Taubira, Taubira pas?

Faudra regonfler les pneus avant de regonfler la gôche, madame Taubira

On ne tire pas sur une ambulance. Encore moins sur une cycliste.

Retenez moi sinon je fais un malheur. Christiane Taubira voue un attachement biblique à la gauche. Elle n’a pas pu se retenir de s’aligner sur les rangs des candidats, persuadée qu’elle va fédérer tout le monde en deux coups de cuillère à pot.

Or, je le confesse, Christiane Taubira n’incarne rien pour moi et n’est porteuse d’aucune valeur programmatique. Je me souviens juste qu’elle a sévi dans des registres pas forcément glorieux avec « le mariage pour tous », dans la défense des délinquants, pour l’indépendance de la Guyane et récemment par son mutisme en faveur de la vaccination des Guyanais.

Le problème de la gauche aujourd’hui est simple: il comporte une aile social-démocrate et écologiste incompatible avec les véritables valeurs d’une gauche unifiée.

Pour le reste, circulez! Il n’y a plus qu’à attendre la raclée méritée.

Encore le casque!

Un jour on va y avoir droit!

Une nouvelle fois, la tentative d’imposer le casque à vélo trébuche. Le sénateur François Bonneau (DVD) vient de retirer sa proposition de loi (lire ci-dessous). Les cyclistes dans leur ensemble sont partagés entre obligation ou pas du port du casque.

Pour bien comprendre la position des uns et des autres utilisateurs, il faut savoir que le monde cycliste est multiple.

On y trouve des cyclistes appartenant au monde du loisir et de la compétition, des voyageurs,…et des « utilitaires », c’est à dire des cyclistes pour qui le vélo est un moyen de transport urbain ou interurbain. J’appartiens à l’un et l’autre de ces deux mondes, on pourrait presque dire que je suis une exception tant rouler à vélo en ville est un non-sens pour le cycliste du dimanche. Parler de cycliste du dimanche n’a rien de péjoratif, sauf que la plupart du temps ce cycliste à des réflexes d’automobiliste dans la semaine et il n’est pas en capacité de juger ce qu’est le vélo en ville en d’autres termes que insécurité, voire gène pour le trafic routier. Ce qui est fâcheux, c’est que ce sont souvent les cyclistes sportifs qui parlent au nom des autres.

Le plus étonnant c’est que même les vététistes de la MBF (Moutain Bike Foundation) se mettent à recommander le casque non pas pour eux-mêmes, mais pour tout le monde.

De son coté la FUB, la Fédération des Usagers de la Bicyclette, est contre l’imposition du port du casque et la FFVélo (FFCT) le recommande.

Dans les faits, l’accidentologie du cycliste ne démontre pas que le casque apporte un plus pour le vélo en ville, pas davantage que pour un piéton. En revanche, la chute sur route a des conséquences plus engageantes envers le casque et a fortiori pour les disciplines sportives.

Sur le plan prudentiel, le monde automobile et les assureurs ont tout intérêt à voir l’imposition du port du casque réglementée: renverser un cycliste sans casque minorera la responsabilité pénale du conducteur.

Ci-dessous l’article paru dans les DNA du 14 janvier…

Télévirus

Dans le film Contagion, de Steven Soderbergh, Jude Law interprète un blogueur conspirationniste. Allociné

Deux ans.

On ne saura peut-être jamais comment le virus a été déterré (inventé diront d’autres), ni si il vient réellement de Wuhan en Chine. Les Chinois restent discrets lorsque le 11 janvier 2020 survient l’annonce officielle du tout premier mort du Covid-19.

Deux ans.

Nos modes de vie ont été profondément influencés, voire changés par ce virus qui implique une forme de repli sur soi des populations.

Ne sachant comment se protéger efficacement contre la résurgence de cette pandémie qui se transforme lentement en maladie endémique, alors on invente peu à peu un nouveau monde.

Nous voici arrivés au monde du tout-télé.

Télé, on connait déjà, les Grecs l’avaient inventé pour dire « au loin, à distance ». Alors puisqu’il convient de garder ses distances pour se prémunir de la maladie, on s’isole. Les Chinois ne craignent pas d’assigner à résidence des millions de citoyens à la première alerte et les Australiens sur leur île enferment Djoko pendant cinq jours dans un centre de rétention.

Télé…phone, télé…vision, ces outils là sont devenus familiers bien avant l’arrivée du virus. Ce qui est nouveau c’est l’avènement à marche forcée du télé travail et du télé-enseignement. Voila de quoi contrecarrer en profondeur notre façon de vivre.

Sans oublier le téléachat, la téléconsultation, la télémédecine, la télé-livraison par drone, le télé-relevé des compteurs d’électricité, de gaz et d’eau, le télé-dépannage, le téléchargement des factures, des films vidéo, le télépéage …et le télépaiement des contraventions.

Le télétravail, lorsqu’il est possible, modifie la relation sociale à l’intérieur de l’entreprise notamment la relation hiérarchique. Cette liberté conditionnelle a ses revers puisqu’elle assigne à domicile des règles de travail étroitement contrôlées par la télé-gestion informatique.

L’école de son coté se retrouve gravement en danger car le télé-enseignement prive l’écolier de sa relation sociale à l’autre et le place au sein d’un univers familial plus ou moins bien préparé à assurer ce rôle.

FFCT, chute de 5000 membres

Martine Cano, présidente de la FFCT

En 2021, la FFCT a perdu 5000 membres licenciés. Très exactement 5370 en clubs et 154 en individuels selon les chiffres de l’AG de Nevers.

Il n’y a pas lieu de s’en réjouir même si Martine Cano, la présidente,de la FFCT, s’attendait à pire… »L’inquiétude concernant les licences était beaucoup plus grande au début de l’année, où une baisse plus forte était redoutée » déclare t-elle dans le rapport moral de l’AG 2021.

Martine Cano a l’art de masquer la vérité: la FFCT s’écroule de plus en plus vite. Ainsi la fédération ne cesse de décliner et de plus en plus vite.

Elle avait perdu 8000 adhérents entre 2015 et 2019. Elle en perd 5000 en une année! (voir ici)

Depuis 2015 (122793 adhérents) la FFCT se retrouve en 2021 avec 105069 membres soit une baisse de 15%

On ne tire pas sur une ambulance. Pourtant sa voisine, la FFC (113.000 licenciés), en profite en attaquant sur tous les plans…

  • Contestation sur la licence « vélo-sport » créée par la FFCT pour aménager un espace aux « cyclosportifs »
  • Création à la FFC d’une licence « Loisir et Performance » individuelle ou en club (52€)
  • Il est vrai que la FFC embrasse toutes les disciplines du vélo…sauf le tourisme et qu’elle serait intéressée par une OPA sur la FFCT. La FFC dispose de relais politiques et d’une influence certaine qui pourrait lui permettre de ravir tous ceux qui s’estiment « mal servis » ou à l’étroit au sein de celle qui tente de rajeunir son image en se faisant appeler FFVélo. Le sénateur Jean-Jacques Lozach (Creuse) a déjà tenté le rapprochement en 2019…
les activités offertes par le FFC

Du coté des marcheurs de la FFRP, on lorgne aussi sur le vélo avec des sections comportant une activité VTT

Moi qui suis devenu adepte de VTT, je suis obligé de constater que la plupart des balisages rencontrés dans le massif vosgien sont ceux de la FFC et pas ceux de la FFCT

le balisage des parcours VTT très présent dans les Vosges

Faut-il prendre la licence FFCT?

Pour les licenciés FFCT (FFVélo) les nouvelles licences 2022 sont disponibles sur le site internet.

Je ne suis plus licencié depuis maintenant plusieurs années. Mais je suis allé voir comment ont évolué le coût des licences…

Je me souviens avoir quitté la fédé lorsque le certificat médical est devenu obligatoire pour pouvoir souscrire aux randonnées.

Sans participer aux randonnées (licence vélo-rando) ou à des cyclo-sportives (licence vélo-sport) , on peut souscrire à la balade (licence vélo-balade) et être exempté de certificat médical.

Après ce choix fait, il existe trois niveaux d’assurances

  • Mini-braquet à 20 euros
  • Braquet à 22 euros
  • Grand braquet à 72 euros

Au total, vous devrez donc payer

  • la cotisation fédérale 40 euros
  • l’assurance selon le niveau choisi (mini, petit, grand braquet) variant de 20 à 72 euros
  • ajouter éventuellement l’abonnement à la revue 25 euros
  • ajouter la cotisation du club si vous êtes membre d’un club (variable selon les clubs)
    • le risque en vélo balade est souvent assuré par votre assurance multi-risques familiale (à vérifier sur votre contrat), ce qui dissuade de nombreux cyclos individuels d’adhérer à la FFCT
tarif licence 2022 pour membres individuels

Quelques exemples de souscription…

mini braquet+revue
petit-braquet sans revue

Si vous vous sentez mieux en club, sachez que la pratique se décompose en type de circuits: vert, bleu, rouge, noir. Avec une licence balade, vous ne pourrez en principe effectuer que les circuits vert et bleu de difficultés moindres. C’est un beau bazar que la fédé a institué en 2017.

Comment est déterminée la couleur des parcours à la FFCT…

Je ne sais pas ce qu’il en est advenu depuis, car je roule à présent tout seul, « à ma main » comme on dit dans notre jargon cycliste…mais je me doute que dans les clubs la gestion des couleurs est compliquée puisque beaucoup de cyclos prennent la licence « balade » pour ne pas avoir à présenter de certificat médical. Alors les clubs doivent insérer à partir de 2022 sur les bulletins d’inscription cette phrase…

« J’atteste sur l’honneur que je suis en condition physique suffisante pour effectuer le parcours que j’ai choisi… » (cela couvre l’organisateur par rapport à la non-présentation d’un certificat médical) «… et avoir pris connaissance des difficultés du parcours que j’ai choisi » (cela couvre l’organisateur par rapport au licencié possédant une licence balade qui ferait un autre parcours qu’un parcours coté vert ou bleu) «… et des consignes de sécurité » (cela couvre l’organisateur des vélos non conformes au Code de la route, non-respect du Code de la route en général et du débridage des VAE).

Attention, rouler en club comporte des exigences physiques où le « roule-cool » est plutôt mal vu. Ne vous aventurez donc pas à l’aveugle dans n’importe quel club car la spécialité de la plupart, c’est d’héberger en son sein des compétiteurs qui ne songent qu’à en découdre...d’où l’imposition du fameux certificat médical de non contre-indication à la pratique du cyclotourisme (CMNCI)

Finalement l’Etat protecteur a réussi à s’immiscer dans la pratique du cyclotourisme en restreignant notre liberté, appuyée par le Compagnies d’Assurances lasses d’indemniser les accidents cardio-vasculaires.

C’est ma morale de l’histoire.

Plus de vélos, moins de bus

le vélomnibus non polluant où le voyageur coopère

C’est un paradoxe que les écolos urbains cachent habilement. Plus vous favorisez le déplacement à vélo, plus vous perdez des voyageurs en bus. Le phénomène est connu, ce ne sont pas les automobilistes qui décroissent comme on aimerait le dire.

A Mulhouse le phénomène est connu mais chut! on évite d’en parler. Pourtant ce type de transfert modal inquiète puisqu’il vient amputer les recettes de billetterie et contrarier le développement des transports en commun, fer de lance de l’alternative au « tout voiture ». Alternative au « tout voiture », mon œil! Le confort du bus et sa facilité d’accès est loin de rivaliser avec la voiture et le vélo.

Le bus est-il la bonne alternative pour se déplacer en ville? On peut se poser la question.

Attention au départ...le compteur va t-il fonctionner?

Compter les cyclistes c’est bien, mais ce sont souvent les mêmes qui passent devant plusieurs fois

A Lyon, les écologistes sont accusés de gonfler les chiffres du nombre d’usagers vélo

IKEA Tour

Aucune description de photo disponible.
Enregistrement gps de ma déambulation à IKEA Mulhouse (2 étages)

J’ai encore mesuré hier.

1400 mètres!

Un tour d’Ikéa, rondement mené pour rejoindre les babioles au rez-de-chaussée, mesure 1,4km.

Obligatoirement on s’arrête en route..

Le but du jeu marketing pour la grande surface, vous l’avez compris, c’est qu’on ne puisse pas dévier du parcours imposé. Il existe quelques raccourcis discrets du coté des cuisines, mais chut!

Fatalement quand c’est compliqué de faire son marché dans certains rayons, il faut parfois revenir sur ses pas. J’ai oublié les boutons du tiroir, ou je ne sais plus si j’ai dépassé le rayon literie.

Les décors sont si réalistes qu’on pourrait presque se mettre à table ou se mettre au lit…les fenêtres illuminées font croire qu’on est installé à Kaysersberg.

Bref à IKEA, ce sont des pros avec leur nouveau gilet siglé HEJ (bonjour)

Lorsque j’arrive au rayon plantes, j’ai besoin de m’assoir car je fatigue vite au ralenti.

On ne pourra pas dire que ce cirage de pompes du géant suédois est de mauvais aloi.

Reste la question sanitaire…des alvéoles marquées un seul visiteur à la fois, mais des visiteurs parfois peu enclins à respecter la distanciation et qui se baladent masque sur le menton.

Niveau de CO2? on ne sait pas. On devrait ouvrir les issues de secours périodiquement pour renouveler l’air.

Le temps passe

Le passe-temps qui tue le temps

En attendant, le temps passe

C’est fou le nombre d’écrivains qui se sont consacrés au temps qui passe.

Depuis Hubert Reeves « le banc du temps qui passe« , Jacques Laurent « l’inconnu du temps qui passe », jusqu’à Proust « à la recherche du temps perdu »

Je pourrais moi aussi écrire longtemps sur le temps mais pas avec talent comme le font les auteurs patentés.

En attendant, le temps passe

Cette année a filé à la vitesse d’une étoile. « Grand V » comme disent les mathématiciens en herbe. Mais un an plus tard, on en est toujours là, à résoudre des inconnues avec des équations de second degré avec des courbes exponentielles et des asymptotes.

Hier soir, en guise de passe-temps, j’ai filmé des anti-pass au rond-point. J’ai déclenché des torrents de bile sur Facebook. La preuve que le virus rend fou.

Je ne vais pas refaire le film palpitant de 2020. Tout le monde l’a encore en tête, même si c’est diffus et compliqué. Le retraité a cette sagesse de profiter du temps libre pour dresser des états de situation. Sa situation. Fatalement le temps compte plus vu qu’il se contracte. Il est même compté.

En attendant, le temps passe…

…et j’attends mon charpentier comme on attend Godot.

Mon charpentier ne viendra pas. Il est cas contact.

2022 en perspective

En attendant 2022, mon carnet de route est encore vide

Du changement chez Vélomaxou

Changer de design c’est un peu une renaissance sur la toile. Alors pour 2022, j’ai changé le thème de mon blog. Il s’appelle dorénavant twenty-sixteen. J’espère qu’il plaira.

Mon ancien thème a vécu.

J’ai vu Présidents, le film de Anne Fontaine

C’est une satire de Sarko et Hollande qui se retrouvent en Corrèze et forment un couple à l’assaut d’un nouveau quinquennat pour contrer Macron et Marine Le Pen. C’est poilant comme tout avec Jean Dujardin dans le rôle de Sarko, Gregory Gadebois dans celui de Hollande, Doria Tillier et Pacale Arbillot dans le rôle des épouses.

Alors justement 2022 qui se profile à l’horizon de nos brumes vosgiennes ne se présente pas bien du tout.

IrmaMaxou y voit le télescopage dans la vie publique d’une élection présidentielle et d’une situation épidémique qui perdure. On ne sait pas encore qui va l’emporter face à la pléthore de candidats-virus et de candidats-présidents.

Si les présidents passent, les virus ne trépassent pas. Mon toubib disait souvent « c’est viral » lorsqu’une grippette survenait et on n’en parlait plus. Mais à présent qu’on a déterré les coronavirus, la planète vibrionne. Va t-on devoir inventer de nouveaux modes de vie? changer nos rapports à l’autre durablement? changer nos modes consommation, de développement? de loisirs?…

Les démocraties planchent sur le sujet. Elles peinent. Elles peinent car ce modèle politique se prête mal à des injonctions qui mettent arbitrairement en cause les libertés individuelles et collectives. Nous ne sommes pas à l’abri d’un régime autoritaire capable de canaliser les angoisses existentielles des populations.

Je ne sais pas vous, mais moi j’ai un carnet de route 2022 encore vide.

La cause, on la connait, c’est cette nouvelle incertitude qui pèse avec la pandémie qui met à mal tous nos projets dès lors qu’ils sortent un peu du quotidien. Je ne suis pas prêt à me lancer dans un Tour de département des Vosges ou du Bas-Rhin avec mon vélo si par malheur on risque à nouveau d’être enfermé ou confiné par une cohorte de variants plus ou moins agressifs.

Pour l’heure, je sursois.

Du coté des entrepreneurs de raids à vélos, on fait comme si tout allait bien se passer. J’ai des doutes. Les cyclo-montagnardes et autres prouesses époustouflantes comme ici la Route du Silence (1200 km/20.000m) de Pascal Bride ne sont-elles sujettes encore une fois à des déconvenues désagréables pour les promoteurs et les participants?

Vidéo de présentation de la route du Silence le 15 août prochain. Des images de neige et de froid pas très engageantes pour une épreuve prévue en août.

Je veux pas être un oiseau de mauvais augure bien que la situation sanitaire soit des plus incertaines. On en voit déjà les prémisses avec beaucoup de compagnies aériennes clouées au sol du fait de la reprise de la contagiosité du virus mutant.

Influenceur à haut-risque

Certes des blogueurs influents, il en existe. Mais face aux influenceurs patentés de la toile, le blogueur est un petit joueur.

Avec mes quatre cents abonnés, je ne joue pas dans la même cour que les Youtubeurs et les Tiktokeurs de talent de la toile. Mais le jeu d’influenceur qui consiste à orienter vers l’achat de produits et de marques commerciales comporte aussi des risques comme par exemple lorsqu’on met ses enfants en scène. Les influenceurs sont rémunérés, moi pas.

Maëva Frossard, mère de famille, créatrice de « Mava chou, une maman sans tabou », une chaîne YouTube familiale de 152.000 abonnés (recettes, déco, bons plans, concours, placements de produits, boutique de vêtements en ligne) a craqué sous l’effet du cyber-harcèlement dont elle a été victime. Elle s’est suicidée.

La course à l’audience conduit parfois au drame

Savoir et croyance

C’est un sujet auquel je serais incapable de m’atteler autrement que par des exemples de la vie courante, n’étant ni scientifique ni philosophe, je suis obligé de me rattacher au bon sens paysan, celui de nos anciens qui, faute de savoir, se protégeaient de leur mieux.

Faire des provisions pour se prémunir d’une disette, éviter les visiteurs supposés porteurs de peste ou de choléra, s’abriter en cas de cataclysme,…on ne savait faire que ça.

Il est sûr que la période pandémique est pour moi une révélation, celle que nous ne sommes pas à l’abri des virus malgré nos connaissances scientifiques et les bienfaits de la médecine. Nombre de mes contemporains ne pensent pas forcément comme moi.

La science, j’y crois avec raison, c’est à dire sans confiance aveugle. Les scientifiques eux-mêmes affichent des vérités basées sur le savoir et l’expérience sans pour autant être tous d’accord entre-eux. Les controverses sont nombreuses car le temps long est parfois nécessaire pour valider une découverte souvent suivie d’études cliniques approfondies

Chaque jour de nouvelles inconnues naissent dans la Presse. Les tests covid sont-ils fiables? n’engendrent-ils pas de faux résultats? les vaccins ne rendent-ils pas les tests positifs?…Autant de doutes qui alimentent les craintes.

Les dernières interrogations portent sur la durée pandémique, la multiplication des variants, la vaccination des enfants, la quatrième dose,…et les suivantes.

Devant cet imbroglio qui interroge toute la planète sur les conduites à tenir, vient se greffer la crédulité. C’est à dire les croyances de café du commerce qui ne reposent sur aucun concept philosophique avéré. Entretenues par toutes sortes de lobbys parfois inavoués ou cachés, les croyances sont entrées en combat contre l’évidence scientifique. Je ne vais pas détailler ici tout ce magma qu’on dit complotiste, ce serait trop long.

Les fractures sociétales ont de beaux jours devant elles..

Il est vrai que l’usure est là. Autant de controverses, de prises de position, de remises en cause finissent par vaincre nos assurances et instiller le doute.

Du vélo l’hiver, décembre 2007

Des images de cyclos restées coincées dans un disque dur. La nostalgie me tient.

Oelenberg-Rammersmatt

C’était en 2013. Je ne me souviens plus d’où nous sommes partis. Peut-être à Lutterbach…
Ce chêne remarquable doit être celui de Schweighouse/Thann
Maurice avait un vtt remarquable. Savez-vous pourquoi?
je n’arrive pas à situer ce blockhaus
lieu très connu des promeneurs à Michelbach
des adeptes du Cannondale
un site apprécié des vététistes du lieu
Rammersmatt et son vallon
Rammersmatt à la ferme
Etang à Aspach-le-Haut
jardin du repos de nos amies les bêtes
terrain aéromodélisme de Reiningue derrière l’abbaye

Vive la bouteille!

L’hiver venant, il est propice de revisiter ses lieux de prédilection, ceux que l’ont a aimé et qui au cours du temps restent gravés dans ma mémoire.

J’affectionnais beaucoup ce littoral rhénan, le Rhin notre mer, le long du pays de Bade où je me rendais à vélo. Un terroir qui n’avait plus beaucoup de secrets pour nous dès lors qu’on savait y trouver quelques raidillons corsés.

Les images sont de juillet 2011

quelques raidillons corsés.

Quitter le vignoble et grimper encore dans la forêt jusqu’à atteindre quelques trésors de l’architecture allemande

On n’échappe pas aux produits régionaux délicatement alignés dans un chalet libre d’accès

Arrivés à Schloss Bürgeln, repos mérité

le style rococo 1764
jardin à la française

Confiné, le nez confit

Si vous trouvez que c’est drôle, moi pas.

Depuis trois jours je sentais le confinement venir. Mon odorat n’a pas fait défaut malgré le pif qui goutte comme un robinet fuyard.

Le Rhin ou Rhein en allemand. Étymologiquement Rhein vient du grec et signifie eau qui coule…et le rhume aussi vient de rhein pour signifier l’écoulement corporel.

Oui, ce matin mon pif est largement confit. Je veux dire enduit de graisses diverses supposées faire passer l’incendie des narines. J’ai tenu huit minutes trente entre chez moi et le boulanger avant de sortir le paquet de kleenex . Mon cas n’intéresse pas le corps médical bien autrement absorbé par la pandémie. Comme toujours en pareil situation, je tente les recettes de grand-mère, les solutions d’eau de mer parfumées à l’eucalyptus, la cuillère de miel,…sans encore avoir essayé le schnaps. Avec moi, ces ersatz pharmaceutiques ne font pas illusion très longtemps; une fois le flacon vide, j’en reste au même stade. D’autant que l’inflammation gagne la trachée et déclenche une toux irrésistible. Je vais tenter de résister à la consultation d’autant que j’ai la crainte de ces ambiances médicales où l’on côtoie tout …et que les rendez-vous renvoient à 2022.

2022 c’est encore loin.

Bref, pour le vélo et le jogging, c’est râpé pendant plusieurs jours.

Mon palmarès 2021

Quelques jours à VTT avec bikepacking, c’est dans l’air du temps (tour du Haut-Rhin)

Inutile d’attendre le 31 décembre, je connais déjà mon palmarès 2021 et ce ne sont pas les quinze derniers jours de l’année qui impacteront mes résultats.

les estuaires bretons à VTT, un must!

Je rassemble en quatre ligne mes états de service 2021

  • 76 sorties VTT / 2112km / 21440m
  • 45 sorties ROUTE / 2475km / 16870m
  • 32 nouveaux cols
  • 44 sorties jogging / 213km

J’en suis presque flatté depuis que j’ai abandonné mes carnets au profit de Garmin Connect qui centralise toutes mes sorties.

jogging-neige, un truc qui fait avaler des paquets d’air glacé

Prédominance du VTT plus bucolique, plus conforme à mes attentes et surtout moins anxiogène que la route dans cette terre d’Alsace très peuplée.

Baroudeurs en voitures

Glasshütte, prendre son temps

Je vais à l’avenir lever le pied pour la recherche de cols nouveaux. Pourquoi? tout simplement parce que les nouveaux cols impliquent d’utiliser un véhicule pour se rendre sur place et ma conscience écolo en est dérangée. J’ai des amis qui sont devenus ainsi des « baroudeurs en voiture » et je ne veux pas devenir un de ceux-là. Le Covid ne va pas arranger les choses non plus car je fuis les rassemblements hôteliers où nous sommes délibérément confinés …et potentiellement fragilisés.

Garmin Connect rassemble tous mes paramètres sportifs bien plus précisément que mes petits carnets

Je ne compte pas mes sorties en ville à vélo. A quoi bon? elle n’ont rien de sportif. C’est deux kilomètres chaque jour seulement et parfois, c’est à trottinette.

Cela dit, force est de constater ma lente décroissance. Je m’en accommode puisqu’elle est inéluctable. Je m’octroie moins d’escapades éloignées et physiques sur le massif; je prends aussi moins ma voiture pour me projeter sur des sites au départ hors domicile.

Je profite cependant de vacances familiales pour emporter mon vélo à la recherche de paysages

inconnus.

Nous avons changé d’époque.

Le vélo dans son ensemble accomplit une lente mutation sociétale en dépit de tous ses handicaps comme par exemple la concurrence acerbe de la bagnole qui veut garder son leadership avec la venue de l’électrique. Le covid a précipité l’avènement du vélo électrique (VAE) au point de rendre le vélo « musculaire » dépassé. Je m’en accommode difficilement quand je rencontre sur les cimes de fringands venus « frais comme des gardons ». J’ai un indicible vague à l’âme. Oui, nous avons changé d’époque.

2021, les images de Vélomaxou

Janvier

Sentheim-Soppe

à lire ici

Février

Erzenbach-Pyramide

à lire ici

Mars

Le VTT à la recherche de coins perdus avec Etoile 78

à lire ici

Avril, liberté conditionnelle pour les cyclistes

S’en souvient-on, en avril on n’avait droit qu’à un rond de 10km! le 15 avril cette limite de 10km est étendue au département et pas à plus de 30km de votre club si vous quittez le département (tout le monde n’est pas en club!)

lire ici

Mai, tour du Haut-Rhin (suite et fin)

col de Rote-Flüh, la fin de notre tour du Haut-Rhin interrompu en 2020

voir tout le mois de mai

Juin, le Languedoc

Saint-Guilhem-le-Désert, j’en ai bavé!

voir tout le mois de juin

Juillet, des cols à vélo du coté de Steige

Le Climont

voir tout le mois de juillet

Août, un tour de Jura

Avec mon club Etoile 78 de Vieux-Thann, un week-end jurassien sympa

voir tout le mois d’aout

Septembre, l’heure des marées

un tour breton le long de la côte rocheuse

voir tout le mois de septembre

Octobre, escapade occitane

Vic la Gardiole

voir octobre

Novembre, les premiers froids

la montée du col du Hundsruck dans la neige, un truc pas vraiment adapté au VTT

voir novembre

Décembre, le mois des tours courts

Avec décembre, la fin de l’année se profile. Nous sommes nombreux a ne plus pédaler car le mauvais temps n’est pas propice aux balades.

Alors on se penche sur ses images qui rappellent de bons souvenirs…et l’on se projette sur l’année prochaine et sur tous les beaux défis qu’on pourra encore se lancer si la force nous soutient.

Après ce come-back, j’ai l’impression que le VTT l’emporte sur tout le reste.

Pourtant j’ai « fait » aussi de la route et du jogging avec mes maigres moyens.

Thann depuis les vignes du Rangen

voir décembre

Le vieux et le cardiologue

Je lui ai dit: je ne comprends pas, depuis que je me suis mis au jogging avec le Covid, je n’arrive pas à descendre en dessous de 7 minutes le kilomètre…

Le cardiologue m’a regardé dans les yeux, puis il m’a dit, c’est normal, vous êtes vieux et vous voulez faire des performances comme si vous aviez 30 ans.

Fermez le ban! Mais ça m’a fait un choc car être vieux je croyais que ce n’était que dans la tête.

Alors j’ai essayé autrement d’aborder le sujet.

  • Dans les côtes à vélo, je surveille mon cardio, quand il atteint 150, ça me fait peur, alors je ralentis…
  • Vous avez essayé l’électrique?

Bon d’accord, j’arrête. Le sujet devient trop délicat. Il ne m’a pas dissuadé, il a juste écrit « patient actif pratiquant le VTT, et toujours le jogging. »

Tension « blouse blanche » 17/9, pourtant il avait mis la blouse verte. Pouls 60. (C’est bien parce que mon cœur me donne l’heure en même temps)

Le cardiologue a terminé sa visite et je suis parti tout penaud.

Rendez-vous au banc d’essai en décembre 2022.

Etes-vous bigorexique?

Un temps à ne pas mettre un cycliste dehors

Je ne connaissais pas le vocable

Le bigorexique est addict au sport. On ne parle pas d’une simple passion mais bien d’une dépendance à la pratique excessive d’un sport. Rien à voir avec la messe, donc.

J’ai vu un reportage à la télé. La femme se lève à 4 heures chaque matin et elle se met à pédaler pendant cinq heures sur son home-trainer au salon. Elle est bigorexique ou accro au sport.

Elle doit être aussi bling-bling dans sa tête, à mon avis.

Elle ne se sent en forme qu’à partir d’une certaine dose ou si vous préférez d’un dose certaine.

Il est désormais acquis que certaines disciplines, et le running vient en première position de celles-ci, favorise la sécrétion d’endorphines, cette molécule naturelle qui déclenche (ce que les Américains nomment) ‘le runner high’, autant dire l’ivresse du coureur.(source Ouest-France)

Dopé, le Maxou? C’est vrai qu’on le constate tous plus ou moins; au retour d’une sortie jogging ou vélo, on se sent fatigué mais aussi plutôt de bonne humeur…sauf si on a crevé trois fois en route.

J’ai eu peur de faire partie aussi de ceux-là, les bigorexiques. Mais non, je me contente de quatre sorties vélo par semaine et…à petite dose. Ouf! j’échappe à la maladie.

Ce matin, 2 ou 3 degrés, je me suis fait violence pour partir sur mon vélo. Il n’y avait pas de verglas mais le vent d’ouest sur l’Alsace était désagréable.

Les pistes cyclables ne sont pas toutes déneigées, on l’oublie parfois. J’ai du modifier mon itinéraire.

A Gildwiller, j’ai pris Burnhaupt, Heimsbrunn et Reiningue.

Bien assez pour son sport favori en cette saison.

Conduite sur neige

Ne pas fanfaronner!

Quand vous n’êtes pas sûr de l’état du sol, tenter de le tester avec les pieds pour mesurer l’état de glissement de la neige. Il existe des neiges plus ou moins collantes.

Le vélo sur neige demande de l’attention. Ce matin la neige tombe et mieux vaut aller à pied faire ses courses. Je tente néanmoins le vélo. Tout est une question de dosage: la neige est-elle glissante? avec ou sans congères? le sol en dessous est-il verglacé? un ensemble de paramètres détermine ma décision de prendre ou pas le vélo, notamment l’épaisseur de neige. Ensuite, l’itinéraire: éviter les grands axes empruntés où vous n’aurez pas la place d’évoluer à votre guise, surtout si vous tombez. Cet affirmation n’est vraie qu’en cas de neige. En cas de verglas, mieux vaut utiliser les axes traités.

Le but, c’est d’aller de A à Z sans tomber.

Car la chute est potentiellement risque de fracture de poignet ou de hanche. Ne pas encombrer les urgences déjà très sollicitées avec le covid.

Ensuite prendre ses aises sur la chaussée et se souvenir de l’état du sol, là où se trouvent les nids de poules, les raccords, les caniveaux en traversée. Si vous êtes au milieu de la chaussée, les voitures ralentissent, sinon elles vous frôlent sans ralentir.

Les prises de bordure:

  • d’abord une grande boucle pour vous aligner
  • ensuite franchir la bordure perpendiculairement lentement

Le freinage:

  • pas besoin de frein, il suffit d’arrêter de pédaler, la neige va vous aider.
  • on passe le stop au ralenti
  • on s’interdit le frein avant (en France, la poignée du frein avant est à gauche)

Un dernier mot

D’une heure à l’autre, les conditions de vélo sur neige peuvent évoluer défavorablement. Ce n’est pas parce que ça marche le matin que ça ira aussi facilement l’après-midi.

A VTT sur la neige, il en va tout autrement, la conduite peut-être sportive et tout aussi casse-gueule car la nature des sols et l’enneigement est très variable au long d’un itinéraire.

L’exercice des vœux approche

2021 a t-elle été une année noire?

Quand l’heure des vœux approche, je réfléchis à une illustration. Je ne suis pas toujours inspiré comme je l’aimerais. 2021, c’était la période Covid et nous n’en sommes pas encore sortis. J’avais mis un masque sur mon cycliste en signe de réprobation, tellement les mesures sanitaires nous ont porté préjudice dans notre exercice du vélo. Comment sera 2022?

2020 s’annonçait sous de bons auspices

Je ne sais plus ce qui s’est passé en 2019 pour que la France ressemble à un danger atomique
En 2018, des petits poussins à vélo
2017, envie de cimes

2016 un peu présomptueux
2015 roule cool
2014 déjà de la montagne en projet!

La peste et le choléra

Description de cette image, également commentée ci-après
Antonin Artaud (Public domain : « Droits : domaine public. »)

Mes lecteurs penseront que je suis atteint de morbidité. Pendant cette période hivernale, je poursuis ma quête de lectures virales.

Comprendre notre épidémie de Covid qui se propage autour de la planète et qui s’adapte à nos pare-feux, comprendre les réflexes de protection des populations et aussi de défiance d’une part importante de ceux qui refusent une rationalité scientifique, c’est mon cheminement, ma recherche de témoignages du passé.

Voici mes deux bouquins pour les semaines à venir…

  • Le théâtre et la peste Antonin Artaud
  • L’amour aux temps du choléra Gabriel Garcia Marquez

Vous aimerez peut-être aussi…

Mer du lundi

Acrylique 25×25 sur carton de pizza

Comment redémarrer la semaine?

Pour un retraité naturellement marginalisé de la vie active d’antan, il faut s’inventer des rythmes. On a la marche, le vélo, la cuisine, la lecture, la musique…et aussi la peinture. Ce matin, j’ai saisi l’occasion au dos d’un carton de pizza et j’ai peint cette côte rocheuse, histoire de tenter l’écume. Elle est un peu trop pâteuse, mon écume. Il fallait que je tartine pour masquer les inscriptions du carton à pizza. Je ne laisse rien perdre, soucieux de préserver la planète.

J’ai ensuite filé chez mon ophtalmo. L’ophtalomologie hospitalière est un poème. Un chef d’œuvre de bureaucratie. Je n’en dirai pas plus. En ces temps de pandémie, mieux vaut se taire.

Reprenant mon vélo, je suis passé devant la file d’attente du labo. Des candidats au test PCR.

L’écolo de service

L’écolo Hulot tombe de son piédestal. Lâché par ses amis il ne trouve plus auprès de qui se raccrocher.

Imaginer qu’un pouvoir En Marche l’ait consacré ministre de l’écologie, a postériori, ça fait désordre après le vacarme de ses frasques sexuelles.

Il possède une BMW qui se trouve en Bretagne, où il habite, un scooter BMW  qui se trouve à Paris, détaille-t-il.

Un van « pour les vacances en famille ».

Son 4×4 Land Rover, âgé de 20 ans, se trouve en Corse, où il possède une maison « à 1 000 mètres d’altitude ».

Sa « 2CV de 30 ans », achetée récemment, est conduite par sa fille, son van Volkswagen lui sert « pour les vacances en famille ».

Il y a aussi la voiture personnelle de sa femme et une camionnette utilisée par celle-ci pour transporter des chevaux jusqu’en Bretagne, ainsi qu’une moto BMW et « un petit bateau à moteur » (source Le JDD)

Après avoir quitté le gouvernement en 2018, il quitte à présent la vie publique, dit-il.

Quant aux Verts, je m’en souviens: en 2011 Nicolas Hulot était pressenti pour devenir présidentiable, devancé largement par Eva Joly (heureusement). Pourtant Sandra Regol d’EELV a la mémoire courte, elle rétorque que Nicolas Hulot « n’a pas travaillé avec les écologistes, il n’a jamais été membre du parti. »

Récap de mes cols 2021

Comptabiliser ses cols à vélo, un exercice pas toujours facile

L’année n ‘est pas encore terminée et pourtant je viens d’envoyer ma liste à mon Club des Cent Cols.

C’est la règle du jeu de ce club: lister les nouveaux cols franchis avec son vélo.

Malgré les restrictions sanitaires, j’ai quand même réussi 32 cols nouveaux tout en m’interdisant d’aller dans les réunions du club où la promiscuité ne me convient pas.

J’ai voulu déclarer mes cols avec l’outil informatique du club tout nouveau. Mal m’en a pris, l’année 2020 était confondue avec l’année 2021. J’ai du rechercher tous mes cols 2021 un à un…et pourtant je ne suis pas un bleu de la saisie en ligne!

Quelques cols suisses, dans l’Hérault, un peu dans le Jura, en Moselle, dans le Haut-Rhin et dans les Vosges.

CH-BL-0730Chremer Pass730
CH-BL-0820Blauepass820
CH-VD-1228Col de la Givrine1228
CH-VD-1557Col de Porte1557
FR-01-1390aCol de Combe Blanche1390
FR-34-0082Col de la Tortue82
FR-34-0210Cap de la Crous210
FR-34-0244Col de Fambetou244
FR-34-0318Pas de Londres318
FR-34-0375Pas de la Peyre375
FR-34-0492Cap de la Pousterle486
FR-34-0565Col de la Croix de Fer565
FR-39-1160aLa Goulette1180
FR-39-1374Le Goulet1374
FR-57-0306Col de Lessy306
FR-67-0534Col de Steige537
FR-67-0560Col du Blanc Noyer560
FR-67-0602Col d’Urbeis602
FR-67-0761Col du Mont761
FR-88-0428Col des Jumeaux434
FR-88-0435Col de Fouchevouille436
FR-88-0450Col d’Anozel450
FR-88-0469Col du Haut du Bois469
FR-88-0514Col de Mont Repos514
FR-88-0516Col de Climont516
FR-88-0520Col de la Malpierre520
FR-88-0559Col des Roches St Martin559
FR-88-0577Col de Thonon579
FR-88-0596Col des Quatre Chemins596
FR-88-0685Col de la Ronde Tête697
FR-88-0690Col du Kiosque670
FR-88-0730Col Sans Nom730
mes cols 2021

mes cols depuis l’origine…voir ici


La médecine fait des merveilles

le scan, nouveau sésame du monde moderne

Qui n’est pas un jour dans sa vie confronté à l’hôpital!

J’ai encore cette chance d’y être peu allé. Ce matin, examen visuel dans le grand hôpital mulhousien, le GHRMSA. Tout y est parfaitement rodé. Comme à l’accoutumée je ne peux m’empêcher de relater cette expérience. L’hôpital de Mulhouse, comme tous les autres hôpitaux, est confronté nous dit-on à un manque de personnels et de moyens. Je suis incapable d’en juger. Pourtant je suis sûr que ses agents font des miracles, y compris parfois avec des cas graves et désespérés.

Parking payant pour consultant. J’ai commencé par aller fureter du coté des urgences, près de l’hélico du SAMU, croyant échapper à la grande entrée. Non, ce n’était pas bon, à coté des urgences, il n’y avait que la chambre mortuaire.

Devant la grande entrée, la cohorte d’ambulances et l’inévitable zone fumeurs avec les malades amputés sur leur fauteuil venus en griller une.

Une fois dans le sas, un vigile me surveille attentivement car je cherche mon masque… tout neuf en tissu immaculé et plissé, élastiques réglables et pince-nez ajustable. J’ai une femme merveilleuse qui pense à tout.

Scan du passe sanitaire. OK, c’est bon.

La liste des services se dresse face à moi dans la salle des pas perdus. C’est un grand catalogue abscons. Finalement j’avise une dame de service qui pousse son chariot.

  • L’ophtalmo?…c’est le grand couloir tout de suite à droite

Ce sera ma seule relation humaine teintée de compréhension.

Comme pour faire la queue au rayon fromage d’Auchan, prendre son ticket et attendre que votre numéro s’affiche…

Pendant qu’on me prend en charge sans aménité, derrière une vitre blindée (aménité: nom féminin signifiant amabilité), je débite au pas de charge nom, prénom, adresse, number phone. Ce faisant, j’observe un lecteur scanner derrière la vitre blindée dotée à cet endroit d’une petite fente…c’est pour valider votre ticket de parking qui vous permettra de sortir gratuitement. Sinon, c’est 1.60 euro l’heure. C’est vraiment sympa. Je ne remercierai jamais assez ce geste d’une machine me rendant la vie moins chère.

Une première mesure, votre pression intra-oculaire.

Notez bien que jamais on ne m’indiquera à quoi sert cet examen, ni d’ailleurs son résultat. En fait je le sais, votre globe oculaire est pourvu d’une humeur liquide dont la pression ne doit dépasser un certain seuil, sinon vous allez abimer votre nerf optique, risquer un glaucome et engendrer plein de choses désagréables pour votre vue notamment si le petit conduit de décharge de l’humeur est bouché.

Passage au tonomètre à air pulsé: c’est désagréable mais non douloureux et votre œil qui est malin se ferme quand on lui souffle dessus…la machine recommence mais l’opératrice s’impatiente car elle n’a pas que vous à s’occuper

  • Vous habitez à quelle adresse? ne tentez pas de lui répondre et vous? c’est juste pour voir à l’ordi si elle a le bon client.Personnellement, pour éviter ces erreurs, je préconise un bracelet avec code-barre au moment d’entrer.
  • Ne fermez pas l’œil, allons!
  • Retournez dans la salle d’attente, dans le couloir à gauche…

Bien sûr, je me trompe et j’entends appeler mon nom au bout du couloir.

Je manque de renverser le totem de gel hydroalcoolique qui trône au milieu de l’allée

  • On va vous faire un champ visuel, alors retirez vos lunettes et baissez le masque, je vais vous boucher un œil
  • N’appuyez pas sur le bouton n’importe quand sinon vous allez fausser les résultats!…

Au bout de cinq minutes, j’ai eu envie de balancer la Game-Boy. Je ne sais jamais si j’ai coulé le destroyer en haut dans le coin droit ou le périscope qui émerge insidieusement en bas au milieu. Mais j’ai l’œil, je suis capable de combattre cinq ou six attaques simultanées.

  • je vous sens bien fatigué…
  • est-ce que je peux changer de main?
  • pour quoi faire?
  • parce que j’ai la main qui fatigue…et peut-être qu’étant gaucher les ordres iront plus vite jusqu’à mon cerveau…

Manifestement la manipulatrice n’a pas apprécié ma remarque pourtant de bon sens.

Au bout de vingt minutes, j’étais dehors.

Résultats au prochain rendez-vous.

On en pensera ce qu’on veut, mais la médecine moderne est devenue très performante et d’une efficacité redoutable. On aurait tort de l’accuser de ne pas faire des efforts surhumains de productivité. Je viens d’en avoir la preuve en live.

J’ai repris ma voiture et, dernier miracle de la technologie, mon ticket de parking a déclenché le lever de la barrière me permettant de fuir ce monde aseptisé et mécanisé.

Véloscopie

Miroir du cyclisme:je ne suis jamais reconnu dans le miroir

Faites comme moi: écrivez un titre et débrouillez-vous ensuite.

J’ai déjà fait le premier pas, le titre. Je ne sais pas comment il m’est venu à l’idée d’écrire Véloscopie. Je ne sais même pas si il existe ce mot, tant pis je l’ai écrit. C’est un peu dans le genre rétroscopie. Je cherche ce que je pourrais dire autour de ce mot. Des histoires de vélo? ça coule de source. Je me souviens que dans le passé il y avait « Miroir du cyclisme ». C’était un peu une façon de nous faire miroiter un avenir de champion cycliste. Prenez un prolo allant à l’usine gagner sa pitance, il se voyait en Bernard Hinault rien qu’en passant devant le kiosque à journaux et sa journée durant sur sa fraiseuse, il croyait fraiser des jantes de vélo.

Finalement le contremaître lui mettait un coup de botte dans le train pour lui rappeler qu’il était à l’usine. Pas dans le Tourmalet.

Les masses populaires, comme disait Marchais, n’avaient qu’a bien s’tenir.

Bon mon intro est faite. Et maintenant qu’est-ce que je vais raconter?

Dans le prolongement de mon histoire championnesque, il faut rester sur terre. Le vélo c’est pas seulement celui-là, celui de Bernard Hinault, le pauvre. Le vélo c’est celui de tous les jours. J’en fais presque tous les jours, je pourrais donc être titulaire d’un brevet non pas de grimpeur avec un maillot à pois mais d’un brevet de fidélité à un mode de mobilité qu’on dit douce. Douce est vite dit, c’est sur le papier, dans les ministères; mais sur le terrain, faut pas croire, le vélo c’est dur. Comme des noyaux de pêche. De quoi décourager tous les postulants habitués aux fauteuils Pullman de leur bagnole.

Alors le vélo, faut que je vous dise, il a perdu la partie. La partie?… Oui la partie d’échecs. Au début on espérait que la Petite Reine deviendrait grande, qu’elle était promise à un grand avenir et pourtant elle a perdu, bêtement, sous les coups de boutoirs de la transition écologique. Remarquez des princesses qui abdiquent avant même d’être reines, c’est déjà arrivé.

Dacia Spring, le bond en avant de la voiture électrique bon marché

A force de polluer avec nos bagnoles, on s’était dit prenons le vélo et on n’en parlera plus. Les villes vont redevenir potables. C’était sans compter sur la fainéantise du genre humain et la rouerie de l’industrie. Depuis l’avènement de la bagnole électrique à marche forcée, tout va redevenir comme avant. Les rocades, les Speddy sur le bord de la rocade, derrière l’Intermarché, les parkings géants, les stationnements sur trottoirs, les drive Mac Do, Leclerc,…tout va redevenir comme avant avec l’électrique. L’électrique ne polluera plus en ville. En plus les écolos auraient tort de se plaindre, le nucléaire nécessaire est déjà tout prêt chez nous et donc plus d’effet de serre.

En plus la bagnole électrique est loin d’avoir des défauts; outre qu’elle est silencieuse, qu’elle ne pollue pas, elle bénéficie d’un excellent rendement de ses moteurs, bien supérieur à celui des moteurs thermiques et en dépit du poids des batteries.

Ma véloscopie tourne à l’autoscopie

Je dois avoir une petite voiture derrière la tête. Est-ce que la voiture me rendrait fou, par hasard? Je devrais me faire psychanalyser. On se trompe, je ne suis qu’un Français ordinaire, comme beaucoup de mes semblables, qui observe le tohu-bohu médiatique autour de lui. Ne pas se laisser attendrir par le cri des sirènes!

Ne pas se laisser attendrir! Pas facile.Miss Sirène 2019, Julie Peugeot (!) native de Pont de Roide.

Potabilité

En parlant de villes potables, la mienne est au régime sec. Un malencontreux accident forestier d’hydrocarbures infiltrés dans le sous-sol a pollué notre réseau d’eau (15000 hab). Évidemment grand ramdam des autorités: ne plus boire l’eau ni faire la cuisine avec cette eau. Mercredi, ça fera une semaine. Les services compétents ont vidangé les bassins et balancé des milliers de litres à la rivière pour tenter de se débarrasser des quelques molécules scélérates. On dit que ma ville est branchée sur le bassin aquifère de la Hardt en attendant de retrouver l’eau des Vosges…L’eau de la Hardt plombée à l’atrazine des maïsiculteurs?

Entre-nous, je me demande quelle est l’ampleur du phénomène bactériologique et si quelques traces de gasoil dans l’eau est de nature à créer tant de dérangements. Dans ce cas à quoi servent nos périmètres de protection des captages s’ils peuvent être attaqués aussi facilement?

Je vous laisse imaginer la suite de ce monologue bien improbable…

Vaccins covid + grippe?

Ce billet ne s’adresse pas aux antivax

Je vais essayer de comprendre la rationalité de la position des antivax…ou justement comment expliquer son absence. Le raisonnement humain doit être à géométrie variable. Ça m’intéresse bougrement d’autant que ma pharmacienne, supposée rationaliste, m’a tout de go déclaré qu’on n’avait pas beaucoup de recul avec le vaccin covid. Subitement ce manque de recul m’a rappelé un argument tenu depuis des mois par les antivax. Mon ouvrage de référence sera donc « Rationalité » de Steven Pinker.

Sur la foi de la position de la Haute Autorité de Santé (HAS), je me suis rendu chez mon pharmacien pour me faire vacciner à la fois contre la grippe et contre le covid (rappel 3eme dose).

Pas question! Le pharmacien s’y oppose.

Deux explications me sont fournies:

  • d’une part le risque que mon organisme ne supporte pas les deux vaccins
  • d’autre part l’incapacité à se fournir les doses covid dans un délai raisonnable et à organiser les rendez-vous conjoints de plusieurs patients.

Donc ce matin j’ai reçu mon vaccin anti-grippe comme chaque année.

Pour le rappel covid après 6 mois, je me suis inscrit dans un centre de vaccination via Doctolib

La HAS rappelle que la réalisation concomitante des vaccins contre la grippe et la Covid-19 est possible afin d’éviter tout délai dans l’administration de l’une ou l’autre de ces injections. Concrètement, les deux injections peuvent être pratiquées le même jour, mais sur deux sites de vaccination distincts – un vaccin dans chaque bras (source)

Transition

Un Rafale (?) comme celui-là ne passe pas inaperçu dans le ciel cernéen. Il fait un barouf d’enfer. Je me suis laissé dire qu’il coûte plusieurs milliers d’euros. Le pilote ne doit pas perdre les pédales en vol.

Je n’ai pas regardé le dico avant de mettre mon titre. J’ai le souvenir qu’à l’école, il y avait des classes de transition. C’était une appellation douce pour dire qu’on était un peu dans une classe de rattrapage sans subir les outrances des camarades des autres classes.

Dans transition, il y a transit.

Le pédalage est propice à toutes sortes de réflexion. Oui, je vis un peu un transit au quotidien. Lorsque l’âge avance, il faut se préparer à des transitions, une forme d’approfondissement de soi, un accompagnement mental et physique de son vieillissement inéluctable.

Je m’accompagne autant que je le peux.

mon parcours du jour à VTT

Je tente parfois de me perdre dans des projets invraisemblables. Amateur de réseaux sociaux, je joue le jeu des offres d’emploi, il suffit d’un clic. Je postule sur les emplois de facteur avec un CV ronflant de cycliste émérite. Mais il y a l’obstacle de l’âge. Un CV à soixante-dix ans d’un type qui veut faire facteur, forcément ça interpelle les p’tits jeunes recruteurs des boites d’intérim qui épluchent nos écrits. Je vais me plaindre pour discrimination à l’embauche. J’ai regardé parmi les 20 critères discriminants, l’âge y figure.

Ou alors conducteur de bus!

Rien que pour transporter des équipes de foot le dimanche. Mais le permis PL à soixante-dix ans, vous n’y pensez pas mon pov monsieur.

Alors quoi?…

Cariste?… pourquoi pas! j’irai chez Amazon déplacer des colis au volant d’un engin de manutention; mais il faut que je passe l’examen et obtienne le CACES, le certificat d’aptitude à la conduite en sécurité.

Bon pour l’heure je sursois à tous ces projets farfelus.

Je me prépare au froid comme tous mes confrères.

Aujourd’hui, deux couches sur les bras étaient limite face au vent glacial. Il va falloir se reporter sur les circuits VTT protégés, ceux de la forêt. Aujourd’hui j’ai tiré un arbuste qui barrait le chemin le long de la Thur sauvage. Tirer des arbres morts seul est parfois difficile. On devrait s’équiper d’une égoïne.

J’ai terminé mon périple breton par le Phare de Queffelec. Je me suis emmerdé grâve avec cette administration des phares qui depuis Paris a commandité La Jument au large de Ouessant. Henri Queffelec bien qu’humaniste m’a ennuyé. J’ai embrayé avec Je ne reverrai plus le monde, les textes de prison d’Ahmet Altan. Histoire de voir comment la dictature turque traite ses prisonniers d’opinion, et comment Altan organise ces aller-retours entre réflexions et sensations exprimant le quotidien morne du prisonnier.

Puis je suis passé à un univers plus frivole, celui du Journal d’une femme de chambre d’Octave Mirbeau. Je ne devrais pas rire car c’est la triste condition du petit peuple exploité par la bourgeoisie du XIXeme siècle que l’on découvre, les nauséabonds dessous du « beau monde », les « bosses morales » des classes dominantes et les turpitudes de la société bourgeoise.

Elena m’attend

Elena Ferrante (dont on dit qu’il s’agit en réalité d’Anita Raja) a écrit une série de best-seller. Je vais m’y plonger rien que pour m’imprégner du microcosme italien dont je raffole.

J’ai donc de quoi lire cet hiver si je dois mettre entre parenthèses mon vélo en cas de rigueur météo.

Ne tournons pas autour du pot: l’actualité politique est en jachère.

Comme toute l’actualité va tourner autour des Présidentielles pendant plusieurs mois, on n’échappera pas aux questions merdiques comme celles de l’immigration et de la sécurité, plutôt qu’à celles de notre devenir commun, nos écoles, nos hôpitaux, le virage écologique, notre incroyable déclin sur le plan industriel, scientifique et la perte de nos valeurs fondamentales.

Comment va t-on pouvoir aller de l’avant avec ce personnel politique médiocre recruté sur CV? tout aussi médiocre sur l’ensemble de l’échiquier et dont les forces populaires se détournent? Mais le plus étonnant c’est que l’attelage hétéroclite au pouvoir va réussir son second examen de passage en douceur grâce à une société molle, dépolitisée et avide de prébendes diverses comme les chèques de Noël, les indemnités inflation ou les primes énergie. Idéal pour renforcer l’assistanat et acheter la paix sociale!

Coté pandémie, Macron se prépare à imposer la troisième dose alors même qu’il est infoutu d’imposer la vaccination à un quart du Pays. Les vaccinés ont bon dos!

Une France de plus en plus désespérante.

Premières neiges vosgiennes

Ce matin, on découvre les premières neiges sur la montagne vosgienne au-dessus de Thann. (altitude 1000 Thannerhubel)

Faut-il louer son VTT?

ALL MOUNTAIN AM 100S 29″ de Décathlon 1600 euros

Entretenir son VTT coûte un bras m’a dit l’autre.

J’avais calculé en 2018 qu’au bout de cinq ans, l’entretien coûtait le prix du vélo.

Ce n’est donc pas rien.

Mon exemple

  • achat du VTT: 2400 euros
  • entretien: 480 euros par an!
  • voir détail de mon calcul en 2018

Au bout de cinq ans, le vélociste tente de vous avoir au moral devant les factures qui s’allongent.

Mieux vaut en changer!… me dit-il

Zesty AM 4.9 de Lapierre 2400 euros

A quoi l’on peut répondre que bien entretenu, le vélo peut encore rouler. Le hic, c’est que le vieillissement commence à la fin par atteindre le cœur du réacteur.

Ça commence par les roues, que je viens de changer car moyeux irréparables (300 euros), puis viennent la cinématique du cadre tout suspendu et les vérins des amortisseurs.

C’est du lourd sur la facture!

Ne tergiversons pas: acheter un vélo neuf équivalent coûtera le même prix avec en moins le double plateau et avec en plus des roues de 29 pouces, une cassette gigantesque et une selle télescopique.

Globalement, c’est la même chose et ça coûte chez Décathlon 1600 euros (ALL MOUNTAIN AM 100S 29″) ou chez Lapierre le Zesty AM4.9 à 2400 euros.

Bien tenir compte que si vous achetez Décathlon, vous serez prisonnier de la marque et que votre vélociste local vous enverra paître si vous devez changer en urgence des plaquettes ou une chaîne le samedi soir…et que Décathlon vous immobilisera votre vélo un certain temps…

Il faut donc bien réfléchir avant d’acheter ce genre de matériel où les interventions sont fréquentes dès lors que vous êtes un usager intensif.

Vous avez le temps de réfléchir encore pendant un an: des VTT y’en a pas. Le marché s’est arrêté par faute de pièces avec le Covid. Le marché asiatique nous tient par la barbichette comme pour les bagnoles.

chez Décathlon, pas de vélos depuis le Covid

Faut-il louer?

Louer ne changera rien au manque de vélos. En attendant voyons si louer un VTT est une alternative intéressante puisque Décathlon le propose…

Par exemple le VTT ALL MOUNTAIN AM 100S de Décathlon est loué 48 euros pendant 36 mois. Mais à la fin il faut le rendre et payer les dégâts, s’il y en a. Pour éviter ce genre de déconvenue, Décathlon vous encourage en plus à souscrire une assurance (tous risques vol et casse)…mais les pièces d’usure et la main d’œuvre restent à votre charge.

Donc quel est le bilan locatif?

  • 36 mois à 48 euros 1728 euros (vendu neuf 1600 euros)
  • assurance tous risques casse +vol 3 ans 375 euros (estimé)
  • entretien 1440 euros (sur la base de mon expérience)
  • cout total location 3543 euros

Donc au final quand vous rendez le vélo, vous n’avez plus rien…et vous avez tout payé. Bon prince, Décathlon pourra vous le vendre au prix de l’occasion s’il y consent.

Je vous laisse méditer…

%d blogueurs aiment cette page :