Douleur niveau deux


recherche de champignons? fraises des bois? truffes?…non verre de lunettes! ratisser d’une main, un exercice inhabituel

Bras en écharpe, lunettes cassées, privé de vélo, kiné en perspective, la punition est sévère en pleine saison.

C’est la suite de ma ronde des étangs à Carspach.

L’infirmier me l’a demandé, quelle est l’indice de votre douleur sur une échelle de 0 à 10?

deux! ai-je répondu suscitant son étonnement.

je ne souffrais donc pas trop mais la boule sur l’épaule était inquiétante…

l’épaule tombante et la petite bosse, signe de luxation acromio-claviculaire

j’ai cherché sur le net, il semble que l’entorse de l’épaule est fréquente.

elle s’appelle luxation acromio-claviculaire.

c’est à dire un traumatisme de l’articulation entre la clavicule et l’omoplate.

reste à gérer la suite…pose, dépose quotidienne de l’écharpe, toilette, habillage à l’aide d’un seul bras et d’une seule main.

Aux Cent Cols, nous avons un bon ami, que beaucoup connaissent, qui fait du vélo avec un seul bras et…une seule jambe!

Quel courage!

Essayez donc de déboucher une bonne bouteille d’une main! J’en ai fait l’expérience hier soir pour fêter mon exploit.

Coté lunette, j’ai peigné le point de chute au râteau afin de retrouver mon verre progressif photochromique en polycarbonate…en vain !

snif!

J’ai refait le film de ma chute à Willer lieu-dit camp romain

Là où des dizaines de vététistes sont passés sans encombre, je suis tombé.

Inexpérience? appréhension? fatigue? mauvais pneus?…peut-être un peu tout!

Ce n’est pas la première fois que je chute à VTT. J’ai le souvenir d’une belle culbute dans les rochers de Mutzig et aussi en Corse où j’ai atterri dans un parc à cochons par suite d’une perte de contrôle dans une descente de cailloux.

Revenons aux faits: d’abord un virage à droite (km10.7 de la trace)

le plâtre barre le chemin devant, donc on doit tourner à droite…

puis la courbe bien grasse et étroite avec racines émergentes…

…enfin une courte descente rapide en single sans possibilité de quitter la trace…

Hélas je sors de la trajectoire, roue arrière bloquée, vélo incontrôlable (avec 95 kg de charge totale), je vise les broussailles pensant me ralentir,  une souche, cabriole ou « viandage » si vous préférez.

Bien fait!

J’avais le choix de descendre à pied, je ne l’ai pas fait, je paie cash.

Il ne faut pas venir se plaindre après, je ne le fais pas.

Beaucoup par la suite, vu les traces, ont contourné le single en franchissant la barre de plâtre.

Ce retour d’expérience douloureux doit inciter à la prudence quand on participe à des randos préparées.

A priori 45 km et 800 m de dénivelée était à ma portée, j’ai souvent fait plus, mais à 65 ans on n’a pas plus les mêmes aptitudes physiques qu’à 30 ans.

J’aurais du davantage me méfier.

quand on a qu’une main

 

 

 

 

 

Publicités

6 réflexions sur “Douleur niveau deux

  1. Maxou : pour les bouteilles comme les bocaux , penses à nos amis les singes et sers toi de tes pieds pour caler l’objet à ouvrir. Pour t’essuyer le dos ap la douche : mets la serviette sur la porte , ferme là et fais comme Baloo, tu te frottes le dos contre la serviette 😉

  2. Sur un single comme celui-là, moi je descends en « patinette » : un pied sur une pédale, l’autre par terre comme sur une patinette. Cela ne fait pas pro mais au moins j’ai toujours un pied à terre.
    En revanche, c’est très fatigant !
    PS : je suis nul à VTT tu l’auras compris !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s