Lomoberet de passage en Alsace


Au revoir l’Alsace

Lomoberet fidèle lecteur de vélomaxou m’avait écrit une carte dans laquelle il nous signalait son prochain passage en Alsace avant de regagner Epinal dans sa Lorraine natale. (voir mon article du 3 août).

C’est chose faite.

Lomoberet est venu sans casque et sans béret, tête nue, à Thann.

Avant de quitter Thann, visite touristique

La collégiale de Thann

Après un long périple le long du Rhin coté allemand, il a gagné Bâle puis s’est dirigé vers le Willerhof près d’Altkirch, lieu de souvenirs militaires.

Lomoberet n’a pas su me dire combien de kilomètres il a parcouru, et pour cause, il n’a pas de compteur!

A Thann, nous avons fait connaissance pour la première fois avec cordialité et amitié.

Départ pour Epinal par la VV331

J’ai toujours été admiratif devant ces cyclos tirant de lourdes charges sur leur vélo pendant de longues heures.

Bien équipé, Lomoberet a toutefois regretté la lourdeur du paquetage.

C’est affaire de choix: ou l’on emporte tout son confort ou l’on en délaisse une partie…

Urbès en vue, la dernière épreuve se profile avec la montée du col de Bussang

Il est vrai qu’avec la tente, le matelas et le matériel de cuisine, l’ensemble était d’un poids appréciable.

Les premiers jours furent difficiles et il fallut réduire les objectifs: Rothenburg ob der Tauber, pousser jusque Regensburg ou Passau ont du être abandonnés.

Monter par là n’était pas le meilleur choix, au bout les bordures se resserrent et il faut porter le vélo pour passer au-dessus après démontage des sacoches avant. C’est de ma faute.

C’est dommage car l’Equipement aurait pu ménager un passage pour les vélos sur cette chaussée rétrécie

Mais Lomoberet est globalement satisfait de son voyage. C’est le principal.

Comme il me l’a expliqué, le plus dur ce sont les pentes qui réduisent considérablement sa vitesse et le poids à l’avant provoquant des embardées dès qu’il quitte l’œil de la route pour observer sa carte ou le rétroviseur.

Mémorial du Steingraben

Sa dernière épreuve avant de rejoindre Épinal fut de gravir le col de Bussang avec son vélo de 16kg et ses bagages estimés à 35kg, selon moi.

Je l’ai accompagné jusqu’au col depuis Thann.

Arrivé à mi-pente dans la montée d’Urbès, on s’est arrêté boire un café puis on a marqué une pause au mémorial du Steingraben.

Les lacets du col franchis un à un, le plus dur était fait.

J’ai rapporté une image de l’ancien tunnel routier dont le coté alsacien subsiste au Moto-Hotel et l’on s’est dit au revoir au panneau du col.

En bas du chemin du Moto-Hotel se trouve les vestiges du tunnel routier du col de Bussang

L’entrée du tunnel routier dynamité en 1944

Une belle rencontre avec un de mes lecteurs, fidèle depuis longtemps.

 

Publicités

4 réflexions sur “Lomoberet de passage en Alsace

  1. Poids réel des bagages : 21 kg (par pesée différentielle sur mon pèse-personne) auxquels il faut ajouter 1,7 kg d’eau.
    Je suis en train de faire l’inventaire de l’inutile et du superflu, expérience qui me servira peut-être lors du prochain voyage.
    L’expérience est une lanterne allumée que l’on porte sur le dos et qui n’éclaire jamais que le chemin parcouru. (Confucius)

    • Donc il faut actualiser les masses:
      – 16kg de vélo
      – 21kg de bagages
      – 1.7kg d’eau
      soit près de 40kg. C’est le nombre à se souvenir pour les postulants au voyage itinérant.
      Je ne parle du pilote…c’est variable!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s