Arrosage convivial


Je viens d’avaler d’un trait la revue Cyclotourisme d’octobre 2014, N°639.

Quand je dis d’un trait, c’est que mon attention n’est pas retenue par tout son contenu.

Les récits de voyage dans les Dolomites me donnent le regret de ne pas en être. Alors je zappe.

Idem pour les considérations médicales de biomécanique.

Le déséquilibre entre fléchisseurs et extenseurs des membres inférieurs, franchement ça m’insupporte.

C’est comme les types qui poussent les murs après leur training ou qui se tirent les pattes en arrière comme s’ils voulaient voir s’ils n’ont pas une merde de chien coincée sous la semelle, certes je n’y connais rien, mais je trouve que c’est du cinéma.

Question de génération, certainement.

Les nouvelles qui m’intéressent sont souvent à la fin.

Comme la fédé a pris l’habitude d’envoyer ses fins limiers à Eurobike chaque année à Friedrichshafen, elle en rapporte des nouvelles qui peuvent détonner dans le landerneau.

A savoir que le VAE fait une entrée fracassante partout autour de nous, sauf à la FFCT. Il va donc falloir qu’une commission ad hoc se penche sur la question « dans le cadre du périmètre d’action de la fédération ».

J’imagine déjà un beau bazar dans les clubs pour intégrer ces nouveaux venus qui seront à l’apéro avant les autres le dimanche matin!

L’autre enseignement du salon Eurobike, c’est la montée en puissance des freins à disques sur les vélos de route.

Un attrape gogo comme celui du dérailleur électrique ( dont j’ai fait l’expérience, pour voir).

Bon passons!

En dernière page, après les inévitables chroniques nécrologiques, un « ulti’mot » titré « la convivialité n’est plus ce qu’elle était » écrit par Jacques Lacroix qui se désole de voir les vins d’honneur désertés lors des randos.

N’exagérons rien! On ne va pas attendre seize heures pour fêter l’arrosage de la rando et la remise des coupes alors que les participants bouclent le parcours pour être rentrés à midi.

C’est donc bien une question de timing qu’il convient de revoir.

Apprécions au passage le récit du BRV (Brevet Randonneur des Vosges) 2014 de Philippe Henry (page 30).

« Là-haut, c’est le déluge! »…en effet ce BRV restera dans les mémoires pour son arrosage copieux.

Convivial, chacun de nous sait pourtant l’être.

Lors de ma montée au col de Sapois, hier, j’avais en ligne de mire un vététiste qui semblait en grand perdition.

Celui-là, pour sûr, n’avait pas d’assistance électrique.

En général, un type qui galère devant vous, ça vous redonne de l’estime de vous-même. Même dans les moments de lente agonie!

Je l’aborde alors que le panneau n’est plus très loin et je lui lance « on arrive » comme pour compatir à nos souffrances respectives.

Au panneau, je pose ma bécane et je l’attends.

Surprise: il me tend la main pour me saluer.

Un geste devenu inhabituel.

La conversation démarre.

Il m’avoue ne pas boire lors de ses sorties. Il n’en ressent pas le besoin, dit-il.

Pourtant, accusant pas moins de 100 kg , ruisselant de sueur, il est parti de Gérardmer pour rejoindre Vagney par le col, puis ne connaissant pas les lieux, il a à nouveau gravi le col en sens inverse.

Une belle performance pour ce nouveau venu au vélo.

La conversation aurait pu durer encore, mais il fallait songer à rentrer.

2 réponses sur « Arrosage convivial »

  1. Velomaxou fait sa crise. Il est grognon. Il lui faut se decontrater, faire des etirements à son retour de rando. Apprends à respirer, relache toi. Ta façon de faire est la bonne pour TOI mais ça reste à prouver.

  2. Les freins à disques !
    C’est bien, les freins à disques !
    Ce n’est pas compatible avec les vélos existants, donc, il faut acheter du neuf, du nouveau, du plus beau, du plus cher !
    C’est excellent pour la croissance, pour le bénéfice des marchands de soupe, pour le joyeux gaspillage des ressources rares de la planète.
    Comme de toute façon, c’est destiné à des vélos qui feront des milliers de kilomètres dans le coffre des voitures, voire dans les soutes des avions, et peut-être quelques kilomètres sur leurs roues, c’est une gouttelette de gaspillage dans un océan de c . . . . . . !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s