Les petits potins de Corse


La Corse qu’on ne peut qu’aimer

Revenu de Corse, il faut songer à faire le tri.

Celui des images et celui des impressions rapportées.

Mer et montagne se complètent

J’y suis déjà allé en 2013, puis en 2016.

L’hiver et l’été confondus en une seule image

En 2013, je n’avais pas eu le temps de voir autre chose qu’une belle ile située à 180 km au large de la Côte d’Azur.

Peuplée de 320.000 habitants, la Corse concentre ses habitants le long du littoral avec ses métropoles que sont Ajaccio et Bastia.

Ajaccio, boulevard Pascal Rossini

Ajaccio, citadelle Miollis

J’avais à cette occasion parcouru les cols non loin de Lozari en Balagne

Cette année, j’ai découvert la plaine orientale, Ghisonaccia et à l’ouest la chaine des premiers contreforts du massif corse, ses balcons, ses terrasses et ses incroyables villages perchés sur des pitons rocheux.

Village corse

Ne tournons pas autour du pot: la Corse n’est pas un pays de cyclistes.

Intérieur d’un train corse, les vélos y sont interdits alors que de la place existe…

Gare de Vivario refaite à neuf. Fermée, on attend son train dehors et on prend ses billets à bord du train.

Son train qui traverse d’Ajaccio à Bastia n’autorise pas les vélos à monter à bord et le relief des deux villes-phare n’encourage pas les cyclistes à s’aventurer dans les rues encombrées de voitures, de poubelles, de mobilier urbain.

Même les piétons y sont peu en sécurité tant les trottoirs sont souvent absents.

Pour l’anecdote, hors le centre historique d’Ajaccio, les grands immeubles qui ceinturent les hauteurs de la ville sont cadenassés et les escaliers privatisés conduisent souvent à des impasses.

La Corse est une ville de bagnoles et…de scooters TMAX Yamaha rendus tristement célèbres depuis l’affaire Merah

De gros scooters et beaucoup, beaucoup de voitures, petites ou de très gros 4×4.

Ne pas s’attendre à trouver des réparateurs vélos facilement. Seules les grandes villes en ont.

Le Corse aime la bagnole, c’est indéniable.

Comme le note subtilement le journal Corse-Matin à propos du Rallye de France automobile WRC revenu en Corse après avoir été bouté hors d’Alsace: « à travers toute l’ile, les effluves des gaz d’échappement et l’odeur âcre des pneumatiques brulants vont ainsi se mêler aux subtils parfums du maquis » .

Les Corses n’ont pas encore manifestement pris toute la mesure de la préservation de leur environnement.

Porto Vecchio

Aucun itinéraire cyclable fléché en Corse; ni en ville où il ne vaut mieux pas s’aventurer sur son vélo vu l’indiscipline caractérisée des conducteurs qui franchissent allègrement les bandes matérialisées et les vitesses indiquées.

Les grandes lignes droites qui bordent le littoral comme Bonifacio-Porto Vecchio ne font l’objet d’aucun aménagement cyclable alors que la circulation y est dense.

La seule piste que j’ai trouvée est celle qui permet d’accéder à Porto Vecchio en venant  de Bonifacio.

Itinéraire cyclable entrée de Porto Vecchio

Attention toutefois, une tranchée de sable fin barre la voie et dans l’obscurité, le risque est grand de passer par dessus le guidon. Par ailleurs en cas de crue, la piste est inutilisable; il ne reste plus qu’à prendre le trottoir de la pénétrante réservée aux voitures et camions…

La vache corse ne dédaigne pas les bords de route… quand ce n’est pas toute la route

Si les cyclo-sportifs aiment la Corse et y viennent en nombre chaque année tutoyer la montagne, la Corse n’a aucune espèce de considération pour ce mode de déplacement utilitaire qu’est le vélo en dehors de son coté sportif.

C’est dommage car le « tout voiture » gâche la beauté des villes du littoral.

Coté montagne, le cyclotouriste trouvera de beaux itinéraires à parcourir et des villageois plutôt accueillants.

Certes on est un peu frôlé de près parfois.

Ne pas s’offusquer, car le Corse a le sang chaud: une protestation peut suffire à se voir menacé d’une machette par un conducteur irascible comme cela est arrivé à un confrère centcoliste.

Le vététiste aime la difficulté

Mais mieux vaut prévoir son hébergement à l’avance car en dehors de la période estivale, beaucoup de villages paraissent déserts ou abandonnés.

Col de Bocca di Casardo, un élevage de porcs

L’économie rurale Corse ne ressemble pas à celle du continent.

L’élevage des ovins, des bovins, des caprins et des porcs sera une découverte…en même temps qu’on se méfiera des animaux qui divaguent sur les routes et qui choisissent parfois inopinément de traverser à votre approche.

La Corse est un beau pays.

Image du golfe de Porto Vecchio

Dommage qu’une rancœur légendaire et tonitruante s’attèle à vandaliser les équipements publics, les panneaux de signalisation et tout ce qui peut ressembler à une présence républicaine.

Le Président de l’assemblée territoriale corse, Jean-Guy Talamoni, nous l’assure pourtant « La France est un pays ami ».

Pour aller en Corse en emportant son vélo, le bateau.

Navire Mega Andrea de la compagnie Corsica Ferries dans le port de Bastia

Bastia, le port de plaisance

Au départ de Marseille, de Toulon ou de Nice avec les compagnies Corsica Ferries ou La Méridionale.

A moins que vous ne préfériez le pédalo!

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s