Treize cols autour du Grand Ventron


On les connait ces cols routiers autour du Grand Ventron qui surplomblent le lac de Kruth; ce sont les cols d’Oderen, de la Vierge, du Bockloch,  de Bramont.

Ce qu’on sait moins, c’est qu’il existe neuf autres cols  muletiers à l’intérieur de cette grande forêt qui culminent tous autour des 1000 mètres.

Avec mon VTT, je vais tenter de les rallier depuis Kruth dans la vallée de la Thur.

Monter d’abord au col d’Oderen

La vallée de la Thur en montant le col d’Oderen

La montée au col est roulante, les travaux de réfection du revêtement n’empêche pas le passage des voitures et des vélos, j’ai de la chance.

Chapelle Saint-Nicolas

La chapelle Saint-Nicolas attend les visiteurs.

Peu avant d’atteindre le col, les bois de la Hutte sur notre droite nous renvoie des belles images automnales…

A partir du col, j’abandonne la route…

Mon GPS en action

Je ne vais pas me livrer à un plaidoyer pro-GPS. Naviguer avec une carte est bien aussi.

Mais là où je vais, avec les efforts que je vais déployer, j’aurais eu bien du mal à dénicher des cols perdus dont certains ne sont même pas mentionnés sur le terrain.

Mon GPS m’indique la route à suivre, mes écarts quand je me trompe lorsque le sentier est redevenu une friche et la pente qui m’attend…en rose, mon chemin à prendre, en bleu ma trace et…mes hésitations avant de prendre la bonne direction.

Pour tout dire, le tracé avant de partir est fondamental, il faut l’étudier car certains sentiers sont périlleux comme on le verra…

Vers le col de Winterge

Je monte non loin du chemin des douaniers.

La montée à la ferme auberge de Felzach me ramène au rang de simple randonneur pédestre…qui pousse un vélo.

Mais il fait bon et le paysage est magnifique.

Les bornes de l’ancienne frontière allemande sont toujours là marquées d’un D du coté allemand et d’un F coté français.

ancienne borne frontalière

A la ferme-auberge de Felzach, il faut admirer les ballons vosgiens éclairés par le soleil levant. Non loin, on aperçoit les remontées mécaniques du Franz. Penser à prendre de l’eau! (je vais en manquer cruellement l’après midi)

vue sur le massif vosgien depuis la ferme-auberge de Felzach

reprise de l’ascension vers le col de Winterge (1048)

J’atteins la chaume des Vintergés.

Il y a même un banc pour admirer le paysage…

Le haut du chaume des Vintergés

Le col des Winterges (1049m) n’est plus très loin…

col des Winterges (1049m)

…au milieu d’un sous-bois couleur pain brulé.

Le col de Tchoure (1076m) est à portée de main…je n’ai pas trouvé de panneau, je me fie donc à la géolocalisation de mon GPS.

Ensuite je passe à Der Sattel (1095m).

Il est là, il faut le croire car les lieux sont insignifiants, sans marque, sans édifice aucun. Le nom du col n’apparait pas sur ma carte IGN, mais pour les curieux, il est situé entre la Tête du Chat Sauvage et le Petit Ventron sur le GR 531.

Une branche de cols sur ma gauche

Reprenant ma route en direction de la Chaume du Grand Ventron, j’oblique à gauche pour un grand aller et retour vers trois cols…

– Les Echarges (1058m)

– La place du Bois (1057m)

– Longfoigneux (1031m)

Sur le chemin « du tour de Ventron », j’aborde le col des Echarges

Rien! pas un bruit! pas âme qui vive en vue! mais le petit monde de la forêt m’observe…en silence, je n’en doute pas.

col des Echarges

Au passage de beaux champignons comme celui-là qui ressemble à une amanite…

est-il vénéneux? je ne sais pas…

La forêt vosgienne a été aussi le siège de combats lors de la dernière guerre, ne l’oublions pas!

Au col de la place du Bois (1057m), casse-croûte salutaire. Il est déjà 12h45 et ma journée n’est pas terminée…la place est spacieuse, carrefour de chemins et lieu de stockage de grumes.

col de la Place du Bois (1057m)

Je file à Longfoigneux (1031m). Col peu connu et sans marquage. Le lieu-dit figure bien sur la carte, mais pour atteindre le col, mon GPS me conduit en plein bois. J’imagine que beaucoup de mes confrères vont galérer pour trouver le point clé…

Retour sur mon chemin vers  le Grand Ventron…de longues montées où je préfère pousser mon vélo…

A la conquête du Pourri Faing, un col qui mérite son nom

Enfin je rejoins la route du col de la Vierge.

Après 300 mètres, j’atteins le Grand Ventron et sa belle auberge; puis je poursuis ma route où je passe le col du Bockloch (1001m), une simple formalité.

Pour atteindre le col de Pourri Faing, il faut emprunter le GR531 en quittant la route par la droite non loin du Bocklock.

Un GR détrempé qu’il faut monter à pied dans un enchevêtrement de cailloux entourés de vase noire où les pieds restent plantés.

Quand le chemin semble praticable, je saute sur ma bécane, mais je suis vite arrêté par la vase dissimulée sous les feuilles mortes…même en prenant mon élan!

sol spongieux

Enfin le col!

col de Pourri Faing (1095m)

La longue passerelle témoigne qu’on est en terrain humide et que la surmarche fragiliserait le sol précieux. Faing vient de faigne et désigne des tourbières.

Devant nous un paysage de toundra et le panneau (pas encore vandalisé) nous explique que le paysage est celui d’un biotope de latitudes boréales.

Pourri Faing, le petit air de toundra

Je suis pressé par le temps et je le regrette tant l’endroit est sauvage, beau, propice à la quiétude. Je reviendrai.

Où est ma route? J’active la loupe de mon GPS…200m, 50m, 20m…j’arpente la passerelle plusieurs fois sur mon vélo…j’ai construit mon tracé vers le col de la Vierge sur un chemin qui est devenu…un ruisseau!

De pierres en pierres, je porte mon vélo et j’accepte à contre-cœur  de marcher dans l’eau jusqu’à la cheville…

Le reste de mes peines

Arrivée au col de la Vierge, un col « confortable » qu’on atteint par la route.

Pourquoi?

Oui, pourquoi ai-je eu la mauvaise idée de descendre au lac des Corbeaux pour mes deux derniers cols muletiers?

Je ne sais pas.

La prochaine fois, je réfléchirai mieux en traçant mes itinéraires. C’est promis.

Il est déjà 16h15 et j’aborde la longue descente goudronnée qui mène au lac.

Ma casquette que j’ai fait sécher sur mon casque toute l’après-midi est prête à rejoindre mon crâne d’œuf.

Juste avant le lac, j’oblique à gauche la longue montée qui conduit à la Roche du Lac…J’engage mes dernières forces. Ma nourrice d’eau est vide depuis longtemps.

Bon, je ne vous fais pas de dessin: la photo parle d’elle-même…je repense à cet ami qui dirait « moi pas! » quand je lui présente un parcours tortueux.

Montée à la Roche du Lac

Le portage de vélo, je connais. Je l’ai déjà éprouvé avec mon club des Cent Cols en Drôme Provençale en montant les Crêtes du Raton, mais j’ai conscience du risque d’une chute, seul à une heure tardive, alors je m’applique de mon mieux…

Lac des Corbeaux depuis la Roche du Lac

Je jette un œil sur le lac déjà dans la pénombre depuis le belvédère…mais j’ai en tête mon prochain col le Collet Mansuy (1057m)…j’ai abandonné l’idée d’accéder au Collet de Rouge Mousse (1086m): un mur de roches inaccessible se dresse devant moi. J’ai tracé une petite barrette sur mon logiciel Basecamp sans me rendre compte de la déclivité. Je garde l’espoir de pouvoir l’atteindre quand même une fois le Collet Mansuy atteint…

Je continue donc le chemin muletier balisé Croix Rouge par le Club Vosgien.

Sentier Croix Rouge vers le Collet Mansuy

Muletier, il faut le dire vite: un mulet serait-il capable de passer ici?

Enfin le Collet Mansuy (1057m).

Il est là, il est banal à coté d’un beau chemin roulant qui conduit…au col de la Vierge!

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?

Ce sera ma morale de l’histoire de ces deux derniers cols.

Il est déjà 17h…

Sur un confortable sentier balisé « VTT » je passe au Collet de Rouge Mousse (1086m). Pour l’atteindre, je m’enfonce dans la forêt sur environ 200m à gauche…mon GPS me géolocalise le Collet. Rien d’autre ne me le signale.

Je reprends le chemin du col de la Vierge (1067).

Il est 17h15.

La partie est gagnée.

Quel bonheur!

Je revêts mes manches, mon gilet et il ne reste plus qu’à aborder la longue descente froide qui me ramène à Kruth Wildenstein après avoir franchi le col de Bramont (956m)

Le lac est là. Paisible.

Lac de Kruth-Wildenstein

La liste des cols franchis…

WINTERGE 1048
TCHOURE 1076
DER SATTEL 1095a
ECHARGES 1058
PLACE DU BOIS 1057b
LONGFOIGNEUX 1031
POURRI FAING 1095
ROUGE MOUSSE 1086
COLLET MANSUY 1057a
ODEREN 884
BRAMONT 956
BOCKLOCH 1011
VIERGE 1067

Carte IGN Top25 3619OT

57km-2200m

Une réflexion sur « Treize cols autour du Grand Ventron »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :