Le cyclotourisme bat en retraite


C’est un truisme: le cyclotourisme est devenu un sport de vieux.

A tout le moins celui de retraités actifs.

Dans son dernier bulletin (N°7 juillet 2012), le Comité Départemental de Cyclotourisme du Haut-Rhin (CODEP68) le constate, notre âge moyen continue d’avancer et nos effectifs de diminuer.

pyramide des âges cyclos du Haut-Rhin

Est-ce la mort lente d’une activité qui peine à se rénover?

C’est à craindre.

L’âge moyen du cyclo Haut-Rhinois est de 64 ans et il risque fort d’être de 65 ans l’année prochaine!

(voir les statistiques nationales)

Il est d’autant plus inquiétant de voir des clubs perdre des adhérents et même des clubs disparaître de la FFCT comme ceux de Hésingue, le  cyclo club les Hirondelles ou l’ASEGF Colmar.

Au total le CODEP 68 (Haut-Rhin) perd 5% de ses adhérents entre 2011 et 2012.

Il est vrai que la FFCT a très mal négocié le tournant du VTT dans les années 80 et qu’elle en pâtit encore aujourd’hui, trente après.

Il suffit pour s’en convaincre de voir le dynamisme des organisations vététistes et celui de la Presse spécialisée comme Vélo Vert  qui ressemble étrangement à un mensuel automobile. Avec essais comparatifs, tests où les marques Cannondale, Giant, et autres Canyon rivalisent entre-elles pour mieux vendre leurs machines millésimées dont les prix atteignent parfois ceux d’une voiture.

Cette pratique du vélo « char d’assaut » (j’aime ce qualificatif, on l’a compris) a longtemps été dédaignée par les amoureux de la petite reine qui n’y voyaient que l’œuvre farfelue de gentils laboureurs du dimanche heureux de rentrer crottés chez eux à midi.

On voit ce qu’il en est advenu depuis: le VTT est le cycle le plus vendu (1 vélo sur 2) dans les boutiques spécialisées et dans les grandes surfaces généralistes. Au point même que le VTT, à l’instar du 4×4 automobile, est aussi devenu un vélo urbain pour aller acheter sa baguette de pain!

Il y a dans le VTT, une part de mimétisme comportemental avec le 4×4.

VTT, 4×4, même combat!

Mais cela n’explique pas tout.

Force est de reconnaître que le cyclotourisme n’est plus à la mode; en cause, l’accentuation de pratiques individuelles et la dangerosité de nos routes autour des grandes métropoles.

Pour corser le tout, les récentes mesures de recul de l’âge de la retraite ne vont pas faciliter les choses des promoteurs du cyclotourisme et du monde associatif en général.

L’autre phénomène insidieux, c’est celui de la compétition qui gagne toutes les strates de la société.

Hors la compétition, point de salut!

On comprend mieux pourquoi, sans le dire, le cyclotourisme s’imprègne peu à peu d’une image ringarde à tel point qu’aucun vélociste ne songe aujourd’hui à présenter une randonneuse fédérale « muni d’une bavette amovible descendant à 2 cm du sol ».

Ceci explique peut-être cela.

4 réponses sur « Le cyclotourisme bat en retraite »

  1. Depuis 4 ans la FFCT à mis au point une mesure simple pour faire venir des cyclistes dans les club elle se prénomme la convention de pré accueil qui donne la possibilité à un club d’accueillir des néophytes pendant 10 sorties afin de leur faire déciuvrir le cyclotourisme. Cette convention est aussi valable pour le VTT. Dans les clubs qui ont fait l’espérience 85 % ont accueillis de nouveaux licenciés. Pour cela il faut que l’ensemble du club s’implique. Il est plus facile de dire que la moyenne d’âge augmente ou que le cyclotourisme bat en retraite, que d’inciter les clubs à faire venir des gens dans les clubs ou faire de la pub pour la convention de pré accueil. Si dans les clubs on attend que les gens viennent c’est la mort assurée du club. Si on va vers les gens c’est du sang nouveaux qui arrive. Dans une société de consommation il est plus facile le dimanche de donner 4 ou 5 euros pour participer à une randonnée que de savoir le travail que représente l’organisation de cette randonnée. Alors au lieu de faire un constat d’échec il serait bon de se se prendre par la main et de faire des articles permettant de faire venir les néophytes.
    A votre disposition pour toute information sur la convention de pré accueil.

    1. Cher Christian,

      Je vous sens rancunier…
      C’est dommage car je fournis aussi ma part à la promotion du vélo.
      Ne l’oublions pas, le cyclotourisme ne représente qu’une part du monde cycliste, une grande part, mais une part seulement.
      Je ne fais qu’un constat dont les chiffres parlent d’eux-mêmes.
      Je conçois que l’évidence fait mal à certains.
      Mais c’est ainsi!
      La convention d’accueil?
      Oui, pourquoi pas!
      Mais n’est ce pas un cautère sur une jambe de bois ?
      Les équipes qui ont crées les clubs il y a trente ans n’ont-elles pas tardé à transmettre les rênes?
      A t-on pris la mesure dans les instances fédérales de l’évolution des pratiques et des goûts?
      Avant la convention d’accueil (une formalité administrative de plus) on accueillait qui on voulait sans faire de chiqué…il suffisait qu’un cyclo isolé s’accroche derrière le groupe et on n’en faisait pas une histoire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s