Pour une sensibilité cyclopédique reconnue…


Arrêtons de martyriser nos vélos!

Je vous demande de vous arrêter!

Le vélo est-il une personne?

C’est la question qui mérite d’être posée devant tant de supplices supportés par nos amis les vélos.

Tout laisse à le penser car ainsi s’exprime un vélo (en fin de vie), selon moi:

J’ai la lampe qu’est grillée, le feu rouge qui pendouille, la selle qu’est déréglée, l’cable de frein qu’est cassé, les pédales s’font la malle, le guidon qui gigote…

Ah ! bon Dieu ! qu’c’est embêtant
D’être toujours patraque,
Ah ! bon Dieu ! qu’c’est embêtant
Je n’suis pas bien portant.

J’ai le pneu qu’est râpé, la chaine qu’est engluée, les rayons desserrés, les deux roues sont voilées…

Ah ! bon Dieu ! qu’c’est embêtant
D’être toujours patraque,
Ah ! bon Dieu ! qu’c’est embêtant
Je n’suis pas bien portant.

(d’après Ouvrard)

Les animaux qui légalement sont des choses viennent d’être dotés par la loi d’une sensibilité.

C’est une petite victoire pour les animaux qui n’étant pas personne ni physique ni morale ne peuvent qu’être bien.

Bien?

Oui, et c’est même « un bien meuble » un animal car il peut se déplacer par lui-même », précisent les juristes.

Maître Eolas sur son blog, Journal d’un avocat, se marre. Selon lui « le code rural [qui ne date pas d’hier] dispose [déjà] dans son article L.214-1Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce” ».

Cela étant, si un cheval est un bien meuble capable de se déplacer, mon vélo aussi.

Les impératifs biologiques de mon vélo ne sauraient échapper à cette même règle.

Il doit circuler dans des conditions compatibles, sans surcharge pondérale du conducteur, sans déroger à son temps de repos hebdomadaire et sans subir d’outrages tels que saut de trottoirs, pression excessive sur les pédales et passages délibérés dans les nids de poules.

En outre, il convient de ne pas faire chauffer inutilement les freins dans les descentes, ce qui pourrait lui donner des boursoufflures douloureuses sur les flancs.

Des vélos bien conseillés pourraient aisément faire reconnaitre devant un juge leur qualité de bien meuble doté dune sensibilité cyclopédique; il pourrait faire citer Alfred Jarry comme témoin.

Notre précurseur à tous parmi les bicyclistes, Alfred Jarry, considérait en effet le vélo comme « un prolongement minéral de son système osseux ».

C’est dire s’il faisait corps avec sa machine!

Une réponse sur « Pour une sensibilité cyclopédique reconnue… »

  1. Tu ne serais pas en train d’ironiser sur les gentils chien-chiens qui se font les dents sur les mollets des affreux cyclistes et sur les sympathiques minous qui courent joyeusement entre la roue avant et le pédalier des vilains pédaleurs ?
    Rabat-joie va !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s