Promenons-nous dans les bois


Je ne sais pas si les gestionnaires de la forêt tolèrent les cyclistes qui s’aventurent dans les tranches.

Toute cette forêt de la Hardt est jonchée d’interdictions diverses.

Les gestionnaires se fondent sur l’article R331-3 du Code forestier.

Selon Maître Frédéri Michel sur son blog ,« la référence à l’article sus visé est abusive quant elle vise à interdire la circulation des VTT. La seule règle générale d’interdiction pouvant s’appliquer aux VTT en forêt est la signalisation d’une interdiction totale de circuler à tous les véhicules (panneau B0). »

Les tenants de la loi devraient quand même faire preuve de tolérance dès lors qu’on ne détruit rien sur nos deux roues sans moteur.

Peut-être ferai-je un jour les frais d’une amende de 4eme classe à 135 euros?

Quand le temps est incertain, je prends le parti du VTT car on s’éloigne moins du point de départ.

J’en profite pour explorer tous les recoins de la nature. Ceux qui n’ont point de secret pour les cueilleurs de champignons et ceux qui vont à pied là où ce n’est pas goudronné.

Le VTT est tout indiqué, avec ses gros pneus de tracteur et ses développements à grimper aux murs.

Le seul bémol à ce loisir qui décrasse les bronches est cette assurance délibérée de rentrer tout crotté. De la tête aux pieds.

C’est le prix à payer quand les chemins sont détrempés par la pluie de la nuit.

Peu de temps après ma halte sur le vieux canal où voguent deux paisibles cygnes, une brochette de marcassins fuit en tous sens à mon arrivée. Je m’attends à ce que la mère marcassin m’envoie cul par dessus tête…Non, elle ne vient pas affronter le gladiateur.

On croit être seul au milieu de l’immense forêt quand au loin un promeneur et son chien se dessinent au bout du chemin.

Reprenant la route, je fonce tout droit vers Chalampé le Bas, un écart de Chalampé fort coquet tout près du grand canal du Rhin. Bien avant le grand canal, Chalampé appartenait à Neuenburg et ne formait qu’un petit bourg appelé Eichwald entouré de chênes.

Je rejoins Bantzenheim.

Sur ma droite, une chapelle.

On dit que cette chapelle construite en 1945 est construite sur les lieux du village disparu de Blidosheim.

Ces lieux décharnés par la monoculture intensive conservent donc un semblant d’humanité et de spiritualité amoureusement entretenu.

Retour par la route, avant la pluie.

45km

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s