Rencontre Nationale à Saint-Front


Un vrai randonneur

Saint Front, c’est dans la Haute-Loire.

Tout près de l’Ardèche réputée pour son Ardéchoise .

Non loin de la ligne de partage des eaux « atlantique-méditerranée », les Amis du Randonneur avaient convié leurs membres à leur rencontre nationale du 5 au 8 mai 2016.

Première journée les sucs du Meygal.(58km-1450m)

Avant de descendre vers St Julien Chapteuil, arrêt obligatoire à Bigorre

J’ai participé aux deux premières journées.

Tout près du Mont Mezenc (1753m), nous allions avoir à en découdre avec nos randonneuses.

Le premier jour pouvait nous donner un avant-goût de ce qui nous attendait.

parcours du jeudi avec deux cols, le Tournecol (43-813) et le Collet (43-884) Au total 58km et 1450m

Disons la vérité: le relief du Massif Central n’a rien à envier à celui des Vosges.

La première journée jeudi fut belle avec au programme les sucs du Meygal.

Que sont les sucs?

Des écoulement de laves volcaniques visqueuses qui en se refroidissant ont laissé des dômes caractéristiques comme ceux du Mont Gerbier de Jonc. (pour en savoir plus, c’est ici)

Dés le départ, Bigorre et son écomusée constitués de maisons typiques à toits de chaume parfaitement entretenues et parfois même encore habitées.

Puis on descendra à St Julien Chapteuil où je choisis une escapade pour aller grimper le col de…Tournecol.

St Julien Chapteuil et son clocher caractéristique

Je m’éclipse jusqu’au col de Tournecol (43-0813)

J’ai l’excellente idée de revenir de cet aller-retour par un sentier GR65 interrompu par… la rivière.

En pareil cas, on déchausse et on prend les chaussures à son cou…ce que je fais

Finalement un bain de pied frais est bienvenu

100 m plus bas, j’aurais pu prendre la passerelle si j’avais fait attention

Le retour par Queyrieres, Boussoulet, Montusclat à Saint-Front va solliciter les organismes.

Surtout ceux qui ont peu roulé depuis le début de l’année!

Après le col du Collet (43-0884), Queyrières avec son gros rocher qui manque d’avaler le hameau tout cru

Le Pyrénéen que j’accompagne imprime le pas; heureusement on aura de l’eau fraiche en haut pour recharger nos bidons

A Boussoulette, l’église romane avant d’entamer la remontée vers Saint-Front

fléchage de qualité pour les randonneurs

On aura 1450m de dénivelée au total.

Deuxième journée Les Balcons-Mezenc- Gerbier

J’ai choisi de traiter cette deuxième journée en solitaire, le circuit ne devant être effectué, selon le programme, que le lendemain.

Il fallait ce matin du courage pour monter sur le vélo.

Saint-Front est situé à environ 1000 m d’altitude et un fort vent de sud avec rafales soufflait dès 8 heures.

En 1900, il y avait 2500 habitants à Saint-Front; en 2013: 435 , illustration de l’exode rural au cours du dernier siècle.

Mon parcours du jour: le Gerbier de Jonc

Je décide de raccourcir mon parcours en partant de Fay sur Lignon.

Jusqu’au Mont Mezenc, je vais être à découvert, malmené par les rafales pendant les 10 premiers kilomètres

Par deux fois avec mon VTC, je suis poussé sur le bas coté au point que je me demande si je ne vais pas retourner.

A Chaudeyrolles, commune du Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche, je mesure le chemin à parcourir pour atteindre la forêt et être protégé

sortie de Chaudeyrolles

Après les 600 premiers mètres de dénivelées, j’arrive à la cote 1561.

Je suis pas mal atteint vu l’énergie dépensée pour grimper avec mon char d’assaut là-haut revêtu de mon blouson d’hiver.

Cette gazelle blindée pèse 13 kg, un poids respectable avec ses freins hydrauliques et ses gros pneus Vittoria 26-1.50.

Sans parler du paquetage avec le casse-croûte, l’eau et les vêtements de rechange…

Au Mont Mezenc, un ciel radieux, un horizon profond sur les monts

Je poursuis en direction du Gerbier et le paysage lointain est une splendeur

Les champs de jonquilles à perte de vue

Je passe en Ardèche avec son plus haut col, la Croix de Boutières (1508m)

paysage lunaire

Ici, je vais m’engouffrer dans le GR 73 qui fait le tour du Gerbier.

Je m’arrête dès qu’un point de vue apparait

Sentier boueux après la fonte des neiges, mes pneus patinent, je n’insiste pas, mais mes chaussures font glou-glou dans le sol spongieux

Je pousse mon vélo dans les rigoles et je tente de marcher sur les crêtes d’ornières

J’atteins le col de a Clède (07-1494), puis je descend à la Clède.

J’emboite le pas (à pied!) à ces jeunes hommes affutés jusqu’à un autre col de la… Clède (07-1385), routier celui-là…

Le Gerbier de Jonc est tout prêt, mon vélo peut souffler un peu.

Moi aussi!

Pour faire plaisir aux compétiteurs, l’autre panneau est même baptisé col du Gerbier de Jonc, alors qu’il n’en est rien

Un faux col. Au diable pourvu qu’on ait l’ivresse!

Mais le Gerbier, ça ressemble à quoi?

Le Gerbier, un pain de sucs, avec une horde d’escaladeurs en herbe qui grimpent dessus. Sans parler des cabanes de frites et autres cochonneries qui revendiquent toutes posséder en leur sein la vraie source de la Loire.

Je passe…

Le Gerbier est magnifique.

Laissons le se reposer.

Maintenant, je descend à Saint-Martial.

Un dégringolade de 600 mètres en une fois!

J’ai le cœur léger.

Je passe le col de Besses (07-993) sans même m’en rendre compte.

A Saint-Martial, je casse la croûte face au lac.

Mon sandwich est copieux, pain frais, tomate et thon.

Finalement le cuisinier est mieux inspiré que celui de Ghisonaccia la semaine précédente.

Un autre morceau de pain m’attend avec une part de fromage, une banane et un biscuit.

Je garde le biscuit …sait-on jamais si une fringale me prend au retour… Je mange la banane.

Je piquerais bien un roupillon sur le banc ensoleillé.

Non, faut pas!

Le vélo vous fait changer de sentiment plusieurs fois au cours de la balade. De l’espoir au désespoir en fonction du temps, du relief inopiné que l’on découvre au sommet d’une côte ou à la sortie d’une courbe, un peu comme ces nuages qui subitement vous privent de soleil.

C’est notre mental qui commande pour beaucoup et aussi le facteur chance, un peu.

La remontée à Borée, une grande rampe de 600m en une fois pour atteindre 1160m.

Je n’ai plus beaucoup de munitions, j’ai bourré dans mon sac tous les vêtements du matin devenus superflus.

Pour un peu, je changerais aussi de cuissard long contre le court, mais je rechigne à ce striptease impromptu au bord de la route. Heureusement je siphonne de l’eau à volonté dans mon rucksack sachant que j’ai un bidon d’avance rassurant pour suppléer.

Scotché dans ces longues pentes ensoleillées, je cherche en vain mes pignons…et mes clichés ne sont que des prétextes pour m’arrêter

Je suis sur la route des sucs…lent, comme à l’accoutumée.

Faudrait-il me fouetter comme ces animaux de trait qui refusent d’avancer?

Les pains de sucs se succèdent…de quoi faire le bonheur des cyclistes!

A Borée, sacrilège! je manque le col de l’Ardéchoise (07-1184) validé par les Cent Cols, s’il vous plait!

Mais j’aurais droit au Col (07-1110) peu après Borée.

Sur le plateau, le col du Viallard (1321m) inconnu au bataillon des Cent Cols.

 

Lieu-dit nommé « col » sur les parcours de l’Ardéchoise. Aucune référence sur carte ou cadastre. Non nommé « col » localement. Contredit l’art. 4 de la règle du jeu. (Source club des Cent Cols)

Le Club des Cent Cols n’est pas tendre avec l’organisation cycliste de l’Ardèchoise qui baptise col toutes les bosses du département pour satisfaire son public.

Ainsi selon les Cent Cols, on dénombre pas moins de 21 lieux faussement nommés cols par la célèbre organisation du département.

Le règlement, c’est le règlement.

Maigre consolation, seul le col baptisé « l’Ardèchoise » à Borée trouve grâce aux yeux du Club des Cent Cols (07-1184)

Le vent et ses rafales soufflent cette fois dans le bon sens.

Comme j’ai très bientôt bouclé mon parcours, je m’offre le col de la Scie (07-1205)

Les éoliennes du col de la Scie

Après le col de la Scie, Fay sur Lignon est en vue.

Je roule à 60 km/h, sans pédaler.

Le pied!

70km/1800m, 7 cols à mon tableau de chasse.

Une belle journée, un peu physique pour moi mais qui me rend tellement heureux…

Publicités

4 réflexions sur “Rencontre Nationale à Saint-Front

  1. Le Pyrénéen qui a roulé avec toi, c’est Alain2pau qui suit ton blog et qui de temps en temps met un commentaire. Je regrette de ne pas avoir fait plus ample connaissance en montant le col du Collet. Nous avons passé les quatre jours à Saint Front. Merci pour ton blog, le mien est plus modeste : http://moniqualain.over-blog.com/
    A plus, peu être en montant un autre col !

  2. Ping : Le Randonneur de septembre | velomaxou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s