Êtes-vous stone?


Etes-vous stone?…

Oui, stone?…

Rien à voir avec Eric Charden ni avec les Rolling.

On dit d’une personne qu’elle est stone lorsqu’elle est droguée, qu’elle a le regard vide, qu’elle ne semble pas être dans son état normal, notamment lorsqu’elle a consommé des substances psychotropes, dit l’Internaute.

L’expérience n’est pas facile.

N’avez-vous jamais été déstabilisé au point de ne pas pouvoir reprendre votre route?

C’est mon cas.

Pourtant je n’ai pas fumé la moquette…

Il suffit parfois d’un tout petit grain de sable pour que votre programme ou votre projet tombe à l’eau.

Une affection quelconque, un imprévu familial, une baisse de forme, un grand vide sidéral, un mauvais temps prolongé et parfois la conjonction de plusieurs facteurs… on a tous connu ça.

Pour le cycliste, remonter en selle est un recommencement.

L’important pour nous tous, c’est de trouver la force morale ou plus simplement l’impulsion qui vous fera repartir.

Je vous y invite.

Cyclotourisme de mai est paru.

L’image proprette de ces deux dames en couverture me donne le bourdon.

Ça commence mal!

Oui, le cyclotourisme est entré en relégation, dans sa forme régressive et pépère, celle où nous allons devoir gérer ce flux ininterrompu d’un monde en désuétude avec ses gérants de faillite, ceux qui comme moi deviennent des conteurs d’une pratique sportive qui prépare son hibernation.

Une sorte de futur antérieur, en somme.

Songeons que le cyclotourisme ne draine plus qu’un monde de retraités dont certains abordent le quatrième âge avec fierté…

Passons la séquence nostalgie de nos vingt ans perdus!

La revue 2015 du club des cent cols vient de paraître. Chaque adhérent la reçoit à domicile…et y découvre son tableau d’honneur à jour des derniers cols gravis.
Des cols vosgiens haut-rhinois

Il ne supporte plus qu’on évoque les cols par leur code

C’est l’ami Régis Paraz, le Président de la Confrérie des Cent Cols qui s’en émeut dans la revue 2015 qui vient de paraître: il ne supporte plus qu’on évoque les cols par leur code (le club édite une liste de 10.000 cols français répertoriés par le département et l’altitude) plutôt que par leur nom, « Enchaîner le FR-05-2213 et le FR-05-2162 fut un moment merveilleux tandis que j’ai senti mon cœur battre dans l’ascension du FR-05-2154 » soupire t-il en guise de dépit devant la montée en puissance du phénomène GPS parmi les chasseurs de cols de la confrérie.

Ainsi le GPS ferait perdre aux chasseurs de cols toute relation avec la toponymie des lieux sans que plus aucun postulant ne prenne le temps de déplier la carte afin de trouver et d’apprécier la meilleure approche de la grimpée et de comprendre l’histoire des lieux à travers les siècles…

Les centcolistes, et Régis Paraz avec, sont un peu victimes de leur succès: avec le GPS, à tous les coups l’on gagne sans trop se demander où l’on met les pieds …et les roues. Comme le chasseur avec un fusil à lunette.

Cela me rappelle une anecdote vosgienne où j’accompagnais un groupe de cyclistes venus d’ailleurs fiers d’en découdre dans la montagne. Au pied du col d’Oderen, je fais mine de m’arrêter à la chapelle Saint Nicolas, histoire de commenter les lieux à mes visiteurs…le temps de mettre pied à terre, le peloton avait détallé sans même que j’ai pu dire une parole.

Je rassure Régis, mes 57 cols grimpés dans les Alpes Maritimes en avril portent bien leur nom.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s