Tenir


Tenir.

Je cherche parfois longtemps un titre à mes récits.

Il arrive que le titre change au cours de la rédaction.

Aujourd’hui j’ai choisi « tenir », je crois que je vais garder tenir jusqu’au bout de mon délire.

Bof, c’est pas terrible tenir, j’aurais espéré mieux pour mes lecteurs et pour mon vélo qui supporte toutes mes incartades.

Qu’est-ce que t’en penses, toi, mon vieuteuteu?…

Tu t’en fous?…

Oui, il s’en fout, il a pris une bonne douche au jet en rentrant et je lui ai caressé le ventre avec la brosse à poils durs, alors il est content.

C’est un peu ma façon de résumer cette période « sans », celle des jours mauvais où mes goûts de bécane s’étiolent, mes occupations éparpillées dans une somme de contingences domestiques.

Alors je tiens.

Je tiens coûte que coûte à remonter sur le vélo.

J’y suis parvenu comme si à force de persuasion, je m’étais résolu à reprendre corps avec la machine.

Je ne serai jamais de ceux pour qui le vélo est synonyme de torture, non!

Pour que j’y revienne, il me faut du biscuit, du grain à moudre, des raisons d’espérer, de trouver de nouveaux itinéraires non défrichés ou d’autres capables d’éveiller ma curiosité.

Mais, c’est vrai avant de reprendre corps avec sa machine, il faut un état d’âme en phase, bref avoir le moral suffisant pour se convaincre.

Donc, j’ai tenu et j’ai repris la route.

Et quand on revient de sa balade, aussi ténue soit-elle, alors on a un supplément d’âme à revendre.

Assez de jérémiades!

Parcours plan-plan

Parcours plan-plan.

Chemin et goudron.

Mon destrier commençait à se lasser de cette grande ligne droite

Quand le goudron m’a lassé, j’ai coupé à travers champ, un grande diagonale dans un vieux labour.

Une grande diagonale dans un vieux labour

Mon coursier faisait des vagues à me donner la nausée.

Puis quand j’ai atteint le bois, j’ai enjambé la clôture à sangliers.

La sente était couverte de ronces, alors j’ai foncé pour que les piqures passent plus vite.

Je sors du roncier un peu griffé

Complètement maso!

Je me marre. Complètement maso!

Puis je me suis calmé et j’ai pris le vieux canal pour rentrer au plus court.

J’ai pris le vieux canal pour rentrer au plus court

NB: Je dédie cette sortie à tous ceux qui rechignent à monter sur le vélo, les fatigués, les découragés, les déprimés, les lève-tôt, les lève-tard, les trop tard, les « il va pleuvoir », les crevés, les pneus crevés, ceux qui font du lard, les « j’en peux plus », les « j’en ai marre »,…, à tous ceux-là, je leur dis: c’est le premier coup de pédale qui compte.

Publicités

2 réflexions sur “Tenir

  1. J’aime bien ta dédicace finale, c’est ce que je dis à mes potes cyclo fleimards qui ont souvent une excuse vaseuse pour ne pas sortir.
    Moi quand je rentre d’une sortie vélo, je suis peut-être fatigué mais je suis HEUREUX et vivant.

  2. Oui, je dirais même plus que ça, j’adore l’automne pour ses couleurs (c’est très motivant de se prendre « un bain de couleur visuel »!) mais aussi et surtout l’hiver (à la condition qu’il fasse sec): le froid décourageant les gens à sortir, c’est le bonheur d’être quasiment seul(e) dehors ! et on se sent revigorée même après une « petite » sortie (je ne fais pas autant de kilomètres que vous, je n’en ai pas la force, et puis j’aime prendre le temps de voir, d’apprécier les différents paysages à un rythme bien lent ma foi…).
    Très juste réflexion: même ultra fatiguée, super déprimée et tout ce qu’on veut, c’est parfois très difficile de franchir le pas pour sortir (note: se mettre un coup de pied au derrière « tout seul »!!!), mais une fois dehors, l’humeur change instinctivement ! J’ajouterai que le « 2è effet kisscool », c’est que sortir fait un bien fou « après » encore plus que « pendant »…!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s