Jour : 5 février 2013

Le Président de la FFCT écrit à Vélomaxou

Voici le texte, in extenso, de ce qu’écrit Dominique Lamouller, le Président de la FFCT, à Vélomaxou:

La résolution N° 1 de votre assemblée générale à Saint Malo 2012 n’a jamais consistée à obliger le certificat médical au sein de la FFCT. Voila ce que les clubs ont voté de manière précise à 61 %:

Résolution N° 1 : « Seriez-vous favorable à ce que les dirigeants de la FFCT, allant au-delà des obligations du Code du sport, à tous les niveaux, étudient la mise en place d’un “certificat médical obligatoire de non contre indication à la pratique du cyclotourisme” lié à la prise de la licence ?”

Si vous voyez dans cette résolution une quelconque obligation c’est que la langue Française doit-être un mystère pour nous.

Il me serait agréable que puissiez modifier les affirmations fausses que je trouve sur votre site, y compris sur mes intentions. Si le débat concernant la sécurité et la santé de nos 125 000 adhérents ne peut plus avoir cour alors je me demande bien à quoi sert une fédération.

Vous remarquerez que dans cette même résolution on évoque le « Code du sport » qui justement avec le nouveau ministère doit évoluer et certainement au sujet de la santé. Nous attendrons de connaitre ce que nous imposera ce code avant de reprendre nos chères études.

A défaut d’obligation ce débat aura fait réfléchir les cyclotouristes et les responsables de clubs lorsqu’ils ont voté cette résolution. C’est déjà en elle-même une résolution de sensibilisation à la santé de toutes et tous, priorité légitime de votre fédération.

 Cordialement

 Dominique Lamouller

Fédération Française de Cyclotourisme

Président

Personnellement, je garde mon libre arbitre.

J’observe que l’obligation de la visite médicale annuelle est bien « dans les tuyaux » de la fédération…et que le vote de Saint-Malo a eu pour effet de donner le champ libre pour aller  selon la formule de Dominique Lamouller au-delà des obligations du Code du Sport…et que même la Ministre des Sports reconnait « que dans certains cas le certificat de non contre indication pourrait être perçu comme un frein à la pratique, surtout dans le domaine du loisir.  »

Je suis contre cette généralisation et le moment venu, avec d’autres, j’en tirerai les conclusions.

Vélomaxou