Catégorie : Les peintures de Maxou

Mon autre dada

Monument

On y passe à VTT ou à pied. Les « routiers » n’y montent pas.

Peintre en herbe

J’ai d’abord été de mauvaise humeur. Plus ma femme tente de me rassurer, plus ma colère monte. Puis je suis allé aux poubelles après avoir mis mon pull à trous. J’étais calmé.

Figurez-vous que ça fait au moins quatre fois que je tente les coquelicots. Ou plutôt qu’ils me tentent. Et à chaque fois, c’est la cata.

Encore aujourd’hui où mes fleurs sont vaguement ressemblantes. Oui, elles sont nouvelles vagues, mes fleurs, pourrait-on dire.

Je me marre tout seul en repensant au couteau acheté il y a peu chez Gerstacker à Mulhouse; il était écrit en légende « couteau pour peintre en herbe ». Je me suis tout de suite reconnu dans ce qualificatif et je l’ai acheté…et ce couteau là pourra tout aussi bien me servir à cueillir des pissenlits dans le jardin.

Pas de doute, je suis un peintre en herbe.

Ciara

acrylique sur toile 40×50

Je l’ai appelée Ciara du nom de cette tempête qui s’est abattue sur le pays. Le dessin est élémentaire avec un avant-plan, un plan d’eau, une lisière d’arbres et des montagnes enneigées en arrière-plan.

Une fois le principe posé, il n’y a plus qu’à se débrouiller avec cette pâte qu’est l’acrylique.

Du bleu, du blanc, du noir, du rouge, du vert, du jaune, du gris de Payne, de la terre de Sienne. Et ce sera tout. Pinceaux et couteaux…et mes doigts quand ça va mieux. Quand on rate, l’avantage c’est qu’on peut repasser.

Au bout de deux heures, je suis naze comme si j’avais 50 kilomètres de vélo.

Avec de l’entraînement, de bons tubes (plus chers) et des pinceaux spécialisés, je devrais pouvoir faire des progrès. Pour l’heure j’ai de bons gros pinceaux ronds du rayon bricolage de Brico.

Graber ou presque

Graber ou presque

J’ai eu le coup de cœur pour cette pente enneigée photographiée par mon amie Mary. Je l’ai revisitée à ma manière avec mes pinceaux.

Une jeune famille vient d’y réouvrir l’auberge...et on pourra y lire l’histoire du Graber situé sur le ban de Dolleren, non loin du Schlumpf.

Pouring

Le pouring est un art abstrait qui consiste à une application de coulée aléatoire , d’accumulation de cellules, d’écailles colorées sans utiliser de pinceau .

Tout est dit. Aucun mérite. On peut faire ça au patronage en gardant les gamins.

J’ai essayé et voila le travail. Après, on peut doser le choix des couleurs. Ici j’ai utilisé une dominante de bleu.

Au séchage plus ou moins long, les cellules changent encore d’harmonie jusqu’au durcissement final.