Porte bébé vélo, comment le choisir?

Mother-Child-Biycle1-e1482342378876.jpg

Commencer petit.

Promener bébé sur son vélo, c’est la meilleure façon de lui faire goûter le plein air de la ville et les joies du vélo.

Je ne plaisante pas.

L’air est moins pollué à vélo que dans sa voiture.

Le papa ou la maman doit avoir l’esprit cycliste et ce n’est pas toujours facile.

C’est comme grand-père que j’effectue la tournée des jeux publics de la cité.

« Papy, c’est encore loin les balançoires? »

Pas de problème pour se garer, je rentre dans le parc avec mon vélo à la main.

C’est comme ça que je me suis retrouvé à parcourir 20 kilomètres dans la matinée.

Après les balançoires des trois parcs de la ville, on a rejoint le parc à cigognes de Cernay.

On se prend facilement à ce jeu où l’on devient complice de l’enfant…d’autant que se balader à vélo c’est ludique et l’enfant observe à loisir le paysage, les itinéraires cyclables bucoliques et les impasses urbaines où la voiture ne va pas.

Aucun compromis n’est possible avec la sécurité!

Il vous faut un vélo en bon état, des pneus bien gonflés, des freins efficaces…et être visible sur la route: ne pas hésiter à porter un gilet haute-visibilité…et à la nuit tombante un éclairage de qualité.

img_7194
Le gilet haute visibilité, idéal pour signaler un enfant transporté

Et un siège bébé homologué. Tout bricolage est exclus.

classic_5f6dde78-ad0e-4527-b413-c7f5ce8b3a68
9 mois et 5 ans (poids maximum 22 kg). En l’absence de bébé, peut servir à un panier de courses. Si vous mettez votre sac à main, attachez-le avec les sangles

Un siège bébé neuf coûte entre 30 et 40 euros.

Une seconde main moitié prix.

La sécurité intrinsèque du siège

Le siège en coque moulée est un plus pour la protection des petits et les flasques qui protègent les pieds évitent tout accident tel que le coincement d’un pied dans les rayons. En plus il est confortable.

La fixation du siège est rendue solidaire au vélo au moyen d’un bloc vissé sur le tube vertical du cadre. Le tube de cadre doit être rond. Bien vérifier que le bloc de fixation a un diamètre compatible.

img_7197
Avant le départ, vérifier que la goupille de blocage est enclenchée

Le siège est amovible, il faut s’assurer qu’il est encliqueté dans son bloc d’ancrage avant le départ.

Bien sûr, l’enfant doit être correctement attaché avec son harnais et porter un casque

À partir du 22 mars 2017, le port d’un casque à vélo devient obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans qu’ils soient conducteurs ou passagers. Cette mesure fait suite à un décret publié au Journal officiel du 22 décembre 2016.

Attention au poids supplémentaire!

Un enfant de 3 ans pèse entre 11 et 17kg; il faut en tenir compte dans la conduite du vélo; on démarre moins vite au feu tricolore et la tenue de la direction est plus ingrate.

Faire attention quand vous installez l’enfant, il faut déjà s’assurer que la bicyclette est stable…le mieux est une béquille double qui maintient le vélo verticalement.

Après avoir installé l’enfant, il faut se mettre au guidon…

Les cadres « homme » exigent de la souplesse: il faut enjamber le vélo à l’arrêt. Idem à la descente!..tout en évitant de tomber.

Le mieux est d’avoir un appui intermédiaire tel qu’un mur ou une barrière où votre vélo ne risquera pas de tomber avec l’enfant…ou de profiter de la surélévation d’un trottoir.img_7198

Prévoir une sacoche de guidon avec le doudou, les mouchoirs, la tétine, le biberon,…

Penser à bien amarrer votre vélo quand vous vous absentez.

Ce site passe en revue tous les dispositifs

 

 

Publicités

Thann-le Treh à VTT

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le Treh

Thann dort encore après les « on est les champions »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A Wesserling, je traîne dans le parc

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cet ancien site textile peine à se restructurer en dépit des efforts

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Au temps de Boussac, on se posait moins de questions pour l’emploi

Je rejoins Fellering par la route.

Puis je prends plein nord, direction Siebach.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est goudronné et ça aide.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Fellering en contrebas

Après Siebach, chemin forestier jusqu’à la clairière de Dengelberg et son chalet tout neuf fermé à clé.

Cote 756.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
chalet Dengelberg

Je reprends. C’est plutôt roulant jusqu’à la cote 1000 où il faut prendre le GR sur le dernier kilomètre qui mène à la ferme du Treh.

Je suis déçu: seulement trois ou quatre parapentes pour cette semaine de compétition annoncée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
le Treh, cadre paisible

A la ferme, je prends le chemin du Markstein.

A la ferme-auberge du Markstein, je dégringole la pente jusqu’à Saint Amarin.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La traversée du Massif Vosgien à VTT passe par là. De bons souvenirs.

1000 mètres de dénivelé mais j’arrive à pédaler tout le temps dans la pente, c’est donc que ce n’est pas trop difficile…j’évite juste de ne pas faire bouillir la chaudière.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Malmerspach

trace GPS

Thann, le VTT sous condition

vtt-2m
extrait de Thann-Infos de juillet 2014

C’est un mauvais scoop pour Thann.

Passé certainement dans l’oubli, Thann a publié en juillet 2014 un bulletin municipal où le VTT est interdit dans les chemins de moins de deux mètres.

C’est écrit en toutes lettres à la page 4 de Thann-Infos N°2 de juillet 2014 qu’on peut lire ici

p4140039
Interdiction vélo et moto sur le Thannerhubel, un panneau bricolé par qui et décrété par quelle autorité? On notera en dessous l’autocollant un itinéraire VTT. Alors qui croire?

Bien évidemment, il va falloir en tenir compte.

Peut-être la municipalité a t-elle cru bien faire en donnant satisfaction à ses marcheurs au risque de mécontenter les vététistes?

Pourtant Thann mise tout autant sur le tourisme à vélo que le tourisme à pied.

Enfin, pas de souci pour l’heure, on fera comme avant.

 

Fruité

img_7174
Fruits garantis sans pesticides

C’est l’exercice des apprentis en aquarelle.

Exercice redouté car il faut conduire les couleurs pour qu’elles se marient dans l’eau.

Apprenti, je le suis toujours.

Une fois que le tableau est terminé, on l’apprécie.

Plus ou moins.

Ma pomme est trop petite par rapport à la pêche, mais ma peau de pêche veloutée est assez bien rendue.

Les vrais artistes réussissent au premier coup de pinceau.

Moi pas.

Alors je me dis que je ferai mieux la fois prochaine.

 

Les potins du lundi

7794119528_le-petit-couac-de-la-patrouille-de-france-lors-du-defile-du-14-juillet-2018.jpg
14 juillet à Paris. Y’a comme un défaut. La Patrouille de France s’est mélangée les pinceaux. Peut-être une allusion au drapeau croate?

Qu’est-ce que je vais pouvoir raconter ce matin, lendemain de 14 juillet et de finale de Mondial de foot?

Pour le 14 juillet, c’est fait.

Dès le 13, certaines communes ont fait le bal et le feu d’artifice en même temps.

Fromage et dessert avant la disette.

J’ai été un peu réveillé vers minuit.

Puis j’ai entendu les pompiers qui devaient avoir à régler quelques débordements sur la voie publique.

Le 14 juillet tombant un samedi, pas question de fermer les magasins.

Sinon un gros chiffre d’affaires serait perdu.

Alors les Leclerc et consorts sont ouverts.

C’est vrai quoi, un samedi férié, ça fait désordre car on ne sait pas quoi faire à la place du shopping habituel.

Les commune dépensent un fric de dingues (les dingues, tout le monde le sait, sont dépensiers) pour nous illuminer avec le feu d’artifice, alors Macron a raison: il existe des marges d’économie à faire dans les communes.

Les bals.

L’accordéon n’a plus cours.

Il faut des décibels et donc des watts avec des infra-sons suffisants pour vous secouer la paillasse et les tympans.

Linky est justement là.

Heureusement Afflelou est là aussi: avec les lunettes Tchin-Tchin, il vous offre Tchin-Tchin audio, le sonotone pour oreilles déficientes, pour un euro de plus.

Reste une inconnue de taille avec le Mondial de foot.

Je ne prendrai pas parti.

img_7166
L’équipe de France est rentrée ce matin. Vélomaxou a surpris son train spécial à Aspach gare.

Il n’y pas beaucoup de serbo-croates dans mon quartier, alors si les klaxons retentissent, c’est que la France est devenue championne.

De quoi oublier tous nos tracas jusqu’à la fin des vacances.

Au moins.

D’après mes informateurs sensoriels (mes oreillettes Afflelou), la Coupe du Monde de Foot nous est acquise.

Même Trump l’a tweeté, alors c’est dire.

J’ai vu quelques belles scènes de camaraderie dans la lucarne sur les Champs. De quoi faire baver Mélenchon!

Macron qui étreint la présidente croate Kolinda Grabar-Kitarović sous la pluie à Moscou.

Comme pour la protéger dans son beau tee-shirt à damier.

Sous les yeux de Poutine, c’était d’un érotisme torride.

Gare à la scène avec Brigitte!

Macron pour une fois a pu tester son costume Arnys sous la pluie.

Comme Hollande et Fillon.

Poutine, prévoyant, avait prévu un pébroque, mais rien pour les autres.

Reste une chose à éclaircir: la France a t-elle gagné par tactique ou par coup de bol?

Car tous les chroniqueurs des matchs précédents s’accordaient pour dire que l’équipe française n’avait rien d’enthousiasmant.

Lloris, grand cœur, s’est laissé piquer la baballe en douceur comme si les choses étaient arrangées d’avance, histoire de réduire le score.

Et maintenant?

La joie devrait nous emporter.

On a gagné. On a gagné le droit d’être joyeux, une joie sur commande devrait nous envahir.

Tous ensemble! tous ensemble!

Ça c’est le slogan type d’un nationalisme imbécile.

L’équivalent carbone de cette bouffonnerie va peser lourd dans le réchauffement climatique, comme les milliards de vols touristiques des vacanciers qui se croiraient minables de passer des vacances à vélo en France plutôt qu’en Océanie. (paroles d’un lecteur saisies dans la Presse ce matin)

Certains chroniqueurs osent même parler de communion, cette joie serait donc de l’ordre du divin. C’est commode.

Pour moi tout ça est de la foutaise.

Heineken et Kronenbourg peuvent déjà nous mettre sur la voie: la joie de cette victoire se mesurera à la hausse du cours de la bière générée par ces hordes vociférantes.

 

La sournoiserie cycliste

img_7169
Le chimilibilic est-il vert? mais non il est rouge. Simone un autre candidat…

Faut qu’je vous dise tout.

Sur mon vélo, je suis sournois.

Une réminiscence du comportement reptilien de l’homme qui perd toute urbanité dès lors qu’il enfourche le vélo?

Je me définis comme un besogneux renfrogné du guidon.

Je m’impose des sets, comme des défis.

Dans le temps passé, il y avait ceux qui se disaient « pas cap de faire x fois le Bannstein »…et il grimpaient  dix ou vingt fois le Bannstein dans les deux sens.

Moi je n’en suis pas là, pas encore…et je crois que même que, l’âge aidant, je ne me lancerai jamais un tel défi.

Non moi, mon truc, c’est la sournoiserie.

Je mets le compteur sur horloge et je pédale.

Puis je joue à la devinette, combien de kilomètres depuis le départ?

Beaucoup? pas beaucoup?…

Allez va pour 40 kilomètres! en espérant avoir plus…

Puis je passe le compteur sur distance…38 km!

Déception. Il va falloir rallonger car ce n’est pas digne de rentrer à moins de 50 km.

Pourquoi 50?

Parce que!

En « routier du dimanche », il existe des codes.

Des codes d’intolérance. A moins de 50, interdiction de rentrer.

C’est comme le pêcheur bredouille…il doit passer chez le poissonnier.

Y’en a des…oui y’en a des qui font tourner la roue à vide au bas de l’immeuble pour faire un compte rond.

Y’a un peu plus…j’vous l’mets quand même?

Ben oui, faut pas refuser, on ne va quand même pas reculer!

J’ai pourtant tout ce qu’il faut, des jambes, du souffle, du beau temps…rien n’y fait, sur la route je trouve le temps long.

Pour tout dire, trivialement, je m’emmerde.

J’ai zigué et zagué (vient de zig-zag) dans le Sundgau en surveillant le compas, un peu de sud, un peu d’ouest, puis plein nord.

Bon aujourd’hui, j’ai fait 56 et l’honneur est sauf.

En matière de sournoiserie, mon vélo n’est pas mal non plus.

Voila des semaines qu’il me fait des « clac-clac » et des « clic-clic ».

Pour le « clac-clac », je lui ai déjà donné des claques un peu partout.

Rien à y faire.

Aujourd’hui j’ai profité de la ligne de partage des eaux de Saint-Cosme pour lui lancer un ultimatum, si le « clac-clac » ne cesse pas, je balance tout coté Méditerranée.

img_7161
Pompe, bidon, boite à outils, j’ai tout mis sur le mur du cimetière et je suis parti. Saint-Cosme

« Clac-clac », « clac-clac ».

Je deviens fou, je saute en marche. Je secoue la bécane comme un prunier… »clac-clac »

Le feu rouge sous la selle.

Mon Cubrider II model RL700 était donc le coupable.

Au moins vingt ans d’âge. Comme le temps passe vite!

Je retourne reprendre pompe et bidon, le feu rouge dans ma poche.

Reste le « clic-clic ».

Celui-là, je l’ai à l’œil.

C’est un « clic-clic » pédale droite basse.

Mon expérience me dit que je suis bon pour une consultation chez le docteur vélo.

Je pense au roulement de pédalier.

Abruti de Maxou: c’est le capteur de tour pédalier qui frotte sur la manivelle.

Je classe en catégorie « humour », non mais sans blague!

 

La dragounette du cyclo

Atelier-velo-marseille-portfolio-2
Babershop Aubagne

C’est un atelier marseillais réservé aux femmes…comme à Lille, les piscines.

Le collectif Vélos en Ville a décidé de mettre en place une permanence interdite aux hommes. L’objectif, qui peut paraître contradictoire : favoriser la mixité. (Marsactu)

Tous les journaux vont certainement s’emparer de l’info.

Médiapart a déjà commencé.

Ce que craignent les femmes, c’est que les hommes viennent draguer pendant qu’elles mettent les mains à la pâte.

Je résume à ma manière.

A Mulhouse, on apprenait aux femmes à se servir d’un vélo; des femmes immigrées pour la plupart. Et c’était des hommes qui servaient de moniteurs.

Pour la réparation des vélos, il semble qu’un problème se pose à Marseille.

Entre drague appuyée et commentaires sexistes, les femmes peinent à trouver leur place dans les ateliers de mécanique cycliste associatifs à Marseille. Une association a donc créé des ateliers réservés aux femmes.(Médiapart)