Kilomètre 26


Je suis au kilomètre 26 quand je rentre de ma tournée VTT hier soir.

Par amusement, j’ai choisi de longer le canal des saumures depuis Munchhouse jusqu’à Pulversheim.

Au kilomètre 26, je dois chercher une passe pour traverser un petit ruisseau, le Dollerbaechlein.

Une poutrelle en I fera l’affaire non loin de là.

Cette poutrelle est étroite, elle ne tolère que la largeur d’un pas, il faut donc porter son vélo qui sert de balancier pour garder l’équilibre.

Juste trois à quatre mètres et un bon bain frais en cas de chute.

Je rejoins le gros tuyau de diamètre 120 du canal tuyauté.

Le monsieur m’a observé.

  • Restez sur les chemins principaux
  • Comment?…
  • Restez sur les chemins principaux
  • Je longe la conduite…
  • Pourquoi longez-vous la conduite?…
  • Pour m’amuser en rentrant chez moi
On élève les perdreaux pour mieux les tirer ensuite.

On élève les perdreaux pour mieux les tirer ensuite.

Le dialogue s’engage. Il me reproche de longer le gros tuyau des MDPA dont le chemin est herbagé.

Il se présente comme étant le gestionnaire des lieux.

En fait il représente les chasseurs et m’explique qu’il tente de réintroduire les espèces faunistiques détruites par l’agriculture intensive.

Plus de lisières, plus de haies, il ne reste que les sangliers; les petits animaux à plumes et à poils ont disparu.

Le moindre petit bois est l’objet de toutes les attentions.

Interdiction d’y circuler. Y compris les cyclistes.

Il faut éviter de circuler hors des chemins principaux.

C’est sa façon de voir les choses.

  • Savez-vous que nous les chasseurs, on paie un lourd tribut pour défendre la faune.
  • Un million et demi de taxes et droits rien qu’en Alsace!
  • La chasse; c’est deux milliards de chiffres d’affaires en France.

Je n’ai évidemment pas les moyens de vérifier ces chiffres…et je n’ai pas envie de croiser le fer avec un chasseur.

Pour notre gestionnaire des lieux, les cultivateurs sont clairement identifiés comme les fauteurs de trouble parmi la faune.

Désabusé, il lève la tête puis rallume une ultime fois son mégot pourtant consumé jusqu’au bord des lèvres…

  • Ne vous refroidissez-pas! Bon vélo!

Son analyse est sûrement vraie.

Pourtant selon lui, c’est nous tous qui allons payer ces dégâts causés à la biodiversité. Pas les seuls cultivateurs. J’ai du mal à suivre son raisonnement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s