Municipales, Maxou y met les pieds

liste conduite par Gilbert Stoeckel, premier adjoint de la municipalité sortante

C’est parti. Avec les Municipales qui se dessinent, les candidats se révèlent l’un après l’autre. Dans nos boites à lettres. Et pour faire « fun » sur les réseaux sociaux.

Ainsi dans ma commune à Thann, la liste Thann demain. Ne ratons pas l’opportunité de parler vélo. Cela n’arrive que tous les …six ans; moins souvent que les Présidentielles.

Parlons donc vélo à ceux qui briguent nos suffrages car pendant six ans, on ne nous entendra plus.

traverser Thann à vélo, l’horreur cycliste! (lire mon article)

Dans ma boite un flyers qui proclame une sincère démocratie participative. Comme on aimerait le croire! Je ne sais plus qui disait les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Mais pas de mauvais procès d’intention. Admettons! D’autant que dans le domaine des mobilités urbaines, Thann privilégie à fond la voiture et n’a pas de culture affichée en matière de mobilités douces.

Alors la liste Thann demain, si j’ai bien compris n’est autre que la liste sortante de la précédente mandature amputée de son maire. Menée par le premier adjoint Gilbert Stoeckel, la liste Thann Demain joue la transparence, elle nous invite à venir échanger physiquement lors de cinq rendez-vous thématiques autour de thèmes choisis.

  • culture, sports et loisirs
  • citoyenneté et démocratie participative
  • santé et services à la population
  • environnement et développement durable
  • redynamisons la ville

J’ai déjà une opinion sur divers sujets concernant l’administration de la ville. Notamment sur l’état de délabrement de la voirie, le laisser-aller dans les parcs municipaux qui servent de squats à de jeunes désœuvrés pendant les inter-cours et les affreux ralentisseurs qui secouent le squelette des cyclistes en ville. Mais cela est tout personnel.

J’hésite… Où se trouvent les mobilités douces dans ce vaste programme de réunion avec les citoyens? Je penche pour environnement et développement durable. Le développement durable, ne l’oublions-pas, c’est une tartufferie inventée par les lobbys industriels en 1987 pour nous faire croire à la croissance vertueuse et bienveillante pour l’environnement. C’est un concept qui a fait « pschitt ». Il suffit de voir comment les véhicules SUV sont montrés du doigt aujourd’hui.

Je n’ai aucune crainte, ni illusion, pour les mobilités douces, tout reste à faire. Voila trois ans que j’habite ici et je n’y ai vu aucune illustration d’une quelconque volonté de promouvoir la marche et le vélo. Pire, Thann a même réglementé en 2014 les itinéraires accessibles aux VTT

Rue Jean Flory devant le collège de Thann, des pièges à cyclistes qu’on distingue avec peine à la nuit tombante

Thann est d’abord une ville du tout bagnole aggravé par une thrombose permanente avec la nationale 66 qui la traverse et son trafic pendulaire. Est-ce une raison suffisante pour y encourager encore plus le trafic automobile intra-muros? …et alors même qu’on y dispose d’un tram-train performant handicapé par le prix de son billet. 10 euros aller-retour pour aller à Mulhouse, c’est trop peu dissuasif pour ne pas prendre sa voiture.

En revanche des parkings à voitures partout. Des parkings parfois gigantesques.

  • parc Jacquot
  • parc 7 août
  • parc De Gaulle
  • parc Bungert
  • parc Match
  • parc Tassigny
  • parc Kessner 1 et 2

Et pour le vélo?

Pour le vélo, aucun programme. Tout est à l’abandon. Pas d’itinéraires prioritaires jalonnés et protégés. Absence de voies dédiées et matérialisées. Voie Verte de la Thur en jachère dans la traversée de la ville et recouverte de revêtements rapiécés. Même la rue de la Paix désignée « colonne vertébrale » est-ouest du vélo, est parsemée d’embûches avec des intersections multiples non protégées et des circulations sur trottoir non conformes aux recommandations du CERTU.

Les ancrages vélo?

J’avais été consulté il y a quelques temps en janvier 2018 sur la rénovation des ancrages qui permettent de garer son vélo en ville sans risquer de se le faire voler. Depuis plus rien!

Pour se convaincre du peu d’effort de la municipalité sortante en direction du vélo, un signe ne trompe pas: la quasi absence de vélos dans les parcs à vélo du collège et du lycée. Ce qui est bien la preuve que la jeune population se détourne de ce moyen de déplacement par absence de promotion et d’engagement de la puissance publique locale.

Vous aimerez peut-être aussi…

Thann la nuit

Kruth, le lac en travaux

Il reste un peu d’eau pour les poissons, j’imagine
une digue intermédiaire en construction construite avec le fond glaiseux
vue sur la digue principale dont des fissures superficielles doivent être colmatées
la fameuse chute d’eau
la Thur à Kruth
Vue en chemin sur les hauteurs avant Saint-Amarin

https://www.openrunner.com/r/10640943

Les potins du lundi

Boris Johnson alors qu’il était maire de Londres. Méfions-nous des opportunistes qui briguent nos suffrages

Parlons vélo!

Les Municipales qui approchent font soudainement penser vélo à ceux qui ambitionnent briguer nos suffrages. Ainsi le maire de Montpellier, Philippe Saurel, vient de décider un voyage d’étude cette semaine à Copenhague. Il est sûr que le dépaysement va être total. Comparaison n’est pas raison serait-on tenté de dire; avec une ville comme Copenhague le maire de Montpellier va s’apercevoir qu’entre la capitale du Danemark et celle Montpellier, la surdouée disait Georges Frêche, il reste un abîme à franchir pour tenter de faire les premiers pas en direction du vélo.

Plutôt que de rejoindre ces latitudes septentrionales aux frais de la Princesse, Philippe Saurel aurait pu se contenter de Strasbourg qui n’est déjà pas si mal…et pourquoi pas rejoindre la capitale alsacienne sur un vélo! Avec étapes, cela va de soi.

Les Municipales sont un moment idéal pour faire parler les postulants, leur faire dire ce qu’ils ont dans le ventre et quelles sont leurs intentions concrètes d’endiguer ces débordements excessifs de la voiture dans notre quotidien. Des débordements qui ont pour corollaire de dissuader toute tentative de retrouver des mobilités douces dans nos quartiers. Car le maire qui se plaint qu’on lui arrache « en haut » ses pouvoirs régaliens garde tout de même un pouvoir de police important pour « orienter » sa cité et ses concitoyens vers moins de pollution et vers plus de quiétude environnementale. A quoi bon investir à grands frais dans la renaturation d’un parc public si l’opération ne s’accompagne pas tout autour d’une baisse significative du trafic automobile. A quoi bon un havre de paix et de verdure si un nuage de pollution l’entoure quotidiennement?

Donc c’est le moment de tester les candidats-maires avant de les élire. Je sais que la plupart sauront faire preuve de réponses de normands. N’hésitez donc pas, respectivement dans vos communes, à appuyer là où l’argumentaire semble fragile et à débusquer parmi les professions de foi toutes les hérésies contraires à la qualité de notre environnement.

  • allez-vous, oui ou non, supprimer des places de parking dans notre cité depuis qu’on sait que la voiture en rien ne favorise le commerce local? la preuve à Thann, ma ville, où les vitrines sont vides en dépit de nombreux parking
  • allez-vous, oui ou non, décider d’infrastructures favorables au vélo et définir des axes prioritaires jalonnés?
  • décider de zones de rencontre où le piéton est prioritaire?
  • actionner votre police pour faire respecter les limitations?
  • décider de zones piétonnes où la voiture sera bannie?
  • encourager l’achat de bicyclettes en aidant les citoyens?
  • protéger les traversées sensibles pour les piétons et les cyclistes?
  • engager de véritables actions de promotion du vélo en direction des écoles?

La vie de la cité passe d’abord par la reconquête de la rue par les citoyens.

Et nos retraites?

La question du devenir de la réforme des retraites a du plomb dans l’aile. Il est question d’appliquer la punition aux nouveaux entrants au travail. Si je compte vite: payer la retraite 43 ans après le début de sa vie active, ça donne 2062 au plus tôt pour la fameuse retraite à points dont personne ne veut! Imaginer qu’on puisse décider du sort de nos prochains à partir de 2062, ça me choque énormément.

Un citoyen mécontent de cette lenteur à décider de la fin des régimes spéciaux, cette incongruité du temps des conquêtes sociales disent certains, fit une remarque désabusée à la radio « alors comme ça, on va continuer à financer le déficit de la SNCF, de la RATP, de la Poste,…? » Ben oui! mais le quidam en question s’est-il un seul instant demandé qui allait financer sa propre retraite vu que sa boite vient de faire faillite et que les actionnaires sont partis en laissant la clé de l’usine sous le paillasson.

Méfions-nous donc des a priori sur le coût de nos solidarités inter-générationnelles. Car si la SNCF peine à financer ses charges de retraites, c’est d’abord parce que la France a pris le chemin du tout routier, a fermé des lignes secondaires, a sabordé le fret ferroviaire et liquidé des cohortes de cheminots dédiés à l’entretien, voire ses contrôleurs à bord des TER et ses chefs de gare en banlieue. On mettra ça sur le compte de la modernité. Attendons de voir quand le tour de la faillite des constructeurs automobiles va s’annoncer, sans parler de celle d’EDF, ce mastodonte aux pieds d’argile immolé au nom du libéralisme économique, attendons de voir qui va payer les retraites de ces milliers de salariés mis à la porte…

Gifi et consorts, la Chine en direct

Quand on entre dans un magasin Gifi ou Foire-Fouille ou Action, pour ne parler que de ces trois là, on est bluffé par le volume d’objets en plastique qui inondent les rayons. Sans parler des meubles de déco à consommer rapidement avant qu’ils ne s’écroulent.

Halloween, une source de revenus inespérés, le summum du mauvais goût dans le hard-discount (non alimentaire) est-il atteint?

Tout cela voyage par containers à travers les mers en provenance de Chine essentiellement. On a peine à imaginer comment la Chine a pu en si peu de temps s’approprier nos technologies et devenir le leader de la plupart des produits d’équipements ménagers et de loisirs.

Le « Jacques Saadé », navire propulsé au gaz naturel, jusqu’à 23.000 conteneurs ou l’art de consumer la planète encore plus vite.

Les cartons s’empilent dans les rayons des magasins. Il faut éviter les stocks et la place manque. Des petites mains s’affairent à vider les emballages que d’autres petites mains ont rempli à l’autre bout de la planète quelques semaines plus tôt et à les placer dans les rayons. Les Gifi and Co sont devenus de vastes comptoirs de Chine (la Chine pourrait très bien s’approprier ces magasins comme elle le fait pour ses matières premières en Afrique et les grands crus bordelais) . Si demain la Chine venait à perdre sa compétitivité, si l’ouvrier chinois venait à réclamer son vrai dû syndical de labeur, le consommateur occidental serait bien démuni.

Médiapart

Pic de pollution à Vieux-Thann

Que s’est-il passé aujourd’hui à Vieux-Thann pour que la station d’Atmo Grand Est installée rue de l’Artois se mette à enregistrer un tel pic de Dioxyde de Soufre à partir de minuit le 19 octobre?

Le saura t-on?

Ne l’oublions pas, à Vieux-Thann et à Thann nous avons des Usines classées Seveso.

Les effets sur la santé

Le SO2 est un irritant des muqueuses, de la peau, et des voies respiratoires supérieures (toux, gène respiratoire). Il agit en synergie avec d’autres substances, notamment avec les fines particules. Comme tous les polluants, ses effets sont amplifiés par le tabagisme.

Les effets sur l’environnement 

Le SO2 se transforme en acide sulfurique au contact de l’humidité de l’air et participe au phénomène des pluies acides. Il contribue également à la dégradation de la pierre et des matériaux de nombreux monuments.

Pas d’affolement, 18 microgrammes/m3 c’est 15% du seuil de la moyenne journalière (125 microgrammes/m3) à ne pas dépasser

Thann-Wattwiller à VTT

Au-dessus de Vieux-Thann ce matin, l’atmosphère est encore chargée d’eau

Aujourd’hui, Thann-Wattwiller avec Jeremy.

Je butte toujours sur ce km 4 qui nous oblige à grimper à pied pour « être raccord » avec la cote 425. C’est dommage car ce parcours que j’ai conçu est beau; il chemine en surplomb du vignoble depuis Vieux-Thann jusqu’à Wattwiller.

Faut reconnaître que les gens du cru ont bien verrouillé les accès entre le km4 et le km5, vignerons et habitants

Quand j’ai « un invité » avec moi, ça ne fait pas « pro » de devoir progresser sur 400 mètres dans une ruine de sentier. Peut-être que le Club Vosgien pourrait intervenir avec une brigade de pelleteurs?… Non, là, j’ai dit une connerie.

Après les tombereaux d’eau tombés la veille sur le massif, lumière extraordinaire
J’aime assez cette progression mi-brume, mi-soleil
Instant fugace entre deux buissons qu’il faut saisir dans l’objectif sans s’arrêter
Jeremy est en grande forme ce matin
Désolé pour ce tronçon spongieux au km4
Beaucoup parmi beaucoup nous ne connaissent pas la cote 425. C’est l’occasion d’une balade à pied ou à VTT
C’est assez fabuleux cette lumière bleue sur Cernay et ce ciel déchiré
La Thur sauvage ne s’est pas privée de déborder vers les haras. Nous en sommes quitte pour un bain de pied

Ce parcours fait 20/22 km https://www.openrunner.com/r/9159336

Charte entre le Club Vosgien et le Parc Naturel des Ballons Vosgiens

Vélomaxou, un dangereux activiste avec son VTT. Le Club Vosgien entend faire la police.

Un charte vient de voir le jour le 11 octobre 2019. C’est une actualisation.

Voici le commentaire de Mountain Bike Foundation (MBF) antenne des Vosges sur Facebook…

Nous regrettons la réactualisation de ces documents que nous dénoncions déjà il y a 4 ans. Le Parc et la Fédération du Club Vosgien doivent être nos partenaires. Personne n’a le choix de ses interlocuteurs. À ce titre le dialogue est la première condition à remplir. Nous n’avons jamais été informés de ce projet de signature. À ce titre et c’est peu dire, nous estimons que le dialogue est incomplet et nous en concluons provisoirement que l’objectif des sentiers partagés n’est pas réellement partagé.

Cette convention réaffirme en particulier se réserver les chemins dits pédestres de moins d’un mètre…et à en exclure le VTT.

Voici le texte de la Convention qui réglemente la circulation des vélos. Globalement, les liaisons reliant les crêtes aux vallées nous seront interdites. Pas facile d’organiser un circuit avec une pareille obligation. Prenons le cas par exemple de Turenne-Molkenrain, le seul sentier est un rectangle rouge sans moyen de passer ailleurs…croit-on vraiment que les vététistes vont s’en priver? Ne nous faisons pas trop de souci, on pourra toujours plaider l’état de nécessité.

circulation pédestre sur les itinéraires pittoresques à haute valeur esthétique. Ben voyons, et nous on aura droit aux chemins de débardage.

Désormais, c’est le Parc Naturel qui s’engage par cette charte à définir les itinéraires des vététistes entre le haut et le bas des crêtes…

Dans cette offensive sournoise du Club Vosgien se dessine la volonté de s’attribuer la montagne vosgienne et pire l’exclusivité de dire le droit. On sera attentif à l’attitude des collectivités qui s’investissent dans le tourisme à VTT électrique avec une clientèle venue d’ailleurs pas forcément prête à accepter les interdits du Club Vosgien.

Je ne serais pas surpris d’apprendre que cette charte soit attaquée et invalidée dès lors que les autres usagers n’ont pas été associés à la démarche.