Souvenirs 2008/2009

https://photos.app.goo.gl/fFWhx8rpwQVfRhzAA

Flemme alors!

Heureusement que je peux bricoler le cardio en courant! Aujourd’hui il est resté bloqué à 180. Finalement après moult essais j’ai laissé tomber. Il n’y avait qu’à courir s’en s’occuper du reste.

Courir est beaucoup dire tellement je suis lent. Au bout de cinquante minutes j’étais at home.

On dit que dans la courosphère 50mn de jogging est suffisant. Alors je m’en suis contenté surtout avec le vent glacé de secteur nord.

L’heure est Gravel

quel armement choisir? (magazine 200 N°28) le numéro 3 fait vraiment militaire en campagne

200 promeut le vélo gravel. Normal, c’est tendance.

250 kilomètres de pistes en Provence.

Il y a le coté face de l’aventure, celui qui permet de concrétiser un rêve et le coté pile, celui de la mise en pratique d’une expérience pas toujours évidente.

Avec des crevaisons multiples, des bivouacs pas spécialement confortables sur le plan de l’hygiène et du sommeil et le coût du matériel.

Transporter son barda en mode compact, pourquoi pas, mais il faut supporter les conséquences d’un relatif inconfort au moment de déplier la tente et de sortir le réchaud.

Avant de se lancer dans ce genre d’aventure, mieux vaut y réfléchir à deux fois et s’assurer qu’on est « raccord » avec ses compagnons de route. A moins d’être seul!…

En revanche un vélo Gravel chargé en bike-packing sur route peut constituer un compromis pour qui veut voyager léger sur vicinales…et ne me déplairait pas

Eindhoven, les vélos

Femmes irakiennes à vélo

Rammersmatt

Rammersmatt (acrylique sur toile 40×30)

C’est toujours un ravissement de découvrir Rammersmatt en chemin.

Molkenrain à VTT

Peu avant Turenne. La montée est bucolique. Je fais des étapes à pied quand le cardio arrive à 140

J’arrive au Molkenrain par le refuge des Amis de la Nature. Devant l’auberge, je vois apparaître un jeune garçon de 13 ou 14 ans. Il termine l’ascension du Molkenrain par la route.

Il court en culotte courte le walkmann sur les oreilles. Il fait pas loin de zéro degré.

Tu viens d’où comme ça?

De Wattwiller!

Je ne le crois pas.

Si, m’sieur! j’ai pris le Hirtz et après le Vieil Armand. J’ai mis une heure cinquante

Et tu n’a rien à boire?

Si j’ai laissé ma gourde au Vieil Armand pour la reprendre à la descente

Un phénomène!

Sur le chaume du Molkenrain alti 1040

Bon, ma grimpée depuis Thann n’a rien d’exceptionnel, j’ai pris le chemin classique

  • Bitschwiller
  • Grumbach
  • Pyramide
  • Becherkopf
  • Turenne
  • Molkenrain

Turenne-Molkenrain à pied, sentier caillouteux et grimpée trop raide pour moi sur 1,400 km.

Au Molkenrain, je cherche la difficulté, je prends la prairie jusqu’à l’auberge. Trop de neige, je marche.

L’âne se charge de neige

Descente glaciale par la route. Au km 20, je prends le sentier du Noyer et j’arrive à Steinbach.

https://www.openrunner.com/r/12859871

Le succédané de grossesse

Prononcer le mot mère est un non-sens car l’homme n’a plus de mère.

Il s’avale vite le roman d’Aldous Huxley a paru en 1932. Et il est parfaitement d’actualité avec les conséquences de l’épidémie qui conduisent l’humain à accepter des choses pas forcément choisies comme les privations de se déplacer, de se réunir et la presque obligation de se faire vacciner pour survivre.

Huxley a décrit une fiction dystopique, c’est à dire une société imaginaire d’où l’on ne peut s’échapper et dont les dirigeants exercent une autorité totale sur les citoyens.

Pas d’amour, juste de la fornication. Pas de procréation, des usines à concevoir par types de besoins sociaux. Des êtres prédestinés soit à devenir ouvriers ou intellectuels,…

Un monde effrayant ou chacun est invité à avaler son soma chaque soir pour mieux dormir, c’est à dire une drogue puissante qui vous rend euphorique.

Il faut le lire pour comprendre jusqu’où pourrait mener un totalitarisme moderne et mondialisé.

Et si vous n’êtes pas dans la ligne, on vous expédie en Islande ou chez les Sauvages!

93 jumeaux identiques sur une ligne de fabrication

Le VAE est-il un vélo?

ça ressemble fort à un vélo et pourtant c’est un VAE. Le VAE qui vient se nicher à la place du vélo commence à en déranger certains

Le vélo n’est pas en pleine croissance, c’est le VAE qui l’est

Isabelle et le vélo met les pieds dans le plat ce matin. Elle accuse le VAE de ne pas être un vélo. Sacrilège! voila le beau consensus brisé en morceaux.

lire son article

Moi j’avais depuis le début de cette foire au vélo-moteur temporisé. Pour ne pas dire finassé. En me disant le VAE c’est toujours bon à prendre dans la cyclosphère et autant de moins chez les bagnoleux. D’autant que chez les VAEistes, j’ai des copains, qui prenant de l’âge ou souffrant du cœur, ne rechignent pas à faire partie de notre communauté par atavisme et par proximité de pratiques sportives.

Lorsque je parcours ma contrée à VTT, force est de le constater, la plupart des VTT sont maintenant électriques.

Mais Isabelle en a marre de voir le marché du vélo grignoté, rogné, mangé par le VAE. Et pire! par ceux qui font du sport et qui se contre-foutent du vélo en ville.

Derrière cette bagarre sémantique qui fait dire aux marchands de cycles que le vélo est en plein boum, en particulier grâce à la pandémie, il y a un constat cruel: le vélo électrique écrase toutes les ventes de vélo normal au point qu’un jour parler vélo ne reviendra plus qu’à parler vélo électrique.

Je vois déjà le manège dans les clubs…certains confrères jeunes louchent sur le VAE. Pourquoi se faire suer le burnous le dimanche matin alors qu’avec un VAE, on grimpe aux arbres même après avoir mal dormi.

Sans parler des tentatives d’entrisme du VAE comme au Club des Cent Cols!…

Personnellement, quand mon club ne sera plus que VAE, j’irai faire mon vélo tout seul

La vie Covid qu’on vit

La vie c’est comme le vélo (Cadeau d’anniversaire qui trône dans mon bureau)

C’est terminé. Les binaires peuvent aller se rhabiller. Dans le match anti-covid, il y avait deux camps. Les anti et les pro-vaccins.

Parmi les anti: toute une cohorte de refuznik de la vaccination au nom de je ne sais quel complot d’empoisonnement massif, d’injection de nano-particules prenant le contrôle de notre quant-à-soi et tous les autres doutant de l’efficacité d’un machin sorti d’un prototype encore mal dégrossi.

Parmi les pro-vaccins, ceux qui croient que tout est arrivé et qu’on va enfin pouvoir retourner au bistrot…et se pavaner l’été prochain sur les plages de Copacabana.

La fin du binaire

Le binaire, c’est fastoche: on est pour ou on est contre le vaccin. Pour le Covid, ça se complique et il va falloir arrêter de compter en base deux.

Pour s’en convaincre il faut se rendre sur les réseaux sociaux et constater le magma diffus de vérités et de contre-vérités qui s’entre-choquent dans les deux camps.

D’abord votre vaccin n’empêche pas les gestes-barrières et ni d’être contaminé.

Ensuite rien ne dit qu’il ne faudra pas de rappels comme les bagnoles qui ont un défaut.

Et puis si un nouveau variant sévère se pointe genre brésilien Bolsonaro dans un vol Air France, on est repartis comme en 14 avec la grippe espagnole.

Boris a été obligé de rouvrir ses pubs because on n’arrêtait pas de vider les fûts dans la Tamise et les harengs à la bière ça faisait désordre dans les fish and chips.

Vous l’avez compris, ce qui gène dans le Covid, ce n’est pas les 300 morts quotidiens, c’est qu’on ne peut pas picoler.

200

Ma femme qui ne fait pas de vélo a eu tout de suite le regard attiré par la revue 200.

Réflexe de femme!

Bon moi les bonnes femmes je m’en fous, c’est le vélo qui compte et c’est 200 qui conte.

Ouarf! je vais avoir un tombereau d’insultes féministes en écritures inclusives.

Non, il est bien le 200 de ce trimestre.

Il y a un type, stakhanoviste sans doute, qui a fait le tour d’URSS en 1927, le Love Tour qui passe par Strasbourg le 15 juillet et qu’on pourra prendre en route, un feu Gnog LIL’Cobber qui clignote et qu’on voit de loin, un ensemble en laine de bure style Fausto Coppi des années 50 à 250 euros (glup’s!) et je me suis marré, la traversée des Pyrénées par la véloroute V81: un vrai désastre de malfaçons et d’ennuis!

Donc ne pas aller par là.

Bon , c’est un chero 200 et ça revient souvent. Finalement non, 22 euros les 4 numéros. Je me suis trompé.

A déguster sans modération.

Le Tour du massif vosgien, juillet 2021

Si l’aventure vous tente, le Tour du massif vosgien vous attend. Épreuve Vtt / gravel qui se déroulera du 3 au 10 juillet 2021.

Sans assistance et sans ravitaillement,
il fait la part belle à l’autonomie et à la débrouillardise.

On a dit ça, on n’a rien dit. Mieux vaut aller voir sur le site

Je connais le massif assez bien. Trouver un refuge où manger et dormir en plein juillet (sous réserve que le confinement ne soit plus d’actualité) n’est pas une mince affaire en terme de préparation. Il faut au préalable calculer ses points d’arrivée pour qu’ils coïncident avec l’itinéraire.

Ou alors, il faut coucher à la belle étoile…Rappelons que dans les parcs régionaux le camping est interdit.

J’aurais pu être tenté par le circuit court de 300km en 7 jours.

Non, je préfère faire le truc tout seul ou avec un copain si l’envie m’en prend.

Mais c’est une belle aventure sans aucun doute.

Vous aimerez peut-être aussi

la traversée des Vosges à VTT

le Tout du Haut-Rhin à VTT

VTT, la déconnade

Je ne dis rien. Allez voir le mec normal

J’en veux un à Noël! A moins que mon club casse la tirelire…

Les cols de mon rond

Les cols 10km autour de Thann

Dix cols à droite de la vallée de la Thur (et même onze avec le col de Rimbach sur la ligne à coté de Masevaux) et douze à gauche dans le sens descendant de la rivière. De quoi faite pâlir les cencolistes de la plaine!

Ce genre de confinement « relâché » ne me déplaît pas dans le sens où il est moins strict que celui du kilomètre de l’année passée.

On arriverait presque à se satisfaire de cet enfermement relatif. Cela dit est-ce efficace pour freiner l’épidémie? je n’en ai aucune certitude car la contamination doit résulter de la façon de vivre des gens et de leurs habitudes de rencontres.

Comme sur cette vidéo…où la société jeune et urbaine piaffe d’impatience. On peut les comprendre.

Mais ce n’est qu’une supposition.

Cela dit, je reste persuadé qu’on est partis pour traîner cette pandémie pendant des années à plus ou moins bas bruit. Des vaccins controversés, des variants qui relancent l’épidémie…et pour clore le chapitre une part de la société qui doute de la vaccination et qui préfère « attendre » ou jeûner ou prendre des douches froides ou consommer de l’équinacée ou du sureau.

On n’est pas tirés d’affaire!

vélomaxou est membre du Club des Cent Cols (ccc6785)

Les potins du lundi

De gré ou de force, un complexe cinématographique est édifié ici. Même si on n’en pas besoin. (Croisière Cernay)

Je résume.

Donc la comcom de mon territoire vient d’allouer 150.000 euros à un complexe de cinéma en construction. 150.000 euros dont auraient eu grand besoin nos pistes cyclables, trouées, ondulantes sous l’effet des racines.

Sur 46 délégués, un seul a voté contre. Cela démontre la grande cohésion de cette comcom pour faire comme avant: arroser notre pognon dans des opérations privées promises dans cinq ans à un plongeon financier. Chacun sait bien qu’actuellement le cinéma est entrain de virer vers du Netflix à domicile et que le spectacle en salle est en plein marasme.

Pour l’anecdote, c’est ce président de comcom qui rechigne à entretenir notre piste cyclable qui va de sa commune Aspach-le-Bas/Michelbach à Leimbach et à qui j’ai écrit le 12 aout dernier

la piste Aspach/Leimbach en 2018, les cyclistes allez vous faire foutre!

Le 1 septembre voici ce que me répondait le maire d’Aspach (et (président de la Comcom)

Une façon expéditive de noyer le poisson

Je résume encore

Le 29 mars dernier, j’ai poliment fait observer à la mairie de Vieux-Thann que le passage piétons et vélos au bout de la rue de la Thur est en mauvais état. (voir l’article)

D’autant plus en mauvais état que l’entreprise de bûcheronnage riveraine prend ses aises pour y déposer des branches de sapins.

Cette semaine, le policier municipal de Vieux-Thann m’a appelé au téléphone.

La barrière va être remplacée par un potelet central rétroréfléchissant et les branches de sapins retirées.

Y’a plus qu’à!…

J’en ai profité pour lui dire que l’itinéraire cyclable (Voie Verte de la Vallée de la Thur) rue Berger André est raté suite aux travaux de renouvellement de la chaussée. Il n’a pas dit non. On est reparti pour trente ans, au moins! (voir mon article du 15 juin 2020)

Il y aura bien une suite , début Juillet 2022 de la « Route du Diable 2020″….(page Facebook de Pascal Bride)

la Route du Diable 2022, départ Valence arrivée Cressia (non loin de Lons -le-Saulnier)

On ne présente plus Pascal Bride dit Bridou.

Malgré son Covid, Bridou a la force de préparer en 2022 les baroudeurs à vélos à une aventure hors normes, « la Route du Diable ». Mieux vaut prévoir longtemps avant une telle épreuve en effet puisque 2021 semble déjà bien compromis en matière de rencontres sportives.

Les amateurs de Paris-Brest-Paris (1200km/12000m/80h) peuvent tenter l’expérience de la Route du Diable. Mais il faut transporter ses bagages sur le vélo et trouver où se loger pendant les cinq jours impartis.

  1 180 km / 19 500 m /  120 h  / GPS

Un truc de ouf comme on dit qui force l’admiration des cyclos du diamche comme moi.

Pour en savoir plus il suffit d’aller sur le site ici ici ici

J’avoue m’sieur l’agent

Les Vosges depuis Freundstein ce matin
Des dégâts considérables dans la montée du col Amic où la route est officiellement ouverte depuis hier
La vieille caravane a souffert des chutes d’arbres dans la montée du col Amic
J’ai mordu un peu sur mon espace dédié

Vous ne me croirez pas, j’ai été contrôlé sur la Route des Crêtes par la Gendarmerie Nationale ce matin.

Si! si! Je me suis dit que le virus traîne peut-être aussi là-haut et que je suis moi-même capable de le colporter.

Bref, passons!

Contact au demeurant fort courtois. Je descendais à bonne allure le Vieil Armand. Au carrefour de Wattwiller (km41.5), trois motards de la Gendarmerie Nationale.

Gendarmerie Nationale, bonjour monsieur! vous avez une autorisation de circuler?..un certificat de domicile?…

Moi qui me balade sans aucun papier, j’avais eu le nez creux*

Sous la forme avoir du nez, également utilisée actuellement, cette expression existait déjà au XVIIe siècle.

Ici, creux correspond à « bien dégagé », condition indispensable pour que le flair fonctionne.

Je sors ma carte d’identité…que je n’ai d’habitude jamais avec moi. C’est un tort.

Tournez-là svp…Bon, nous sommes voisins à ce que je vois (j’habite en effet derrière la gendarmerie) c’est bon vous pouvez y aller

Parcours sympa et classique pour un habitant du lieu. (lien Openrunner)

Bien sûr pour attaquer la montée par Wuenheim, je grignote un peu le rond, pas de beaucoup…mais je rentre ensuite rapidement dans le…rond. Et je grimpe. Pas vite. Quatre cyclos frais comme des gardons m’ont dépassé et m’ont croisé ensuite alors que je n’étais pas encore à Kohlschlag.

La route est ouverte depuis hier. Elle est impeccable et même balayée! Idem pour la route des Crêtes.

Aucune bagnole rencontrée, c’est bizarre. Le confinement fait son œuvre.

trois cols au passage

Le Molkenrain, nuages annonciateurs de pluie

Au col du Herrenfluh, je m’offre au passage le Molkenrain.

J’entends mes rotules qui grincent. Je vais si peu vite que le compteur se met sur pause.

J’arrive enfin après une respiration sur l’esplanade de la prairie. En haut la dame avec son chien est déjà arrivée, nous sommes partis ensemble au parking,

oui mais moi par le sentier c’est plus court, bravo!

Elles est sympa, la dame.

Verdure

Mer!

aquarelle 24×32

Je vais au bout de la terre.

Et j’attends que la marée monte.

Rien à faire, juste attendre. Monter quand même sur les rochers!

Gris-bleu, le ciel

J’aime bien ce ciel qui déferle sur le massif

Je passe tellement de fois sur ce trajet à vélo que cette fois j’ai eu envie de le faire en jogging.

Je me suis fait déposer devant la boulangerie d’Aspach-le-Bas et j’ai pris l’itinéraire VTT. Il n’y avait que 7km. Bien assez pour faire mon bonheur!

Le Garmin est assommant: il me dit une fois arrivé « 3 jours de récupération ». Sur le premier kilomètre, le paramètre cardio s’emballe facilement, alors je freine et je réussis à le stabiliser autour de 130-135. Puis je booste un peu sur le dernier tiers.

C’est une affaire de cœur, à n’en pas douter.

Je fais donc mes 7km en 52 minutes (photos et pause technique incluses) et ça me convient très bien.

un itinéraire plat et plutôt goudronné qui me convient pour soulager ma cheville

Panneaux oubliés

Plaque dite de cocher en fonte fin du XIXeme siècle

Ce panneau avait attiré mon attention. Il est à Felon dans le Territoire de Belfort. Je le trouve beau et bien conservé. Il a échappé à la vague de destructions massives des panneaux anciens, notamment ceux en en béton avec surface émaillée comme les panneaux Michelin.

Les plaques de cocher peuvent être réchampies pour leur redonner du lustre.

Panneau en béton émaillé de mon village natal

En 2010, mon attention avait été attirée par cette borne Michelin encore préservée. (Hiboox 20/2/2010)

site Facebook consacré à la restauration des panneaux Michelin en Alsace

sites en relation

http://panotheque.free.fr

http://plaquedecocher.fr

plaque murale émaillée









Wattwiller à VTT

Wattwiller
Parcours sympa même si un tronçon est raté

Il était tout juste parfait ce parcours pour combler la tranche 10h/12h.

Mais j’ai raté la descente sur Vieux-Thann après l’oratoire km17/18 et je suis parti dans une friche de sapins.

après le km 17, rester sur le chemin et descendre le Zuhrenweg

Voyage en ophtalmie

Aujourd’hui, jour de mon anniversaire, ophtalmo. Eh oui! on ne choisit pas sa date, l’offre de soins est tellement rare…

Ce qui devrait être un simple examen de routine se transforme pour moi en découverte d’un monde hospitalier qui se barre en quenouille. Exactement comme on le voit chaque jour sur BFM ou LCI avec le Covid.

Avec mon vélo, j’arrive devant l’accueil du centre hospitalier. Un grand panneau « consultations ophtalmologie » m’invite à tourner à gauche. Je gare mon vélo.

Au fond d’un couloir étroit, j’entends papoter et un bruit de vaisselle. Salle d’attente 1: trois personnes. Je prends la salle d’attente 2, mon masque sur le nez. Et j’attends. Je n’ai pas vu le flacon de gel hydro-alcoolique. Peut-être existait-il, je ne sais pas.

Au bout de quelques minutes la porte du secrétariat s’ouvre et le public défile, nom, prénom, âge, adresse, pathologies,…

Et vous aussi madame, vous avez du diabète?…

En terme de confidentialité, ce n’est pas top, d’autant que la porte reste grande ouverte.

Je suis interpellé: « vous avez rendez-vous? »

Je regarde autour de moi…oui c’est bien à moi qu’on s’adresse.

Je m’installe…

nom, prénom, adresse, date de naissance,médecin traitant

vous n’avez pas de médecin traitant? alors ça va être plus cher!

Je suis confus.

Installez-vous dans l’autre fauteuil!

Je ne sais pas non plus si le fauteuil a été nettoyé, si celui que je quitte le sera, et si l’appareil sur lequel on appose son front et son menton l’a été lui aussi.

La secrétaire met la machine en marche et run!…

fixez bien la maison au fond de l’écran…et attendez le pschitt!…

pendant ce temps là le patient suivant s’installe à coté de moi (à moins d’un mètre et en plein confinement) et le questionnaire d’identité se remet à défiler…

puis on m’abandonne dans un bureau, assis sur un fauteuil les pieds en l’air à 10 cm du sol et j’attends….

j’ai de la lecture, l’écran de l’ordi à ma gauche affiche la liste des patients

  • mr X, appeler maman
  • mme Y, neuro+++
  • mr Z, angio

La jeune ophtalmo arrive. Elle monte le thermostat du radiateur électrique. Moi je n’ai pas froid engoncé dans mon parka. Elle doit penser en plus que je suis sourd, car elle me gueule dessus parce que je ne dois pas glisser mes doigts ENTRE mes lunettes et l’œil pour le test de lecture mais SUR la lunette.

Je n’arrive pas à lire correctement la petite ligne de l’œil gauche, est- ce un G ou un O? je fais observer que j’ai de la buée sur mes lunettes du fait du masque. Trop tard!

vous avez 8/10e, vous voulez changer de lunettes?

non merci

Puis je suis à nouveau dirigé vers le secrétariat qui va vous donner deux rendez-vous prochains (sic)

  • le 12 novembre à M…..
  • le 4 décembre à T…..

J’ai le choix?

non! c’est les deux ou rien

maintenant, vous allez ressortir et allez payer bureau de droite à coté de l’accueil

je fais le parcours fléché Covid du couloir, et j’aboutis… dehors. Au deuxième tour, j’ai eu bon.

Neuf euros!

Ah non , nous n’avons pas le sans contact

En une demi-heure, la machine administrative a réussi à produire

  • une ordonnance
  • une quittance de 9 euros dont le coût de production compte au moins pour moitié
  • deux rendez-vous format A4

Mon Dieu, faites que je ne sois pas admis en réa! me dis-je

J’ai peur de cet univers carcéral et déshumanisé avec ses automates qui brassent nos comorbidités par dizaines.

J’ai sauté sur mon vélo qui s’inquiétait et j’ai fui au plus vite à travers les rues de la ville.

Notez bien que je n’ai rien contre ce personnel qui pense bien faire puisqu’on ne lui a pas appris sa véritable raison d’être et ce que sont les termes discrétion, confidentialité, amabilité, empathie, compréhension, attention,…et peut-être encore moins les gestes-barrières en période Covid et les risques auxquels ils exposent leurs patients et eux-mêmes.

Bref on a droit au service minimum et si avec ça vous n’êtes pas content, allez vous faire foutre.

J’ai en souvenir cette anecdote: mon père mourant devant lui-même se hisser sur la table de radiologie et qui était tombé. Je n’en suis pas encore là mais je m’interroge pour savoir où commence la maltraitance en ces temps où l’on reparle de droit à mourir dans la dignité.

De la photo à la camera

Le DH ou Downhill (descente) au lac Blanc est vraiment grisant

J’y songe toujours.

Depuis que j’ai essayé la camera Valio en 2014, je n’ai jamais poursuivi dans cette voie. Trop compliqué à faire des montages, des résultats pas encourageants,… Depuis, il semble que les choses sont devenues plus faciles…

la camera embarquée a t-elle fait des progrès?

Alors, j’y songe à nouveau et j’examine le marché. En 2014, je n’avais pas persévéré, déçu par le résultat.

7 avril 2012

Labour viticole

En chemin, je longe les vignes du Rangen à Thann

Température d’à peine 2 degrés. Au bout de cinq cents mètres de jogging, je commence à me réchauffer.

Puis le feu tricolore d’Intermarché m’immobilise…

J’ai tenté de régler mon cardio qui oscille autour de 130. Mais un rien suffit à l’emballer. Je sais que je monte à 150 sans difficulté mais la montre-cardio me donne la trouille dès que j’accélère la cadence. Alors je modère. Je fais mes courses en même temps, la poste, la pharmacie et le boulanger pour finir. Avec ma baguette en main, j’ai l’impression de porter un témoin.

Le monsieur m’a fait signe de ne pas rester dans l’axe pour ne pas risquer de prendre une pierre sur la tête.

Puis il s’est assis sur la charrue et a fait signe à son aide de démarrer le treuil

Puis la charrue s’est mis en marche dans ce dédale de cailloux

à chaque point bleu, un arrêt

Audax, avril 2012

Les potins du lundi de Pâques

Les planeurs ont aussi besoin d’une force mécanique pour décoller, même s’ils se débrouillent seuls ensuite. (1967)

Non je ne parlerai pas du Tour des Flandres. Mais les Flandres sont belles. Tous ces paysages « construits » me font penser que la France avec ses routes rapiécées, biscornues, ondulées, truffées de trous en formation devraient s’inspirer de ce que font nos voisins. Notre corps des Ponts et Chaussées devrait rougir de honte. Encore une administration qui laisse à désirer. La faute à qui?

Non je ne parlerai pas non plus de l’islamo-gauchiste.

Non je ne parlerai pas non plus des réunions en non-mixité de l’UNEF.

Des sujets trop scabreux pour moi.

Non je ne parlerai pas non plus de la subvention de Strasbourg à la mosquée. Un peu quand même…Des musulmans, j’en ai tout autour de moi avec qui je m’entends. Mais leurs prosélytes enragés et parachutés d’on ne sait où mériteraient tout simplement qu’on les foutent à la porte et qu’ils aillent faire leur mosquée ailleurs.

Quant à financer le clergé en Alsace avec mes propres deniers, je dis non.

Saint Ex, au secours!

Inhabituel dans cette rubrique, me voici dans l’obligation de pousser encore un coup de gueule tout de suite. La maire de Poitiers vient de retirer sa subvention à un aéro-club au motif que le sport motorisé ne doit plus faire rêver les jeunes générations.

Même les petits clubs d’aéromodélisme seraient interdits aux subventions municipales. Un vrai délire de vert.

C’est mon nouveau ronron, ma pâtée pour fermer ma gueule

A nouveau enfermés dans un rond!

A partir de demain, nous voici à nouveau inscrits dans un cercle de 10 km. Pour tracer ce cercle depuis votre domicile, il existe ce site

Allo! allo!…on me dit que le confinement a commencé samedi 3 avril à 19 heures. J’en connais qui ont eu tout faux.

Ce nouveau bazar est toutefois moins contraignant. Mais il faut avoir avec soi un justificatif de domicile. C’est aussi le moment d’en profiter pour vendre sa voiture ou pour ne pas en racheter une puisqu’on nous interdit de rouler. Pour faire 10 bornes un vélo suffira.

Nous les cyclistes avons cette fois l’avantage. Celui de pouvoir jouir d’une liberté, certes encadrée, mais tout à fait supérieure à celle de l’automobiliste ou même du marcheur qui sont l’un et l’autre contingentés dans des périmètres inhabituels. L’auto, oui c’est bien mais on ne va pas loin avec et la marche si on n’a pas d’auto pour changer de coin, on en est réduit à un périmètre exigu. Ou alors il faut être tantôt automobiliste et tantôt marcheur pour se projeter dans des théâtres de verdure différents.

C’était tout juste il y a un an.

le rond de confinement de 1km en 2020

J’écrivais « on peut faire du vélo autour de chez soi pour peu qu’on ne dépasse pas le rayon de un kilomètre. Si on habite la ville, on peut profiter du trafic réduit qui nous laisse beaucoup de place dans les rues. »

Depuis notre liberté d’aller est à nouveau entravée non plus sur 1 km mais sur 10 km.

Et maintenant?

Un an après, l’étau s’est desserré.

L’épidémie ne cesse de désorganiser notre vie publique. On ne sait pas combien de temps encore durera cette grave crise qui nous place entre les mains d’un pouvoir sanitaire qui ne dit pas son nom.

On pourrait parler d’une dictature sanitaire puisque nous n’avons ni choisi, ni élu cette troïka dont on nous cache les noms et les visages. Notre libre arbitre est sous-tendu au nombre de lits de réanimation dont dispose la nation et manifestement le pouvoir n’a rien fait pour renforcer nos besoins depuis un an.

Depuis un an, les choses n’ont pas bougé; le pouvoir politique n’a pas pris les bonnes mesures: pas de formation accélérée pour les personnels hospitaliers, pas de lits en nombre suffisant, pas d’identification des vecteurs de l’épidémie. On ne sait pas, on ne sait plus s’il faut rester chez nous ou rester dehors. Et pire! on est incapables d’organiser un plan de vaccination à la hauteur de l’enjeu, pas plus que d’approvisionner les vaccins.

J’ai tenté le rendez-vous en ligne sur Doctolib… et ça a marché

Pour voir, j’ai tenté le rendez-vous en ligne sur Doctolib… et ça a marché . Bonne occasion d’aller jusqu’à Mulhouse à vélo!…avec mon sandwich dans la poche

L’Europe qu’on disait grande a failli.

Ce revers de fortune va laisser un goût amer à ceux qui ont cru qu’à plusieurs, nos potentialités seraient plus grandes. Or l’on constate que de petits pays ont bien davantage de forces de manœuvre que nous.

Les « enfermistes », les « rassuristes » et les béats

C’est le procureur Philippe Bilger sur son blog qui tente de qualifier les attitudes des uns et des autres vis à vis de la pandémie. Les « enfermistes » seraient les partisans d’enfermer tout le monde pour arrêter la circulation du virus. Une utopie. les « rassuristes » seraient les plus optimistes, on va s’en sortir…et les « béats » représentent ceux qui restent dans la sidération depuis le début face à un défi inimaginable. Je suis toujours en difficulté face aux réflexes de mes semblables, je ne les comprends toujours pas. D’autant moins que comme moi ils ne verbalisent pas leur ressenti vis à vis de cette crise autrement que par des silences. Des silences accusateurs? des silences réprobateurs? ou des silences d’acquiescement?

On ne le sait pas.

Oui, il y a ceux qui ont rejoint depuis le début le camp de la conspiration: tout ceci est inventé de A à Z et pour eux il est clair que nous sommes victimes d’un complot international. Dans quel but? par qui? ceux-là sont bien en peine d’apporter une quelconque preuve de ce qu’ils avancent autrement que par des montages intellectuels farfelus.

Il y a ceux qui ne disent mot. Tout en consentant, en se taisant. Ceux-là tentent un exercice de rationalité sur la base de leur propre savoir et s’aident au besoin de la littérature abondante.

Qui n’a pas eu encore son Covid?

Et il y a les autres. Ceux qui font preuve d’un détachement à l’égard d’un sujet qui pourtant mobilise toute la planète. Ne pas se sentir concerné, c’est leur attitude. Ils veulent faire comme avant. Ils font donc comme si et tentent de contourner les obstacles. Lorsqu’on nous confine, vite barrons-nous pour ne pas se retrouver pris dans la nasse. Ou allons au resto en douce!

Et qu’est ce qui dit, le cycliste?

Malade, moi? mais non, le Covid est une plaisanterie. La preuve, je suis encore capable de faire du vélo avec mon Covid. Le plaisir de respirer enfin l’air pur dans une tranquillité tellement belle… loin de tous les bêtises actuelles de notre société.(C’est un credo lu sur Facebook de la part d’un cycliste.)

Les bêtises de notre société!

Potins décousus, j’en conviens.

Circuit pascal à VTT

Les éoliennes de Francis Willmè à Bourbach-le Bas
https://www.openrunner.com/r/12801275

Vous aimerez peut-être aussi https://velomaxou.com/2017/11/23/francis-willme-et-son-fiat-18bl/

et aussi https://velomaxou.com/2013/08/16/francis-willme-multicollectionneur/ et aussi https://velomaxou.com/2019/04/19/francis-willme-laerien/

Vendredi Saint, VTT

L’armée a été déployée au lac pour contrôler le freinage de l’épidémie et disperser les rassemblements
A force de zig et de zag, j’ai fait trente bornes en mixant plusieurs itinéraires.
J’ai choisi d’être à l’abri du vent vif de nord, ici Bourbach-le-Bas
La prise d’eau du réservoir sur la Doller à Sentheim et la passe à poissons
https://www.openrunner.com/r/12789204

Vendredi saint et férié en Alsace-Moselle. Tout le monde en profite, croyants et pas croyants. Ma mère qui a connu 40 me dit que les boches font tout pour nous récupérer. Autre temps, autre croyance.

J’ai essayé pour voir si j’éternuais sur le VTT. Non. Alors j’ai fait un tour normal comme un mec normal.

A force de zig et de zag, j’ai fait trente bornes en mixant plusieurs itinéraires. Il est sympa, vous pouvez le tenter. Je grimpe en marchant en face du camping de Guewenheim, mais tout le reste roule.

C’est un mec pas normal

Oh le voyou! il lave son vélo au Karcher. Bon je plaisante, c’est devenu courant.