Les potins du lundi


Miss ou cochon?

Miss ou cochon?

Vous avez regardé les Miss?

Moi pas.

C’est trop long. Mieux vaudrait tirer la Miss au sort, ça irait plus vite.

Cette cérémonie des Miss et ses préliminaires laborieux viennent se télescoper avec ce vent contraire anti-sexiste qui voudrait remettre à sa juste place la femme dans ce qu’elle est: une citoyenne parmi les citoyens.

Mais les Français continuent de vibrer pour ce voyeurisme macho du spectacle des Miss qui veut que le corps de la femme soit encensé pour ce qu’il a de beau alors même que des familles entières sont broyées sous le déluge de bombes d’Alep.

Certes, depuis quelques années, on nous dit que les Miss ne sont pas moins bêtes que les autres. Les autres femmes.

Elles seraient donc intelligentes, en plus d’être belles! La fête peut donc continuer puisque la morale est sauve.

Alors elles ont toutes dans leurs bagages des diplômes et sont promises à des destinées qui à défaut d’être celles d’une reine pourront les propulser au firmament des célébrités.

Tous ces artifices ne font pas illusion.

On ne m’enlèvera pas cette idée, la cérémonie des Miss est un spectacle franchouillard qui n’honore ni la femme, ni la France.

Barbaque

Faut avaler d’la barbaque

Pour êt’e bien gras quand on claque

(Boris Vian, Les Joyeux Bouchers)

Dans Marianne du 16 décembre, l’hebdo tente de réhabiliter la barbaque et tout ceux qui gravitent autour, éleveurs, abattoirs, grossistes et chaînes de distribution. Il faut dire que la filière de la viande industrielle choque par sa cruauté à l’égard du monde animal. Surtout avec cette mode hallal qui veut qu’on égorge un animal sans l’étourdir.

Peut-être notre sensiblerie est-elle décalée dans notre monde aseptisé, mais le mal est fait.

Depuis que l’association L214 a mis les pieds dans le plat et révélé les conditions dans lesquelles sont abattus les animaux, je suis écœuré. Écœuré par cet univers concentrationnaire de la viande animale. Par ignorance, personne ne veut voir que si un steak arrive dans votre assiette, c’est qu’au préalable quelqu’un a tué un animal déclare un directeur d’abattoir.

Aujourd’hui, grâce aux machines, on tue 60 bovins à l’heure. On doit s’activer. Tout se joue au début de la chaîne, quand les animaux rentrent dans le couloir de la mort. Si l’un d’entre-eux fait demi-tour, tout le monde s’énerve. Et ça peut déraper. (Stéphane Geoffroy, ouvrier de première transformation)

Déraper? oui,depuis que L214 a mis ses cameras en action, le Ministre de l’Agriculture a du réagir et ordonner les contrôles des 263 abattoirs que comptent la France. Résultat, seuls 20% ont été reconnus conformes.

Je ne suis pas encore devenu vegan (végétarien), mais j’ai du mal à retrouver de l’appétit pour la barbaque.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s