Ça s’en va et ça revient


selle Proust (mod.déposé)

Encore une fois, le vélo est montré du doigt au motif qu’il handicaperait les capacités sexuelles des femmes…

C’est du quotidien gratuit Metro  (celui qu’on lit dans le métropolitain parisien le soir en rentrant du boulot) que vient l’information …

Selon une étude* menée par des chercheurs spécialisés en obstétrique et en uro-gynécologie de l’université de Yale aux États-Unis, les pressions exercées sur le périnée par la selle diminueraient les sensations et engourdiraient même les lèvres dans certains cas.

En cause la position trop penchée sur la selle de celles qui voudraient ressembler à des coureurs-cyclistes!…

Cette étude là n’est-elle pas financée par le lobby automobile?

Bon, l’histoire n’est pas nouvelle; elle est même capable d’alimenter tous les fantasmes depuis plus d’un siècle comme celui du docteur Ludovic O’Followell en 1900. Celui-ci s’intéressait déjà au devenir  des « tubérosités ischiatiques » ainsi qu’aux masses fessières » de la femme à vélo…

Les hommes à vélo ne sont pas en reste puisque, eux aussi, sont soupçonnés de courir toutes sortes de désordres sexuels et urinaires…comme par exemple l’irrépressible besoin d’uriner dès qu’un arbre se profile à l’horizon sur le bord de nos routes d’Alsace.

En somme une affirmation d’un excès de virilité!

L’honneur est sauf.

Autres articles de la même veine…

La selle à trous, sésame sexuel

La selle du plaisir inavoué

Le nerf honteux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s