BW-0390a
    Rotebene
  3. DE-BW-0835
    Bosensteiner Eck
  4. DE-BW-0998
    Kohlgrübe
  5. DE-BW-1005 Hübscher Platz
  6. DE-BW-0761a
    Horneck
  7. DE-BW-0643
    Kleine Steig
  8. DE-BW-0405
    Kleinebene
  9. DE-BW-0514
    Hochebene
  10. DE-BW-0466
    Hütten

Même préparé, un voyage à vélo réserve des surprises inattendues.

En Allemagne, ce sont les déviations « umleitung ». En ville, ça va. En montagne demerden sie sich! comme vous allez le voir…

Je croyais que les motards allemands étaient plus raisonnables chez eux que lorsqu’ils viennent sur la route des Crêtes vosgiennes. Que nenni! Sur la Schwarzwaldhochstrasse, c’est un festival, plus exactement un circuit de vitesse. D’autant que le revêtement est hautement sécurisant! Pas comme chez nous.

Fini de rigoler, à nos vélos!

A la sortie d’Oberkirch, on commence par une belle piste cyclable au cœur des pommiers
Avec le Tiergartner Höhe, notre premier col nous donne un avant-goût de ce qui nous attend. Pourtant il n’est qu’à 307m perché sur les hauteurs du vignoble de Ringelbach

On s’applique et on songe à la suite
les sorties de boucle sont propices à découvrir la suite de la pente
Et en plus c’est un aller-retour! faire des cols pour les redescendre ensuite, c’est un jeu cynique, non?
En redescendant, on se rend mieux compte de la pente qui avoisine 15%.
Aller-retour au col de Rotebene
A partir de Kappelrodeck, c’est la grimpée au col de Bosensteiner qui nous attend
La montée à la Haute Route de Forêt Noire est terminée. On a grimpés 800m de dénivelée assez harassante depuis Kappelrodeck.
La pause casse-croûte bien méritée au Schliffkopf
Au Zuflucht, voici une route barrée qui compromet notre retour. Que faire? on va tenter quand même…
En face, on distingue la route descendante en travaux. Ne pourrait-on pas descendre en parapente avec nos vélos accrochés aux pieds?
qu’est-ce qu’ils veulent les raders?
décollage
C’est samedi, l’entreprise n’est pas là
Ouf, sauvés! le tronçon en travaux est terminé. Le Kleine Steig est juste après la barrière.

A Oppenau, on n’est pas tirés d’affaire. D’abord le centre est en travaux, puis le concepteur du parcours nous envoie dans une galère au-dessus de la ville…une pente à 16% et plusieurs kilomètres dans les cailloux où il faudra marcher

Sympa le centre ville d’Oppenau, les lieux semblent inhabités
Les vieux grognards en déroute à Oppenau dans une pente à 16%. C’est pas juste!
Oppenau en contrebas
Kleine Ebene
A Hütteneck, le fermier est sympa. Il a mis en libre-service la bière Rothaus, le kirch, la poire…et l’eau pétillante, tarif unique 1 euro, hic!. Mais c’est pas frais
Retour à Oberkirch.

Trace GPS

https://www.openrunner.com/r/10454507

Le lac d’Amance à VTT

Le tour du lac d’Amance fait 14km

Le lac d’Amance est situé non loin de Troyes. C’est un régulateur des crues de la Seine en amont de Paris. Il puise son eau dans l’Aube affluent du fleuve de la Seine.

Je pars du site touristique de Dienville et je fais le tour du lac à VTT.

La partie boisée empruntée est au début impraticable sans VTT, faite de creux et de bosses prononcés. J’ai même manqué de passer au-dessus du guidon!

Voici un édifice typique au cœur de la forêt en cours de vandalisation. Lors d’un ouragan le 29 avril 2018, 24 ha de chênes ont été dévastés

Très mal balisé en tous cas si j’en juge par le nombre de familles candidates au voyage avec remorque et enfants…

Les cygnes se sont réfugiés dans une noue tandis que les jets-skis vrombissent tout près
la carte des lieux
un peu de calmitude dirait Ségolène

Comme mon parcours est un peu court, je l’allonge à partir de Radonvilliers

A l’ancien moulin je suis poursuivi par le chien du ferrailleur…puis je traverse la D443

Je vais longer l’Aube par le sentier des brebis.

Je longe l’Aube par le sentier des brebis. Mais de l’Aube, je ne verrai rien, elle enfouie en contrebas du chemin dans un maquis inextricable.

Je rentre à Dienville.

Dienville le port de plaisance.

Un parcours sans grand intérêt qu’on peut oublier sans regret.

https://www.openrunner.com/r/10386980

Le Dervois à VTT

Parcourir le tour du lac du Der (60km), ce n’est pas mon truc. Je préfère pointer mon nez vers ces maisons aperçues sur la gauche…

J’appelle mon parcours Dervois. C’est en Champagne humide. Cette vaste dépression recouverte d’alluvions et parsemée de très nombreux plans d’eau comprend le Chaourçais, le Briennois, le Pays du Der et le Perthois.

A la maison du barragiste, je quitte la route du lac

Aujourd’hui je suis parti de Giffaumont, ce village de la Marne au bord du barrage réservoir du Der, l’une des plus grande retenue d’eau d’Europe créée en 1974 pour dompter les crues de la Marne en amont de Paris.

En gros, je suis donc au cœur d’un triangle Saint-Dizier/ Vitry-le-François/ Montier-en-Der.

Aujourd’hui, je m’intéresse au sud-ouest du lac (40 km)

Paradis des oiseaux migrateurs, le lac du Der est devenu touristique…alors même que la région est pauvre économiquement. Ce qui fait le charme du Der, c’est donc cette grande étendue d’eau qui rappelle un peu la mer, mais aussi ses paysages verdoyants et ses villages aux maisons traditionnelles à pans de bois.

Fidèle à mon habitude, je pars à la découverte de ces villages, le temps de quelques heures à VTT. Mon parcours est erratique ne souhaitant pas me laisser guider par ces itinéraires convenus que proposent les offices de tourisme.

Alors oui, il faut le VTT pour quitter les routes goudronnées peu fréquentées et tâter du chemin improbable.

On croirait un décor de cinéma. Voici la petite église ND de Chatillon sur Broué, construite au début du XVI° siècle.
Un vététiste qui rentre dans une église, c’est louche, mieux vaut retirer le casque surtout si l’on est païen.
Je file jusqu’à Droyes, un village à l’agonie comme beaucoup d’autres, connu surtout pour son lycée agricole de renom, mais qui garde un charme malgré lui avec ses maisons à pans de bois dès lors qu’on les entretient
pas facile de contourner ces parcelles dont le remembrement a supprimé la plupart des accès
église de Bailly-le-Franc, je ne vais pas la visiter, ça ferait louche. Construite à partir de 1510, elle se distingue par sa flèche élancée en ardoise
Enfin un chemin reconnu pour les marcheurs. De marcheurs, je n’en verrai aucun…
A Joncreuil, je vais commencer à retourner. L’église est ici en pierre calcaire contrairement au chemin des églises à pans de bois.. Ce qui dénote aussi pour la région, c’est son clocher à dôme impérial. En 1944 Ferdinand Arnoult dessine sur le toit une croix de Lorraine en provocation à l’occupation allemande. Un acte qui aurait pu coûter cher aux habitants. La croix a été réhabilitée récemment par les Monuments Historiques.
Les stèles en chemin sont rares ici.
Curieux bunker. De facture récente en béton moulé, je crois que c’est tout simplement une guérite pour chasser le gibier poussé hors de la forêt
Me voici sur un long chemin sablonneux à travers champs . Direction Outines.
Outines sera ma dernière église à pans de bois visitée. L’église Saint-Nicolas possèderait des bois remontant à 1512! Construite sur le modèle des halles de la région. On notera sa voute en écaille de bois destinée à la protéger des intempéries
Une charpente massive
Mon cheval attend dehors. Patiemment.
Me voici dans un abîme de perplexité
Finalement je tombe sur la réserve des étangs d’Outines-Arrigny. Je me faufile en douce sur le petit single des randonneurs pédestres qui me ramènera au bord du lac.
Port de Giffaumont. Il n’y a pas le feu au lac. Alors je prends mon temps.

lien du parcours GPS https://www.openrunner.com/r/10393973

En 2014, je suis déjà allé par là