Catégorie : Les chroniques cyclo-citoyennes de Maxou

On ne s’interdit rien.Si le cycliste pédale avec ses pieds, il réfléchit avec sa tête.

Une histoire de chien

C’est devenu une banalité: la plupart des propriétaires de chiens laissent leur animal en liberté sur les chemins et pistes cyclables.

Ne croyons pas qu’ils sont en infraction, un article de presse semble démontrer le contraire.

L’affaire est rapportée dans les colonnes du journal l’Alsace (22 juin).

« Comme à chaque fois, je la détache, afin qu’elle puisse courir. Mais si je croise quelqu’un, je la rappelle et lui mets la laisse. »

C’est la propriétaire d’un chien qui s’exprime ainsi devant le tribunal.

Le chien a foncé sur un chihuahua qui arrivait en face et a mordu la propriétaire du chihuahua.

Que croyez-vous qu’il advienne?

Le tribunal condamne la propriétaire à une amende de 600 € avec sursis…

Avec un bon avocat on peut donc s’en sortir si on laisse aller son chien sans laisse.

« Il n’y a pas violation délibérée des règles de prudence. Le chien était à portée de voix et n’était pas en état de divagation. Il n’y a aucun arrêté [dans la commune] qui oblige les propriétaires d’animaux domestiques à les tenir en laisse. Ce dossier aurait dû faire l’objet d’un classement sans suite ! »

Un cycliste qui tombe par la faute d’un chien sur une piste cyclable peut très bien se retrouver dans la même situation…et le propriétaire du chien s’en tirera sans dommage s’il choisit un bon avocat.

En droit français, l’article 1243 (article 1385 jusqu’à la réforme du droits des obligations de 2016) du Code civil dispose que « Le propriétaire d’un animal, ou celui qui s’en sert, pendant qu’il est à son usage, est responsable du dommage que l’animal a causé, soit que l’animal fût sous sa garde, soit qu’il fût égaré ou échappé. » : il faut que l’animal ait causé un dommage (l’existence d’un dommage est une condition de la responsabilité) (Wikipédia)

à lire aussi

 

Publicités

Comment ça va, Vélomaxou?

img_67811
Pour moi ça va. Tant qu’on peut (encore) pédaler, c’est le principal

Mon activité sur WordPress

Périodiquement, je rends compte à mes lecteurs de mon activité internet.

C’est normal.

Faire la promotion du vélo que j’aime, de son terroir et raconter à sa manière l’actualité, c’est mon dada.

C’est aussi un passe-temps comme un autre pour maintenir ses neurones en action.

activitc3a9-wp.jpg

14.000 vues en moyenne chaque mois

L’envie de raconter des histoires pourrait suffire.

Si je m’applique quotidiennement à remplir ce blog, comme l’écolier son cahier du jour, c’est parce que vous êtes là, fidèles lecteurs.

Novembre 2011, je recommence à raconter ma prose chez WordPress après la déconfiture de mon hébergeur précédent.

C’était une peine pour moi de perdre cette substance de 2006 à 2011 récupérée partiellement puisque les images ont été perdues je ne sais où.

Dimanche 17 juin, offensive belge

Anecdote du jour, j’ai parfois des pics de visites venus d’ailleurs.

vue
Origine de mes visiteurs le 17 juin, une poussée belge inexplicable

683 visites inattendues…

Ce 17 juin, 683 visites dont beaucoup venues de Belgique.

Il est vrai que la Belgique est aussi une terre de cyclistes.

Ce sera une bonne journée de juin. Pourtant Juin n’est jamais très bon sans que je sache pourquoi.

Il est vrai que mai cette année a été extraordinaire, peut-être à cause de ses jours de ponts…et des orages?

17-juin
Mes pages vues ces trente derniers jours

Combien ça coûte?

Question insidieuse, combien ça me coûte un blog comme vélomaxou?

  • l’achat du domaine (.com) (payable une fois): 16€
  • l’abonnement annuel: 20€
  • formule Premium: 68€ (accès à des thèmes améliorés)

…et ça me coûte surtout beaucoup d’huile de coude et de genou sur le vélo.

En parlant d’huile de coude, j’ai une tendinite du coude droit consécutive à la manipulation de la souris. Impossible de m’en défaire!

Il est vrai que je passe en moyenne trois heures sur l’ordi par jour.

Pour ne pas dire plus!

Les potins du lundi

macron-reforme-sncf.jpgL’imprécation.

Nos décideurs publics donnent dans l’imprécation.

Comme ces professeurs Tournesol qui faute de solutions inventent des mesures spectaculaires dont on ne sait pas si elles seront efficaces.

Abracadabrandesque disait l’autre.

Examinons comment Macron résout quelques questions de société…

1/ La SNCF fait du déficit, les trains sont en retard, supprimons la SNCF!

C’est fait.

En plus faire la peau aux vaches sacrées du Front Populaire, c’est le rêve de tous nos jeunes technocrates, Macron le premier.

2/ Les minimas sociaux ne servent à rien puisque les pauvres n’arrivent toujours pas à s’enrichir.

Supprimons ce pognon de dingues et les pauvres disparaitront des écrans radar!

3/ La vague migratoire venue de l’Afrique déplaît beaucoup.

Les mâles blancs n’arrivent pas à dire que cette déferlante va impacter durablement notre mode de vie et notre sociologie pour de nombreuses générations. Pourtant la mondialisation n’est pas que financière, elle est aussi humaine.

En attendant, dirigeons l’Aquarius hors de nos eaux hexagonales!

4/ Pas de places pour tous nos jeunes dans les facs?

Rétablissons le service national!

5/ Trop de morts sur les routes?

Imposons le 80!

6/ Le peuple ne regarde plus la télé?

Imposons la redevance même à ceux qui n’ont pas de poste!

Notre gouvernement a trouvé la martingale qui va lui faire gagner à tous les coups la bataille de l’opinion.

Même avec les coups les plus tordus.

Finalement Macron n’a rien inventé. Il reprend les recettes du monde politique ancien qu’il entend dénoncer.

 

 

 

Les lectures du dimanche matin

idu00e9e

Les lectures de ce matin sur vélomaxou:

Où va le cyclotourisme?

L’esprit club

Les dégâts de la compétition

Clubs cyclos, à la recherche du second souffle

18 parcours VTT autour de Mulhouse

Des billets souvent anciens que mes lecteurs relisent.

 

Demain potins

brigitte-trogneux-et-emmanuel-macron.jpg
Le glamour dont on cause

Demain dans mes potins, coup de gueule sur Macron.

J’en ai besoin de temps en temps.

ça me fait du bien…et en plus ça fait râler tous ceux qui ne pensent pas comme moi.

Je vous rassure, ça ne sera pas méchant.

Juste une caricature de la suffisance en politique.

Bon dimanche sur nos vélos!

Hirtzbach avec Renée Hallez

jusqu-a-ce-qu-il-n-en-reste-rien.jpg
Je lis petit.

Pas à pas.

Page après page.

J’en ai terminé avec mes Récits fantastiques de Théophile.

(Mon article du 4 mai)

La Jettatura. Le dernier récit est pénible.

Le type est accusé de jeter de mauvais sorts rien qu’avec son regard.

Les mauvais regards, c’est redevenu à la mode dans les gazettes de faits-divers.

Bref, il en a marre, il se crève les yeux.

A Hirtzbach, l’affluent de l’Ill coule au milieu du village

Pour s’endormir le soir, c’est pas facile.

Mais enfin, j’ai été ébloui par le beau vocabulaire ciselé de Théophile Gautier.

Maintenant je passe à un polar local avec de mauvais esprits.

C’est Renée Hallez rencontrée à Cultura qui assure sa promotion elle-même.

Je vais je l’espère moins ramer qu’avec Théophile.

C’est écrit gros!

Pour le soir, quand les paupières tombent, les gros caractères me conviennent.

Donc, c’est quatre sales gosses de la bourgeoisie qui reviennent à Hirtzbach chez leur grand-mère.

Des HaxWildtribb qui disent ici.

C’est bien ce polar parce que j’apprends l’Alsaco en même temps.

Hax, la sorcière qui ressemble à Hexenplatz que j’ai traversé là-haut du coté du Blauen avec mon VTT

Wild, sauvage comme les bêtes

tribb, je présume tribu.

Les sauvageons commencent à investir De Dorfascht (la fête du village) et à y mettre de l’ambiance.

Ça commence  plutôt bien…

« Jusqu’à ce qu’il n’en reste rien » de Renée Hallez, éd. du Bastberg ISBN 9782358590907

 

 

Cent Cols, la rencontre régionale Vosges

img_6938
Au col de Luttersberg

C’est aujourd’hui à Sentheim que les Cent Cols de l’Est s’étaient donnés rendez-vous pour leur rencontre régionale annuelle.

Nous étions une vingtaine ce matin à nous retrouver avec nos vélos de route ou VTT.

Besançon, Vesoul, Strasbourg,  Jussarupt, Roth Hambach, Haguenau,…certains avaient parfois fait un long voyage pour être présents à cette fête annuelle.
Parmi nous, honneur à Raymond n°734 et Jean Lou n° 769 inscrits depuis plus de trente ans à la Confrérie!

img_6929
A Lauw, des cyclos disciplinés

Pour ma part, j’étais le local de l’étape, étant venu seulement de Thann sur mon vélo.

C’était l’occasion pour ceux venus de loin de tâter du Hundsrück et du Schirm.

Et pour les vététistes de grimper deux nouveaux cols fraîchement homologués

img_6934
peu avant le col de Sickertbach, un peu de portage
  • le col de Sickertbach
img_6935
au col de Sickertbach
  • le col de Luttersberg

…tout en terminant par le col de Sattelboden et le col du Schirm (passé à la descente).

img_6940
col de Sattelboden
img_6939
attention à la descente!

Au Schirm, routiers et vététistes se retrouvent autour d’un pique-nique agrémenté de vin du pays.

img_6941
Au col du Schirm

Remerciements à Jean-Christophe et Arsène, les organisateurs de cette sympathique rencontre qui nous ont conçu un parcours mixte routier et chemin avec quelques passages pentus.

trace GPS

En 2017, nous étions réunis au col du Calvaire, une chaude journée éprouvante pour Jean et moi (voir mon billet)

Aller sur le site du Club des Cent Cols