Les potins du lundi


L’éclectisme de mes lectures, une énigme

C’est au cours de la semaine écoulée que je songe à ce que je vais raconter le lundi.

Raconter.

C’est le bon mot.

Certains se livrent à je ne sais quel exercice physique ou de mémoire propre à satisfaire leurs penchants.

Cultiver son jardin, extraire un à un les brins d’herbe des joints de la terrasse à la pince à épiler, ou encore se lancer dans le premier tome des œuvres de Racine.

Non, cette semaine je ne parlerai pas de cette campagne présidentielle que les bonnes feuilles du Canard Enchaîné suffisent à résumer.

Finalement la politique a ses bons cotés dès lors qu’au lieu de servir, on comprend qu’elle est là surtout pour qu’on puisse se servir une fois élu.

Tremper pendant trente ans la main dans le pot de confiture, voila donc le jeu préféré de l’élu.

Tout amalgame est évidemment excessif mais ces révélations font tache dans l’image politique.

Mon député du Haut-Rhin a compris que le vent commence à tourner; depuis que le journal local (l’Alsace du 3 février 2017) a révélé que madame Anne Sordi était aussi attachée parlementaire de son mari et rétribuée à ce titre et alors même qu’elle est la présidente de la Société de Gestion Immobilière du couple, Michel Sordi déclare ne pas rempiler pour un nouveau mandat en 2017.

Cette nouvelle a surpris l’entourage du député-maire de Cernay au moins autant que celui du couple Fillon dont Michel Sordi est un fervent supporter.

Surpris dans la vague Fillon, Michel Sordi préfère donc se retirer sur la pointe des pieds et considère qu’à 64 ans il a beaucoup donné alors il souhaite « se prendre plus de temps en famille… » (L’Alsace du 25 mars)… et pourquoi pas continuer à collaborer à l’entreprise Holcim béton, champion mondial de l’agrégat ciment et des murs en béton.

Non, ce matin je parlerai de choses légères loin de ces considérations mesquines.

Comment ranger ses bouquins quand on peine à les loger?

J’empile donc des bouquins sortis des cartons.

Un à un je les range par ordre alphabétique…puis j’observe…le rayon de la lettre c se remplit étrangement plus vite que les autres. Clark, Christie,.. j’ai compris: ce rayon ne m’appartient pas, il est à ma femme, fervente de romans policiers.

C’est une marotte de garder les livres, comme d’autres collectionnent vélos, montres de luxe ou costumes. Et en même temps je redécouvre une part de mon histoire des trente dernières années ou plus.

En général je garde tout, puis quand ça déborde et que je ne trouve plus rien, je frappe un grand coup…et tout va rejoindre la déchetterie.

Les déchetteries prennent  de jour en jour de la valeur et les grands groupes capitalistes commencent à se lancer dans ce marché juteux du recyclage en tous genres.

C’est une façon de rendre à la planète ce qu’on lui a pris sans trop aggraver les dégâts et son cas.

Les communautés peinent pourtant à suivre nos allers et retours à la déchetterie car ça déborde très vite aussi du coté des bennes, alors on freine comme on peut: des badges et des redevances incitatives…pour nous inciter à tout garder chez nous.

Vous aimerez peut-être aussi mon article « gardiste malgré nous »

Des bouquins sans intérêt pour la plupart passés de mode et qu’aucune bibliothèque n’accepterait et d’autres plus classiques et indémodables.

Ranger ses bouquins, c’est redécouvrir des univers oubliés et se remettre à feuilleter ceux qu’on aurait envie de relire ou ceux dont on a perdu toute mémoire…en se demandant si on les a vraiment lus un jour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s