Wuenheim, arrosage du vin nouveau


Mon VTT piaffait d’impatience ce matin dans son garage alors qu’au dehors la bruine de la veille tombait encore drue.

Comme je ne voulais pas le décevoir, j’ai donc pris mon courage à deux mains et je l’ai emmené promener.

Comme on emmène son chien.

Jambes longues, imperméable…

Pour faire plus vrai, j’ai emprunté des chemins de traverse.

Car un VTT ne saurait se satisfaire de chemins goudronnés.

D’abord derrière Cora Wittenheim….

Ma machine s’arrête à chaque carrefour comme si elle avait un besoin inassouvi.

Alors, je la rudoie un peu en pressant sur ses pédales.

Si tu continues comme ça, on va être en retard.

derrière Cora

Puis j’ai pris ce chemin forestier indiqué Richwiller-Staffelfelden au passage à niveau…

Enfin, j’ai rejoint Staf et sa cité de Rossalmend…

Je m’engouffre à nouveau dans un sentier balisé rectangle rouge…

la pluie fait des points blancs sur la photo

…et j’arrive à la route de Hartmannswiller.

Je longerai la 4 voies et j’atteins Wuenheim.

en direction du rond-point du Nouveau Monde

Le parc à voitures est loin d’être plein.

Le parc à voitures de Wuenheim

Assez rempli tout de même pour faire râler les adeptes du « tout vélo ».

Je me laisse tenter par l’aventure.

Je joue petits bras en m’inscrivant pour le 15km; 10 heures sonnent à l’église et les organisateurs battent le pavé dans l’attente des derniers retardataires.

Le café est offert, mais le cœur n’y est pas; toutes les baguettes de pain vont être perdues.

Sur 1000 participants attendus, la pluie a fait son œuvre: 200 inscrits! me glisse un bénévole.

« Allo vélo » est là, il a sorti son stock de garde-boues, comme à Cherbourg on sort les parapluies.

Ceux en plastoque chromé ont fière allure…

Me voila parti avec le numéro 708 sur mon cheval…un bon numéro.

Je n’ai jamais trouvé le chemin aussi long pour rejoindre Hartmannswiller après tant de circonvolutions gadouilleuses parmi les vignes…

Ou les ornières?… ou l’herbe?…

Parfois l’ornière se termine en pointu et mon cheval fait une ruade pour en sortir.

De l’écume sort de temps à autre de la bouche du cocher qui peste de voir son destrier en difficulté.

Je fouette!

C’est apparemment sensuel et efficace, car mon cheval est redevenu char d’assaut: il écrase tout sur son passage.

Pour un temps seulement.

Dans les vignes de Hartmannswiller

Tiens, je retourne à l’église fortifiée visitée hier!

Puis viendra la montée en forêt…Encore des ruades malfaisantes!

…jusqu’au retour au ravito au carrefour des Violettes.

Des rescapés éprouvés qui témoignent de l’âpreté du combat…

Il est temps de rentrer au camp de base mulhousien, non sans avoir auparavant rendu sa plaque numérotée aux organisateurs.

Le terrain est devenu de plus en plus impraticable…

Aperçu Retour sur Wuenheim

2 réponses sur « Wuenheim, arrosage du vin nouveau »

  1. bravo pour ta bravoure malgré ce temps dit on de « Breton » (je dis « dit on » car j’ai passé dernièrement 1 semaine en Bretagne où il n’est tombé des gouttes que pendant 1 heure …. sur 7x24h …..)
    Et sympathique reportage plein d’humour

    J'aime

  2. T’aurais dû prendre ton 4 x 4 pour aller jusqu’au départ !
    Ça fait quand même plus class un VTT à l’arrière d’un gros 4 x 4 !
    Quite à ne pas pédaler. Juste pour épater la galerie !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s