Rixheim, à l’assaut de la Commanderie


Les randonnées de la Commanderie conduisaient dans le Sundgau alsacien

Le Président de Loisirs Rixheim Vélos, Bernard Hassel, pouvait avoir le sourire ce matin en découvrant l’affluence à ses Randonnées de la Commanderie, les dernières inscrites au calendrier 2015 de la ligue Alsace.

Que deviendra la ligue Alsace en 2016 avec la réforme territoriale? On ne le sait pas encore, mais la question est inscrite à l'AG de la fédération qui doit avoir lieu en décembre prochain.

Beaucoup de monde donc (722 inscrits), ce matin dans le petit matin gris pour rejoindre les parcours route et VTT de la Commanderie à Rixheim.

Les dames du bureau des inscriptions avaient fort à faire pour gérer la pointe de 8 heures du matin où se pressaient tous ceux qui voulaient rentrer à midi.

Il faut dire que Loisirs Rixheim Vélos, avec ses troupes, a su mener une campagne de promotion habile pour attirer son public: beaucoup de flyers déposés à Hirsingue et à Wuenheim les semaines précédentes, là où les gros bataillons de cyclistes ont l’habitude de converger.

Même des Haguenoviens, pourtant éloignés, étaient venus!

Certes, le gros bataillon de vététistes s’est encore taillé la part du lion; mais j’avais choisi la route aujourd’hui.

Départ dans le matin gris avec deux compagnons « centcolistes » .

Alain reconnaissait la patte de Bernard dans le tracé des itinéraires lorsqu’on a du bifurquer à Steinbrunn-le-Bas vers Rantzwiller avant de revenir sur Steinbrunn-le-Haut, non sans avoir auparavant grimpé à Schlierbach.

Cette succession de bosses anodines du Sundgau conjuguées à des longues rampes rectilignes font de l’effet dans les mollets à la longue.

Ni chaud, ni froid, on hésitait devant les boissons.

Sucré ou salé, on goutait les deux. J’ai un faible pour le Justin Bridou qui procure du bon cholestérol venu des cochons allemands pas (encore) trafiqués.

A Wahlheim, mes deux compères de route remettaient du bois dans la chaudière pour affronter une dernière bosse avant Tagolsheim

Avec élan, les 8 derniers pour cent passent bien, mais il faut de l’élan…

Puis vient le retour le long du canal de Dannemarie avec vent de nord frais…

Raymond pouvait être satisfait, il a mené le train d’un bout à l’autre.

Après Bruebach, il restait la redoutable montée du Clauser…

55km et presque 700m de dénivelée dans le plus pur style du cyclotourisme dominical qui a tant marqué nos générations baby boomesques.

Publicités

2 réflexions sur “Rixheim, à l’assaut de la Commanderie

  1. Ping : Le potin du lundi | velomaxou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s