Aujourd’hui, l’hiver


Tannenkirch (aquarelle de vélomaxou)

Aujourd’hui, l’hiver est là.

Enfin il est là sur le calendrier, mais dans les faits, le temps en Alsace est encore plutôt celui d’automne.

Alors roulons!

Miracle de l’informatique

Ce matin ma boite mail contient déjà ma licence FFCT 2015.

Vous avez choisi d’adhérer à la Fédération française de cyclotourisme pour la saison 2015 et nous sommes heureux de vous compter parmi nos 126 000 licenciés.

Désormais électronique, votre licence est téléchargeable en cliquant ICI. Ce format vous permet aussi de l’intégrer dans votre Smartphone.

Grâce aux codes ci-dessous, vous pouvez accéder à votre espace personnel via http://ffcyclo.org/ et ainsi corriger vos coordonnées et insérer ou modifier votre photo tout au long de l’année.

Voila au moins  une affaire qui roule dans la grande fédé qui n’est pas fada. Économiser l’impression de 126000 licences sur papier glacé et router l’ensemble, c’est autant d’argent gagné pour l’organisation.

Faut-il imprimer sa licence?

Outre qu’elle est téléchargeable sur son Smartphone, elle n’est nécessaire sur vous qu’à la condition de devoir la présenter aux participations extérieures, c’est donc vous qui voyez…

Exit (ou presque 2014), vivement 2015!

On est presque pressés d’abandonner 2014, une année de flops divers dont on a peine à extraire la substantifique moelle.

Déjà, les préparatifs cyclistes de 2015 ont pris place dans les têtes et les clubs s’affairent à trouver des sujets de balades toutes plus exotiques les unes que les autres.

Les plus grands défis se préparent comme Paris-Brest-Paris ou d’autres plus personnels comme Race Around Austria ( le Tour d’Autriche) comportant 2200 km et 30.000m de dénivelée, un truc de ouf convoité par notre grand champion local du CCK Pascal Bride.

Vélomaxou n’a pas qualité à se lancer de tels défis.

Pour y parvenir, il faut une forme physique et une préparation exceptionnelle et pour tout dire, ce n’est pas mon truc, les grands raids à vélo.

Ceux qui me feraient plaisir, ce sont plutôt les « raids à sacoches » dans le genre vélotouriste…mais j’avoue que la mise en œuvre me freine un peu.

Des chutes nombreuses émaillent les comptes-rendus de clubs, sans parler de ceux qui les taisent en faisant comme si la prise de risques inconsidérés était notre lot quotidien, une sorte de taux de perte admissible comme dans les armées…Il faudra bien auparavant panser les plaies de ceux qui sont tombés et qui se sont blessés parfois gravement.

Triste bilan d’une pratique cycliste en groupe qui montre ses limites chaque année.

Ne quittons pas 2014 comme des sauvages!

Je vais me livrer au cours de ces dix derniers jours de l’année 2014 à un exercice contemplatif: revisiter mois après mois mes plus belles heures à vélo.

On mérite tous cette introspection qui nous encourage à faire aussi bien ou mieux l’année suivante, c’est notre récompense après tant d’efforts à parcourir routes et chemins à l’abri du tumulte d’une société qui se cherche et en proie à des errements qui la font douter.

Moyen-haut, le Maxou?

Maxou sous la protection de la Française des Jeux

On en profitera pour mettre un point final à son palmarès 2014.

La question des notes à l’école revient sur le tapis médiatique.

On sait ce qu’il en est: comment faire pour que nos jeunes potaches progressent sans trop se faire suer le burnous?

Mon palmarès est celui d’un cyclo « moyen-haut » sans en tirer aucune gloire puisque je me note moi-même.

Moyen-haut, ça ne veut rien dire si on n’a pas sa propre échelle mentale de performance physique.

Je ne suis pas du genre à tout sacrifier pour devenir un superman du vélo.

Mon échelle de valeur est la suivante…

  • Cyclo moyen-bas: inférieur à 3500 km; je l’ai été pendant au moins trente ans, le temps d’une carrière professionnelle où l’on ne roulait que le dimanche
  • Cyclo moyen: entre 3500 et 5000 km
  • Cyclo moyen-haut: entre 5000 et 12.000 km par an
  • Cyclo exceptionnel: plus de 12.000 par an, tous ceux qui sont montés sur roulement à billes, avec cartilages en inox et capables de pédaler 1000 à 1500 heures sur la selle chaque année. La classe, quoi!
  • Cyclo professionnel: celui qui au 1er juin a déjà 40.000 km dans les pattes.

Pour en revenir aux chiffres et assouvir votre curiosité de stakhanoviste du vélo, je totalise à ce jour 6275 km de route et 3075 km de VTT avec des dénivelées respectives de 50700 m et 34500 m.

Au total, j’ai parcouru 9350 km et gravi dans la sueur 85200 m de dénivelées positives.

Je vois le soleil qui perce derrière les persiennes, il est temps de se mettre en selle.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s