Mois : mars 2021

Le Randonneur

Le Randonneur de mai 2021 vient de paraître.

Ce numéro rend un hommage appuyé à Abel LEQUIEN, fondateur de la revue, disparu le 27 novembre 2020. Je n’ai pas connu Abel, je ne peux donc que me référer aux abondants éloges rendus. Abel était le représentant d’une ligne noble du cyclotourisme tel qu’on pouvait le concevoir dans les années 70.

En 2005, sa revue est critiquée par la FFCT qui lui reproche d’utiliser en sous-titre de sa revue « la revue des cyclotouristes », appellation exclusive et déposée de la Fédération.

Le Randonneur deviendra donc la revue du « Tourisme à bicyclette ».

Que ces choses là semblent aujourd’hui dérisoires et dépassées lorsqu’on voit le marasme dans lequel se trouve la FFVélo!

De son coté, le Randonneur continue son chemin. Un chemin étroit où les bonnes volontés se font rares vis à vis d’une pratique du tourisme à vélo devenue multiforme.

Aujourd’hui le numéro 76 parait et perpétue une qualité et une rigueur éditoriale de bon aloi.

L’avenir de la revue (trois numéros annuels) dépendra de sa capacité à aborder les nouvelles formes de voyages à vélo, comme celui des raids à VTT, des raids avec bikepacking auxquels s’adonnent les jeunes générations et en se tournant résolument vers l’avenir.

Je suis membre des Amis du Randonneur et à ce titre j’organiserai deux journées régionales (les 25 et 26 septembre) de randonnées au départ de Guebwiller, si les conditions épidémiques le permettent.

Au programme, le vignoble du coté de Soultzmatt, le Val du Pâtre, Rouffach, Eguisheim, Thierenbach, le musée des caves du Vieil Armand…

aller sur le site du Randonneur

L’image et le son alsacien

29 mars 2009 Landau

Balade à Mulhouse

Balade cycliste dans les rues de Mulhouse avec l’association CADReS (Cyclistes Associés pour le Droit de Rouler en Sécurité)
Février 2013

Boire à Koetzingue

Séquence désaltération (Koetzingue nov.2006)

Tagolsheim

Dans le passé, j’empruntais fréquemment cet itinéraire de retour vers Mulhouse. En haut de la bosse, on se regroupait et Tagolsheim apparaissait sous son meilleur jour.

https://www.openrunner.com/r/12773943

Une crise de rhinite impromptue sur le vélo. De quoi gâcher la rando. Un torrent d’éternuements et de larmes. A Tagolsheim j’avais hâte de rentrer car mon paquet de mouchoirs avait vécu.

Des tranches de vie

J’inaugure aujourd’hui une nouvelle rubrique intitulée « Tranches de vie ». Une rubrique consacrée à mes souvenirs cyclistes.

Ici une Randonnée de Printemps de mars 2011. Modeste témoignage mais qui permettra de se rappeler cette période où deux clubs mulhousiens, l’ACRM et la Concorde, ouvraient la saison cyclotouristiques pendant les quatre week-end de mars.

Vieux-Thann, rue de la Thur

Rue de la Thur, un no mans land oublié pour cyclistes et piétons

Puisque personne ne s’y intéresse, je m’y colle. Le bout de la rue de la Thur à Vieux-Thann est dans un état lamentable. Il s’agit d’un passage piétons et vélos qui permet la jonction entre la ville et la ZI. Très pratique pour aller à l’arrêt de tram et pour permettre aux travailleurs de rejoindre la ZI à vélo, cet itinéraire est aussi le moyen pour les cyclistes d’éviter en partie la route de Cernay.

Alors je me suis fendu d’un mot gentil sur la page Facebook de Vieux-Thann en espérant que nous serons entendus.

Seuls ceux qui passent là savent de quoi je parle: une barrière au niveau du poste gaz dont un seul coté est accessible, de la tôle ondulée en guise de revêtement, un dépôt de branches de sapins de la dernière tempête et pas de lumière à la nuit tombante. Bref un no mans land oublié de la commune!

Simple retour

Je me fais déposer à Cernay et je fais un simple retour dans l’autre sens. Au début il ne fait pas chaud puis on s’échauffe tout seul aidé par le soleil levant dans son dos.

Un itinéraire piéton qui ne demande aucune infrastructure. Franchement le runner ne coûte rien à la Collectivité.

Les potins du lundi

Une miniature (Buhl)

L’avant n’est plus

A quoi bon potiner puisque l’essentiel de mon avenir est connu. Un avenir distant à l’égard des autres et des choses. Les gens de mon âge qui ont déjà un vécu doivent se résigner à vivre dans ce nouveau monde jusqu’à « la fin » sans doute. Car le temps passant, on voit que cette année écoulée a profondément changé la donne de notre quotidien, nos faits et gestes et aussi les perspectives d’avenir.

L’avant n’est plus, il est derrière. L’avenir reste à inventer. Les gens de ma génération n’ont plus rien à proposer. Ce qu’ils avaient construit a été détruit. Un mode de vie, des relations familiales, des projets coopératifs…un certain art de vivre.

Je me suis installé en témoin de la déconfiture de notre État régalien qui sape un à un les derniers bastions de notre démocratie. On voit jour après jour que le Roi est nu mais il continue à gouverner comme bon lui semble. Trois cents morts quotidiens, c’est la bonne jauge avec laquelle il va falloir apprendre à vivre. Puis lorsque tout le monde aura été vacciné, il faudra recommencer pour les variants suivants exhumés de notre modèle planétaire libéral.

Oui, je sais c’est déprimant.

Vous avez dit gardons nos distances?

Même les cyclistes se font prendre par le virus. Notre célèbre Pascal Bride, Bridou pour les intimes en fait la mauvaise expérience actuellement. Il s’en explique longuement sur FB. Tout va bien et patatras! vous voila cloué au lit. Défense immunitaire ou pas, le virus frappe sans distinction alors qu’on ne s’y attend pas et qu’avec les beaux jours, on a déjà des projets en tête. Le virus vous a frappé sans prévenir et pas nécessairement en faisant du vélo avec les copains. Il peut venir de la famille ou en faisant des emplettes ou encore plus simplement au travail. Le plus angoissant, c’est le tour que peut prendre le développement de la maladie. On le sait tous, au bout de quelques jours on peut manquer d’oxygène et se retrouver malgré soi en réa. Sans compter les séquelles éventuelles parfois longues à traiter. C’est pourquoi je redouble de vigilance au quotidien. Touchons du bois!

J’ai eu à deux reprises ces derniers jours l’occasion de constater que les recommandations sanitaires de distanciation sont à géométrie variable. Sur la route de Staffelfelden, deux pelotons de cyclistes d’au moins 12 à 15 participants chacun. Compacts, bien serrés entre-eux, comme le code de la route le recommande mais contradiction avec le dispositif sanitaire.

Et par ailleurs, un autre jour, un groupe de marcheurs traversant sur la route de Guewenheim à Roderen, une quinzaine là-aussi.

La réglementation sanitaire existe pour le plein air sportif: c’est six membres et deux mètres de séparation. Pour des cyclistes et des marcheurs, c’est théorique et illusoire. « Des branquignols, nos gouvernants » a lancé un marcheur sur le net. Quant aux cyclistes, ils étaient déjà loin avant même que je puisse les entendre.

Tout ça pour dire que nos contaminateurs ne sont pas que les autres, ceux qu’on soupçonne de ne rien comprendre à l’épidémie; les contaminateurs sont aussi parmi nous, des gens comme vous et moi qui se jouent des gestes barrières et de la distanciation, seuls antidotes provisoires à la propagation. Martine Wonner, médecin et députée proche de LREM, a animé une réunion publique à Mulhouse, « que vous êtes beaux sans masques » a t-elle déclaré aux adeptes de la méthode Coué qui refusent toute discipline sanitaire. Et mon médecin de quartier a préféré se projeter…aux Comores! C’est son choix. Macron ne voulait-il pas servir l’Afrique en vaccins alors que nous en manquons!

On a connu en d’autres temps la délation et dans les pays communistes, chacun épiait l’autre. Faudra t-il en arriver là? Cette désobéissance civile qui va grandissant est la marque d’une défiance de la population en réponse à des injonctions gouvernementales infantilisantes. Dans les cercles de pouvoirs, le Français est perçu comme un imbécile qui ne comprend rien…et certains comportements semblent le démontrer, hélas!

La marche, le vélo et…la bagnole

Les transporteurs en commun se désespèrent, ils n’ont plus la cote. La faute au virus qui fait fuir les clients. Les bus « Macron » viennent de différer leur reprise suite au nouveau confinement de l’Ile de France. Au palmarès des mobilités, la marche, le vélo et la sacro-sainte voiture et ses SUV gloutons pour la planète.

Pourtant les constructeurs d’autos se plaignent de voir leur marché contracté de 20% avec le virus. C’est à ne rien comprendre. L’autre paradoxe, c’est qu’un constructeur automobile ne sait gagner de l’argent qu’avec des voitures lourdes et rapides. En revanche pour le vélo, plus il est léger, plus il est cher! Comprenne qui pourra. Quand la 2CV est née, le cahier des charges prévoyait une auto économe, confortable, pour deux personnes et 50kg de patates!

Guebwiller et le vélo

Je me suis un peu éloigné des mouvements cyclistes urbains. Trop de tâtonnements, pas assez revendicatifs à mon goût. Les élus une fois en poste oublient très vite leurs promesses électorales et vertueuses. A Thann, tout est déjà oublié (voir ici), aucune traduction dans les faits d’un quelconque engagement de la nouvelle équipe élue. A Guebwiller, le mouvement pro-vélo se muscle et tente un sondage d’opinion parmi les usagers. C’est louable. En revanche ce qui est regrettable que Guebwiller reste aux prémisses du minimum requis pour rendre le vélo accessible voire sécurisé et agréable.

La plus petite bande cyclable de Guebwiller, rue Théodore Deck: 20 mètres! L’œuvre de rigolos sans doute qui se foutent des cyclistes.

J’ai remonté et descendu en touriste pendant vingt ans au moins cette infâme route Théodore Deck pour grimper ensuite le Bannstein sans y voir l’ombre d’une amélioration. Même avec cet ersatz de piste cyclable rue Schlumberger, le compte n’y est pas.

Pour un touriste à vélo aller chez Husser ou chez Helfter est cependant devenu agréable par l’avenue de la République depuis qu’elle a été rénovée et marquée zone de rencontre…et donc à double-sens cyclable.

Le vélo à Marseille

Excellent reportage du quotidien « Le Parisien » à Marseille.

Marseille onzième sur onze au classement des grandes villes cyclables.

Bunkers à Burnhaupt avec Etoile 78

cinq des six, circuit des Bunkers au bord de la Doller

Nous étions six. Pas un de plus!

Et bienvenu à Arnaud!

Felice, à fond la forme!

https://www.openrunner.com/r/12758462

Le pâté de maisons

la photo désormais convenue que tout Thannois est fier de montrer. La tour des sorcières est une ancienne tour de rempart qui date du XVe siècle. Au fil des siècles, elle a servi de prison aux malheureuses victimes accusées de sorcellerie…et à l’arrière plan notre Thannerhubel encore enneigé

C’est presque un pâté de maisons ma ville. Avec huit mille habitants, j’ai vite fait le tour. Du macadam après une nuit pluvieuse permet de rentrer les pieds propres. Courir et ne pas trop en demander, c’est le but de mon jogging. D’une certaine façon je resquille car j’en ai plus pour moins pourrais-je dire: un exercice physique soutenu en moins longtemps qu’avec un vélo.

Mon tour du pâté de maisons, de quoi aller au centre et en revenir. Je m’astreins à ne pas me mettre dans le rouge et je stabilise mon cardio à 130 ce qui donne le km à 7’30 ». Ouarf, ouarf, ouarf! de quoi s’esclaffer! Quand je dépasse un piéton, je me retourne pour voir s’il ne me rattrape pas. Un ami m’a dit tu devrais essayer la marche rapide. Je vais demander des conseils à Yohann Diniz

C’est pas mal chez nous

C’est ma dernière image avant de rentrer à la maison.

Il y en a qui ont mieux, mais c’est sans doute plus cher.

Temps amélioré aujourd’hui, j’ai même tenté le corsaire.

Tulipes

Tulipes (acrylique sur toile 30×40 de Max Tissot)

Tulipes. Je veux bien le croire si on me le dit.

Je ne suis pas expert, alors je fais selon mon goût. Au départ je fais un fond, puis j’esquisse un bouquet. La finition est parfois trop longue et ç’est là qu’on rate. Mieux vaut s’en tenir à la première impression.

Je l’avoue, j’ai bricolé. Mais ça passe le temps.

Au départ je fais un fond

Mes acryliques 2021 sont là

Thann, ses bières et spiritueux

Le Madha, quinquina des Alsaciens-Lorrains fabriqué à Thann. Une affiche illustrée par Hansi et Zislin, deux dessinateurs humoristes pro-français. On reconnait une Alsacienne agitant son mouchoir aux troupes françaises défilant dans la vallée et à l’ombre d’un bois une silhouette d’espion allemand

Le monsieur a sonné à ma porte et m’a tendu son livre « Bières-vins-liqueurs-spiritueux » Thann.

(ISBN 2-9509779-0-1)

image DNA

Jean-Marie Bluntzer fait du porte à porte pour présenter son ouvrage écrit en 2015. A vrai dire, il n’y a pas beaucoup d’écrits mais surtout des images en témoignage de l’histoire des alcools produits à Thann dans le passé.

Si Thann est aujourd’hui encore connu pour son vignoble réputé du Rangen, la ville était au XIX siècle le siège de nombreuses brasseries, telles les brasseurs Altheimer, Humberger, Seitz, Schneider, Jaegger, Claer ou Dufour.

Mais Thann était aussi réputé pour ses distilleries parmi lesquelles La Grande Distillerie Thannoise installée rue des Généraux Ihler. Tenue par Henri Faller et Auguste Heysch, l’établissement sera ensuite repris par la famille Hanss.

Une autre distillerie appelée Grande Distillerie Alsacienne est fondée en 1865 par Charles Hahnart, 9 rue des Cerfs.

On picolait dur à l’époque et même le corps médical encourageait à la consommation…comme ici le docteur Stephan qui vante les bienfaits (pour les débiles et l’estomac) du Madha Quinquina à base de plantes importées de Madagascar.

L’ouvrage est disponible chez son auteur, Jean-Marie Bluntzer, 101, rue Kléber à Thann (03 89 37 03 50).

Vous aimerez peut-être aussi…

journee-du-patrimoine-a-thann

Les potins du lundi

Gardons nos distances! Vive le lift! Voici le moyen de ne plus croiser madame Michut dans l’escalier et de risquer d’attraper son Covid

La société (é)mouvante

Comme les sables, la société est mouvante: elle ondule, elle se conforme, elle se réforme, elle se déforme, elle se reforme, elle se répand ensuite, elle est devenue ductile. Mais elle s’interdit encore le tactile en ces temps de distanciation.

Toucher l’autre par convention est une infraction aux bonnes mœurs. On ne sait pas encore comment va faire la planète pour reproduire ses humains…

Il faudra le faire en douce puisque la proximité de l’autre est devenue à haut risque pandémique. Les thèses eugénistes ont de beaux jours devant elles. Déjà la natalité fléchit dans nos peuples de l’Occident. C’est plutôt « je t’aime moi non plus ». Elle régressait déjà avant la pandémie mais les experts prévoient encore une aggravation puisque nous sommes appelés à voir se développer les virus couronnés avec des épines pathogènes pour notre genre humain. « Aimez-vous les uns les autres » disait l’autre. Je voudrais l’y voir…

Alors c’est décidé, on va faire un monde de vieux.

Faire monde avec des vieux, c’est pas une vie. Surtout que ces vieilles badernes souffrent déjà d’un tas de comorbidités! Un monde de vieux ne décourage pas l’économie, il suffit d’adapter le marché à la nouvelle donne, celui du lift.

Assistance généralisée à bord des bagnoles, à bord des vélos et des trottinettes, assistance à domicile, assistance publique, la demande ne risque pas de fléchir. Heureusement on a là-bas un peuple docile de petits Chinois capables de nous dorer la pilule.

Le seul hic, c’est quand tous les vieux auront disparu. Il faudra donc tout reprendre à zéro mais les vieux s’en foutent comme de l’an quarante.

S’agissant des thèses eugénistes, qui consistent à sélectionner les individus, des philosophes accourent. L’épidémie réveille des consciences: pourquoi vacciner les vieux en premier au lieu des jeunes qui doivent suppléer à nos fragilités et qui prennent beaucoup de risques dans leur quotidien ? Hitler ne s’était pas embarrassé, il avait décidé de supprimer les Juifs, les handicapés, les homosexuels supposés déviants du genre humain. Il faut s’en souvenir et même le rappeler.

André Comte-Sponville: on ne peut pas sacrifier toute une économie simplement pour des raisons sanitaires.

C’est la thèse du philosophe André Comte-Sponville: « Nous sommes punis par là-même où nous n’avons pas péché. (…) Il est écrit dans la Bible ‘Croissez et multipliez-vous’. Aujourd’hui, la surpopulation aboutit à une catastrophe écologique annoncée. » déclarait-il sur France Inter le 13 janvier 2020. Depuis que le virus nous a frappé, ACS n’en démord pas « Il n’y a pas lieu de pleurer davantage sur les centaines de décès de la COVID par jour que sur les milliers d’autres morts » (France Info 10 novembre 2020).

Je vais me remettre à la lecture d’Aldous Huxley dans Le Meilleur des mondes.

Il est vrai que plus on vieillit, plus on s’expose à la mort, car la mort existe toujours, parait-il! Mourir en bonne santé, voila une idée qu’elle est bonne aurait dit Coluche. Alors je m’y attache du mieux que je peux même si un accident fatal est si vite arrivé.

S’agissant du vélo, on pourrait aussi se demander si paradoxalement son usage ne contient pas les germes d’un infertilité chronique comme le supposait le docteur Bouloumié: la pratique du vélo est-elle «congestionnante» ou « décongestionnante » , s’interroge le docteur en 1890?

Sommes-nous manipulés?

Cette probabilité revient sur le devant de la scène tout en épousant l’idée que nous sommes les victimes d’un complot. L’État(présupposé sous l’empire de puissances occultes) nous manipule pour mieux nous dominer et nous priver de liberté. Cette théorie qui trouve ses origines dans les bas-fonds de l’ésotérisme nous éloigne du monde moderne, rassurant et cartésien. Le virus ne serait qu’une invention destinée à mieux nous contrôler. Il faut dire que le traitement de l’épidémie par nos États démunis, les approximations, les décisions irrationnelles constituent des arguments de choix pour les opposants aux règles de confinement, de distanciation et de déconfinement confinés.

C’est marqué dessus comme le Port-Salut

Le Bicycode a vécu.

Un lobby de l’antivol s’est attaché à prévenir nos vols de vélos. Il y est parvenu en faisant immatriculer tous nos vélos neufs. Remarquez moi, je n’en ai rien à cirer du gravage de nos vélos; c’est pour les neufs et moi je n’ai que des vieux vélos. Je sais que le terme d’immatriculation fait jaser car notre plaque ne sera pas visible par les centaines de caméras de vidéosurveillance qui pullulent dans nos villes, mais pourtant, notre vélo sera bien inscrit dans un fichier comme celui des cartes grises des bagnoles.

accéder aux données de votre voiture est déjà possible

Pour comprendre de quoi il s’agit,

voir ici et aussi ici et aussi

Sur les 8 méthodes de marquage, 5 sont retenues.

Cela dit, les promoteurs de ce marquage en sont pour leurs frais, le Bicycode à l’origine du mouvement promu par la FUB qui consiste à graver un numéro dans la chair de nos cadres de vélo ne sera pas homologué: trop intrusif dans la matière de nos Ferrari de luxe en carbone ou en titane! Les machines à graver vont donc rejoindre les objets trouvés.

Isabelle et le vélo nous dit tout ici

On retourne à Knapphutte

Mes deux compères d’Etoile 78 Vieux-Thann, Frédéric et Jérémy, de vrais baroudeurs à VTT

Aujourd’hui on retourne à Knapphutte. Avec Jérémy nous y étions déjà allés en mars 2020.

Knapphutte c’est entre Bourbach-le-Bas et Lauw.

Voir le relive de Jeremy

pause technique

C’est un beau parcours qui commence par Rammersmatt en venant de Roderen par le petit raidard.

Un raidard comme ça, c’est bon pour le moral

Puis on descend le sentier botanique, on grimpe à la salle des fêtes de Bourbach.

parcours de santé de Bourbach
https://www.openrunner.com/r/12719028

Knapphutte, anciens sites miniers à faire à pied.

découverte d’un site minier

On descend dans la gadoue sur Lauw, puis on rejoint Sentheim

Longer la Doller jusqu’au camping de Guewenheim.

On remonte au lac réservoir.

On rentre.

J’en ai assez!

Soleil et vent glacial

Houppach

C’est le vent de nord glacial qui renforçait la sensation de froid aujourd’hui dans la plaine d’Alsace.

Je me suis réfugié sur nos pentes vosgiennes.

route dégagée pour descendre le Hundsruck, mais j’ai hésité et préféré faire demi-tour

Au Hundsruck, demi-tour. Je n’ai pas voulu prendre le risque de trouver de la neige glacée dans la descente au Plan Diebold.

Mon parcours du jour. Rammersmatt, Schirm, Hundsruck. ça ira pour aujourd’hui.Je me suis donné de la peine.https://www.openrunner.com/r/12715337

Ostein

Ostein (aquarelle 24×32 de Max Tissot)

Mes cols

Mon vélo commence à être suranné. Comme moi. Par la force des choses, j’ai du accepter qu’on appelle col le Petit Ballon. Mais je n’en suis toujours pas convaincu.

C’est vrai qu’écrire « mes cols » est présomptueux, un col ne nous appartient pas, il est à tout le monde. Cet abus de langage traduit cependant un besoin sentimental: on a fait corps un jour avec la nature de ce col. Plus ou moins long, plus ou moins haut, peu importe, le col nous a transporté d’un coté à l’autre de la pente, mon vélo et moi.

Liste de mes cols franchis…

Lister ses cols, une comptabilité notariale. Je dois en être à 1119 cols. Mais je ne m’attends plus à en franchir autant!
En fait dans la base de données du Club des Cent Cols (la référence) j’en ai très exactement franchis 1290 dont 99 à plus de 2000m

Confinement et vélo

Confiner les cyclistes pour freiner l’épidémie, voila qui ne va pas favoriser le vélo en montagne.

Pour connaître votre zone de confinement 1km/5km ou 10km, consulter ce site

Je ne peux pas m’empêcher de revenir sur cette bizarrerie qui consiste à édicter des règles de confinement différenciées suivant que la région ou la métropole ou le département subit des attaques épidémiques en forme de pic avec pour résultat de faire fuir encore plus vite les populations le prochain week-end.

Hier soir le gouvernement a choisi d’enfermer 20 millions de Français dans un rond de 10 km. En Île-de-France, dans les Hauts-de-France, mais aussi dans les Alpes-Maritimes, la Seine-Maritime et l’Eure

S’agit-il d’une distance ou d’une isodistance de 10km?

Les cyclistes parisiens confinés (ici le rond de 20km d’Openrunner). Autant dire qu’avec 10 km, il ne restera pas grand chose

On a déjà connu le rond de 1km, celui de 20km et aussi celui de 100km. Il manquait donc le rond de 10km pour achever d’expérimenter une recette anti-épidémie qui peinera à convaincre comme toutes les autres.

Certains de mes confrères cyclistes endurcis et grands voyageurs découvrent éberlués qu’ils sont devenus des pestiférés et qu’on les enferme à nouveau dans un cadre très étroit. Faire du vélo dans un rond de 10 km en région parisienne ne va pas être facile.

Je pense notamment aux cyclistes d’Ile de France retraités qui se préparaient à profiter du printemps pour partir grimper quelques cols pyrénéens ou alpins et pourquoi pas vosgiens. Ceux-là devront attendre.

Il semblerait que le pouvoir peine à sortir de cette imbroglio qui consiste à chercher la martingale de ce jeu de hasard qui consiste à contourner l’épidémie autrement que selon des règles pourtant connues et éprouvées par les Chinois:

  • interdire aux gens de sortir de leur domicile pendant un mois
  • vacciner massivement

Malheureusement aucune de ces deux actions n’a été tentée et maintenant il est trop tard, nous sommes submergés par le virus.

A la campagne s’enfermer chez soi est facile. A la ville il en va tout autrement. L’épidémie est bien la conséquence du « trop de populations concentrées » et de « la bougeotte » planétaire.

Je sais, mes convictions sont très primaires, voire moyenâgeuses.

18 cyclistes fauchés dans la Loire

image Le Progrès

Un groupe de 18 cyclistes a été fauché par une voiture mercredi vers 16 heures sur la RD108, entre Saint-Just-Saint-Rambert et Bonson (Loire).

On trouvera tous les éléments de ce drame dans Le Progrès….et ses développements ici

Des jeunes d’une école cyclo dont 14 mineurs de moins de 18 ans et une voiture qui arrive en face et qui panique parce qu’une voiture est en train de doubler le groupe…

C’est ainsi qu’est rapporté l’accident.

Ce que j’en pense:

Personnellement je pense que ces grands attroupements de cyclistes sont devenus hautement risqués compte tenu du contexte routier. Je ne veux pas accabler mes confrères mais je croyais que les clubs ne pouvaient pas se rassembler à plus de six pendant la période épidémique.

C’est en tous cas la recommandation de la FFVélo découlant des textes réglementaires pour des adultes.

Pour des mineurs, je ne sais pas…

Mais en la circonstance il s’agit d’une équipe de coureurs amateurs, donc qui sont en recherche de performances. Il est donc illusoire de les faire rouler sur une piste cyclable (lorsqu’elle existe) ou en file indienne (18 cyclistes en file indienne ça fait au moins 50 mètres de long) sans risquer les phénomènes « d’accordéon »…et donc de chutes ou d’écarts.

L’avenir de la jurisprudence va nécessairement se durcir du fait que des rassemblements de cyclistes aussi nombreux sur le réseau routier s’apparentent à des convois exceptionnels. On devrait donc y voir des véhicules encadrants à l’avant et à l’arrière munis de feux de signalisation adaptés. Je suis d’ailleurs étonné que cette disposition ne soit pas déjà exigée.

Réglage pédales automatiques SPD

Plutôt qu’un long discours, un Tuto d’une minute quarante quatre suffit amplement.

Sachez donc que la dureté du décalage d’une pédale SPD (System Pedaling Dynamics) se règle au moyen d’une vis fixée sur la pédale. Sur une pédale double face, il existe donc deux vis. Dans le sens -, vous diminuez la dureté et dans le sens + vous l’augmentez. Pour régler les deux vis à l’identique partir du minimum et compter les demi-tours de la clé alène.

Si vous remplacez des cales usées par des neuves il se peut que vous deviez diminuer la dureté. Pour ma part, je règle sur minimum ce qui m’assure de décaler rapidement en cas de besoin.

Enfin bon à savoir: il existe des cales SM-SH51 qui ne décale que vers l’extérieur du pied…et des cales SM-SH56 qui permettent de décaler vers l’intérieur et l’extérieur du pied.

A VTT mieux vaut avoir des cales SH56.

Comment va l’entorse?

J’ai essayé ma cheville en reprenant un mini-jogging après trois semaines de repos

Comment va l’entorse? bien merci!

Samedi dernier, ça a fait trois semaines que j’ai entendu « crac » en enjambant un arbre tombé en chemin.

Mauvaise réception!

Au début ça gonfle, on boitille, un hématome apparait. On a du mal à enfiler sa chaussure, même avec un chausse-pied. Le vélo, je l’ai repris assez vite car le pied est bien calé latéralement sur la pédale. Méfiance en déchaussant!

Trois semaines plus tard, je marche normalement sans claudiquer mais le médecin m’envoie pour six séances chez le kiné en réadaptation.

Je n’irai pas.

Mon travail de réadaptation je vais le poursuivre moi-même. Mon premier apprentissage je l’ai validé ce matin en courant 3km en gardant la cheville dans le plan de mobilité, c’est à dire à plat en évitant les zones à déclivité latérale comme les trottoirs en pente…et en faisant gaffe de ne pas une nouvelle fois me tordre la cheville. Les trottoirs en pente avec les entrées de garage, fatalement se font ressentir au niveau de la cheville qui doit compenser la verticalité du corps. Mon deuxième apprentissage sera donc de travailler « les plans merdiques » comme dit dans cette vidéo.

Cancale

Cancale acrylique 24×30 toile sur carton de Max Tissot

Lire l’histoire

image-71

Cancale

toile sur carton 24×30 acrylique de Max Tissot

25,00 €

Cernay, la voie verte reconnectée

Ceux qui passent par là ont pu le constater, l’aménagement de la voirie menant au bike-park et à la nouvelle piscine de Cernay a privé les cyclistes du revêtement conduisant à la passerelle de la Thur pendant…trois mois.

Il n’y avait aucune raison objective de supprimer le revêtement de la Voie Verte. Aujourd’hui le macadam a été rétabli. Les bordurettes posées laissent à penser que la Voie Verte n’est plus qu’une intersection secondaire. Le disjointement prévisible dans une courbe sera potentiellement un risque à l’avenir. Ne nous battons pas là-dessus, ça ne le mérite pas. On sait que Cernay fait très peu de cas de cette voie. Il serait intéressant de savoir qui du département ou de la ville à une compétence de travaux sur cette voie.

Mais en revanche ce qu’on ne sait pas, c’est combien de cyclistes ont pu chuter durant ces trois mois du fait de l’absence de signalisation pendant les travaux…

Rêvons un peu:

Après l’instauration d’une Direction Nationale des Infrastructures Cyclables (DNIC), il faudrait aussi doter les départements d’une autorité compétente qui valide préalablement tout projet de chantier impactant la circulation des cycles comme on sait le faire en matière de travaux à proximité des sites classés.

Sternenberg

Un parcours intuitif qui m’a conduit jusqu’à Sternenberg

A Sternenberg, je suis remonté jusqu’au Haut-Soultzbach…avant de tourner vers Sentheim. Masevaux était sous la pluie, je l’ai évitée. Puis pour faire bonne figure, je suis rentré par Cernay.

C’est presque un devoir d’éducation physique de rouler par mauvais temps dans la grisaille. Quand je rentre, je suis affamé. Alors je mange pour reprendre un peu de tonus.

Les restitutions graphiques des GPS sont extraordinaires de précision. Bien que j’ai encore trouvé le moyen d’arrêter l’enregistrement entre Michelbach et la ZI de Burnhaupt et de me « voler » 5km. Le cardio a eu du mal à démarrer par manque de transpiration.

Paris-Match et les vélos

Par Tiomax80 from Draguignan, FRANCE — Bike Panning., CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=77499787

On se croirait à Amsterdam, où les fous du guidon font régner la terreur depuis des années. Si vous croyez qu’on sifflote le long des canaux, c’est que vous n’y êtes jamais allés. Ces Bataves sont dingues. Et c’est pareil à Paris.

Une belle saillie dans Paris-Match aujourd’hui contre les vélos. C’est de bonne guerre à Paris.

Le (Paris) match de l’été devrait être passionnant entre tous ces concurrents de mobilité qui se disputent les meilleures places.

Cela dit trop forcer le trait comme le fait Gilles Martin-Chauffier en est devenu ridicule.

A lire dans Paris-Match du 15/03: Une urgence : interdire le vélo à Paris

Les potins du lundi

Blosen’AIR, sa passion le cerf-volant

Écrire serait-il impudique?

ils sont nombreux autour de moi à ne rien dire, à ne rien écrire. Je me suis souvent demandé si le non-dit n’était pas implicite, une sorte d’accord tacite entre les individus pour n’avoir pas à se justifier ou à contester tel ou tel principe ou, pire, une façon de renfermer en soi ses rancœurs, ses regrets, sa colère, voire sa haine. Et aussi sa joie!

A la lumière des derniers évènements crapuleux qui mettent en scène des jeunes gens, je me demande si l’humain n’a pas perdu ses repères essentiels parmi lesquels ceux qui s’imposent au vivre-ensemble. On jette la copine de quatorze ans dans la Seine après l’avoir rouée de coups pour être sûr qu’elle n’en réchappera pas et après on rentre chez soi sans l’ombre d’un remord.

Je ne vais pas faire un amalgame douteux avec un geste criminel mais le silence dans lequel nous enferme la distanciation sociale ne porte t-il pas en germe un accélérateur de nos dérives comportementales?

Un an déjà!

Oui nous avons bouclé une première boucle de notre nouvelle vie, la vie distendue de nos interactions sociales liées au virus. Le gouvernement gouverne comme il peut, un coup à droite, un coup à gauche, pour tenter de maîtriser les embardées du carrosse républicain.

Ces ministres n’ont en vérité plus la main sur la destinée du pays depuis de longs mois. Ils se présentent périodiquement devant les lucarnes, à tour de rôle, l’air contrit, pour nous sommer de porter le masque et de nous laver les mains. Ce sont des agents de salubrité publique. Mais malgré tout nos hôpitaux continuent de craquer. Ce personnel politique a grillé toutes ses cartouches et il est manifestement au bout du rouleau.

Dans mon quartier du Blosen (blasen en allemand veut dire souffler) souffle un vent d’Armorique. On dit que le vent breton chasse le virus, alors je respire le bon vent comme lorsque les sanas de Davos étaient recommandés aux phtisiques. Les soubresauts de la maladie inquiètent de plus en plus ceux qui ont comme moi le temps d’observer. Qui sont ces gens qui se bousculent en réanimation? quels sont leurs vecteurs épidémiques?…le corps médical est secret, on n’en saura donc rien. A moins qu’il ne s’agisse de sociologie? J’ai la vague idée que ceux qui colportent le virus se foutent des recommandations de distanciation et des mesures d’hygiène. Aux cotés d’une population rétive par principe, je soupçonne aussi une grande inculture sociale faite de pauvreté. Mais relativiser le risque en se disant qu’après tout ceux-là l’ont bien cherché n’est-il pas porteur de danger et favorable à la transgression? Ne va t-on pas voir naître des mouvements #mytoo anti-vaccins ou d’autres #mytoo j’menfousdumasque? On voit des professions comme le spectacle vivant se rebeller faute de perspectives et l’on suppute que le mouvement d’insubordination va rapidement prendre de l’ampleur le beau temps venant. On avait parié sur la vaccination avant l’été, mais comme rien n’est simple dans nos sociétés libérales, alors il faudra attendre un peu plus longtemps avant de pouvoir se rassembler en toute quiétude. Pour l’heure les programmes, les projets de voyages de l’été sont compromis.

Le variant de la Promenade

Quoi?… qu’est-ce que j’apprends?…Paris-Nice arrive demain sur la Promenade?… Estrosi, le maire de Nice, s’est réveillé la veille de l’arrivée de Paris-Nice, la course cycliste. On lui a sans doute menti contre son plein gré. Après avoir convaincu les ministères qu’il fallait vider la Promenade de Nice des variants anglais, voila Paris-Nice qui risque à nouveau de remplir le bord de mer de touristes à variants.

Vite, édictons un interdit d’arrivée sur la plage pour la course Paris-Nice!

Il est difficile par les temps qui courent d’organiser une course cycliste.

Fenêtre de tir

Les giboulées de la nuit ont déposé une fine pellicule neigeuse sur le massif

Les balisticiens peuvent être fiers, on emploie fenêtre de tir dans tous les domaines tendus. Ce matin un créneau 9h-11heures pour faire du vélo après les bourrasques et le déluge de la nuit en Alsace.

Mais il ne fallait pas tenter de prendre les chemins transformés en rus. Derrière Leimbach, le grand étang et ses pêcheurs qui inaugurent l’ouverture.

Inutile d’insister

Puis après Roderen, la route barrée. Elle rouvrira le 1 avril. On y construit une banquette confortable.

réouverture le 1 avril Roderen-Guewenheim

Le barrage réservoir recueille toujours autant de succès des inconditionnels marcheurs. J’ai compté vingt voitures au grand parking, signe que l’auto est encore capable de nous faire marcher.

Perfidie pure!

Une grosse libellule en suspension à l’entrée de Vieux-Thann
Première sortie avec mes nouvelles pompes NorthWave Gran Canion (occasion Vinted) Ce sont mes troisièmes paires. Confort, étanchéité, solidité dans les cailloux lorsqu’il faut marcher
https://www.openrunner.com/r/12682490