Monument

On y passe à VTT ou à pied. Les « routiers » n’y montent pas.

Les potins du lundi

J’en ai pour deux minutes (image d’illustration) Nulle question ici dans la dénomination « vie
privée » d’une plaque d’immatriculation d’un véhicule photographié
dans la rue sans son conducteur au volant.

Hormis les services de l’État, nul ne peut
donc identifier qui est le propriétaire du véhicule immatriculé
5792 ZF 68 et porter atteinte à sa vie privée à travers ce
blog
.

Il n’y a rien de plus exaspérant pour un cycliste qu’un automobiliste qui se gare sur une piste cyclable.

D’autant que les conducteurs sont les premiers à pester contre les cyclistes qui n’utilisent pas les fameuses pistes souvent très mal entretenues.

Samedi, justement une voiture garée sur la piste à Merxheim. La dame attend à bord, le monsieur avait un besoin urgent. Bien stationné au beau milieu de la piste, je longe la voiture tout en faisant « boum-boum » de la main sur la carrosserie. Aussitôt, monsieur reprend le volant en klaxonnant, pas content. Il faut s’attendre au pire…je m’y attends. Je sais que si je dois affronter des vociférations, j’y répondrai, des coups? je me défendrai proportionnellement. Ce genre de situation, il faut la prévoir avant. Finalement l’auto me dépasse. Tout en klaxonnant rageusement j’ai droit à un doigt d’honneur. Puis plus rien. L’auto disparaît. Il ne faut pas jouer les Rambo car cela peut très mal finir. Je le sais. Le problème c’est l’impunité face aux incivilités qui rongent la citoyenneté. Stationner sur une piste cyclable c’est en principe135 euros.

Ici en Alsace, on peut prendre du recul, de la distance face à la vie politique parisienne.

Un certain Griveaux, celui qu’un Gilet jaune avait tenté de déloger en défonçant le portail de l’entrée de l’hôtel de Rothelin-Charolais avec un chariot élévateur, est aux prises avec un olibrius russe du nom de Piotr Pavlenski qui s’était cloué les testicules sur les pavés de la place Rouge pour protester contre le régime Poutine. On dit que chez ses amis politiques, d’autres se sont aussi « amusés » à colporter l’affaire.

En 2013, Piotr Pavlenski s’est cloué le scrotum devant le mausolée de Lénine sur la place Rouge. Cette action constitue une « métaphore de l’apathie, de l’indifférence et du fatalisme politique dans la société contemporaine, habituée à rester le cul assis devant la télé », explique l’artiste

L’affaire est croustillante et permet de relancer une campagne municipale qu’on pouvait trouver bien atone. Dommage pour le candidat LREM, il a préférer jeter l’éponge. Le problème avec les Municipales, c’est que les postulants ne savent pas quoi inventer pour épater la galerie. Alors ils brodent comme en annonçant le déménagement de la gare de l’Est en cas d’élection gagnante.

A Strasbourg, Mathieu Cahn, candidat lui-aussi, a du battre en retraite après les révélations sur un passé « gênant » : des photos érotiques.

Comme on s’en doute, le gotha du journalisme bien pensant , BFM et LCI en tête, tire à boulets rouges sur les réseaux sociaux qui se chargent de la publicité d’affaires que le bas monde n’aurait pas du connaître.

Réseaux sociaux et presse de caniveau sont un peu en concurrence dès qu’il s’agit d’exhumer des affaires peu reluisantes. Les politiques le savent et ne privent pas d’en jouer.

Il ne faudrait pas confondre vie publique et vie privée disent en cœur ceux qui pensent que la politique est un champ clos…ajoutant que la morale n’a rien à voir avec la vie politique. Comme les costumes de François Fillon par exemple…ou comme Mitterrand avec Mazarine…ou comme Giscard à l’heure du laitier.

Chacun appréciera et s’interrogera pour savoir si on peut en même temps briguer les suffrages des Parisiens et filmer son zizi en érection sans aucune conséquence sur son avenir politique.

Nos politiques tombent toujours un peu plus bas à un tel point qu’ils ont rejoint le caniveau. Les caniveaux, les cyclistes les connaissent… ainsi que toutes les scories qui y gisent.

A pinces

A pied, je suis besogneux. J’ai du mal à relever la tête pour admirer le paysage.

Y aller à pinces ne nécessite pas beaucoup d’outillage. Au moins une bonne paire de pompes à défaut de courir pieds nus! La plupart des fringues vélo conviennent. Mais le smartphone dans la poche dorsale fait le yoyo. C’est pour ça que les coureurs le porte au bras.

J’ai repris l’entraînement avec la montre connectée. Le cardio réglé sur 142 m’avertit quand je dépasse. C’est comme un régulateur de vitesse sur la bagnole.

J’ai aussi essayé le métronome qui fait ding-ding-ding au rythme choisi…mais on se lasse vite. Au passage à niveau, on attendait le TER qui n’en finissait pas d’arriver et mon ding-ding-ding commençait à inquiéter le voisinage.

Courir en ville?

Oui dès lors que le dimanche tous les espaces sont vides et qu’il y a peu de gaz polluants à respirer. Faut juste penser à regarder lorsqu’on traverse qu’il n’y a pas un cycliste qui arrive!

Pour l’heure, je ne m’attaque pas aux déclivités.

La course à pied est-elle une alternative au vélo?

Je n’ai pas assez d’expérience. Je pense que c’est un bon complément quand le temps est mauvais ou qu’on n’a pas son vélo avec soi, en voyage par exemple. Reconnaissons que courir à pied vous évite la cohabitation du vélo sur route avec le trafic routier que beaucoup redoutent. Indéniablement, c’est physique et la surcharge pondérale vous pénalise beaucoup plus à pied qu’à vélo.

Pour l’heure, je n’ai pas de grandes ambitions…je me teste surtout pour comprendre le ressenti de tous ces sportifs à pied que je croise à vélo. Je suis déjà très content de pouvoir courir 5 km en 50 minutes sans m’arrêter ni être essoufflé.

VO2max? VMA? je m’y penche…et je n’y comprends pas grand chose

Dans le monde du running, on dit qu’on est en endurance fondamentale tant que l’on ne dépasse pas 70 à 75% de sa fréquence cardiaque max…Il s’agit d’un rythme facile à tenir pendant longtemps pour le joggeur novice, puisque cela consiste à courir en totale aisance respiratoire et sans souffrance.(source)

Ma FCM est mesurée (médicalement) actuellement à 157. J’en déduis que je suis en endurance fondamentale à …117! Inutile de dire qu’à cette fréquence là, moi je marche.

La preuve en est que mes 5 km de ce matin je les ai couverts avec une fréquence moyenne de 135 puls/mn

Vos conseils avisés seront les bienvenus.

Tant de vélos!

Piste du Petit Prince

Je suis passé lentement, mais j’ai du pédaler une fois pour traverser. Une seule fois suffisante pour prendre un bain de pied.

Beaucoup de cyclistes aujourd’hui. On les comprend avec ce beau temps printanier.

Le vignoble à Westhalten

Après le Bannstein et Rouffach, j’ai rejoint l’Ecomusée et retour par Staf et Cernay.

https://www.openrunner.com/r/11014326

Epaves

Cernay gare

Ce matin trois mono-roues, des vélos auxquels il manque une roue. Deux hypothèses:

  • soit les vélos sont vandalisés (cas probable)
  • soit les propriétaires sont venus sur une roue ou ont emporté la roue avec eux dans le train..

A coté un magnifique hangar à vélo SNCF sécurisé.

On ne comprend pas toujours tout de l’incroyable situation ubuesque du vélo en France.

On notera le gonfleur de pneu le long du bâtiment cylindre blanc), un objet insolite dès lors qu’on plus de roue à son vélo.

Bachofa Brennla

Quand je quitte Sentheim, je me retourne au bois des manouches et la vue sur la vallée de la Doller est toujours belle.

Auparavant, j’ai commencé par Rammersmatt. Deux grands gaillards m’ont doublé en sprintant dans la montée. Le deuxième a eu le temps de me dire « b’jour » les dents serrées.

Le puits fontaine de Guevenatten a longtemps servi aux villageois et au bétail. C’est une source qui affleure le sol et protégée par une arche ressemblant à un fournil de boulanger

Je me suis enfin arrêté au Bachofa Brennla, le puits fontaine de Guevenatten. J’ai m^me fait mieux en descendant jusqu’en bas de la vallée dans un chemin de champs. N’ayant rien trouvé, je suis revenu sur mes pas…pour trouver le puits fontaine au coin d’un jardin.

Vélo couvert de boue.

J’ai terminé par Dannemarie puis retour par Burnhaupt.

Wolfersdorf

https://www.openrunner.com/r/11009992

Bracelet Mi Smart Band 4

Ne s’allume que si vous levez votre poignet

Inutile pour un cycliste.

Cyclos, vous pouvez donc vous dispenser de lire ma prose au sujet de ce bracelet Mi Smart Band 4.

Un truc de la firme Xiaomi, chinois comme de bien entendu, et qui sait tout de vous si vous le laissez faire.

Le bracelet Mi Smart Band 4 est vendu 35 euros. Parfois moins. Et il est outrageusement peu cher dans sa catégorie.

De quoi s’agit-il?

C’est un peu comme un bracelet montre, c’est à dire qu’il donne l’heure mais qu’en plus il enregistre vos activités et est connecté à votre Smartphone.

Si vous êtes marcheur, nageur (étanche 5 atmo) , cycliste, … il affiche votre nombre de pas quotidiens, votre distance parcourue, votre vitesse et même votre rythme cardiaque grâce à son capteur au dos du bracelet. Les plus accros à l’actualité peuvent même recevoir les notifications de messagerie, de Messenger, …moyennant un vibreur intégré. Mais cette fonction devient vite agaçante, mieux vaut s’en dispenser.

Le Mi Smart Band 4 est même capable de dire comment vous dormez à condition de garder le bracelet au bras pendant votre sommeil!

Ai-je bien dormi? 1h32 en sommeil profond et 7h04 en sommeil léger. Je m’en doutais un peu

C’est un beau produit élégant si vous n’êtes pas trop exigeant sur sa fiabilité…voir à ce sujet le détail du produit sur Les Numériques

En activité extérieure, voila ce que vous restitue l’application Mi Smart une fois de retour à la maison…

exemple de restitution de l’application Mi Smart lors d’une sortie vélo
la fonction cardio du bracelet est intéressante pendant l’exercice et vous dispense d’une ceinture thoracique

L’appareil est livré avec son cordon de recharge sur prise USB. L’autonomie annoncée est de 10 jours. Je n’ai pas vérifié.